Archives par mot-clé : Viêt-Nam

Philippe Langlet : Les Propos de l’éveillé Tuệ Trung – Un sage bouddhiste vietnamien au XIIIe siècle

[ndlr] Parution d’une belle étude de Philippe Langlet (1935-2013) sur le sage Tue Trung et plongée dans la pensée religieuse vietnamienne du XIIIe siècle. Présentation de l’éditeur.

Les Propos de l’éveillé Tuệ Trung – Tuệ Trung, thượng sĩ ngữ lục

Un sage bouddhiste vietnamien au XIIIe siècle (1230-1291)

Philippe Langlet

Langlet_LesProposDeLEveilléTueTrung

Les sagesses taoïste et bouddhiste se sont rencontrées et mutuellement enrichies dès le deuxième siècle, notamment dans la plaine du fleuve Rouge, alors extrémité méridionale, plus ou moins autonome de l’empire chinois. Pendant un millénaire, et non sans défendre leur particularisme, les moines lettrés du Giao Chi – An Nam ont participé activement à l’approfondissement de la civilisation, offrant finalement la perspective d’une haute spiritualité naturelle par la religion bouddhiste ou par une difficile intuition immédiate. Ce fut l’École de l’Esprit, pour laquelle on reprit au Xe siècle le terme indien dhyana, transcrit chan [na], vietnamien thiền, japonais zen. Méfiants envers les enseignements théoriques, ils y ont privilégié l’éveil personnel, aidé par des maîtres plutôt guides spirituels, auteurs de dialogues et de stances décourageant les spéculations intellectuelles, et menant aux évidences naturelles. La dynastie Trần s’est imposée au XIIIe siècle dans et hors de l’An Nam – Ðai Việt, alors avec le Japon bastions extrêmes de la résistance contre les invasions mongoles. Ses rois ont consolidé le rôle du bouddhisme comme l’âme nationale. Ils ont élaboré une littérature, dans l’esprit et la langue de la sagesse chinoise, mais en libre choix, qui en fait pour le Việt Nam un héritage culturel aussi important que les livres classiques confucéens. Les Propos du prince Trần Tung (1230-1291) mis en forme, Tuệ Trung thượng sĩ ngữ lục, sont parmi les œuvres les plus importantes qui nous sont parvenues.

Réf. : Philippe Langlet, Les Propos de l’éveillé Tuệ Trung – Tuệ Trung, thượng sĩ ngữ lục. Un sage bouddhiste vietnamien au XIIIe siècle (1230-1291), Paris, Les Indes savantes, coll. Religions, 2015.

Source : Les Indes savantes

Viet Anh Cao : Documents en caractères sino-vietnamiens aux ANOM

[ndlr] Signalement d’une étude en ligne de Cao Viet Anh sur les documents en Nom aux ANOM.

Se trouvant aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM, France), parmi les documents de l’Indochine à l’époque coloniale, les documents en caractères sino-vietnamiens ont un rôle important dans leur ensemble. Cependant, ceux-ci sont restés une source encore peu explorée. Cet article a pour but de présenter le résultat d’un début de recherches fondées sur cette source spécifique. Concrètement, il comprend trois parties principales : la présentation systématique de cette documentation, les actes royaux (littéralement « document rouges ») sous les règnes des rois Nguyễn, et un point de vue sur les villageois des environs de Hà Nội pendant la période coloniale, à travers ces textes en caractères sino-vietnamiens.

Cao Viet Anh est un chercheuse confirmée de l’Institut d’études sino-vietnamiennes. Ses études comme ses traductions sont basées sur les textes en caractères sino-vietnamiens et chinois. Auparavant, des projet de littérature avaient constitué son inspiration première. S’intéressant à l’histoire socio-économique du Việt Nam par les recherches du professeur Nguyễn Thế Anh (France) et du chercheur Đặng Phong (Việt Nam), elle s’y est consacrée depuis 2007.

 

Illustration en une : page manuscrite en Nom du roman Kim Van Kieu.

Noellie Bon : Le Stieng, une langue en danger d’Asie du Sud-Est – Approches socio-linguistique et descriptive

[ndlr] Une recherche intéressante au séminaire du CASE le 7 mai 2015.

bandeau_CASESéminaire général du CASE : Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations

animé par Vanina Bouté, Andrée Feillard, Rémy Madinier

Noellie Bon

(ATER à l’Université Lumière Lyon 2)

Le Stieng, une langue en danger d’Asie du Sud-Est :

approches socio-linguistique et descriptive

7 mai 2015

10 h à 12 h
Maison de l’Asie, 22 av. du Président-Wilson 75016 Paris

Le stieng est une langue minoritaire à tradition orale parlée au Cambodge et au Vietnam. Ses locuteurs, dont le nombre exact demeure inconnu, sont localisés dans les piémonts des Hauts Plateaux. Au Cambodge, le khmer, langue, nationale et officielle du pays, tend à remplacer les « petites » langues du Cambodge, dont le stieng fait partie : cette domination est non seulement linguistique, mais aussi culturelle et territoriale.

Dans ce contexte, l’évaluation de la vitalité du stieng (Bon, 2014) a pu révéler qu’il s’agissait d’une langue menacée à sévèrement menacée, notamment en raison de deux facteurs fondamentaux : l’interruption de la transmission intergénérationnelle et l’intégration progressive du khmer dans les interactions quotidiennes des Stieng. D’un point de vue purement linguistique, le stieng, langue sud-bahnarique môn-khmère, partage de nombreux traits avec les autres langues d’Asie du Sud-Est, avec notamment une morphologie isolante, la présence d’un système de classificateurs de tri ou encore la grande productivité de la sérialisation verbale.

Cette communication aura pour objectifs de présenter la situation sociolinguistique du stieng ainsi que ses principales caractéristiques typologiques. Il s’agira également de souligner les défis méthodologiques et théoriques qu’implique cette situation de la langue en danger pour la description linguistique du stieng. Enfin, la présentation conclura sur les questions soulevées par cette situation « diglossie » entre stieng et khmer, notamment celle de l’intensité et l’ancienneté du contact khmer-stieng et celle de la convergence linguistique du stieng vers le khmer.

Pour en savoir plus :

Photo en une : Femme Stieng deTà Lài (Tân Phú, Đồng Nai) © 2012 VTC

Nguyen Duy Vinh : Entre la célébration et le deuil national [Le Devoir]

30-04-1975[ndlr] “La chute de Saïgon, quarante ans plus tard”, témoignage de Nguyen Duy Vinh, ingénieur à la retraite à Montréal pour mieux comprendre la fuite.

Le 30 avril 1975 marqua la fin de la guerre du Vietnam. Pendant que les tanks soviétiques T-54 de l’armée populaire du Nord-Vietnam déferlaient sur la ville de Saïgon, l’exode des Vietnamiens qui avait débuté quelques semaines auparavant se poursuivit de façon plus intense. Aujourd’hui, 40 ans plus tard, alors que le gouvernement de la République socialiste du Vietnam (RSVN) continue de célébrer la journée du 30 avril en l’appelant « Journée de la grande victoire et de la libération du Sud-Vietnam », ce jour-là est, pour la plupart des Vietnamiens qui sont originaires du Sud-Vietnam, plutôt rempli de tristesse. Pour les Vietnamiens qui ont perdu leur pays (le Sud-Vietnam), cette journée est commémorée chaque année dans différentes communautés vietnamiennes de la diaspora comme une Journée de deuil national, Ngay Quoc Han.

Le sénateur Ngô Thanh Hai a réussi à faire adopter récemment un projet de loi par le Sénat du Canada, le S-219. Il a été approuvé par la Chambre des communes et signé par le gouverneur général du Canada le 23 avril. Elle instaure une Journée nationale au Canada pour :

  • commémorer les vies perdues et la souffrance subie lors de l’exode des réfugiés vietnamiens ;
  • souligner l’accueil des réfugiés vietnamiens par la population et le gouvernement, et la gratitude du peuple vietnamien à l’égard de cet accueil, et enfin ;
  • reconnaître les contributions apportées par les Canadiens d’origine vietnamienne à la société canadienne.

Lire la suite : Le Devoir, 30/04/2015.

Chế độ cộng sản Việt Nam sụp đổ, người Việt mới có hòa hợp hòa giải? [VOA]

[ndlr] Entretien sur VOA avec le dissident Cu Huy Ha Vu sur la question de la réconciliation nationale.

