Archives par mot-clé : Viêt-Nam

Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens – CR de lecture par Lauriane Simony

« Ainsi le Vietnam véritable demeure-t-il largement invisible – comme la face cachée de la lune – et par conséquent inconnu de nous » (Préface, p. 16)

Vivre avec les Vietnamiens est le fruit d’un effort conjoint entre Philippe Papin, chercheur spécialisé sur le Vietnam classique, l’épigraphie et la paléographie, et Laurent Passicousset, journaliste et correspondant au Vietnam entre 1992 et 2001. La spécificité de cet ouvrage tient à sa forme : il est composé de quatorze chapitres portant sur des thèmes très divers en lien avec la société vietnamienne contemporaine, tels que la santé, l’éducation, l’influence du Parti unique ou encore les premières tentatives de dissidence de la population vietnamienne. Vivre avec les Vietnamiens est ainsi le résultat d’études de terrain et s’appuie presque exclusivement sur des sources de première main, à savoir des témoignages recueillis auprès de la population locale, des chiffres et statistiques établis par les deux auteurs et des études de cas. L’ouvrage est d’ailleurs basé sur un schéma bien précis : une idée générale est toujours illustrée par quelques exemples fondés sur des témoignages d’individus.

L’objectif premier des deux auteurs en établissant ce panorama de la société vietnamienne au XXIème siècle est de rompre avec les clichés que les Occidentaux peuvent entretenir sur le Vietnam : comme l’explicite la préface, ils se refusent à la fois à toute fascination pour « l’exotisme » du pays et à toute condamnation trop rapide et mal informée du Parti Communiste Vietnamien (PCV). Philippe Papin et Laurent Passicousset entendent donner au lecteur un aperçu du Vietnam réel, ou du moins du Vietnam dont ils ont eux-mêmes fait l’expérience en y séjournant de nombreuses années. D’où la métaphore du spectacle et des coulisses (18) : les auteurs affirment qu’ils ne s’attacheront pas à montrer ce qui se trouve en surface, mais plutôt à dévoiler l’envers du décor et les dynamiques moins évidentes qui se sont mises en place au Vietnam durant ces deux dernières décennies. L’introduction s’ouvre sur une série d’images « clichés » – les images qui nous viennent lorsque l’on pense au Vietnam (napalm, rizières, chapeaux coniques, ao dai) – et se clôt sur un petit lexique ironique du Vietnam établi par les deux auteurs, dans la tradition du Dictionnaire des Idées Reçues de Flaubert. Fortement imprégnés des deux cultures (vietnamienne et française), les auteurs tentent d’adopter une perspective vietnamienne sur les questions qu’ils traitent et de mettre à distance leur héritage occidental. A travers ce livre, il s’agit en quelque sorte, pour eux, de bouleverser notre manière de penser, certains détails qu’ils exploitent entrant très clairement en contradiction avec notre système de pensée et de morale « à l’occidentale ». C’est le cas par exemple du paragraphe sur les « pots-de-vin légaux » (79), deux termes qui nous paraissent tout bonnement inconciliables !

PapinPassicousset_VivreAvecVietnamiensLes deux auteurs se concentrent sur les bouleversements sociaux, politiques et économiques de ces deux dernières décennies, en lien avec ce que l’on a considéré comme l’ouverture du Vietnam à la modernité. Cet ouvrage correspond cependant à une vision fragmentée du Vietnam : la progression se fait par chapitres très divers, pas nécessairement connectés les uns aux autres. Cette fragmentation formelle semble refléter le Vietnam contemporain qui se construit en filigrane à travers les 14 chapitres du livre : Philippe Papin et Laurent Passicousset prennent position contre toute vision uniforme du Vietnam. Au contraire, ils rappellent que le Vietnam est constitué d’une multiplicité d’expériences individuelles et différentes : « L’uniformité des mises et des idées, troublante il y a vingt ans, a laissé place à une diversité d’aspects et d’opinions qui se constate tous les jours » (18). C’est pourquoi ils n’ont de cesse de souligner que les paroles de chaque individu cité dans l’ouvrage ne peuvent être généralisées pour devenir représentatives du Vietnam dans son ensemble : « Tout est question d’individus » (27). Dès l’introduction, ils soulignent l’existence (certes encore peu visible) de certaines attitudes de dissidence – et c’est ce qu’ils illustrent, à travers l’examen de situations personnelles bien précises. Le dernier chapitre est d’ailleurs entièrement consacré à la naissance de la dissidence au Vietnam, notamment par le biais d’internet : « si on ne lisait pas ces blogs, comment entendrait-on les voix individuelles et parfois discordantes du Vietnam ? » (347). L’intérêt de l’ouvrage tient ainsi au choix des thématiques, toutes plus contemporaines les unes que les autres – exception faite du chapitre 4 qui offre au lecteur une perspective historique en examinant les héritages du Communisme et le tournant de 1975.

On peut à première vue s’étonner de la forme que prend l’ouvrage. Le premier chapitre s’ouvre sur le récit d’une anecdote personnelle et évoque ainsi un roman à la première personne : « Nous sommes dans une ville moyenne de la région centrale du Vietnam […] » (21). Il s’agirait presque ici de provocation : le début de l’ouvrage se centre sur un endroit peu connu du Vietnam, loin des centres dynamiques que sont Hô-Chi-Minh-Ville et Hanoi. Ce choix d’un lieu secondaire à dominance rurale comme toile de fond au récit de leurs premières aventures permet aux auteurs de rappeler que le Vietnam est riche avant tout de sa civilisation rurale, et beaucoup moins de sa culture urbaine : ils affirment que c’est à la campagne que se trouvent les richesses culturelles du Vietnam. Papin et Passicousset ont privilégié une base scientifique à leurs recherches à travers, comme je l’ai déjà suggéré, des études de cas et des données chiffrées. Par exemple, au chapitre 3, qui concerne le système éducatif vietnamien, les deux auteurs développent plusieurs études de cas pour illustrer leur propos : ils examinent successivement les cas du collège et lycée privé Nguyên Khuyên (64) et de la maternelle International Stars (68) à Hô-Chi-Minh-Ville pour dégager les caractéristiques de l’enseignement privé dans le pays. En outre, des chiffres très précis sont donnés, comme l’évolution du coût des frais d’inscription entre 2009 et 2015 ou encore la part de l’éducation dans le budget global de l’Etat (75). Leur démarche est également fondée sur la confrontation entre différents points de vue : sur le thème de l’éducation, les deux auteurs attachent ainsi autant d’importance aux expériences des parents d’élèves qu’à celles des professeurs (80).

Malgré l’aspect décousu des chapitres, un fil conducteur traverse l’ouvrage de part en part : il s’agit du Parti Communiste Vietnamien qui possède une emprise énorme sur tous les aspects de la vie des citoyens vietnamiens. Mis à part le chapitre 7 (« Hiên, un cas ordinaire d’adhésion au Parti ») qui porte précisément sur le PCV, le Parti Unique est évoqué de manière plus insidieuse à travers par exemple les affiches de propagande omniprésentes au premier chapitre. C’est ainsi que l’on se rend compte que les auteurs, en dépit de l’objectivité affirmée de leurs informations, prennent position dans cet ouvrage – ne serait-ce qu’en sélectionnant les témoignages qu’ils ont choisi d’inclure ici. Ils l’affirment d’ailleurs à demi-mot en se présentant comme investis d’une mission : une amie à eux leur demande, alors qu’ils hésitent à formuler des critiques contre le régime vietnamien, « Si ce n’est pas vous qui le dites, ce sera qui ? » (20). Mais les critiques restent la plupart du temps discrètes, comme au second chapitre où l’incompétence de l’Etat ne transparaît qu’en étant confrontée aux crises climatiques ayant touché le Vietnam ou au chapitre 6 intitulé « La main graisseuse des fonctionnaires » où l’ironie est le mode dominant. Enfin, par moment, les critiques sont sans appel, comme en ce qui concerne l’éducation – sujet très certainement cher aux deux auteurs : ils ne prennent pas de pincettes pour évoquer un système fondé sur un « empilement de connaissances » (70) et une « pédagogie abrutissante du ‘par cœur’, de la répétition et de la discipline » (72).

Si la richesse de cet ouvrage tient à la diversité des sujets traités et du style des auteurs qui en fait un véritable objet littéraire, on ne peut passer outre un problème majeur, à savoir le choix des auteurs de respecter l’anonymat des sources citées. Certes, dans le contexte d’un régime politique surveillant de près les paroles de ses citoyens, on comprend bien la nécessité pour les auteurs de protéger ceux qui ont accepté de témoigner pour l’ouvrage. Mais on regrette que d’autres sources plus « solides » ne soient pas mises à profit et surtout mentionnées, telles que des archives ou des études scientifiques menées par des chercheurs vietnamiens ou européens. Les différents lieux où les deux auteurs se rendent ne sont pas toujours clairs également, ce qui rend la lecture quelque peu frustrante : dans le premier chapitre par exemple, le nom de la ville où ils se trouvent est tu. Cette ville-mystère, ou « ville comme les autres » (23) devient un prétexte pour en faire la représentation de toutes les villes moyennes du pays, où des expériences similaires peuvent être vécues – tout ceci semble contraire à la démarche que Philippe Papin et Laurent Passicousset viennent d’exposer en introduction, à savoir le refus de la généralisation.

J’avoue avoir été un peu surprise au départ par le côté très éclectique des thèmes abordés dans les différents chapitres : on passe de la menace des typhons au système éducatif du pays et de la question immobilière à la religion sans vraiment comprendre le lien entre ces sujets. Mais rétrospectivement, on se rend compte qu’un panel très large de thématiques a finalement été couvert grâce à cette démarche privilégiant l’aléatoire : comme je l’ai déjà évoqué, ceci pourrait marquer la volonté des auteurs de rendre compte formellement d’une diversité d’expériences individuelles et de la fragmentation contemporaine du Vietnam liée aux bouleversements socio-économiques du pays. On constate finalement que c’est peut-être moins les vies des Vietnamiens d’aujourd’hui que les auteurs cherchent à illustrer dans cet ouvrage que leur propre expérience aux côtés des Vietnamiens. Le point de vue qu’ils adoptent est très personnel et parfois même touchant : « Voilà l’un des Vietnam que nous aimons : vif, drôle, touchant, hospitalier et un peu décalé » (33). S’ils semblent parfois se complaire dans la description de leurs aventures – on pense notamment au ton héroïque qu’ils adoptent au deuxième chapitre, pour évoquer un danger omniprésent : « Jusqu’au soir du départ, des amies attentionnées ont tenté de nous dissuader d’entreprendre le voyage » (45) – ils font preuve de beaucoup d’humour et d’autodérision afin de donner une tonalité légère à un ouvrage traitant de sujets graves, comme lorsqu’ils évoquent les jeux de mots permis par le fonctionnement de la langue vietnamienne et employés pour se moquer discrètement du régime (chapitre 13). Ils constatent d’ailleurs eux-mêmes, dans leur petit lexique final, l’ambigüité de leur propos : « VIETNAM : Ceux qui en parlent le plus nous apprennent peu sur le pays, mais beaucoup sur eux-mêmes. Il n’est pas dit que les auteurs de cet ouvrage aient échappé à ce travers ». (372)

* * *

Ainsi, Vivre avec les Vietnamiens témoigne de l’affection que portent Philippe Papin et Laurent Passicousset pour un pays où ils ont vécu durant de nombreuses années et qu’ils ont sillonné en long, en large, et en travers. En offrant un panorama des problématiques contemporaines qui se posent lorsque l’on aborde le Vietnam, les deux auteurs rendent compte des bouleversements qu’a connu le pays ces deux dernières décennies du fait notamment de son ouverture économique, tout en cherchant à renverser le regard du lecteur sur un pays trop souvent mal connu et que l’on réduit à quelques idées reçues. Et les deux auteurs de conclure : « C’est cet exotisme que nous avons voulu dissiper tout au long de cet ouvrage, tâchant de conjuguer au pluriel le Vietnam, ses habitants, ses régions, ses manières de voir, nous efforçant aussi de ne pas sombrer dans le catalogue des vices et des vertus nationales. Nos amis du Vietnam ne sont pas comme ceci ou comme cela, immobiles, en bloc, invariables. Ils sont comme tout le monde, divers, mélangés, changeants et, par-dessus tout, irréductibles à ces petites phrases toutes faites que l’on entend trop souvent, y compris dans leurs bouches parfois, et qui les diminuent » (370). La diversité des expériences individuelles évoquées rappelle que le Vietnam est pluriel et ne peut être réduit à l’image simplifiée que nous en avons – pari tenu pour Vivre avec les Vietnamiens.

 Lauriane Simony, juillet 2015.

  • Réf. Papin, Philippe & Passicousset, Laurent, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, L’Archipel, coll. Des hommes et des pays, 2010, 372 p.

Lauriane Simony est actuellement élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon en double cursus Etudes Anglophones et ASIOC (Asie orientale contemporaine). Ses dernières recherches ont concerné les relations diplomatiques entre la Grande-Bretagne et la Birmanie après la décolonisation. L’année prochaine, ses recherches porteront sur l’occupation japonaise en Birmanie durant la Seconde Guerre mondiale.

 

TS. Vũ Ngọc Hoàng : “Về sự bóc lột và thâu tóm quyền lực” [VietnamNet]

[ndlr] Parution d’un article intéressant de Vu Ngoc Hoang, membre du Politburo, sur la prégnance des “groupes d’intérêt” sur la politique nationale vietnamienne et ses conséquences sur la vie quotidienne. L’article fut initialement publié dans la “Revue du Communisme” (Tạp chí Cộng sản), revue théorique du PCV. Vu Ngoc Hoang est actuellement Directeur-adjoint du Comité permanent du Comité central d’éducation et de propagande du PCV (Phó Trưởng ban Thường trực Ban Tuyên giáo Trung ương), une place privilégiée pour observer les dérives de ce type au sein de l’Etat-Parti vietnamien.

Ủy viên TƯ Đảng bàn về sự bóc lột và thâu tóm quyền lực

Nếu không ngăn được “nhóm lợi ích”, Đảng chân chính sẽ không còn và Nhà nước sẽ biến chất, dân tộc sẽ bị bóc lột, bị tước đoạt quyền lực và tài sản của cải, xã hội sẽ không có dân chủ và tự do, không có bình đẳng.

LTS: Dưới đây là bài viết của TS. Vũ Ngọc Hoàng, Ủy viên Trung ương Đảng, Phó Trưởng ban Thường trực Ban Tuyên giáo Trung ương đăng trên Tạp chí Cộng sản. Tuần Việt Nam đăng tải lại và giới thiệu đến bạn đọc.

Nghị quyết Hội nghị Trung ương 4 khóa XI của Đảng “Một số vấn đề cấp bách về xây dựng Đảng hiện nay” đã xác định một trong những nhiệm vụ quan trọng phải đấu tranh chống “lợi ích nhóm”. Bởi vì, “lợi ích nhóm” (theo nghĩa tiêu cực) sẽ làm cho sự phát triển của đất nước và lợi ích quốc gia, dân tộc suy yếu và tổn thất nghiêm trọng; nhân dân b tước đoạt quyền lực và lợi ích; thành quả cách mạng và chế độ chính trị – xã hội không được bảo vệ, dẫn đến đổ vỡ.

Lợi ích chính đáng (của một người, một nhóm) là lợi ích phù hợp với lợi ích chung của quốc gia, dân tộc, góp phần và bổ trợ cho lợi ích chung; không mâu thuẫn, không gây thiệt hại cho lợi ích chung. Lợi ích chính đáng luôn là mục tiêu và động lực đối với hoạt động của con người, cần được tôn trọng, bảo vệ và khuyến khích. Quên điều này, không quan tâm đến lợi ích chính đáng của con người, ngăn cản các lợi ích chính đáng ấy, thì sự lãnh đạo và quản lý xã hội không thể thành công, mà trước sau gì nhất định cũng sẽ thất bại.

Ngược lại, “lợi ích nhóm” (theo nghĩa tiêu cực) thì mâu thuẫn với lợi ích chung của quốc gia, dân tộc; gây hại cho lợi ích chung, cho cộng đồng, làm suy yếu và gây tổn thất nghiêm trọng đối với lợi ích chung. “Lợi ích nhóm” là nguyên nhân trực tiếp dẫn đến việc hình thành các “nhóm lợi ích”.

Lire la suite : VietNam Net, 09/06/2015.

Voir l’analyse de , Thời cơ ly khai với “nhóm lợi ích”, BBC, 13/06/2015.

C. Michele Thompson: Vietnamese Traditional Medicine – A Social History

[ndlr] Une nouvelle publication très intéressante. Présentation de l’éditeur.

Medical manuscripts in Chinese and in Nom (vernacular Vietnamese) capture various aspects of the historical interaction between Chinese and Vietnamese thought. In Vietnamese Traditional Medicine: A Social History, Michele Thompson argues that indigenous Vietnamese concepts regarding health and the human body helped shape Vietnam’s reception of foreign medical ideas and practices, first from China and then from the West. To illustrate this theme, she presents a detailed analysis of the Vietnamese response to a Chinese medical technique for preventing smallpox, and to the medical concepts associated with it, looking at Vietnamese healers from a variety of social classes. Thompson’s account brings together colorful historical vignettes, contemporary observations and interviews, and textual analysis. One particularly instructive episode was Jean Marie Despiau’s 1820‒21 journey from Vietnam to Macau to secure doses of smallpox vaccine to vaccinate the royal children of the Nguyen Dynasty. The documentation associated with Despiau’s effort provides insight into the Vietnamese receptiveness to one foreign medical technique and the concepts of the body associated with it.

Thompson_VietnameseTraditionalMedecine_SocialHistory_book

Ref. : Thompson, C. Michele, Vietnamese Traditional Medecine. A Social History, Honolulu: University of Hawaii Press, 2015, 248 p. ISBN: 978-9971-69-835-5

Source : University of Hawaii Press

Nguyễn Du (1765-1820) – Bibliographie sélective [BnF]

[ndlr] Hommage de la BNF au célèbre lettré vietnamien Nguyen Du auteur du Kim Vân Kieu.

 

250e anniversaire de Nguyễn Du (17651820)

Sélection d’ouvrages

30 juin – 28 août 2015

Nguyễn Du (1765-1820) est un des plus grands poètes vietnamiens. En 1965, Nguyễn Du a été consacré par l’UNESCO comme personnalité de la culture mondiale. Son chef d’œuvre, Truyện Kiều (en français, l’Histoire de Kiều) est considéré comme le summum de la littérature vietnamienne par sa perfection linguistique, poétique et philosophique. Cette œuvre est très populaire au Vietnam. Depuis sa parution jusqu’à nos jours, elle a fait l’objet de nombreuses études interdisciplinaires. Elle a également été adaptée pour différents types de spectacle : la musique, le théâtre traditionnel et le cinéma. Elle a été traduite en plus de 30 langues (dont dix versions différentes en langue française).

Lire la suite : BNF

  • Bibliographie en ligne (PDF)

Image “à la une” : © 2015 Nguyen Giang Huong / BNF

Nicolas Lainez : Par-delà la traite des femmes vietnamiennes en Asie du Sud-Est – Anthropologie économique des carrières intimes

[ndlr] Avis de la soutenance de thèse de Nicolas Lainez, anthropologue à l’EHESS.

 

Soutenance de thèse

Mardi 30 juin 2015

15h,  EHESS, 190 av. de France, 75013 Paris, salle du Conseil A

Soutenance de thèse d’anthropologie présentée publiquement par Nicolas LAINEZ

sous la direction de Michel Bozon

Par-delà la traite des femmes vietnamiennes en Asie du Sud-Est. 

Anthropologie économique des carrières intimes

À partir d’une enquête sur la traite prostitutionnelle conduite au Viêt Nam, au Cambodge et à Singapour, cette thèse propose une anthropologie économique des relations intimes que les femmes prostituées vietnamiennes nouent avec des opérateurs informels de crédit, avec des facilitateurs de la migration prostitutionnelle, avec des employeurs de l’industrie sexuelle, avec leur famille ainsi qu’avec les hommes qui rétribuent leurs services. Alors que l’économie de marché, à laquelle le Viêt Nam adhère depuis les réformes du Renouveau (Doi Moi) en 1986, pousse ces femmes à entreprendre, à investir, à s’endetter, à consommer et à migrer, de nombreuses embûches se dressent sur leur chemin : exclusion du marché de crédit, coût élevé de la migration transnationale régulée, obligations de solidarité familiale, inégalités de genre, risques de stigmatisation. Pour se frayer un chemin dans cet univers d’opportunités et de contraintes, elles utilisent l’intimité comme une ressource polyvalente et stratégique afin d’augmenter leurs marges de manœuvre et d’étoffer leurs répertoires d’action.

La réflexion proposée s’appuie sur un concept capable de rendre compte de la fluidité des parcours et de l’articulation entre économie et intimité : les carrières intimes. Cette perspective invite à examiner les parcours de dette à la lumière de l’évolution récente des marchés financiers et de la migration prostitutionnelle, mais aussi les trajectoires de care au regard du régime « familialiste » de bien-être promu par l’État, les carrières sexuelles au prisme des inégalités de genre et notamment de la division sexuelle du travail, ainsi que les carrières morales en référence à la politique de lutte contre les « fléaux sociaux ».

Nourrie d’un solide socle empirique privilégiant l’ethnographie économique de l’intimité et le suivi longitudinal ainsi que d’une longue expérience avec les ONG luttant contre la traite en Asie du Sud-Est, cette recherche dépasse rapidement son objet initial, la traite, pour mettre en relief des aspects inédits de la vie des femmes vietnamiennes et interroger la place de l’intimité dans l’économie de marché. Sur le plan théorique, ce travail construit son objet sur l’anthropologie de l’esclavage, la sociologie « déconstructiviste » de la traite, la sociologie économique de l’intimité et la sociologie des carrières.

Mot-clés : Traite, intimité, prostitution, dette, migration, care, morale, anthropologie, sociologie, Viêt Nam, Cambodge, Singapour

Jury :

  • Danièle BÉLANGER, Professeure à l’Université de Laval, rapporteure
  • Michel BOZON, Directeur de recherche à l’INED, directeur de thèse
  • Isabelle GUÉRIN, Directrice de recherche à l’IRD, rapporteure
  • Marie-Elisabeth HANDMAN, Maîtresse de conférence à l’EHESS, examinatrice
  • Pascale MOLINIER, Professeure à l’Université Paris-13, examinatrice

Image “à la une” : “Des panneaux de prévention de la traite installés par l’ONG Terre des Hommes sur la RN 91, la route qui mène à la frontière avec le Cambodge, à hauteur du district de Tnh Biên, province d’An Giang. Photo de Nicolas Lainez, 18/10/2009″.

Trần Văn Khê (1921-2015) l’hommage unanime à un grand maître

[ndlr] Hommage unamine de la presse vietnamienne après le décès à Ho Chi Minh-Ville du musicologue Trần Văn Khê à l’âge de 94 ans. Rappel biographique publié avec l’accord de sa famille.

Trần Văn Khê Obituary
(1921 – 2015)

Trần Văn Khê, the eminent ethnomusicologist who revived and preserved Vietnamese traditional music, died on 24 June 2015 in Ho Chi Minh City (Viet Nam). With a formidable body of work including research, teaching and performance, this tireless steward of the arts has left Viet Nam and the world a precious and enduring legacy.

A native son of Mỹ Tho, South Viet Nam, Trần Văn Khê first pursued medical studies in Ha Noi, then political science (international relations) in France before devoting himself to musicology, his life long passion. His Ph.D. dissertation, completed with honors at the Sorbonne in 1958 launched a uniquely distinguished career in Vietnamese traditional music. Conferred a professorship at his alma mater in 1967 the musicologist devoted his life to the studies of world music and the revival of his native Viet Nam’s oral music traditions.

At the National Center for Scientific Research (CNRS) in Paris, where he worked for almost 30 years Dr. Trần Văn Khê focused not only on Vietnamese traditional music but also on comparative studies of musical instruments, music theory and languages of Asian countries. His expertise was shared at nearly 200 international conferences across the world and in close to 200 writings published in many languages, notably in “Le Courrier de l’UNESCO”. With regard to Viet Nam, on the strength of more than 600 hours of recorded music and conversations with performance masters, Trần Văn Khê was the first to produce recordings of Vietnamese traditional (folk and ceremonial) music, an art which, until then, was considered almost lost. He also revived ancient music forms such as the folkloric theatre Chèo, the professional singing form Ca Trù, the alternative singing form Quan Họ, Southern Vietnamese “simple folks’ ” music, and Vietnamese Buddhist liturgical music. The professor also codified music for Vietnamese traditional string instruments, in particular the Đàn Tranh (Vietnamese zither).

