Archives par mot-clé : Vietnamiens

J.-Cl. Pomonti : Vietnam, l’éphémère et l’insubmersible

[ndlr] Le dernier ouvrage en date du journaliste Jean-Claude Pomonti paru en mars 2015 agrémenté de deux entretiens clés sur le Viêt-Nam d’aujourd’hui.

Le Vietnam n’est pas une guerre. C’est un pays, un peuple, une histoire, une culture façonnés par l’empreinte d’une relation unique avec l’immense Chine voisine. Une terre d’eau, de montagnes et de jungle où l’insubmersible côtoie l’éphèmère, où l’on s’asseoit le long des rues, sur de petits tabourets devenus, au fil de l’histoire, les attributs d’une volonté farouche.

Pomonti_VietnamEphemereInsubmersibleC’est ce Vietnam-passion, ce roman d’un pays envoûtant, où la France coloniale a laissé sa marque, que l’on retrouve au fil de ces pages, conté d’une plume intime et subtile. Du fracas des combats à la ruée vers le profit dont la paix a accouché sous la férule d’un parti communiste arrimé aux commandes, c’est le quotidien d’un pays et d’une population que l’on découvre.

Ce petit livre n’est pas un guide. C’est un décodeur. Il porte en lui la marque des passions et des luttes vietnamiennes. Avec, au fil des pages, cette tendresse et ce goût du Vietnam qui nous permet de mieux les comprendre.

Un grand récit suivi d’entretiens avec Bui Trân Phuong (Pour produire des fruits, l’arbre ne doit pas ignorer ses racines) et Nguyên Quang Dy (Seule issue possible: sortir de l’orbite chinoise).

Source : Editions Nevicata

Pour mémoire, les autres ouvrages de Jean-Claude Pomonti sur le Viêt-Nam :

  • Jean-Claude Pomonti, Un Vietnamien bien tranquille. L’extraordinaire histoire de l’espion qui défia l’Amérique, Sainte-Marguerite-sur-Mer, Editions des Equateurs, Document, 2006.
  • Jean-Claude Pomonti, Vietnam quand l’aube se lève, Arles, Philippe Picquier, 1997.
  • Jean-Claude Pomonti, Viêt-Nam, communistes et dragons, Paris, Le Monde-Editions, 1994.
  • Jean-Claude Pomonti, La rage d’être Vietnamien, portraits du Sud, Paris, Seuil, L’Histoire immédiate, 1974.

Nathalie Huynh Chau Nguyen, Vietnam’s Forgotten Soldiers

[ndlr] Avis de la parution prochaine d’un ouvrage sur la mémoire des soldats sud-vietnamiens (ARVN) réfugiés en Australie. Aboutissement d’un projet de recherche de longue haleine mené par Nathalie Huynh Chau Nguyen (Monash University) pour constituer une histoire orale de ces vétérans à la bibliothèque nationale d’Australie.

Nathalie Nguyen says the 40th anniversary of the end of the Vietnam War brings painful memories for former South Vietnamese soldiers. But in Australia, veterans are keeping their stories alive – and slowly changing perceptions of the war.

NathalieHuynhChauNguyen_SouthVietnameseSoldiers

I wanted to explore the stories of Vietnamese veterans in Australia because they are the forgotten soldiers of the Vietnam War.

More than 250,000 South Vietnamese soldiers were killed in the 1955 -1975 war however their histories have been largely silenced in the wider story of the war, and erased in postwar Vietnam.

General mobilization was decreed in South Vietnam in 1968, and nearly every male over the age of twenty had some form of military experience. South Vietnam suffered terrible casualties during the war: In one year alone, in 1972, 39,587 South Vietnamese soldiers were killed in action while 109,960 were wounded. South Vietnam had a population of approximately 18 million. It was a country scarred by war.

Many veterans experienced years of internment after the war and many escaped their country as refugees.

Lire la suite / Read more : Australia Plus – ABC International

Voir aussi :

Guerre du Vietnam: l’agent orange, un héritage empoisonné [photos]

[ndlr] Au delà des commémorations du 30 avril 1975, reportage photographique de Damir Sagolj sur les conséquences effroyables de l’Agent orange. Attention certaines photos peuvent heurter la sensibilité des lecteurs.

30 avril 2015 : 40e anniversaire de la fin du de la guerre du Vietnam. Pendant dix ans (1961-1971), les Etats-Unis ont déversé sur les campagnes de ce pays 80 millions de litres d’agent orange, un herbicide extrêmement toxique contenant près de 400 kilos de dioxine, produit par les entreprises Monsanto et Dow Chemical.