Chiến tranh Việt Nam chấm dứt cách đây 4 thập niên, nhưng mâu thuẫn trong nội bộ người Việt dẫn tới cuộc chiến và phát sinh từ sau ngày 30/4/75 tới nay vẫn chưa được hóa giải bất chấp những nỗ lực ‘hòa hợp hòa giải dân tộc’.

CuHuyHaVu2015

Nguyên nhân vì sao và làm thế nào để người Việt thật sự ‘hòa hợp-hòa giải’ với nhau? Đó cũng là nội dung cuộc trao đổi hôm nay giữa Trà Mi VOA với một nhà bất đồng chính kiến nổi tiếng xuất thân từ gia đình cách mạng có công lớn với chế độ cộng sản Việt Nam, người từng lãnh án tù vì các hoạt động đấu tranh dân chủ và bị trục xuất sang Mỹ tị nạn chính trị cách đây một năm: Tiến sĩ luật Cù Huy Hà Vũ.

Pierre Haski : Quand la France ouvrait les bras à 120 000 réfugiés sauvés en mer

GlucksmannSartreAron_1979[ndlr] Signalement d’un article de Pierre Haski rappelant l’entente sacrée autour du sauvetage des boat people vietnamiens (Un Bateau pour le Viêt-Nam) et l’accueil des réfugiés indochinois en France il y a 36 ans.

André Glucksmann, Jean-Paul Sartre et Raymond Aron sortent de l’Elysée le 16 juin 1979 (photographie de Richard Melloul) après avoir défendu la cause des réfugiés vietnamiens et cambodgiens.

 

En 1979, politiques et intellectuels français mettaient leurs désaccords de côté et accueillaient plus de 120 000 réfugiés vietnamiens et cambodgiens. Une union impensable sur la crise en Méditerranée.

Imaginez l’image : les plus grands intellectuels du pays, de droite comme de gauche, unis pour lancer un appel à sauver les migrants menacés de naufrage en Méditerranée, et à les accueillir à bras ouverts en France !

Impensable aujourd’hui, et pourtant, ça s’est produit. Oui, notre pays a été exemplaire il y a plus de 35 ans, et n’a jamais eu à le regretter.

C’était en 1979, et la crise des boat people d’Indochine dominait le « 20 heures » de nos télés, avec des images de familles entières dans des embarcations de fortune en mer de Chine, menacées par les pirates, les requins, les intempéries… Des Vietnamiens et des Cambodgiens fuyant le communisme et les persécutions ethniques, rackettés pour pouvoir partir, sans savoir où aller.

[…]

L’anticommunisme de la droite et la mauvaise conscience d’une gauche qui avait soutenu les mouvements de libération devenus à leur tour oppresseurs ont permis ce rare consensus au service d’une grande cause humanitaire.

[…]

Lire la suite : L’Obs/Rue89

 

 

 * * *

Kimberly A. Goyette : Stratification and the Emergence of the Post-Secondary Private Education Sector in Vietnam

[ndlr] Annonce d’une conférence au colloque Gobal Education de l’Université Drexel le 21 avril 2015.

Stratification and the Emergence of the Post-Secondary Private Education Sector in Vietnam

Kimberly A. Goyette, Ph.D., Temple University

Private education is the fastest-growing sector of post-secondary education in Asia and worldwide.  This growth is especially notable in developing countries with a long history of state-controlled, public education.  Vietnam has had a strong public, post-secondary education sector that has only recently begun to experience growth in non-public institutions.  In this research, I investigate how the growth of the private sector may influence stratification in Vietnam.  I find that private and other types of non-public institutions are more likely to serve more advantaged students from South Vietnam. They pay higher costs to acquire their post-secondary credentials; however, these students also seem to choose more lucrative fields like science, technology and engineering, and business, perhaps as a way to ensure good returns to this investment.  This research suggests that as the private sector in Vietnam expands, the influence of family background and region of residence on post-secondary attendance may grow.

KimberlyAGoyetteAbout the Speaker

Kimberly A. Goyette is an associate professor of sociology and the director of the Center for Vietnamese Philosophy, Culture, and Society at Temple University.  Her recent work looks at relationships between schools, housing, and race in the U.S., and explores the privatization and internationalization of universities in Southeast Asia (CV pdf).

Source : Global Education Colloquium