Archives par mot-clé : violences extrêmes

Cambodge, La révolution meurtrière – CR de lecture par Damien Corneloup

The Murderous Revolution : Life and Death in Pol Pot’s Kampuchea est un ouvrage publié en 1985 aux éditions Orchid Press1. Il est écrit par le professeur et journaliste australien Martin Stuart-Fox, spécialiste de l’Asie du Sud-Est qui a couvert les conflits en Indochine dans les années 1960 et 1970. Martin Stuart-Fox raconte dans cet ouvrage la vie de Bunheang Ung, illustrateur et caricaturiste cambodgien, survivant du régime des Khmers Rouges (1975-1979). Le livre est agrémenté de nombreuses caricatures dessinées par Bunheang Ung lui-même, qui illustrent plusieurs épisodes de sa vie sous la dictature de Pol Pot. L’intérêt de cet ouvrage réside donc à la fois dans le témoignage écrit qui nous est compté par Martin Stuart-Fox ainsi que dans le témoignage visuel, illustré par Bunheang Ung.

Il convient également d’ajouter que ce livre revêt une importance particulière pour deux raisons supplémentaires : publié en 1985, c’est l’un des premiers texte à décrire et analyser avec tant de précision les horreurs du régime Khmer Rouge et c’est également l’un des premiers à posséder un tel support visuel de première main. En effet, les témoignages photographiques ou cinématographiques sont extrêmement rares pour cette période, et l’inclusion d’illustrations permet de mettre des images sur les épreuves vécues non seulement par Bunheang Ung, mais également des millions de Cambodgiens.

Martin Stuart-Fox divise son ouvrage en dix chapitres, organisés dans un ordre majoritairement chronologique. Néanmoins, il est possible de distinguer deux types de chapitres : ceux détaillant la vie de Bunheang Ung et ceux retraçant son histoire dans le contexte politique de l’époque. Plutôt que de détailler l’ouvrage chapitre par chapitre, nous diviserons le livre en quatre parties : deux parties « politiques » (I et III) et deux parties « vie personnelle » (II et IV), qui semblent faire sens au vu des événements survenus de 1975 à 1979. Étant donné l’importance visuelle de l’ouvrage, nous inclurons également quelques illustrations de Bunheang Ung.

La fin de la guerre civile et l’avènement des Khmers Rouges

Les origines de la prise de pouvoir des Khmers Rouges

L’auteur rappelle dès le chapitre deux le contexte de la prise de pouvoir des Khmers Rouges. Le Cambodge obtient son indépendance en 1953 à la fin du protectorat français. Le Cambodge devient un royaume indépendant avec comme monarque Norodom Sihanouk2. Pendant la Guerre froide, et en particulier pendant la guerre du Vietnam, Norodom Sihanouk fait le choix de la neutralité. Toutefois, il autorise le transit des marchandises et troupes du Nord-Vietnam par le territoire cambodgien3. Dès la fin des années 1960, Sihanouk est confronté à une insurrection communiste basée principalement dans les campagnes cambodgiennes. Sihanouk, ne parvenant pas à endiguer cette rébellion, remet les pouvoirs à son Premier ministre, Lon Nol en 1969. Ce dernier, militaire pro-américain et fervent anticommuniste, décide dès 1970 de déposer Sihanouk, alors en voyage en France, et d’assumer les pleins pouvoirs. Il instaure la République Khmère. Sihanouk part se réfugier à Pékin. La guerre se poursuit néanmoins au Cambodge. Il s’ensuit une guerre civile de cinq ans entre les forces gouvernementales de Lon Nol et les Khmers Rouges qui fait 500.000 morts.

La guérilla et la prise de Phnom Penh

Les Khmers Rouges sont un mouvement communiste d’inspiration maoïste apparu au début des années. Pol Pot, de son vrai nom Saloth Sâr, est la figure emblématique de ce mouvement. Il en est l’un des
fondateurs et deviendra le membre le plus influent. Comme de nombreux leaders des Khmers Rouges, il a étudié et s’est initié au communisme en France (où il a vécu de 1949 à 1953)4. L’insurrection khmère rouge à proprement parler débute en 1968. Elle s’appuie particulièrement sur la paysannerie pauvre du pays, et surtout les jeunes campagnards, parfois très jeunes, dont l’esprit est plus malléable. La guérilla contre Lon Nol se poursuit jusqu’au 17 avril 1975, date à laquelle les Khmers Rouges prennent Phnom Penh et mettent fin à la guerre civile. Sihanouk, qui avait un temps soutenu les Khmers Rouges depuis Pékin dans l’espoir de revenir un jour au pouvoir, comprend vite après la fin de la guerre civile qu’il n’est plus maître de rien et que ce sont les Khmers Rouges qui détiennent tout le pouvoir.

Les Khmers Rouges sont constitués par le Parti Communiste du Kampuchéa (PCK). Le parti est dirigé par l’Angkar Padevat, ou juste Angkar, (« Organisation révolutionnaire ») qui s’apparente à un Politburo cambodgien. Parmi les membres influents cités dans l’ouvrage, outre Pol Pot, on compte Khieu Samphan, Ieng Sary, Nuon Chea ou encore Son Sen. L’Angkar prend le contrôle du Cambodge en 1975, qui devient le Kampuchéa Démocratique un an plus tard. Rapidement, la collectivisation est mise en place. Les villes, foyer de la bourgeoisie et de l’intellectualisme, sont évacuées. Les citadins doivent partir s’installer et travailler à la campagne, sur un modèle qui n’est pas sans rappeler la Révolution Culturelle (1966-1976) en République Populaire de Chine. Les Khmers Rouges abolissent immédiatement la monnaie, la propriété privée et les marchés, puis mettent en place des repas communaux. Ils exécutent tous les dignitaires et soldats du régime précédent et forcent les moines à se séculariser. Le Kampuchéa Démocratique devient un immense camp de travail. En plus d’entamer une expulsion de la minorité vietnamienne du pays, les dirigeants envoient des troupes à la frontière avec le Vietnam. Le régime khmer rouge commet des persécutions à la fois raciales (discrimination des minorités non-khmères) et sociales. En effet, les Khmers Rouges divisent la population entre « ancien peuple », les paysans et travailleurs des campagnes déjà sous contrôle des Khmers Rouges avant la fin de la guerre civile, et « nouveau peuple », les citadins et intellectuels venus des villes. Des persécutions sociales qui déchirent parfois les membres d’une même famille.

La vie de Bunheang Ung sous les Khmers Rouges

L’évacuation de Phnom Penh

L’objectif principal de Martin Stuart-Fox est de mettre en lumière l’histoire personnelle de Bunheang Ung, et celle-ci débute lors de la prise de Phnom Penh le 17 avril 1975. Bunheang Ung, plus souvent appelé « Bun » dans le livre, est alors encore étudiant, et travaille également comme caricaturiste au sein d’un journal de Phnom Penh (Nokor Thom). Le jour même de la prise de Phnom Penh, il est contraint à quitter la ville avec sa famille. Bun décrit la joie de certains citoyens de la capitale à l’arrivée des Khmers Rouges, le soulagement d’autres à voir la guerre civile se terminer, et puis la déception et la peur, qui arrivent rapidement quand les citoyens réalisent qu’ils doivent tous quitter la ville. « Certains ont tenté de se cacher chez eux, mais presque tous ont été découverts. Ceux qui refusaient de partir ont été abattus » (p. 8), écrit l’auteur. Bun raconte également le chaos de l’évacuation massive, les embouteillages, la difficile évacuation des personnes âgées, des malades, mais aussi des blessés et des réfugiés de la guerre civile. Et tout cela seulement pendant le premier jour du « règne » khmer rouge. La famille de Bun décide de retourner dans son village natal, Maesor Prachan. Bun se considère même chanceux, car certains citadins évacués n’ont aucun endroit où retourner.

La vie quotidienne à Maesor Prachan (1975-1977)

Maesor Prachan est un village situé à l’est de Phnom Penh, entre la capitale et la frontière avec le Vietnam. Bun et sa famille étant considérés comme des « nouveaux », ils sont discriminés par le pouvoir khmer rouge dès leur arrivée à Maesor Prachan. La vie quotidienne qui s’ensuit pendant trois ans est un enfer pour Bun et ses proches. Les exemples détaillés par l’ouvrage sont sont trop nombreux pour être décrits ici, mais on peut en relever certains :

  • Le travail forcé, à toute heure du jour et parfois de la nuit, dans des conditions insalubres, sous la chaleur, pendant les orages, ou encore en pleine nuit dans des rizières infestées de sangsues ;
  • Les séances d’autocritiques, où les « nouveaux » sont discriminés quotidiennement ;
  • L’endoctrinement des enfants, qui n’apprennent plus que des chants révolutionnaires, à aimer Angkar, et à qui on apprend de dénoncer leurs parents et proches ;
  • Les repas communaux, haïs de tous, pendant lesquels les villageois se regroupent par terre pour manger une nourriture de mauvaise qualité, monotone, mais surtout en quantité insuffisante à chaque repas. Alors même que les cadres Khmers Rouges mangent à leur faim non loin.
Dans l’intimité de la famille de Bun à Maesor Prachan © DR

La peur permanente

Ajouté à ces conditions de vie épouvantables, la peur gangrène en permanence la vie de Bun et de sa famille. Le moindre écart de conduite ou de parole peut entraîner l’envoi en « rééducation », dont personne ne revenait jamais. Plusieurs membres de sa famille y furent envoyés, notamment les deux sœurs de sa femme Phiny. Cette peur se décline sous plusieurs formes :

  • La peur de se parler, même en privé, du fait de la délation
    omniprésente, et l’interdiction de montrer le moindre signe
    affectif à ses proches, même à son époux ou à ses enfants ;
  • La peur de tomber malade. Les conditions d’hygiène à l’hôpital
    de Maesor Prachan sont désastreuses, et les traitements
    inadaptés aux malades. Beaucoup y sont morts. De plus, dès
    qu’un patient recommence à se nourrir, il est immédiatement
    renvoyé au travail, même sans être vraiment rétabli ;
  • La peur de la « rééducation » et de la prison du district, où sont
    pratiquées des séances de torture et où les prisonniers sont
    gardés dans des conditions atroces. L’écrasante majorité de
    ceux jetés en prison n’en sont jamais ressorti ;
  • La peur des punitions arbitraires des Khmers Rouges, en particulier sur les « nouveaux », car ils ont à ce moment un droit immédiat de vie et de mort sur chacun. Bun raconte la terrible rumeur à propos d’un village : « En désespoir de cause, des villageois affamés avaient secrètement tué leurs bœufs pour les manger, ce contre la volonté d’Angkar. Comme punition, les coupables ont été harnachés à des charrues ou des herses, et forcés de les tirer jusqu’à ce qu’ils s’effondrent et meurent » (p. 113).

Les dissensions et les purges, le début de la fin des Khmers Rouges

Angkar, un politburo désuni

Contrairement à ce que les Khmers Rouges veulent faire croire à leur population, Angkar n’est pas un Politburo uni et il existe plusieurs factions en lutte d’influence au sein du PCK. Les radicaux nationalistes, la faction de Pol Pot, Khieu Samphan et Ieng Sary, organisent très tôt des purges dirigées contre les autres factions, notamment la faction dite des « vétérans », considérée plus proche du Vietnam. Ces campagnes de purges affectent directement la vie de Bun en 1978. Le Khmer Rouge So Phim, de la faction des « vétérans » qui dirige la zone est (où se situe Maesor Prachan), est arrêté lors de purges. Une arrestation à laquelle Bun assiste. So Phim préfère se suicider plutôt que d’être torturé mais sa femme et ses enfants sont exécutés (p. 136). Les Khmers Rouges de l’est sous la direction de ce « vétéran » sont tous arrêtés et éliminés, puis remplacés par d’autres Khmers Rouges plus fidèles à Pol Pot. C’est à partir de ce moment-là que la situation de Bun va s’aggraver.

Punition contre deux membres du « nouveau peuple » © DR

Pol Pot et la pureté Khmère

Au delà de l’idéal communiste affiché, il existe aussi chez les Khmers Rouges un facteur ethnique, qui est une composante majeure de la pensée khmère rouge. La pureté du peuple khmer, ainsi que son histoire glorieuse, est un facteur déterminant pour Pol Pot. Les minorités ethniques sont systématiquement discriminées dès la prise de pouvoir et ces discriminations se transforment en massacres et assassinats sommaires dans les années 1977-1978. Toutefois, il faut également noter que des centaines de milliers de Khmers ont eux-mêmes été victimes du régime de Pol Pot. Même chez les Cambodgiens ethniquement Khmers, le moindre soupçon de connivence avec le Vietnam ou d’idéologie « réactionnaire », entraîne souvent assassinats et massacres. Du fait de cette non-distinction dans l’horreur, on évoque parfois un « démocide », plutôt qu’un génocide, pour décrire les crimes des Khmers Rouges5.