Dans-province-Quang-Binh-au-centre-Vietnam_0
Do Duc Diu a aménagé à côté de sa maison un cimetière pour pouvoir se recueillir sur les tombes de ses enfants. Mais il aura attendu 1994 et la naissance de sa dernière fille, handicapée comme ses deux sœurs, pour qu’il connaisse ​les réels dangers de l’agent orange. Auparavant, sa femme et lui consultaient de nombreux chefs spirituels, car ils croyaient en une malédiction. © Reuters/Damir Sagolj

Lire la suite : FranceTVinfo (Géopolis – Laurent Filippi, 28/04/2015). Directement sur le site de Damir Sagolj

Voir aussi :

Pierre Haski : Quand la France ouvrait les bras à 120 000 réfugiés sauvés en mer

GlucksmannSartreAron_1979[ndlr] Signalement d’un article de Pierre Haski rappelant l’entente sacrée autour du sauvetage des boat people vietnamiens (Un Bateau pour le Viêt-Nam) et l’accueil des réfugiés indochinois en France il y a 36 ans.

André Glucksmann, Jean-Paul Sartre et Raymond Aron sortent de l’Elysée le 16 juin 1979 (photographie de Richard Melloul) après avoir défendu la cause des réfugiés vietnamiens et cambodgiens.

 

En 1979, politiques et intellectuels français mettaient leurs désaccords de côté et accueillaient plus de 120 000 réfugiés vietnamiens et cambodgiens. Une union impensable sur la crise en Méditerranée.

Imaginez l’image : les plus grands intellectuels du pays, de droite comme de gauche, unis pour lancer un appel à sauver les migrants menacés de naufrage en Méditerranée, et à les accueillir à bras ouverts en France !

Impensable aujourd’hui, et pourtant, ça s’est produit. Oui, notre pays a été exemplaire il y a plus de 35 ans, et n’a jamais eu à le regretter.

C’était en 1979, et la crise des boat people d’Indochine dominait le « 20 heures » de nos télés, avec des images de familles entières dans des embarcations de fortune en mer de Chine, menacées par les pirates, les requins, les intempéries… Des Vietnamiens et des Cambodgiens fuyant le communisme et les persécutions ethniques, rackettés pour pouvoir partir, sans savoir où aller.

[…]

L’anticommunisme de la droite et la mauvaise conscience d’une gauche qui avait soutenu les mouvements de libération devenus à leur tour oppresseurs ont permis ce rare consensus au service d’une grande cause humanitaire.

[…]

Lire la suite : L’Obs/Rue89

 

 

 * * *

Viêtnam – La “sale guerre” un film de Christel Fromm [Arte]

[ndlr] Thema spécial Viêt-Nam sur la chaîne Arte, mardi 14 avril 2015 : Viêtnam – La “sale guerre” un film de Christel Fromm (90 mn). Rediffusion lundi 04 mai à 8h50.

 

De la guerre d’Indochine menée et perdue par les Français à la chute de Saigon fin avril 1975, des vétérans américains, des combattants vietnamiens, des journalistes et des militants pacifistes retracent la guerre du Viêtnam. Ces témoignages émouvants alternent avec des images d’archives, des documents laissés par des soldats disparus et des extraits d’actualités de l’époque.

Vietnam_LaSaleGuerre_ArteCliquez sur l’image pour accéder au site

Le cliché de cette petite Vietnamienne nue, fuyant un village en feu suite à un bombardement au napalm en 1972, a fait le tour du monde. Il est depuis resté gravé dans les mémoires. Mais comment en est-on arrivé à une telle horreur ? De la guerre d’Indochine menée et perdue par les Français à la chute de Saigon fin avril 1975, des vétérans américains, des combattants vietnamiens, des représentants des médias et des militants pacifistes retracent le conflit. Ces témoignages émouvants alternent avec des images d’archives inédites, des documents laissés par des soldats disparus et des extraits d’émissions d’actualités de l’époque. À travers cette matière passionnante, le film évoque aussi bien l’esprit de résistance des Vietnamiens que leur combat fratricide, né de la partition de leur pays. Viêtnam – La “sale guerre” explore les facettes les plus sombres de ce conflit aberrant et sans front : le mensonge des Américains pour justifier leur intervention militaire, le recours aux armes chimiques et l’ensemble des atrocités commises. Sans occulter pour autant l’envie tenace des deux camps de retrouver la paix et la liberté.

Notre avis : De nombreuses approximations historiques et quelques anachronismes sur le contexte vietnamien jalonnent le début et la fin du reportage (par exemple les images de la chute de Saigon sont présentées avant celles du départ des Américains de l’ambassade). Le film est intéressant pour mesurer l’ampleur du mouvement anti-guerre (aux États-Unis et en Europe) et le conditionnement des soldats américains formés pour tuer. S’appuyant sur des images crues, il revient avec réalisme sur les atrocités de la guerre, la violence aveugle contre les hommes, la guerre chimique et la résistance opiniâtre du Front National de Libération du Sud Viêt-Nam. Le rôle du photojournalisme est bien souligné dans la condamnation de la guerre et l’émergence d’une opinion publique mondiale. Les vétérans américains racontent leur expérience du conflit, leurs crimes envers les civils vietnamiens avant de revenir dans leur pays, indifférent à leur traumatisme. Cependant, le film reflète surtout une vision occidentale (et allemande) du conflit, celle de la « génération Viêt-Nam » et ne s’attarde pas suffisamment sur la dimension vietnamienne et fratricide de la guerre (discours des parties concernées, stratégie et objectifs) empêchant de comprendre pourquoi la guerre fut si longue et si meurtrière entre le Nord et le Sud.

FG

A revoir sur Arte + 7

Thuy Vo Dang, Linda Trinh Vo, Tram Le : Vietnamese in Orange County [parution]

[ndlr] Parution prévue pour le 9 mars prochain.

VietnameseInOrangeCountyVietnamese Americans have transformed the social, cultural, economic, and political life of Orange County, California. Previously, there were a small number of Vietnamese in the United States who were international students, international or war brides, or military personnel, but the majority arrived as refugees and immigrants since the end of the Vietnam War in 1975. Although they are lumped together as “refugees,” Vietnamese Americans are diverse in terms of their class, ethnic, regional, religious, linguistic, and ideological backgrounds. Their migration paths varied, and they often struggled with resettling in a new homeland and rebuilding their lives. They are dispersed throughout the county, but many are concentrated in central Orange County, where three cities—Westminster, Garden Grove, and Santa Ana— have “Welcome to Little Saigon” signs. They constitute the largest population of Vietnamese outside of Vietnam and have created flourishing residential neighborhoods and bustling commercial centers and have contributed to the political and cultural life of the region. This book captures snapshots of Vietnamese life in Orange County over the span of 40 years and shows a dynamic, vibrant community that is revitalizing the region.

LoanPhamThaiFamily_VAOHP
© 2015 UCI / VAOHP

Author Bio: Thuy Vo Dang has a doctorate in ethnic studies from the University of California, San Diego, and is the archivist for the Southeast Asian Archive and Regional History at the University of California, Irvine, Libraries; Linda Trinh Vo has a doctorate in sociology from the University of California, San Diego, and is an associate professor in the Department of Asian American Studies and director of the Vietnamese American Oral History Project; Tram Le has a master of arts in Asian American studies from the University of California, Los Angeles, and is the associate director of the Vietnamese American Oral History Project at UC Irvine. Images from the book came from University of California, Irvine, archival collections and authors’ personal collections, as well as from journalists, artists, students, and community leaders.

Source : Arcadia Publishing

Last Days in Vietnam [sortie officielle en avril 2015]

[ndlr] Message du VSG. Diffusion exclusive jusqu’à demain 7/02/2015 du film documentaire de Rory Kennedy sur la fin de la guerre du Viêt Nam. Malheureusement non accessible depuis la France, la Thailande ou le Viêt Nam. Cliquez sur l’image pour accéder au site.

LastDaysInVietnam

PBS, the US public TV network, has just posted Rory Kennedy’s widely praised documentary film, Last Days in Vietnam.  It can be viewed/streamed in full at the link below, but just from February 5-7.

http://www.pbs.org/wgbh/americanexperience/lastdays/

The film will be broadcast by PBS for the first time at 9pm on April 28.

In April of 1975, the North Vietnamese Army was closing in on Saigon as South Vietnamese resistance was crumbling. Approximately 5,000 Americans remained with roughly 24 hours to get out. Their South Vietnamese allies, co-workers, and friends faced certain imprisonment and possible death if they remained behind, yet there was no official evacuation plan in place. Still, over the last days in Vietnam, with the clock ticking and the city under fire, 135,000 South Vietnamese managed to escape with help from a number of heroic Americans who took matters into their own hands, engaging in unsanctioned and often makeshift operations in a desperate effort to save as many people as possible.

* * *

Voir aussi les autres extraits suivants :

News footage shows the panic permeating South Vietnam leading up to the Fall of Saigon in April, 1975.

Col. Stuart Herrington recounts helping groups of South Vietnamese escape during the final days before the fall of Saigon.

South Vietnamese veteran Dam Pham and U.S. Army veteran Stuart Herrington describe the chaos at the U.S. Embassy during the final days of Saigon in April, 1975.

Kiem Do, a colonel in the South Vietnamese Navy, remembers the solemn flag-lowering ceremony aboard the U.S.S. Kirk after the fall of Saigon.

Miki Nguyen tells the story of the day his family left Vietnam.

With so many South Vietnamese helicopters landing on the USS Kirk, the crew had no other option than to dump the helicopters overboard once they’d unloaded their passengers.

Journalist Jim Laurie recalls the looting that took place after the last U.S. helicopters left the American Embassy in Saigon in April, 1975.

As North Vietnamese tanks rolled into Saigon, eleven U.S. Marines found themselves on the roof of the American Embassy with no U.S. helicopters in sight.

After the Fall of Saigon, Dam Pham and other South Vietnamese soldiers wondered what fate awaited them.

* * *

Possibilité de voir le film sous-titré en vietnamien sur YouTube à l’adresse suivante :

https://www.youtube.com/watch?v=HBJaDLx-ULY