Ông Bùi Tín lý giải các góc độ trận Tết Mậu Thân [BBC]

Alors que le débat fait rage sur la toile sur le cinquantième anniversaire de l’Offensive du Têt et en particulier sur le rôle de quelques intellectuels communistes pendant le massacre de Huê, le colonel Bui Tin a donné dans un entretien avec la BBC (programme en vietnamien) quelques clés de compréhension de cet événement majeur de la guerre du Viêt-Nam.

Lien : Ở Hà Nội ‘không có sự đồng nhất về Mậu Thân’, BBC Vietnamese, 19/02/2018.

Pour en savoir plus :

  • Thụy My, « Vì sao Việt Nam ít đề cập đến Tết Mậu Thân 1968« , RFI (Vietnam), 21/02/2018. Theo ông Nguyễn Quang A, 72 tuổi, một doanh nhân về hưu và cựu đảng viên đã trở thành một nhà ly khai ở Hà Nội, ký ức về Tết Mậu Thân chỉ được công khai nói đến bằng những từ ngữ mơ hồ. “Tôi nghĩ rằng Đảng muốn chôn vùi mọi kỷ niệm cũ, vì nó làm suy yếu tính chính danh của họ”.
  • Voir aussi le dossier sur le programme vietnamien de la BBC : 50 năm trận Tết Mậu Thân

Do Benoît Hien & Pham Quang Minh : Nouvelles élites économiques vietnamiennes

[ndlr] Parution d’un numéro intéressant de la revue Études Vietnamiennes (N°3-2017, 205) sur les élites économiques de la RSVN. Extrait de l’introduction (p. 5-6, corrigée par nos soins) de cette étude rédigée en 2015.

Un regain d’intérêt se dessine ces dernières années dans de nombreuses disciplines à l’égard des études sur les élites économiques. Cet objet de recherche prend une résonance particulière dans le contexte actuel de crises financières et économiques ainsi que de remise en cause de modèles managériaux. Qu’est-ce qui, aujourd’hui, assied l’autorité économique ? Les détenteurs de cette autorité et leurs critères d’éligibilité sont plus que jamais variés : la propriété du capital, le diplôme, le poids des réseaux sociaux, l’appartenance politique. Les trajectoires ou les modes de sélection pour accéder à un tel statut ne semblent pas, en tout cas, suivre un schéma-type.

Au Vietnam, l’intérêt porté à ces questions est d’autant plus légitime que l’environnement sociopolitique vietnamien connaît des tournants majeurs. Près de trois décennies après le lancement de la politique de « renouveau » (doi moi), lors du VIe Congrès du Parti communiste en 1986, l’économie vietnamienne, laboratoire des réformes, se voit muter d’un régime de gestion centralisateur et dirigiste à ce que l’on appelle désormais une « économie de marché à orientation socialiste ». Les objectifs de modernisation et d’industrialisation du pays, ainsi que l’ouverture et l’intégration internationales bouleversent le paysage économique et changent en profondeur ses acteurs.

Peut-on parler de l’émergence d’élites nouvelles dans une économie métamorphosée, bon gré mal gré, par la politique nationale d’ouverture et d’intégration internationale ? Ce renouvellement porte-t-il les caractéristiques de la « transition » – terme utilisé pour qualifier la longue et singulière étape de développement politico-économique du Vietnam – initiée dès les années du doi moi et dans laquelle le pays se situe toujours en 2015 ?

Cette étude se propose de mettre en relief ce passage de l’ancien au nouveau mode de gestion économique et de questionner s’il  a donné lieu au remplacement d’une élite par une autre, ou à l’arrivée de nouveaux membres venus se greffer aux représentants de l’élite ancienne. Cette analyse de l’évolution des élites économiques vietnamiennes sur plus de deux décennies vise ainsi à explorer les changements et/ou les constances dans le profil et les parcours des dirigeants d’entreprise, notamment à l’heure où le pays s’engage plus profondément dans l’intégration internationale, parallèlement aux mutations du socialisme vietnamien. […]

Do Benoît Hien & Pham Quang Minh

Olga Dror : The Author and her Work [about Nha Ca]

[ndlr] A l’occasion des cinquante ans de l’Offensive du Têt, relisons l’article historique d’Olga Dror en introduction du témoignage de Nha Ca paru en 1969 et traduit en anglais en 2014 (p. xv-lxv).

Réf. : Nha Ca, Mourning Headband for Hue. An Account of the Battle for Hue, Vietnam 1968, Indianapolis, Indiana University Press, 2014. Translated with an Introduction by Olga Dror.

 

Le Viêt Nam contemporain entre ruptures et constructions [RCF]

[ndlr] L’émission « La suite de l’histoire » à écouter cette semaine sur RCF.

François Guillemot, Ingénieur de recherche au CNRS et chercheur à l’IAO, intervient cette semaine (du lundi 5 au vendredi 9 février à 13h15) dans l’émission de Véronique Alzieu « La suite de histoire » sur RCF. Il revient sur l’histoire interne d’un pays marqué par les bouleversements politiques et les guerres au cours du XXe siècle.

L’histoire contemporaine du Viêt Nam est marquée par de profondes fractures. L’État nation réunifié d’aujourd’hui doit faire face à de nouveaux défis dans le contexte de mondialisation.

 

Ý kiến về lễ kỷ niệm 50 năm Mậu Thân ‘rầm rộ’ [BBC Vietnamese]

[ndlr] Une chronique intéressante sur la commémoration officielle par la RSVN de l’Offensive du Têt 1968, à lire comme illustration de la persistance d’une des fractures vietnamiennes.

Tổng Bí thư Nguyễn Phú Trọng cùng các lãnh đạo cao nhất trong Đảng Cộng sản dự lễ kỷ niệm 50 sự kiện mà Việt Nam gọi là « Cuộc Tổng tiến công và nổi dậy Xuân Mậu Thân 1968 ».

Năm 1968, biến cố tổng tấn công trên khắp các địa phương của Việt Nam Cộng Hòa đã tạo ra bước ngoặt trong Chiến tranh Việt Nam.

Bí thư Thành ủy TP.Hồ Chí Minh Nguyễn Thiện Nhân phát biểu tại buổi lễ, nêu lập trường chính thức của Đảng:

« Cuộc Tổng tiến công và nổi dậy Xuân Mậu Thân 1968 mãi mãi là biểu tượng sáng ngời của lòng yêu nước, của ý chí quyết tâm sắt đá, tinh thần quyết chiến, quyết thắng của toàn Đảng, toàn dân và toàn quân ta để giành độc lập, tự do, được dẫn dắt, soi đường bởi sự lãnh đạo tài tình, đường lối đúng đắn của Đảng ta và Chủ tịch Hồ Chí Minh vĩ đại ».

Ý kiến ‘phi chính thức’

Tuy vậy, giáo sư Nguyễn Khắc Mai, cựu Vụ trưởng Vụ Nghiên cứu, Ban Dân vận Trung ương Đảng Cộng sản Việt Nam nói với BBC: « Tôi cho rằng không nên làm kỷ niệm Mậu Thân rầm rộ, nghiên cứu thì cứ nghiên cứu để tìm ra bài học ngăn ngừa chuyện ấy trong tương lai. »

« Không nên khoét sâu những nỗi đau của một cuộc chiến huynh đệ tương tàn như vậy. »

« Người nhà đánh nhau, nồi da xáo thịt thì oai hùng nỗi gì mà tưởng niệm. »

« Hơn nữa, tôi thấy bây giờ dư luận không để ý nhiều đến buổi lễ này. »

« Bây giờ không phải bất kỳ sự kiện nào Đảng làm thì người ta cũng theo dõi, hoan nghênh đâu, » ông Khắc Mai cho hay.

Hôm 1/2, nhà báo tự do Nguyễn An Dân bình luận với BBC:

« Đảng Cộng sản Việt Nam dùng chữ « tri ân », vậy lễ này tri ân những người nằm xuống vì cái gì? Vì họ chiến đấu cho đảng? Hay vì họ nội chiến với chính đồng bào của mình? »

Lire la suite : BBC Vietnamese, 01/02/2018.

Image « à la une » : April 1969: a South Vietnamese woman mourns over the body of her husband, found with 47 others in a mass grave near Hue © AP Photo/Horst Faas

Marie Gibert-Flutre : Repenser la production des espaces publics contemporains au Vietnam. Réflexions à partir de Hồ Chí Minh Ville

[ndlr] Deux interventions à ne pas manquer.

La prochaine séance du séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » se tiendra le vendredi 9 février, de 16h à 18h, en salle d’Histoire de l’École normale supérieure (45 rue d’Ulm, 75005 Paris)

Repenser la production des espaces publics contemporains au Vietnam. Réflexions à partir de Hồ Chí Minh Ville
par Marie Gibert-Flutre (UMR Cessma, UFR de Langues et Civilisations de l’Asie Orientale, Université Paris-Diderot)

L’échec des efforts de paix en 1946 : qui est Hô Chi Minh ?
par Nguyen Thi Tu Huy (Laboratoire du Changement Social et Politique, URF Sciences Sociales, Université Paris Diderot)

Affiche TransferS 9 février 2018

Entrée libre dans la limite des places disponibles
En raison du plan Vigipirate prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS

Séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » organisé par Mme Nguyễn Giáng Hương (BnF) en collaboration avec le labex TransferS

Affiche programme France Vietnam 2017-2018

Image « à la une » : l’espace public vietnamien, Hô Chi Minh-Ville © Marie Gibert-Flutre

Où situer le communisme ? Une approche interdisciplinaire du politique (Paris Diderot) – Appel à communications

[ndlr] Appel à communication d’une journée d’étude sur le communisme de la théorie marxiste à la pratique léniniste-maoïste et à la réalité.

APPEL A COMMUNICATIONS

Où situer le communisme, entre démocratie et totalitarisme ?

Journée d’étude

Université Paris Diderot – 16 mai 2018

La journée d’étude sera organisée sous l’égide de l’Action structurante « La Fabrique du politique : utopies, émancipations, radicalisations. Une approche interdisciplinaire du politique ».

Comité scientifique : Sophie COEURE (Université Paris Diderot, ICT), Marie CUILLERAI (Université Paris Diderot, LCSP), Martine LEIBOVICI (Université Paris Diderot, LCSP), Aurore MREJEN (Université Paris Diderot, LCSP), Benoît de TREGLODE (Ecole militaire, IRSEM).

Argumentaire

De Marx à Lénine la « dictature du prolétariat » est devenue la « dictature démocratique ». Ce concept, dans la perspective d’Althusser, peut ouvrir la stratégie du communisme comme un projet à long terme, en passant par l’étape socialiste. Il possède de plus le statut d’un concept scientifique parce qu’il est démontré, prouvé et vérifié dans la pratique de Lénine. Pour Marx et les marxistes comme Althusser, la dictature prolétarienne est la manifestation la plus haute de la démocratie populaire, et le communisme est la forme politique capable d’assurer la liberté la plus large et la plus complète de l’être humain. Néanmoins, aux yeux d’Edgar Morin, ce mot-mythe « dictature du prolétariat » se transforme en réalité en mot-illusion : la pratique de Lénine lui-même a renversé le sens de ce mot, le pouvoir dictatorial du prolétariat au sens de Marx n’existe pas, seule la monopolisation totale du pouvoir du Parti bolchevik est réelle, soit le totalitarisme en pratique. Ce point de vue est partagé par des intellectuels ayant vécu sous le régime soviétique du bloc de l’Europe de l’Est : Vaclav Havel voit dans le régime communiste un système authentiquement totalitaire, tandis qu’Agnès Heller conclut que le régime communiste est totalitaire parce que se trouve au centre du pouvoir un parti tout-puissant qui contrôle l’ensemble de la société.

Le caractère complexe de ce phénomène politique pourrait se résumer aussi par l’expression « démocratie totalitaire » utilisée par Jacob L. Talmon dans son ouvrage Les origines de la démocratie totalitaire, paru en 1952. Tandis que le livre Les Origines du totalitarisme de Hannah Arendt, publié en 1951, décrit le type de régime totalitaire comme caractérisé par la domination totale et la terreur, dans lequel ne reste rien de la démocratie. Cette complexité, Enzo Traverso, l’a bien mise à jour dans son livre Le totalitarisme, le XXe siècle en débats, en 2001, ce qui témoigne de la permanence du débat.

Alors, où situer le communisme, entre démocratie et totalitarisme ?

Cette question reste d’actualité, puisque l’idée communiste continue d’être revendiquée. Et perdurent des régimes érigés en son nom. Il est significatif que tous les régimes communistes actuels se définissent comme démocratiques, en dépit de leur mode de pratique réel. La Corée du Nord, par exemple, porte le nom « La République populaire démocratique de Corée ». S’impose donc une nécessité de porter un regard – ou plutôt des regards croisés de différentes disciplines – sur ce phénomène complexe, de son passé à son futur, pour en améliorer la compréhension.

La complexité communiste peut être examinée sous les trois aspects suivants, qui ne prétendent pas par ailleurs à l’exhaustivité des approches :

En quoi le communisme se définit-il comme démocratique ? L’aspect utopique de l’idéologie marxiste et le caractère mensonger de la propagande communiste ont été abondamment discutés. Cependant, une certitude comme celle du révolutionnaire Trotski – selon laquelle la dictature du prolétariat doit être l’épanouissement suprême de la démocratie ouvrière – ainsi que l’existence des soviets prouvent que parfois, entre l’illusion, l’utopie, le mensonge et le réel, il n’existe pas une séparation totale ou une frontière claire. Réexaminer cette question à l’heure actuelle est une exigence de la pensée politique, nécessaire pour comprendre sur quelles bases le communisme se définit comme démocratique, comment l’utopie démocratique du communisme a été possible, chez Marx, chez certains penseurs marxistes (Althusser, Mandel) et chez certains hommes d’action marxistes (Trotski, Hô Chi Minh).

Le totalitarisme est-il la forme la plus radicale de la pratique communiste, laquelle n’existerait que sous Staline, comme Hannah Arendt l’a pensé, ou bien cette forme serait-elle toujours d’actualité, bien que nuancée ? La controverse autour de la définition des régimes totalitaires affiche la complexité de ce phénomène politique sur lequel rien n’est encore tranché : le totalitarisme communiste commence-t-il avec Lénine, selon la thèse proposée par Stéphane Courtois ? L’Union soviétique post-stalinienne et le bloc de l’Europe de l’Est peuvent-ils être qualifiés de totalitaires comme dans la conception de Vaclav Havel ? Ou faut-il remettre en question ce cadre même de pensée, comme l’ont proposé Moshé Lewin ou encore Marc Ferro, en décentrant la question politique et notamment la lecture totalitaire, pour écrire une histoire sociale de l’Union soviétique ? Le potentiel du concept « totalitarisme » pour discuter le phénomène communiste est-il épuisé ou conserve-t-il sa pertinence pour les sciences sociales ?

Du passé au présent, les interrogations restent les mêmes. À quel type de régime rattacher les communismes actuels : la dictature à parti unique, l’autoritarisme, le néo-autoritarisme ou encore le totalitarisme… ? Et comment définir les régimes de la Corée du Nord, de la Chine ou du Viêt Nam ? Dans la lignée de l’œuvre de H. Arendt sur la nature du totalitarisme, est-il possible de saisir la nature des régimes politiques de ces pays ? Comment les situer face à l’héritage de l’expérience historique soviétique ? Et comment penser les complexités sociales sous régime communiste (emprise du régime sur la vie privée, marginalité, dissidence, etc.) ? Comment les sciences sociales et l’Université ont-elles reçu et interprété, de la Guerre froide à nos jours, ces régimes politiques et leurs différents phénomènes sociaux ?

Cette journée d’études s’inscrit dans une approche pluridisciplinaire (philosophie, histoire, science politique, sociologie, anthropologie, civilisation, géographie, littérature, études cinématographiques, etc.) et s’adresse à des doctorants, de jeunes chercheurs, des chercheurs confirmés, ainsi qu’à des témoins variés, afin de proposer une réflexion sur l’expérience communiste.

Les propositions en français (env. 300 mots) et une courte biographie sont à envoyer avant le 26 février 2018 à l’adresse suivante : situerlecommunisme@gmail.com. Les réponses aux auteurs seront communiquées pour le 12 mars. La participation à la journée d’études est gratuite. Les éventuels frais de transports et d’hébergement ne pourront pas être pris en charge par les organisateurs.

Comité d’organisation : Sandra DOMINIQUE (Université Paris Diderot, ED 382, ICT), Thi Tu Huy NGUYEN (Université Paris Diderot, ED 382, LCSP), Nataliya YATSENKO (Université Paris Diderot, ED 382, ICT).

Responsable :

Sandra DOMINIQUE, Thi Tu Huy NGUYEN, Nataliya YATSENKO

Image « à la une » : affiche de propagande chinoise © DR

La lutte contre la corruption, outil politique du Politburo vietnamien

La reprise en main du Parti communiste vietnamien (PCV) sur les affaires du pays se confirme au fil des mois. Depuis le XIIe Congrès marqué par l’éviction de Nguyên Tân Dung, Premier ministre de la RSVN pendant dix ans, de 2006 à 2016, le niveau politburo a entrepris une vaste opération de reprise de contrôle sur une partie du monde politico-économique qui lui échappait – les fameux groupes d’intérêts – et sur ses propres cadres. Cette opération se déroule actuellement sous deux formes : la première consiste à re-discipliner les cadres du Parti, la seconde à lutter contre la corruption. Ces deux outils apparaissent néanmoins comme un moyen de consolider le dirigeant actuel du PCV Nguyên Phu Trong, secrétaire général du PCV depuis 2011 et son équipe. On a pu observer ces dernières semaines les moyens mis en œuvre pour traquer jusqu’à l’étranger, hors des frontières du Viêt-Nam, des hauts cadres impliqués dans des réseaux économiques susceptibles de damer le pion au parti et, ce n’est guère un hasard, souvent lié au réseau politico-économique de l’ancien Premier ministre. Compte tenu de la complexité du dossier et le temps qu’il conviendrait de passer pour l’analyser en profondeur, la rapidité de l’enquête et du jugement questionne déjà les avocats du pays1.

Rectification idéologique et verrouillage intérieur

L’histoire du Parti communiste vietnamien est jalonnée de campagnes de « rectification idéologique » et de mises à l’épreuve de ses membres. La purge brutale initiée par la réforme agraire radicale de 1953-1956 n’a pas été rééditée du fait de sa violence contre-productive et de la fracture qu’elle a laissé au sein du mouvement communiste2. Par contre, des purges internes plus douces, du moins beaucoup moins brutales qu’en Chine populaire et surtout moins médiatisée par le pouvoir en place, ont été menées tout au long de la guerre de réunification. La plus célèbre reste la campagne contre le révisionnisme anti-parti initiée en 1967 pour museler la branche pro-soviétique du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam et mener tambour battant la guerre de réunification3. Ce système d’autocontrôle, pour préserver l’unité et le caractère monolithique du parti a bien fonctionné pendant la guerre dans le secret d’une information étatique triée sur le volet.

Il fonctionne aujourd’hui, quarante-trois ans après la fin de la guerre civile, de moins en moins bien surtout depuis l’avènement de la politique de Renouveau (lors du VIe Congrès de décembre 1986). D’une part, parce que la politique pragmatique initiée par le Dôi Moi a remis en selle les « experts » au détriment des « rouges » et d’autre part, parce qu’il fallait réinventer une voie idéologique, celle de « l’économie de marché à orientation socialiste » pour accompagner les changements économiques et sociaux. Ces dernières trois décennies ont ainsi vu émerger des sensibilités plus ou moins concurrentes au sein du PCV. On a ainsi parlé de plusieurs binômes antagonistes tels que rénovateurs vs conservateurs sur le plan politique,  pro-américains vs pro-chinois sur la question de la Mer de Chine méridionale, libéraux vs planificateurs sur le plan économique, services secrets militaires (Cuc 2) vs service secrets policiers (Cuc 5) sur la conduite de la sécurité nationale, nordiste vs sudiste, etc. Tous étant d’accord pour maintenir la cohésion fondamentale du Parti pour se maintenir au pouvoir. A l’issue du XIIe congrès national, le secrétaire général, reconduit dans ses fonctions, avait déclaré à la presse :

« Nous tenons à suivre les recommandations de l’Oncle Hô : préserver la solidarité au sein du Parti, protéger la moralité du Parti pour diriger le peuple sur la voie choisie par le Parti, le Président Hô Chi Minh et le peuple »4

Ce facteur (primauté de la cohésion) exige que les affaires se règlent dans le secret du fonctionnement du Parti, dans les alcôves des Comités populaires et des différentes instances d’auto-contrôle de l’État-Parti (les comités d’éducation et de propagande et les services de contrôle dédiés à la discipline de Parti). Autrement dit, le PCV dispose d’une police interne qui veille à la cohésion et à la soumission des différentes sensibilités au Politburo en exercice. La publication du Décret 102 du Politburo le 15 novembre 2017 concernant la discipline du Parti est claire5. Gare à ceux qui s’écartent de la ligne officielle, qui enfreignent les lois strictes du règlement ou qui entendent s’émanciper par le pouvoir économique. Une lecture des événements récents peut-être faire dans ce sens. Et si l’on remonte dans le passé, les cas de Nguyên Van Linh et de Vo Van Kiêt peuvent être évoqués pour montrer à quelle point la ligne rouge dessinée par le Politburo ne peut être franchie. Rappel des faits à travers les affaires Trinh Xuân Thanh, Dinh La Thang et Vu Nhôm.

Procès pédagogiques et regrets éternels

Récemment, l’opinion publique vietnamienne a suivi avec assiduité un long feuilleton de « procès pédagogiques » contre la corruption. Si le feuilleton « comment faire tomber de hauts-cadres corrompus indisciplinés » déclenche une passion populaire et une certaine empathie de la population pour la répression des comportements abusifs, il semble cacher des desseins politiques plus complexes qui ont maille à partie avec les dirigeants actuels soucieux d’imposer une discipline de fer à ses cadres. En effet, depuis la destitution de Nguyên Tân Dung en janvier 2016, une lutte interne s’est engagée pour reprendre le contrôle du Parti notamment au Sud. Le « réseau » de l’ancien Premier ministre est l’objet d’attaques ciblées. La première victime de poids fut Dinh La Thang, un membre du Politburo, né en 1960 et originaire de Nam Dinh, objet d’une action disciplinaire du Parti et poussé à la démission du Comité du Parti à Hô Chi Minh-Ville dont il était secrétaire depuis un an et 94 jours6. M. Thang est finalement destitué (provisoirement) le 8 décembre 2017 de ses fonctions de Vice-directeur du Comité central du Parti pour l’économie et de celle de député de l’Assemblée nationale pour la province de Thanh Hoa. En dehors de ces dernières fonctions, Dinh La Thang fut désigné par le Premier ministre Phan Van Khai (en fin de mandat) à la fin de l’année 2005 pour intégrer le bureau directeur chargé de la gestion de l’entreprise d’État PetroVietnam dont il assura la présidence à partir de janvier 20067. Le 22 janvier M. Thang était condamné en première instance à 13 ans de prison pour « actes volontaires contraires aux réglementations de l’État relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences »8.

Le second personnage issu des rangs du PCV à être inquiété a fait la une de la presse vietnamienne en début d’année. Dirigeant entre 2009 et 2013 de l’entreprise d’État PetroVietnam (Petrovietnam Construction Joint Stock Corporation), Trinh Xuan Thanh (né en 1966) fut accusé d’avoir fui à Berlin en Allemagne après avoir causé des pertes massives à hauteur de 4 milliards de VND (environ 145 millions d’ euros) pour l’entreprise publique. Ce héros du travail (récompensé en 2011), aurait provoqué ce trou par des malversations volontaires notamment en plaçant l’argent hors du Viêt-Nam. Kidnappé en Allemagne par la police secrète vietnamienne et arrêté, il est extradé vers son pays le 23 juillet 2017 pour y être jugé9. Fait notable, membre du PCV, Trinh Xuan Thanh a débuté sa carrière en Allemagne de 1990 et 1995. Fait-il partie de ces « retours de l’Est » qui ont apporté du crédit au Renouveau économique ? Outre cet aspect économique, l’affaire s’avère politique. En effet, avant son départ en Allemagne en septembre 2016, M. Thanh avait demandé expressément de quitter le Parti et ses différentes fonctions soulignant un manque de confiance envers le Politburo actuel et en particulier envers Nguyên Phu Trong le secrétaire général du PCV. Sa demande a été publié dans la presse10 mais aussi sur un blog dissident (voir plus bas).

A partir du lundi 8 janvier, un procès pour « actes volontaires contraires aux réglementations de l’État relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences », et « détournement de biens » s’ouvrait à Hanoi avec Trinh Xuan Thanh et neuf co-accusés11. Cependant, décidé à faire entendre sa voix, le principal accusé a plaidé non coupable, mettant en avant le manque de preuves. Néanmoins au cours de cette semaine d’audience la défense de M. Thanh s’est modifié et les médias vietnamiens ont relayé ses regrets et excuses publiques dans le style le plus pur des procès pédagogiques : excuses à Nguyên Phu Trong envers lequel il avait des émis des doutes politiques12. Faire amende honorable c’est aussi tenter de sauver sa peau car la condamnation est lourde : la perpétuité. Or, les excuses de M. Thanh parasitée par sa contestation des faits (il aurait été l’objet d’une manipulation) n’ont pas suffi à réduire considérablement sa peine. Lors d’une seconde audience concernant une autre affaire de corruption (PVP Land) le 5 février 2018, la tribunal populaire de Hanoi inculpa M. Thanh de « détournement de biens » et confirma pour la seconde fois sa condamnation à la perpétuité. Son fils (Dinh Manh Thang), inculpé également, écopa de neuf ans de prison13.

Bùi Thanh Hiếu alias Người Buôn Gió (le vendeur de vent), le célèbre blogueur avec lequel Trinh Xuân Thanh prit contact pour relayer sa décision de quitter le Parti expose sur son blog son sentiment vis-à-vis de l’application du droit vietnamien :

Không có toà án, không có nhà nước, không có luật pháp. Chỉ có bác tổng bí thư Nguyễn Phú Trọng, đảng trưởng đảng cộng sản là trên hết tất thảy mọi thứ. Tại một phiên toà của nhà nước pháp quyền mà bị cáo xin lỗi một ông đảng trưởng như vậy, lẽ ra phải là nỗi đau và nhục của một đất nước mà mọi giá trị về pháp luật đều thua một ông đảng trưởng một đảng. Thế nhưng lại hân hoan đưa những lời xin lỗi của bị cáo như thế lên báo chí, truyền thông như một thắng lợi?14

Pas de tribunal, pas d’État, pas de loi. Seul le secrétaire général Nguyen Phu Trong, chef du parti communiste, passe avant toute chose. Dans un État respectueux de la loi si un accusé s’excuse de la sorte auprès d’un chef de parti, cela apparaîtrait douloureux et humiliant pour le pays, signifiant que toutes les valeurs juridiques ont été foulées au sol pour le chef d’un parti unique. Faut-il considérer les regrets et les excuses de l’accusé dans les médias comme une victoire ?

En effet, l’important pour le Parti réside dans cet acte de contrition. Il se s’agit pas d’inciter ou de permettre aux journalistes d’enquêter sur l’affaire et ses ramifications, d’investiguer le champ de la corruption dans les hautes sphères de l’État ni même de donner à comprendre le mécanisme qui mène à de telles dérives. Il ne s’agit pas d’un exercice de droit et de justice. Pour l’heure, seules les excuses publiques de « l’accusé » comptent. Le Parti en sera-t-il pour autant sain et sauf ?

FG

[à suivre]

Image « à la une » : Dinh La Thang au tribunal © 2018 Zing / P.D.

Pour en savoir plus, voir les entrées :

Voir aussi le débat de la BBC :

MàJ 05/02/2018.

Notes

  1. Voir le débat à la BBC []
  2. Voir : « Pour l’étude des filiations du communisme vietnamien : l’utilité d’une base de données prosopographique« , Mémoires d’Indochine, 25/11/2015 []
  3. , « The Ideological Debate in the DRV and the Significance of the Anti-Party Affair, 1967–68« , Cold War History, Vol. 5, Iss. 4, 2005, p. 479-500 ; , « ‘Revisionism’ in the Democratic Republic of Vietnam: New Evidence from the East German Archives« , Cold War History, Vol. 5, Iss. 4, 2005, p. 451-477 []
  4. VNA, CVN, « Gala saluant le succès du XIIe Congrès du PCV« , Le Courrier du Vietnam, 29/01/2016 []
  5. Voir en ligne : Quy định 102-QĐ/TW 2017 xử lý kỷ luật đảng viên vi phạm. Un florilège de mesures disciplinaires qui nécessiterait à lui seul un article de recherche []
  6. A titre de comparaison, Lê Thanh Hai (né en 1950), son prédécesseur, était resté à ce poste neuf ans et trois mois, de 2006 à 2015 []
  7. Il gravit encore un échelon dans la structure qui gère l’entreprise à partir de décembre 2008 []
  8. Voir : VNA, « Trinh Xuân Thanh condamné à la perpétuité, Dinh La Thang à 13 ans de prison« , Vietnam +, 22/01/2018 []
  9. Cette affaire souleva les protestations diplomatiques officielles de l’Allemagne. De retour au Viêt-Nam et sous pression policière, Trinh Xuan Thanh avança que son retour était volontaire []
  10. Journal Thanh Niên du 6/09/2016 []
  11. Cf. VNA/CVN, « Le parquet expose ses arguments contre Trinh Xuan Thanh« , Le Courrier du Vietnam, 16/01/2018 []
  12. Trịnh Xuân Thanh hối hận, gửi lời xin lỗi Tổng bí thư, VietnamNet, 17/01/2018 ; Kami, Lời xin lỗi của Trịnh Xuân Thanh, Đinh La Thăng và tư duy của quan chức Cộng sản, RFA Vietnam, 19/01/2018 []
  13. Voir Trịnh Xuân Thanh bị tuyên chung thân lần hai, BBC Vietnamese, 05/02/2018 ; Tiến Nguyên, Tuyên phạt Trịnh Xuân Thanh tù chung thân, Đinh Mạnh Thắng 9 năm tù, Dân Tri, 05/02/2018 []
  14. Voir en ligne : Cháu xin lỗi bác tổng bí thư Nguyễn Phú Trọng, 19/01/2018 []

Olivier Favier : [Livre] Vietnam, une plongée au coeur d’une nation fracturée [RFI]

[ndlr] La chronique d’Olivier Favier, à lire sur le site de Radio France Internationale.

Le Vietnam a été au centre des passions et des convoitises occidentales durant plus d’un siècle. Son destin est devenu un enjeu pour nombre de grandes puissances, la France et les États-Unis bien sûr, mais aussi la Chine, le Japon et l’Union soviétique. Mais que sait-on de cette terre qui a su se jouer de toutes les influences pour bâtir une nouvelle identité ?

Lire la suite : RFI, 30/01/2018.

Image « à la une » : Saïgon, le 31 janvier 1968 lors de l’offensive du Têt menée par les Viet-Congs © AFP

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge