Archives par mot-clé : violence

Halte à la violence : Appel à manifester le 4 septembre 2016

[ndlr] Mémoires d’Indochine relaie l’appel du Comité Sécurité pour Tous créé pour que cesse la violence à la suite du décès de Mr. Zhang début août.

SécuritéPourTous

Un climat de peur et d’insécurité s’est installé depuis des années et est de plus en plus oppressant, en particulier dans les villes d’Aubervilliers, la Courneuve et Pantin ! Des alertes ont été données, des plaintes ont été déposées, les agressions n’ont pas diminué, nos revendications ont été vaines.

Comment au 21ème siècle, peut-on laisser les délinquants voler, agresser, violer et tuer son prochain sans être inquiétés par la Justice ? Comment la France, le pays des droits de l’homme, peut-il fermer les yeux face au racisme anti-asiatique, et au racisme d’une manière générale ?

Que vous soyez salariés, commerçants, migrants, chômeurs, parents, enfants, de passage pour le tourisme ou les affaires, VOUS ÊTES TOUS CONCERNÉS PAR L’INSÉCURITÉ !

Vous avez déjà été victime d’agression raciste ou vous ne l’avez jamais été ? Cela peut se produire ou se reproduire si vous ne réclamez pas votre DROIT A LA SÉCURITÉ !

Rassemblons-nous le 4 septembre 2016 pour revendiquer ce droit et exprimer notre colère face au racisme.

Lire l’ensemble du texte : Manifestation du 4 septembre 2016

Page Facebook

Pour en savoir plus :

Expéditions punitives antichinoises sur fond de frustrations vietnamiennes

BinhDuong_NguoiKichDong4Les événements violents de ces derniers jours ont démontré que les autorités vietnamiennes en jouant la carte du nationalisme officiel ont été débordées par des forces de contestations populaires plus ou moins organisées par les « classes dangereuses » ou marginales de la société vietnamienne. Ces événements graves et meurtriers obligent la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) à revoir sa stratégie pour faire face à l’expansionnisme chinois. Dépourvue d’un soutien international clair, sa marge de manœuvre semble pour l’heure très étroite. Retour sur une semaine agitée qui doit se terminer demain 18 mai 2014 par de nouvelles manifestations dans tout le pays. L’affaire n’est donc pas close.

De façon prévisible, la Chine a haussé le ton après la bagarre meurtrière qui opposa ouvriers chinois et vietnamiens le soir du mercredi 14 mai dans le parc industriel de Vũng Áng dans la province de Hà Tĩnh [1]. Ce qui s’est déroulé ce jour là n’est pas encore clairement établi et les données sur le nombre de morts restent sujettes à caution. L’agence Reuters évoquait le 15 mai un total de 21 victimes tandis que d’autres sources chinoises rapportaient qu’au minimum deux Chinois étaient décédés et huit autres étaient portés disparus au cours de ces affrontements très violents [2]. Lors d’un point presse (pour reprendre les termes officiels) tenu le jeudi 15 mai, l’ampleur de l’affrontement a été soulignée :

« Selon les autorités provinciales, un conflit a opposé 5.000 manifestants vietnamiens à 1.000 experts, travailleurs et forces de surveillance chinois du chantier du projet Formosa » [3].

A la suite duquel 76 personnes ont été arrêtées. On dénombre 149 blessés et d’importants dégâts liés aux dortoirs incendiés et aux destructions ou vols de matériel du projet Formosa [4]. Selon Reuters, le Formosa Plastics Group est le premier investisseur taïwanais au Viêt-Nam et son usine sidérurgique usine, « qui doit être achevée en 2017, sera la plus grande installation sidérurgique d’Asie du Sud-Est » [5]. Autant dire que cela pèse dans le redressement économique du Viêt-Nam.

Slogan antichinois sur un camion réquisitionné © 2014 VN Express
Slogan antichinois sur un camion réquisitionné © 2014 VN Express

Le jour d’avant, le mardi 13 mai, la zone industrielle de Binh Duong à proximité d’Ho Chi Minh-Ville et qui regroupe de nombreuses sociétés chinoises s’enflammait. A l’issue d’une manifestation violente de milliers d’ouvriers vietnamiens, de très nombreux dégâts furent constatés pour un bilan financier et humain qui reste à évaluer [6]. Les explosions de violence de cette ampleur contre des biens assimilés à la Chine ou contre des ressortissants chinois sans distinction sont des faits rares et inédits au Viêt-Nam depuis au moins plusieurs décennies. Ils ont provoqué le départ quasi immédiat de plusieurs centaines de citoyens chinois vers le Cambodge [7].

