Archives par mot-clé : VNQDD

Nguyễn Tường Bách (1916-2013), de la lutte révolutionnaire à l’exil prolongé: un destin vietnamien

Nguyen-Tuong-BachDepuis le 11 mai 2013, le docteur Nguyễn Tường Bách* nous a quittés. Décédé à l’âge de 97 ans à l’hôpital de Fountain Valley en Californie, il reste un personnage méconnu mais néanmoins incontournable de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. Cadet de la célèbre famille de lettrés Nguyễn Tường, Nguyễn Tường Bách, né en 1916 à Câm Giang dans la province de Hai Duong, fut de tous les combats littéraires et politiques menés par le groupe littéraire autonome (Tự lực Văn Đoàn) et les partis nationalistes Đại Việt Dân Chính et VNQDĐ (Parti National du Viêt-Nam). Ses grands frères, les célèbres Nguyễn Tường Tam (Nhất Linh), Nguyễn Tường Long (Hoàng Đạo) et Nguyễn Tường Lân (Thạch Lam) ainsi que sa soeur Nguyễn Thị Thế jouèrent un rôle prépondérant dans le renouveau littéraire des années 1930.

Nguyễn Tường Bách de son nom de plume Vien Son rédigea très tôt des poésies et des nouvelles dans les deux grands journaux du Tự lực Văn Đoàn, Phong Hóa (Moeurs) et Ngày Nay (Temps modernes). Il intégra le lycée du Protectorat (trường Bưởi) avant de poursuivre ses études à la Faculté de Médecine de l’Université indochinoise. Il y reçut son diplôme de médecine en 1944. Mais Nguyễn Tường Bách fut surtout connu pour son engagement politique aux côtés de son grand frère Tam. Il fut d’abord affilié au Đại Việt Dân Chính (Parti Populaire du Grand Viêt-Nam), le nouveau parti créé et dirigé par Tam en 1939. Il avait alors 23 ans. Ce nouveau parti influencé par les nationalismes autoritaires japonais et européens rassemblait autour de Tam, l’artiste laqueur Nguyễn Gia Trí et le théoricien Hoàng Đạo. Bách de son côté prit en charge les éditions Đời Nay.

InsigneVNQDD
Insigne du VNQDD en 1945-1946 © Eric Deroo

Le jeune parti nationaliste tenta de développer des groupes d’assaut dans la province de Bắc Ninh et s’activa à Hanoi. Il fut rapidement repéré par la Sûreté coloniale qui, ayant gardé la main sur les affaires intérieures malgré la présence japonaise, lança contre lui et d’autres formations “antifrançaises” une vaste répression à l’automne 1941. Nguyễn Tường Tam, le chef, fut activement recherché mais il s’était déjà réfugié en Chine. C’est à ce moment que le parti qui pensait s’accommoder de la présence japonaise ou du moins obtenir un soutien de la Kempeitai pour mener la révolution nationaliste changea radicalement d’option politique. Le groupe se rapprocha du VNQDĐ de l’Extérieur regroupé au Yunnan et entre 1943 et 1945 organisa la nouvelle alliance des partis nationalistes révolutionnaires qui devait concurrencer le Viêt-Minh, l’organisation patronnée par le Parti communiste indochinois (PCI). Le Front des Partis Nationalistes (Mặt trận Quốc dân Đảng) fut ainsi créé en mai 1945 en Chine du Sud avant de prendre pied à Hanoi tardivement à la fin de l’année 1945 alors que des événements décisifs (Révolution d’août, proclamation de l’indépendance et création de la RDVN) avaient totalement changé la donne.

Après le coup de force japonais du 9 mars 1945, Nguyễn Tường Bách reprit en main la nouvelle édition du quotidien Ngày Nay avec Khái Hưng et Hoàng Đạo. Comme le Bình Minh, le Việt Nam Thời báo ou le Hải Phòng Nhat Bao, le journal soutint la nouvelle indépendance proclamée par l’empereur Bảo Đại le 11 mars 1945 mais il aspirait aussi à parfaire la révolution nationaliste “Đại Việt” en marche. Les événements se précipitèrent au mois d’août 1945 avec l’apparition du Front Viêt-Minh dans les différentes manifestations organisées à Hanoi. Même si celles-ci étaient au départ mises sur pieds pour soutenir l’action du gouvernement Trần Trọng Kim fragilisé, elles furent prises en main par les cadres du PCI. Après la capitulation japonaise, la situation était mûre et les membres du PCI n’eurent aucun mal à s’emparer de la fronde populaire. Le mot d’ordre d’indépendance nationale était général et mobilisa le peuple en marche. Les nationalistes du Đại Việt et du VNQDĐ hésitèrent à prendre le pouvoir par la force des mains japonaises. Ils manquèrent cette occasion unique que le Viêt-Minh, le front créé en mai 1941 dirigé par le PCI, sut saisir.

Photographie rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi en juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © Xua & Nay 2013
Photographie rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi le 18 juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © 2013 Xua & Nay 

 

 

HoiKy_NguyenTruongBachLa suite des événements se résument en une lutte acharnée entre les partisans nationalistes anticommunistes des mouvement Quốc Dân Đảng (QDD) – Ðồng Minh Hội (DMH) et ceux du Viêt-Minh/PCI pour le pouvoir. Bénéficiant de la présence massive des Chinois au nord du 16e Parallèle jusqu’en juin 1946, les nationalistes révolutionnaires obligèrent le Viêt-Minh à former un gouvernement provisoire d’Union nationale en janvier 1946 puis un gouvernement d’Union et de résistance à partir de mars 1946. Mais à Hanoi, avec les Accords du 6 mars qui entérinèrent le retour militaire de la France, la partie était d’ores et déjà perdue. A partir de février 1946, Nguyễn Tường Bách créa, dirigea et organisa les Jeunesses Nationalistes (Quốc Gia Thanh Niên Đoàn) pour concurrencer l’organisation de jeunesse du Viêt-Minh (Đoàn Thanh niên Cứu Quốc).

Le Front QDĐ se replia dans ses zones de résistances à l’Ouest du delta du fleuve rouge à Vĩnh Yên, Yên Bái ou Chapa. La confrontation militaire avec les forces armées du gouvernement de la RDVN appuyées par La France fut inévitable. Nguyễn Tường Bách rejoignit la “Troisième zone de guerre” du Front nationaliste qu’il codirigea avec Vũ Hồng Khanh. Entre juin et novembre 1946, les partisans QDĐ, sans soutien, reculèrent jusqu’à la frontière chinoise avant de prendre le chemin de l’exil. Bách s’exila en Chine à partir d’août 1946 pour échapper à la répression Viêt-Minh comme bon nombre de partisans nationalistes. Il s’installa provisoirement à Kunming et se maria avec Hua Bao Lien, une sino-vietnamienne à la fin de cette année tumultueuse.

Son destin fut désormais lié à celui de l’histoire de la Chine, pays qu’il ne quitta que 40 décennies plus tard en 1988. Ses activités politiques se poursuivirent quelques années en Chine du Sud au Yunnan puis à Hong-Kong en 1947. Le VNQDĐ recomposé de 1947 n’adhèrait pas à la “solution Bảo Đại” dont il se méfiait. Les nationalistes étaient divisés : fallait-il soutenir cette initiative aux côtés des Français ou se maintenir dans une troisième voie minoritaire à la fois anticolonialiste et anticommuniste. La plupart d’entre eux qui avaient le mal du pays et bon gré mal gré décidèrent de rejoindre Hanoi entre 1948 et 1950. Le célèbre chef du VNQDĐ Vũ Hồng Khanh prit même la direction du Ministère de la Jeunesse et des Sports sous le gouvernement de Nguyễn Văn Tâm en 1952.

L'édition du journal du VNQDD (21 février 1946) annonçant la formation des Jeunesses Nationalistes
L’édition du journal du VNQDD (21 février 1946) annonçant la formation des Jeunesses Nationalistes

Nguyễn Tường Bách choisit une autre voie. Celle de l’exil sur le long terme. Il s’installa avec sa famille à Canton et y exerça la médecine jusqu’à sa retraite. Personne n’entendit plus parler de lui jusqu’en 1988 date à laquelle il rejoignit les États-Unis. Son frère Thạch Lam, tuberculeux, était parti très jeune en 1942, son autre frère Hoàng Đạo était décédé soudainement lors d’un voyage en train en 1948, son autre frère Nhất Linh s’était suicidé en 1963 à Saigon et sa soeur Nguyễn Thị Thế devait décéder en 1997 aux États-Unis. Un autre de ses frères, Nguyễn Tường Cẩm, avait été assassiné par le Viêt-Minh au Nord à l’âge de 44 ans. Il était donc le dernier de cette illustre famille de lettrés. Le nouvel environnement au Sud de la Californie le replongea dans la politique vietnamienne. Il avait conservé ses alliances et son fort attachement au VNQDĐ. Il reprit ses activités politiques au sein de cette organisation et rédigea des articles pour les revues du parti, par exemple dans le mensuel Dân Văn édité en Allemagne. Il s’investit dans l’organisation de plusieurs mouvements exilés défendant la démocratie et devint un des conseillers du mouvement Réseau des Droits de l’Homme au Viet Nam (Mang Luoi Nhan Quyen Viet Nam – Vietnam Human Rights Network) créé en novembre 1997 à Santa Ana en Californie.

NguyenTuongBach_HoiKyPhanIIL’œuvre littéraire de Nguyễn Tường Bách reflète son engagement des années 1945-46. Dans un roman fleuve intitulé Trên sông Hồng cuồn cuộn [Sur le Fleuve Rouge tourmenté] il décrivit l’atmosphère de lutte politique contre le colonialisme français et contre le communisme. Il publia trois mémoires qui constituent de véritables témoignages historiques de cette époque décisive qui vit l’avènement de la guerre civile au Viêt-Nam. Le premier texte intitulé Việt Nam những ngày lịch sử [Viêt-Nam, des jours historiques] fut publié à Montréal en 1981 par les éditions “Nghiên-cứu sử-địa Việt-Nam”, dirigées par l’historien Nguyễn Khắc Ngữ. Dix ans plus tard, il publia ses mémoires en deux tomes. Le premier volume couvre la période de 1916 à 1946, le second ses années d’exil en Chine (1946-1988) et aux États-Unis (1988-2000). Il fut témoin des grands bouleversements du siècle chinois : Révolution culturelle puis fin du maoïsme triomphant.

Installé aux États-Unis en 1988, il considérait que la lutte pour un Viêt-Nam débarrassé du régime communiste n’était pas achevée. Il mit toutes ses forces pour poursuivre ce combat sans jamais entrer dans les complications politiques de la communauté exilée aux États-Unis. Nous l’avions interviewé au téléphone en 1998 pour notre recherche sur les partis Đại Việt. Très abordable et sans langue de bois, il connaissait parfaitement les faiblesses du mouvement nationaliste de 1945-1946 pour l’avoir vécu de l’intérieur. Militant du VNQDĐ jusqu’à sa mort, Nguyễn Tường Bách laisse en héritage un itinéraire précieux et fondamental pour mieux saisir les enjeux politiques, sociaux ou culturels du Viêt-Nam contemporain.

* Ne pas confondre avec son homonyme né à Huê en 1948 et spécialiste du bouddhisme.

François Guillemot, 30-09-2013.

Pour en savoir plus :

  • Lire la page hommage du magazine littéraire Co Thom
  • Voir aussi l’annonce de son décès sur le site du VNQDD, 18-05-2013.

 

* * *

 

* * *

LIRE EN LIGNE :

Việt Nam, Một Thế Kỷ Qua, Mot Sach Info

Việt Nam, Một Thế Kỷ Qua, VN Thu Quan

Việt Nam, Một Thế Kỷ Qua, Viet Messenger

Programme d’action du Việt Nam Quốc Dân Đảng

Annexe n° 3

Traduction du Programme d’action du Việt-Nam Quốc-Dân Đảng (Parti National Annamite)

1929

Etendard du VNQDD à Yên Bay en février 1930.
Etendard du VNQDD à Yên Bay en février 1930.

PRINCIPES

Liberté -Égalité -Fraternité

BUTS

Révolution raciale ;

Révolution politique ;

Révolution sociale.

L’action se divise en quatre étapes :

1° Étape de gestation (absolument secrète)

2° Étape de préparation (relativement secrète) ;

3° Étape d’action ouverte ;

4° Étape de reconstruction (reprise du pouvoir).

 

Période de gestation. – Réunir secrètement les habitants de l’Annam en groupements militaires, scolaires, prolétaires et agricoles.

Période de préparation. – Rechercher les endroits propices pour installer des dépôts de vivres et d’armes; préparer des unités combattantes, organiser un noyau de “brave la mort” ; se pouvoir d’armes et de munitions, de bombes et d’autres engins de guerre ; s’approvisionner ; occuper les places importantes ; enquêter sur les forces militaires françaises ; leurs dépôts d’armes, de bombes, d’engins divers, d’avions, de navires de guerre, s’informer des emplacements de leurs pièces d’artillerie, des sous-marins et des mines.

Action ouverte. – Proclamer la non-coopération à l’égard du Gouvernement français et de celui de la Cour d’Annam ; provoquer les grèves ouvrières et scolaires ; refuser de verser les impôts ; décider la grève générale ; faire la chasse aux pirates français ; renverser le trône d’Annam ; instaurer enfin le pouvoir du peuple.

Reconstruction générale. – Instituer un gouvernement républicain direct ; vulgariser l’instruction ; éduquer la masse par les publications ; proclamer la liberté de la parole.

MÉTHODE D’ORGANISATION

1° Sous-section ;

2° Section provinciale ;

3° Section générale ;

4° Comité central.

SOUS-SECTION

Son organisation doit être secrète.

Chaque sous-section doit comprendre, d’une façon uniforme, 5 membres chargés chacun d’une section différente :

1° Agent de liaison ;

2° Agent de propagande ;

3° Agent de renseignements ;

4° Agent des finances ;

5° Agent d’organisation.

1° L’agent de liaison doit tenir les camarades au courant de toutes les nouvelles intéressantes ; il doit fixer les jours et heures des réunions qu’il préside en personne ; il est chargé d’endoctriner les partisans, de distribuer le rôle de chaque section. C’est lui enfin qui apprécie les actes des partisans (l’agent de liaison d’une cellule ne peut communiquer avec une autre cellule que par l’intermédiaire de l’agent de liaison de celle-ci).

2° L’agent de propagande est particulièrement chargé d’endoctriner les camarades et de rechercher de nouveaux adhérents.

3° L’agent de renseignements a pour tâche la surveillance des partisans ainsi que des étrangers au parti. Il doit s’informer de tous les événements et faits intéressant le parti et les signaler immédiatement à l’agent de liaison qui lui-même informera la section provinciale, lequel doit se réunir en séance extraordinaire. Il a enfin la garde de tous les documents secrets.

4° Le trésorier reçoit les droits d’entrée et les cotisations mensuelles. Dans la mesure du possible, il doit faire fructifier l’argent de sa caisse (le versement a lieu du 1er au 15 du calendrier français).

ORGANISATION

 Choisir les endroits propices aux réunions et en fixer les jours et les heures.

Droit d’entrée : 1 $ 00.

Cotisation mensuelle : 10% sauf dons éventuels. Elles ne doivent pas être au-dessous de 0 $ 30. La section centrale, la section régionale ou les sections provinciales peuvent, en cas de besoin, ouvrir des souscriptions parmi les membres.

Le produit des droits d’entrée doit être versé à la caisse de la section provinciale.

Les caisses des sections provinciales reçoivent les 3/4 des cotisations mensuelles.

FORMULE DU SERMENT

Devant les monts et les fleuves de la patrie, devant mes camarades ici présents, moi (un tel) âgé de … ayant été admis dans le V.N.Q.D.D., je jure sur mon honneur que je ferai le sacrifice de ma vie, de mes biens et de ma famille pour le service du parti, que je remplirai mon rôle de partisan avec dévouement, que j’obéirai aux ordres du parti dont je garderai un secret absolu. Si je manquais à mon serment, je serai puni de mort.

DEVOIR DU PARTISAN

Chaque membre nouvellement admis doit, pour se perfectionner dans son métier de révolutionnaire, faire un stage de trois mois au bout desquels il pourra être autorisé à assister les camarades dans leur travaux. Une fois qu’il sera complètement initié, il sera encore l’objet d’une enquête minutieuse avant d’être chargé de travaux importants.

PÉNALITÉS

1° Trahison ;

2° Retrait volontaire ;

3° Atteinte à l’honneur du parti ;

4° Atteinte à l’honneur du parti ;

5° Détournement des fonds du parti.

Ceux des partisans qui auront commis une ou plusieurs des fautes prévues ci-dessus passeront en jugement devant les camarades qui statueront sur les peines à appliquer.

ATTRIBUTIONS

1° Agent de liaison (suppléant) ;

2° Agent de propagande ;

3° Agent de renseignements ;

4° Chargé de l’armée ;

5° Chargé du pouvoir.

L’agent de liaison préside les réunions, il en fixe les dates et les heures. Il doit veiller à ce que le rôle de chacun soit accompli ponctuellement. Ses relations avec une autre cellule ne peuvent se faire que par l’intermédiaire d’un agent de même fonction.

L’agent de propagande est chargé de l’endoctrinement des partisans et du recrutement des adeptes. Il doit préparer les causeries, rédiger les tracts, faire la traduction des brochures, publier des journaux. Il fera des recherches dans les domaines politique, économique et scientifique.

L’agent de renseignements est chargé de la surveillance des partisans, des étrangers au parti, du gouvernement français et de tous les lieux importants. Il assure également la police.

Le Chef de l’armée s’occupe de l’instruction militaire. Il doit faire la traduction des renseignements concernant la stratégie. Il donnera des explications sur les brochures militaires. Il recherchera les emplacements favorables à une action ouverte. Il s’informera de la situation militaire des Français. Il est chargé enfin d’élaborer des modèles d’uniformes.

Le Chef du pouvoir doit rechercher les moyens de se procurer de l’argent, de l’approvisionnement militaire en vivres et en armes. Il est chargé de la confection des effets militaires. Il installera les dépôts de vivres et d’armes. Il est enfin chargé de la fabrication des mets en conserves.

Section régionale – Comité central.

Source : « Traduction du programme d’action du Việt Nam Quốc Dân Đảng (Parti national annamite [VNQDD]) 1929 », in Gouvernement général de l’Indochine, Direction des Affaires Politiques et de la Sûreté Générale, Contribution à l’histoire des mouvements politiques de l’Indochine française. Documents – Vol. N° II. Le “Việt-Nam Quốc-Dân Đảng” ou “Parti national annamite” au Tonkin (1927-1932), 1933, pp. 47-49 (Annexe n° 3). [présentés par Louis Marty, Dir. p. i. des Affaires politiques de la Sûreté générale].

VNQDD_ProgrammeAction1929 [pdf]

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2013 : Séance 2

Année universitaire 2013-2014 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 

MémoiresIndochine2013ter

Séance 2 – Mardi 1er octobre 2013

« Mouvements révolutionnaires et monarchies dans la tourmente »

 

Cette séance s’intéressera d’une part, aux discours et aux pratiques politiques des partis révolutionnaires vietnamiens (en première partie) et d’autre part, au déclin des monarchies indochinoises et aux souvenirs rétrospectifs des monarques cambodgiens et vietnamiens (en seconde partie du séminaire).

 

Extraits de textes à discuter :

1ère partie / Mouvements révolutionnaires vietnamiens

  • [Đại Việt Quốc dân Đảng], « Traduction d’un Document du “Parti Nationaliste du Dai-Viêt” [Proclamation au peuple] », SHD, 10H 4199, dos. «  2e Bureau – Politique »  intitulé « DVQDD & VNQDD », ch. « VI – DVQDD », pièce : TFEO – TFIS, État-Major – 2e Bureau, n° 1842/2S[?], 2 mai 1948.
  • [Đại Việt Quốc dân Đảng], Document manuscrit : « Proclamation du “Parti Nationaliste du Dai-Viêt” (Đại Việt Quốc Dân Đảng) », SHD, 10H 607, pièce : TFEO – TFIS, État-Major, 2e Bureau, N° 2143/2S – Secret. Traduction d’un document sur le DVQDD, 19 mai 1948.
  • [Nguyễn Thái Học], « Lettre aux députés », in par Louis Roubaud, Viet-Nam la tragédie indo-chinoise, Paris, Librairie Valois, 1931, pp. 147-148.
  • « Traduction du programme d’action du Việt Nam Quốc Dân Đảng (Parti national annamite [VNQDD]) 1929 », in Gouvernement général de l’Indochine, Direction des Affaires Politiques et de la Sûreté Générale, Contribution à l’histoire des mouvements politiques de l’Indochine française. Documents – Vol. N° II. Le “Việt-Nam Quốc-Dân Đảng” ou “Parti national annamite” au Tonkin (1927-1932), 1933, pp. 47-49 (Annexe n° 3). [présentés par Louis Marty, Dir. p. i. des Affaires politiques de la Sûreté générale].

 

2ème partie / Monarchies dans la tourmente

  • S.M. BAO DAI, Le dragon d’Annam, Paris, Plon, 1980, pp. 90-123 [+ dos de couverture]. Voir aussi la sélection d’extraits de Belle Indochine.
  •  Norodom SIHANOUK, Chroniques de guerre… et d’espoir, Paris, Hachette / Stock, 1979, pp. 40-45, pp. 99-117 [+ dos de couverture].

(Le Laos sera abordé ultérieurement lors des exposés de la séance 3).

Voir les fiches biographiques de la séance 2 sur Mémoires d’Indochine.

Pour aller plus loin :

  • Daniel Hémery, “A Saigon dans les années trente, un journal militant : « La Lutte » (1933-1937)”, article en ligne sur Europe Solidaire sans Frontières
  • Nguyen The Anh, “L’impact des évènements de 1930-31 sur l’attitude de l’administration française à l’égard de la monarchie vietnamienne“, article en ligne sur Viet Nam infos
  • Nguyen The Anh, “The Formulation of the National Discourse in 1945 Vietnam”, article en ligne sur Viet Nam infos

 

Sur la grande famine au Nord Viêt-Nam en 1944-1945 :

  • Pierre Brocheux, “La famine au Tonkin en 1945″, article en ligne sur Etudes coloniales
  • Geoffrey Gunn, « The Great Vietnamese Famine of 1944-45 Revisited , article en ligne sur Japan Focus
  • Nguyen The Anh, “La famine de 1945 au Nord Viêt-Nam”, article publié dans The Vietnam Forum, no. 5, Winter-Spring 1985, pp. 81-100.
  • Nguyen The Anh, “Japanese Food Policies and the 1945 Great Famine in Indochina” in: Paul H. Kratoska ed., Food Supplies and the Japanese Occupation in South-East Asia. London: Macmillan – New York: St. Martin’s Press, 1998, pp. 208-226. Rep. in: Dòng Viêt (Southeast Asian Culture and Education Foundation, Huntington Beach, USA), n° 7, 1999, pp. 289-310.

 

Sites des partis politiques évoqués :

Document : Deux ans d’Indochine – un fleuve de sang (1934)

Nguyen Thai Hoc (1902-1930) et l’étendard du VNQDD à Yen Bai
© illustration thèse Guillemot

Il y a 83 ans, dans la nuit du 9 au 10 février 1930, la garnison de Yên Bai se mutinait lors de l’insurrection générale organisée par le Parti National du Viêt-Nam (VNQDD) [1]. La même année, et ce jusqu’en mai 1931, les paysans cochinchinois manifestaient et le centre du Viêt-Nam s’embrasait avec l’instauration des Soviets du Nghe Tinh. Le mouvement révolutionnaire dans son ensemble fut durement réprimé par la Sûreté coloniale secondée par la Garde indochinoise et par la Légion étrangère aidée de l’aviation de guerre. La répression sanglante fit des centaines de morts (peut-être même des milliers) et l’Etat colonial ordonna des milliers d’arrestations. La violence de la réponse du pouvoir colonial aux “événements d’Indochine” fut rapportée et décrite en son temps par les journalistes Andrée Viollis et Louis Roubaud [2]. A Paris même, le Secours rouge international appela à manifester pour sauver de la mort les condamnés de juin 1930 (Affiche aux Anom) [3]. La revue communiste La Révolution Prolétarienne, présentée ci-dessous, s’appuie sur les textes de l’avocat Phan Van Truong, de Roubaud, de Viollis, et du militant anticolonialiste J. Péra (Louis Bercher) pour dénoncer “l’hystérie collective” qui caractérisa la réponse de l’Etat colonial aux soulèvements révolutionnaires. Pour six militaires français tués à Yen Bai, et deux autres au Centre et au Sud, combien de Vietnamiens torturés, arrêtés et assassinés ? s’interroge l’auteur de ce dossier dûment argumenté.

[1] Selon Tobias Rettig, l’insurrection aurait été déclenclée le 10 janvier aux environs de 1:30 du matin. Voir : Rettig, Tobias (November 2002). “French military policies in the aftermath of the Yên Bay mutiny, 1930: old security dilemmas return to the surface“. South East Asia Research, 10 (3): pp. 309–331.

[2] Louis Roubaud, Viêt-Nam la tragédie indo-chinoise, Paris, Librairie Valois, 1931 (texte réédité en 2010 par L’Harmattan, voir sur Mémoires d’Indochine) ; Andrée Viollis, Indochine SOS, Paris, Gallimard, 1935 (texte réédité en 2008 par Les Bons caractères). Voir le texte en ligne sur le site Belle Indochine (Indochine SOS).

[3] Affiche illustrée. Dessin d’un homme torturé, avec un appel à un grand meeting du Secours rouge international (Courbevoie, La Cootypographie, 1930).

FG, 10/02/2013

* * *

[présentation du site “La Bataille socialiste” : Site d’éducation, d’informations et de ressources documentaires pour le marxisme vivant et la démocratie ouvrière] Brochure de la Révolution prolétarienne de 48 pages, sans date mais estimée à 1934 [note de présentation par J. Péra dans le n° 177 de la R.P. du 25 juin 1934], numérisée au format pdf. Attribuée parfois à Marcel Martinet, cette brochure, qui revient notamment sur les massacres de 1930-1931, témoigne que la revue de Monatte et Louzon était à la pointe du combat anticolonialiste.

 

Un fleuve de sang (pdf) ou cliquer sur l’image pour accéder au texte

Le 25 décembre 1927 était fondé à Hanoi le Parti National du Viêt-Nam – Việt Nam Quốc Dân Đảng (VNQDĐ)

Numéro spécial de la revue Cong Hoa [République] publié en 1964 au Sud-Vietnam. Source : sachxua.net

Il y a tout juste 85 ans, le 25 décembre 1927, un petit groupe d’intellectuels vietnamiens fondaient le Parti National du Viêt-Nam (Việt Nam Quốc Dân Đảng) à Hanoi. La nouvelle organisation révolutionnaire, qui prônait le renversement du pouvoir colonial par les armes et l’instauration d’une République, se dotait d’un programme politique ambitieux en trois points :

1) Indépendance nationale (Dân Tộc Độc Lập) : chasser les colonialistes français du territoire vietnamien pour recouvrer l’indépendance nationale.

2) Droits du peuple (Dân Quyền Tự Do) : après avoir accédé à l’indépendance, mettre sur pieds des institutions démocratiques respectueuses des droits du citoyen.

3) Bonheur du peuple (Dân Sinh Hạnh Phúc) : promouvoir une politique économique visant à donner le bien être au peuple. [1]


Le soir du 24 décembre 1927, les jeunes révolutionnaires anticolonialistes de la maison d’éditions Nam Đồng Thư Xã réunirent secrètement une Convention nationale chez le père de Lê Thành Vị, au hameau Thể Giao au sud de Hanoi. Etaient présents cette nuit là les intellectuels patriotes Phạm Tuấn Lâm, Phạm Tuấn Tài, Hoàng Phạm Trân (Nhượng Tống), Nguyễn Khắc Nhu, Phó Đức Chính, Hoàng Văn Tùng, Hồ Văn Mịch, Nguyễn Ngọc Sơn, Nguyễn Thế Nghiệp, Nguyễn Hữu Đạt… ainsi que celui que Louis Roubaud nomma le “Grand Professeur”, Nguyễn Thái Học. La Convention secrète rassembla tout au plus 19 représentants de quelques provinces du Tonkin [2] et se termina à cinq heures du matin. Une première résolution fut émise collectivement avec la création du Parti Nationaliste et de sa charte politique. Nguyễn Thái Học fut désigné chef de la nouvelle organisation révolutionnaire.

Les années suivantes, le parti se développa dans les trois parties du Viêt-Nam colonisé (Tonkin, Annam, Cochinchine) parmi les intellectuels citadins, les petits propriétaires terriens, les agriculteurs et les tirailleurs. Il diffusa ses idées à travers le journal Hồn cách mạng [L’âme de la révolution], organe de propagande du parti, et établit son siège social à l’Hôtel Viêt-Nam à Hanoi. La nuit du 24 au 25 décembre fut choisie délibérément pour déjouer la surveillance de la Sûreté coloniale en principe bien occupée à fêter Noël. En principe seulement car la réunion fut découverte par la Sûreté dans la nuit autour de deux heures du matin et fut prudemment dissoute pour reprendre quelques temps plus tard au local des éditions Nam Đồng Thư Xã. Le lendemain, le 26 décembre, une seconde assemblée se déroula dans le hameau de Ngũ Xã (Cinq communes) pour déterminer le programme politique du parti et l’instauration d’une “Démocratie nationale socialiste” (Dân chủ quốc gia xã hội) [3]. Le destin malheureux de ce parti nationaliste révolutionnaire quasiment décimé en 1930 par la Sûreté coloniale puis de nouveau en 1946 par le Viêt-Minh/PCI ne faisait que commencer.

FG, 25/12/2012.

[1] Un objectif toujours inscrit dans le programme de lutte du VNQDĐ en exil, voir : Cương Lĩnh VNQDĐ 2006. En 1927, d’après Nhượng Tống, les deux premiers objectifs prévalaient : Révolution nationale visant à recouvrir l’indépendance et instauration d’une République démocratique parlementaire (Cf. Nhượng Tống, Hoa cành Nam [Fleurs de la branche du Sud], Westminster, CA, s.d., VNQDĐ xuất bản, p. 112). On remarquera que ces trois slogans inspirés du Triple démisme (la Théorie des trois peuples) de Sun Yat-sen forment la devise de la RSVN actuelle : “Độc Lập, Tự Do, Hạnh Phúc” (Indépendance, Liberté, Bonheur).

[2] Nhượng Tống évoque précisément le chiffre de 19 personnes à ne pas dépasser car à partir de vingt personnes la loi obligeait les responsables à déclarer la réunion à la préfecture et donc susciter l’intérêt immédiat de la Sûreté coloniale. Le chiffre de 36 représentants de 14 provinces, avancé par Hoàng Văn Ðào, semble de fait exagéré. Raison pour laquelle la Convention nationale mentionna le chiffre “19” à ne pas dépasser dans la composition d’une cellule du parti. Voir Nhượng Tống, Hoa cành Nam, p. 94.

[3] Traduction française faite par un membre du parti lors de la Commission criminelle de 1929, voir Nhượng Tống, Hoa cành Nam, p. 107.

Réf. : Hoàng Văn Ðào (ci-dessous) et Nhượng Tống, Hoa cành Nam, Westminster, CA, s.d., VNQDĐ xuất bản.

Aperçu Google Books

Nguyễn Triệu Luật (1903-1946) : Le père du roman historique vietnamien, réédité au Viêt Nam

Nhà văn Nguyễn Triệu Luật

[ndlr] En hommage à Janine Gillon*, décédée subitement à la fin du mois de septembre 2012, nous reproduisons ci-après avec l’autorisation du CID Vietnam l’article qu’elle avait consacré à l’écrivain Nguyen Trieu Luat (1903-1946) dont les œuvres ont été rééditées à Hanoi. La réhabilitation récente de cet écrivain nationaliste affilié au VNQDD s’est illustrée par un colloque organisé à Hanoi le 23 août 2012.

 

En décembre dernier, notre fidèle ami Huu Ngoc, a fait don au CID – Vietnam d’un ouvrage publié récemment à Hanoi : la compilation par Nguyên Triêu Can, des romans historiques de son père Nguyên Triêu Luât (1) : huit romans situés sous les dynasties des Lê et des Ly, écrits et publiés avant la Révolution de 1945, qui ont connu un immense succès auprès des lecteurs vietnamiens, ceux qu’on appelait alors, les annamites.

Selon notre ami, Nguyên Triêu Luât, est considéré comme le père du roman historique vietnamien ; il était grand amateur de littérature française, il se réclamait d’Alexandre Dumas et de… Sacha Guitry, dans sa volonté de « raconter » l’Histoire (avec une H majuscule) en l’émaillant de détails romanesques amusants et piquants, qui en rendraient la lecture plus légère, plus plaisante. La petite histoire, pour enseigner la grande, en quelque sorte. Mais la situation des romans dans une époque lointaine permettait aussi à cet auteur, profondément patriote, de faire passer dans ses textes, sans craindre la censure, une pensée qui aurait pu paraître parfois… impertinente, au regard de l’occupant français.

Les lecteurs annamites ne s’y sont pas trompés, qui ont dévoré les romans de Nguyên Triêu Luât et l’ont considéré un peu comme leur Alexandre Dumas. Sa notoriété a été telle qu’une rue de Saïgon a longtemps porté son nom. Mais sans doute aussi, éprouvaient-ils une grande admiration pour l’auteur lui-même et sa propre histoire, l’histoire de sa vie, qui elle aussi, s’est inscrite dans l’Histoire comme un roman. Nguyên Triêu Luât était en effet un ami de Nguyên Thai Hoc et il a participé avec lui, au soulèvement de Yen Bai. Nous savons comment ont fini Nguyên Thai Hoc et douze de ses compagnons (2), tandis que Nguyên Triêu Luât, lui, a échappé à l’échafaud. Il a « seulement » été condamné à plusieurs années d’incarcération, et c’est à sa sortie de prison, qu’il s’est fait connaître par ses romans historiques. Parallèlement, pour gagner sa vie, il enseignait la littérature vietnamienne dans des écoles privées. Toujours militant nationaliste, il a été emprisonné par les français une seconde fois, et n’a été libéré qu’au moment du coup de force des japonais en mars 1945. Ensuite, hélas ! On perd sa trace. Il a « disparu »… assassiné dit-on, mais par qui ? où ? comment pourquoi ? Diverses rumeurs ont couru, mais le mystère demeure…

Aujourd’hui, son fils, Nguyên Triêu Can, qui est instituteur, a eu à cœur de faire revivre cet écrivain trop tôt disparu, trop vite oublié, en faisant publier à Hanoi, une compilation des huit romans de son père. Il a su convaincre de généreux Hanoïens, ainsi que le  Fonds culturel suédois pour le Vietnam,  de financer la réédition de ces ouvrages, qui naguère avaient connu un grand succès.

Nous français, ne pouvons que nous féliciter de cette entreprise, car à travers l’œuvre d’un écrivain vietnamien, de la période coloniale, nous pouvons percevoir non seulement combien la littérature française a été déterminante pour l’histoire de la littérature vietnamienne, mais aussi combien les intellectuels de cette génération, même s’ils étaient, comme Nguyên Triêu Luât, de farouches opposants au gouvernement français, ont été de grands admirateurs de notre littérature qui les a beaucoup inspirés. Si, à travers les romans de Nguyên Triêu Luât, les jeunes vietnamiens du 21ème siècle découvrent une tranche de leur Histoire, ils découvriront aussi entre les lignes, l’influence de la littérature française sur la littérature de leur patrie. Et cette influence si importante, fait aussi partie de leur Histoire.

Devant cette évidence, je me prends à rêver : si seulement les jeunes français d’aujourd’hui pouvaient à leur tour, découvrir cette partie de l’Histoire vietnamienne (qui est aussi un peu de leur Histoire) autrement qu’avec des noms de victoires, de défaites, de batailles et de généraux… Il faudrait pour cela qu’ils puissent lire en français les œuvres de Nguyên Triêu Luât… Il faudrait que des français vietnamophones aient le courage de tenter cette aventure… il faudrait que la France qui subventionne généreusement la traduction en vietnamien de livres français, ait l’intelligence d’encourager cette aventure… Une belle aventure, de compréhension mutuelle, d’amour et de paix. Et de littérature !

* Janine Gillon était la vice-Présidente du Centre d’Information et de Documentation sur le Vietnam contemporain (CID Vietnam), traductrice d’œuvres vietnamiennes parues aux éditions de l’Aube (Ho Anh Thai, Nguyen Khac Truong, Nguyen Quang Thieu, Vu Bao) et connue pour ses chroniques littéraires dans Etudes Vietnamiennes, la revue culturelle dirigée par Huu Ngoc et éditée à Hanoi. Elle est décédée le 30 septembre 2012 à l’âge de 80 ans.

(1) Nguyen Trieu Can. Tieu thuyêt lich su cua Nguyen Trieu Luat. Hanoi, NXB Khoa Hoc, 2011.
(2) « Viet Nam ! Viet Nam ! Viet Nam ! Treize fois, je l’entendis ce cri, devant la guillotine de Yên Bai. Les treize condamnés à mort l’avaient proféré l’un après l’autre, à deux mètres de l’échafaud. » Louis Roubaud. La tragédie Indochinoise. Paris, Éd. L’Harmattan, 2010.

Janine GILLON
Paris, Septembre 2012

Source : CID Vietnam

Pour en savoir plus sur cet auteur, voir :

  • Hà An, “Nguyễn Triệu Luật – người viết tiểu thuyết lịch sử bị quên lãng”, VN Express, 25/08/2012.
  • Lại Nguyên Ân, “Góp thêm một vài ý kiến xung quanh việc tiếp cận di sản văn học của Nguyễn Triệu Luật (1903-1946)”, Viet Studies, 12/08/2012.
  • Nguyễn Triệu Luật – cây bút tiểu thuyết lịch sử xuất sắc của nền tiểu thuyết Việt Nam hiếm có người so sánh, Bauxite Viêt Nam, 26/08/2012.

 

Retrouvez les autres chroniques de Janine Gillon sur CID Vietnam.

 

Việt Nam ! Việt Nam ! Việt Nam ! (Cablogramme de l’exécution)

[ndlr] Témoignage du journaliste Louis Roubaud sur l’exécution des 13 partisans nationalistes du VNQDD guillotinés à Yen-Bai le 17 juin 1930.

Viêt Nam ! Viêt Nam ! Viêt Nam !

(Cablogramme de l’exécution)

Yen-Bay, 17 juin, 6 heures du matin.

Viet Nam ! Viet Nam ! Patrie du Sud ! Patrie du sud !

Ici le petit jour réglementaire se confond avec la nuit. Il est 6 heures; il n’ y a pas vingt minutes que le soleil s’est annoncé en colorant de carmin le bois des Laquiers… et tout est fini.

Treize hommes ont subi le châtiment.

Cela se passait dans un pré qui aurait pu être un terrain de foot-hall et qui est encadré par quelques bâtiments neufs, sans  étage, propres et coquets, de style colonial: la caserne de la garde indigène, la maison des passagers… Je logeais dans la maison des passagers et j’ai été éveillé cette nuit par des voix, des ordres, des coups de marteau. On dressait la machine à cinquante mètres de ma chambre à coucher ! Je suis sorti en sandales et en pyjama et j’ai aperçu dans la cour de la caserne indigène de longues caisses rangées comme des dominos; j’en comptai quinze et je demandai :

– Ils sont donc quinze?

– Non, treize, mais le chiffre a été tenu secret jusqu’à la dernière minute et nous avons compté largement pour ne pas être pris au dépourvu.

Je suis rentré, je me suis étendu sous la moustiquaire, sur mon drap moite. Le travail était fini au milieu du pré. Les coups de marteau ont cessé, les voix se sont tues. Le silence s’est emparé de la nuit; les insectes se sont emparés du silence.

La sauterelle dit : « cricri » ; le margouillat dit : « tectec » ; le toquet dit : « tock qué » ; la cigale brise ses entrailles sonores et le crapaud buffle meugle comme un ruminant. Pourtant, ce vacarme est encore du silence lorsque nul être ne parle plus.

C’était une nuit d’été tonkinois, si chaude qu’on aurait voulu demander grâce, toute remplie d’humidité, empestée ou parfumée – on ne sait plus – par la pourriture végétale. Des cancrelats mordorés avaient entrepris l’ascension de mon lit, de stupides sauterelles se heurtaient contre l’ampoule électrique que j’avais laissé allumée.

Au bout d’une heure ou deux, les hommes sont revenus, mais on les entendait à peine : huit cents pieds nus de tirailleurs frappaient l’herbe. La garnison de Yen-Bay se rangeait en carré aux quatre limites du pré.

Je me suis habillé et j’ai rejoint un groupe d’Européens qui se tenaient devant le mur de la garde indigène. En face de nous, de l’autre côté du champ, derrière la haie des deux sections de tirailleurs et de la section de l’infanterie coloniale, je voyais le public indigène assez réduit et parfaitement silencieux.

A cinq heures moins cinq, le premier homme déboucha en haut du petit raidillon qui conduit de la prison à la prairie. Je dis : le premier homme, c’était plutôt un groupe : quatre fantassins coloniaux, baïonnette au canon, deux fantassins coloniaux sans armes, pour parer à la défaillance physique des suppliciés pendant le court trajet. La petite troupe était conduite par le résident de Bottini. Elle atteignit, au pas accéléré, cette chose qui était surgie peu à peu de l’ombre, qui s’était dessinée dans l’aurore et qui ressemblait à un agrès de gymnastique. La guillotine à ras de terre, une planche à peu près de la taille d’un homme, est dressée devant la lunette…

Les soldats s’écartent, Je petit supplicié en sarrau blanc apparaît. Alors, M. d ‘Hanoï, le bourreau annamite, lui met la main sur l’épaule et lui parle, il le conduit sans cesser de l’exhorter jusque devant la planche… qui bascule comme une trappe.

– Que lui a-t-il dit?
– Il lui a dit : n’aie pas peur, on ne sent rien…

Le petit groupe est retourné à la prison pour chercher le suivant.

Treize fois, M. de Bottini a interrompu l’homme en train de tirer avidement les bouffées de tabac noir par le tuyau de la pipe à eau, la caïdieu, et il a signé treize levées d’écrou.

Presque tous les condamnés avaient accepté, avec le verre de chum-chum, les bons offices des missionnaires, les pères Méchet et Dronet, qui leur proposaient de transmettre leurs dernières volontés à leurs familles; presque tous ont écrit une ultime lettre. Les deux derniers exécutés ont été Pho Duc Chinh, « Droit et Vertu » et N’guyen Thaï Hoc ou le « Grand Professeur ll. L’un était le lieutenant, l’autre le fondateur et président du parti nationaliste annamite.

Avant eux avaient expié : Bui le Conciliani, Bui le Messager, N’Guyen le Pacifique, Ha le laborieux, Duc le Mesquin, N’Guyen le Prospère, N’Guyen le Bienfaiteur, N’Guyen le Charitable, N’Guyen le Puits de pierres précieuses, Ngo le Séducteur, Do le Quatrième fils. Tous m’ont paru marcher sans forfanterie et mourir simplement .

Afin que le secret de l’exécution fût gardé jusqu’au dernier instant, les treize condamnés ont été transférés, pendant la nuit, d’Hanoï à Yen-Bay, par train spécial.

La machine est arrivée sournoisement, dans l’obscurité.

En ville, nul ne se doutait de rien. Le fourgon qui transportait la guillotine a croisé devant la place du marché une colonne de pitres et de clowns qui faisaient en musique la parade, dans les rues de la ville, pour attirer le public jusqu’à leur cirque ambulant.

Yen-Bay, 12 juin 1930, 12 heures.

Il était six heures, ce matin, lorsque je vous ai câblé. J’ai dû me hâter, je n’ai pu tout dire.

Avant l’aurore, autour de la machine éclairée par quelques lampes électriques, ceux qui avaient surveillé le montage parlaient pour attendre l’heure légale et parce que les minutes semblaient longues. Parmi eux se trouvaient quelques inspecteurs de police qui avaient voyagé cette nuit même d’Hanoï à Yen-Bay, dans le wagon de quatrième classe, avec les treize. Ils se communiquaient leurs impressions sur chacun. Pendant quatre heures de trajet, ils les avaient vus vivre leurs dernières heures. Des condamnés, liés par une main, deux à deux, conversaient familièrement entre eux avec ceux de leurs gardiens qui parlaient l’annamite et avec le père Dronet, l’aumônier de la prison d’Hanoï, qui avait entrepris de les catéchiser.

Du était lamentable et se prétendait innocent.

– C’est vrai ! appuyait Pho Duc Chinh, aussi vrai qu’il me faudrait trois têtes pour payer ma part, la tête de ce pauvre Du est de trop.

Deux autres agonisants, effondrés dans un coin, accroupis à la mode annamite, demeuraient silencieux, blêmes de peur. Mais les neuf autres s’efforçaient de s’encourager.

– Nous allons être bien accueillis à Yen-Bay, disaient-ils, nous allons trouver sur le quai de la gare nos chers camarades Hoang, Tiep, Thuyet et Luong !

C’étaient les noms de quatre hommes exécutés dans cette ville le 8 mai dernier.

– Nous ne sommes pas des criminels, mais des vaincus.

N’guyen, le Grand Professeur, discutait avec le père Dronet.

– Pourquoi voulez-vous que je me repente ? je ne regrette rien.

Et il citait les vers français :

Mourir pour sa patrie,
C’est le sort le plus beau,
Le plus digne d’envie…

Ngoc Thinh – Puits de pierres précieuses – s’informait auprès d’un inspecteur :

– Le sergent Bouhier est-il mort?

– Malgré les trente coups de coupe-coupe que tu lui as donnés, il s’est rétabli. Ce n’est pas de ta faute.

– Alors il est juste que je meure.

Ceux qui rapportaient ces paroles concluaient :

– Ce sont tous des orgueilleux; ils ont crâné toute la nuit.

Pourtant, le matin, avant l’aurore, le père Dronet et le père Mechet parvinrent à convaincre la plupart des intraitables. Dans neuf cellules, ils versèrent l’eau sur le front, déposèrent le sel sur la langue des neuf condamnés qui avaient accepté, peut-être pour prolonger leur vie de quelques minutes, d’être baptisés in extremis.

J’ai dit que pour aller de la prison au champ du supplice, les hommes, les mains liées derrière le dos, montaient un petit raidillon. Ce raidillon est surplombé par une sorte de talus, bordé d’une barrière de bambous et où s’élèvent des paillotes. Les habitants des quatre ou cinq maisons s’étaient groupés pour voir monter les condamnés. Lorsque passa Dao Van N’hit, un garçon de vingt ans que soutenaient deux robustes légionnaires, on entendit une voix de femme :

– 0 cha oi em oi!

C’était ]a mère. Ses paroles voulaient dire : Oh! hélas! mon petit enfant!

En arrivant sur la prairie, N’guyen Van Cuu, dit « Le Charitable », s’écria :

– Toi xin noi (je veux dire quelque chose)

Mais un légionnaire lui appliqua une main sur la bouche. Quelques instants après, Nguyen Van Thinh, « Le Prospère, » commença :

– Viet Nam…

Il fut bâillonné de même. Et de même encore les autres.

– Viet Nam !. .. Viet Nam !.. . Viet Nam !… Patrie du Sud !… Patrie du Sud !…

J’entendis cela plusieurs fois et le mot retentissait encore à mes oreilles lorsque j’aperçus le dernier condamné, Nguyen Thai Hoc, le Grand Professeur, le visage gras, une barbiche de lettré. Il souriait! d’un sourire simple, sans contrainte, et il saluait la foule en inclinant la tête. Lui aussi, d’une voix forte et bien timbrée entonna : « Viet Nam!… » et la main du légionnaire étouffa son cri.

• • •

Ayant vu mourir ces hommes, je suis allé cet après-midi dans la caserne, au fort, dans les petites villas d’officiers, où erraient encore les ombres d’autres suppliciés.

– Dans cette pièce obscure, me dit un officier, j’ai aperçu mon camarade Jourdan étendu. Il tenait à la main une lanterne électrique allumée dont le réflecteur était dirigé par un hasard tragique sur son visage. Je pris la lanterne, je secouai mon ami, il était mort.

Dans ce lit, Bouhier a été lardé au coupecoupe. Devant cette grille, le sergent Damour était étendu, le crâne scalpé, le ventre ouvert, les bras tordus…

Sous cette véranda, la pauvre petite Mme Robert, une jeune femme de vingt-quatre ans, avait traîné le corps de son mari, tué dans la salle à manger. Mme Robert a passé toute la nuit serrée contre le corps qu’elle ne voulait pas abandonner. De ses mains, elle comprimait sur le front du cadavre la cervelle jaillie d’une horrible blessure.

Viet Nam ! Viet Nam !… Patrie !… Cruelle Patrie

Louis Roubaud.

 

Réf. : Louis Roubaud, Viet-Nam, la tragédie indo-chinoise, Paris : Librairie Valois, Enquêtes, 1931, pp. 153-163.

Aperçu de la réédition de cet ouvrage (2010) sur Google Books