TranVanKhe1921-2015
Le musicologue Tran Van Khe © DR

His stature in the world of ethnomusicology was demonstrated by his membership in the prestigious International Musicological Society, the French and the American Societies for Ethnomusicology, the Society for Asian Music, UNESCO’s International Music Council and the International Council for Traditional Music (he was Vice President, and later made an honorary member for life of these two councils).

In addition to research activities Professor Trần Văn Khê taught ethnomusicology for nearly three decades at the Center for Oriental Music Studies in Paris (which he established in 1959) as well as at the Paris-Sorbonne, where he supervised and mentored doctoral candidates. He was a visiting professor, inter alia, at the Liszt Academy of Music (Budapest), the University of California at Los Angeles, the University of Hawai (Manoa), the University of Western Australia (Perth), the University of the Philippines (Manila), and the National Institute of Music of Algeria. He frequently lectured on Asian music and its methodology at institutions of higher learning and research ranging from the Tchaikovsky Conservatory (Moscow) to the Central Conservatory of Beijing and the National Center for the Performing Arts, Bombay (India).

To his fellow Vietnamese his most remarkable achievements remain the preservation and promotion of Vietnamese traditional music. During his many research trips to Viet Nam while residing in France and particularly after his return home in 2006, Trần Văn Khê was known for his drive in building public awareness of Viet Nam’s cultural heritage, particularly among Vietnamese youth. Greatly served by his unique talent in seamlessly combining scholarly erudition with lively performance skills, “Thầy Khê” (“Teacher Khê”) as the public affectionately calls him, was a true storyteller who mesmerized young and old, musician and non-musician, Vietnamese and non-Vietnamese alike. His outreach and impact were amplified through his frequent appearances on television and radio both internationally (NHK Japan, Tehran Radio and Television, BBC Radio, France Culture, Quebec Radio and Television) and at home.

Among the many honors Trần Văn Khê received were the Grand Prix of the French Academy of Records (1960 & 1970); Doctor Honoris Causa, Ottawa University (1975); UNESCO IMC Award (1981); Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres, France (1991); Corresponding member of the European Academy of Sciences, Arts and Letters (1993); the Medal of Labor – First Class, S.R. Viet Nam (1999); Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques, France (1999); and the Phan Chau Trinh Award, Viet Nam (2011).

Trần Văn Khê’s legacy will live through the work of many, in particular that of his eldest son, Dr. Trần Quang Hải, also an ethnomusicologist and the family’s fifth generation musician./.

The family of Trần Văn Khê.

* * *

Giáo sư Trần Văn Khê qua đời, BBC (viet), 24/06/2015.

Giáo sư Trần Văn Khê qua đời, RFI, 24/06/2015 et Trần Văn Khê : Suốt đời quảng bá âm nhạc dân tộc, RFI, 24/06/2015. (par Thanh Phuong)

Giáo sư Trần Văn Khê qua đời, Tuoi Tre, 24/06/2015.

Giáo sư Trần Văn Khê qua đời, VN Express, 24/06/2015.

GS Trần Văn Khê qua đời, VietNamNet, 24/06/2015.

GS Trần Văn Khê qua đời tại TP.HCM, thọ 94 tuổi, RFA, 24/06/2015.

GS-TS Trần Văn Khê từ trần, Nguoi Lao Dong, 24/06/2015.

Veteran musicologist Tran Van Khe dies at 94, Vietnam News,  24/06/2015.

* * *

Voir aussi le dossier consacré à Trần Văn Khê sur Dien Dan – Forum

* * *

Hồi ký Trần Văn Khê 1: kỳ 1 Thơ ấu vào đời, Tuoi Tre, 24/06/2015.

Image “à la une” :  © Vietnam Net

 

Ressources en ligne : Thư viện báo chí của Thư viện Quốc gia Việt Nam [TVQGVN]

[ndlr] Liste et liens de 27 périodiques vietnamien en ligne sur le site de la Bibliothèque Nationale du Viêt-Nam. Une ressource à la fois très utile et très intéressante.

Source : page de la liste (Thư viện Quốc gia Việt Nam)