De fait, ces deux manifestations violentes soulèvent aujourd’hui l’indignation mais aussi de nombreuses questions. La presse officielle a évoqué la présence d’éléments perturbateurs extérieurs au monde ouvrier lors des manifestation de Binh Duong. En particulier, le Người Lao Động [Le Travailleur] soulignait, dans ses éditions des 16 et 17 mai, l’organisation dont avait pu bénéficier une telle vague de destructions en mettant en avant l’implication de gangs organisés de plusieurs centaines d’individus. Le 16 mai, après l’arrestation de plus de 800 personnes, la police confirmait que parmi elles se trouvaient de nombreux voyous déjà présents sur la liste noire des services de police et résidant à proximité de la zone industrielle [8]. Une fois de plus, la RSVN découvre donc ses extrémistes, ses casseurs, sa racaille, ses gangs organisés mobiles. Elle découvre les « Bình Xuyên » des temps actuels et devrait garder en mémoire que l’on peut être à la fois voyou et patriote au Viêt-Nam.

Les Binh Xuyen des temps actuels ? © 2014 Bao Dong Nai
Les Binh Xuyen des temps actuels ? © 2014 Bao Dong Nai

Les internautes, observateurs scrupuleux de ces événements, et ceux qui participèrent directement aux manifestations vont plus loin que l’analyse officielle. Deux pistes, pouvant paraître excessives, sont soulevées mais qui démontrent qu’une enquête sérieuse doit être conduite. D’une part, un certain nombre d’internautes ou de Facebookers ont constaté les agissements troublants de groupes de manifestants [9]. Pour eux, il s’agissait de policiers en civils chargés de mettre le feu aux poudres. Ce serait donc une provocation et une manipulation. Dans quel but ? Discréditer les manifestations de rue non contrôlées par le pouvoir afin de prévenir tous les éventuels dérapages antigouvernementaux qui pourraient poindre leur nez les prochaines semaines. En clair, permettre la Sécurité publique (Công An) de poursuivre son travail de sape en direction des associations contestataires [10]. Le but ultime étant de garder le contrôle sur les manifestants et sur les slogans dans un sens favorable à l’Etat-Parti vietnamien [11].

BinhDuong_NguoiKichDong
Un manifestant armé d’un bâton appelant à investir les lieux d’une compagnie chinoise à Binh Duong © 2014 Tuan Khanh

De son côté, le journaliste Nguyen Quoc Thai a émis une autre hypothèse, relayée sur la toile, sans y apporter réellement de fondement. Pour lui, la main des services spéciaux chinois pourrait se trouver derrière ces débordements [12]. Dans quel but également ? La violence contre des ouvriers et des biens chinois permettrait d’alimenter le discours de la Chine pour stigmatiser l’impuissance de la RSVN à maîtriser sa course au nationalisme antichinois. Pourtant, malgré la gravité des faits dénoncés par l’agence chinoise Xinhua, la rupture entre les deux parties n’est pas à l’ordre du jour. En octobre dernier à Hanoi, les deux pays avaient même « convenu d’élever le niveau de la coopération bilatérale ». Voici ce que dit à ce propos l’agence officielle chinoise dans un style plutôt modéré :

En ce qui concerne l’impasse en mer de Chine méridionale, Hanoï devrait exercer un maximum de retenue et éviter de prendre des mesures qui pourraient aggraver la situation. Les canaux de discussion et de négociation sont toujours ouverts entre les deux pays, et il est grand temps de les utiliser [13].

S’il s’agit plutôt d’exactions organisées et provoquées par des gangs criminels comme le suppose le journal Người Lao Động (et aujourd’hui d’autres quotidiens en ligne), on peut se poser des questions sur l’attitude de la police. Comment est-ce possible qu’elle n’ait pas été informée qu’un coup de cet ampleur se préparait alors qu’elle dispose de nombreux indicateurs au sein de ces organisations ?

Destruction de biens et pillage. Un manifestant à l'action © 2014 Tuan Khanh
Destruction de biens et pillage. Un manifestant à l’action © 2014 Tuan Khanh

Ces trois hypothèses – gangs de banlieue, flics en civil ou agents téléguidés chinois – pour expliquer les dérapages violents des ces derniers jours sont difficiles à déterminer. Il est peu probable, compte-tenu du manque de liberté de presse et d’autonomie des médias, que la lumière complète soit faite sur ces événements. La nature du régime va dans le sens d’une version officielle validée qui doit être répercutée à tous les échelons. Quelle sera cette version ? Y en aura-t-il seulement une ? Ou plus probablement, les événements seront rapidement évacués des médias pour laisser place au nationalisme officiel dont l’objectif est de rassembler comme un bloc toute le peuple derrière son gouvernement que le slogan « đồng lòng với chính phủ » (« de tout cœur avec le gouvernement ») illustre parfaitement.

Quoiqu’il en soit ces événements tragiques soulignent la frustration qui habite le peuple vietnamien envers le grand frère chinois, assimilé depuis des années à un capitaliste outrancier doublé d’un impérialiste sans vergogne. Depuis plusieurs années déjà les conversations de type « café du commerce » sur la présence chinoise affichaient ouvertement le ressentiment des couches populaires. Les événements de Binh Duong et ceux plus graves de Ha Tinh sont assimilables à des expéditions punitives de bas niveau pour évacuer cette frustration accumulée depuis près d’une dizaine d’années et reposant sur une mystique antichinoise ancrée dans les mentalités et portée par l’histoire ancienne. Le déficit de communication du gouvernement voire le secret entretenu sur ses propres relations avec les réseaux politiques et d’affaires chinois participèrent de ce ras-le-bol. A ce titre, il paraît peu probable que le gouvernement vietnamien n’ait eu aucune information en amont en provenance de la Sécurité militaire du ministère de la Défense sur l’installation d’une plateforme d’une telle ampleur dans ses eaux. Si elle est sincère chez bon nombre de patriotes, l’indignation soudaine des hauts dirigeants apparaît un peu surfaite.

Violences à Vung Ang © 2014 Dan Luan
Violences à Vung Ang © 2014 Dan Luan

L’Etat-Parti tente de sauver aujourd’hui la mise en se positionnant comme l’interlocuteur unique et crédible pour répondre du fait accompli chinois en Mer de Chine méridionale. Or, l’histoire récente entre les deux pays démontre qu’au cours du XXe siècle le Vietnam communiste était plus préoccupé par la mise en place de sa révolution socialiste autoritaire sur l’ensemble du pays que de préserver l’intégrité de son espace maritime. La Chine maoïste fut le modèle absolu de Truong Chinh, Le Duan ou de Le Duc Tho, bref de ceux qui dirigèrent le Nord Viêt-Nam depuis 1954. Alors que la Chine décollectivisait après la mort de Mao, le Viêt-Nam réunifié (RSVN) se lançait dans une collectivisation ratée et coûteuse du Sud tout en observant avec perplexité mais sans doute une admiration cachée la réforme chinoise et les fruits de sa réussite.

Les choses ont évolué depuis les années 2000 avec les attaques répétées de la Chine contre des marins vietnamiens qui ont soulevé l’indignation de la presse. Rappelons à cette occasion l’excellent reportage d’André Menras intitulé Vietnam Hoang Sa : la meurtrissure, interdit de projection à HCM-Ville en novembre 2011 [14]. Depuis 2010, de nombreux ouvrages du « monde académique » dédiés à la question de la « Mer orientale » (Bien dong) ont été publiés au Viêt-Nam. Tous les moyens sont bons pour fournir les preuves cartographiques et textuelles de l’ancienneté de la souveraineté vietnamienne sur cet espace maritime. Un des meilleurs ouvrages sur la question fut édité dès 1974 par les historiens de la République du Viêt-Nam (Sud). Il s’agit du numéro spécial de la revue Sử Địa (n° 29), publié à Saigon, et pourtant non réédité lors de cette course à la preuve historique.

Le Sud Viêt-Nam savait de quoi il parlait car il venait de perdre la bataille des Paracels lors d’un conflit maritime limité. Alors que les Américains se désengageaient massivement du conflit vietnamien, le gouvernement du Sud privé du soutien de son allié avait tenu à défendre son territoire quoiqu’il advienne. Les marins tombés lors de cette bataille sont aujourd’hui les héros d’une grande partie de la communauté exilée. Cette dernière n’est pas en reste dans ses critiques contre Hanoi. Résolument anticommuniste, elle pointe là où ça fait mal en déclinant régulièrement toutes les allégeances historiques du Parti communiste vietnamien (PCV) à son mentor chinois. Ce fut d’abord la catastrophique réforme agraire des années cinquante, puis l’affaire des « révisionnistes anti-parti » contre les pro-soviétiques du régime dans les années soixante, jusqu’à la rupture de 1972 (visite de Nixon à Pékin dans le dos d’Hanoi). Sans parler de la traque engagée contre « l’ennemi intérieur » (le traître, le réactionnaire), qu’il fut trotskiste ou nationaliste, depuis la Révolution d’Août 1945.

AnhHungHoangSa1974
Commémoration du 40e anniversaire de la bataille des Paracels le 19 janvier 2014 aux Etats-Unis © Hoang Sa Paracel

Après la réunification, la guerre des communismes enflamma le Viêt-Nam jusqu’au retrait du bourbier cambodgien en 1989. Dix ans plus tard, d’autres frustrations apparurent. Ce furent l’affaire des frontières entre 1999 et 2009 avec le bornage fort contesté puis les reculades de Hanoi devant la question du bauxite, exploité par des milliers d’ouvriers chinois sur l’ancienne colonne dorsale de la guerre, la mythique Piste Ho Chi Minh. Enfin, chacun put observer la faiblesse des réactions officielles lors des atteintes aux biens et aux marins vietnamiens, maltraités ou tués en mer par des militaires chinois. De nombreux autres exemples pourraient être donnés pour illustrer cette frustration grandissante comme la question des grèves ouvrières dans les entreprises chinoises, taïwanaises ou coréennes constamment réprimées depuis des années.

Dans son analyse des événements, la Chine se pose aujourd’hui en maître du jeu. Elle appelle à la retenue, même si sa blogosphère est forcément plus radicale [15]. Tout en réaffirmant fermement ce qu’elle considère comme son bon droit, la Chine entend calmer le jeu mais elle laisse entrevoir la possibilité d’une réaction plus musclée. Arc-boutée sur un discours nationaliste (tout comme le Viêt-Nam), le général Fang Fenghui, en visite aux Etats-Unis le 15 mai, a lancé depuis Washington, une mise en garde :

« Le territoire frontalier nous a été transmis par nos ancêtres et nous ne pouvons pas nous permettre d’en perdre un pouce », a souligné le général Fang, lors d’une conférence de presse conjointe après une rencontre avec son homologue américain, Martin Dempsey.

« Nous ne cherchons pas les troubles, nous ne créons pas les troubles, mais nous n’avons pas peur des troubles », a martelé le général Fang, qui effectue une tournée aux Etats-Unis depuis mardi.

« La Chine est un pays épris de paix. Nous nous attachons à promouvoir un développement pacifique et à mettre en œuvre une politique de défense nationale défensive », a-t-il expliqué. [16]

La Chine est de toute évidence en position de force. Créancière du monde, elle accède cette année à la place de première puissance mondiale avant les États-Unis, titre qu’elle récuse modestement [17]. Les intérêts économiques mondiaux sont très dépendants de la Chine, ce nouvel empire qui organise le basculement du monde. Si par malheur, cette superpuissance montrait des signes de faiblesses ou devait s’effondrer (voir les risques de faillite des ses trusts), les autres grandes puissances ne manqueraient pas de lui venir en aide pour préserver l’équilibre économique planétaire. Si elle se fâchait en coulant quelques navires vietnamiens en Mer de Chine peu d’États oseraient l’affronter. La Chine populaire soulève les arguments de poids qui devraient ramener tout le monde à la raison. Elle n’hésite pas à mettre en avant la longue amitié entre les deux États-Partis et de souligner que « le maintien de la stabilité en mer de Chine méridionale et l’amélioration des relations bilatérales répondent autant aux intérêts de la Chine qu’à ceux du Vietnam » [18]. Le prix de cette amitié et de cette allégeance d’une partie du Polit-Buro vietnamien se paie aujourd’hui et il paraît bien difficile pour le gouvernement vietnamien de modifier la donne (répondre aux exigences chinoises) sans provoquer un séisme politique interne.

François Guillemot

 

Devant le Consulat de Chine à HCM-Ville © 2014 TTXVA
Devant le Consulat de Chine à HCM-Ville le 10 mai 2014 © 2014 TTXVA

Notes

[1] La Chine exhorte le Vietnam à punir les auteurs des violences et à assurer la sécurité des ressortissants chinois, Xinhua, 16/05/2014.

[2] Synthèse 2-Emeutes anti-chinoises meurtrières au Vietnam, Reuters, 15/05/2014 ; (dépêche Xinhua), Vietnam/émeutes : un mort et 149 blessés dans le centre du pays, Le Quotidien du Peuple, 16/05/2014. Voir aussi : Bloody violence targeting Chinese workers in Ha Tinh, Dan Lam Bao, 15/05/2014.

[3] Ha Tinh : les troubles à l’ordre public seront sévèrement sanctionnés, Vietnam +, 16/05/2014.

[4] Dépêche Xinhua du 16/05/2014, art. cit.

[5] Synthèse 2 de Reuters, art. cit.

[6] Reuters rapporte que 460 entreprises ont signalé des dégâts.

[7] Face aux violences, des centaines de Chinois du Vietnam fuient vers le Cambodge, France 24, 15/05/2014.

[8] Điểm mặt côn đồ gây rối, Nguoi Lao Dong, 17/05/2014

[9] Voir les reportages du musicien Tuấn Khanh : Đi giữa dòng bạo động (P.1) ; Đi giữa dòng bạo động (P.2). Reproduit sur le blog Dan Lam Bao. Voir la version anglaise : Amidst the torrent of violence.

[10] Rappelons que la répression se poursuit avec l’arrestation le 15 mai au matin des manifestants et blogueurs Le Thi Phuong Anh et Trung Nghia : Urgent announcement: Dong Nai police arrest Le Thi Phuong Anh and Trung Nghia, Dan Lam Bao, 17/05/2014. Selon son mari, Le Thi Phuong Anh a enquêté ces dernières années sur l’implication du ministre de l’économie Hoang Trung Hai et d’autres personnalités très importantes du régime dans un trafic de drogue.

[11] Ceci fut vérifié lors de la manifestation de Hanoi. Voir la vidéo sur YouTube : Des membres de la police se mêlent aux manifestants et empêchent des slogans contre les dirigeants « a bas des traîtres du pays » par « protégeons la patrie ». (29e Prix du Reporter de Rue / Giải Phóng Viên Vỉa Hè 29  tháng năm 2014).

[12] Nam Nguyên, Đặc vụ Trung Quốc kích động biểu tình bạo động?, RFA, 16/05/2014.

[13] Le Vietnam doit assurer la sécurité des citoyens chinois au pays, Xinhua, 15/05/2014. Un dialogue constructif a tout de suite été engagé entre les deux parties : La Chine et le Vietnam s’entretiennent sur les récentes violences anti-Chine, Xinhua, 17/05/2014.

[14] Voir « Les aventures inattendues d’un film », sur le site de Carnets du Viêt Nam.

[15] La rivalité Chine-Vietnam enflamme les réseaux sociaux, RFI, 16/05/2014 ; Déclarations martiales en direction du Vietnam, Courrier International, 16/05/2014.

[16] La Chine ne peut pas se permettre de perdre ne serait-ce qu’un pouce de son territoire, Xinhua, 15/05/2014.

[17] Philippe Barret, « La Chine, première puissance économique mondiale ? », Le nouvel économiste, 15/05/2014.

[18] Le Vietnam doit assurer la sécurité des citoyens chinois au pays, Xinhua, 15/05/2014, art. cit.

* * *

* * *

A lire sur ce sujet sur Mémoires d’Indochine

Nguyễn Tiến Trung : Cần tiếp tục biểu tình ôn hòa [De la nécessité de manifester pacifiquement]

NguyenTienTrung[ndlr] Pour la première fois depuis sa libération le jeune dissident Nguyen Tien Trung s’exprime « publiquement » sur sa page Facebook. A la suite des graves émeutes d’hier, il condamne la violence, il appelle à poursuivre les manifestations de façon pacifique et à ne pas se tromper d’ennemi (qui ne s’incarnent ni dans les Chinois établis au Viêt-Nam ni dans les ouvriers chinois travaillant sur le sol vietnamien). Il interroge la passivité des dirigeants actuels. Selon lui, une seule alternative s’offre désormais au Viêt-Nam : 1) La démocratisation du régime ; 2) Redéfinir la politique extérieure.

Tình hình biểu tình trên toàn quốc đã có bạo động và đã có người chết. Dù vậy tôi vẫn tin rằng việc tiếp tục biểu tình ôn hòa phản đối Trung Quốc là cần thiết. Việc này sẽ khiến những người lãnh đạo thân Bắc Kinh với những “16 chữ vàng”, “4 tốt” phải suy nghĩ lại. Họ cần đồng hành với nhân dân chống ngoại xâm chứ không phải đồng hành với giặc.

Đến giờ phút này, trong số hàng ngũ lãnh đạo cao cấp, chỉ có Thủ tướng Nguyễn Tấn Dũng lên tiếng một cách yếu ớt tại hội nghị Asean là không chấp nhận được. Giặc đang khoan giếng dầu trên vùng biển của Việt Nam, đó là hành vi xâm lược cướp bóc giữa ban ngày. Kéo cả một giàn khoan khổng lồ như vậy xâm nhập vào lãnh hải Việt Nam mà các lực lượng không quân, hải quân không biết để chặn ngay từ đầu. Tại sao lại như vậy? Lực lượng tình báo quốc phòng đi đâu hết? Hay chỉ đi canh chừng những anh chị em dân chủ đang lên tiếng ôn hòa để yêu cầu cải cách xã hội theo hướng tốt đẹp hơn?
Sự việc mất Gạc Ma năm 1988 và sự việc để giàn khoan khổng lồ của Trung Quốc vào biển Đông chứng tỏ năng lực kém cỏi, không thể bảo vệ đất nước của đảng cầm quyền. Ca ngợi những chiến thắng quân sự trong quá khứ chỉ càng làm nổi bật lên hiện tại cay đắng là lãnh đạo chỉ biết im lặng. Chỉ có trao quyền làm chủ thực sự lại cho người dân để dân bầu ra những người lãnh đạo hành động theo ý chí và nguyện vọng của nhân dân mới giải quyết được vấn đề, mới đoàn kết được dân tộc, mới có thể chống ngoại xâm.

Tôi không chủ trương bài người Trung Quốc hay đánh đập công nhân Trung Quốc đang làm việc ở Việt Nam. Người dân Trung Quốc cũng phải chịu đựng sự cai trị độc tài tàn bạo của Đảng Cộng sản Trung Quốc. Dân tộc Trung Quốc cũng phải chịu đau khổ như dân tộc Việt Nam. Việc xâm lược lần này là do giai cấp thống trị của Trung Quốc tiến hành, không phải là những người dân bị trị. Tôi nghĩ cần phân biệt rõ điều này.

Vì những lý do trên, tôi tin rằng biểu tình ôn hòa cần phải tiếp tục. Những lãnh đạo Việt Nam cần thấy rõ ý dân muốn đoạn tuyệt với ý thức hệ và sự bảo trợ của Bắc Kinh. Hãy làm theo các nước lân cận cũng đang có tranh chấp với Trung Quốc:

1. Về đối nội: thực sự dân chủ hóa, chấp nhận các tổ chức dân sự, các đảng đối lập, thực thi báo chí tự do, tiến tới bầu cử tự do và công bằng càng nhanh càng tốt.

2. Về đối ngoại: liên kết với các nước dân chủ tiến bộ trên thế giới, quan trọng nhất là với Hoa Kỳ, Liên minh châu Âu và các nước khác như Nhật, Hàn. Cần lưu ý rằng ngay cả những cường quốc như Nhật, Hàn cũng phải liên kết với Hoa Kỳ mới đảm bảo được quốc phòng trước sự gây hấn của Trung Quốc.

Thật ra, không còn con đường nào khác cho Việt Nam. Việc biểu tình ôn hòa sẽ thúc đẩy Việt Nam tiến theo con đường này.

Source : Dan Lam Bao

L’art du pathétique en Asie du Sud-est insulaire [séminaire CASE]

Séminaire général animé par

Andrée Feillard et Rémy Madinier

Logo_CASE


Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations


Jeudi 28 novembre 2013

Véronique ARNAUD, Hélène BOUVIER, Josiane CAUQUELIN, Dana RAPPOPORT, CASE-CNRS

L’art du pathétique en Asie du Sud-est insulaire :

ethnologie, esthétique et émotions

Un groupe d’ethnologues du CASE a mené une réflexion commune, à partir de ses matériaux de littérature orale, rituelle ou profane, sur la notion de « pathétique », de son statut dans un ensemble narratif, mis en scène ou non, de sa pertinence dans les taxonomies locales de l’émotion, de son rôle esthétique dans la forme codifiée qui le porte, enfin  de son expression linguistique et, le cas échéant, non verbale. L’expression stylisée de la souffrance, du malheur, de la douleur, des épreuves de la vie et de la violence émotionnelle paroxystique que représente la mort, a ainsi été explorée à partir de quatre terrains, dans leurs langues vernaculaires, deux à Taïwan et deux en Indonésie.  Les mots, les voix et les pleurs présentés ici sont ceux des chants responsoriaux des Tao Do-pongso de Lanyu, Taïwan (Véronique Arnaud), du théâtre à Madura, Indonésie (Hélène Bouvier), des chamanes des Puyuma de Taïwan (Josiane Cauquelin), et des chanteurs de Lamaholot à Flores, Indonésie (Dana Rappoport).

Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage

Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 Paris

M° Iéna ou Trocadéro

Violence et Bande dessinée – ENS de Lyon (6 novembre 2013)

Le mercredi 6 novembre 2013, le laboratoire junior Sciences Dessinées vous propose sa troisième journée d’études : après la science et la ville, nous vous invitons à partager avec nos intervenants une réflexion sur “Violence et bande dessinée“, à l’ENS de Lyon (amphithéâtre Descartes, métro Debourg, entrée libre, 9h30-17h30).

Affiche_BD&Violence

L’hyperviolence, du choc à la suggestion

 

9h30 – 9h50 : Introduction par Aymeric Landot (ENS de Lyon): « L’hyperviolence, un concept pertinent pour évoquer la violence dans la BD ? »

9h50 – 10h35 : Adrien Genoudet (EHESS) : « Suggestion et monstration de l’hyperviolence au sein du corps bédéistique ».

 

Pause

 

10h45 – 11h35 : Isabelle Delorme (Centre d’Histoire de Sciences Po) : « Codes et représentations de la violence dans les récits mémoriels historiques en bande dessinée ».

11h45 – 12h30 : Isabelle Guillaume (ENS de Lyon) : « A History of Violence : perceptions et représentations de la violence dans les comics depuis les années 1950 ».

 

 

« Du sang dans les cases :
dire et voir la violence en BD »
Table ronde avec KRIS

 

14h – 17h30 : Table ronde avec Kris, scénariste, notamment, de Notre Mère la GuerreUn Homme est mortCoupures irlandaises ou Svoboda !

Source : Sciences Dessinées

Bụi Đời Chợ Lớn – guerre des gangs et violences à Cholon [trailer]

BuiDoiChoLon[ndlr] Le film « Bụi Đời Chợ Lớn » (littéralement « Les poussières de vie de Cholon », traduit Chinatown) de Charlie Nguyen a créé la polémique à sa sortie en avant-première.

Pour n’avoir pas respecté « les règles sur le cinéma », le film a été, pour l’instant, interdit de projection au Viêt-Nam et sa sortie officielle en salle prévue le 19 avril dernier a été reportée. Le scénario n’a semble-t-il pas été soumis à la censure au préalable et au final le fim comprend, selon les autorités, trop de « scènes de violence et de tuerie », « à la Hong Kong » [1]. Pour Tuoi Tre, le film devra se débarrasser de ses « scènes gore » pour espérer voir le jour [2].

Mettant en scène la guerre d’un jour entre deux gangs du quartier chinois de Saigon, le film contient d’inévitables scènes de violence dans la tradition des films d’arts martiaux asiatiques. Les amateurs de cinéma d’action et de voltiges martiales ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, fascinés par ce film comprenant « des combats à la machette » [3]. Son interdiction (provisoire?) est peut-être plus prosaïquement liée à la mauvaise réputation qu’il donne à voir de Cholon, ville puis quartier historique des Chinois de Saigon, dans un contexte où les relations sino-vietnamiennes restent empoisonnées par les tensions en Mer de Chine méridionale.

C’est en effet ce qui ressort des avis officiels qui condamnent (1) l’impact négatif que pourrait avoir le film sur les jeunes et (2) la fausse idée véhiculée par le film d’un quartier chinois où régneraient l’insécurité, la violence et les gangs [4], ce qui n’est effectivement pas le cas. Le réalisateur espère de son côté qu’après quelques modifications de façade, le Viêt-Nam respectera la liberté d’expression d’une fiction cinématographique qui ne prêtant pas refléter la réalité. Entre liberté artistique et contrôle social, les autorités communistes toujours très soucieuses de l’image renvoyée à l’étranger de leur pays, devront trancher.

FG, 28/04/2013.

[1] Voir : Hạnh Phương, « Bụi đời chợ Lớn » đã phạm luật như thế nào? », VietnamNet, 11/04/2013 ; Hoài Thi, Bụi đời Chợ Lớn giống ở… Hồng Kông, Bao Cong An Online, 13/04/2013.

[2] The gory local gangster flick’s ordeal, Tuoi Tre News, 16/04/2013.

[3] Voir par exemple : Voici la bande-annonce de « Bụi Đời Chợ Lớn » avec des combats à la machète !!!, Cinéma Nouvelles, 21/02/2013.

[4] The gory local gangster flick’s ordeal, art. cit.

* * *

Résumé en vietnamien :

Phim xoay quanh mối quan hệ phức tạp giữa 4 nhân vật chính là Hùng Chợ Lớn (Long Điền), Tài Nhớt (Hoàng Phúc), Phong Bụi (Johnny Trí Nguyễn) và Lâm (Hà Hiền). Lâm là em trai Hùng, vì quá si mê Hương (Huỳnh Bích Phương) — người tình của Tài Nhớt nên đã đắc tội với gã đối thủ máu lạnh. Vốn đã có âm mưu chiếm lấy Chợ Lớn nên nhân cơ hội này Tài Nhớt buộc Hùng phải đối đầu với mình. Để tăng thêm phần thắng, hắn đã tìm mọi cách khiến cho Phong Bụi — một cao thủ ẩn mình mà y luôn xem như anh em phải quay trở lại giúp y đánh bại Hùng. Và cuộc chiến đã nổ ra giữa 2 nhóm Tài Nhớt — Hùng Chợ Lớn với những trận đấu sinh tử một mất một còn… (VN Express).

At the Horizon « ປາຍທາງ » – Plai Tang

At the Horizon « ປາຍທາງ » the first Lao Thriller-Drama movie by the Lao New Wave Cinema Productions.
Officially screening at Lao-Itec, Vientiane, Laos on 22 Feb. 2012 ; French Institute theater, Vientiane, Laos 25 Feb. 2012.

Un cinéaste de 29 ans a mis il y a quelques mois le doigt sur des vérités qui dérangent : dans son film Plai Tang (« Sur l’horizon »), Anysay Keola évoque les questions de l’enrichissement et de la pauvreté, des liens du pouvoir et de la réussite, des enfants gâtés du parti. Un polar noir, violent, au message sans ambiguïté. « Mon film reflète la réalité d’un Laos contemporain où, franchement, il y a les gens bien placés qui ne pensent plus qu’à l’argent et ceux pour lesquels il est impossible de s’offrir les produits de luxe qui s’affichent partout », constate Anysay, chef de file de la « nouvelle vague lao ». « Au plan politique, ajoute-t-il, le système me fait penser à une sorte de monarchie » (extrait de : Bruno Philip, Le Monde, 03/11/2012).

For More Information :
www.atthehorizon-movie.com