François Guillemot : Le Viêt-Nam et ses fractures – vendredi 25 mai 2018 [séminaire IAO]

[ndlr] Séminaire de l’IAO.

Le Viêt-Nam et ses fractures : paradigme d’une histoire interne

Vendredi 25 mai 2018

 

ENS de Lyon, salle de réunion de l’IAO (D4.070)

de 14h à 15h30 

Résumé : Le Viêt-Nam, connu pour sa lutte héroïque pour l’indépendance, fut un des grands mythes du XXe siècle. Entre décolonisation et guerre fratricide, son histoire apparaît comme exemplaire mais que sait-on de ses fractures internes ? Quels furent les chemins des possibles pour ce pays colonisé et décolonisé dans la violence ? Quelles furent ses sources d’inspiration ? Quels types de révolutions et de guerres ce pays a-t-il traversé au cours du XXe siècle ? Autour de la publication de son ouvrage, l’auteur explique sa démarche, une histoire « vue de l’intérieur » qui consiste à replacer les Vietnamiens au cœur de l’histoire contemporaine de leur pays.

François Guillemot est historien, ingénieur de recherche CNRS à l’Institut d’Asie Orientale, auteur de plusieurs études sur le Viêt-Nam contemporain.

Source : Institut d’Asie Orientale

Jacques Tiberi : Mémoires d’un boat people

[ndlr] A l’occasion de la disparition de M. Hua Vang Tho le 1er mai dernier (1944-2018), nous signalons un article dédié à son destin de Boat people paru sur la revue en ligne Le Zéphyr. Responsable du site politique anticommuniste TinParis.Net, M. Tho a suscité beaucoup de polémiques au sein de la communauté exilée. Très attaché aux valeurs républicaines et à la liberté d’expression, il était aussi membre de la franc-maçonnerie bleue. Retour sur son parcours de réfugié.

★ ★ ★

Alors que les réfugiés affluèrent massivement en Grèce, en Italie et même aux portes de Paris, Hua Vang Tho a voulu nous raconter son histoire. Celle d’un boat people vietnamien, débarqué en France il y a 38 ans, après une odyssée qu’il nous narre avec une étonnante froideur, sans pathos ni fioriture.

Hua Vang Tho est né en 1944 à Vinhlong, dans le Delta du Mékong. Après une éducation « à la française », il obtient son bac mention « maths élem’ » en 1961. Dans la foulée, il réussit le concours de l’Institut polytechnique de Phu Tho à Saïgon et en sort en 1966 avec un diplôme d’ingénieur électricien. Hua entame alors une belle carrière professionnelle, mobilisé dans l’armée, puis conseiller municipal, directeur d’une banque privée et chargé d’enseignement à l’université. Marié et père de 3 enfants adolescents, il est déjà, à tout juste 26 ans (en 1970), un personnage connu dans sa région.

Lire la suite : Le Zéphyr

Image « à la une » : La famille Hua, en août 1981 © DR

Nguyen Giang Huong : L’histoire culturelle du Vietnam à travers les collections patrimoniales de la Bibliothèque nationale de France [BnF, 25 mai 2018]

[ndlr] Annonce de la dernière séance du cycle du séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures », consacré aux recherches récentes sur les échanges culturels entre la France et le Vietnam (partenariat entre la BnF et le labex TransferS).

 

Vendredi 25 mai 2018

15h-17h – BnF, site site François-Mitterrand

L’histoire culturelle du Vietnam à travers les collections patrimoniales de la Bibliothèque nationale de France

par Nguyen Giang Huong (BnF)

 

La séance, exceptionnellement délocalisée à la BnF, sera suivie d’une visite de la bibliothèque du site François-Mitterrand.

Pour cette séance, l’inscription est obligatoire
Pour ce faire, envoyer un mail à Nguyễn Giáng Hương, giang-huong.nguyen@bnf.fr, en précisant vos nom, prénom et adresse e-mail.

Le point de rendez-vous sera précisé dans le mail de réponse aux personnes inscrites.

Source : France-Vietnam : un portail entre les cultures 2017-2018

Prix Phan Châu Trinh 2018 décerné à Pierre Brocheux et Daniel Hémery

[ndlr] Annonce sur le Prix vietnamien Phan Châu Trinh décerné le 24 mars dernier à Ho Chi Minh-Ville.

Le prix de la Fondation culturelle Phan Châu Trinh, un prix prestigieux qui récompense l’érudition vietnamienne, a été décerné cette année en Vietnamologie à MM. Pierre Brocheux et Daniel Hémery, tous deux historiens et anciens enseignants-chercheurs à l’Université Paris Diderot (connue sous le nom de Paris 7 à l’époque de leurs enseignements). Pierre Brocheux et Daniel Hémery sont les auteurs de nombreux ouvrages sur l’histoire du Viêt-Nam de la période coloniale à nos jours. Ils ont notamment co-écrit Indochine, la colonisation ambiguë (La Découverte, 2001) une référence incontournable sur la période 1858-1954. Ce prix récompense l’ensemble de leurs travaux historiques. Nous leur adressons ici nos plus chaleureuses félicitations.

Pour en savoir plus, lire leurs remerciements respectifs adressés au Comité de sélection :

Sur l’ensemble des récipiendaires du Prix en 2018 voir la page : Prix Phan Châu Trinh 2018

Pour une revue de presse sur ce prix de 2018 : MỘT SỐ TIN BÀI VỀ GIẢI THƯỞNG VĂN HÓA PHAN CHÂU TRINH LẦN THỨ XI, NĂM 2018

 

Séra : Membres fantômes [exposition 10 mai – 30 juin 2018]

[ndlr] Annonce d’une exposition de peinture de Séra.

SÉRA, le créateur de la figure de la place mémorielle À ceux qui ne sont plus là, présente une œuvre polymorphe, à la fois mémorielle et sensuelle, composée de peintures aux techniques mixtes, de dessins et de sculptures qui trouvent inspiration et racine dans la statuaire khmère ancienne et dans sa mémoire vive.

Une œuvre en hommage à l’histoire.

Une œuvre dédiée à la méditation.

Le festival Cambodge, d’hier à aujourd’hui propose de faire découvrir le Cambodge par sa création artistique contemporaine avec une programmation ponctuée de spectacles, projections, expositions, cérémonies, conférences dans 15 lieux différents de Paris et ses alentours.

Ce festival trouvera une résonance particulière chez les Cambodgiens de France dont la présence sur le territoire a souvent été la conséquence d’une histoire mouvementée, et leur permettra de porter un regard contemporain sur leur terre d’origine.

Cambodge, d’hier à aujourd’hui s’adresse à tous les passionnés et curieux d’Asie et des scènes artistiques et culturelles internationales. 15 Martel curiosity + experiences est un nouveau concept de galerie immersive.

Trop d’auteurs et d’artistes voient leurs créations refusées ou censurées en raison des conventions. Lieu de création, la galerie programme des expositions, des installations, des performances, dans un espace de liberté, au cœur de Paris, en étage, sur-rendez-vous. Rachel Hardouin, fondatrice et commissaire des événements, initie le public à ressentir, réagir, participer aux projets artistiques avec la complicité des artistes. 15 Martel accueille et donne la parole aux auteurs et aux créations.

Un lieu pour dépasser les frontières du refus.
+
15, rue martel BAT.1 #4
interphone 15MARTEL
75010 Paris – France
Mercredi au samedi de 14H à 19H
+ 33 (0)6 60 22 50 14
contact@15martel.com
www.15martel.com #15martel @15martel

 

A l’occasion du festival Cambodge, d’hier à aujourd’hui Rachel Hardouin est heureuse de vous inviter au vernissage de l’exposition qu’elle consacre à SÉRA Membres fantômes présente ses dernières créations, peintures aux techniques mixtes, sculptures et dessins.

Vernissage

Samedi 12 mai 2018 à partir de 16H00

Exposition

du jeudi 10 mai au samedi 30 juin 2018

Les dernières créations picturales et graphiques de SÉRA interrogent le corps humain en dialogue avec la statuaire khmère ancienne. Cette œuvre établit un lien entre passé et présent khmer.

Ce qui est prégnant dans l’ensemble de l’œuvre de SÉRA, c’est la présence très spéciale d’une rage maitrisée signifiée par le geste. D’un trait vif, saillant, presque cinglant, SÉRA affirme et agite. La main porte le pinceau, l’encre, la terre, le métal… loin devant pour aiguiser nos consciences et notre arbitrage.

L’homme qui dessine, l’homme qui sculpte ou l’homme qui peint, nous invite à un voyage plus profond, plus lointain, plus déchiré aussi.

« Il faut voir travailler SÉRA. Il faudrait toujours voir, s’approcher pour mieux cerner les mains qui parlent d’elle-même, d’une même voix contrariée, entre murmures de l’enfance et cris des souvenirs coincés plus haut, dans la mémoire ; il faut voir travailler SÉRA de tout son corps, pour comprendre que c’est en suivant les gestes que l’on peut suivre la courbe d’une réminiscence, et que quoi qu’on en dise, tout part de là. »

Adrien Genoudet, enseignant, chercheur, écrivain, cinéaste.

Séminaire de recherche exceptionnel sur le Viêt-Nam avec Olga Dror & Keith W. Taylor – Inalco, 22 mai 2018

[ndlr] Séminaire de recherche exceptionnel en études vietnamiennes à l’Inalco, mardi 22 mai 2018, 13h30-17h00. A ne pas manquer.

L’Inalco et l’Université Paris Diderot sont heureux de vous inviter à une séance exceptionnelle de leur séminaire de recherche en études vietnamiennes, avec deux invités :

– Olga Dror, Associate Professor, Texas A&M University :

« Oublier et se souvenir du massacre de Huế, Tết 1968 »

 

★ ★ ★

– Pr. Keith W. Taylor, Cornell University :

« Autour du poème ‘Tứ Thời Khúc’ en caractères démotiques du lettré Hoàng Sĩ Khải (XVIe siècle) »

 

La séance aura lieu le mardi 22 mai 2018, de 13h30 à 17h00, dans les salons de l’Inalco, 2 rue de Lille, 75007 Paris.

Évènement ouvert à tous. Soyez les bienvenus !

Image « à la une » : Huê, le 14 avril 1968, la vie reprend son cours dans les décombres de l’offensive du Têt © Bettmann/CORBIS sur le site de Manh Hai

Bùi Tín : Nén hương lòng nhân ngày 30 tháng Tư

[ndlr] La voix du colonel Bùi Tín (né en 1927), exilé politique résidant en France depuis 1991 et journaliste indépendant. Dans le texte qui suit intitulé « Un encens de compassion pour le 30 avril », il publie un appel à la réconciliation nationale lancé au gouvernement communiste vietnamien à l’occasion de cette journée commémorative.

Le 30 avril 1975, date de la chute de Saigon, Bui Tin était présent au Palais de l’Indépendance lors de la capitulation du dernier gouvernement de la République du Viêt-Nam alors présidée par le général Duong Van Minh. Il est l’auteur de nombreux textes de réflexion sur le destin du Viêt-Nam contemporain, le communisme et la guerre.

Ngày kỷ niệm 30/4/1975 – 30/4/2018 đã tới.

Tôi viết bài báo ngắn này như thắp một nén hương lòng, đầy trĩu lo buồn vì từng là một nhân sống tại chỗ cho sự kiện lịch sử 30/4/1975, nhưng 43 năm qua tình hình đất nước xấu đi trông thấy về mọi mặt, chính trị lạc hậu, Nhà nước tham nhũng, đảng Cộng San thoái hóa suy thoái thê thảm, Công an và Quân đội mất phương hướng phục vụ nhân dân, xã hội băng hoại, đạo đức suy đồi, nền giáo dục vỡ trận.

Cuộc hòa giải dân tộc tùng hứa hẹn đã bị cố tình lãng quên và phản bội. Các lời cam kết long trọng ghi trên giấy trắng mực đen « tôn trọng quyền tự quyết của nhân dân miền Nam Việt Nam » và « không dùng vũ lực để thôn tính nhau » đã bị xâm phạm thô bạo vì đường lối đấu tranh giai cấp Mác-xít coi bạo lực luôn đồng nghĩa với cách mạng.

Đã có lời kêu gọi tâm huyết của Giáo sư đảng viên Đào Công Tiến, nguyên hiệu trường Đại Học kinh tế phía Nam từ năm ngoái là nên tổ chức một cuộc đại Cầu siêu, đại Sám hối nhân dịp này, tổ chức thăm viếng thắp hương, dâng hoa… tất cả các nghĩa trang lớn nhỏ, phần mộ các liệt sỹ hy sinh và mất tích thuộc tất cả mọi bên trong chiến tranh, phía Quân đội Nhân dân cũng như phía Quân đội Viềt nam Cộng hòa, các nghĩa trang của các đạo Phật giáo, Cao Đài, Hòa Hảo, Tin lành… cũng như các nghĩa trang quân đội Hoa kỳ, Canada, Tân tây lan, Úc, Thái lan… nếu còn có trên đất nước ta.

Lire la suite : VOA

Erik Davis : Past Lives Present, Tense: Past-life memory in Twenty-First century Cambodia [3 & 4 mai 2018]

[ndlr] Annonce de deux conférences d’Erik Davis sur le Cambodge contemporain suite à une invitation conjointe du Centre d’études himalayennes, du Centre Asie du Sud-Est, et du Centre d’études interdisciplinaires sur le bouddhisme.

Erik Davis

Associate Professor au Macalester College, St. Paul, Minnesota

jeudi 3 mai, de 10h à 12h

Conférence au Centre d’études interdisciplinaires sur le bouddhisme :

« Past Lives Present, Tense: Past-life memory in Twenty-First century Cambodia »

Lieu : à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales ; Salle des Plaques ; 2 rue de Lille, 75007 Paris.

Résumé : Past-life memory in Cambodia is common. In Buddhist scriptural practices, past-life memory is usually thought of in terms of the Buddhist cycle of saṃsāra, where past-life memory is often a prerequisite for advanced stages of spiritual accomplishment. However, in practice, past-life memory is often deeply disturbing to the rememberer, their family and their community.

This presentation discusses multiple examples of contemporary past-life memory out of Davis’ fieldwork in Cambodia, highlighting the practices that surround such memory and uses to which such memories are put. Examples include the Cambodian Prime Minister, a young girl who remembers being her own uncle, a spiritual leader who claims to be the most important Buddhist leader of the Cambodian twentieth century as well as the repeated subject of national scandal because of his claims, and another woman who put two families together in her youth, and has maintained theirconnections into her eighties. These memories and rituals challenge many Western notions about the self and its construction in ways that may be productive.

Télécharger l’affiche : CEIB_conf_Davis_2018-05-03

★ ★ ★

vendredi 4 mai, de 9h30 à 12h30

Présentation au séminaire « Anthropologie comparée du bouddhisme », dans le cadre de la thématique « Ritualités bouddhiques » :

« The Perfect Funeral of King Norodom Sihanouk of Cambodia »

Lieu : à l’EHESS ; Salle 751 (veuillez noter la nouvelle salle); 54 bd Raspail, 75006 Paris.

Résumé : When King Norodom Sihanouk of Cambodia died in 2012, it marked the beginning of the end of an era, and a period in which the preparations surrounding the impending royal funeral became a site of deep piety and national emotion, run of the mill corruption, and political maneuver. In this presentation, the Cambodian funerary process is introduced, the royal details given specific attention, and attention paid specifically to the ways in which traditional ritual performance and political maneuver intersected, and the ways in which the spectacle occasionally threatened to break down.

Paris, 27 avril 1975 – 3 jours avant la chute de Saigon

L’image du jour : Paris, des étudiants vietnamiens manifestent pour soutenir la République du Viêt-Nam vivant ses derniers moments.

A l’initiative de Trần Văn Bá, président de l’Association Générale des Etudiants Vietnamiens de Paris, « Une journée pour la terre natale » (« Một ngày cho quê hương »), dédiée aux événements historiques qui se déroulent au Viêt-Nam est programmée le 27 avril 1975 alors que le Sud Viêt-Nam s’effondre. Une marche silencieuse est organisée pour célébrer le sacrifice des soldats du Sud morts dans la guerre civile qui oppose le Sud et le Nord Viêt-Nam. La marque du deuil est évoquée par le bandeau blanc porté par les manifestants et les banderoles noires qui indiquent en lettres blanches : « Grande journée de deuil », « Honneur à nos soldats morts pour la liberté »…

Quelques trois cents étudiants vietnamiens des facultés du Quartier Latin, d’Orsay et de Nanterre convergent vers la Sorbonne. Le défilé  démarre de la Résidence universitaire Lutèce dans le 5e arrondissement, passe rue Gay Lussac (d’où est prise la photo par l’étudiant Trần Đình Thục) pour se rendre place de la Concorde. La marche silencieuse traverse le jardin du Luxembourg, se poursuit rue d’Assas où est localisée l’ambassade de la République du Viêt-Nam puis rejoint le Sénat. A proximité de l’ambassade américaine des slogans sont scandés : « A bas les Américains”, “A bas les communistes vietnamiens” …

Dans le quartier du Sénat, les étudiants vietnamiens manifestent dans une certaine tension craignant d’être pris à partie par les deux jeunesses françaises aux positions radicales opposées et prêtent à en découdre : l’extrême-gauche soutenant la lutte contre la guerre du Viêt-Nam et favorable au Viêt-Công et à Hanoi et l’extrême-droite, anticommuniste, soutenant l’intervention américaine et le régime de Saigon. Les jeunes vietnamiens qui défilent possèdent leur propre vision du conflit loin des extrêmes et des totalitarismes.

Après la chute de Saigon, le cliché de Trần Đình Thục est tombé dans l’oubli. En 2014, soit 39 ans après, l’écrivain Huy Phương publiait aux Etats-Unis un carnet de souvenirs liés au 30 avril 1975 avec en couverture la photo de Thục. De nouveau mise à l’honneur par l’édition de ce livre, Trần Đình Thục décide de l’offrir et de la dédicacer à la communauté vietnamienne exilée de Little Saigon en Californie. Une façon de dire à tous ceux qui souhaitent l’avènement d’un Viêt-Nam libre et démocratique : « Nous sommes toujours là » (Chúng ta vẫn còn đây).

FG


Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

Pour en savoir plus :

Oanh Ngo Usadi : I saw and heard Saigon falling, 43 years ago today

[ndlr] La chute de Saigon dans la mémoire d’une famille exilée.

After three decades of bloodshed, Vietnam’s civil war abruptly ended 43 years ago today, on April 30, 1975. The events surrounding this date are seared into the minds of every Vietnamese person of a certain age.

I was not yet four years old, but these are some of my earliest memories. There was no longer a North and South Vietnam divided at the 17th parallel, only the Socialist Republic of Vietnam.

Days before, the radio inside our house in Saigon had been ticking off provinces that had fallen into North Vietnamese hands: some of them the hometowns of my relatives. As rumors of gory revenge preceded the communists’ advance, thousands of people abandoned their homes and fled to any place that was still free. Many, including my aunts, with husbands away fighting in the South Vietnamese Army, ended up at our house.

The presence of so many visitors had the feel of Tet, the Vietnamese New Year. But for this reunion, the mood was far from celebratory. I recall hearing the word hoa binh, meaning peace, sprinkled in conversations. My father explained that it meant the end of fighting and soldiers on both sides could go home. “For you, there would be no more hiding under the counters and staircases,” he said to me.

Lire la suite : Washington Examiner, 30/04/2018.

Commémoration du 30 avril 1975(« Black April ») en Californie :

 

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge