Archives par mot-clé : violence policière

Hội Cựu Tù Nhân Lương Tâm Việt Nam : Báo cáo vi phạm nhân quyền Việt Nam 2015-2016

[ndlr] Rapport de l’Association des anciens prisonniers de conscience du Viêt-Nam sur trois années de répression (2014-2015-2016). Une analyse autour de 4 axes : harcèlement, répression, violences et arrestation. A lire sur le site de l’Association.

Réalisé par les anciens prisonniers d’opinion suivants : Le Dr. Nguyễn Đan Quế, le Père Phan Văn Lợi, le Vénérable Thích Không Tánh, l’agrégé Phạm Bá Hải, l’avocat Lê Công Định,  le journaliste indépendant Phạm Chí Dũng, les ingénieurs Lê Thăng Long et Phạm Văn Trội.

Selon cette organisation, il y a actuellement (en date du 27/02/2017) 66 prisonniers d’opinion en RSVN, purgeant des peines de prison de 20 mois (pour Can Thi Theu) à la réclusion à perpétuité (pour Phan Van Thu). Parmi ceux-ci on compte 28 prisonniers condamnés à des peines de 10 à 17 ans ; 21 à des peines de 3 à 9 ans et 15 dont les peines ne sont pas connues.

Source : http://fvpoc.org/

Image « à la une » : l’évolution de la répression de 2014 à 2016, en page 3 du rapport.

Répression d’une manifestation contre la pollution à Ninh Hòa, province de Khánh Hòa

[ndlr] Matinée du 12 août 2016, commune de Ninh Hoa, province de Khanh Hoa : répression d’une manifestation contre le projet de construction d’une usine de traitement de déchets dangereux. Séquences vidéographiques.

KHÁNH HÒA (CTM Media) – Người dân xã Ninh Hòa bảo vệ môi trường, phản đối nhà máy môi trường Khánh Hòa xây dựng nhà máy xử lý chất thải độc hại gần khu dân cư hôm nay đã đụng dộ với công an khi lực lượng này đến đàn áp dân.

Được biết từ ngày 4/8 sau khi được tin nhà máy xử lý rác thải nguy hại của Công ty môi trường Khánh Hòa hoạt động trở lại, hàng trăm người dân thị xã Ninh Hòa, tỉnh Khánh Hòa đã bỏ việc, tập trung đón chặn xe chở rác thải độc hại gây ô nhiễm đến đỏ tại đây. Theo người dân địa phương, hiện có 5 nguồn thải lớn nơi dân chúng sinh sống nên đã ô nhiễm rất nặng nề như các chất thải khác như nghĩa địa Ninh An, bãi rác Hòn Rọ, nhà máy trộn bêtông của Công ty Việt Đức và rất nhiều nhà máy khác, nay lại thêm nhà máy này nữa nên người dân lo ngại ở đây rồ sẽ “thành thành làng ung thư” nệ đứng ra tự bảo vệ.

Nguồn video Fb Nguyễn Chi Sương và Lê Khôi TV.

Source : CTM Media

Viêt-Nam : les prisonniers d’opinion torturés dans les prisons [Amnesty International]

[ndlr] Le nouveau rapport d’Amnesty International publié le 12 juillet 2016 sur les conditions de détentions des prisonniers d’opinion en République socialiste du Viêt-Nam. Accablant.

Dans le rapport « Des prisons à l’intérieur des prisons : la torture et les mauvais traitements des prisonniers d’opinion au Viêt-Nam », nous avons documenté les pratiques de disparition forcée, mise à l’isolement et torture contre les prisonniers d’opinion, dans ce pays considéré comme l’un des plus fermé au monde.

DES PRISONNIERS TORTURÉS POUR LEUR SOUTIRER DES AVEUX

Dar a passé 5 ans derrière les barreaux. Les 10 premiers mois de sa détention, ils les a passés à l’isolement dans une minuscule cellule, dans l’obscurité la plus complète et dans un silence total. Pendant les deux premiers mois, on est venu le chercher chaque jour pour l’interroger et le rouer de coups.

Les autorités lui ont infligé des décharges électriques, lui ont fait passer le long de sa jambe un morceau de papier enflammé, lui brûlant la peau. Ils l’ont contraint à supporter des positions inconfortables et douloureuses pendant huit heures d’affilée. Il a également été frappé à coups de bâton, de tube en caoutchouc, de poing et de pied.

Un jour, des policiers l’ont pendu par les bras au plafond pendant un quart d’heure et l’ont frappé. Plusieurs fois, des policiers, ivres semble-t-il, ont fait irruption dans sa cellule au beau milieu de la nuit pour le rouer de nouveau de coups.

Dar était emprisonné en raison de son appartenance ethnique.

De nombreux anciens prisonniers interrogés par Amnesty International ont indiqué que la torture et les mauvais traitements avaient été particulièrement violents durant leur détention provisoire, car les autorités voulaient leur arracher des « aveux ».

Lire la suite : Amnesty International, 12/07/2016.

Téléchargez le rapport (PDF) ci-dessous :

Des prisons à l’intérieur des prisons

Les cas présentés dans ce rapport illustrent le fossé qui existe au Viêt-Nam entre les promesses faites en public de mettre un terme à la torture et aux autres mauvais traitements et la réalité telle que la vivent les prisonniers d’opinion incarcérés dans les centres de détention et les prisons du pays.
Index AI : ASA 41/4187/2016
Date de publication : 12 juillet 2016

Cambodge : trois morts lors de la répression d’une manifestation [AFP / Le Monde]

[ndlr] L’information a rapidement fait le tour des agences de presse.

La police cambodgienne a ouvert le feu vendredi 3 janvier à Phnom Penh sur une manifestation d’ouvriers du textile, causant la mort d’au moins trois personnes, dernier épisode violent d’une mobilisation qui dure depuis des semaines pour réclamer des augmentations de salaires.

ManifestationCambodgeOuvriersTextile3-1-2014
Des travailleurs sont arrêtés par la police lors d’une manifestation le 3 janvier à Phnom Penh. © Reuters/Samrang Pring

Les tirs ont eu lieu alors que des milliers d’ouvriers bloquaient une route devant leur usine et que certains manifestants, armés de bâtons, de pierres et de cocktails Molotov, s’opposaient aux forces de l’ordre.

La police militaire a d’abord effectué des tirs de semonce avant d’ouvrir le feu directement sur les manifestants, selon un photographe de l’AFP. « Trois personnes sont mortes et deux ont été blessées », a déclaré à l’AFP Chuon Narin, commissaire adjoint de la police de Phnom Penh.

La mobilisation des ouvriers du textile, qui coïncide avec des manifestations de l’opposition réclamant le départ du premier ministre, Hun Sen, avait déjà conduit, en novembre 2013, à la mort d’une femme par balle.
« Cette fois, ils ont utilisé des fusils », a dénoncé Chan Soveth, du groupe de défense des droits de l’homme Adhoc, qui était sur place, assurant qu’une dizaine de manifestants avaient été grièvement blessés. […]

« Nous déplorons ces violences, que nous condamnons avec la plus grande vigueur, a déclaré vendredi à l’AFP le chef de l’opposition Sam Rainsy. C’est une tentative inacceptable de casser non pas seulement une grève ouvrière, mais (…) le mouvement ouvrier dans son ensemble. Et, derrière le mouvement ouvrier, de casser le mouvement démocratique qui est en train de se développer au Cambodge. »

Lire la suite : Le Monde, 03/01/2014.

Voir également :

* * *

Deadly Clash Erupt Between Cambodian Police and Striking Workers. The violence comes amid upheaval in Cambodia over the nation’s political future.

United States Commission on International Religious Freedom – Vietnam in the 2013 Annual Report

USCIRF-Logo[ndlr] Le rapport annuel de la Commission des Etats-Unis sur la liberté religieuse dans le monde vient d’être mis en ligne le 30 avril 2013. Le Viêt-Nam a été réinscrit sur la liste des pays concernés par les violations en matière de droits religieux. Le rapport pointe du doigt le rôle d’une force de police spécialisée dite « Police des religions » (Công An Tôn Giáo) pour réprimer les groupes religieux indépendants (bouddhistes, caodaïstes, Hoa Hao ou protestants) ou les jeunes catholiques.  Cette publication officielle est divulguée alors que 5 groupes religieux importants ont publiés ce 1er mai 2013 une « Déclaration commune » en faveur de la démocratie dans le cadre de la refonte de la constitution de 1992.

Présentation succincte du rapport de l’USCIRF ci-dessous. A lire sur le site de l’organisation.

EXECUTIVE SUMMARY

FINDINGS: The government of Vietnam continues to expand control over all religious activities, severely restrict independent religious practice, and repress individuals and religious groups it views as challenging its authority. Religious activity continues to grow in Vietnam and the government has made some important changes in the past decade in response to international attention, including from its designation as a “country of particular concern” (CPC). Nevertheless, authorities continue to imprison or detain individuals for reasons related to their religious activity or religious freedom advocacy; independent religious activity remains repressed; the government maintains a specialized police for dealing with religious groups; legal protections for government-approved religious organizations are subject to arbitrary or discriminatory interpretations based on political factors; and converts to ethnic-minority Protestantism and Catholicism face discrimination, intimidation, and pressure to renounce their faith.

Given these systematic, ongoing, and egregious violations, USCIRF recommends that Vietnam be designated as a Country of Particular Concern country. The Commission has recommended that Vietnam be named a CPC since 2001. The State Department did so in 2004 and 2005, but removed the designation in 2006 because of progress toward fulfilling a binding agreement.

In this reporting period, groups and individuals viewed as hostile to the Communist Party or that refuse government oversight were arrested, detained, and harassed. Vietnam also issued a revised decree on religion that expanded control over religious affairs. Government officials continued to target Catholic communities, including with destruction of properties, detentions, and arrests. Police used force against Catholic clergy engaged in religious activities and continue to restrict members of the Redemptorist Order. Independent Protestants and Catholics in the Central Highlands were detained, beaten, and arrested in an ongoing campaign to repress their activities. Hoa Hao activists were sentenced for documenting religious freedom violations. Independent Hoa Hoa congregations, Cao Dai and Khmer Buddhist temples, and United Buddhist Church of Vietnam (UBCV) pagodas faced harassment and restrictions. Human rights defender Le Quoc Quan was arrested and is being held without charge.

PRIORITY RECOMMENDATIONS: The U.S. government should use its diplomatic and political resources to advance religious freedom and related human rights in Vietnam. The United States should use the CPC designation to spur high level engagement and achieve measurable improvements. Overall, U.S. policy, programs, and public statements should support those in Vietnam peacefully seeking greater freedoms and the rule of law. USCIRF recommends that any expansion of U.S. economic or security assistance programs in Vietnam be linked with human rights progress and the creation of new and sustainable initiatives in religious freedom and programs in rule of law and civil society development. Additional recommendations and benchmarks for U.S. policy toward Vietnam can be found at the end of this chapter.

Click here to view USCIRF’s 2013 Annual Report (PDF)

Cambodian Activist Awarded for Work on Land Rights

Tep Vanny visits RFA in Washington, March 31, 2013. ® RFA
Tep Vanny visits RFA in Washington, March 31, 2013. ® RFA

Cambodian land rights activist Tep Vanny has received an international award for leading a battle against forced evictions with a vow to spare no efforts to win the freedom of a jailed fellow campaigner.

The housewife, who has been representing evicted residents from the Boeung Kak lake neighborhood in Phnom Penh which was razed to make way for a luxury residential development, was on Tuesday presented with the Leadership in Public Life Award by Vital Voices—a Washington-based organization which trains women leaders and social entrepreneurs.

“To me—just like other women in Boeung Kak who are suffering from forced evictions—this award is very meaningful,” Tep Vanny said during her acceptance speech at the award gala, which was also attended by U.S. Vice President Joe Biden and former Secretary of State Hillary Clinton.

“It means that the whole world has heard their voices and that the world is showing support for the Boeung Kak villagers. They don’t have to be alone anymore.”

She vowed to continue her demand for compensation for the more than 4,000 families who were relocated from the site since 2008 when Chinese-Cambodian company Shukaku Inc. grabbed their land and began draining the lake for commercial development.

“When I return I will continue my campaign,” she said, adding that 61 families are still holding out for a small parcel of land on the 133-hectare (330-acre) site.

Tep Vanny also vowed to continue seeking the freedom of Yorm Bopha, who was ordered jailed for three years for committing “intentional violence » in connection with the beating of a suspected thief. Human rights groups have said she was targeted for championing the right to housing for the Boeung Kak evictees.

“I hope that we will have a good result [in our fight] for Yorm Bopha,” she said.

Secretariat director of Cambodia’s Housing Rights Task Force Sia Phearum, who was invited to attend Tuesday’s reception, told RFA’s Khmer Service Wednesday that the award would “change the situation in Boeung Kak.”

“Even though it is a bit difficult for the government to accept, I hope that through Tep Vanny’s award … the government will be forced to recognize the truth and act to serve the people,” he said.

Sia Phearum said that during his visit to the U.S. he met with State Department officials and members of the New York-based Human Rights Watch to ask for their intervention in the Boueng Kak issue and to assist in obtaining Yorm Bopha’s release.

‘The reality in Cambodia’

On Monday, Tep Vanny sat down with RFA’s Khmer Service in Washington to discuss the situation of the Boeung Kak villagers, saying she believed that the award—and a tour in Europe last week to promote a related documentary film—would help bring international attention to the dispute.

« The world is monitoring this case,” she said. « Our struggle is no longer useless and we are no longer isolated like before.”

But she said she would not be satisfied until the government released Yorm Bopha, honored the land request of the remaining families at the site, and ended “widespread forced evictions” in Cambodia.

Tep Vanny said that she has been under constant surveillance by police in Cambodia and expressed frustration that the government would rather “threaten” her than listen to her concerns.

“Every time we submit petitions [to the government] for help, there are hundreds of police officers at the scene,” she said.

She said that she was saddened to have to speak negatively about her homeland while traveling abroad, “but this is the reality in Cambodia.”

“The government is killing us little by little … We are suffering rather than dying instantly.”

Reported by Sarada Taing and Samean Yun for RFA’s Khmer Service. Translated by Samean Yun. Written in English by Joshua Lipes.

Source : RFA, 03/04/2013

Tep Vanny during a protest © 2012 KI Media
Tep Vanny during a protest © 2012 KI Media

Nguyen Hoang Vi : une jeune blogueuse soutenue par l’IFEX

[ndlr] A la suite de l’ancienne policière devenue blogueuse Ta Phong Tan, une autre Vietnamienne a été sélectionnée cette année pour illustrer la journée internationale de lutte des femmes du 8 mars. Cette initiative, portée par l’organisation IFEX (International Day to End Impunity), a choisi de promouvoir le parcours de « Sept femmes championnes de la liberté d’expression ». Pour le Viêt-Nam, il s’agit de le jeune blogueuse Nguyen Hoang Vi (voir présentation traduite ci-dessous). Victime le 28 décembre 2012 d’une arrestation musclée en pleine rue et d’une humiliation physique dans un poste de Police de Ho Chi Minh-ville, la jeune blogueuse a porté plainte le 4 janvier 2013 contre le commissariat du quartier Nguyen Cu Trinh situé dans le 1er arrondissement de la ville.

NguyenHoangVi

Nguyen Hoang Vi a passé une grande partie de sa vie de jeune fille d’une vingtaine d’années sous la surveillance des agents de sécurité pour ses billets critiques sur le gouvernement postés sur son blog. Peu de temps après que nous l’ayons sélectionné, elle a été détenue à proximité du palais de justice où elle espérait assister à l’appel de trois blogueurs emprisonnés sur des accusations de propagande contre l’État. Pendant sa détention, elle a été agressée sexuellement par la police et les infirmières de l’État.

En parlant de son calvaire, Vi s’est exprimée ainsi : « Nous ne pouvons pas laisser la peur nous paralyser. Nous devons trouver au plus profond de nos cœurs de quoi pardonner tout ce qu’ils nous font à nous et notre corps. Mais pardonner ce n’est pas accepter. Nous devons leur faire savoir que ce que nous faisons n’est pas fondé sur la haine personnelle de nos persécuteurs, il s’agit de protéger nos droits universels, qui leur appartiennent aussi bien qu’à nous « .

Source : Gallery: Seven women free expression champions (traduction de Mémoires d’Indochine).

* * *

Mauvaise humeur : « Dien Bien Phu aérien, économique ou autoritaire ? »

A police officer blocks photographers at an anti-China protest in front of Hanoi’s Opera House on July 22. (Reuters/Nguyen Lan Thang)

Entre propagande commémorative et réponses concrètes à apporter aux exigences économiques, les dirigeants de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) promettent un nouveau tour de vis autoritaire pour 2013.

En 2005, le général Vo Nguyen Giap souhaitait à ses dirigeants de remporter un Dien Bien Phu économique pour sortir son pays de la misère [1]. Avec une croissance « en berne à 5% », les autorités communistes ont préféré terminer l’année 2012 par une série de commémorations à la « victoire du Dien Bien Phu aérien » de 1972 [2]. Cependant cette fièvre commémorative qui coûte cher aux citoyens en énerve plus d’un au sein d’une société frappée par la crise, même chez les vétérans comme le rapporte l’article de Libération du 23 décembre 2012 [3]. Et il n’est pas sûr que la « reconnaissance éternelle » du Viêt-Nam (exprimée par le vice-Premier ministre Nguyen Thien Nhan) envers la Chine et l’URSS pour son soutien militaire et financier pendant la guerre n’apaise l’agacement de la population en ces temps de crispation idéologique [4].

Il est vrai que le million de jeunes qui entrent chaque année sur le marché du travail n’a pas connu la guerre et trouve difficilement sa place dans une société minée par la corruption (classée 123e sur 176 pays selon Transparency International). Entre une légitimité issue de la guerre de réunification martelée par les autorités communistes – légitimité surtout assurée par le redressement économique initié par la politique du Renouveau (décembre 1986) – et la réalité économique d’une économie de marché « à orientation socialiste » en fort ralentissement, le pouvoir devra faire des choix en 2013. Le problème reste que l’économie vietnamienne ne sert aujourd’hui que les intérêts d’une nomenklatura vorace et non ceux du peuple [5].

Le sobre Mea culpa du Premier ministre Nguyen Tan Dung en septembre pour sa mauvaise gestion économique a été remplacé en ce début 2013 par des menaces directes et ciblées contre la blogosphère, contre la formation d’une éventuelle opposition (qui ne pourrait être qu’illégale) et enfin contre tous ceux (en particulier les journalistes, voir le cas de Hoang Khuong) qui désireraient dépeindre l’Etat-Parti sous un angle négatif [6]. Ce haro sur les blogueurs et net-citoyens qui passent à tour de rôle devant le Tribunal du peuple avant d’être incarcérés pour des années prend une dimension dramatique. C’est ce que démontre l’humiliation subie par la jeune blogueuse Nguyen Hoang Vi violentée dans un commissariat de Ho Chi Minh-Ville [7]. Cette courageuse jeune mère de 21 ans a décidé de porter plainte contre ce poste de la Sécurité publique [8]. Dans le même temps, le PCV vient de lancer une grande consultation populaire pour amender la constitution que le blog des Citoyens-Journalistes a parfaitement illustré (ci-dessous).

Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du PCV déclare :
« Sous le contrôle de l’armée et de la police, chers compatriotes soyez à l’aise pour contribuer à la révision de la constitution… »
Dessin PHO (Danlambao)

Sur le plan régional, les tensions répétées en Mer de Chine méridionale, la Mer de l’Est pour les Vietnamiens, continuent de faire de grosses vagues… La République Populaire de Chine, dans le déni de sa politique de fait accompli, fait désormais la leçon au Viêt-Nam sur ses médias officiels [9]. Elle l’invite, dans son propre intérêt, à arrêter ses « pitreries » de mauvais élève. S’octroyant le (nouveau) rôle de porte-parole du gouvernement et du peuple vietnamien, le général Nguyen Chi Vinh conseille à tous ceux qui seraient tentés de le faire de nouveau cette année de ne plus manifester contre la Chine [10]. Le ministère des Affaires étrangères vietnamien n’a plus son mot à dire ? Les cadres du parti et de l’armée populaire n’ont qu’à bien se tenir, « l’auto-évolution » (tự diễn biến) et « l’auto-transformation » (tự chuyển hóa) sont des syndromes formellement décrits comme présentant un risque incalculable pour la survie du PCV [11]. Les 100 intellectuels signataires de « l’Appel pour la protection des Droits de l’homme selon la Constitution au Viêt-Nam » du 28 décembre 2012 comprendront-ils le message ? [12] En 2013, plus de « pitreries vexatoires » envers la Chine, une « auto-évolution » en berne, pas d’opposition à l’Etat-Parti, pas d’attaques insensées contre la corruption de haut vol s’il vous plait. En RSVN, il n’y a décidément que des victoires à fêter.

FG, 05/01/2013

 

Notes

[1] Voir Richard Pétris, « Entretien avec le général Vo Nguyen Giap : ‘J’ai fait la guerre, mais c’était pour la paix’ », juillet 2005.

[2] Voir les dépêches de l’AVI (Agence vietnamienne d’information) sur le site Vietnam + : « Célébration de la victoire de  »Hanoi-Dien Bien Phu aérien », 29/12/2012 ; et pour ceux qui auraient oublié cette « épopée du XXe siècle » : « Ce que signifie “Diên Biên Phu aérien” », 25/12/2012.

[3] « Vietnam: le régime commémore la guerre, le pays attend la croissance », Libération, 23/12/2012. Voir également : Bruno Philip, « Le Vietnam enregistre sa plus faible croissance depuis treize ans », Le Monde économie, 25/12/2012.

[4] AVI, « Le Vietnam reconnaissant envers l’aide russe, chinoise », 28/12/2012.

[5] Voir les propos cinglants de l’économiste Nguyễn Xuân Nghĩa sur RFA : « Việt Nam đi hết chu kỳ » [Le Viêt-Nam a la fin d’un cycle], entretien avec Vũ Hoàng, RFA, 26/12/2012.

[6] Voir : « ‘Không để hình thành tổ chức chống phá’ » [Il ne faut pas laisser se former une organisation protestataire], VN Express, 18/12/2012 ; Khanh An, « Chống và chặn “đối lập” » [Contrer et bloquer ‘l’opposition’], RFA, 21/12/2012 et l’analyse de Mặc Lâm après les propos du Premier ministre au congrès de la Sécurité publique, « “Tổ chức đối lập chính trị” sao lại là tội phạm? » [‘Organiser l’opposition politique’ pourquoi serait-ce un crime ?], RFA, 18/12/2012.

[7] Voir son récit traduit sur le Blog Dân Làm Báo (Les citoyens-journalistes) : Nguyen Hoang Vi, « What happened on the day of the Appeal Hearing for the members of The Free Journalist Network », 05/01/2013, traduction de Hai Tran. Le site du parti Viet Tan en propose une traduction française : « Une blogueuse victime d’agression sexuelle au poste de police », 28/12/2012.

[8] Voir : « Blogger Nguyễn Hoàng Vi tố cáo công an vi phạm pháp luật », VNRs (Vietnamese Redemptorists’ News), 04/01/2013.

[9] Voir la dépêche de l’agence officielle Xinhua : « La Chine profondément préoccupée par une loi maritime du Vietnam », Le Quotidien du Peuple en ligne, 01/01/2013 et comme cadeau de Noël cet article en trois volets : « Que le Vietnam cesse ses pitreries vexatoires en Mer de Chine Méridionale ! », Le Quotidien du Peuple en ligne, 25/12/2012.

[10] Voir l’analyse des propos du général Nguyen Chi Vinh par Mac Lam, « Biểu tình chống Trung Quốc tại sao lại không nên? » [Manifestations anti-chinoises, pourquoi on ne devrait pas], RFA, 04/01/2013.

[11] Voir « “Tự diễn biến”, “tự chuyển hóa” là có thật và nguy hiểm khôn lường » [‘L’auto-évolution’, ‘l’auto-transformation’, sont réels et dangereusement incalculables], Tạp chí Cộng sản online, 28/12/2012.

[12] Mặc Lâm, « Trí thức Việt Nam lại lên tiếng » [Les intellectuels du Viêt-Nam redonnent de la voix], RFA, 28/12/2012.