Archives par mot-clé : violence de guerre

Christopher Goscha – The Road to Dien Bien Phu: A History of the First War for Vietnam

A ne pas manquer ! La guerre d’Indochine telle qu’elle fut. Présentation de l’éditeur.

Résumé :

On May 7, 1954, when the bullets stopped and the air stilled in Dien Bien Phu, there was no doubt that Vietnam could fight a mighty colonial power and win. After nearly a decade of struggle, a nation forged in the crucible of war had achieved a victory undreamed of by any other national liberation movement. The Road to Dien Bien Phu tells the story of how Ho Chi Minh turned a ragtag guerrilla army into a modern fighting force capable of bringing down the formidable French army.

Taking readers from the outbreak of fighting in 1945 to the epic battle at Dien Bien Phu, Christopher Goscha shows how Ho transformed Vietnam from a decentralized guerrilla state based in the countryside to a single-party communist state shaped by a specific form of “War Communism.” Goscha discusses how the Vietnamese operated both states through economics, trade, policing, information gathering, and communications technology. He challenges the wisdom of counterinsurgency methods developed by the French and still used by the Americans today, and explains why the First Indochina War was arguably the most brutal war of decolonization in the twentieth century, killing a million Vietnamese, most of them civilians.

Panoramic in scope, The Road to Dien Bien Phu transforms our understanding of this conflict and the one the United States would later enter, and sheds new light on communist warfare and statecraft in East Asia today.

Source : https://press.princeton.edu/books/hardcover/9780691180168/the-road-to-dien-bien-phu


C. Goscha : La guerre de décolonisation la plus violente du XXe siècle ? (L’Histoire, n°499)

A lire dans le magazine L’Histoire, numéro 499 : une nouvelle analyse de l’historien Christopher Goscha sur la guerre d’Indochine et sa violence multiforme (1945-1954).

Les exactions commises par l’armée française contre les populations civiles en Indochine restent largement méconnues. Bombardements au napalm, massacres de civils, déshumanisation de l’adversaire : la spirale de la violence n’a pas commencé avec les Américains.

Lien : https://www.lhistoire.fr/la-guerre-de-d%C3%A9colonisation-la-plus-violente-du-xxe-si%C3%A8cle (article pour abonné.es)


Image “à la une” : Prisonniers de l’Armée populaire du Viêt Nam, bataille de Diên Biên Phu. Source : http://dienbienphuredstarminiatures.blogspot.com/2014/06/dien-bien-phu-some-pictures-in-memory.html © DR

La violence politique vue par les historiens… collège de France – jeudi 23 juin 2022

Journée d’étude au Collège de France. A ne pas manquer.

Deux chercheurs de l’Institut d’Asie Orientale (IAO) à Lyon participent au colloque organisé conjointement par le Pr. Anne Cheng et le Pr. Henry Laurens.

Jeudi 23 Juin 2022
Collège de France – Amphithéâtre Guillaume Budé, 11 place Marcelin-Berthelot, 75005 Paris

  • François Guillemot, “Viêt Nam, de la guerre du peuple à la guerre civile révolutionnaire : pratiques polémologiques”
  • Arnaud Nanta, “Les sources primaires des officiers japonais lors du massacre de Nankin : construction du fonds, typologie, débats”

Présentation en ligne : https://www.college-de-france.fr/site/anne-cheng/symposium-2021-2022.htm

Programme en ligne : https://www.college-de-france.fr/media/anne-cheng/UPL2109539299766013963_AFF_Cheng_Laurens_21_22.pdf


François Guillemot, “Viêt Nam, de la guerre du peuple à la guerre civile révolutionnaire : pratiques polémologiques”

Retour vers le nord (RDVN) des prisonniers de guerre, la pancarte dit “Retourner chez les communistes c’est se suicider”.