L’obsession du Vietnam

Les Khmers Rouges sont obsédés par le Vietnam, une obsession qui vers la fin du règne de Pol Pot tend vers l’absurde. Des dizaines de milliers de Cambodgiens, notamment à l’est du pays, sont exécutés pour « complicité » avec le Vietnam, souvent sur la base de rumeurs infondées. Dans l’idéologie à dimension ethnique et nationaliste des Khmers Rouges, le Vietnam représente l’ennemi historique. De plus, le contexte international renforce cet antagonisme. Le Vietnam, réunifié en 1976, se rapproche de l’URSS, alors que Pol Pot tente de se rapprocher de la Chine de Mao Zedong. La rupture sino-soviétique de la fin des années 1960 avait tendu les relations entre les deux géants communistes. Ce schéma se retrouve à plus petite échelle entre le Vietnam et le Cambodge, représenté par leurs alliances respectives. Les Khmers Rouges mènent plusieurs attaques sur la frontière sud du Vietnam de 1975 à 1978, et à la fin du régime de Pol Pot, la minorité vietnamienne du Kampuchéa est systématiquement persécutée. Au final, le Vietnam met fin au régime des Khmers Rouges en envahissant le Kampuchéa Démocratique en décembre 1978. Cette action militaire du Vietnam devient l’une des raisons principales de la guerre sino-vietnamienne de février 1979, la Chine ne désirant pas voir le Vietnam étendre son influence au Cambodge.

La chute des Khmers Rouges et la fuite de Bunheang Ung

Les purges au summum de l’horreur (1978)

Les purges dans la zone est du Kampuchéa et la peur grandissante d’une intervention vietnamienne entraînent une aggravation significative de la situation à Maesor Prachan. Le summum de l’horreur est atteint à la fin de l’année 1978, quand les Khmers Rouges, sur ordre de Pol Pot, décident de se livrer à des massacres systématiques du « nouveau peuple », et parfois de villages entiers, sans distinction d’ « ancien » ou de « nouveau ». Des groupes conséquents, parfois de plusieurs milliers d’individus, soupçonnés de connivence avec le Vietnam ou avec les Khmers Blancs (groupe de résistance aux Khmers Rouges composé majoritairement de personnes de la minorité Cham, de pro-vietnamiens ou de nationalistes khmers), sont massacrés de manière systématique. Les villageois qui réalisent ce qui se passe et tentent de fuir sont fusillés sur le champ. Bun a été témoin de l’un de ces massacres dans les « killing fields » d’une extrême violence :

« L’odeur de la mort flottait dans l’air. Tout près, de larges fosses
rectangulaires avaient été creusées, et dans certaines des corps à moitié recouverts pouvaient être aperçus. Bun était figé par l’horreur, la peur et l’incrédulité, tandis que des Khmers Rouges accompagnaient plusieurs femmes et enfants depuis le bâtiment de l’hôpital. Tous étaient nus : ils avaient sûrement été déshabillés pour être dépouillés de leurs objets de valeur. Les haut-parleurs crachaient des chants révolutionnaires à volume maximum. Une jeune fille fut saisie et violée. Les autres furent amenés jusqu’aux fosses où ils furent massacrés comme des animaux, frappés derrière le crâne avec des houes ou des bâtons de bambou. Les jeunes enfants et les bébés était attrapés par les jambes, puis leurs têtes fracassées contre le tronc des palmiers. Leurs corps brisés étaient ensuite jetés à côté de leur mère mourante dans les fosses de la mort. Certains enfants étaient lancés dans les airs et empalés à la baïonnette, tandis que la musique noyait leurs cris » (p. 142).

L’intervention du Vietnam

L’intervention du Vietnam en décembre 1978 et janvier 19796 est vue en premier lieu comme une libération par les Cambodgiens. Les Vietnamiens sont reçus en libérateurs dans l’est du pays. Partout dans le pays, les villageois, aidés par les Khmers Blancs, se livrent à une vengeance sanglante et de nombreux Khmers Rouges sont massacrés. En quelques semaines, le régime de Pol Pot s’effondre, et les Khmers Rouges se replient dans le maquis (où la guérilla allait se poursuivre jusqu’en 1999). Au final, le régime Khmer Rouge fut responsable de la mort de plus 1,7 millions de personnes de 1975 à 1979, soit plus de 20% de la population du pays à l’époque. Les Vietnamiens sont accueillis en héros, mais leur aide est néanmoins intéressée, et ceux-ci instaurent un nouveau régime qui leur est favorable. Le Kampuchéa Démocratique devient la République Populaire du Kampuchéa, avec un régime communiste pro-vietnamien à sa tête (le Parti du Peuple), dirigé par Heng Samrin, un ancien Khmer Rouge réfugié au Vietnam en 1978 pour éviter les purges de Pol Pot.

La fuite de Bunheang Ung

Bun retourne à Phnom Penh et recommence à travailler comme dessinateur, cette fois pour la propagande vietnamienne, faute de mieux. Il se désole néanmoins de la nouvelle autorité mise en place par le Vietnam qui, sans être aussi violente que la précédente, y ressemble parfois un peu trop. C’est un incident en rapport avec son travail qui le pousse à quitter le Cambodge :

« Bun avait été accusé de délibérément dessiner les Vietnamiens avec les dents saillantes et avait été demandé de s’expliquer. […] L’accusation était sérieuse. Toute sa section fut appelée pour critiquer le travail de Bun et il dut faire sa propre auto-critique. […] Il jura à contrecœur de se réformer par l’étude politique, et fut chanceux de ne pas se faire envoyer en rééducation. Mais il avait eu chaud. Bun décida alors de quitter le Cambodge » (p. 178-180).

A ce moment-là, se déplacer au Cambodge était bien plus aisé que pendant les Khmers Rouges. De peur de voir l’histoire se répéter, cette fois avec les pro-vietnamiens, Bun, sa femme et plusieurs membres de sa famille décident donc de se mettre en route pour la frontière thaïlandaise. Après plusieurs semaines de voyage, il arrive en Thaïlande, d’où il allait rejoindre ensuite l’Australie. Il s’y installa avec sa femme et poursuivit sa carrière de dessinateur jusqu’à sa mort en 2014.

* * *

Cet ouvrage est un passionnant témoignage de première main, à la fois dans le récit écrit et dans les images qui l’illustre. Témoignage majoritairement descriptif de l’horreur de la vie sous les Khmers Rouges, ce récit est difficilement critiquable sur le fond. Étant l’un des premiers témoignages de ce type paru, sorti seulement six ans après la fin des Khmers Rouges, il est difficile de reprocher à l’ouvrage de manquer de recul sur les événements qui ont suivi. A l’époque de sa publication, la guérilla khmère rouge était toujours active au Cambodge, et l’influence vietnamienne encore à son paroxysme. Aujourd’hui, la guérilla n’existe plus, le Cambodge a connu des élections libres et vu le retour de la monarchie (1993), même si le Parti du Peuple (pro-vietnamien) est toujours au pouvoir avec le Premier ministre Hun Sen. Pol Pot est mort en 1998 et le reste des cadres khmers rouges encore en vie ont été jugés pour leurs crimes. Certains développements sont parfois très récents : vendredi 16 novembre 2018, le tribunal international parrainé par l’ONU à rendu un verdict exceptionnel, reconnaissant pour la première fois les crimes des Khmers Rouges comme un génocide.

Au final, l’ouvrage reste selon moi un excellent témoignage de la vie quotidienne sous les Khmers Rouges, il semble très authentique, parfois très brut, car aucun détails n’est omis. A travers l’histoire personnelle de Bunheang Ung et ses illustrations, l’auteur parvient à raconter de façon très vivante les épreuves vécues par les Cambodgiens à cette époque. De plus, l’inclusion de chapitres remettant la vie de Bun dans le contexte politique de l’époque, permet même au néophyte d’avoir une vue d’ensemble claire de cette période. Enfin, l’importance mémorielle d’un tel ouvrage ne peut pas être oubliée. Ce genre de témoignage est capital pour comprendre les massacres de masse, leurs causes et conséquences, et peut permettre d’éviter la répétition de tels événements.

Damien Corneloup, promotion ASIOC, 2018-2019.

Pour aller plus loin :

On peut rapprocher ce récit visuel du témoignage pictural publié en 2008 par Vann Nath (1946-2011) ancien pensionnaire de la prison S21 et intitulé : Dans l’enfer de Tuol Sleng – L’inquisition khmère rouge en mots et en tableaux (titre original : A Cambodian Prison Portrait: One Year in the Khmer Rouge’s S-21 Prison).

Illustrations tirées de l’article en hommage à Bunheanbg Ung : « In Memory of Ung Bun Heang (AKA Sacrava)« , Khmer Intelligence Media, 10/02/2014.

Damien Corneloup est étudiant en Master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. Passionné par les problématiques géopolitiques de l’Asie du nord-est, et en particulier celles de la Chine et de la Corée du Nord, il écrit actuellement un mémoire de Master sur le rôle de la Corée du Nord dans la rivalité sino-américaine. Il effectue également un stage au sein du Consulat de France à Shenyang, en Mandchourie.

Notes

  1. Ce CR de lecture s’appuie sur la réédition de 2008 publiée en Australie chez Alternative Publishing Cooperative Limited []
  2. Sihanouk devient Prince-président après son abdication du trône en 1955 []
  3. Une partie de la fameuse « piste Hô Chi Minh » passe par le Cambodge []
  4. Voir sur ce sujet l’étude d’Henri Locard, Pourquoi les Khmers rouges, Paris, Vendémiaire, coll. « Révolutions », 2016, nouvelle édition []
  5. Les difficultés pour nommer le génocide sont discutées par Rithy Panh dans L’Élimination, Grasset / Le Livre de poche, 2011, p. 111-112 []
  6. La République Populaire du Kampuchéa est proclamée le 11 janvier 1979 []

Inauguration à Paris d’une stèle en hommage aux victimes des Khmers rouges

[ndlr] Communiqué de la FIDH (Fédération internationale des Droits de l’homme) concernant l’édification de la stèle commémorative à Paris dédiée aux victimes du régime des Khmers rouges.

Ce mardi 17 avril 2018, la Ville de Paris inaugurera le premier lieu de mémoire en Europe en hommage aux victimes du régime des Khmers rouges, en partenariat avec la FIDH, le Haut Conseil des Asiatiques de France et de l’association des Victimes du Génocide des Khmers rouges.

Date et lieu :

Mardi 17 avril 2018 à 09h15

Parc de Choisy (Paris 13e)

« Après la condamnation des dirigeants Khmers rouges pour crimes contre l’humanité par les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens, l’inauguration du mémorial en l’honneur des victimes de ces crimes à Paris représente une mesure de réparation longtemps attendue, notamment par la diaspora cambodgienne en France. Le devoir de justice accompagné du devoir de mémoire apportent une contribution indispensable à la garantie de non-répétition de tels crimes qui heurtent la conscience de l’humanité. »

Patrick Baudouin, Président d’honneur de la FIDH et avocat de parties civiles dans le dossier 002 devant les CETC.

Lire la suite : FIDH

Pour en savoir plus :

Image « à la une » : © FIDH DR

Séminaire L’ordinaire de la guerre : L’ordinaire et les “guerres civiles“ – ENS de Lyon 2016-2017

[ndlr] Programme 2016-2017 de ce séminaire intéressant qui se poursuit à l’ENS de Lyon pour la 3e année.

Organisé par Sylvain Bertschy, François Buton, Boris Gobille, André Loez, Nicolas Mariot, Philippe Olivera, Emmanuelle Picard.

Guerres et violences extrêmes sous le regard des sciences sociales

Le séminaire a lieu

le mardi de 14h00 à 16h30

aux dates indiquées dans le programme

à l’ENS de Lyon

(15 Parvis René Descartes, 69007 Lyon).

« L’ordinaire de la guerre. Guerres et violences extrêmes sous le regard des sciences sociales » est un séminaire de lectures et de travail sur documents, consacré à l’analyse des explications que les sciences sociales prétendent apporter aux phénomènes de violence collective, sans spécialisation sur une période ou aire géographique particulières. Les auteurs des travaux discutés peuvent être présents et intervenir sans qu’il s’agisse là d’une règle systématique. Le séminaire est ouvert à des participants de toutes disciplines et de toutes institutions. Aussi souvent que possible, le responsable de séance choisit un ou plusieurs articles ou chapitres d’ouvrage qu’il distribue en amont en format papier ou envoie aux participants sous forme électronique. Ces textes sont considérés avoir été lus avant chaque séance. Après une présentation orale des extraits, la discussion collective s’engage. »

Programme 2016-2017
« L’ordinaire et les “guerres civiles“ »

La revue de référence publiée en 2014 sur cette thématique :

revue-agone53_2014

Image « à la une » : soldats de l’ARVN © collection FG

Séminaire L’ordinaire de la guerre – programme 2014-2015 [ENS de Lyon]

[ndlr] Programme d’un important séminaire de l’ENS de Lyon qui rejoint une partie de nos thématiques. Il est organisé par Sylvain Bertschy, François Buton, Boris Gobille, André Loez, Nicolas Mariot, Philippe Olivera et Emmanuelle Picard.

 

L’ordinaire de la guerre. Guerres et violences extrêmes sous le regard des sciences sociales 

L'OrdinaireDeLaGuerre2014-2015

Le séminaire a lieu le mardi de 14h00 à 16h30 aux dates indiquées dans le programme ; il se déroulera à l’ENS de Lyon (15 Parvis R. Descartes, 69007 Lyon). Il est ouvert à tous.

« L’ordinaire de la guerre. Guerres et violences extrêmes sous le regard des sciences sociales » est un séminaire de lectures et de travail sur documents, consacré à l’analyse des explications que les sciences sociales prétendent apporter aux phénomènes de violence collective, sans spécialisation sur une période ou aire géographique particulières. Les auteurs des travaux discutés peuvent être présents et intervenir sans qu’il s’agisse là d’une règle systématique. Le séminaire est ouvert à des participants de toutes disciplines et de toutes institutions. Aussi souvent que possible, le responsable de séance choisit un ou plusieurs articles ou chapitres d’ouvrage qu’il distribue en amont en format papier ou envoie aux participants sous forme électronique. Ces textes sont considérés avoir été lus avant chaque séance. Après une présentation orale du (des) extraits, la discussion collective s’engage.

  • 18 novembre 2014 : « Que montrent les enquêtes sur les pratiques culturelles des poilus ? »Autour des ouvrages d’E. Cronier, T. Hardier et J. F. Jagielski, A. Lafon et B. Gilles. Séance présentée par Nicolas Mariot.

Le séminaire se tiendra dans le bâtiment Buisson (IFE) en salle 1 au rez de chaussée.

 Programme des séances suivantes

  • 13 janvier 2015 : « Écrire l’histoire de la Grande Guerre à l’échelle des empires ». Autour des ouvrages récents de R. Gerwarth, E. Manela, et de A.T. Jarboe, R.S Fogarty. Séance présentée par André Loez.
  • 3 février : Vue d’Extrême Orient : à propos de « La guerre en perspective: histoire et culture militaire en Chine », Extrême Orient Occident, n°38, octobre 2014. Séance présentée par Emmanuelle Picard.
  • 10 mars : « Guerre civile ou Révolution ? L’oeuvre de Burnett Bolloten dans l’historiographie du conflit espagnol (1936-1939) ». Séance présentée par Philippe Olivera.
  • 7 avril : « Expériences de guerre et folie: ce que la Grande Guerre fait à la psychiatrie française ». Autour des ouvrages récents (2013) de L. Guignard, H. Guillemain et S. Tison. Séance présentée par Sylvain Bertschy.
  • 12 mai : « Actualité des recherches sur le génocide des Tutsi au Rwanda, 1994 ». Séance présentée par Claudine Vidal, Marc Le Pape et Boris Gobille.
  • 2 juin : « Violences de la conquête coloniale en Algérie », autour de G. Weiss, B. Brower et J. Sessions. Séance présentée par François Buton.

Omer Bartov et Eric D. Weitz : Shatterzone of Empires [séminaire ENS de Lyon]

[ndlr] Annonce de séminaire.

Séminaire

« L’ordinaire de la guerre. Guerres et violences extrêmes sous le regard des sciences sociales”

ENS de Lyon

Bartov&Weitz_ShatterzoneOfEmpire

André Loez et Sylvain Bertschy

présentation de l’ouvrage dirigé par Omer Bartov et Eric D. Weitz

Shatterzone of Empires

Coexistence and Violence in the German, Habsburg, Russian, and Ottoman Borderlands

(Presses de l’université d’Indiana, 2013)

Mardi 13 mai 2014

de 14h à 17h, en salle F001.

 

Shatterzone of Empires is a comprehensive analysis of interethnic relations, coexistence, and violence in Europe’s eastern borderlands over the past two centuries. In this vast territory, extending from the Baltic to the Black Sea, four major empires with ethnically and religiously diverse populations encountered each other along often changing and contested borders. Examining this geographically widespread, multicultural region at several levels—local, national, transnational, and empire—and through multiple approaches—social, cultural, political, and economic—this volume offers informed and dispassionate analyses of how the many populations of these borderlands managed to coexist in a previous era and how and why the areas eventually descended into violence. An understanding of this specific region will help readers grasp the preconditions of interethnic coexistence and the causes of ethnic violence and war in many of the world’s other borderlands both past and present.

Omer Bartov is the John P. Birkelund Distinguished Professor of European History at Brown University. His books include Erased: Vanishing Traces of Jewish Galicia in Present-Day Ukraine and Mirrors of Destruction: War, Genocide, and Modern Identity.

Eric D. Weitz is Dean of Humanities and the Arts and Professor of History at City College, City University of New York. His books include A Century of Genocide: Utopias of Race and Nation and Weimar Germany: Promise and Tragedy.

 

Pour en savoir plus sur cet ouvrage :

Dernières lectures du séminaire : montrer les violences extrêmes et crises de mémoire

Pour clore le séminaire Mémoires d’Indochine de cette année, nous signalons deux ouvrages parus en 2012 qui méritent toute notre attention. Le premier s’intéresse à la façon de témoigner des violences extrêmes dans l’expression artistique ou mémorielle ; le second visite les écrits produits du traumatisme de la Seconde guerre mondiale.

Nous retrouverons les lecteurs de ce carnet en début d’année 2013 avec deux nouveaux sujets de préoccupation : les ressources documentaires relatives au sujet d’agrégation de cette année : « Les sociétés coloniales » (ici plus précisément l’Indochine) et différentes ressources et données sur 150 d’histoire du Viêt-Nam. Cette dernière thématique sera l’objet du cours d’ouverture du DEMEOC (Diplôme d’établissement sur le Monde Extrême-Oriental Contemporain) de Sciences Po Lyon.

FG, 28/10/2012.

Montrer les violences extrêmes

Théoriser, créer, historiciser, muséographier. Sous la direction d’Annette Becker et Octave Debary – Creaphis Editions.

Textes de Claire Angelini, Vincent Auzas, Annette Becker, Anne Bourgon, Philippe Braunstein, Jean-Baptiste Clais, Octave Debary, Jochen Gerz, Marc-Olivier Gonseth, Nina Gorgus, Philippe Mesnard, Liza Nguyen, Natacha Nisic, Marianne Petit, Catherine Perret, Adeline Rispal, Isabelle Rivé-Doré, François Soulages, Sophie Wahnich.

Comment montre-t-on aujourd’hui les différents temps de la Shoah ou les événements du 11-Septembre, les lieux tels l’ancienne gare de déportation de Bobigny, le camp de Rivesaltes, le lieu de torture de Tuol Sleng ? Comment historiciser la douleur des conflits ? Peut-on présenter la guerre des siècles passés comme un art au Louvre ? Est-il possible de créer à partir de ce qui reste, d’Auschwitz-Birkenau aux poignées de terres rapportées du Viêt Nam ? Peut-on faire une théorie de la violence de masse, théoriser son existence ? Peut-on prétendre partager ce qui relève dans nos sociétés désormais d’un non-vécu ? Penser les destructions guerrières, les génocides, les exterminations, mais également leur retentissement, leur transmission, la résonance de ces mémoires meurtries pour lesquelles l’apaisement semble échapper.

Annette Becker est professeur en cultures de guerre à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et membre de l’Institut universitaire de France.

Octave Debary est maître de conférences à l’Université Paris Descartes. Il travaille sur la mémoire et les restes.

Réf. : Annette Becker et Octave Debary (sous la dir.), Montrer les violences extrêmes. Théoriser, créer, historiciser, muséographier, Vérone, Creaphis Editions, 2012, 341 p. (Fiche Sudoc)

Source : Université Paris Ouest

Crises de mémoire

Récits individuels et collectifs de la Deuxième Guerre mondiale. Susan Rubin Suleiman. Traduit de l’anglais (US) par Marine Le Ruyet et Thomas Van Ruymbeke.

Cet ouvrage est centré sur des crises de mémoire en lien avec la Deuxième Guerre mondiale et la Shoah, mémoire de nature à transcender les frontières nationales. Susan Rubin Suleiman s’intéresse tout particulièrement aux textes littéraires qui portent la trace d’une confrontation réelle avec des difficultés de langage et de sens. Car aux côtés de l’histoire et du témoignage, l’imagination donne forme et figure à la mémoire et à l’expérience, confère une dimension collective aux vicissitudes de la vie individuelle. Elle leur permet de durer.

Née à Budapest, Susan Rubin Suleiman a émigré aux États-Unis avec ses parents à l’âge de dix ans.  Depuis 1981 elle est professeure de littérature française et de littérature comparée à Harvard University. Auteur de nombreux ouvrages et d’articles sur la littérature et l’histoire modernes, elle a publié en France Le roman à thèse ou l’autorité fictive (PUF) et Retours : Journal de Budapest (Bleu Autour), aussi bien que des articles dans Le Monde, Poétique, Critique, Les Cahiers naturalistes et d’autres journaux et revues.

Réf. : Susan Rubin Suleiman, Crises de mémoire. Récits individuels et collectifs de la Deuxième Guerre mondiale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 268 p. (Fiche Sudoc)

Voir l’introduction (pdf). Sommaire :

  • Choisir son passé : Jean-Paul Sartre mémorialiste de la France occupée
  • Le Désir narratif : l’« affaire Aubrac » et la mémoire nationale de la Résistance française
  • Commémorer les Morts Illustres
  • Histoire, mémoire et jugement moral après la Shoah. Hôtel Terminus de Marcel Ophuls
  • Anamnèse : mémoire de l’identité juive en Europe centrale après le communisme
  • Sunshine d’István Szabó
  • Révision : traumatisme historique et témoignage littéraire. Les mémoires de Buchenwald de Jorge Semprun
  • Mémoires de la Shoah : l’importance des faits. Wilkomirski/Wiesel
  • À la lisière de la mémoire : l’écriture expérimentale et la génération 1.5. Perec/Federman
  • Amnésie et amnistie : réflexions sur l’oubli et le pardon

Source : Presses Universitaires de Rennes