Archives par mot-clé : Yen Bai

Commémorations de Yên Bái en 2015 : intérieur / extérieur

Le 17 juin 1930, le révolutionnaire Nguyễn Thái Học (1902–1930) et douze de ses camarades de parti étaient guillotinés à l’aube à Yên Bái. La sinistre exécution des membres du Parti national du Viêt-Nam (Việt Nam Quốc Dân Đảng, VNQDĐ) fut décrite avec émotion en son temps par le journaliste Louis Roubaud. Ce jour noir, véritable drame historique pour le Viêt-Nam, est depuis lors dédié aux martyrs de l’organisation nationaliste révolutionnaire qui s’était soulevée en février 1930 dans ses places fortes du Tonkin et de l’Annam contre la puissance coloniale. Gravée dans la mémoire du VNQDĐ, la journée du 17 juin est l’occasion à l’intérieur du pays comme à l’extérieur de revendiquer une filiation à la fois anticoloniale et révolutionnaire mais aussi dans une certaine mesure anticommuniste car le Parti reste toujours interdit au Viêt-Nam.

« Négliger la psychologie est une faute. Chaque fois qu’on la commettra délibérément et longuement en Indochine, il y aura des réactions sauvages, du massacre, de la répression et tout cela se résoudra en affaires sanglantes » (Bon Mat, La nuit rouge de Yên Bay, p. X).

NguyenThaiHoc
Couverture de l’ouvrage de Bach Dien sur Nguyen Thai Hoc et le VNQDD paru à Hanoi en 1950 (Ngày Mai) © TTXVA

Le Parti national du Viêt-Nam, fondé le 25 décembre 1927 par un groupe de jeunes intellectuels de Hanoi alors investis dans une maison d’édition « subversive » pour le pouvoir colonial, connut une destinée rudement mise à l’épreuve par la brutale décolonisation puis par la guerre civile, en particulier lorsque celle-ci prend forme dans les limbes de la « Révolution d’août » en 1945-1946. Entre sa date de création et 1930 date du soulèvement général, l’organisation nationaliste révolutionnaire était pour ainsi dire la plus forte et la mieux organisée sur le territoire vietnamien (Nord, Centre et Sud), inquiétant de fait les autorités coloniales qui l’avait infiltrée, espionnée et qui traquait ses adhérents pour contrer leurs objectifs politiques. A cette époque, toute organisation révolutionnaire était automatiquement raccrochée à la « bolchévisation » de l’Indochine, terme aisé pour stigmatiser l’ennemi anticolonial intérieur. La Sûreté coloniale, pourtant bien au fait du programme de libération nationale de l’organisation révolutionnaire, préfère « voir rouge » plutôt que de considérer avec sérieux la revendication indépendantiste. Il était plus facile en effet de faire croire qu’une lutte s’était engagée contre le diable bolchévique que d’avouer que l’on s’attaquait à une organisation d’étudiants infortunés et d’intellectuels idéalistes qui plongeait leurs références culturelles dans l’histoire ancienne du Viêt-Nam et ses symboles dans la Révolution française ! La devise du programme du Parti n’était-elle pas « Liberté, Égalité, Fraternité« , cinglant camouflet pour une République coloniale qui ne voulait reconnaître ses fils rebelles, formés et éduqués par la France mais ne bénéficiant d’aucun droits politiques.

FRCAOM08_9FI_00079R_P
Affiche du Secours Rouge international © ANOM / CAOM

En Métropole, le fait était si frappant que les défenseurs des futurs guillotinés de Yên Bái appelaient à soutenir des « camarades » que l’on croyait affiliés au communisme international. Après « le soulèvement général » dans la nuit du dimanche 9 au lundi 10 février 1930, prématuré et plutôt chaotique, le Parti nationaliste entra dans une spirale de l’échec. Il fut très sévèrement pourchassé, ses militants traqués et tués quand ils n’étaient pas envoyés au bagne pour de longues années. Certains finirent leurs jours bien loin de leur terre natale… en Guyane, un des lieux de mémoire du Parti que les descendants entretiennent toujours aujourd’hui. Entre l’échec de Yên Bái et 1933, le Parti national fut quasiment décimé à l’intérieur de l’Indochine. Par cet acte, la France laissa le champ libre à une organisation concurrente mue par la détestation du nationalisme du VNQDĐ jugé petit-bourgeois ou « réactionnaire » : le Parti communiste indochinois (PCI), branche kominternienne du communisme international et régional. Celui-ci eut en effet désormais le champ libre pour organiser sous son contrôle ce qu’il restait des forces antifrançaises et promouvoir son credo de la violence révolutionnaire. Pourtant, de leur côté, les militants communistes payèrent également le prix fort pour leur constitution en Soviets dans l’ancienne province de Nghệ Tĩnh. En 1930-1931, une répression de feu, de fer et de sang, appuyée par l’aviation et la Légion, devait s’abattre sur les apprentis révolutionnaires qu’ils soient « rouges ou bleus ».

VNQDD_12LietSiTuanQuoctaiYenBay
Portrait de 12 condamnés de Yên Bai, revue Cong Hoa, 1964 © Dien Dan Sach Xua / « Giay Goi Xoi »

Mais, après le tremblement de Yên Bái, le VNQDĐ n’avait pas dit son dernier mot. Grâce à une série d’amnisties décrétées par le pouvoir colonial et qui intervinrent entre 1934 et 1936, quelques intellectuels reprirent du service sous la surveillance accrue de la Sûreté. Tel Nguyễn Ngọc Sơn qui, en 1938, se voyait bien à la tête d’un nouveau Parti nationaliste socialisant, tel Nguyễn Thế Nghiệp qui réorganisa avec Sơn et des anciens comme Ngô Thúc Địch un Nouveau VNQDĐ (Tân VNQDĐ) à l’aube de la Seconde guerre mondiale pour répondre aux nouvelles exigences historiques. Le Parti, sous diverses formes à la fois culturelles, sociales et politiques, put renaître de ses cendres. A l’extérieur du pays, il s’était particulièrement bien développé, notamment au Yunnan où sa branche dirigée par le redoutable chef Vũ Hồng Khanh avait activement recruté chez les employés des Chemins de fer.

A l’intérieur du pays, il fallut attendre le tournant de 1938-1939 pour que les anciens affiliés, jeunes descendants ou simples sympathisants, s’organisent contre le pouvoir colonial en créant de multiples factions révolutionnaires aux résonances du Viêt-Nam ancestral. Le Đại Việt Quốc Dân Đảng (ou Parti nationaliste du Grand Viêt-Nam), dirigé par Trương Tử Anh, fut fondé en compagnie d’anciens membres du VNQDĐ en décembre 1938. L’organisation révolutionnaire originale n’avait pas pour autant disparu. Elle reprit le contact avec l’extérieur pour préparer le « grand soir » nationaliste, anticolonial et révolutionnaire. Mais, entretemps, depuis 1941, un front unitaire, dénommé Ligue pour l’Indépendance du Viêt-Nam, en abrégé Việt Minh, s’était solidement implanté aux confins de la Haute-Région du côté de Cao Bằng dans le territoire des Nùng puis dans la province de Thái Nguyên. Si elle se présentait aux habitants comme un front nationaliste indépendantiste, elle était en réalité tenue par une poignée de cadres du PCI déterminés à s’emparer du pouvoir sur le modèle de Lénine.

MLBVN_DaiTuongYenBai_2015
Extérieur 1 : Monument aux morts du VNQDD à Yên Bai, parc Yên Hoa © Panoramio

L’organisation kominternienne, le PCI, s’avéra être la formation concurrente la plus dangereuse pour le VNQDĐ. En effet, les militants nationalistes s’étaient affrontés aux militants communistes dans les bagnes coloniaux, plus particulièrement au sein du bagne n°2, réservé aux détenus politiques. Ce furent de véritables batailles rangées de plusieurs centaines de détenus politiques qui devaient amoindrir encore l’organisation nationaliste révolutionnaire. Certains de ses cadres éminents comme Trần Huy Liệu (futur ministre de la propagande du gouvernement de Hồ Chí Minh) et Nguyễn Bình (futur chef de la résistance antifrançaise sudiste) rejoignirent le Việt Minh/PCI et quelques années plus tard prêtèrent main forte à la Sûreté Việt Minh pour détruire un peu plus leur ancienne organisation.

En 1945-1946, c’est le combat fratricide entre les différentes organisations révolutionnaires. L’alliance nationaliste formée du VNQDĐ, du Đại Việt et du ĐMH affronte les armes à la main la Garde nationale du Viêt-Minh (Vệ Quốc Đoàn) et sa police d’assaut. Mais je ne compte pas ici me lancer dans cette histoire complexe faite de trahisons sanglantes et de retournements de situation ni même disserter sur la dichotomie faite encore aujourd’hui par les historiens officiels à Hanoi entre un « bon VNQDĐ » (celui de 1927-1930), authentique et révolutionnaire, et un « mauvais VNQDĐ » (celui de 1945-1946), falsificateur et réactionnaire, pour considérer les traces de la révolte de Yên Bái dans les actes commémoratifs à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

LeTuongNiem1946_NguyenThaiHoc
Extérieur 2 : Photographie rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi le 18 juin 1946 © 2013 Xua & Nay
LetuongniemNTH-PHT1946
Extérieur 2 bis : Même manifestation du 18 juin 1946, vue plus lointaine © TTXVA

Pour ce faire, nous devons garder en mémoire que la première commémoration officielle des nationalistes anticolonialistes se déroula en juin 1945 précisément à Hanoi lors d’une célébration en hommage à Nguyễn Thái Học, chef du VNQDĐ exécuté en 1930 et à Phạm Hồng Thái, le militant révolutionnaire de la Société des Coeurs (Tâm Tâm Xã) instigateur de l’attentat de 1924 à Canton contre Martial Merlin, le Gouverneur général de l’Indochine de l’époque. Cette première célébration officielle intervint après le démantèlement du pouvoir colonial par les Japonais le 9 mars 1945, la chose ne pouvant bien évidemment être concevable avant. La seconde célébration d’envergure se déroula également à Hanoi une année plus tard le 18 juin 1946 alors que la situation entre le Viêt Minh et l’opposition incarnée principalement par le VNQDĐ était des plus tendues. Mais dans les deux cas, les frères ennemis de la révolution vietnamienne pouvaient rendre hommage ensemble aux deux martyrs qui avaient montré le chemin de la libération nationale : Nguyễn Thái Học dans un acte délibéré, assumé et revendiqué (voir sa lettre aux députés français) ; Phạm Hồng Thái dans une action terroriste qui le mena, dans sa fuite, à se noyer dans la Rivière des Perles bordant Canton.

Si Phạm Hồng Thái bénéficia d’une sépulture dans le cimetière des révolutionnaires chinois de 1911 grâce au soutien de Sun Yat-sen en personne, je ne sais ce qu’il est advenu du corps de Nguyễn Thái Học. Son corps et ceux de ses compagnons d’infortune ont-ils été brûlés, enterrés, jeté dans un fleuve ou dans une fausse commune ? Il serait intéressant d’enquêter sur ce que sont devenus les corps décapités et les têtes de ces martyrs du colonialisme. Nous avions signalé dans un billet précédent cette absence d’image permettant d’entretenir la mémoire des hommes et du parti et la substitution d’une autre image du début du XXe siècle pour tenter d’incarner les treize guillotinés de Yên Bái.

LesTroisCouronnesFunéraires_YenBai2015
Extérieur 3 : Trois couronnes funéraires © 2015 MLBVN

Extérieur : Sans sépultures nominatives, peut-être (il faudrait pouvoir vérifier) mais pas sans autels et autres tombes reconstituées. Le nom de Nguyễn Thái Học n’a pas disparu de l’imaginaire national vietnamien. Toutes les grandes villes du pays possèdent une rue à son nom, une école, un lieu dédié. Le 85e anniversaire de l’exécution des révolutionnaires de Yên Bái a été l’occasion de voir que cette ville n’a jamais oublié son héros. Situé dans un grand parc bordant un petit lac, un monument imposant, en béton, présente cinq cadres du Parti, debout, à la fière allure : Nguyễn Thái Học, Nguyễn Khắc Nhu, Phó Đức Chính, Nguyễn Thị Giang, Ngô Hải Hoàng.

C’est au pied de ce monument que les mémoires continuent à s’affronter pour revendiquer l’héritage de Nguyễn Thái Học. Un des membres du Mouvement des Blogueurs du Viêt-Nam a déposé le 14 juin une couronne de fleurs en hommage aux révolutionnaires. Celle-ci côtoie deux autres couronnes « concurrentes » ou complémentaires selon le choix. On peut observer (mais difficilement) sur celle de droite (sur la photo) l’inscription « danchuonline.com« , un blog de propagande contrôlé par la Sécurité vietnamienne pour contrer tout ce que le pays peut compter de jeunes dissidents (nous rectifierons si l’on nous signale qu’il s’agit d’une erreur). La couronne du centre est offerte par un des Lycées (THCS) de la ville ou de la province.

L’hommage discret de quelques dirigeants importants du Parti communiste vietnamien (PCV) est visible dans le parc de Yên Hòa : Đỗ Mười en 2002, Phạm Gia Khiêm et Nguyễn Tấn Dũng en 2004, Tô Huy Rứa en 2011 ont fait planter un arbre souvenir aux héros révolutionnaires (cf. Video ci-dessus, tournée en septembre 2013). Quels fruits donneront ces arbres ? Une stèle commémorative dédiée à la révolte de Yên Bái et offerte par le comité culturel de la ville est illustrée d’une dédicace d’Aragon, traduite en vietnamien : « Quel est ce vocable qui rappelle qu’on ne bâillonne pas un peuple, qu’on ne le mate pas avec le sabre courbe du bourreau » écrivit l’intellectuel communiste français en 1931 dans Front Rouge en souvenir de Yên Bái (cf. Littérature de la révolution mondiale, no 1, Moscou, juillet 1931).

YenBai_AragonUn anneau géant, reposant sur 17 piliers, est bardé de la célèbre devise de Nguyễn Thái Học : « On devient un être exemplaire même si on échoue » (Không thành công thì thành nhân). Ce mausolée à ciel ouvert rassemble en son sein deux sortes de stupas, une plaque en marbre noir biseautée, censée incarner la guillotine, sur laquelle est inscrite la phrase « Mourir pour sa Patrie, c’est mourir glorieusement » (Chết vì tổ quốc, chết vinh quang). Une grande plaque commémorative est gravée du nom de 21 membres du Parti : 4 exécutés le 8 mai 1930 et dix-sept autres le 17 juin 1930. Elle sert de lieu de recueillement comme le montre l’encensoir de pierre placé devant la plaque. Loin du tumulte de la ville, le lieu est propice au recueillement. Les révolutionnaires de Yên Bái bénéficient bien d’un lieu de mémoire digne de ce nom mais si silencieux ce 17 juin 2015.

VNQDD_LeTuongNiemYenBay_2015
Intérieur 1 : Cérémonie à l’hôtel Sheraton à Little Saigon le 14 juin 2015 [lien vers vidéo] © 2015 Viet Quoc
BanThoNguyenThaiHoc_2015
Intérieur 2 : Autel de Nguyen Thai Hoc à San Jose (Californie) [lien vers vidéo] © STBN

Intérieur : A l’étranger, point de mausolée en dur, celui-ci prend la forme d’autels patriotiques à l’effigie des héros, fluctuants au gré des cellules survivantes du parti exilé. Principalement aux États-Unis, le 85e anniversaire a donné lieu à une grande commémoration dans un hôtel de Garden Grove (Little Saigon) en Californie. Trois orateurs se sont succédé à la tribune pour rappeler la signification de cette journée mais aussi les défis et enjeux du Viêt-Nam actuel. Les objectifs révolutionnaires du Parti sont réaffirmés et le Parti communiste, l’ennemi de toujours, vilipendé pour sa gestion des affaires. Le drapeau à l’étoile blanche du Front QDĐ (Mặt Trận Quốc Dân Đảng) de 1945-1946 décore l’autel, le pavillon rouge et jaune de l’armée insurrectionnelle de 1930 entoure le portrait du chef vénéré… La célébration sert à maintenir et à pérenniser l’identité et le combat du Parti nationaliste. On s’y recueille, on s’y retrouve entre amis et on compte ses forces ; maigres forces peut-être par le nombre, mais pas si faibles dans ce qu’elles incarnent : une page essentielle et indélébile de l’histoire de la révolution vietnamienne.

* * *

Pour conclure rapidement, la mémoire du VNQDĐ continue d’être clivée à l’image du processus révolutionnaire anticolonial vietnamien : d’un côté, pas de commémoration officielle mais une marque de respect discrète dans un espace décentré ( Yên Bái et non plus Hanoi comme en 1945-1946) ; de l’autre, la revendication de l’héritage, des valeurs politiques de l’organisation et l’affirmation d’une continuité dans la lutte malgré l’extension programmée de la descendance dans un espace transnational où la toile sert de caisse de résonance. Entre les deux, un blogueur téméraire portant sa couronne au nom de sa petite organisation (issue de la société civile), elle aussi, interdite. Une organisation non officielle rend hommage aux héros d’un parti interdit dans un site historique officiel, voilà une belle contradiction vietnamienne. L’ombre grave de Nguyễn Thái Học plane encore.

De fait, si l’on se penche un peu plus sur l’historiographie de ce Parti et sur ce qui est en dit au Viêt-Nam même, on pourra déceler une admiration non feinte pour les valeurs démocratiques et sociales portées par cette organisation tout au long de son existence. Le VNQDĐ est très respecté mais celui-ci ne peut être aujourd’hui apparent dans un pays dirigé par un État-Parti communiste qui l’a toujours combattu.

 FG, 17/06/2015. (MàJ)

Références évoquées dans le billet :

  • Bon Mat, La nuit rouge de Yên Bay, sur Gallica. L’auteur, Sergent français surnommé « Quatre z’Yeux », revient sur le déroulement des événements, la question de l’armée coloniale et les conséquences à tirer de « dix ans au moins de mauvais travail » (p. 29).

Image « à la une » : portrait de Nguyen Thai Hoc tiré de la vidéo musicale hommage de Ngo Nguyen Tran :

Ressource en ligne : Lịch Sử Đấu Tranh Cận Đại – Việt Nam Quốc Dân Đảng

HoangVanDao_VNQDDLe 17 avril dernier, le site officiel du VNQDD aux États-Unis a posté en ligne le dernier volet de la célèbre monographie de Hoang Van Dao sur l’histoire du Parti National du Viêt-Nam (VNQDD) de 1927 à 1954.

Publiée une première fois à Saigon en 1965 (Giang Đông Nguyễn Hòa Hiệp xb), elle fut rééditée en 1970 dans une seconde édition augmentée et révisée. C’est cette dernière, rééditée une nouvelle fois en 2006 aux États-Unis (Nxb Tân Việt), qui a fait l’objet de la présente mise en ligne entre le 3 octobre 2013 et le 17 avril 2014. Alors que cet ouvrage important pour la connaissance du phénomène révolutionnaire vietnamien a été traduit en anglais en 2008 (RoseDog Books), on attend toujours une traduction française.

La publication en ligne de cet ouvrage en 5 parties se présente sous la forme de 53 pages html dont les liens sont indiqués ci-dessous.

THIÊN THỨ NHẤT (1927-1932)

THIÊN THỨ HAI (1930-1940)

THIÊN THỨ BA (1940-1946)

Thiên Thứ Tư (1947-1950)

Thiên Thứ  Năm (1950-1954)

L'insurrection de Yen Bai de février 1930
L’insurrection de Yen Bai de février 1930

Décryptage 3 : Besoin d’image, besoin de sens – à propos d’une image iconique associée à la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam

Le 17 juin 1930, à l’aube, treize militants du Parti national du Viêt-Nam (Việt Nam Quốc Dân Đảng – VNQDĐ) étaient guillotinés à Hanoi. Cette exécution a été décrite par le journaliste Louis Roubaud dans un célèbre ouvrage intitulé Viêt-Nam la tragédie indochinoise (Librairie Valois, 1931), réédité en 2010. Jusqu’à une période récente aucune image des têtes des partisans du VNQDD exécutés ce jour là n’était disponible.

Or, depuis quelques années, une carte postale reproduisant l’image de treize décapités circule sur la toile, dans des monographies sur le VNQDĐ et parfois même dans des présentations académiques pour illustrer les guillotinés de Yen Bai. Malgré une éventuelle ressemblance s’il l’on n’y prend pas garde, il ne s’agit pas des têtes de ces condamnés à mort. Retour sur cette confusion.

Image 1 : Une carte postale ancienne colorisée (N°47 de la Maison Passignat)

TêtesPiratesDécapités1

La légende de cette carte postale diffusée sur la toile est inscrite en bas de l’image au centre : « 47. Têtes de pirates décapités (N° 1) ». La numérotation entre parenthèses laisse supposer qu’elle appartient à une série publiée sur le même thème, ce qui est le cas (voir en fin d’article, Image 10).

 

Détails intrigants

Notre regard s’est d’abord porté sur plusieurs détails intrigants. Une critique externe du document s’imposait. Le premier détail qui saute aux yeux concerne les timbres figurant sur les cartes postales. Celui de type Grasset (5c vert) mis en circulation en Indochine au mois de juin 1904 et le type Annamite (5c vert) mis en circulation en 1907. Il paraissait peu probable d’avoir été tous deux utilisés jusqu’en 1930 date de l’exécution.

Timbre_TypeGrasset_Indochine_5c
Type Grasset, 5 centimes, 1904.
TypeAnnamite_1907
Type Annamite, 5 centimes, 1907.

 

Image 2 : timbre type Grasset en haut à droite

PiratesDécapités_carte10Source : Cartes postales coloniales (Association des Anciens et Retraités de la Banque Indosuez)

Image 3 : timbre type Grasset en bas à gauche

260217

Source : postcardman.net

Le second détail, concerne la signature de la carte postale. Sur certaines d’entre-elles un tampon rouge apparaît en bas à droite de l’image. Il s’agit du logo-type de la maison Passignat, éditrice de cartes postales sur l’Indochine et la Chine jusqu’en 1922.

Signature_Passignat_Indochine

La regrettée Marie-Hélène Degroise (1947-2012), conservatrice aux archives (CAOM devenu ANOM), nous livre cette information précieuse sur la Maison Passignat :

Passignat est commerçant quai du Commerce, et signe toujours du même signe : un cartouche à l’encre rouge représentant un porteur de palanche. Il édite aussi sur le Cambodge et sur la Chine (Kouang-Tchéou-Wan), mais les vues qu’il choisit sont toujours très intéressantes par les scènes de la vie quotidienne ou les paysages qu’elles montrent. En 1922, la maison Passignat existe toujours, mais est en gérance, installée aux 11 et 13 rue Borgnis-Desbordes, spécialisée dans la gravure, l’encadrement, et les articles cultuels et funéraires.

Il paraissait donc peu probable que la Maison Passignat ait édité cette carte postale après 1930.

 

La véritable source

Enfin, une investigation plus poussée sur les sites de collectionneurs (en général bien informés) à partir d’une série de mots-clés (pirates, décapités, Tonkin, têtes…) nous mena  jusqu’à un numéro du journal L’Illustration paru en 1894 soit 35 ans avant l’affaire de Yen Bai. L’image des fameux « pirates décapités » est reproduite, sous forme de gravure, à la page 121 du N° 2685 (52e année) du samedi 11 août 1894. Elle est légendée : « Au Tonkin. – Têtes des pirates décapités après leur évasion de la prison d’Hanoi » et gravée d’après une photographie de Lepriol.

Image 4 : Recherche sur le site de L’Illustration :

LIllustration_11-08-1894

Image 5 : La gravure éditée par L’Illustration en page 121 du N° 2685

L'Illustration_TêtesPiratesDécapités_1894
© 1894 L’Illustration

Le journal offre au moins deux informations importantes. En premier lieu, elle livre le nom du photographe Lepriol (il s’agit de Le Priol), présent en Indochine à la toute fin du XIXe siècle. En second lieu, le journal rappelle le contexte de l’exécution. De quoi s’agit-il et qui sont ces hommes ?

Sur la première information concernant l’auteur de la photographie, Marie-Hélène Degroise dans sa recherche minitieuse sur les Photographes d’Asie (1840-1944) resitue le personnage et s’interroge sur la paternité des clichés de « décapités » habituellement attribués à Dieulefils :

Jean-Marie Le Priol, est originaire du Morbihan, comme Dieulefils : il est installé dès 1894 à Hanoi comme photographe et L’Illustration publie cette année-là un de ses clichés représentant une exécution de pirates. On peut donc se demander si les clichés ayant servi à éditer les cartes postales représentant le De Tham et son entourage (rébellion de Yên Thê) sont de Dieulefils ou de Le Priol (1898-1905).

En prenant des précautions quant à l’impact que pourrait susciter la publication d’une telle image, dans une chronique intitulée « Les révoltés d’Hanoi », L’Illustration nous informe sur la rebellion qui mena à l’exécution de ces huit Tonkinois. Extraits en p. 124 :

[…] Voici en deux mots l’incident qui a donné lieu à cette multiple et sanglante exécution. Le 19 juin dernier [1894], pendant un violent orage, les pirates prisonniers employés comme coolies au jardin d’essai d’Hanoi, sautèrent subitement et avec ensemble sur les faisceaux, s’emparèrent de huit fusils et des munitions et prirent leur course dans la direction de Sontay, après avoir tué le factionnaire à coups de baïonnette et blessé deux miliciens ; poursuivis aussitôt par la milice indigène commandée par l’inspecteur Chigot et les gardes principaux Savoyat et Turcaz, ils furent atteints, après une poursuite de deux heures, dans la pagode du village de Trien-Khuc, à un kilomètre de la route de Phu-Thanh-Oaï, où ils s’étaient réfugiés pour éviter les coups des habitants du village qui voulaient leur barrer la route. Il fallut faire de la pagode un siège en règle et en créneler les murailles pour pouvoir tirer sur les fugitifs. L’affaire fut chaude ; trois miliciens et un habitant de Trien-Khuc y laissèrent la vie, sept miliciens furent blessés ; mais les treize rebelles, tués ou blessés dans l’engagement, furent décapités séance tenante et leurs têtes rapportées pour l’exemple.

L’affaire fut donc très sérieuse et les prisonniers « rebelles » étaient déterminés à aller jusqu’au bout de leur action. L’affaire expose sans fioritures le traitement infligé à ceux qui défient l’ordre colonial. Cette image symbolisant parfaitement cette brutalité et sa mise en scène a donc été reproduite sous la forme de cartes postales aux alentours de 1904-1908 alors que la résistance du célèbre De Tham (Hoang Hoa Tham, 1936-1913) s’amenuisait. S’il s’agit bien ici de résistants à la colonisation, le journal ne donne pas d’indication sur leurs actions passées et les raisons de leur incarcération. Quant au « complot », il aurait été inspiré par « un ancien lieutenant du pirate Tay, récemment exécuté » sans plus de précisions.

 

Une figure iconique

A l’heure d’internet, l’image, très emblématique, a été rapidement diffusée sur différents sites et blogs en particulier sur le site officiel du VNQDĐ aux Etats-Unis.

Image 6 : Reproduction sur le site du VNQDĐ (Parti Nationaliste du Viêt-Nam)

VNQDD_13LietSiYenBaiSource : Viet Quoc

L’image est tranformée en « icône » pour illustrer le 78e anniversaire (2008) de l’exécution des héros du VNQDĐ comme le montre cette photo encadrée placée sur l’autel des héros patriotiques (ci-dessous à droite de l’encensoir).

HinhBanTho_VNQDD
L’autel du VNQDD en hommage aux 13 guillotinés de Yen Bai © vietquoc.org

Image 7 : Gros plan sur les 13 « Liệt sĩ » (héros morts pour la Patrie) sur l’autel du VNQDD

VNQDD_13LietSiYenBai2

Source : Viet Quoc

La réédition de la monographie de Hoàng Văn Đào (Lịch Sử Đấu Tranh Cận Đại 1927-1954 – Việt Nam Quốc Dân Đảng) sur ce parti publiée en 2006 (4e éd.) par les éditions Tân Việt n’échappe pas à cette erreur. En p. 158 figure la carte postale agrémentée de la légende : « Thủ cấp của 13 Liệt sĩ Yên Bái lên đoạn đầu đài vào sáng sớm ngày 17/6/1930 » [Têtes coupées des 13 Martyrs de Yên Bai, guillotinés à l’aube du 17 juin 1930]. De même, l’illustration est reprise dans l’ouvrage trilingue de Linh Linh Ngọc, Une route interminable, compilation de textes dédiés aux martyrs du VNQDĐ (voir p. 264, Ed. Gió Đông, 2004).

D’autres sites mentionnant la mutinerie de Yen Bai se sont servis de cette illustration sans plus de précautions comme l’atteste l’entrée dédiée à l’année 1930 sur un site à vocation historique : 1930: 13 Viet Nam Quoc Dan Dang cadres, for the Yen Bai mutiny

Image 8 : Executed today

13_vnqdd_martyrs_smaller
© ExecutedToday.com

Il existe pourtant une seconde image, moins spectaculaire, qui met en scène les exécutés et leurs exécuteurs. Cette image reste difficile à authentifier mais elle semble être tirée de la presse de l’époque. Ce qui ouvre la voie à une possible vérification :

Image 9 : Une nouvelle vérification s’impose

13LietSiSiVietQuoc_1930
La tête cerclée serait celle de Nguyen Thai Hoc, le chef du parti © vietquoc.org

Source : Viet Quoc

Frappante, l’image de treize têtes a donc été reprise sur plusieurs sites dont celui du Parti nationaliste (VNQDĐ). Pourquoi cette confusion ? Au premier abord, l’image apparaît cohérente puisqu’il s’agit de la seule image disponible avec autant de têtes de « rebelles » décapités (13). En général, les cartes postales de ce genre présentent tout au plus trois, cinq, voire huit têtes comme le démontre l’exemple suivant publié par la même Maison dans la même série (ici le n° 48 avec cinq têtes).

Image 10 : La série continue (N°48 de la Maison Passignat)

PiratesDécapités2Source : Delcampe

En outre, la tête placée au centre de l’image afficherait une légère ressemblance avec le jeune chef du parti Nguyễn Thái Học. Malgré cette ressemblance lointaine et trompeuse, le chef du VNQDĐ au jour de son exécution ne donnait pas à voir le même visage que sur la photo de Le Priol. Voici comment le journaliste Louis Roubaud qui avait « vu mourrir ces hommes » à l’aube du 17 juin 1930, décrivit le chatiment imposé au dernier condamné :

– Viêt Nam !… Viêt Nam !… Viêt Nam !… Patrie du Sud !… Patrie du Sud !…

J’entendis cela plusieurs fois et le mot retentissait encore à nos oreilles lorsque j’aperçus le dernier condamné, Nguyen Tai Hoc [Nguyen Thai Hoc], le Grand Professeur, le visage gras, une barbiche de lettré. Il souriait ! d’un sourire simple, sans contrainte, et il saluait la foule en inclinant la tête. Lui aussi, d’une fois forte et bien timbrée entonna : « Viêt Nam !… » et la main du légionnaire étouffa son cri [p. 161-162, souligné par nous].

Image 11 : portrait de Nguyen Thai Hoc, le jeune chef du Parti, abondant dans le sens de la description de Louis Roubaud

NguyenThaiHoc
Nguyen Thai Hoc (1902-1930) © Hoang Van Dao 1965

Besoin d’image, besoin de sens

Au delà de l’aspect descriptif, rapidement présenté ci-dessus, se pose la question du sens de ce détournement d’image. A défut de posséder une image iconique du drame du 17 juin 1930, le VNQDĐ s’en est créé une à travers les treize décapités de 1894. Peu importe la réalité historique puisque le symbole est fort et plus il est frappant plus il semble incontestable. Cette jonction entre l’image (exposition malsaine de treize têtes décapités alignées sur deux rangs) et le discours (exécution brutale de nationalistes vietnamiens) à des fins politiques n’est pas le propre de ce parti mais il témoigne de la volonté de la mise en drame par le visuel du destin des Vietnamiens en lutte jusqu’à la mort pour l’indépendance de leur pays. L’image détournée doit servir la cause indépendantiste, anticoloniale, nationaliste et révolutionnaire et nourrir la martyrologie du VNQDĐ.

Comble de l’ironie, ces révolutionnaires vietnamiens qui demandaient l’application de la devise républicaine « liberté – égalité – fraternité » à l’Indochine furent exécutés par l’instrument de terreur lié à l’imaginaire de la Révolution française. Les descendants de la Révolution française, placés en situation coloniale, usèrent de cette machine à tuer contre les partisans de la révolution vietnamienne. Cet écart de considération envers les « Annamites » avaient été, dès les années vingt, dénoncé par les révolutionnaires Nguyễn An Ninh ou Nguyễn Ái Quốc, le futur Hồ Chí Minh, eux aussi attachés aux idéaux de 1789.

Il est évident que ce détournement d’image n’enlève rien à la brutalité de l’acte répressif du 17 juin 1930. Il atteste, 80 ans après les faits, de ce besoin d’image, refusé par les autorités coloniales sur les massacres des milliers de révolutionnaires et de paysans (nationalistes ou communistes) lors des importantes révoltes de 1930 et 1931.

L’histoire contemporaine du Viêt-Nam, à la fois tumultueuse et complexe, est richement illustrée sur la toile. Cette histoire est d’autant plus riche en illustrations qu’il faut prendre garde à ce qui nous est donné à voir. Ce besoin d’images pour illustrer des périodes troubles de l’histoire doit de toute évidence nous faire réfléchir sur les sources iconographiques, l’utilisation de l’image sous toutes ses formes, son sens réel ou caché et sa circulation sur la toile.

François Guillemot, 28/03/2014.

 

* * *

Sur le même thème :

 

Pour citer cet article / To cite this article: François Guillemot, "Décryptage 3 : Besoin d’image, besoin de sens – à propos d’une image iconique associée à la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam," sur Mémoires d'Indochine, 28/03/2014. Lien : https://indomemoires.hypotheses.org/13963.

« Thao, l’étrangère » par Caroline Grillot

Grillot, Caroline, Volées, Envolées, Convolées… Vendues, en fuite ou re-socialisées: les “fiancées” vietnamiennes en Chine. Paris: Connaissances et Savoirs, 2010. Extrait ci-dessous publié avec l’autorisation de l’auteure.

 

Thao « tây », l’étrangère (extrait : p. 152-154)

Simple vendeuse de rafraîchissements et de tabac à la buvette de trottoir du poste frontière de Hekou lors de notre première rencontre, Thao m’a très vite remarquée et s’est spontanément présentée à moi comme une « presque sœur », une fois mon identité française précisée. Son visage singulier m’avait d’ailleurs interpellée tandis que je commençais à m’informer sur les mariages mixtes auprès des Vietnamiennes présentes. L’appellation de « sœurs » entre femmes est courante lorsqu’une relation sympathique s’instaure – au Vietnam comme en Chine, cela ne m’aurait pas intriguée davantage si Thao n’avait précisé que son père était français, comme le mien. Un rapide calcul étonnait : née en 1971, de père français, à Yên Bái? Le Vietnam du nord se trouvait alors soumis aux bombardements intensifs des Américains, comment se pouvait-il qu’un Français résidât encore dans la région ? C’était méconnaître un pan de l’histoire coloniale, vite oublié, jamais enseigné. Petit à petit, au cours de dîners chez elle, de discussions fragmentées à la buvette, de retrouvailles au Vietnam à Yên Bái chez sa mère, Thao me révéla son histoire[1] enrichie peu à peu de précisions apportées par son entourage et d’éclairages précieux de Nelcya Delanoë, jusqu’à devenir, de rencontre anecdotique, un exemple singulier parmi ceux pour lesquels je me trouvais à la frontière. J’égrènerai donc la suite de cette étude d’extraits de son récit dont voici l’entrée en matière :

Mon père combattit avec l’armée française à Diên-Bien-Phu, on m’a dit qu’il était Algérien ou Marocain [Après enquête, j’ai pu expliquer le cas de son père à Thao qui confondait Français, Marocain et Algérien. Personne ne lui avait expliqué le pourquoi de l’identité complexe de son père – Marocain engagé dans l’armée coloniale française, rallié au Viêt-minh, resté au Nord-Vietnam vingt ans et rapatrié comme sujet d’un royaume devenu indépendant]. Il m’a abandonnée un an après ma naissance pour retourner dans son pays, il ne m’a laissé qu’un prénom et son nom. Ma mère aussi m’a abandonnée, c’est une mère adoptive qui m’a élevée[2]. Depuis toujours, les gens me surnomment « Thao tay » [Thao l’étrangère]. Je ne le prends pas mal, c’est vrai que je parais différente. Mes cheveux ondulent et je ne ressemble pas tout à fait aux autres Vietnamiennes. Je réagis seulement lorsque mes origines sont prétextes aux insultes. Dans mon enfance, j’ai souffert du manque d’affection, des regards, ça m’a rendu sensible et agressive. J’ai commencé à fumer à quinze ans[3]. Les gens ont toujours su que j’étais une enfant abandonnée puis adoptée. Ma mère s’est souvent disputée avec ceux qui parlaient mal de moi. En tant que femme qui « a couché avec un étranger », elle a également subi une discrimination[4]. Malgré tout, elle m’a élevée, dans la pauvreté, mais dans la compassion. Je la respecte beaucoup. En Chine, les gens sont moins regardants, on m’identifie comme Vietnamienne, c’est tout, chacun s’occupe de ses affaires ici.

Fille d’exclus, jeune femme trafiquée vendue à un paysan de Hekou, échappée, remariée à un Vietnamien de Yên Bái, devenue presque aussi rapidement mère que veuve, Thao s’est alors prostituée, en alternance avec des périodes de concubinages avec certains clients, avant de tenter une réinsertion chez elle. Sans succès, elle cherche aujourd’hui sa place dans un espace social qui a marqué ses trente dernières années, héritière d’une identité métisse, obstacle initial l’ayant précisément conduite vers une marginalité sociale d’autant plus difficile à assumer avec une telle filiation. Elle se situe à la limite de deux catégories, les déterminées et les désespérées, c’est-à-dire déterminée à trouver sa place en Chine ou au Vietnam, auprès d’un compagnon aimant… mais désespérée par les successives déceptions et tromperies subies[5].

 


[1] Le récit ci-dessous est une reconstitution faite à partir de fragments de discussions longues et parfois pénibles dues aux barrières de langues.

[2] Cette femme était mariée, elle aussi, à un Marocain ; le couple adopta Thao dont la mère ne pouvait assumer l’éducation. Pour compliquer l’affaire, il est apparu que Thao serait en réalité la fille illégitime d’un amant, Marocain aussi, raison pour laquelle sa génitrice ne pouvait la garder. En 1972, à l’heure du rapatriement des Marocains et de leur famille au Maroc, elle refusa de quitter son pays et se sauva avec Thao, obligeant le père à partir seul, ce que Thao prenait pour un abandon volontaire jusqu’à ce que les circonstances exactes de la séparation du couple fussent éclaircies.

[3] À l’époque de la rencontre, Thao fumait environ un paquet de cigarettes par jour, dépendance qu’elle expliquait par ses soucis, sa crainte du futur et son malaise identitaire.

[4] La mère adoptive était également la compagne d’un rallié marocain.

[5] Heureusement, à l’heure actuelle (fin 2009), Thao vit dans de bien meilleures conditions qu’elle doit à sa détermination, son courage et la bonne volonté de plusieurs personnes sensibilisées à sa situation.

 

* * *
Résumé de l’ouvrage
Elles vivent discrètement dans les bourgades et villages chinois du Yunnan et du Guangxi, à la frontière de leur pays d’origine. Migrantes clandestines, femmes abusées, des Vietnamiennes de tous âges tentent de vivre décemment une existence d’épouse et de mère, exclues malgré elles de leur communauté. Si leurs consœurs des bordels frontaliers attirent l’attention, ces infortunées ne suscitent guère l’intérêt. Héritières d’un turbulent passé de conflits, de négoce et d’alliances matrimoniales entre Chine et Vietnam, poussées par la pauvreté et l’espoir, elles contribuent pourtant à résoudre un grave problème que la Chine subit depuis peu, conséquence de la politique de contrôle des naissances et de l’exode rural: le manque de filles, et donc d’épouses pour nombre de paysans. Au-delà des explications faciles: difficultés économiques, déséquilibre démographique, trafic humain, cette enquête inédite donne la parole à ces femmes dont l’image ambiguë sert un discours local ambivalent. Fruit d’enquêtes menées très récemment, les témoignages et situations nourrissant cet essai expriment la complexité d’un fait social existant de manière floue entre flux migratoires et transactions commerciales, typiques d’Extrême-Orient et surtout de cet espace frontalier en devenir. Prétendre saisir ces vies souvent réduites à l’impasse, précaires, existant en marge du monde, impose de se confronter au terrain, à l’écoute des épreuves individuelles, sans parti-pris ni compromission et avec humilité.