ANOM : L’Indochine et la mer (1858-1954) du 14 septembre au 14 novembre 2018

Exposition organisée par l’IrAsia (UMR 7306) et les Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM), présentée aux ANOM, 29 Chemin du Testas, Aix-en-Provence. Présentation et affiche ci-dessous.

L’exposition Indochine et la mer (1858-1954), co-organisée par l’IRASIA et les Archives nationales d’outre-mer (ANOM), a été inaugurée le jeudi 13 septembre à 17h30 en présence de son Excellence Nguyen Thiep, ambassadeur du Vietnam.

Depuis la découverte de cette partie de l’Asie par les prêtres des Missions Etrangères au XVIIe siècle au retrait de la France suite à la convention de Genève de 1954, l’histoire commune entre les Français et les Vietnamiens, Cambodgiens et Laotiens est marquée par la mer. C’est par la mer qu’est arrivée la domination française et par la mer également que les derniers Français ont quitté ces pays. Pendant près d’un siècle de présence, les Français ont introduit l’architecture navale européenne, construit des citadelles, révélé l’hydrographie, dessiné des cartes marines et mis en place les sciences maritimes.

Les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) et l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia), en collaboration avec le Service historique de la Défense, se proposent de rappeler,  à travers une présentation de documents, de photographies et de cartes extraits des fonds d’archives des ANOM, tout l’aspect maritime de l’ancienne Indochine, « la perle de l’empire ».

Entrée gratuite, du 14 septembre au 14 novembre 2018.

Lieu : Archives nationales d’outre-mer, 29 chemin du Moulin de Testas, Aix-en-Provence.

Ouvert du lundi au vendredi, de 9h à 16h45 sans interruption.

Source : Blog de l’IAO

Jeoung Jaehyun : Exploitation minière et humaine – Les charbonnages dans le Vietnam colonial, 1874-1945 – thèse

[ndlr] Annonce d’une soutenance de thèse à l’Université Paris Diderot.

« Exploitation minière et humaine : les charbonnages dans le Vietnam colonial, 1874-1945 »

Jeoung Jaehyun

thèse sous la direction de Claire Trân Thi Liên, maître de conférences de l’Université Paris-Diderot

Le jury est composé de :

  • Bernard THOMANN, professeur de l’Inalco
  • Andrew HARDY, directeur d’études de l’EFEO
  • Chad DENTON, professeur associé de l’Université Yonsei (Corée)
  • Judith RAINHORN, professeure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Sophie QUINN-JUDGE, professeure associée de l’Université Temple (Etats-Unis)
soutenance le jeudi 13 septembre 2018 à 14 h à l’Université Paris Diderot – Bâtiment Olympe de Gouges, Salle 870
8 place Paul Ricoeur, 75013 Paris

Résumé de la thèse :

Le charbon était connu au Vietnam depuis longtemps, mais c’est pendant la période coloniale qu’il fit l’objet d’une exploitation systématique. Les Français s’intéressèrent à ces ressources minières du Vietnam dès avant la conquête coloniale. Après l’établissement du protectorat français au Tonkin et en Annam en 1883-1884, l’exploitation des mines de charbon connut un essor rapide sous l’effet de l’afflux de capitaux et l’introduction de techniques de France et devint l’une des principales activités industrielles du Tonkin. Les autorités coloniales soutinrent fortement la « mise en valeur » de la colonie par le capitalisme français. Néanmoins, il n’était pas toujours facile même pour les plus grandes compagnies françaises d’organiser une nouvelle activité de production dans un pays peu industrialisé.

Alors que les charbonnages de Hòn Gai parvinrent à surmonter des difficultés d’ordre financier, commercial et industriel et réaliser des profits considérables, la plupart des autres entreprises minières ne rémunèrent jamais suffisamment les capitaux engagés, et même certaines d’entre elles se terminèrent par des échecs complets. En particulier, les compagnies minières rencontrèrent une grande difficulté à recruter des ouvriers et les retenir dans les mines, dont les conditions de travail furent particulièrement dures. La forte mobilité caractérisait la main-d’oeuvre des mines et retarda ainsi la formation d’une conscience de classe parmi les ouvriers des mines. La grève générale des ouvriers de Hòn Gai en novembre 1936 témoigne pourtant la naissance d’une nouvelle classe sociale, que les militants communistes vietnamiens visèrent à transformer en avant-garde révolutionnaire contre le colonialisme et le capitalisme.

Cambodia : CKS Research Fellowships 2019 [Appel à propositions]

[ndlr] Annonce du Center for Khmer Studies pour une bourse de recherche au Cambodge.

CAMBODIA

CKS Research Fellowships 2019:

Call for proposals: Deadline: 15 November 2018

The Center for Khmer Studies (CKS) provides in-country research fellowships for U.S., Cambodian, and French scholars (or EU citizens holding a French degree) and doctoral students on a yearly basis.

CKS Senior Research Fellows are given direct funding for their research, access to CKS resources, and are provided with logistical support and contacts while in Cambodia.

Senior fellowships are open to scholars in all disciplines in the social sciences and the humanities to pursue further research focusing on Cambodia only or Cambodia within a regional context.

Ph.D. fellowships are available for a maximum of 11 months for doctoral dissertation research. Senior long-term (6 to 9 months) and short-term (4 to 6 months or less) fellowships are available for scholars who already hold a Ph.D.

This year, we would like to encourage research proposals related to the following themes. These are not restrictive, and please do feel free to submit proposals addressing any other themes too.

  • Urban sustainability (urban mobility, smart cities, gentrification, cultural preservation, demography and migration, etc.)
  • Environmental protection/environmental sustainability/circular economy/inequalities
  • Mine action and social impact in the ASEAN region
  • Role of youth and arts in Cambodia’s social development
  • Intangible cultural heritage of Cambodia
  • China’s social, economic and/or cultural role/influence in Cambodia
  • Application of behavioral sciences research or technology/social innovation to any of the above topics

For more information, please contact the CKS Director, Mr. Natharoun Ngo, at natharoun.ngo@khmerstudies.org

Source : CKS website http://www.khmerstudies.org/fellowships/overview

Jean-Gabriel Périot, Alain Brossat : Ce que peux le cinéma [parution]

[ndlr] Parution aux éditions La découverte d’un ouvrage qui questionne les images cinématographiques, la mémoire et l’histoire. Conversation entre Jean-Gabriel Périot, cinéaste et réalisateur de films documentaires, et Alain Brossat, philosophe. Un ouvrage au programme du séminaire Mémoires d’Indochine de cette année 2018-2019. Présentation de l’éditeur.

Jean-Gabriel Périot, cinéaste, et Alain Brossat, professeur de philosophie, ont travaillé pendant des années, sans se connaître, sur des sujets communs : les femmes tondues à la Libération, l’univers carcéral, la violence politique, le désastre nucléaire…

Dans la réflexion qu’ils engagent ici, ils s’interrogent sur la relation que les images entretiennent avec la politique et l’histoire. Comment se fabrique la mémoire ? Comment appréhender les archives ? Comment remonter le temps, au sens historique et cinématographique du terme ?

Ces conversations s’appuient sur les expériences, et les expérimentations, de Jean-Gabriel Périot. Aiguillonné par les observations d’Alain Brossat, il explique comment il confectionne ses « tracts cinématographiques », comment il a travaillé avec les détenus d’une prison d’Orléans, comment il a monté les films inédits des militants de la Fraction armée rouge (RAF) ou encore comment il a remonté les images d’une apocalypse nucléaire, en commençant… par la fin.

Mettant en regard ces expériences avec celles d’autres cinéastes, célèbres ou non, ce dialogue offre une réflexion inédite sur le travail cinématographique et pose en termes nouveaux la question de la puissance – et de l’impuissance – de l’écriture et de l’image.

Source : La Découverte

ANOM : Dossiers de surveillance sur Nguyên Ai Quôc / Hô Chi Minh

[ndlr] Voici une description détaillée de la documentation disponible sur Nguyên Ai Quôc / Hô Chi Minh aux Archives nationales d’Outre-mer (ANOM) à Aix-en-Provence. Un instrument de recherche réalisé par Olivia Pelletier, conservateur du patrimoine, spécialiste de l’Indochine.

Cet instrument de recherche n’est pas l’inventaire d’un fonds particulier. Il s’agit de la description détaillée des dossiers de surveillance de Nguyen That Thanh alias Nguyen Ai Quoc, le futur Hô Chi Minh, conservés aux Archives nationales d’Outre-Mer. Ces dossiers dont l’ensemble représente plus de 9000 feuillets ont été établis par les différents services de la Sûreté française en Indochine et en métropole entre 1919 et 1955.

La première partie de l’instrument de recherche concerne le dossier (1 article) issu du fonds du Service de Liaison des originaires des territoires français d’outre-mer (SLOTFOM), établi par le service de la Sûreté en métropole entre 1919 et 1927 ; la deuxième partie décrit les documents (7 articles) produits en Indochine et conservés dans le fonds du Service de protection du corps expéditionnaire (SPCE) rattaché au cabinet du Haut commissaire.

Voir aussi : ANOM

Lê Xuân Phán : L’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945 : la formation des intellectuels vietnamiens

[ndlr] Avis de la soutenance de thèse de Lê Xuân Phán.

Le 31 août 2018 à 14h, M. Lê Xuân Phán soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « L’enseignement du Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945, la formation des intellectuels vietnamiens ». Cette thèse a été préparée sous la direction de Christine Cornet, professeur à Sciences Po Lyon. La soutenance aura lieu à l’amphithéâtre Benveniste, campus Berges du Rhône.

Membres du Jury :
Christine Cornet, Professeur des Universités, Sciences Po Lyon
Guy Faure, Directeur de recherche émérite, CNRS
François Guillemot, Ingénieur de recherche, CNRS
Phuong Ngoc Jade Nguyen, Maître de conférence HDR, Université d’Aix-Marseille

L’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945 : la formation des intellectuels vietnamiens

Résumé :

Le principal objet de ce travail est l’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale française dans la formation des intellectuels vietnamiens. En effet, dans le bouleversement historique de la période coloniale (1862-1945), la société vietnamienne a connu des transformations radicales. L’enseignement au Vietnam a connu des changements sans précédent. En Cochinchine, après qu’elle soit devenue colonie française (1862-1864), les concours des lettrés ont été supprimés. Au Tonkin et en Annam, après les réformes de 1906 à 1917, le système de l’enseignement traditionnel a été supprimé en 1919. Au début, l’enseignement en langue française a comme but de former des interprètes. Mais seule une partie de la population vietnamienne accepte d’envoyer ses enfants dans les écoles françaises. Après les mouvements vers l’instruction occidentale dirigée par des lettrés dans la première décennie du XXe siècle, la population a changé d’attitude par rapport à l’école française. Avec l’application du Règlement Général de l’Instruction Publique de 1917, le système d’enseignement en français est devenu le seul système de l’enseignement officiel.

Pendant la période 1862-1945, on constate la disparition progressive de la classe des lettrés et l’émergence des nouveaux intellectuels modernes. La majorité des intellectuels de cette période est issue de l’école française en Indochine. Même si le nombre d’écoles est faible, on constate que la qualité est bonne. Les écoles en français au Vietnam 1862-1945, notamment, les écoles post primaires et supérieures, sont des établissements importants pour répandre les connaissances, la culture et les sciences. Les collèges et les lycées franco indigènes sont les lieux d’étude de la majorité des intellectuels vietnamiens formés avant 1945. L’École de Médecine et de Pharmacie, l’École supérieure des Sciences ont formé des chercheurs vietnamiens célèbres. Il y a des professeurs vietnamiens remarquables qui sont issus de l’École supérieure de Pédagogie de l’Indochine. L’École supérieure de Droit d’Hanoi a formé des élites intellectuelles. L’École des Beaux-arts de l’Indochine est à l’origine de la première génération des artistes modernes vietnamiens.

Mots clés : Vietnam, Indochine, enseignement, école, université, intellectuel.

 

L’Humanité : Nguyen Ai Quoc, le vaillant fondateur du PC Indochinois est mort emprisonné [1932]

[ndlr] Depuis quelques jours, l’itinéraire si particulier du révolutionnaire Nguyên Ai Quôc est de nouveau questionné sur la toile. Celui qui deviendra la Président Hô Chi Minh serait mort à Hong-Kong en 1932 comme le rappelle cet article du journal L’Humanité, publié à l’époque et désormais disponible sur Gallica. Autant dire que cela jette le trouble sur l’itinéraire marqué de zones d’ombre de cette personnalité mondialement connue, qui pris le soin de rédiger par deux fois sa propre biographie sous des pseudonymes. Si le décès de Quôc en 1932 était avéré cela constituerait une révolution à la fois historique et historiographique mais rien n’est moins sûr. Ce dossier aux allures de « théorie du complot » remue la blogosphère vietnamienne depuis dix ans lorsqu’un chercheur taïwanais publia en 2008 une biographie controversée et contestée sur Hô Chi Minh/Nguyên Ai Quôc affirmant qu’il s’agissait de deux hommes différents. Qu’en pensent les biographes renommés (Pierre Brocheux, William Duiker, Daniel Hémery, Sophie Quinn-Judge…) ? L’Humanité a-t-il publié un démenti plus tardif ?

Seule l’ouverture des archives vietnamiennes (et éventuellement chinoises) accompagnée de la liberté académique dans ces deux pays permettront d’éclairer les zones d’ombre qui jalonnent l’itinéraire de ce personnage historique.

Avec le recul et la prudence nécessaires, nous proposons aujourd’hui ce document-source étonnant comme contribution à l’histoire.  

L’Humanité du vendredi 19 juin 1931 (28e année, n° 11875) rapporte l’arrestation de Nguyên Ai Quôc à Shanghai. Il s’agit en réalité de Hong Kong. Texte de l’article reproduit ci-dessous :

Les impérialismes solidaires

Les Anglais arrêtent à Shanghaï le révolutionnaire annamite N’Guyen Aï Quoc

Les dépêches annoncent que la police anglaise a arrêté à Shanghaï le communiste annamite Nguyen Ai Quoc, ainsi qu’un Français du nom de Serge Lefranc (?).

La presse bourgeoise célèbre cette « importante capture ».

Il est certain que Nguyen Ai Quoc, qui milita en France pour l’adhésion de notre Parti à la Troisième Internationale et poursuit, depuis dix ans, une action énergique pour l’organisation de ses frères annamites, est l’un des meilleurs pionniers du mouvement communiste mondial.

Nous le saluons au moment où, comme Tao, il est frappé par la répression internationale.

L’impérialisme anglais de McDonald est ici en collaboration étroite avec l’impérialisme français, servis par nos chefs socialistes nationaux.

Mais nos adversaires délirent lorsque M. Jean Tourène, du Journal, ils affirment que l’arrestation en Chine de Nguyen Ai Quoc va arrêter le mouvement annamite.

Pas plus celle que Tao, pas plus celles que les fusillades du Premier Mai et les déportations en masse, l’arrestation de Nguyen Ai Quoc ne brisera l’élan révolutionnaire des travailleurs indochinois. Celui-ci a une base sociale trop solide.

C’est au contraire la révolution annamite qui, en chassant l’oppresseur, glorifiera les courageux camarades qui, comme Tao, comme Nguyen Ai Quoc et des milliers d’autres se sont dévoués à la cause des travailleurs d’Indochine.

Source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k403934z

Dans L’Humanité du mardi 9 août 1932 (29e année, n° 12292), sa mort est annoncée et un hommage lui est rendu. Texte de l’article reproduit ci-dessous :

Luttons pour libérer l’Indochine

Nguyen Ai Quoc, le vaillant fondateur du PC Indochinois est mort emprisonné

Nguyen Ai Quoc, fondateur du Parti communiste indochinois emprisonné par l’impérialisme britannique, de complicité avec l’impérialisme français est mort de la tuberculose à l’infirmerie de la prison de Hong Kong.

Militant héroïque, il ne cessa durant toute sa vie de se dépenser sans compter pour faire pénétrer le communisme dans l’Indochine opprimée par le fer et par le feu par l’impérialisme français ; pour grouper les masses ouvrières et paysannes pour la lutte libératrice.

Il fonda le Parti communiste indochinois qui fut à la tête des luttes des ouvriers et des paysans, et qui malgré la terreur que fait régner l’impérialisme, les conduira, avec le soutien actif du prolétariat de France, à la victoire.

L’impérialisme a assassiné Nguyen Ai Quoc, mais il ne réussira pas à étouffer la lutte du peuple indochinois pour sa libération. Il vient d’interdire la plantation du riz pour « remédier» à la crise économique, mesure qui n’aura d’autre effet que d’accentuer la famine ; il vient d’incendier le village de Son Duong, jetant ainsi 64 familles sur la route. Mais 2.000 coolies licenciés des plantations de caoutchouc ont organisé une marche de la faim sur Saigon.

L’impérialisme français a assassiné Nguyen Ai Quoc, mais malgré les milliers d’arrestations de vaillants communistes, d’ouvriers et de paysans qui ont lutté pour leur droit à la vie et pour leur libération, notre Parti communiste frère d’Indochine reste inébranlable à la pointe du combat. Des dizaines de nouveaux militants et révolutionnaires se lèvent pour continuer l’oeuvre de Nguyen Ai Quoc.

Au moment même où l’Impérialisme assassine Nguyen Ai Quoc dans ses prisons, l’héroïque Parti communiste d’Indochine lance son programme d’action qui sera le guide de millions d’ouvriers et de paysans dans leur lutte contre l’impérialisme français.

Le comité central du Parti communiste français, en s’inclinant devant la dépouille du chef communiste Nguyen Ai Quoc, salue avec enthousiasme le programme d’action du Parti communiste indochinois, signé de son comité central provisoire qui continuera et amplifiera la lutte commencée avec Nguyen Ai Quoc.

Ce document montre le degré de maturité auquel est parvenu notre jeune parti frère. Il prouve qu’en dépit d’une répression dépassant en horreur les plus sauvages atrocités des débuts du colonialisme, en dépit des monstrueux massacres de Nghe Tinh et de Nghe An, en 1930, l’impérialisme français n’a pu empêcher notre Parti frère d’Indochine de grandir, de se renforcer, de se lier chaque jour plus profondément a la lutte du peuple indochinois, aux prolétaires avant tout.

L’impérialisme français vient d’assassiner à la prison de Saïgon notre camarade Likvey, secrétaire du Parti communiste et de faire mourir en prison le fondateur de ce parti.

Le Comité central du Parti communiste Indochinois lui répondra par le développement, de son programme d’action qui libérera l’Indochine des vampires impérialistes et de leurs soutiens, les socialistes français et les féodaux bourgeois indigènes.

L’Humanité publiera des extraits du programme d’action du P. C. I.

Le Comité central du Parti communiste français appelle la classe ouvrière française à renforcer son alliance de combat avec le peuple indochinois, affamé et torturé, dans une lutte accentuée contre l’ennemi commun : l’impérialisme français.

Il demande particulièrement aux ouvriers socialistes d’entrer dans ce front, unique anti-impérialiste et de s’écarter de la voie sanglante du colonialisme où veut les entraîner leur parti, celui de Varenne, cette voie hideuse des têtes coupées réclamées par la fédération socialiste du Tonkin après Yen Bay et après l’insurrection du Nord-Annam.

Il demande aux soldats et aux marins français, coloniaux et légionnaires, eux aussi ouvriers et paysans, de ne jamais oublier que l’ouvrier, le coolie, le nha-qoué [nhà quê, paysan] d’Indochine sont leurs frères et que leurs vrais ennemis sont les oppresseurs de ce peuple martyr qui les envoient mourir sous un climat meurtrier pour les seuls intérêts des capitalistes français, des rois du caoutchouc, de l’industrie, de la banque.

Au moment où notre parti frère publie son programme d’action, puisons dans l’exemple de nouvelles forces pour soutenir leurs luttes libératrices et mener la nôtre propre en renforçant sur tous les terrains notre action révolutionnaire contre notre propre impérialisme.

Source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k404359z.item

Articles évoquant cette polémique :

Principales biographies sur Hô Chi Minh :

  • Hémery, Daniel [1990], Ho Chi Minh, de l’Indochine au Vietnam, Paris, Gallimard, Découvertes Gallimard, 2013, nouvelle édition.

Nous invitons nos lecteurs/trices à relire également outre les biographies mentionnées ci-dessus l’ouvrage collectif édité en 1990 intitulé en français : Ho Chi Minh, l’homme et son héritage, Paris, Đường Mới La Voie Nouvelle, 1990  et en vietnamien : Hồ Chí Minh. Sự thật về thân thế và sự nghiệp, Paris, Nhà Sách Nam Á, 1990.

FG

MàJ 07/09/2018

 

RSF dénonce la condamnation à vingt ans de prison du blogueur vietnamien Le Dinh Luong

[ndlr] Communiqué de Reporters sans frontières à la suite de la lourde condamnation d’un blogueur vietnamien considéré par le Tribunal populaire qui l’a jugé comme un dangereux activiste du Viêt Tân, un parti d’opposition interdit.

Un an après son arrestation, le blogueur Le Ding Luong s’est vu infligé une peine record de vingt ans de réclusion criminelle pour avoir tenté d’informer ses concitoyens sur Internet. Reporters sans frontières (RSF) condamne ce verdict inique et appelle les députés européens à réagir pour ne pas cautionner une flagrante violation de la liberté d’informer.

C’est la plus longue peine jamais prononcée au Vietnam contre un citoyen qui tentait d’informer le public. A l’issue d’un procès expéditif, sans que les témoins de la défense n’est pu être cités à comparaître, le blogueur Le Dinh Luong a été condamné ce matin, jeudi 16 août, à une peine de vingt ans de prison pour « tentative de renversement de l’Etat”. L’un de ses “crimes” est d’avoir dénoncé sur Facebook la société taiwanaise Formosa, responsable d’une importante pollution marine dans la province centrale de Ha Tinh, ainsi que l’incurie des autorités vietnamiennes face à ce désastre environnemental.

Lire la suite : RSF

Voir aussi :

Dans la presse contrôlée en RSVN :

Image « à la une » : A screen capture from Vietnamese state TV’s announcement of Le Dinh Luong’s arrest for “reactionary activities » (photo: Phu Dong).

Vĩnh biệt nhạc sĩ Tô Hải [1927-2018]

[ndlr] Décès le samedi 11 août du musicien et dissident Tô Hải, auteur-compositeur de nombreuses chansons de propagande pour la RDVN et auteur de Mémoires d’un lâche, une autobiographie parue aux Etats-Unis en 2009 après sa démission du Parti communiste vietnamien. Une vie partagée entre son adhésion au communisme de guerre puis son rejet radical.

ĐCV: Nhạc sĩ Tô Hải tên đầy đủ là Tô Đình Hải, sinh năm 1927. Ông là nhạc sĩ có nhiều sáng tác thuộc thể loại nhạc truyền thống và nhạc đỏ. Nhưng có lẽ ông được biết đến rộng rãi trong những năm cuối đời với cuốn hồi ký Một Thằng Hèn và tuyên bố từ bỏ đảng cộng sản Việt Nam.

Trong những năm cuối ông cũng viết rất nhiều bài trăn trở với hiện tình đất nước, vạch ra những thối nát của chế độ cộng sản.

Ông ra đi ngày hôm qua, 11/8/2018, cùng một ngày với nhà báo Bùi Tín.

Lire la suite : Dan Chim Viet, 12/08/2018.

Voir aussi :

Sur son oeuvre de propagande voir : Lê Toàn, Tô Hải Cuộc đời và sự nghiệp, Bai Ca Di Cung Thang Nam, 09/04/2012.

 

Reportage de RFA en 2017 :

Laos: le refus de transparence du gouvernement après l’effondrement d’un barrage [RFI]

[ndlr] Signalement d’un article d’Arnaud Dubus sur les conséquences de la rupture d’un barrage dans la région sud-est du Laos.

Plus de deux semaines après l’effondrement d’un barrage hydroélectrique dans le sud-est du Laos, le bilan exact de la catastrophe est encore inconnu. Le gouvernement laotien a indiqué que 30 personnes avaient été tuées, mais les témoignages des villageois évoquent un bilan beaucoup plus lourd, jusqu’à une centaine de morts. Ce manque de transparence s’explique en grande partie parce que cette catastrophe risque de remettre en cause la stratégie économique du gouvernement communiste laotien.

Lire la suite : RFI, 11/08/2018.

La catastrophe en vidéo :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge