Moussons n°33 [parution]

[ndlr] Avis de parution du n°33 de la revue Moussons.

Ce numéro généraliste de Moussons a une saveur particulière : il entame avec l’année 2019 ses 20 ans d’existence salués dans l’éditorial sous le titre « Vingt après ». S’ensuit un dossier thématique qui conjugue les compétences des géographes, des urbanistes et des ethnologues pour aborder, sous l’angle des politiques publiques et des initiatives privées, les processus récents de densification démographique et de gentrification de la principale ville du Myanmar : Yangon (autrefois Rangoun). En effet, depuis le début des années 2010 et la relative libéralisation du régime, la capitale économique du Myanmar a attiré un grand nombre de migrants en quête d’opportunités d’emploi et de formation. La cité doit alors faire face à des problèmes de surpeuplement, de congestion du trafic, d’inadaptation des infrastructures, de marginalisation des habitants les plus modestes, de dégradation de leurs conditions de vie et de menaces sur le patrimoine architectural de la ville. Les articles du dossier rédigés par Marion Sabrié, Maaike Matelski, Helene Maria Kyed et Eben Forbes, traitent de ces différents problèmes en croisant, par le biais d’enquêtes de terrain, les logiques d’action des élites et des classes moyennes ou populaires.

Deux articles varia composent également ce numéro. Julien Debonneville et Olivia Killias décrivent le rôle des agences de recrutement et de placement dans l’économie mondialisée du travail domestique en se penchant sur deux « industries » de la migration de référence en Asie du Sud-Est, les Philippines et l’Indonésie. Laurent Gédéon étudie les prétentions territoriales chinoises sur la mer de Chine du Sud qui imposent au Vietnam de concevoir désormais une maritimisation de son espace stratégique.

Lien vers la revue en ligne : Moussons 33

A la recherche de Huế : Constitution du Fonds Võ Quang à l’IAO

Le jeudi 6 juin 2019, les chercheurs Pascal Bourdeaux (EPHE-GSRL-PSL) et François Guillemot (CNRS-IAO) ont réceptionné un don important d’ouvrages sur le Viêt-Nam provenant de la bibliothèque de recherche de M. et Mme Võ-Quang à Sceaux. Présentation succincte ci-dessous.

Le fonds Võ Quang a été constitué par un couple de chercheurs chimistes passionnés par la culture vietnamienne et assidus des cours de l’EPHE sur l’histoire et la culture de la péninsule indochinoise dispensés par le professeur Nguyễn Thế Anh dans les années 1990.

Préservé dans leur appartement de Sceaux, ce fonds rassemble quelques 800 ouvrages en vietnamien et en français autour des thématiques suivantes :

  • histoire, littérature et culture de Huế, l’ancienne capitale impériale. A cet ensemble cohérent s’ajoutent quelques études sur le Champa au centre du Viêt-Nam ;
  • mémoires et essais d’acteurs historiques (principalement en vietnamien) ;
  • études historiques récentes sur le Viêt-Nam parues en français
  • littérature vietnamienne traduite en français et littérature vietnamienne contemporaine ;
  • littérature coloniale publiée dans les années 1920/1930, études littéraires sur la période et rééditions d’ouvrages chez Kailash ;
  • écrits scientifiques de M. Võ Quang Yến, collection de 16 volumes (21/29,7) ainsi que d’autres documents tapuscrits ;
  • collections de revue vietnamiennes.

Déménagé le jeudi 6 juin 2019, le fonds a été provisoirement stocké dans les locaux du CNRS à Ivry-sur-Seine.

Une grande partie de ces collections va enrichir le fonds vietnamien de l’IAO et sera mise à disposition des chercheurs, des étudiants et des lecteurs de la Bibliothèque Diderot de Lyon au sein de l’espace Asie Orientale (collection IAO) en cours de constitution.

La pagode de la Dame Céleste à Huê, photographie de Vo Quang Yên © DR

Profil des deux donateurs :

Né le 25 juin 1928 à Nam Phố Trung dans la province de Thừa Thiên au centre du Viêt-Nam, Võ Quang Yến fut reçu docteur ès Sciences à Paris. Il a soutenu une thèse à l’université de Paris en 1962 intitulée “Contribution à l’étude des additions sur les composés acétyléniques : chloroformylation des arylacétyléniques : hydratation des diacétyléniques”.

En tant que spécialiste de chimie organique, il fut chargé de recherche puis directeur de recherche au CNRS, travailla et enseigna cette discipline à l’École nationale supérieure de chimie de Paris.

Passionné de l’histoire et de la culture de Huế, M. Võ Quang Yến a acquis au fil des années de nombreux ouvrages sur cette partie du Viêt-Nam, sa région d’origine. Il a publié de nombreux articles de vulgarisation scientifique au Viêt-Nam avant 1975 (revues Bách Khoa, Phổ Thông...) puis à l’étranger notamment dans la revue Diễn Đàn éditée à Paris ou en ligne sur les sites Chim Việt Cành Nam, Diễn Đàn Forum, Khoa học Đời sống, VietSciences.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages en nom propre :

  • Nói chuyện khoa học [Discussions sur la science], Saigon, Cơ sở Phạm Quang Khai, Tủ sách Tiến Bộ, 1968.
  • Vũ trụ và không gian [Univers et espace], Saigon, Cơ sở Phạm Quang Khai, Tủ sách Tiến Bộ, 1968.
  • Giáo dục tính phái [Éducation du genre], Saigon, Lửa Thiêng, 1973.
  • Gửi thương về Huế [Message d’amour sur Huế], Hanoi, Văn Học, 2006 (récemment mis en ligne).
  • Cây nhà lá vườn, Đà Nẵng, 2014-2015.
  • Champa một thưở, Paris, Chim Việt Cành Nam , 2018.
  • Tình nghĩa sông nước, Paris, Chim Việt Cành Nam, 2019 (à paraître).

Son épouse Liliane Võ Quang, née Kouscher, est née le 9 février 1934 à Dijon. Elle fut diplômée de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan (ENS-Cachan) et de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Inalco) à Paris en 1959. Elle fut reçue docteure d’État en Sciences physiques en 1965 avec une thèse intitulée « Préparation des acétyléniques, étude des propriétés chimiques et physicochimiques des éthynylcyclopropanes ». Elle fut détachée au CNRS de 1960 à 1965 au Laboratoire de Recherches de Chimie organique de l’ENSCP du Professeur P. Cadiot et y mena des recherches jusqu’en 1981. A partir de 1981, elle rejoignit le Laboratoire de Bioorganique et Biotechnologie, CERCOA-ENSCP du Professeur F. Le Goffic.

Parmi ses nombreuses fonctions universitaires, elle enseigna la chimie à L’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris depuis 1964 où elle fut responsable du Laboratoire d’enseignement de chimie organique  1ère année ( 1974-1986 ) et à l’ENS-Cachan pour la préparation à l’agrégation de Sciences Physiques (1974-1986). A partir de 1985, elle passa Maître de Conférences à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) et l’année suivante, elle s’occupa de la coopération culturelle, scientifique et technique avec le Vietnam à travers plusieurs missions visant à préparer les plans du Laboratoire d’Enseignement de la Chimie de l’Université de Hanoi.

Également passionnée d’histoire et de littérature, elle est l’auteure d’une étude sur la plus célèbre des pagodes de Huế :

  • Le temple de la Dame céleste, Chùa Thiên Mụ à Huế : sanctuaire bouddhique et miroir de l’ancienne capitale du Vietnam, parue dans la revue Péninsule en 2004. Ce travail est issu de son mémoire de maîtrise de vietnamien soutenu à l’université Paris VII en 1998.

Dans un esprit philanthropique et dans le but de promouvoir les études vietnamiennes en France, M. & Mme Võ Quang Yến ont fait don de leur bibliothèque de recherche. Une grande partie de leur fonds rejoindra les collections de l’Institut d’Asie Orientale à Lyon (UMR 5062). Quelques ouvrages plus spécifiquement dédiés aux questions religieuses seront versés au fonds de l’UMR 8582 Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL).

François Guillemot, 10/06/2019.

MàJ 11/06/2019.

Illustrations : FG et Pascal Bourdeaux

4 juin 1989 : Il y a 30 ans Tiananmen

[ndlr] Il y a trente ans le 4 juin 2019, les chars de l’armée populaire chinoise répriment dans le sang le mouvement démocratique étudiant. Rappel vidéographique sur cet événement clé de l’histoire de la Chine contemporaine. Une mémoire consciencieusement effacée par le pouvoir en place. Mais le “printemps de Pékin” est désormais inscrit dans l’histoire mondiale.

Tiananmen, l’événement que la Chine veut effacer

À l’occasion des 30 ans de Tian’anmen, le journaliste Pierre Haski signe un portrait documentaire de Liu Xiaobo, l’un des plus grands dissidents chinois, et revient sur ce tournant dramatique et majeur de l’histoire du pays.

30 ans après, « L’homme de Tiananmen » reste encore une énigme

A l’occasion des 30 ans des évènements de Tiananmen, nous avons demandé à l’une des figures de cette révolte, l’écrivain et poète chinois Liao Yiwu – condamné à quatre ans de bagne pour avoir écrit un poème qui dénonçait le massacre du 4 juin 1989 – qui était l’homme de Tiananmen, celui qui s’est dressé devant les chars de l’armée chinoise, devenant à lui seul, le symbole de la lutte pour la liberté.

Thảm sát Thiên An Môn: Quan điểm của một người lính

Ngày 4 tháng 6 đánh dấu 30 năm vụ thảm sát Thiên An Môn, một cuộc đàn áp đẫm máu một phong trào dân chủ đã bị xóa khỏi lịch sử ở Trung Quốc, nhưng vẫn được nhớ đến bởi những người đã chứng kiến sự hỗn loạn tại Bắc Kinh. Khởi đầu chỉ là một cuộc tập họp tự phát của một nhóm sinh viên tương đối nhỏ vào ngày 15 tháng 4 năm 1989, nhưng đã biến thành một cuộc tụ tập của hơn 1 triệu người vào ngày 20 tháng 5, khi những công dân bình thường kéo đến để bày tỏ sự ủng hộ của họ đối với những người biểu tình. Chính phủ Trung Quốc gọi cuộc biểu tình là “cuộc nổi dậy phản cách mạng”, và đã tuyên bố thiết quân luật vào ngày 20 tháng 5, đồng thời huy động hơn 200.000 quân tại thủ đô. Trong số đó có ông Lý Hiểu Minh, một cựu quân nhân của Quân đội Giải phóng Nhân dân. Ông Lý Hiểu Minh cho biết tuy ông đã không có bắn một phát súng nào, nhưng ông vẫn mang cảm giác tội lỗi đối với cái chết của các sinh viên và thường dân khi những chiếc xe tăng tiến vào Quảng trường Thiên An Môn vào ngày 4/6. (Chaîne YouTube du Viêt Tân)

Phim tai lieu : chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

[ndlr] Signalement de la diffusion d’un film documentaire sur le lettré moderniste Phan Châu Trinh.


Chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

Un film réalisé par Nguyen Sy Bang sur un scénario de Duong Thi Thanh Huong et Nguyen Sy Bang. Directeur de la production : NSND Nguyen Nhu Vu (DSF, 2018).

Avec les participations de : Bui Van Tieng, François Guillemot, Le Thi Kinh, Luu Trong Van, Nguyen Thi Binh, Ngo Thi Hoang Mai, Nguyen Minh Triet, Nguyen Su, Tran Viet Ngac, Trinh Van Thao, Vu Ngoc Hoang…

Histoire d’un rendez-vous manqué entre la France et le Viêt-Nam colonisé et d’une vision politique pacifique pour accéder à l’indépendance.

Le film sera présenté au 10e festival euro-vietnamien du film documentaire du 31 mai au 9 juin 2019 à Hanoi (le 1er juin, 19h) et Ho Chi Minh-Ville.

Sur ce festival, voir :

Thien Do : Vietnamese Supernaturalism

[ndlr] Thien Do (Đỗ Mỹ Thiện) l’auteur de Vietnamese Supernaturalism est récemment décédé. Rappel biographique d’un chercheur très apprécié de ses collègues et ami.es.

Né à Tra On, dans le delta du Mékong, Do Thien était arrivé en Australie en tant qu’étudiant du Plan Colombo en 1962 et il fut diplômé de l’université de Melbourne en tant qu’ingénieur agronome. Dans les années 1990, il a soutenu une thèse de doctorat sur la religion populaire au Vietnam à l’Université Nationale d’Australie puis a enseigné et mené des recherches à l’université de Darwin et à Singapour.

Dans sa recherche, Do Thien s’est inspiré des traditions familiales et de son expérience personnelle en s’appuyant sur les archives et son travail ethnographique sur le terrain. Il rendit compte de sa représentation sensible de divers courants de religiosité dans le delta du Mékong dans son ouvrage devenu une référence Vietnamese Supernaturalism: Views from the Southern Region (Routledge, 2003). Il était une autorité respectée sur la religion vietnamienne ainsi que sur la culture spirituelle et l’histoire populaire de son delta natal, le Mékong.

Il était particulièrement apprécié de ses collègues comme le rappelle Philip Taylor : “Dans ses écrits philosophiques et ses interactions avec ses amis, collègues et étudiants, Do Thien se comportait comme un sage, un gentleman et un esprit léger”.

Ses proches, collègues et amis expriment leurs sincères condoléances à sa famille.

The beliefs and practices surrounding the meanings and symbols of the spirit world in Vietnam are explored in detail in this innovative study on popular religion in the country. The author shows an abiding interest in the ‘subconscious life’ at a grassroots level alongside rational formations of cosmological understanding which effect politics and economics on a national scale. By bringing together oral histories, reports and fiction writing alongside more conventional documented sources, this book reveals an area of history which has been largely neglected.

(Présentation de son ouvrage)

FG d’après VSG

Réforme du Bac : L’avenir des langues rares (vietnamien, cambodgien, coréen…)

[ndlr] A l’initiative de Cô Mai, ancienne enseignante de vietnamien au Lycée Louis-le-Grand, une pétition adressée à M. Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse est en ligne sur Change.org. Argumentaire ci-dessous. N’hésitez pas à l’encourager !

Nouvelle réforme du Baccalauréat 2021 : nous demandons qu’il y ait équité pour tous les candidats choisissant une « langue rare » au Bac (arménien, cambodgien, coréen danois, finnois, grec moderne, hébreu, néerlandais, norvégien, persan, polonais, suédois, turc et vietnamien).

Depuis toujours, les candidats scolaires “libres” pour les “langues rares” ont la possibilité de s’inscrire en Octobre (de l’année de Terminale) pour passer une épreuve écrite finale en Mars pour la langue facultative et en Juin pour les langues obligatoires.

Avec la réforme du Bac actuelle, les langues rares sont toujours conservées dans la liste des langues pouvant être choisies comme LVA et LVB (1ère et 2ème Langue) ou LVC (3ème langue optionnelle).

Cependant, les modalités d’obtention du Bac 2021 ont été modifiées : la notation est divisée entre la formation continue et une épreuve finale. Les candidats au Bac, désirant choisir une langue rare, ont l’obligation de s’inscrire dès l’année de 1ère en LVA et LVB, et doivent impérativement suivre cet enseignement au sein de leur établissement scolaire. Toutefois, Ces enseignements sont très rarement dispensés au sein des établissements de l’Education Nationale. Seront de ce fait pénalisés tous les élèves inscrits dans un établissement scolaire ne proposant pas la langue rare de leur choix.

Nous demandons qu’il y ait équité pour tous les candidats au Bac en :

  • 1/ assouplissant les modalités d’inscription aux Bac sur ces langues pour permettre aux élèves de les choisir en épreuve finale.
  • 2/ offrant plus de structures d’enseignement de langues rares sur le territoire français.

Soutenez notre cause ! 

Mme NGUYEN – TON NU Hoang Mai

Professeure de Français Langue Étrangère (FLE) au Lycée La Fontaine – 75016 Paris
Professeure de Vietnamien au Lycée Emily Brontë – 77185 Lognes

Vietnam War left a painful legacy for indigenous minority that fought alongside U.S.

[ndlr] Signalement d’un reportage de Charles Dunst sur un sujet peu évoqué. L’engagement de membres de minorités ethniques au côté des Américains pendant la guerre du Viêt-Nam.

Here in the windswept, rolling hills of central Vietnam, there are many reminders of the war that ended four decades ago.

Two Soviet-made tanks sit in the village of Dak To as monuments to the men who died retaking the region from U.S.-backed South Vietnam in 1972. The flag of the communist Viet Cong guerrillas is painted on roadside walls. Undiscovered land mines remain a hazard.

But for the indigenous minority that Vietnam’s French colonizers named the Montagnards, or “mountain people,” the legacy of the war is especially painful.

They fought alongside the Americans and continue to be regarded as enemies by the Vietnamese government, which routinely subjects them to surveillance, arbitrary arrest, land seizures and other abuses that have been documented by human rights groups.

“Hanoi’s perspective on the Montagnards seems fixed in a Vietnam War-era past,” said Phil Robertson, deputy director of Human Rights Watch’s Asia division. “Ever since the war ended in 1975, the Montagnards have faced systematic harassment, intrusive surveillance and persecution.”

Lire la suite : Los Angeles Times, 21/05/2019.

Image “à la une” : Dim, right, is a Montagnard who fought alongside U.S. Army special forces in the Vietnam War. Chuh A., left, is the son of a Montagnard veteran and was deported from the U.S. in 2017 © Charles Dunst / For The Times.

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge