Moussons n°33 [parution]

[ndlr] Avis de parution du n°33 de la revue Moussons.

Ce numéro généraliste de Moussons a une saveur particulière : il entame avec l’année 2019 ses 20 ans d’existence salués dans l’éditorial sous le titre « Vingt après ». S’ensuit un dossier thématique qui conjugue les compétences des géographes, des urbanistes et des ethnologues pour aborder, sous l’angle des politiques publiques et des initiatives privées, les processus récents de densification démographique et de gentrification de la principale ville du Myanmar : Yangon (autrefois Rangoun). En effet, depuis le début des années 2010 et la relative libéralisation du régime, la capitale économique du Myanmar a attiré un grand nombre de migrants en quête d’opportunités d’emploi et de formation. La cité doit alors faire face à des problèmes de surpeuplement, de congestion du trafic, d’inadaptation des infrastructures, de marginalisation des habitants les plus modestes, de dégradation de leurs conditions de vie et de menaces sur le patrimoine architectural de la ville. Les articles du dossier rédigés par Marion Sabrié, Maaike Matelski, Helene Maria Kyed et Eben Forbes, traitent de ces différents problèmes en croisant, par le biais d’enquêtes de terrain, les logiques d’action des élites et des classes moyennes ou populaires.

Deux articles varia composent également ce numéro. Julien Debonneville et Olivia Killias décrivent le rôle des agences de recrutement et de placement dans l’économie mondialisée du travail domestique en se penchant sur deux « industries » de la migration de référence en Asie du Sud-Est, les Philippines et l’Indonésie. Laurent Gédéon étudie les prétentions territoriales chinoises sur la mer de Chine du Sud qui imposent au Vietnam de concevoir désormais une maritimisation de son espace stratégique.

Lien vers la revue en ligne : Moussons 33

Phim tai lieu : chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

[ndlr] Signalement de la diffusion d’un film documentaire sur le lettré moderniste Phan Châu Trinh.


Chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

Un film réalisé par Nguyen Sy Bang sur un scénario de Duong Thi Thanh Huong et Nguyen Sy Bang. Directeur de la production : NSND Nguyen Nhu Vu (DSF, 2018).

Avec les participations de : Bui Van Tieng, François Guillemot, Le Thi Kinh, Luu Trong Van, Nguyen Thi Binh, Ngo Thi Hoang Mai, Nguyen Minh Triet, Nguyen Su, Tran Viet Ngac, Trinh Van Thao, Vu Ngoc Hoang…

Histoire d’un rendez-vous manqué entre la France et le Viêt-Nam colonisé et d’une vision politique pacifique pour accéder à l’indépendance.

Le film sera présenté au 10e festival euro-vietnamien du film documentaire du 31 mai au 9 juin 2019 à Hanoi (le 1er juin, 19h) et Ho Chi Minh-Ville.

Sur ce festival, voir :

Thien Do : Vietnamese Supernaturalism

[ndlr] Thien Do (Đỗ Mỹ Thiện) l’auteur de Vietnamese Supernaturalism est récemment décédé. Rappel biographique d’un chercheur très apprécié de ses collègues et ami.es.

Né à Tra On, dans le delta du Mékong, Do Thien était arrivé en Australie en tant qu’étudiant du Plan Colombo en 1962 et il fut diplômé de l’université de Melbourne en tant qu’ingénieur agronome. Dans les années 1990, il a soutenu une thèse de doctorat sur la religion populaire au Vietnam à l’Université Nationale d’Australie puis a enseigné et mené des recherches à l’université de Darwin et à Singapour.

Dans sa recherche, Do Thien s’est inspiré des traditions familiales et de son expérience personnelle en s’appuyant sur les archives et son travail ethnographique sur le terrain. Il rendit compte de sa représentation sensible de divers courants de religiosité dans le delta du Mékong dans son ouvrage devenu une référence Vietnamese Supernaturalism: Views from the Southern Region (Routledge, 2003). Il était une autorité respectée sur la religion vietnamienne ainsi que sur la culture spirituelle et l’histoire populaire de son delta natal, le Mékong.

Il était particulièrement apprécié de ses collègues comme le rappelle Philip Taylor : “Dans ses écrits philosophiques et ses interactions avec ses amis, collègues et étudiants, Do Thien se comportait comme un sage, un gentleman et un esprit léger”.

Ses proches, collègues et amis expriment leurs sincères condoléances à sa famille.

The beliefs and practices surrounding the meanings and symbols of the spirit world in Vietnam are explored in detail in this innovative study on popular religion in the country. The author shows an abiding interest in the ‘subconscious life’ at a grassroots level alongside rational formations of cosmological understanding which effect politics and economics on a national scale. By bringing together oral histories, reports and fiction writing alongside more conventional documented sources, this book reveals an area of history which has been largely neglected.

(Présentation de son ouvrage)

FG d’après VSG

Réforme du Bac : L’avenir des langues rares (vietnamien, cambodgien, coréen…)

[ndlr] A l’initiative de Cô Mai, ancienne enseignante de vietnamien au Lycée Louis-le-Grand, une pétition adressée à M. Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse est en ligne sur Change.org. Argumentaire ci-dessous. N’hésitez pas à l’encourager !

Nouvelle réforme du Baccalauréat 2021 : nous demandons qu’il y ait équité pour tous les candidats choisissant une « langue rare » au Bac (arménien, cambodgien, coréen danois, finnois, grec moderne, hébreu, néerlandais, norvégien, persan, polonais, suédois, turc et vietnamien).

Depuis toujours, les candidats scolaires “libres” pour les “langues rares” ont la possibilité de s’inscrire en Octobre (de l’année de Terminale) pour passer une épreuve écrite finale en Mars pour la langue facultative et en Juin pour les langues obligatoires.

Avec la réforme du Bac actuelle, les langues rares sont toujours conservées dans la liste des langues pouvant être choisies comme LVA et LVB (1ère et 2ème Langue) ou LVC (3ème langue optionnelle).

Cependant, les modalités d’obtention du Bac 2021 ont été modifiées : la notation est divisée entre la formation continue et une épreuve finale. Les candidats au Bac, désirant choisir une langue rare, ont l’obligation de s’inscrire dès l’année de 1ère en LVA et LVB, et doivent impérativement suivre cet enseignement au sein de leur établissement scolaire. Toutefois, Ces enseignements sont très rarement dispensés au sein des établissements de l’Education Nationale. Seront de ce fait pénalisés tous les élèves inscrits dans un établissement scolaire ne proposant pas la langue rare de leur choix.

Nous demandons qu’il y ait équité pour tous les candidats au Bac en :

  • 1/ assouplissant les modalités d’inscription aux Bac sur ces langues pour permettre aux élèves de les choisir en épreuve finale.
  • 2/ offrant plus de structures d’enseignement de langues rares sur le territoire français.

Soutenez notre cause ! 

Mme NGUYEN – TON NU Hoang Mai

Professeure de Français Langue Étrangère (FLE) au Lycée La Fontaine – 75016 Paris
Professeure de Vietnamien au Lycée Emily Brontë – 77185 Lognes

Vietnam War left a painful legacy for indigenous minority that fought alongside U.S.

[ndlr] Signalement d’un reportage de Charles Dunst sur un sujet peu évoqué. L’engagement de membres de minorités ethniques au côté des Américains pendant la guerre du Viêt-Nam.

Here in the windswept, rolling hills of central Vietnam, there are many reminders of the war that ended four decades ago.

Two Soviet-made tanks sit in the village of Dak To as monuments to the men who died retaking the region from U.S.-backed South Vietnam in 1972. The flag of the communist Viet Cong guerrillas is painted on roadside walls. Undiscovered land mines remain a hazard.

But for the indigenous minority that Vietnam’s French colonizers named the Montagnards, or “mountain people,” the legacy of the war is especially painful.

They fought alongside the Americans and continue to be regarded as enemies by the Vietnamese government, which routinely subjects them to surveillance, arbitrary arrest, land seizures and other abuses that have been documented by human rights groups.

“Hanoi’s perspective on the Montagnards seems fixed in a Vietnam War-era past,” said Phil Robertson, deputy director of Human Rights Watch’s Asia division. “Ever since the war ended in 1975, the Montagnards have faced systematic harassment, intrusive surveillance and persecution.”

Lire la suite : Los Angeles Times, 21/05/2019.

Image “à la une” : Dim, right, is a Montagnard who fought alongside U.S. Army special forces in the Vietnam War. Chuh A., left, is the son of a Montagnard veteran and was deported from the U.S. in 2017 © Charles Dunst / For The Times.

George Black: Fifty Years After, A Daunting Cleanup of Vietnam’s Toxic Legacy

[ndlr] Signalement d’un article intéressant sur les ravages de l’Agent Orange et la décontamination.

From 1962 to 1971, the American military sprayed vast areas of Vietnam with Agent Orange, leaving dioxin contamination that has severely affected the health of three generations of Vietnamese. Now, the U.S. and Vietnamese governments have joined together in a massive cleanup project.

In the thriving industrial city of Bien Hoa, about 20 miles east of Ho Chi Minh City, the former Saigon, there is a large air base, just beyond a sweeping bend in the Dong Nai River. During the American war in Vietnam, it was said to be the busiest airport in the world. Since the war ended in 1975, a dense cluster of four residential neighborhoods has grown up around the base. Their total population is perhaps 111,000, while the base itself, now home to advanced long-range fighter-bombers of the Vietnam People’s Air Force, has another 1,200 permanent residents.

A small drainage canal, no more than 8 or 10 feet wide, snakes its way from the west end of the runway — an area known as Pacer Ivy — for half a mile or so through one of these densely packed neighborhoods, which is called Buu Long. On a sweltering afternoon last month, toward the end of the dry season, the canal was no more than a stagnant greenish-brown murk strewn with garbage and choked in places with water hyacinths. Nonetheless, a middle-aged woman who introduced herself as Mrs. Mai was washing her hands and feet in the filthy water. Nearby, a fisherman was sitting on a low cement wall near the mouth of the canal. Nothing was biting.

The problem for Buu Long, however, is what couldn’t be seen. The canal is heavily contaminated with the most toxic substance ever created by humans: dioxin, the unintended byproduct of the defoliant known as Agent Orange, for the color-coded band on the 55-gallon barrels in which it was stored before being loaded onto the lumbering C-123 aircraft at the Bien Hoa base and sprayed over vast areas of Vietnam. During the U.S. Air Force campaign known as Operation Ranch Hand, Agent Orange was used to strip bare the coastal mangroves of the Mekong Delta and the dense triple-canopy forests that concealed enemy fighters and supply lines.

Lire la suite : Yale Environment 360, 13/05/2019.

Voir également sur le même sujet (articles signalés par Greg Nagle
PhD Forest and  watershed science, Hanoi) :

Illustration “à la une” : A Vietnamese soldier next to a hazardous warning sign for dioxin contamination at Bien Hoa air base last October © Kham/AFP/Getty Images

Asian Puppetry: Traditions and Transitions

[ndlr] Appel à contributions pour le JOSA.

JOSA : Journal of the Oriental Society of Australia Vol. 51 


Asian Puppetry: Traditions and Transitions

Deadline: September 30, 2019

JOSA: Journal of the Oriental Society of Australia announces a themed issue (vol. 51) focusing on puppetry in Asia or in Asian diaspora. The issue invites work on historical or contemporary, traditional or experimental forms of puppetry. The journal welcomes any approach or discipline, including social, material, narrative, musicological, anthropological, or gender studies approaches. Papers on less well-known or little-researched practices or troupes will be given special consideration.   

Please submit inquiries or papers of 50008000 words and Chicago style to JOSA (josaeditor@sydney.edu.au) and the guest editor, Dr. Josh Stenberg (josh.stenberg@sydney.edu.au). 

JOSA is the peer-reviewed publication of the Oriental Society of Australia, and has been published continuously from 1960. It is the oldest journal on Asia currently published in Australia.Contact Info: 

JOSA editor (josaeditor@sydney.edu.au) and the guest editor, Dr. Josh Stenberg (josh.stenberg@sydney.edu.au). Contact Email: josh.stenberg@sydney.edu.au

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge