Rencontre scientifique IAO / IrAsia – 09/11/2018

La première rencontre scientifique entre l’Institut d’Asie Orientale (IAO, UMR 5062) et l’Institut de Recherches Asiatiques (IrAsia, UMR 7306) se déroulera à Aix-en-Provence le vendredi 9 novembre 2018.

La matinée (9h30-12h), réservée aux membres des laboratoires, s’articulera autour d’un échange sur les projets collectifs initiés par les deux laboratoires de recherche et se déroulera aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM). La doctorante Nastassia Serste présentera l’avancée de ses travaux sur l’histoire des enfants orphelins et abandonnés nés de/et pendant la Guerre du Vietnam, accueillis en France (1955-1975).

L’après-midi (14h-17h), sera consacrée à deux interventions dans le cadre du séminaire de l’IrAsia, ouvert à tous les chercheurs et étudiants. François Guillemot fera une présentation autour de la thématique de son dernier ouvrage paru à La découverte (2018) : « Le Viêt-Nam et ses fractures : paradigme d’une histoire interne » et Béatrice Jaluzot présentera le projet de recherche « Pacific Rim Nations Treaties Corpus » initié par l’IAO sur les Traités inégaux en Asie. Elle se déroulera à la Maison de la recherche de l’université Aix-Marseille à à Aix-en-Provence.

Cette rencontre co-organisée par Nguyên Phuong Ngoc (directrice de l’IrAsia) et François Guillemot (IAO) s’inscrit dans un processus de rapprochement des deux Instituts.

Source : IAO

Inside BGI social history (1927-1976)

[ndlr] Projet de l’Institut d’Asie Orientale coordonné par François Guillemot.

Les Brasseries et Glacières d’Indochine (BGI), fondées sous la colonisation française en 1927 par la maison Denis Frères (Bordeaux), ont connu une expansion économique importante au Viêt-Nam. Le départ de la France de Saigon en 1956 dans le contexte de la division du pays entre 1955 et 1975 n’a pas interrompu sa production.

A partir d’une documentation unique constituée d’une partie du fichier du personnel de la société, le projet vise à établir une histoire sociale et cartographique de la BGI. Cette documentation nous permettra d’étudier l’évolution du personnel, ses origines sociales et ses déplacements au Sud Viêt-Nam dans les années soixante et soixante-dix.

Le projet vise ainsi à restituer l’évolution et le rayonnement de cette société sous la République du Viêt-Nam jusqu’à la réunification, date à laquelle la société change de nom pour Brasseries et Glacières Internationales.

Si vous avez travaillé dans cette société pendant la période de la République du Viêt-Nam, n’hésitez pas à nous contacter : francois.guillemot@ens-lyon.fr

The Brasseries et Glacières d’Indochine (BGI), founded under French colonization in 1927 by Denis Frères (Bordeaux), has experienced significant economic expansion in Vietnam. The departure of France from Saigon in 1956 in the context of the division of the country between 1955 and 1975 did not interrupt its production.

Based on a unique documentation consisting of the company’s personnel file, the project aims to establish a social and cartographic history of the BGI. This documentation will allow us to study the evolution of the staff, their social origins and their movements in South Vietnam in the 1960s and 1970s.

The project thus aims to reconstruct the evolution and influence of this company in the Republic of Vietnam until reunification, when the company changed its name to Brasseries et Glacières Internationales

If you worked in this company during the period of the Republic of Vietnam, please do not hesitate to contact us: francois.guillemot@ens-lyon.fr


« L’affaire Chu Hảo » : vieille purge systémique et nouvelle mise au pas des intellectuels au Viêt-Nam

Le 25 octobre 2018, le professeur Chu Hảo, directeur des éditions Tri Thức [Connaissances], une des maisons d’édition les plus ouvertes et les plus appréciées du pays, a fait l’objet d’une proposition de sanction disciplinaire. Cette demande du Comité central de discipline du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) contre un intellectuel vietnamien soulève plus généralement la question du fonctionnement de l’État-Parti sous la direction de ce parti unique. Cette mise à l’index aux allures d’accusation publique a provoqué un certain émoi chez les intellectuels vietnamien et une vive réaction chez de vieux compagnons de route du parti. Ainsi, l’écrivain Nguyen Ngoc, le professeur Mac Van Trang, ou d’autres comme Tran Nam ont pris la décision de quitter le PCV en signe de protestation. L’intéressé lui-même a décidé le 26 octobre de rendre sa carte du PCV. Retour sur une affaire qui provoque des remous jusque dans les milieux universitaires étrangers.

Depuis le début des années 2010, marquées par une série de manifestations antichinoises (été 2011, été 2014, juin 2018), le PCV a renoué avec ses vieux démons : celui de la purge politique et de la double répression policière et judiciaire.

Une manœuvre systémique

Sur un plan historique, cette dimension du pouvoir communiste vietnamien n’est pas une surprise, elle est systémique. Le maintien du Parti au pouvoir sur une si longue période (depuis 1945 au Nord et depuis 1975 pour le Sud) est en grande partie dû à sa capacité à exclure et neutraliser, de fait, à réduire au silence toute dissension interne au sein de l’appareil. La récente directive 102-QĐ/TW du 15 novembre 2017 du Comité central sur la discipline de parti va dans ce sens1. La lutte extérieure contre les opposants politiques (nationalistes, trotskistes, monarchistes), laminés au fil des décennies, a laissé place à une lutte interne au parti. Au cours de l’histoire de la République Démocratique du Viêt-Bam (1945-1976), ce fut le cas à plusieurs reprises : en 1948 lors de l’affaire H122 contre le « Quốc dân Đảng » [Parti nationaliste]2, en 1956-1960 lors de la mise au pas des intellectuels répression des périodiques Nhân Văn (Humanisme) et Giai Phẩm (Belles Lettres)3, en 1967 lors de l’affaire dite du « révisionnisme anti-parti » visant à éliminer les partisans d’une coexistence pacifique avec le Sud, en 1972 avec l’éviction de Vo Nguyên Giap du Polit-Buro4. Et des exemples moins connus pourraient être multipliés.

Après la réunification, ce processus permanent de la purge léniniste s’est poursuivi et s’est élargi aux forces dites « réactionnaires », à tous les mouvements opposés directement ou indirectement à une « nord-malisation » politique du Viêt-Nam. Ce fut le cas notamment des anciens du Front national de libération du Sud Viêt-Nam juste après la « libération » puis du Club des résistants du Sud en 1988 autour de Nguyên Hô (1916-2009). Ce fut également le cas du général Trân Dô (1923-2002), figure emblématique de l’exigence d’une transformation politique vers la démocratie ou du colonel Trân Anh Kim (né en 1949), toujours emprisonné pour ses prises de positions politiques. La liste est longue et devra être un jour établie par les chercheurs pour analyser finement les ressorts du fonctionnement du PCV face à sa propre évolution. Sous couvert de luttes de faction (nord/sud) et de campagnes contre la corruption (visant les groupes d’intérêt politico-économiques), la purge interne revêt une dimension systémique du pouvoir vietnamien permettant au PCV d’unifier ses troupes dans le but de se maintenir au pouvoir5. Cette dimension est visible et comptable à travers les procès politiques à répétition et lisible à travers le vocabulaire spécifique employé par les dirigeants, les idéologues et les instances judiciaires de l’État-Parti.

Ennemi intérieur et sables mouvants

La rhétorique de l’ennemi intérieur n’est certes pas nouvelle mais elle a pris ses dernières années une certaine vitalité6. Est-ce à dire que le pouvoir se sent menacé ? Il faut en effet revenir aux années 1990 soit deux décennies en arrière pour voir resurgir les vieux concepts de « phản động » [réactionnaire], « lật đổ chính quyền nhân dân » [renversement du pouvoir populaire] et ceux de « diễn biến hòa bình » [évolution pacifique] aujourd’hui transformé en « tự diễn biến », « tự chuyển hóa » [auto-évolution, auto-transformation]7. Or, ces expressions sont en elles-mêmes très floues comme le démontre l’analyse de l’avocat Lê Công Dinh à propos de l’accusation de « renversement du pouvoir populaire » dont il fut lui-même accusé en 2010, permettant tous les abus8. Le terme d’auto-évolution n’a également rien de précis car la « ligne rouge », celle que tout citoyen doit respecter et ne pas dépasser, est strictement définie par le Parti. Cette ligne est par ailleurs toujours mouvante laissant tout le loisir aux forces de sécurité de vous faire basculer ou non dans ces « sables mouvants rougeoyants ».

Éduquer le peuple, sur les pas de Phan Châu Trinh

En s’attaquant au professeur Chu Hảo et sa maison d’édition, le PCV cherche la mise au pas des intellectuels dans un contexte de contestation sourde d’une mainmise chinoise (économique et politique) sur le pays. Le pedigree du professeur Chu Hảo mérite d’être rappelé ici pour mesurer la profondeur de la mesure disciplinaire à venir. Né le 15 mai 1940 dans la province de Bac Giang, Chu Hảo est le fils de Chu Dinh Xuong, ancien directeur du Département de la sécurité publique du nord en 19459. Son père fut ensuite Directeur adjoint du département de la sécurité publique pour la région centre, puis directeur du département de la police de région sud du centre du pays, avant de changer de ministère et devenir chef du bureau du ministère de la Culture. En clair, Chu Hảo est un enfant de la révolution d’août. Formé à l’école de Pékin puis de Moscou, il a la particularité d’avoir suivi une scolarité très jeune en Chine populaire pendant cinq ans puis en 1960 en URSS à l’université polytechnique de Kiev. Il fut diplômé de cette université en 1965 puis resta en URSS jusqu’au grade de docteur adjoint (équivalent du niveau Master 2). De 1976 à 1979, Chu Hảo enseigne à l’université polytechnique de Hanoi puis se rend en France pour faire sa thèse. Doctorat en poche, il peut gravir les échelons en devenant Professeur des universités. A partir du milieu des années 1980, il dirige plusieurs organe dédiés à la recherche technologique et fut en 1996 nommé Vice-ministre des sciences et de la technologie du Viêt-Nam. A la retraite en 2005, il consacra celle-ci à son nouveau métier d’éditeur et de promoteur d’idées nouvelles et de connaissances de base au public vietnamien. Autrement dit, son parcours ne le prédestinait pas à devenir l’actif défenseur de l’intelligence du peuple promue par le lettré Phan Châu Trinh.

La culture contre l’ignorance, l’élévation intellectuelle comme condition du progrès social. Tels pourraient être les ambitions qui guident les choix éditoriaux des éditions de la Connaissance. [FG]

« Discipliner » le monde des idées

Le 25 octobre dernier, la Commission centrale d’enquête du PCV a donc recommandé « d’examiner et d’appliquer des mesures disciplinaires pour violations graves » de la discipline de parti10. Il est reproché à Chu Hảo d’agir à l’encontre des directives du parti et de l’État communiste. Le texte du parti mentionne : « En tant que directeur – rédacteur en chef, M. Chu Hảo est au premier chef responsable de la publication par la maison d’édition Tri Thuc d’un certain nombre d’ouvrages dont le contenu va à l’encontre des points de vue, des directives et de la politique du parti et de l’État, violant ainsi la loi sur la publication ; ouvrages qui devront être contrôlés, récupérés et détruits par les autorités compétentes ». Il s’agit ni plus ni moins de faire main basse sur le catalogue de la maison d’édition et de procéder à un nettoyage politique de livres considérés comme problématique11. Quels sont ces ouvrages ? Dans la ligne de mire de la Commission de contrôle sont les traductions de classiques occidentaux discutant des formes de gouvernement et de systèmes politiques. On peut citer à titre d’exemple l’essai sur la liberté du philosophe anglais John Stuart Mill (1806-1873) et d’une façon générale les ouvrages traduits de l’étranger présentant un contenu ou une réflexion politiques soit une grande partie du catalogue de cet éditeur12. Comme son nom l’indique, les éditions de la Connaissance ont pour objectif de proposer au public vietnamien des classiques des sciences sociales et de philosophie politique. On trouve parmi les auteurs traduits, familiers du public français, des études de/sur : Gaston Bachelard, Roland Barthes, Nicolas Berdiaev, Pierre Bourdieu, Noam Chomsky, Guy Debord, Gilles Deleuze, Jared Diamond, Émile Durkheim, Albert Einstein, Gustave Le Bon, Claude Lévi-Strauss, John Locke, Marcel Mauss, Jacques Monod, Edgar Morin, Friedrich Nietzsche, Jean-Jacques Rousseau, Jean-Paul Sartre, Adam Smith, Max Weber…13 soit un large corpus des idées contemporaines.

Conclusion : une chape de plomb transitoire ?

La décision disciplinaire contre Chu Hảo n’a pourtant rien d’une surprise. En effet, l’engagement de cet intellectuel pour une réforme profonde du régime est connu. Son appartenance au « groupe des 72 » lors de l’affaire de la refonte de la constitution était clair14. Il faisait partie de ces intellectuels courageux qui demandaient une évolution pacifique interne vers un régime démocratique, pluraliste et respectueux de l’humanisme vietnamien promu par le lettré moderniste Phan Châu Trinh15. Sa quasi-dissidence qu’il définissait récemment non comme une « opposition » (đối lập) mais plutôt comme une « discussion » (đối trọng [contrepoids]) ou un dialogue interne n’a pas convaincu les gardiens de l’idéologie au sein du PCV16.

En provoquant cette violente charge contre les intellectuels, le PCV s’enferre dans son marxisme-léninisme le plus conservateur, digne des années cinquante et des périodes les plus sombre du communisme vietnamien. De cette paranoïa systémique contre un ennemi intérieur mis en scène, imaginé ou réel, le parti ne saurait sortir indemne. Cette affaire confirme l’incapacité du PCV à se réformer de l’intérieur, à accepter un « dialogue interne » sur des sujets politiques clés et à se projeter dans l’avenir. Dans le même temps, elle démontre que la lutte interne engagée par Nguyên Phu Trong, le nouveau président de l’État et du Parti, entre dans une phase décisive pour les deux années à venir avant le XIIIe Congrès national de 2021. Date à laquelle toutes les questions sur le système de gouvernement seront de nouveau posées par les partisans d’une auto-évolution assumée.

FG, 30/10/2018. MàJ 13/11/2018.

Notes

  1. Texte soumis en ligne : Quy Dinh 102-QĐ/TW []
  2. Cf. Christopher E. Goscha, Intelligence in a time of decolonization. The case of the Democratic Republic of Vietnam at war (1945–50), Intelligence and National Security, 2007, Vol. 22:1, pp. 100-138 []
  3. Voir Peter Zinoman, « Nhân Văn Giai Phẩm on Trial. The Prosecution of Nguyễn Hữu Đang and Thụy An, Journal of Vietnamese Studies, Vol. 11, No. 3-4, Summer-Fall 2016, pp. 188-215 []
  4. Sur ce sujet voir les études de Sophie Quinn-Judge et de Martin Grossheim []
  5. Voir notre billet : « La lutte contre la corruption, outil politique du Politburo vietnamien« , Mémoires d’Indochine, 31/01/2018 []
  6. Voir notre article : « Vraie et fausse contre-révolution au Nord-Vietnam : de l’invention et de l’usage de ‘l’ennemi intérieur’ 1945-1967 », in Stéphane Courtois & Christopher E. Goscha (Ed.), Revue Communisme : Vietnam, de l’insurrection à la dictature 1920-2012, Paris, Éditions Vendémiaire, 2013, pp. 259-302  []
  7. Sur ces concepts, voir la rhétorique du PCV : « Tự diễn biến », « tự chuyển hóa » trong cán bộ, đảng viên và giải pháp phòng, chống, Quân Dôi Nhân Dân, 15/06/2017 et “Tự diễn biến”, “tự chuyển hóa” về tư tưởng trong cán bộ, đảng viên: Nhận diện và phòng, chống, Tap chi Công San, 22/11/2017 []
  8. Hoai Ai, Thế nào là “lật đổ chính quyền nhân dân” tại Việt Nam?, RFA Viêt, 13/04/2018 []
  9. A cette époque la sécurité publique du Viêt-Minh était engagée dans la répression du principal mouvement nationaliste d’opposition incarné par le Front Quôc Dân Dang alliance entre le VNQDD et deux partis Dai Viêt []
  10. Voir le communiqué officiel Thông cáo Báo chí Kỳ họp 30 của Ủy ban Kiểm tra Trung ương, UBKTTW, 25/10/2018 []
  11. Cette méthode rappelle les mesures prises après la chute de Saigon sur les ouvrages édités au Sud entre 1955 et 1975 []
  12. Voir en ligne : NXB Tri Thuc []
  13. Voir la photographie à la une []
  14. Voir notre analyse sur Mémoires d’Indochine : « L’affaire de la refonde de la constitution vietnamienne : fin de parti ou fin de partie ? » []
  15. Voir « Le 4/02/2013 : Une journée historique » sur Mémoires d’Indochine []
  16. GS Chu Hảo bị đề nghị kỷ luật vì ‘tự diễn biến’, BBC Vietnamese, 25/10/2018 []

Déplacement du Premier ministre, Édouard Philippe, au Vietnam

[ndlr] Programme chargé pour un déplacement éclair de trois jours.

Déplacement de M. Édouard PHILIPPE, Premier ministre, au Vietnam du vendredi 2 au dimanche 4 novembre 2018

Le Premier ministre se rendra au Vietnam à l’occasion du double anniversaire des 45 ans des relations diplomatiques et des 5 ans du partenariat stratégique entre la France et le Vietnam. L’année 2018 marque un renforcement sans précédent des liens entre les deux pays comme en témoignent les visites de haut niveau, après notamment la venue en France du Secrétaire général du Parti Communiste vietnamien.

Le Premier ministre sera accompagné notamment d’Agnès BUZYN, ministre des Solidarités et de la Santé, de Gérald DARMANIN, ministre de l’Action et des Comptes Publics, d’élus et de chefs d’entreprise pour lesquels le Vietnam représente un marché en très forte croissance.

Lire la suite : Gouvernement.fr

Vietnam : l’agent orange scruté in situ

[ndlr] Signalement d’une mission de terrain sur la guerre chimique pendant la guerre du Viêt-Nam et l’utilisation massive des pesticides aujourd’hui. Cette enquête soulevant de question sanitaires, historiques et sociales encore très sensibles est menée par Charles Sultan, endocrinologue pédiatrique, et Pierre Journoud, historien, professeur à l’Université Paul Valéry Montpellier.

Quarante-trois ans après la fin de la plus importante guerre chimique du XXe siècle, une mission de terrain inédite s’apprête à enquêter sur l’impact sanitaire de l’herbicide, qui a contaminé entre 2 et 5 millions de personnes. Mais aussi sur les pesticides encore utilisés.

Le projet n’a pas d’équivalent : une équipe scientifique pluridisciplinaire va enquêter en Asie du Sud-Est sur les conséquences de l’épandage de l’agent orange, défoliant employé par les États-Unis durant la guerre du Vietnam, et sur les effets aujourd’hui des pesticides utilisés par l’agriculture dans la région. Le dossier de cette mission d’expertise sera déposé ce jeudi pour validation à la Maison des sciences de l’homme de Montpellier, où sont basés la grande majorité des scientifiques, praticiens et professeurs investis dans cette recherche clinique. Après le verdict historique rendu en août dans l’affaire du jardinier américain Dewayne Johnson contre le géant de l’agrochimie Monsanto (jadis producteur de l’agent orange et aujourd’hui du glyphosate), les résultats de l’enquête sont très attendus.

Lire la suite : Libération, 24/10/2018. (Arnaud Vaulerin)

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 6

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

« Carrying Buddy ». Près de Ben The, province de Binh Duong, au nord de Saigon, un soldat sud-vietnamien porte un frère d’arme blessé et inconscient sur ses épaules vers l’arrière du front pour le faire soigner © Associated Press, 1972.

Mémoires combattantes

Séance 6 : mercredi 7 novembre 2018 – salle de réunion R20

Les mémoires combattantes forment un corpus très important de la production livresque en péninsule indochinoise, en particulier au Viêt-Nam. Dès les années soixante, la République démocratique du Viêt-Nam (1945-1976) a édité des « mémoires de la révolution » (hồi ký cách mạng) pour inscrire le processus révolutionnaire comme fondateur de l’État et pour honorer ses acteurs. Après la guerre, des ambitions mémorielles antagonistes se sont de plus en plus affirmées. Sur le plan des mémoires combattantes, rédigées par des militaires, des révolutionnaires professionnels ou des hommes politiques, les récits apparaissent largement clivés. D’un côté, les vainqueurs élaborent une nouvelle historiographie nationale et organisent le récit mémoriel pour valider la guerre de réunification (1945-1975) et la légitimité de la direction du parti communiste. De l’autre côté, les vaincus de la guerre et les exclus du processus politique témoignent de l’existence d’une contre-histoire qui percute le récit national-communiste. Cette séance donnera un aperçu des engagements des uns et des autres.

Dans un second temps, nous écouterons trois exposés oraux avant de débattre. Chaque ouvrage présenté reprendra une thématique abordée lors des séances précédentes : la question des frontières et du banditisme au moment de la colonisation du Tonkin, la formation des révolutionnaires à Paris et l’espionnage sous la République du Viêt-Nam au Sud (1955-1975).

Textes discutés

Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Viet Nam Wars. Memoirs of e victim turned soldier, Bloomington, Indiana University Press, 2012, p. 545-574 (Ch. 29 : « On the Viet Nam War » ; Ch. 30 : « Ever in my memory »).

Vo Nguyen Giap (général), Le haut commandement et le printemps de la victoire, Hanoi, Editions The Gioi, coll. Mémoires de guerre, 2008, p. 301-317 (Ch. X : « Quelques réflexions »).

Exposés oraux

Exposé de Thibaut Bara

  • Davis, Bradley Camp, Imperial Bandits. Outlaws and rebels in the China-Vietnam borderlands, Seattle, University of Washington Press, 
    Critical dialogues in Southeast Asian studies, 2017. 

Présentation de l’éditeur : Washington University Press

Exposé de Clémence de Gail

  • Goebel, Mickael, Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939), Paris, La Découverte, 2017. Traduit de l’anglais par Pauline Stockman.

Présentation de l’éditeur : La Découverte

Exposé de Valentin Martin

  • Bass, Thomas A., Agent Z. 21, le meilleur ennemi des Américains. Saïgon 1946-1975, Paris, Tallandier, 2010. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Béatrice Vierne.

Présentation sur Galaxidion

Image « à la une » : Groupe de la guérilla Viêt Công traversant une rivière en 1966 (Wikipedia)

Les obstacles à la libre expression et les difficultés rencontrées dans l’activité syndicale au Vietnam – 28/10/2018

[ndlr] Annonce d’une conférence accompagnée de la projection de deux films documentaires à Lyon. Un événement organisé par le syndicat FO en région.

Les obstacles à la libre expression et les difficultés rencontrées dans l’activité syndicale au Vietnam.

Intervenants : André Menras (réalisateur, documentariste) et Franck Rolland (secrétaire général de FO du Rhône et de la Métropole de Lyon)


 Projection de deux films documentaires :

  • Les chevaliers des sables jaunes / Những hiệp sĩ Cát Vàng, un film d’André Menras, vf
  • Quand maman n’est pas là / Mẹ vắng nhà, un film de Clay Pham, vost

Samedi 27 Octobre 2018 de 14h – 17h30

 Salles des commissions 6 – 7

 Hôtel de Région, 1 esplanade François Mitterrand,
 69002 Lyon

 (Accès en transports en commun : Tram T1, station Hôtel de Région – Montrochet)

 Entrée libre.

 Inscription conseillée auprès de Anh Rolland 06 50 38 67 35 ou gd@foterritoriaux-69.org

Johann Grémont : « Une frontière impossible à garder ? Le défi quotidien du maintien de l’ordre entre Chine et Viêt Nam (1895-1940) »

Séance du séminaire de l’IAO à ne pas manquer. 

« Une frontière impossible à garder ? Le défi quotidien du maintien de l’ordre entre Chine et Viet Nam (1895-1940) »

Johann Grémont


Vendredi 26 octobre 2018, de 14h à 15h30

Salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale (D4.070)

Résumé : Conséquence des traités de 1883 et 1884 qui placèrent le Tonkin sous protectorat français, l’affirmation de l’ordre colonial aux confins de l’Empire fut le fruit d’une entreprise diplomatico-militaire délicate et de longue haleine dans un environnement troublé. A partir de 1896, les officiers français basés dans un chapelet de postes, et épaulés par leurs partisans, luttent en collaboration avec leurs homologues situés du côté chinois contre toutes les formes de crimes se jouant de la frontière, du banditisme aux trafics en passant par les rébellions. L’analyse des mécanismes mis en œuvre pour contrôler la frontière permet de mettre en valeur l’équilibre fragile dans lequel s’inscrit l’exercice d’une police frontière où les troupes supplétives jouent au final un rôle de premier plan.

Affiche en ligne

Historien et enseignant, Johann Grémont est cadre en administration centrale. Ses recherches portent sur le maintien de l’ordre dans les colonies. Il est l’auteur de Maintenir l’ordre aux confins de l’empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre Chine et Viêt Nam, 1895-1940, Paris, Maisonneuve et Larose nouvelles éditions / Hémisphères éditions, coll. Asie en perspective, 2018. Lien éditeur.

Hommage aux travailleurs indochinois – 21 octobre 2018

[ndlr] Message de Pierre Daum.

Dimanche 21 octobre

Hommage aux « travailleurs indochinois »

organisé dans l’ancienne Poudrerie de Saint-Chamas
par les maires de
Saint-Chamas et de Miramas

  • 11h00 : dépôt de gerbes
  • 12h00 Vin d’honneur
  • 13h00: repas convivial (réservation obligatoire 0621573449)
  • 16h30: projection du film Une histoire oubliée (52 mn, 2017) en présence de la réalisatrice Ysé Tran

De 1945 à 1950, plus d’un millier d’ouvriers vietnamiens ont été envoyés par le gouvernement français pour répondre à la demande de main d’oeuvre des multiples entreprises de Lorraine. Avec le statut particulier d’ »indigène », c’est-à-dire encadré par l’État, comme dans les colonies. Le film d’Ysé Tran part à la recherche de l’histoire singulière de ces hommes, arrachés à leurs villages pour les besoins de la guerre. 20 000 « travailleurs indochinois » ont débarqué à Marseille en 1939-1940 afin d’être utilisés dans les usines d’armement. Parqués dans des camps dans le Sud de la France après la capitulation de 1940, ils travaillent sans salaire, dans tous les secteurs de l’économie. À travers des témoignages de travailleurs indochinois centenaires ou presque, de leurs épouses et surtout de leurs enfants, et grâce à la découverte d’un fonds d’archives inédites, le film d’Ysé Tran dévoile enfin cette page longtemps ignorée de l’histoire ouvrière en Lorraine.

Fiche du film sur : Film documentaire

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 5

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Mme Nguyen Van Bong en 1973. Son époux, homme politique de premier plan, cofondateur du Mouvement National Progressiste, fut assassiné en pleine rue à Saigon le 10 novembre 1971 © DR

Mémoires « genrées »

Séance 5 : mercredi 24 octobre 2018 – salle de réunion R20

Quelle est la place des femmes dans les récits mémoriels ? Quels types de récit sont écrits par les femmes ? A travers quelques exemples présentés pendant le séminaire, cette séance aborde la question des récits personnels rédigés par des femmes. Si ceux-ci souvent porteurs d’une histoire familiale et sociale dépassant le récit politique ou militaire des hommes, ils proposent aussi un récit alternatif (« genré et réconciliateur ») de la déchirure vietnamienne. Nous ferons appel aux mémoires de personnalités politiques de premier plan (Nguyen Thi Binh) tout comme de statut plus modeste (Le Ly Hayslip, Quynh Dao, Xuan Phuong) pour confronter la vision d’un récit à la fois national et familial.

Dans un second temps, nous discuterons de l’évolution historiographique de la thématique « genre et guerre » proposée par Françoise Thébaud puis nous questionnerons les enjeux sociaux et historiques de l’analyse iconographique, enjeux soulevés par la publication de l’ouvrage collectif Sexe, race et colonies (la Découverte, 2018).

Enfin, la troisième partie du séminaire sera dédiée aux exposés oraux. Le premier s’intéressera aux enjeux de mémoire en Indonésie, le second à la vie quotidienne des populations civiles dans un contexte de guerre.

Textes discutés

Françoise Thébaud, « Penser les guerres du xxe siècle à partir des femmes et du genre. Quarante ans d’historiographie », in Les lois genrées de la guerre, Clio, Femmes, Genre, Histoire, n°39, 2014, p. 157-182. Article en ligne sur OpenEdition.

Nicolas Bancel, « Exhiber l’exhibition ? Quand les historiens font débat : retour sur « Sexe, race et colonies »« , The Conversation, 17/10/2018. [Lire également les articles mentionnés par des liens]

Corpus de récits personnels présentés en début de séance

Bong-Wright, Jackie, Autumn Cloud. From Vietnamese war widow to American activist, Sterling, VA, Capital Books, 2001.

Chân Không (Sœur), La force de l’amour. Une bouddhiste dans le Viêt-Nam en guerre, Paris, La Table Ronde, « Les chemins de la sagesse », 1995.

Dang Phuong Nghi, Mo, une micro-histoire du Vietnam au XXe siècle, Paris, Centre International d’Études Vietnamiennes, 2004.

Elliott, Duong Van Mai, The Sacred Willow. Four Generations in the Life of a Vietnamese Family, Oxford, Oxford University Press, 1999.

Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris, Éditions du Seuil, 1993. Lire le CR de lecture en ligne d’Astrid Gillier sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam.

Ly San Meas, Mon Cambodge. Le destin d’une femme, Paris, L’Harmattan, « Graveurs de mémoire », 2012.

Nguyen Thi Binh, Family, Friends and Country. Autobiography, Hanoi, Tri Thuc Publishing House, 2013. Traduit en français sous le titre Ma famille, mes amis et mon pays. Mémoires (Éditions Tri Thuc, Université Hoa Sen, 2015).

Quynh Dao, Tales from a Mountain City. A Vietnam War Memoir, Fyshwick, Odyssey Books, 2010.

Tran To Nga, Ma terre empoisonnée. Vietnam, France, mes combats, Paris, Stock, 2016.

Xuan Phuong (avec Danièle Mazingarbe), Ao dai, du couvent des Oiseaux à la jungle du Viêt-minh, Paris, Plon, 2001.

Exposés oraux

Exposé de Samia Kotele

  • Pramoedya Ananta Toer, The mute’s soliloquy : a memoir, Londres, Penguin books, 1999. (Titre original : Nyanyi Sunyi Seorang Bisu). 

Présentation en ligne : Amazon

Exposé de Gwendolène Chambon

  • Lone, Stewart, Daily lives of civilians in wartime Asia: from the Taiping Rebellion to the Vietnam War, Greenwood, The Greenwood Press Daily Life Through History Series: Daily Lives of Civilians during Wartime, 2007. 

Présentation de l’éditeur : Thrift Books

Image « à la une » : Peinture de l’artiste Dinh Y Nhi (née en 1967).

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge