Bùi Diễm (1923-2021), dernier grand témoin du Viêt-Nam libre, de la guerre à l’exil

Il y a un peu plus d’un an, le 24 octobre 2021, disparaissait Bùi Diễm à l’âge de 98 ans (99 ans pour les Vietnamiens). Figure importante de la diplomatie de guerre et de la communauté vietnamienne, cet ancien ambassadeur de la République du Viêt-Nam aux États-Unis aura été un fervent défenseur des valeurs de liberté et de démocratie pour le Viêt-Nam. Retour succinct sur une trajectoire remarquable et une vision toujours lucide.

Bui Diêm lors du 7e Congrès du parti Dai Viêt Révolutionnaire à Houston en 2011

Bùi Diễm naquit dans la province de Hà Nam au nord du Viêt-Nam le 1er octobre 1923 dans une famille de lettrés. Neveu de Trân Trong Kim, le premier ministre de Bao Dai en 1945, Bùi Diễm fut très tôt engagé dans la lutte pour l’indépendance de son pays. Membre du parti Dai Viêt dès 1944, il resta affilié à ce mouvement politique jusqu’à ces derniers jours, prenant même la tête du parti Dai Viêt Révolutionnaire (Dai Viêt Cach Mang Dang) en 2011.

Installé à Saigon après les Accords de Genève (1954), Bùi Diễm fonda le Saigon Post, premier journal anglophone édité au Sud Viêt Nam. En 1956, il réalisa le film politique Chung tôi muôn sông (Nous voulons vivre) pour dénoncer les exactions du régime communiste nord-vietnamien pendant la réforme agraire.

Bui Diem arrivant à Paris pour des négociations avec la RDVN

Bùi Diễm était surtout connu pour son rôle de diplomate pendant la guerre du Viêt-Nam. Il fut ambassadeur de la République du Viêt-Nam aux États-Unis entre 1967 et 1972 sous la présidence de Nguyên Van Thiêu. Il resta ambassadeur itinérant jusqu’en 1975.

Exilé aux États-Unis après 1975, il participa au programme HO, organisé par les États-Unis pour rapatrier les anciens prisonniers des camps de rééducation.

Très attaché à rétablir une certaine vérité historique, il a participé à de nombreux entretiens pour faire valoir la cause de la République du Viêt-Nam pendant la période la guerre en ne sous-estimant pas les tensions engendrée par l’intervention massive des Américains au Viêt-Nam.

Personnalité très abordable, il participait volontiers aux manifestations scientifiques dédiées à l’histoire de la République du Viêt-Nam comme par exemple à Cornell University en juin 2011. Lors de ce symposium organisé par l’historien Keith Weller Taylor, Bui Diêm m’avait confié se sentir comme un “dinosaure”, survivant d’une histoire vietnamienne pleine de bruit et de fureur et se souvenait encore avec émotion de sa rencontre avec Truong Tu Anh, le chef du parti nationaliste Dai Viêt disparu en décembre 1946.

Couverture de la réédition des Mémoires politiques de Bui Diêm (2019). Source : Van Viêt

Il publia ses mémoires politiques avec l’aide de David Chanoff en 1987 (réédité en vietnamien en 2000 puis 2019) et laisse derrière de multiples témoignages oraux dont les derniers en date se trouvent dans le documentaire en 10 épisodes The Vietnam War de Ken Burns et Lynn Novick (2017) mais aussi dans une série sur l’histoire orale du Viêt-Nam (Vietnam War Oral History Project) sous la direction de Alex Thai-Vo (2019).

Depuis la période révolutionnaires des années 1945-1946, Bùi Diễm incarna avec brio cet autre Viêt-Nam non communiste et démocratique qui s’éteint aujourd’hui peu à peu, acteur d’une histoire tragique prise dans les redoutables mâchoires de l’histoire.

FG, 16/12/2022.


Christopher Goscha : L’asymétrie mémorielle Algérie-Vietnam en France. Réflexions sur « un oubli indochinois » – Inalco : mardi 6 décembre 2022

Seconde conférence de Christophe Goscha à l’Inalco le 6 décembre 2022.

Date : 

Mardi 6 décembre 2022 – 12:00 – 14:00

Lieu : 

Inalco, PLC (65, rue des Grands Moulins – 75013 Paris ) – 5.09

Professeur à l’Université du Québec à Montréal et spécialiste de la péninsule indochinoise, l’historien Christopher E. Goscha s’intéresse en particulier au contexte international et transnational de la colonisation et de la décolonisation de l’Indochine française. Il donnera le 5 et le 6 décembre 2022 deux conférences à l’Inalco autour de ses deux derniers ouvrages : « Vietnam, a New History » (New York, Basic Books, 2016, 592p) et “The Road to Dien Bien Phu: A History of the First War for Vietnam” (Princeton University Press, 2022, 568p).

Lien vers l’annonce en ligne : http://www.inalco.fr/evenement/asymetrie-memorielle-algerie-vietnam-france-reflexions-oubli-indochinois

Sur le même sujet lire l’article :

Algérie-Indochine : l’asymétrie mémorielle française, The Conversation, 14 septembre 2022 : https://theconversation.com/algerie-indochine-lasymetrie-memorielle-francaise-190024

Christopher Goscha : Ecrire une “nouvelle” histoire du Vietnam. Enjeux, défis et quelques regrets – Inalco : lundi 5 décembre 2022

Conférence de Christopher Goscha à l’Inalco le 5 décembre 2022. A ne pas manquer.

Date : 

Lundi 5 décembre 2022 – 09:30 – 11:30

Lieu : 

Inalco, PLC (65, rue des Grands Moulins – 75013 Paris ) – Salle 4.18

Professeur à l’Université du Québec à Montréal et spécialiste de la péninsule indochinoise, l’historien Christopher E. Goscha s’intéresse en particulier au contexte international et transnational de la colonisation et de la décolonisation de l’Indochine française. Il donnera le 5 et le 6 décembre 2022 deux conférences à l’Inalco autour de ses deux derniers ouvrages : « Vietnam, a New History » (New York, Basic Books, 2016, 592p) et “The Road to Dien Bien Phu: A History of the First War for Vietnam” (Princeton University Press, 2022, 568p).

Lien vers la première conférence : http://www.inalco.fr/evenement/ecrire-nouvelle-histoire-vietnam-enjeux-defis-quelques-regrets

Tran Thi Anh-Dao (ed.): Rethinking Asian Capitalism [2022]

Paru en juillet 2022, repenser le “Renouveau” vietnamien dans la mondialisation et les économies d’Asie du Sud-Est. Un ouvrage collectif sous la direction de Tran Thi Anh-Dao. Résumé ci-dessous.


Lien vers la présentation de l’ouvrage en ligne : https://link.springer.com/book/10.1007/978-3-030-98104-4

5e Rencontre IAO / IrAsia : L’Asie en partage – AMU, 18 novembre 2022

A ne pas manquer.


Vendredi 18 novembre 2022, de 14h-17h30

Marseille, Campus Saint-Charles, Bât. Yves Mathieu, salle 15.513

Cette année, Aix-Marseille Université accueillera la 5e Rencontre conjointe entre l’IAO et l’IrAsia. Trois chercheurs et une doctorante de l’IAO présenteront un aperçu de leurs travaux actuels sur des terrains indonésiens, vietnamiens et japonais dans une large perspective historique et géopolitique. Rémy Madinier, Pierre-Emmanuel Bachelet et Laurent Gédéon iront prospecter sur les pas d’une « Asie en partage » des temps modernes connectés aux espaces maritimes contestés d’aujourd’hui. Tatiana Tepliashina nous présentera depuis le Viêt-Nam la construction de son terrain anthropologique dédié à une organisation de jeunesse.

Programme en ligne sur le site de l’IAO : https://iao.cnrs.fr/actualite/5e-rencontre-iao-irasia/

Le trafic de piastres en Indochine [France Inter]

A réécouter sur France Inter dans l’émission Affaires sensibles avec la participation de Hugues Tertrais, historien.


« La perle de l’Empire » : c’est ainsi que l’on appelait l’Indochine française, cette terre lointaine qui a fasciné jadis tous ceux qui s’y sont aventurés, entre rêve d’exotisme et fumeries d’opium. On l’a aujourd’hui un peu oubliée, remplacée dans la mémoire collective par l’histoire de sa décolonisation – une guerre qui durera huit ans, entre 1946 et 1954. Entre-temps, l’Indochine française fut le théâtre d’un gigantesque trafic financier, un secret d’État aux allures de trahison.

En décembre 1945, la monnaie indochinoise – la piastre – est volontairement surévaluée par le pouvoir gaulliste afin de stimuler, dit-on, les exportations. Mais cette mesure va rapidement être détournée de son but initial et permettre à des milliers de gens de s’enrichir grâce à un tour de passe-passe administratif. Empereur, ministres, députés, militaires, fonctionnaires et banquiers : tout le monde resquille et se gave sur le dos du contribuable. Le trafic dure le temps de la guerre, jusqu’à ce qu’un certain Jacques Despuech, courageux fonctionnaire devenu lanceur d’alerte, ne révèle le scandale, plus grave encore : le Vietminh – en guerre contre la France – se serait infiltré dans le système pour financer son armement.

Un récit documentaire de Margaux Opinel

Invité :

Hugues Tertrais, historien,  professeur émérite à Paris Sorbonne sur l’Asie contemporaine et les relations internationales. Il est l’auteur en 2002 de La piastre et le fusil. Le coût de la guerre d’Indochine, 1945-1945, édité par l’Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Lien URL : https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/affaires-sensibles/affaires-sensibles-du-lundi-07-novembre-2022-8157253


Références, pour aller plus loin :

Despuech, Jacques C., Le trafic de Piastres, Paris, Deux Rives, 1953. Nouvelle éd. revue et augmentée chez La Table ronde, 1974.

Despuech, Jacques C., Mission inutiles à Saigon, Paris, La Table ronde, 1955.

Laurent, Arthur, La Banque de l’Indochine et la piastre, Paris, Deux Rives, 1954.

Leplat, Daniel, Le trafic de la piastre indochinoise, 1945-1954, thèse de doctorat sous la direction de Jacques Marseille, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2010.

République Française. Ministère de l’Intérieur. Direction Générale de la Sûreté Nationale. Direction de la Surveillance du Territoire, La livraison du rapport Revers : affaire, complications et complicités, 1950.

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search