Nguyen Quoc-Thanh : La culture maritime vietnamienne, le syncrétisme religieux des pêcheurs au sein de l’Asie du Sud-est

[ndlr] Une séance de séminaire à ne pas manquer.

Vendredi 8 novembre 2019 de 14h à 15h30

Salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale (D4.070)

« La culture maritime vietnamienne, le syncrétisme religieux des pêcheurs au sein de l’Asie du Sud-est »

Quoc-Thanh Nguyen, chercheuse associée à l’IAO

Résumé : La culture maritime vietnamienne actuelle porte l’empreinte des plus importants courants culturels qui ont traversé le Vietnam les siècles passés. De nos jours, les cultes célébrés par les pêcheurs sont également marqués par ces courants. Animisme, Bouddhisme, Hindouisme voire Islam, les croyances des pêcheurs vietnamiens embrassent divers horizons et, en retour, ces dernières les enrichissent et les singularisent de la population de l’hinterland. Alors que le Vietnam tout entier se tourne aujourd’hui vers la modernité, les pêcheurs résistent, entretiennent et protègent leurs croyances séculaires : ainsi chez eux subsistent des pratiques oubliées par beaucoup de Vietnamiens.

Source : IAO

Le Sud du Viêt-Nam submergé en 2050 ?

[ndlr] Un article de la revue Nature revoit à la hausse l’impact de la montée de la mer sur les côtes et le risque de submersion de plusieurs grandes villes d’Asie. Dans cette perspective à horizon 2050, une grande partie du delta du Mékong disparaitrait sous les eaux. L’urgence climatique n’est pas un vain mot.

Scott A. Kulp1 & Benjamin H. Strauss, “New elevation data triple estimates of globalvulnerability to sea-level rise and coastalflooding”, Nature, 2019. https://doi.org/10.1038/s41467-019-12808-z

Denise Lu and Christopher Flavelle, “Rising Seas Will Erase More Cities by 2050, New Research Shows”, New York Times, 29/10/2019. Extrait :

L’impact sur le sud du Viêt-Nam, projection 2050 © NYT

Southern Vietnam could all but disappear.

The first map shows earlier expectations of submerged land by 2050. But the new outlook, the second map, indicates that the bottom part of the country will be underwater at high tide.

More than 20 million people in Vietnam, almost one-quarter of the population, live on land that will be inundated.

Much of Ho Chi Minh City, the nation’s economic center, would disappear with it, according to the research, which was produced by Climate Central, a science organization based in New Jersey, and published in the journal Nature Communications. The projections don’t account for future population growth or land lost to coastal erosion.

Source : NYT

La réponse de Mme Huynh Thi Lan Huong, directrice de l’Institut vietnamien de météorologie, d’hydrologie et du changement climatique : Mekong Delta extinction an extreme prediction: Vietnam expert, VnExpress, 02/11/2019.

MàJ 04/11/2019.

Camion charnier : les 39 victimes pourraient être vietnamiennes (Euro News)

[ndlr] Après la découverte près de Londres d’un camion réfrigéré contenant 39 cadavres (31 hommes et huit femmes), des questions surgissent sur leur nationalité et leur provenance. La blogosphère vietnamienne est sous le choc et pose une question : “Pourquoi des jeunes quittent encore aujourd’hui le Viêt-Nam, pays en paix ? Inquiétude chez les familles vietnamiennes dont les enfants sont partis clandestinement.

Phan Huy Đường (1945-2019) – écrivain, penseur et traducteur

Un des plus importants traducteurs de la littérature contemporaine vietnamienne s’est éteint à Paris le 4 octobre 2019 à l’âge de 74 ans. Né à Hanoi en 1945, il travaillait en France depuis 1963.

Responsable de la collection “Vietnam” chez Philippe Picquier, Phan Huy Duong a transmis à une génération de lecteurs férus de littérature vietnamienne les principaux grands titres de la littérature du Renouveau. Il était aussi un écrivain penseur auteur du recueil de nouvelles Un amour métèque en 1994 chez L’Harmattan, d’un essai philosophique Penser librement (Éditions Chronique Sociale, 2000) et de plusieurs essais en langue vietnamienne publiés aux États-Unis ou au Viêt-Nam.

Liste des romans et nouvelles vietnamiens traduits par Phan Huy Duong aux éditions des Femmes et chez Philippe Picquier pendant une quinzaine d’années (d’après la liste établie par Nguyễn Tùng) :

Phạm Thị Hoài, La messagère de cristal (Thiên sứ), Paris, Éditions des Femmes, 1990.

Dương Thu Hương, Les paradis aveugles (Những thiên đường mù, tiểu thuyết), Paris, Éditions des Femmes, 1991.

Dương Thu Hương, Roman sans titre (Tiểu thuyết vô đề, tiểu thuyết), Paris, Éditions d-es Femmes, 1992.

[Recueil de nouvelles, 15 auteurs] Terre des éphémères (Đảo của những người ngụ cư, tập truyện ngắn, 15 tác giả), Arles, Éditions Philippe Picquier, 1994.

Bảo Ninh, Le chagrin de la guerre (Nỗi buồn chiến tranh, tiểu thuyết), Arles, Éditions Philippe Picquier, 1994.

[Recueil de nouvelles, 11 auteurs] En traversant le fleuve (Qua sông, tập truyện ngắn, 11 tác giả), Arles, Éditions Philippe Picquier, 1996.

Dương Thu Hương, Au-delà des illusions (Bên kia bờ ảo vọng, tiểu thuyết), Arles, Éditions Philippe Picquier, 1996.

Khánh Trường, Est-ce que tu m’aimes ? (Có yêu anh không ?, tập truyện ngắn), Arles, Éditions Philippe Picquier, 1997. Traduit avec Sean James Rose.

Bùi Minh Quốc, En un instant, une vie (Một lúc, một đời), nouvelles, Arles, Éditions Philippe Picquier, 1997.

Trần Vũ, Sous une pluie d’épines (Mùa mưa gai sắc, tập truyện ngắn), Paris, Flammarion, 1998.

Dương Thu Hương, Myosotis (Lưu ly, tiểu thuyết), Arles, Éditions Philippe Picquier, 1998.

Nhật Tuấn, Retour à la jungle (Đi về nơi hoang dã, tiểu thuyết), Arles, Éditions Philippe Picquier, 2002. Traduit avec Đặng Trần Phương.

Dương Thu Hương, Terre des oublis (Chốn vắng, tiểu thuyết), Paris, Sabine Wespeiser, 2006. Grand prix des lectrices de Elle 2007.

Sur le site Dien Dan – Forum ses amis lui rendent hommage :

FG, 21/10/2019. MàJ 22/10/2019.

Voir aussi notre article sur un sujet connexe : Les trois vagues de la littérature vietnamienne contemporaine traduite en français (27/09/2017)

les irréductibles “amis du Viêt-Nam Libre” – Lyon, 20 octobre 2019

Pour protester à la fois contre la politique du régime communiste vietnamien (RSVN) et à l’expansionnisme de Pékin (RPC) en mer de Chine méridionale, des Vietnamiens exilés se retrouvent presque toutes les fins de semaine sur le parvis des Droits de l’Homme au Trocadéro à Paris. Résilients à tout, qu’il pleuve, qu’il vente ou que le soleil brille, ils se font le relais de la protestation interne complètement étouffée au Viêt-Nam.

Cette semaine, les organisateurs de ces happenings politiques, sorte d’agit-prop anti-communiste, sont descendus sur Lyon en mobilisant une poignée de Vietnamiens de l’agglomération.

Dans l’Appel à cette manifestation du dimanche 20 octobre 2019, organisée par “Les amis du Viêt-Nam Libre”, l’expansionnisme de la “Chine rouge” contre le Viêt-Nam était souligné. Quatre dates clés rappelaient la politique de fait accompli chinoise menant à la perte de territoire sur la frontière nord et dans la partie de la “Mer de l’Est” sous souveraineté vietnamienne :

1974 : les îles Paracels,

1979 : la porte de Nam Quan, les chutes de Ban Gioc, les zones frontalières du Nord du Viêt-Nam après la guerre éclair sino-vietnamienne en 1979,

1988 : les îles Spratleys,

2019 : les récifs de corail Vanguard Bank.

Extrait du tract diffusé le 20/10/2019 place Bellecour à Lyon1.
Copie d’écran du reportage d’Albert Goulain © DR

La perte de ses territoires terrestres et maritimes a soulevé beaucoup d’émois au Viêt-Nam tout comme dans la communauté exilée depuis les premières manifestations massives anti-chinoises en 2011 et celles plus violentes de 20142. Face à ces protestations de rue à caractère insurrectionnel (voir les grandes manifestations de 2014 et 2018), le pouvoir politique vietnamien a mobilisé l’ensemble des forces de sécurité, policière et militaire, pour étouffer dans l’œuf la voix des blogueurs, activistes sociaux et intellectuels critiques. Cette répression régulière et accrue ces dernières années a eu pour effet d’amoindrir considérablement les mouvements de protestations dans le pays. Les dissidents les plus influents ont été expulsés du pays ou croupissent dans les camps de prisonniers. Et de fait, aujourd’hui la réaction à l’affaire de Vanguard Bank reste modique dans le pays comme à l’extérieur dans l’espace transnational vietnamien3.

A Lyon, les manifestants, près d’une quarantaine, vilipendèrent la faiblesse de la réaction du gouvernement vietnamien face à ces actes belliqueux de Pékin tout en condamnant le régime autoritaire pour sa répression continue des “patriotes”.

Au delà de cette inquiétude légitime relayée par nombre d’intellectuels depuis l’intérieur du pays, les “irréductibles” d’aujourd’hui lièrent cette protestation anti-chinoise aux problématiques écologiques qui traversent la société vietnamienne dans son ensemble :

En même temps, les communistes vietnamiens ont laissé entrer sans visa des Chinois au Viêt-Nam pour y construire des usines polluant l’environnement sur terre et en mer. Parallèlement avec cette lâcheté devant l’ennemi, ces mêmes forces brutales ont utilisé la Loi Cyber-Sécurité [entrée en vigueur en janvier 2019] pour exercer des oppressions, emprisonnements contre les activistes pacifistes qui ont milité pour la Démocratie, la Liberté sur les trois zones (Nord-Centre-Sud) de la Patrie, la protection de l’environnement ! [référence au projet des trois Zones économiques spéciales concédées à Pékin pour une durée de 99 ans]4

Extrait du tract du 20/10/2019, parties en français et en anglais.

Si le caractère folklorique de ce happening politique peut faire sourire ou étonné (notamment par les références à l’ancienne République du Viêt-Nam conquise en 1975 par les forces communistes), il n’en reste pas moins que le message vise avant tout les compatriotes à l’intérieur du pays, premières victimes de la politique gouvernementale et de la corruption :

A l’étranger, nous, les Vietnamiens en exil à cause de la catastrophe communiste, n’oublions jamais nos compatriotes au pays. Nous avons soutenu et nous soutiendrons toujours notre Peuple qui est en train de faire face au pouvoir oppressif dans des difficiles conditions voire dangereuses pour la vie.

Extrait du tract diffusé le 20/10/2019.

D’aucun verront dans ces paroles, une amertume accumulée pendant des décennies suite à la chute de Saigon le 30 avril 1975 vécue comme une “catastrophe” pour l’ensemble du pays, d’autres, que ce message possède une portée plus historique, liant le drame vietnamien du XXe siècle (guerre d’indépendance, guerre civile, boat people, disparition de toute possibilité de pouvoir démocratique) à l’avènement d’un pouvoir autoritaire sans partage désormais pieds et poings liés avec Pékin5.

Autour d’une quarantaine de manifestants, le happening dura près de deux heures entre l’installation des panneaux, de la sono et des drapeaux du Viêt-Nam libre (le drapeau jaune au trois bandes rouges), français ou américain. Débutant par une cérémonie en hommage à l’ancienne République du Viêt-Nam (1955-1975), au son de son hymne national, une minute de silence fut observée pour les “combattants sacrifiés pour la juste cause”. Entre discours offensifs et chansons de lutte, une série de slogans contre l’expansionnisme chinois ou contre le pouvoir communiste vietnamien résonnèrent avec emphase sur la place Bellecour. Chacun pouvait noter la grande détermination des quatre femmes au micro, relayées par l’ensemble de l’assemblée.

Aperçu de la tribune de la manifestation du dimanche 20 octobre 2019 à Lyon.

Un grand panneau explicatif en français destiné aux passants exposait les raisons de cette mobilisation (Qui sommes nous ? ; Que voulons nous ?…). Dans le public, deux jeunes françaises spectatrices, familières du drapeau du Viêt-Nam socialiste, s’interrogeaient sur la signification du drapeau jaune à trois bandes rouges, emblème de la communauté vietnamienne réfugiée avant de souhaiter bonne chance aux participants. Des touristes américains, en provenance du Minnesota, s’intéressèrent à la manifestation. Une femme me glissa à l’oreille un “sorry” pour l’effroyable guerre du Viêt-Nam qui résonnait encore dans son esprit. Un français d’un certain âge, frappé par la présence des drapeaux jaunes, applaudit à la résilience de Saigon. D’autres passants étaient intrigués par la juxtaposition d’une manifestation vietnamienne et d’une manifestation libanaise (de l’autre côté de la statue de Louis XIV) le même jour sur une place Bellecour transformée en étendard coloré de la contestation.

Dans l’assemblée, on put remarquer la présence de M. Duong Van Loi, réfugié, ancien prisonnier évadé des camps de rééducation vietnamien, défilant malgré son grand âge6. En fin de happening, les organisateurs MM. Nguyen Anh Tai et Dang Mau Vinh remercièrent les manifestants et les invitèrent à un moment de convivialité autour d’un verre et de quelques mets vietnamien. Si à l’avenir la communauté vietnamienne de Lyon répond présent, ils seront prêts à initier une nouvelle protestation de ce type pour mobiliser les consciences et ceci jusqu’à “la chute du régime”.

Près de quarante cinq ans après la chute de Saigon, les “irréductibles” n’ont donc pas encore dit leur dernier mot.

FG, 20/10/2019.

Notes

  1. Sur les agressions de pêcheurs vietnamiens, voir la chronologie établie par André Menras : “Chronologie non exhaustive des agressions chinoises sur les pêcheurs du Centre Vietnam (2002-2014)” []
  2. Voir sur Mémoires d’Indochine : “Expéditions punitives antichinoises sur fond de frustrations vietnamiennes”, 17/05/2014 []
  3. Voir sur Mémoires d’Indochine : “Viêt-Nam : Feu vert pour protester contre le fait accompli Chinois en Mer de Chine ?” []
  4. Sur ce dernier point, voir le dossier de la BBC, programme en vietnamien []
  5. Voir nos analyses : “L’urgence démocratique – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne”, 27/05/2014 et “Viêt-Nam : le casse-tête chinois”, 29/06/2014 []
  6. Sur le site de France Terre d’Asile, témoignage en ligne de Duong Van Loi sur la condition des prisonniers : “La bouillabaisse” et auteur de L’ hélicoptère de la liberté: de la Porte du Ciel (Cong Troi) à la Porte de Chine. Aventure vécue d’un prisonnier politique échappé du camp de la mort, Paris, Les éditions La Bruyère, 1990 []

« MÉMOIRES D’INDOCHINE » 2019 : SÉANCE 5

Année universitaire 2019-2020 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

“Décoloniser l’histoire de l’Indochine”

★ ★ ★

17 avril 1975 : arrivée des Khmers rouges à Phnom Penh (par Tian) © DR

Destins cambodgiens, de la guerre au génocide

Cette séance est consacrée à l’histoire contemporaine du Cambodge et l’étude du génocide perpétré par les Khmers rouges. Dans un premier temps nous verrons comment une génération d’artistes s’approprient l’histoire de leur pays pour construire un autre récit de la guerre, du génocide et du traumatisme à travers la bande dessinée. Comment cette forme de “langage indirect” transmet-elle le fait historique et les émotions qui en découle ? Comment exprimer par l’image l’indicible ? La seconde partie (exposés) reviendra sur la formation des cadres khmers rouges, le contexte de l’émergence de la révolution. L’avènement du totalitarisme et la pratique khmère rouge sera analysée à partir de deux témoignages écrits du génocide.

Séance 5 : mercredi 23 octobre 2019 – salle de réunion de l’IAO

Lectures requises :

Clémence Oliviero, “La bande dessinée à l’épreuve de la mémoire : à travers les œuvres de Séra et de Tian”, Mémoires d’Indochine, 11/03/2013 : https://indomemoires.hypotheses.org/6588

Mathilde Cambournac, “Art et mémoire au Cambodge : une illustration en bande dessinée”, Mémoires d’Indochine, 18/02/2014 : https://indomemoires.hypotheses.org/13565

Pour accompagner cette séance :

Cambodge – Mémoire – Khmers rouges : Faire résonner l’histoire avec la jeune génération, Cambodge Mag, 21/07/2017.

Lauriane Ung-Billault, Témoigner du génocide cambodgien – entre cinéma et bande dessinée les regards de Rithy Panh, Tian et Séra, Mémoire 2 recherche sous la direction de Edouard Lynch, ENSSIB, 2017. [PDF en ligne]

Isabelle Delorme, Quand la bande dessinée fait mémoire du XXe siècle. Les récits mémoriels historiques en bande dessinée, Paris, Les Presses du Réel, 2019. Présentation sur Mémoires d’Indochine. Présentation de l’éditeur : http://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=6667

★ ★ ★

Exposé de Alexandre Thurbin

Henri Locard, Pourquoi les Khmers rouges, Paris, Vendémiaire, 2013 (réédition augmentée en 2016). Présentation de l’éditeur.

Exposé de Vincent Roux

A propos de deux témoignages écrits de survivants de la prison S21 de Phnom Penh.

Illustration “à la une” : Illustration de l’application ”Learning on Khmer Rouge History”. Centre Bophana

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge