Archives par mot-clé : violence politique

Marcelino Truong : 40 hommes et 12 fusils. Indochine 1954 [parution]

Le troisième roman graphique de Marcelino Truong, retour vers la guerre d’Indochine et focus sur l’armée populaire. Présentation de l’éditeur.

Après Une si jolie petite guerre et Give peace a chance, Marcelino Truong délaisse la guerre du Viêt-Nam pour celle de l’Indochine. Sur les pas de Minh, le jeune peintre qui rêve depuis Hà Nôi de Saint-Germain-des-Prés et de Juliette Gréco, enrôlé malgré lui dans le Viêt-Minh de l’Oncle Hô, un regard inédit sur le conflit qui conduisit à l’humiliante défaite des Français à Diên Biên Phu…

Source : http://www.denoel.fr/Catalogue/DENOEL/Denoel-Graphic/40-hommes-et-12-fusils

La violence politique vue par les historiens… collège de France – jeudi 23 juin 2022

Journée d’étude au Collège de France. A ne pas manquer.

Deux chercheurs de l’Institut d’Asie Orientale (IAO) à Lyon participent au colloque organisé conjointement par le Pr. Anne Cheng et le Pr. Henry Laurens.

Jeudi 23 Juin 2022
Collège de France – Amphithéâtre Guillaume Budé, 11 place Marcelin-Berthelot, 75005 Paris

  • François Guillemot, “Viêt Nam, de la guerre du peuple à la guerre civile révolutionnaire : pratiques polémologiques”
  • Arnaud Nanta, “Les sources primaires des officiers japonais lors du massacre de Nankin : construction du fonds, typologie, débats”

Présentation en ligne : https://www.college-de-france.fr/site/anne-cheng/symposium-2021-2022.htm

Programme en ligne : https://www.college-de-france.fr/media/anne-cheng/UPL2109539299766013963_AFF_Cheng_Laurens_21_22.pdf


François Guillemot, “Viêt Nam, de la ‘guerre du peuple’ à la ‘guerre civile révolutionnaire’ : discours et pratiques polémologiques”

Retour vers le nord (RDVN) des prisonniers de guerre, la pancarte dit “Retourner chez les communistes c’est se suicider”.

Résumé :

La guerre du Viêt-Nam, conflit emblématique du XXe siècle, a mis à rude épreuve sa population à travers une guerre civile de 30 ans entre 1945 et 1975. Mais que sait-on finalement des pratiques polémologiques de cette guerre d’unification aux multiples strates ? Notre intervention questionne la catégorie “guerre civile” et les violences de guerre dans le cadre du conflit vietnamien entre 1945 et 1975, elle en établit une brève généalogie. Il s’agit de comprendre comment “la guerre du peuple”, théorisée par le général Vo Nguyên Giap dans un ouvrage célèbre, se transforme peu à peu en “guerre civile révolutionnaire” au Sud dans le contexte de la guerre froide, de la rupture sino-soviétique et du communisme de guerre.

Avec la primauté donnée à la “violence révolutionnaire”, on observe deux polémologies se sont concurrencées et croisées pour le leadership de la conduite et des modalités de la guerre. Ce glissement vers la stratégie de la lutte à outrance ne fut pas sans conséquences pour le coût général du conflit et questionne encore aujourd’hui la réconciliation nationale. Invisible dans l’historiographie officielle, le concept de “guerre civile” est peu à peu admis par les historiens vietnamiens à l’intérieur du pays alors qu’il apparaît comme une évidence dès les années soixante pour les intellectuels et artistes de la défunte République du Viêt-Nam (1955-1975).

Pour écouter la conférence :

Viêt-Nam : défense de faire bouger les lignes !

En République socialiste du Viêt Nam (RSVN), rien de nouveau. Fort de son capital de sympathie pour son efficace lutte contre le coronavirus, l’Etat-Parti n’oublie pas la lutte contre cet autre « ennemi intérieur » susceptible de lui porter la contradiction. A l’approche du prochain Congrès national du PCV (du 25 janvier au 2 février 2021), le seul parti au pouvoir et le seul à être autorisé à l’exercer, journalistes et dissidents n’en finissent pas de subir la répression d’un autoritarisme revigoré par le contexte épidémique.

15 + 11 + 11 = 37 ans de prison

Le couperet est tombé. L’assaut contre le journalisme indépendant et la liberté d’expression d’une façon plus générale trouve son expression la plus crue dans le procès rapide et inique du mardi 5 janvier 2021 à Hô Chi Minh-Ville. A l’approche du XIIIe congrès du Parti communiste vietnamien (PCV), l’État-Parti renoue avec ses procès pédagogiques dont le message de terreur est clair : en République socialiste du Viêt-Nam, la chose publique, la « res publica » est chasse-gardée du Parti, exclusivement. Les trois journalistes qui viennent d’être condamnés à de très lourdes peines de prison (15 ans pour le premier, 11 ans chacun pour les deux autres) s’y attendaient sans doute. Pham Chi Dung (54 ans), Nguyen Tuong Thuy (69 ans) et Le Huu Minh Tuan (39 ans), membres de l’Association des Journalistes Indépendants fondée en 2014, avaient l’ambition de faire bouger les lignes, d’offrir au Parti, dont ils sont parfois issus, et au Viêt-Nam, leur pays, un nouvel horizon plus démocratique, plus fidèle à la défense des droits humains, plus conforme aux exigences d’une société civile responsable, plus respectueux de l’environnement. Tout ceci par le dialogue, la discussion, le débat.

Lê Huu Minh Tuân, Pham Chi Dung et Nguyên Tuong Thuy © DR

Que reproche le pouvoir communiste à ces trois journalistes ? Le plus célèbre d’entre eux, Pham Chi Dung, né en 1966, est un intellectuel dissident de notoriété publique1. Fondateur de l’Association des Journalistes indépendants, il la présidait jusqu’à son arrestation en novembre 2019. En cinq ans, cette association, regroupant quelques 70 adhérents, s’est dotée d’un outil de communication Việt Nam Thời Báo [Je Journal du Viêt-Nam] sur lequel Pham Chi Dung et ses quelques chroniqueurs commentaient l’actualité nationale ou internationale2. Ils y donnaient donc leur point de vue sans jamais organiser une attaque frontale contre le régime sachant qu’une ligne rouge franchie serait fatale. Cependant, Pham Chi Dung dans ses commentaires publics n’a jamais caché son intention de réformer l’État-Parti. Son parcours est celui d’un intellectuel engagé.

L’ombre pratique des “forces hostiles de l’étranger”

Cette simple disposition d’esprit et les actions qui en découlent sont considérées comme une atteinte à l’intégrité de la RSVN. C’est ce qui est reproché aux trois accusés : « production, détention, diffusion d’informations, de documents, d’articles dans le but de s’opposer à l’État »3. Selon le communiqué du ministère de la justice, ils ont écrit des articles pour « déformer et diffamer l’administration du peuple, enfreindre les intérêts du Parti communiste du Vietnam et de l’État »4 ; voilà une accusation des plus larges. Leur crime ? Écrire, commenter, exprimer des idées sans la validation des « comités d’éducation et de propagande », la police de la pensée vietnamienne. Il faut sans doute le rappeler, selon Emerlynne Gil d’Amnesty International : « Le seul crime de ces journalistes est d’avoir osé discuter de politique et d’autres questions d’intérêt public »5.

En réalité, derrière l’action des ces quelques journalistes, le pouvoir communiste redoute les liens et contacts pris avec des organisations politiques exilées susceptibles de renverser la donne ou d’exercer une quelconque influence sur la politique intérieure du pays. En effet, leur condamnation à de lourdes peines tient aussi au fait qu’ils auraient été “régulièrement été en contact avec des opposants au régime” à l’intérieur et à l’extérieur du pays avant leur arrestation fin 2019 et mi-2020, rappelle l’AFP6. Les autorités de Hanoi agitent toujours dans ces cas précis le vieux spectre du Viêt Tân, l’organisation pro-démocratique basée aux États-Unis la plus honnie du régime.

Bandeau du “Journal du Viêt Nam” et sigle de l’Association des Journalistes Indépendants du Viêt Nam © DR

« Surveiller et punir » en RSVN

Que révèle cet acharnement ? Une fragilité, une obstination, une dérive vers plus d’autoritarisme ? Sans doute les trois à la fois. Le pouvoir a toujours usé d’une certaine paranoïa, processus interne au fonctionnement du communisme d’État avec le besoin d’un antagonisme construit selon les besoins du moment (ennemi intérieur ou extérieur, purge, campagne de rectification idéologique). Pour autant, l’État-Parti, même si traversé par de multiples tensions, ne semble pas fragile. L’obstination politique est aussi une forme récurrente de l’exercice du pouvoir dans ce sens que le PCV a toujours raison. Il donne le « la » et accepte encore difficilement la contradiction ne venant pas de propres ses rangs. Dérive autoritaire ? Force est de constater que la répression contre toute forme de dissidence s’est amplifiée ces dernières quinze dernières années, depuis les premières manifestations d’une société civile organisée. La quasi-totalité de la dissidence, politique ou intellectuelle7, est aujourd’hui neutralisée, emprisonnée ou exilée de force. En octobre 2020, ce fut l’arrestation de la célèbre militante féministe et éditrice Pham Doan Trang8 et depuis quinze ans la liste des (anciens et actuels) prisonniers d’opinion s’est considérablement étoffée.

Pris dans le collimateur de la Sécurité publique, ces journalistes et chroniqueurs politiques indépendants se sont transformés, bien malgré eux, en dissidents puis en « accusés » par l’État-Parti. Dans le Viêt Nam communiste la politique sociale et économique ne se discute pas hors du Parti, la remise en cause des principes de l’autoritarisme ne se discute pas, l’état policier construit depuis la prise du pouvoir en 1945 ne se discute pas malgré les appels à l’ouverture lors de la réforme de la constitution en 20139. Le PCV, fort de sa police et de son armée, peut poursuivre sa route en écrasant les trublions en toute quiétude. A l’approche du XIIIe Congrès du PCV, le message est clair et bien relayé par les médias officiels10. Réprimer pour prévenir. Condamner à de lourdes peines pour dissuader. Emprisonner pour étouffer. Rééduquer pour anéantir. C’est le « surveiller et punir » de la RSVN. « 170 prisonniers politiques sont actuellement incarcérés dans le pays, selon les données de l’ONG [Amnesty International] » rapporte l’AFP11. Quand cette interdiction de penser, d’exprimer des idées, de commenter la chose publique, prendra-t-elle donc fin ? Que restera-t-il comme force à ces journalistes, qui seront âgés respectivement de près de 70 ans, 80 ans et 50 ans pour le plus jeune d’entre eux, au sortir de 15 ans ou de 11 ans de camp et de maltraitance ? Leur engagement total pour la liberté d’expression fera-t-il des émules ?

Comme l’écrivait Pham Chi Dung dans une chanson écrite en détention peu avant Noël : “Le cachot ne peut emprisonner la volonté de liberté…” (“Ngục tối không giam cầm được ý chí tự do…”)12. En matière de droits humains, l’espoir du Viêt Nam réside dans ces paroles-là.

FG, 07/01/2021. MàJ 08/01/2021.

Photographie “à la une” : Inauguration de la fondation de l’Association des Journalistes Indépendant du Viêt-Nam à Hanoi le 04/07/2014. Source : Dien Dan / Forum

Notes

  1. Voir son portrait sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/35303 []
  2. Cf. “Nhà báo tự do Phạm Chí Dũng, Nguyễn Tường Thụy và Lê Hữu Minh Tuấn bị án tù”, BBC Vietnam, 05/01/2021 []
  3. Cf. Khanh Vu, “Vietnam : Lourdes peines de prisons pour des journalistes indépendants critiques du régime”, Reuters, 05/01/2021, version française Kate Entringer []
  4. Reuters, art. cit. []
  5. AFP, “Vietnam : trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti”, TV5 Monde, 05/01/2021 []
  6. AFP, art. cit. []
  7. Par exemple l’affaire des éditions Tri Thuc en octobre 2018, voir : “Letter of support for Pr. Chu Hao and NXB Tri Thuc, https://indomemoires.hypotheses.org/31650 []
  8. Cf. “Le Vietnam emprisonne la célèbre militante Pham Doan Trang”, https://indomemoires.hypotheses.org/36574 []
  9. Voir sur ce sujet notre article : “La constitution vietnamienne de 2013 confrontée au monde réel : choix pragmatique ou réflexe protectionniste ?”, https://indomemoires.hypotheses.org/12313 ; “Cùng Viết Hiến Pháp – Ecrivons ensemble la constitution : une initiative vietnamienne constructive”, https://indomemoires.hypotheses.org/7196 []
  10. Cf. VNA/CVN, “Trois hommes poursuivis pour propagande contre l’État”, Le Courrier du Vietnam, 05/01/2021 []
  11. “Vietnam : trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti”, art. cit. []
  12. Cf. “VNTB – Ngục tối không giam cầm được ý chí tự do”, Viêt Nam Thoi Bao, 07/01/2021 []

Décolonisations : du sang et des larmes [Documentaires France 2]

[ndlr] Diffusés le mardi 6 octobre sur France 2, cette série documentaire est disponible en ligne jusqu’au samedi 5 décembre 2020. A ne pas manquer.

“On écrit pas l’histoire avec une gomme”

La fracture (1931-1954)

Un film de Pascal Blanchard et David Korn-Brzoza. Réalisé par David Korn-Brzoza.

Résumé :

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, quarante territoires et près de 110 millions d’hommes et de femmes, placés depuis des années sous la domination de la France, se trouvent soudain désemparés. Les peuples colonisés ont soif d’émancipation. Les premières revendications se font pourtant entendre dès les années 30 alors que l’Empire colonial français est à son apogée. La France va tout faire pour conserver ses colonies et reste sourde. Elle va même entamer un cycle de répression pour faire perdurer le système de domination. Du Sénégal à l’Indochine en passant par Madagascar, l’Algérie, le Maroc et la Côte d’Ivoire, ce film lève le voile sur une page sombre de l’Histoire de la France, faite de sang et de larmes, et qui reste le dernier grand tabou.

URL : https://www.france.tv/france-2/decolonisations-du-sang-et-des-larmes/decolonisations-du-sang-et-des-larmes-saison-1/1974077-la-fracture-1931-1954.html


La rupture (1954-2017)

Résumé :

Après huit années de conflits meurtriers, l’Empire colonial français se fragilise peu à peu. La France est contrainte d’abandonner l’Indochine et ses comptoirs indiens. Les peuples colonisés y voient une lueur d’espoir et réalisent que la France peut-être vaincue. Les premières revendications d’indépendance se font entendre. Mais la France reste sourde. Alors qu’un vent de liberté commence à se répandre de l’Afrique aux Antilles en passant par l’océan indien et la Polynésie, un cycle de répression débute et la République répond par la force. Ce geste va nourrir des décennies de haine et de violence. Ce documentaire, réalisé, à partir d’images d’archives, donne la parole aux témoins de la décolonisation française, qui laisse encore aujourd’hui des traces profondes.

URL : https://www.france.tv/france-2/decolonisations-du-sang-et-des-larmes/decolonisations-du-sang-et-des-larmes-saison-1/1974075-la-rupture-1954-2017.html


Décolonisations : du sang et des larmes

Présenté par Julian Bugier

Julian Bugier poursuit le débat avec ses invités lors de cette soirée spéciale consacrée à la décolonisation française. Cette page sombre de l’histoire constitue le plus long conflit que la France ait connu au XXe siècle. Les traces qu’elle a laissée sont encore profondes aujourd’hui. En décidant de s’acharner pour conserver ses colonies, la France a nourrit des décennies de haines et de violences.


Lien vers la page de la série : https://www.france.tv/france-2/decolonisations-du-sang-et-des-larmes/

Historians of Asia on political violence – Colloque – Collège de France – 27 juin 2019

Colloque international organisé en collaboration avec Sanchit Kumar et avec le soutien de la Fondation Hugot du Collège de France.

Toutes les interventions se feront en anglais, sans traduction disponible.