Résumé :

La guerre du Viêt-Nam, conflit emblématique du XXe siècle, a mis à rude épreuve sa population à travers une guerre civile de 30 ans entre 1945 et 1975. Mais que sait-on finalement des pratiques polémologiques de cette guerre d’unification aux multiples strates ? Notre intervention questionnera la catégorie “guerre civile” et les violences de guerre dans le cadre du conflit vietnamien entre 1945 et 1975. Il s’agira de comprendre comment “la guerre du peuple”, théorisée par le général Vo Nguyên Giap dans un ouvrage célèbre, se transforme peu à peu en “guerre civile révolutionnaire” au Sud dans le contexte de la guerre froide, de la rupture sino-soviétique et du communisme de guerre. Avec la primauté donnée à la “violence révolutionnaire”, nous avançons l’idée que deux polémologies se sont concurrencées et croisées pour le leadership de la conduite et des modalités de la guerre. Ce glissement vers la stratégie de la lutte à outrance ne fut pas sans conséquences pour le coût général du conflit et questionne encore aujourd’hui la réconciliation nationale. Invisible dans l’historiographie officielle, le concept de “guerre civile” est peu à peu admis par les historiens vietnamiens à l’intérieur du pays alors qu’il apparaît comme une évidence dès les années soixante pour les intellectuels et artistes de la défunte République du Viêt-Nam (1955-1975).

Pour écouter la conférence :

Shawn F. McHale: The First Vietnam War. Violence, Sovereignty, and the Fracture of the South, 1945–1956 [parution]

Une nouvelle étude sur la partie méridionale du Viêt-Nam, de la Cochinchine à l’avènement de la Première République du Viêt Nam (Sud, 1955-1963). Un ouvrage clé proposant une nouvelle histoire de la guerre de résistance, à ne pas manquer. Présentation de l’éditeur.

Shawn McHale explores why the communist-led Resistance in Vietnam won the anticolonial war against France (1945–54), except in the South. He shows how broad swaths of Vietnamese people were uneasily united in 1945 under the Viet Minh Resistance banner, all opposing the French attempt to reclaim control of the country. By 1947, Resistance unity had shattered and Khmer-Vietnamese ethnic violence had divided the Mekong Delta. From this point on, the war in the south turned into an overt civil war wrapped up in a war against France. Based on extensive archival research in four countries and in three languages, this is the first substantive English-language book focused on southern Vietnam’s transition from colonialism to independence.

Shawn F. McHale is Associate Professor of History and International Affairs, George Washington University. His first book, Print and Power: Confucianism, Communism, and Buddhism in the Making of Modern Vietnam (University of Hawaii Press, 2004), was a finalist for the Benda Prize in Southeast Asian Studies.

Source : https://www.cambridge.org/fr/academic/subjects/history/south-east-asian-history/first-vietnam-war

Historians of Asia on political violence – Colloque – Collège de France – 27 juin 2019

Colloque international organisé en collaboration avec Sanchit Kumar et avec le soutien de la Fondation Hugot du Collège de France.

Toutes les interventions se feront en anglais, sans traduction disponible.

Matin (9h – 12h30)

  • 9h Introduction générale : Anne CHENG, Collège de France
  • 9h15 “The state and violence: Perspectives from ancient India” Upinder SINGH, Ashoka University, Sonepat, Inde
  • 10h “Political theft and vandalism of images in India” Naman AHUJA, Jawaharlal Nehru University, Delhi

10h45 Pause

  • 11h “Japan in Asia: The practice of Pan-Asianism” Brij TANKHA, Institute of Chinese Studies, Delhi
  • 11h45 “Kakumei and harmony: Revolution in Japanese historiography and its central role in shaping national and regional identity (1868-1945)” Eddy DUFOURMONT, Université de Bordeaux-Montaigne

12h30 Pause déjeuner

Après-midi (14h – 18h)

  • 14h “Evolution and characteristics of Japanese and Sino-Taiwanese historiography of the Nanjing massacre (1937)” Arnaud NANTA, CNRS-IAO, Lyon
  • 14h45 “Okinawa in the eyes of Ota Masahide (1925-2017)” NAKAJIMA Takahiro, Université de Tokyo
  • 15h30 “The transnational origins of “revolutionary war”: A Sino-Vietnamese experiment in war communism during the First Indochina War (1945-54)” Christopher GOSCHA, Université du Québec à Montréal

16h15 Pause

  • 16h30 “Mao’s specific brand of political violence” Michel BONNIN, EHESS, Paris
  • 17h15 “State violence in post-Mao China: A multi-faceted phenomenon” Jean-Philippe BEJA, CNRS-CERI, Paris 18h
  • Discussion finale

Programme en ligne : Collège de France

François Guillemot : La guerre civile au Viêt-Nam, approche polémologique et pratique révolutionnaire

[ndlr] Communication de François Guillemot dans le séminaire de l’ERC : Social Dynamics of Civil Wars.

La prochaine séance du séminaire “Social Dynamics of Civil Wars” aura lieu :

Le mercredi 21 novembre 2018 de 18h à 20h  

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Centre Broca 

21 rue Broca, 75005 Paris

Bâtiment A / salle 701 / 7ème étage

Nous aurons le plaisir d’accueillir François Guillemot, ingénieur de recherche CNRS à l’Institut d’Asie Orientale (ENS Lyon), pour une intervention intitulée :

La guerre civile au Viêt-Nam, approche polémologique et pratique révolutionnaire”.

Résumé :

L’intervention de François Guillemot questionnera à travers deux textes inédits la catégorie “guerre civile” confrontée à l’expérience vietnamienne entre 1945 et 1975. La plus grande partie de sa communication vise à expliquer comment la “guerre du peuple”, théorisée par le général Vo Nguyên Giap, se transforme en “guerre civile révolutionnaire” au Sud dans le contexte de la Guerre froide, de la rupture sino-soviétique et du communisme de guerre sous l’égide de Lê Duân. Ainsi, deux polémologies se sont concurrencées et croisées pour le leadership de la conduite et des modalités de la guerre. La stratégie de la lutte à outrance ne fut pas sans conséquences pour le coût général du conflit et questionne encore aujourd’hui la réconciliation nationale. Invisible dans l’historiographie officielle, le concept de “guerre civile” est peu à peu admis par les historiens vietnamiens à l’intérieur du pays alors qu’il apparaît comme une évidence dès les années soixante pour les intellectuels et artistes de la République du Viêt-Nam (1955-1975). Pour illustrer son propos, François Guillemot évoquera la pratique des “Biêt Dông”, les commandos urbains vietnamiens dans la “guerre civile révolutionnaire” au sud. Une discussion générale suivra cette communication qui s’inscrit dans le cadre de l’ERC “Dynamiques sociales de la guerre civile” (Social Dynamics of Civil Wars) portée par Gilles Dorronsoro.

  • Ouvrage cité : François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, Poche / Sciences humaines et sociales, 2018.

Image “à la une” :  Echange de prisonniers vietnamiens entre le Nord et le Sud, Bien Hoa 1973. La pancarte dit : “Retourner chez les communistes s’est se suicider”. Source : Manh Hai

Lan Cao : Vietnam Wasn’t Just an American War [NYT]

[ndlr] Nouvel article sur la guerre, une perspective du côté vietnamien sous la plume de l’écrivaine Lan Cao.

More than 40 years after its end, the Vietnam War remains, for Americans, essentially an American experience, or more accurately, an American metaphor. The continuing American inability and unwillingness to include the Vietnamese perspective also speaks volumes about how the United States relates to the rest of the world. Americans want to be understood but rarely want to understand others.

Hollywood movies have been particularly powerful in shaping America’s Vietnam War narrative. The story line may change, but the backdrop is the same. Chaos, not just wartime chaos, not just the proverbial “war is hell” chaos, but its Asiatic variant — with the inscrutable and unknowable always lurking and pouncing upon the naïve American protagonist. Predictably, as in “Apocalypse Now,” there were fetid rivers, torrid jungles and impassive brown faces as backdrops to an American soldier’s odyssey through the heart of darkness that is Vietnam.

The overarching theme was Vietnam’s meaninglessness and what it did to Americans and America. There was always the tortured, psychologically unglued Vietnam veteran like the one in “The Deer Hunter.” Metaphor takes over as American prisoners of war were forced to endure Russian roulette, a supposedly popular game played in back alleys by natives who seemingly have little value for life. Whether this game existed was irrelevant. It served to symbolize the brutality of war and the lunacies of this particular war.

Lire la suite : New York Times, 22/03/1967.

Ouvrage de cette auteure :

Image “à la une” : Soldats sud-vietnamiens lors d’un engagement contre les troupes nord-vietnamiennes près de Khê Sanh © 1971 UPI radio by Willie Vicoy