Le président Tô Lâm prête serment [Le Courrier du Vietnam]

Tô Lam, ministre de la Sécurité publique est confirmé dans sa nomination de Président de la République socialiste du Viêt-Nam.

Le nouveau président de la République, Tô Lâm. Photo : VNA/CVN

Tô Lâm, membre du Bureau Politique, ministre de la Police, député de la XVe législature de l’Assemblée nationale, a été élu président vietnamien pour le mandat 2021-2026, lors d’une séance de travail sur le personnel de la 7e session de la XVe législature de l’Assemblée nationale, tenue mercredi matin 22 mai à Hanoï.

Lire la suite : https://lecourrier.vn/le-president-to-lam-prete-serment/1232247.html


Voir également :

VNA/CVN, “Assemblée nationale : Tô Lâm élu président du Vietnam”, Le Courrier du Vietnam, 22 mai 2024. URL : https://lecourrier.vn/assemblee-nationale-to-lam-elu-president-du-vietnam/1232242.html

VNA/CVN, “Biographie du président de la République, Tô Lâm”, Le Courrier du Vietnam, 22 mai 2024. URL : https://lecourrier.vn/biographie-du-president-de-la-republique-to-lam/1232263.html

AFP / La Croix, “Vietnam : To Lam, ministre de la sécurité publique, confirmé comme nouveau président”, La Croix, 22 mais 2024. URL : https://www.la-croix.com/vietnam-to-lam-ministre-de-la-securite-publique-confirme-comme-nouveau-president-20240522 (accès libre)


Vidéo de la prestation de serment du nouveau Président de la RSVN : https://media.chinhphu.vn/video/chu-tich-nuoc-to-lam-tuyen-the-nham-chuc-18952.htm

De quoi l’Indochine est-elle le nom ? [1]

L’histoire de l’Indochine française, qui se termine tragiquement par une guerre de décolonisation d’une violence inouïe1, est depuis quelques années présente dans nos imaginaires à travers des numéros spéciaux de revues et a investi également la toile avec plusieurs films documentaires traitant de la guerre2. De nature différente et de qualités inégales, ces produits culturels grand public dévoilent notre vision de l’Indochine souvent teintée d’exotisme, d’épopées, d’émotions en tout genre, de malheurs et de regrets. Les récits qui en sont faits parlent le plus souvent de notre point de vue franco-français (ce qui paraît logique) avec la difficulté de faire appel à d’autres perspectives qu’elles soient vietnamiennes, laotiennes ou cambodgiennes (au premier chef), américaines, russes, sud-coréennes, marocaines, algériennes, issues des ethnies minoritaires…, bref en croisant les points de vue sur une histoire excessivement complexe et tourmentée. Le numéro hors-série du Nouvel Obs que nous proposons de décrypter va à contre sens de cet exotisme suranné, raison pour laquelle il parait important de s’attarder dessus.

L’éditorial de Doan Bui donne le ton : « Dé-coloniser ». Décoloniser un fantasme, né et promu en France pendant des décennies au détriment des populations « indigènes » en donnant la parole à celles et ceux qui ne l’ont pas assez eu ou qui se sont terré-es dans des silences prolongés. Pour Doan Bui, il s’agit, à travers ce numéro, de « renverser le regard », de remettre au centre du jeu, intellectuel et sonore, « ceux qui ont été trop longtemps des figurants de cette histoire » à travers un « récit polyphonique » qui interroge notre vision de l’Indochine3. L’intention est louable et le défi ambitieux. Pour ce faire, le dossier est divisé en quatre grandes thématiques : « Conquête et domination », « La défaite de l’homme blanc », « Intersections coloniales », « Après l’oubli », chacune explorant les aspects les plus méconnus voire rocambolesque de cette histoire indochinoise. Si l’Indochine a été finalement décolonisée par ses acteurs les plus radicaux dans une immense souffrance collective, l’origine de ces drames trouvent souvent leur source dans la brutalité de la colonisation. Ce numéro hors-série apparait, en quelque sorte, animé de cette volonté de nous remettre quelques idées en place, sans trop d’œillères pour les vainqueurs communistes vietnamiens de ce désastre.

Conquête, domination, violences, défaites, exploitation, intersections et mémoires sont donc les mots clés qui rythment la nouvelle histoire de l’Indochine qui se dévoile sous nos yeux. Un récit qui tranche d’avec les numéros spéciaux habituels qui peuplent les kiosques de nos gares dans lesquels le souvenir émouvant de la belle colonie, “perle de l’Extrême-Orient”, côtoie l’héroïsme de nos soldats tombés à Diên Biên Phu. On ne parlera pas ici « d’installation française » pour la conquête de ce territoire comme le titre un numéro spécial de la revue “Les grands moments de l’histoire” actuellement en vente. Ici le cadre se brise sur des réalités coloniales beaucoup plus brutales, du côté de l’histoire des colonisé-es même si le tableau est encore incomplet.

Le numéro débute par une frise chronologique utile (accompagnée d’une carte) qui survole près d’un siècle d’occupation en 1858 et 1954. De quoi conserver en mémoire au fil de la lecture les dates clés d’une histoire aussi passionnante qu’effrayante, tout dépendant de quel côté du miroir on se placera. Cette périodisation apprivoise une vision vietnamienne de l’histoire qui évoqua dans certains ouvrages “la guerre de cent ans” pour qualifier la longue lutte anticoloniale. Le premier article permet, en entrée de jeu, à Doan Bui de convoquer la complexité d’une histoire familiale, la sienne, et de la guerre civile en filigrane, dans laquelle se mêlent l’engagement du grand-père, le destin tragique de l’oncle Câu, la mémoire chuchotée du napalm des Français, la purge du Parti des Travailleurs dans les années cinquante, la division imposée du pays, le déplacement de la guerre au Sud, bref la violente course vers l’unification politique de 1976 et le destin transnational des Vietnamien-nes.

Première partie. Cette belle entrée en matière est suivie par un rappel de l’histoire du pays entre « conquête et domination ». Louis Raymond, qui fut assidu au séminaire Mémoires d’Indochine, retrace à grands traits “l’histoire d’une invasion”. La guerre de conquête avec ses soubresauts connectés au destin de la France dure trente ans. Trente années d’une guerre coloniale d’une grande violence, d’une affligeante cruauté, dont Pierre Loti témoigne dans Le Figaro de 1897 en faisant le récit réaliste de la guerre d’Annam à laquelle il a assisté4.

Dans un entretien très clair et pédagogique, Olivier Tessier, anthropologue, chercheur à l’EFEO, rappelle l’importance de la maitrise de l’eau (endiguement, irrigation, drainage) dans l’histoire de la construction du territoire vietnamien et de la société. Il complète avec l’univers mental des Vietnamiens d’antan qui font appel aux divinités pour se protéger des inondations et sécheresses. L’enquête du reporter Clément Lacombe, bien sourcée, nous emmène au cœur du « narco-Etat » ou « narco-système » de la France en Indochine, véritable manne financière et bombe sanitaire, dénoncée jusqu’à Paris par le groupe des Cinq Dragons dans Le procès de la colonisation française, publié à Paris en 1924, sous le nom de Nguyen Ai Quoc, le futur Hô Chi Minh mais probablement rédigé par l’avocat Phan Van Truong5. Il investigue ce que recouvre les termes « Régie de l’opium » avec ses hordes de fonctionnaires qui fabriquent et supervisent la vente du puissant narcotique. Il en retrace l’apogée sous la mandature de Paul Doumer puis bien au-delà, pendant la Première Guerre mondiale au niveau transnational et enfin pendant la guerre mondiale suivante en ancrant la culture du pavot chez les montagnards Hmongs (que l’on retrouve plus loin dans ce numéro). L’opium reste un outil idéal de financement après la révolution vietnamienne de 1945 en s’infiltrant dans l’économie de la guerre d’Indochine et en terminant sa course dans les années 1970 à Marseille au sein de la French Connexion ! La trajectoire comprimée sous cet angle est impressionnante.

Sur la base du récit historique d’Eric Panthou sur l’entreprise Michelin, Clément Lacombe explore ce que fut l’exploitation, ô combien meurtrière, du caoutchouc qui illustra l’arrière-plan idyllique de quelques films français sur cette Indochine rêvée. Le mythe se déconstruit au fil de la lecture. Le journaliste établit le lien sur la durée entre l’exploitation des indigènes et la construction d’un empire capitaliste qui affiche aujourd’hui ouvertement encore ses racines coloniales.

Grace Ly, autrice engagée, s’engouffre dans l’histoire des femmes sous la forme d’une dénonciation du « porno-colonialisme ». Les mots sont forts pour décrire la colonisation et la sexualisation des corps de très jeunes femmes dénudées dont l’image est reproduite sur des cartes postales touristiques ! Les images « des petites épouses », objet sexuel de son patron blanc, forment l’essentiel de la production de ce que l’historienne Isabelle Tracol-Huynh nomma le « porno colonial » dans sa thèse. Le regard colonial est aussi obscène dans les romans où les auteurs affichent souvent leur désir sexuel décomplexé loin de la métropole comme le rappelle Jennifer Yee, autrice d’une étude marquante sur les « clichés de la femme exotique ». Ce voyage à travers quelques stéréotypes coloniaux nous invite à réfléchir à l’aune de ce que peut produire aujourd’hui l’intelligence artificielle conclut Grace Ly. La décolonisation de nos regards sur les corps indochinois conserve une puissante actualité.6

Le voyage historique se termine par une ode littéraire en hommage à « Duras la vietnamienne ». Doan Bui resitue l’écrivaine dans son contexte vietnamien, symbolisé par son « écriture métisse » qui jongle avec les pronoms personnels. Elle immerge l’écrivaine dans son milieu naturel, à Sadec, Saigon ou dans « la mélodie sinueuse du temps passé ». Un très beau texte qui paradoxalement ne rompt pas avec un certain exotisme. C’est aussi ça l’Indochine, une emprise sentimentale.

Ainsi, cette première partie “Conquête et domination” oscille entre jalons socio-historiques et dénonciations d’une terre d’exploitation (caoutchouc, opium, sexe) dans laquelle les “indigènes”, opprimé-es restent finalement encore relativement muet-tes. Ce qui pose la question des sources et de la possibilité de faire parvenir jusqu’à nous des voix effacées de l’histoire coloniale. A ce titre, le “Voyage au pays des miens” de Doan Bui revêt une valeur particulière car l’autrice énonce des bribes d’une histoire orale familiale qui pourrait s’étoffer.

A suivre.

François Guillemot, 10 mai 2024.

Suite : De quoi l’Indochine est-elle le nom ? [2]

Illustration “à la une” : Infographie par Mehdi Benyezzar, Doan Bui et Eric Aeschimann © Le Nouvel Obs 2024


Notes ci-dessous

  1. Aujourd’hui reconsidérée à l’aune de nouvelles découvertes en archives []
  2. Les derniers en date : “Indochine, une guerre oubliée”, film documentaire de David Korn-Brzoza, 2024 ; “Vietnam, une guerre civile”, documentaire de Bernard George, 2024. Pour les numéros spéciaux de revues, voir : “L’Indochine, de l’installation française à Dien Bien Phu”, Les grands moments de l’Histoire, n° 50, mai-juin-juillet 2024 ; “L’Indochine française, de la conquête à Dien Bien Phu”, Le Figaro Histoire, avril-mai 2024 ; “France-Indochine, la sale guerre”, L’Histoire, n° 499, septembre 2022 ; « Quand l’Indochine était française (1856-1956) », Historia, n° 900, janvier 2022 ; []
  3. En ce sens, ce travail rejoint l’objectif de mon séminaire Mémoires d’Indochine, enseigné à l’ENS de Lyon de 2012 à 2022 []
  4. Cf. Pierre Loti, Trois journées de guerre en Annam, Paris, Éditions du Sonneur, 2006, nouvelle édition en 2014 []
  5. Réf. Nguyen Ai Quoc, Le procès de la colonisation française. 1ère série : Moeurs coloniales, Paris, Librairie du Travail, 1924 ; dernière réédition en date chez Le Temps des cerises, 2012. Voir aussi : Pierre Brocheux, « Phan Văn Trường, 1876-1933. Acteur d’une histoire partagée », Moussons, n° 24, 2014, p. 19-32 []
  6. Sur ce sujet, voir notre communication de mai 2016 : “Le corps indochinois. Histoire d’une émotion inégale”. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/22811 []

Assurer les services de l’arrière dans la campagne de Dien Bien Phu [infographie Nhân Dân]

A l’appui d’une infographie parlante, rappel de la formidable mobilisation du gouvernement de la RDVN et de l’Armée populaire vietnamienne sur les services de l’arrière lors de la bataille de Diên Biên Phu. Infographie publiée sur le site de l’organe officiel du PCV.

La Victoire de Dien Bien Phu est l’une des victoires glorieuses dans l’histoire de la lutte du peuple vietnamien contre les agresseurs étrangers au 20e siècle. C’était une victoire de la résistance de longue durée et pénible du peuple vietnamien sous la direction du Parti et du Président Ho Chi Minh. L’un des facteurs majeurs de la victoire, c’étaient la volonté et les efforts de tout le peuple et de toute l’armée pour surmonter toutes les difficultés et libérer le pays.

Voir l’infographie : https://fr.nhandan.vn/assurer-les-services-de-larriere-dans-la-campagne-de-dien-bien-phu-post89221.html


Image “à la une” : procession de vélos pour ravitailler Diên Biên Phu, source : VNA

Christèle Dedebant : Le bagne des Annamites. Les derniers déportés politiques en Guyane [parution]

Parution d’une longue enquête historique de la journaliste Christèle Dedebant sur une histoire complètement oubliée des bagnes coloniaux. Présentation de l’éditeur.

Surveiller et punir dans l’Empire colonial français.
Le 6 mai 1931, aux abords du bois de Vincennes, on inaugurait l’une des attractions majeures de l’entre-deux-guerres : l’Exposition coloniale internationale. Au même moment, de l’autre côté du globe, le vapeur français “La Martinière” quittait le port de Saigon dans le plus grand secret. Dans ses cales, 535 “indigènes” de 18 à 35 ans, – des “Annamites”, comme on appelait les Indochinois, enfermés dans des cages de fer, en partance pour la Guyane. Ce 17 mai 1931, quand le vapeur “La Martinière” avait levé l’ancre en direction de Cayenne, la France était à la tête du deuxième empire colonial du monde. Sa domination s’exerçait sur un territoire dix-huit fois plus vaste que l’Hexagone.

Docteure en histoire contemporaine, journaliste au magazine Géo, Christèle Dedebant vit à Aix-en-Provence et faits de fréquents séjours à Cayenne.

URL éditeur : https://www.actes-sud.fr/le-bagne-des-annamites


Photographie “à la une” : Camp Crique Anguille. Allée dans les vestiges. Photo : Chatsam, 10 juin 2017 (source : Wikipedia)

André Menras : Vietnam, entre le meilleur et le pire – 50 ans de fidélité aux combats de ma jeunesse [parution]

Parution d’un témoignage exceptionnel sur le long compagnonnage de André Menras avec le Viêt-Nam, pays dont il devenu citoyen en 2009. Une chronique sans fard, corrosive pour les pouvoirs et bienveillante pour les petites gens des rizières ou de la mer. A lire pour mieux comprendre les enjeux cruciaux de ce pays.

Présentation de l’éditeur ci-dessous.

Beaucoup d’aventuriers affirment que l’important n’est pas la destination mais le voyage lui-même. Et le mien a été beau. Partager jusque dans la prison une période décisive des combats d’un peuple en phase finale de décolonisation et voir naître la paix dans ce Vietnam martyrisé, continuer l’aventure avec lui pour construire la démocratie : quel privilège ! 

Tout au long de ce chemin, poussé par le hasard des grandes turbulences de l’Histoire et d’extraordinaires rencontres humaines, je me suis efforcé de rester « du côté des larmes », selon les mots de mon ami le poète Hoàng Hưng. Larmes, de douleur ou de joie qui réunissent dans un même espoir de bonheur ceux que l’on nomme les vainqueurs et les vaincus dans cette famille vietnamienne écartelée.

Source : https://www.lesindessavantes.com/ouvrage/vietnam-entre-le-meilleur-et-le-pire/

Indochine, une guerre oubliée – un film de David Korn-Brzoza [France TV]

Un long documentaire intéressant de David Korn-Brzoza comprenant des images inédites, souvent en couleurs (ou colorisées), exposant les différentes strates de la guerre d’Indochine. Présentation ci-après.

Le général De Lattre en 1951, à ses côtés Nguyên Huu Tri, Gouverneur du Nord Viêt-Nam sous l’Etat associé et membre du parti Dai Viêt. © ECPAD

Réalisé par : David Korn-Brzoza

Maison de production : Cinétévé / ECPAD / Procirep / Angoa / La Région Île-de-France

A l’occasion des 70 ans de la Bataille de Dien Bien Phu, qui mit un terme à la guerre d’Indochine, ce documentaire revient sur cette guerre française encore méconnue grâce à l’ouverture récente d’archives déclassifiées. La guerre d’Indochine est la guerre de décolonisation la plus violente du XXe siècle. De 1940 à 1954, la perle de l’empire colonial français, s’enflamme. Français et Vietminh transforment la péninsule indochinoise en un sanglant brasier, emportant avec eux tout un peuple. Car, derrière chaque bombe, chaque obus, chaque munition tirée, se cache l’aide des grandes puissances, qui ont fait de ce conflit un enjeu stratégique majeur de la guerre froide.

  • Diffusé le 01/05/2024 à 21h10  
  • Disponible jusqu’au 07/11/2024

Source et accès sur inscription (gratuite et sans abonnement) : https://www.france.tv/documentaires/histoire/5878824-indochine-une-guerre-oubliee.html


Notre avis : un documentaire assez exceptionnel de par la qualité de ses images mais qui comporte des raccourcis affligeants. L’introduction annonce : “Une guerre aux multiples facettes : une guerre coloniale, une guerre d’indépendance, une guerre froide, une guerre oubliée…” Une guerre civile oubliée, une guerre de réunification vue tout autant d’Hô Chi Minh que de SM Bao Dai. Le film fait l’impasse sur le départ de la guerre entre Vietnamiens avec la Révolution d’août, voire depuis les années 30 entre nationalistes et communistes sous la colonisation.

La transition entre l’État associé du Viêt-Nam (1948-1954) et l’avènement de la République du Viêt-Nam (1955-1975) est éludée et traitée de façon caricaturale. A 1h35 du documentaire, la représentation de la République du Viêt-Nam par le drapeau américain sur la carte après les Accords de Genève est une bêtise (faut-il remplacer celui de la RDVN au Nord par celui de la Chine populaire ?). Cette vue de l’esprit épouse le récit national-communiste toujours dans le déni de la guerre civile et de cet autre Viêt-Nam non communiste, vaincu et évacué de l’histoire. On ne comprend pas bien pourquoi des Vietnamiens se battent entre eux, ni pourquoi certains sont jusqu’à la fin aux côtés des soldats français à Diên Biên Phu (visibles à l’écran).

Le commentaire évoque toujours le Viêt-Minh en 1954 alors que la ligue indépendantiste est dissoute en 1951. Il s’agit désormais, au tournant de la guerre froide, d’une guerre contre l’Armée populaire du Viêt-Nam, instruite et équipée par la Chine populaire et l’URSS. Rien n’est dit non plus sur la guerre dans le delta du Mékong (la guerre commence en septembre 1945 au Sud) ou au centre du pays, le véritable oublié de cette guerre.

Points forts du documentaires : l’exploitation coloniale, le déroulement du conflit bien retracé, le napalm dans la guerre, la duplicité de la France, son déni de l’indépendance vietnamienne… Rappelons enfin que “Nguyên Ai Quôc” avant de devenir le pseudonyme du futur Hô Chi Minh était la signature collective du groupe parisien des Cinq Dragons comprenant le lettré moderniste Phan Châu Trinh, l’avocat Phan Van Truong, les nationalistes Nguyên An Ninh et Nguyên Thê Truyên et le communiste Nguyên Tât Thanh, tous indépendantistes…

L’historiographie récente (vietnamienne, anglo-saxonne ou française…) sur ce pays aurait pu être mobilisée pour éviter les quelques malheureux raccourcis dans un film aussi long, dommage.

Pour aller plus loin (ouvrages en français) :

  • Ivan Cadeau, La guerre d’Indochine. De l’Indochine française aux adieux à Saigon, 1940-1956 (Tallandier, coll. Texto, 2019).
  • Christopher Goscha, Vietnam, un état né de la guerre (Armand Colin, 2011).
  • François Guillemot, Viêt Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018).
  • Pierre Journoud, Dien Bien Phu, la fin d’un monde (Vendémiaire, 2019).

Et en complément, voir l’autre documentaire de Bernard George : “Vietnam, une guerre civile” (2023) : https://indomemoires.hypotheses.org/38986

 

Christopher Goscha : Guerre d’Indochine, des prisonniers travailleurs dans l’armée française [L’Histoire n°519, mai 2024]

Une contribution inédite de l’historien Christopher Goscha à lire dans le n°519 de la revue L’Histoire. Amorce de l’article ci-dessous (accès sur abonnement).

1950 : prise dans un engrenage infernal et ayant besoin de main-d’oeuvre, l’armée française met massivement au travail des prisonniers vietnamiens, parfois même sur des zones de combat, tout en étant consciente de mépriser les règles internationales du droit humanitaire. Une dérive dévoilée pour la première fois.

Photo Paul Corcuff / ECPAD. Réf. ANN53-9R49 DEFENSE

Le 13 février 1991, lors d’un colloque au Sénat sur le Vietnam, un groupe d’anciens combattants de la guerre d’Indochine dénonce publiquement Georges Boudarel, maître de conférences à Paris-VII, alors qu’il s’apprête à prendre la parole, et l’accuse d’avoir servi de commissaire politique dans un camp viêt-minh communiste quarante ans plus tôt. Le chef de file de cette offensive, Jean-Jacques Beucler, vétéran du conflit et ancien prisonnier du viêt-minh, obtient que l’universitaire soit expulsé de l’événement. Les médias se saisissent de l’affaire et des centaines d’articles, d’images de Boudarel ainsi que de l’épouvantable expérience des Français tombés aux mains des communistes sont publiés dans la presse[1]. La conjoncture internationale facilitait ce processus mémoriel : la guerre froide touchait à sa fin, l’Union soviétique était en train de disparaître et les crimes du communisme en passe d’être dévoilés au grand public. […]

Source : https://www.lhistoire.fr/guerre-dindochine-des-prisonniers-travailleurs-dans-larm%C3%A9e-fran%C3%A7aise


Pour en savoir plus sur cette guerre, voir les derniers ouvrages de Christopher Goscha :

  • The Road to Dien Bien Phu: A History of the First War for Vietnam (Princeton University Press, 2022)
  • The Penguin History of Vietnam (Penguin/Random House, 2016), Vietnam, A New History (Basic Books, 2016, version américaine du précédent livre)
  • Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954): An International and Interdisciplinary Approach (University of Hawa’ii Press, 2011)
  • Vietnam, Un État né de la guerre (Armand Colin, 2011).

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search