Matin (9h – 12h30)

  • 9h Introduction générale : Anne CHENG, Collège de France
  • 9h15 “The state and violence: Perspectives from ancient India” Upinder SINGH, Ashoka University, Sonepat, Inde
  • 10h “Political theft and vandalism of images in India” Naman AHUJA, Jawaharlal Nehru University, Delhi

10h45 Pause

  • 11h “Japan in Asia: The practice of Pan-Asianism” Brij TANKHA, Institute of Chinese Studies, Delhi
  • 11h45 “Kakumei and harmony: Revolution in Japanese historiography and its central role in shaping national and regional identity (1868-1945)” Eddy DUFOURMONT, Université de Bordeaux-Montaigne

12h30 Pause déjeuner

Après-midi (14h – 18h)

  • 14h “Evolution and characteristics of Japanese and Sino-Taiwanese historiography of the Nanjing massacre (1937)” Arnaud NANTA, CNRS-IAO, Lyon
  • 14h45 “Okinawa in the eyes of Ota Masahide (1925-2017)” NAKAJIMA Takahiro, Université de Tokyo
  • 15h30 “The transnational origins of “revolutionary war”: A Sino-Vietnamese experiment in war communism during the First Indochina War (1945-54)” Christopher GOSCHA, Université du Québec à Montréal

16h15 Pause

  • 16h30 “Mao’s specific brand of political violence” Michel BONNIN, EHESS, Paris
  • 17h15 “State violence in post-Mao China: A multi-faceted phenomenon” Jean-Philippe BEJA, CNRS-CERI, Paris 18h
  • Discussion finale

Programme en ligne : Collège de France

Giới thiệu 150 hiện vật về giai đoạn “Cải cách ruộng đất 1946-1957”

[ndlr] Exposition exceptionnelle sur la “Réforme agraire de 1946-1957” présentée au Musée de l’histoire nationale à Hanoi de septembre à décembre 2014. Comme le précise le résumé ci-dessous deux étapes sont considérées : la situation de la paysannerie avant la réforme agraire, notamment avec la révolution d’août 1945, et la réforme en elle-même sur une période de onze ans. L’objectif est à la fois d’éduquer les jeunes générations sur ce sujet et de “renforcer la confiance du peuple envers le Parti et le gouvernement”, un objectif très politique, qui semble loin des préoccupations historiques soulevées par la radicalité de cette réforme et de son impact sur le long terme. A voir pour se faire une idée du traitement réservé à cette période clé de l’histoire de la RDVN (République Démocratique du Viêt-Nam).

CaiCachRuongDat1946-1957Présentation de 150 objets et documents liés à la période 1946-1957

(Cinet)- Từ tháng 9 đến tháng 12/2014, tại Bảo tàng Lịch sử quốc gia sẽ tổ chức trưng bày chuyên đề “Cải cách ruộng đất 1946-1957”.

Với diện tích trưng bày khoảng 230m2, công chúng sẽ có dịp tiếp cận trực tiếp với gần 150 hiện vật, tư liệu gốc, ảnh tư liệu lịch sử về cải cách ruộng đất đang được lưu giữ tại Bảo tàng Lịch sử quốc gia và các cơ quan lưu trữ, các bảo tàng ở Hà Nội và địa phương như: Cục Lưu trữ Văn phòng Trung ương Đảng, Văn phòng Chính phủ, Văn phòng Quốc hội, Trung tâm Lưu trữ Quốc gia I, II, III, Bảo tàng Hồ Chí Minh và bảo tàng các tỉnh Hưng Yên, Thái Nguyên, Nam Định, Thái Bình… Đây là những tư liệu, hiện vật quý hiếm, chứa đựng nhiều giá trị nội dung lịch sử và lần đầu tiên được đưa ra trưng bày, giới thiệu đến đông đảo công chúng trong khuôn khổ một trưng bày chuyên đề với qui mô lớn và được Bảo tàng Lịch sử quốc gia nghiên cứu nội dung, lựa chọn hiện vật kỹ lưỡng trong nhiều tháng qua.

Trưng bày chuyên đề “Cải cách ruộng đất 1946-1957” gồm 2 phần chính: Nông thôn Việt Nam trước cải cách ruộng đất và Cải cách ruộng đất 1946-1957. Trong đó có các nội dung chính như: tình hình ruộng đất trước cách mạng tháng Tám năm 1945; đời sống địa chủ phong kiến và nông dân trước cách mạng tháng Tám năm 1945; chủ trương của Đảng, Chính phủ về cải cách ruộng đất; cải cách ruộng đất; cửa chữa sai lầm và một số bài học kinh nghiệm; hoàn thành thắng lợi.

Trưng bày là một hoạt động thiết thực góp phần tuyên truyền, giáo dục cho đông đảo tầng lớp nhân dân, đặc biệt thế hệ trẻ nhận thức đúng hơn về cuộc cách mạng ruộng đất trong tiến trình cách mạng giải phóng dân tộc ở nước ta những năm 1946-1957. Qua đó củng cố niềm tin, niềm tự hào về Đảng, Chính Phủ và sự nghiệp cách mạng của nhân dân Việt Nam trong thời kỳ đổi mới, xây dựng và phát triển đất nước hiện nay.

BTV

See more at: Cinet, 05/09/2014.

Pour en savoir plus (en quelques images) :

* * *

DanOan_TrienLamCaiCachRuongDat
Manifestation de paysans contestataires, “indignés”, devant l’exposition sur la Réforme agraire en RDVN.

Pour suivre la polémique locale liée à cette exposition. Mise à jour du 12/09/2014.

Voir aussi les billets marqués CCRĐ publiés sur le Blog de Nguyen Xuan Dien

TIN HOT: ĐÓNG CỬA TRIỂN LÃM CẢI CÁCH RUỘNG ĐẤT (CẬP NHẬT LÚC NỬA ĐÊM)

Conférence : Fragments culturels et itinéraire personnel – Bérurier Noir et l’Asie

BxN_EmpereurTomato-Ketchup
Disque 45 t. en hommage à Shuji Terayama. Réédition 2013.

 

Bérurier Noir et l’Asie

Fragments culturels et itinéraire personnel

(1974-1989)

par François Guillemot

 

Cette conférence inédite sur le groupe Bérurier Noir s’attachera à présenter des aspects peu connus de la genèse du groupe alternatif des années 1980. En tant qu’ancien chanteur de cette formation, j’ai privilégié une perspective culturelle qui permet de mieux comprendre les sources d’inspiration des chansons et des thématiques portées par Bérurier Noir entre 1983 et 1989. Ce sera l’occasion de porter un regard à la fois introspectif et rétrospectif sur une aventure exceptionnelle de sept ans. La conférence s’articule autour de quatre temps forts :

  • L’apprentissage du nihilisme (1974-1979).
  • Dissidences occidentales en noir et blanc (1980-1984)
  • Le cirque mondial de la guerre (1985-1987)
  • Le sang rouge des illusions de Saigon à Tien An Men (1988-1989)

Le spectateur sera plongé dans un tourbillon d’actions débutant au lycée Paul Valéry (Paris 12e), se poursuivant dans la rue sur le Parvis Beaubourg, les squatts et l’Usine Pali-Kao, pour investir le Zénith de Paris le 3 mars 1988, le Québec par deux fois et finalement l’Olympia les 9, 10 et 11 novembre 1989 alors que tombe le mur de Berlin. Sur le plan culturel, ce voyage mènera l’auditoire du cinéma d’avant-garde japonais aux films politique européens, de la bande à Baader-Meinhof à l’association Actes Energie Perdue, de la boutique Harry Cover (aux Halles) au dojos de Karaté, du “No future” au “Yes future”, du noir & blanc à la couleur. L’épilogue rappellera brièvement la continuité décelable chez Molodoï (1990-1996), Les Anges Déchus (1999-2002) et l’ultime Déformation (2003-2006). La conférence sera suivie d’un débat.

Affiche_BxN_UQAM

 Cliquez sur l’affiche pour l’agrandir

BxN_Sampan
Disque 45 t. dédié à l’opération Sampan paru en 1988.

 

Annonce de la conférence sur le CHRS (Centre d’Histoire des Régulations Sociales) de l’UQAM.