Géographies de la mémoires – Rencontre avec Dominique Chevalier – 18 décembre 2018

[ndlr] Annonce d’une conférence/débat à la Bibliothèque Diderot de Lyon.

Parlez-nous de…

Géographies de la mémoire

Mardi 18 décembre 2018
17h-19h
Hall de la bibliothèque
Entrée libre

Rencontre avec Dominique Chevalier, MCF-HDR en géographie à l’UCB-Lyon 1-ESPE animée par Muriel Salle, MCF en histoire à l’UCB-Lyon 1 (UMR 5190 – LARHRA).

Dominique Chevalier, Maîtresse de conférences en géographie à l’Université Claude Bernard – Lyon 1 et à ESPE travaille sur le thème des valorisations et dévalorisations des territoires urbains, et s’intéresse aussi aux questions de spatialisation des mémoires douloureuses et aux effets de cette mise en espace.

Dans son ouvrage Géographie du souvenir, ancrages spatiaux des mémoires de la Shoah, elle étudie les lieux de mémoires de la Shoah, leur géographie et leur insertion dans un environnement urbain.

Elle dialoguera avec Muriel Salle, Maîtresse de conférences en histoire au Laboratoire de recherche histoire Rhône-Alpes (LARHRA).

Réf. : Géographie du souvenir. Ancrages spatiaux des mémoires de la Shoah / Dominique Chevalier, préface de Denis Peschanski. Paris : L’Harmattan, 2017 (Géographies et culture). Présentation de l’éditeur.

Source : BDL

Fils Rouges Vietnam – Actes de la conférence 1

Fils Rouges Vietnam vous propose un retour sur la conférence du 30 juin sur « Le Vietnam dans l’Asie du Sud-Est depuis 1986 », avec l’historien François Guillemot et le géopolitiste Laurent Gédéon. Retrouvez la retranscription écrite de la conférence disponible en Flipbook (15 pages), en cliquant sur l’image ci-dessous.

Suivre Fils Rouges Vietnam sur Facebook 

L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés – 27/11/2018

Argumentaire et programme ci-dessous.

Rencontres AFRASE 2018
L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés

L’Asie-Pacifique constitue aujourd’hui le second bassin touristique du monde. Accueillant moins d’1 % des flux touristiques internationaux en 1950, il en reçoit près d’un cinquième depuis les années 2000. En dépit du poids de la Chine dans cet ensemble régional, l’Asie du Sud-Est y joue un rôle de plus en plus affirmé et son secteur touristique s’est montré suffisamment résilient pour surmonter rapidement un ensemble de revers survenus au tournant du XXIe siècle : la crise financière de la fin des années 1990, la recrudescence du terrorisme dans la région, l’épidémie de SRAS en 2003 et le tsunami qui a touché les côtes de l’Océan Indien l’année suivante. Loin de se limiter aux ruines et paysages magnifiés de longue date par le regard orientaliste – Angkor, Borobudur, baie de Ha Long – ou aux hauts lieux du tourisme balnéaire – Phuket, Bali, les espaces touristiques de l’Asie du Sud-Est s’étendent désormais du cœur des métropoles – Singapour, Kuala Lumpur, Bangkok – aux marges des États – chaînes montagneuses indochinoises, Papouasie-Nouvelle-Guinée –, reflétant l’insertion poussée de la région dans la mondialisation.

Le tourisme est une réalité sociale plus difficile à définir qu’il n’y paraît. Les statistiques produites par les organisations internationales ont tendance à le dissoudre dans un ensemble plus large de mobilités, en se fondant sur le seul critère de la durée : sont considérés comme touristiques les déplacements d’une durée supérieure à une journée et inférieurs à un an. Depuis la fin des années 1990, des travaux de sciences sociales, notamment ceux des géographes réunis dans l’équipe « Mobilités, Itinéraires, Tourisme » (MIT), se sont attachés à dégager les caractéristiques permettant d’isoler le tourisme des autres types de mobilités. Les mobilités touristiques se fondent sur un déplacement choisi et effectué pour lui-même, dans le but de rompre avec l’espace et les temporalités du quotidien, une démarche qui peut être qualifiée de « recréation ». Ainsi défini, le tourisme apparaît à la fois comme une forme de mobilité productrice d’espaces spécifiques, et comme un prisme révélant le regard que les sociétés portent sur les paysages proches ou lointains.

Les journées 2018 de l’AFRASE proposent d’interroger les particularités de l’inscription et de la pratique des mobilités touristiques dans les sociétés d’Asie du Sud-Est, et, en retour, ce que le tourisme dit de ces sociétés et de leurs transformations.

Programme

13h30 : Accueil des participants et du public

14h10 : Introduction par Rémi Desmoulière (INALCO/Université Paris-Est Marne-la-Vallée, CESSMA) : « Les groupes ethniques marginaux face aux tourisme : confrontations et (re)constructions identitaires »

14h30 : Evelyne Gauché, Université de Tours, CITERES, « Paysage et aménagement en Chine : la mise en tourisme des villages shui du Guizhou »

15h00 : Sarah Coulouma, Aix-Marseille Université, IrAsia, « La fabrique de la « dernière tribu primitive de Chine » : enjeux idéologiques, économiques et sociaux de la mise en tourisme d’un village wa (province du Yunnan) »

15h30 : Martin Michalon, EHESS, CASE, « Le tourisme comme enjeu des relations interethniques : revendications territoriales et politiques sur les rives du lac Inlé »

16h : Pause

« Les échelles du développement touristique en Asie du Sud-Est »

16h30 : Emmanuelle Peyvel, Université de Bretagne Occidentale, Institut de géoarchitecture, « Au-delà de l’enclave : le quartier routard de Pham Ngu Lao (Saigon), entre global et local »

17h : Clotide Luquiau, Université de Cergy-Pontoise, CASE, « Une géographie du tourisme en Malaisie »

17h30 : discussion et conclusion

17h45 : Présentation d’ouvrages ; Eugénie Mérieau et la Thaïlande
Idées reçues sur la Thaïlande. Paris, Le cavalier Bleu, 2018
Les Thaïlandais : lignes de vie d’un peuple. Paris, Ateliers Henry Dougier, 2018

18h15 : Assemblée Générale de l’AFRASE
19h15 : Pot dînatoire

Merci de vous inscrire à l’adresse afrasebureau@gmail.com.


Débat : « Être un réfugié politique thaïlandais à Paris » – 28/11/2018

Débat : « Être un réfugié politique thaïlandais à Paris ». Avec Eugénie Mérieau. En présence d’Aum Neko et Jaran Ditapichai.

A l’occasion de la sortie du livre de Eugénie Mérieau « Les Thaïlandais », nous vous invitons à participer au débat qui réunira l’auteur ainsi que Jaran Ditapichai, ancien commissaire aux droits de l’homme et Aum Neko, militante transgenre, tous deux réfugiés politiques à Paris, et poursuivis pour lèse-majesté.

Le débat sera modéré par Joris Zylberman, rédacteur en chef d’Asialyst. Il sera accompagné de deux séries de photographies : la série Samsara, d’Aline Deschamps, et Exils, de Camille Gazeau.

Continuer la lecture de Débat : « Être un réfugié politique thaïlandais à Paris » – 28/11/2018

RTSreligion – Un maître zen de retour au Vietnam

[ndlr] Retour du vénérable Nhat Hanh sur la terre de ces ancêtres dans la pagode Tu Hiêu à Huê.

Thich Nhat Hanh, 92 ans, est une figure emblématique dans le monde bouddhiste, connu en Occident pour sa pratique de la méditation de pleine conscience, le « mindfulness ». Son retour au pays ne semble pourtant pas convenir aux autorités vietnamiennes. A écouter sur RTS (Radio télévision Suisse).

Voir aussi :

Thich Nhat Hanh, figure du bouddhisme engagé, de retour au Vietnam, mais sous surveillance, France Soir, 20/11/2012. Aux abords de la pagode où Thich Nhat Hanh, maître zen aux centaines de milliers d’adeptes à travers le monde, s’est retiré pour finir ses jours, la police secrète vietnamienne veille.

Thây est de retour au Vietnam, Village des Pruniers, 02/11/2018. Les moines et les moniales de la communauté internationale de Bouddhisme engagé du Village des Pruniers se tiennent aux côtés de leur enseignant bien-aimé, le maître zen, leader spirituel mondial, artisan de paix et poète Thich Nhat Hanh, alors qu’il retourne dans son pays natal. Depuis qu’il a célébré son 92e anniversaire le mois dernier, il a exprimé le vif désir de retourner dans son «temple racine», le temple Tu Hieu de Hué au Vietnam, pour y vivre ses derniers jours. Thich Nhat Hanh a transformé un formidable défi physique résultant de l’accident vasculaire cérébral dont il a été victime il y a quatre ans en un enseignement puissant en continuant de vivre chaque instant de manière paisible et joyeuse, en donnant à sa présence un sens profond.

Le Vietnam demande à la Chine de respecter sa souveraineté [CVN]

[ndlr] Mer de Chine méridionale : Le dossier de la « Mer de l’Est », selon la dénomination vietnamienne, revient sur le devant de la scène.

Le Vietnam s’oppose résolument à l’installation par la Chine d’une nouvelle structure sur le récif de Bong Bay (Bombay) dans l’archipel vietnamien de Hoàng Sa (Paracels), et demande à la Chine de mettre fin immédiatement à l’opération et de ne pas mener des actions similaires, a déclaré la porte-parole adjointe du ministère des Affaires étrangères, Nguyên Phuong Trà.

Lire la suite : Le Courrier du Vietnam, 22/11/2018.

Précédents articles sur ce sujet :

Words Without Borders : « The weight of history : Writing from Vietnam »

[ndlr] Annonce d’un numéro spécial consacré à la littérature vietnamienne. Nous remercions Hélène Blanchard (CASE) pour nous avoir transmis cette information.

Présentation
This month we bring you writing from Vietnam. The prose writers and poets here explore and depict lives shaped by the country’s fraught politics as well as by their own personal histories. Poet and literary critic Nhã Thuyên escorts us through the poetic underground. In two wildly contrasting portraits of marriage, Bùi Ngọc Tấn pens a gentle ode to lifelong love, and Trần Dần observes a household torn apart by infidelity and political betrayal. Trần Thị NgH’s wry divorcée looks back at her checkered romantic past, while Dương Nghiễm Mậu unfurls a hallucinatory reunion. Poets P.K., Pháp Hoan, and Nguyễn Hoàng Quyên suggest the vitality of the poetic scene in Vietnam today. Guest editors Nhã Thuyên and Kaitlin Rees contribute an illuminating introduction. 
Elsewhere we present writing on mourning and remembrance.

A lire sur : https://www.wordswithoutborders.org/issue/november-2018-vietnam

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge