Archives par mot-clé : Viêt-Nam

Philippe Le Failler : Les pétroglyphes de Sapa, province de Lào Cai, Vietnam – IAO, 12 avril 2019

Au programme du séminaire de recherche de l’Institut d’Asie Orientale. A ne pas manquer.

Vendredi 12 avril 2019

Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

Philippe Le Failler

« Les pétroglyphes de Sapa, province de Lào Cai, Vietnam. Comment déchiffrer la figuration d’un espace agraire en milieu montagnard »

Résumé : Sur les versants de la vallée de Mường Hoa, en contrebas de Sapa, se trouvent nombre de pétroglyphes. Une partie d’entre eux sont assimilables à de la cartographie gravée. La caractéristique des gravures tient à une représentation anthropisée du paysage avec une figuration des rizières, un parcellaires des cultures, des réseaux viaires et hydrauliques, ainsi que des implantations humaines. Cette cartographie sur roche de l’espace agro-montagnard n’a pas d’équivalent en Asie du Sud-Est. Elle dévoile les modes d’implantation humaine sédentaire (ou non) et d’exploitation du milieu, mais aussi les caractéristiques des hameaux et villages, autant d’éléments qui peuvent nous permettre d’en saisir l’état démographique, économique et social.

Philippe Le Failler est historien du Vietnam moderne et contemporain, maître de conférences de l’EFEO (IRASIA) ; il enseigne à Aix – Marseille Université. 

Source : Institut d’Asie Orientale

Welfare for Migrant Factory Workers in China and Vietnam Faculty of Sociology, Bielefeld University – ERC

Annonce de recrutement de deux jeunes docteur.es
dans le cadre d’un projet de recherche financé par l’ERC.

2 Phd-plus positions available in ERC-funded research project

Welfare for Migrant Factory Workers in China and Vietnam

Faculty of Sociology, Bielefeld University

We are recruiting 2 Phd-plus positions for the European Research Council (ERC) funded project Welfare for Migrant Factory Workers in China and Vietnam led by Minh Nguyen, Professor of Social Anthropology. This is a 5-year research project (2019-2024) that comparatively examines the moral dynamics of welfare transformations in China and Vietnam through the case of migrant workers employed by global factories. The project will take into account how these dynamics play out both in policy processes and in the lives of the workers and their families, through comparative social policy analysis (1 post-doc researcher) and ethnography (2 PhD researchers).

The two PhD researchers will each conduct an ethnographic study of migrant factory workers’ welfare, one in China and one in Vietnam. Upon successful completion of the PhD, there is possibility to be employed as post-doc researchers until the end of the project (hence PhD-plus).

Applicants should have research proposals that suit the objectives and approaches of the project. These are available at the project’s website, which is still under construction but carries essential information: http://www.uni-bielefeld.de/soz/welfarestruggles/index.html.

Application deadline: May 2nd.

The appointment will start as soon as possible.  For more information on requirements, salary and benefits, and how to apply, please see the job advertisement

Here is a link to all the project’s job advertisements on H-Net: https://www.h-net.org/jobs/job_display.php?id=58466

Please direct inquiries to minh.nguyen@uni-bielefeld.de; applications should be sent to sekretariat.nguyen@uni-bielefeld.de

Lê Huu Khoa : « Champs de discussion » en vietnamien – 2017

Poursuite de la mise en ligne des résumés des argumentaires du Professeur Lê Huu Khoa, publiés en 2017.

VÙNG KHẢ LUẬN
Lê Hữu Khóa

SỬ LUẬN (l’argumentation historique)

Paris, Anthropol-Asie, 2017, 93 p.

L’ouvrage tente de reconstituer une relation stable et durable entre l’argumentation historique qui valorise non seulement la mémoire collective, le souvenir communautaire mais aussi l’écriture nationale sur l’histoire du pays et son enseignement officiel dans le système éducatif public ; et l’argumentation affective d’un peuple envers ses héros nationaux où ce peuple peut effectivement vérifier les éthiques suivantes : trung (la loyauté), hiếu (la piété), dũng (le courage), trí (l’intelligence), chính (la droiture).

De la sociologie historique à la sociologie des interactions symboliques sur les œuvres des héros nationaux constitutives non seulement de l’identité nationale mais surtout de la dignité humaine où la fusion identité-dignité du peuple vietnamien rejette énergiquement et sans détour le PCV-Parti Communiste Vietnamien. Car ce PCV entre actuellement dans un lien de dépendance de plus en plus croissant avec le PCC- Parti Communiste chinois, pour sauver à tout prix son totalitarisme de parti unique. De la perte actuelle de l’intégrité territoriale face aux agressions permanentes de la Chine à la perte de l’indépendance nationale, le PCV est réprouvé par une nouvelle étiquette nationale hèn với giặc, ác với dân (minable face aux agresseurs, ignoble face au peuple), une parfaite double définition de la trahison contre les ancêtres, contre le peuple.

Ainsi par les réseaux sociaux, via internet, l’enquête de terrain découvre toute une reconstruction des vénérations des héros nationaux intraitables contre l’invasion chinoise. Le Vietnam a réussi à résister à 20 agressions chinoises sur 24 dans son histoire nationale. Ici, la sociologie des luttes populaires contre la dictature du parti unique, gérée par le PCV, rejoint la sociologie de l’enseignement collectif mais informel, communautaire mais latent de l’histoire nationale, actuellement pervertie par le PC dans son système éducatif officiel.

★ ★ ★

MỸ LUẬN (l’argumentation esthétique)

Paris, Anthropol-Asie, 2017, 123 p.

A partir de l’enquête sociologique en Europe et en Asie, sur la réception des œuvres d’art dans la culture européenne et dans la culture asiatique, l’ouvrage propose de séparer l’analyse en deux orientations distinctes, l’une est le jugement sur le beau où c’est beau ! reste un adjectif, et l’autre sur les jeux de définitions sur le beau qui se fixe comme un nom qui exige non seulement des critères, des normes, des règles, des codes dans un processus de l’argumentation sur l’esthétique dépassant le simple jugement instinctif. Ainsi, apparaissent d’abord des conceptions esthétiques mais aussi des visions éducatives qui déterminent la modélisation sur le beau par périodes, par tendances, par écoles… où le déterminisme culturel s’impose à la fois dans la tradition collective et dans la création individuelle.

L’enquête s’arrête sur le nu dans l’art occidental comme dans l’apprentissage des modèles en Europe, or le nu est complètement absent dans l’art chinois qui s’enracine avant tout sur le paysage. Chemin faisant, l’investigation sociologique s’oriente peu à peu vers l’art vietnamien bénéficiant de la double influence, européenne et chinoise, qui lui permet de créer de nombreux jeux d’ouverture dans la création.  De là le travail d’enquête s’arrête sur le constat de la guerre qui marque plusieurs générations d’artistes du XXème siècle dans ce pays.

Or, la situation actuelle apprend à l’enquêteur la nécessité d’approfondir les conditions artistiques de la création face au régime totalitaire du parti unique avec son contrôle, sa censure dans les démarches esthétiques du créateur, où la typologie des artistes offre des trajectoires sociales très diversifiées tant sur les comportements sociaux face au totalitarisme que sur le marché d’art actuel dans un contexte de mondialisation de plus en plus accéléré. Ici, écrivains ou poètes du sud du Vietnam ont été réprimés et emprisonnés de longues années dans les camps de rééducation après la victoire des communistes en 1975. Les peintres, eux, n’ont pas subi la même répression et se sont rapidement enrichis dès l’arrivée des touristes au pays.

Enfin, l’ouvrage entre réellement dans le parcours de la création où le beau se distingue aussi par le géant, le juste et le bon ; ainsi le géant peut être géré, le juste peut être jugé, le bon peut être enseigné, mais le beau reconnu du créateur à la société, du particulier au commun, exige non seulement la sensibilité mais surtout l’émotion que l’éducation soutient différemment pour son ascension vers le haut sur le chemin de la reconnaissance, pour devenir le bien de l’humanité.

★ ★ ★

THI LUẬN (l’argumentation poétique)
Paris, Anthropol-Asie, 2017-18, 311 p.

L’ouvrage se structure autour de la sociologie de la réception, du texte poétique à travers plusieurs périodes dans l’anthologie de la poésie nationale où le poème, dans la tradition vietnamienne, se fixe sur l’enseignement de la sensibilité, créant l’émotion et qui se démarque radicalement à la fois de la pensée et de la philosophie. La constitution des textes, dans les tomes de cet ouvrage, tente de restituer des liens argumentatifs entre la création poétique et le processus d’invention des parcours de la pensée. L’autre objectif de l’ouvrage est de replacer les divers positionnements de la poésie comme amont de la naissance de l’argumentation où l’avancée d’un argument a été préstructurée par une démarche poétique qui annonce la formation d’un jeu de l’idée forgeant l’ordre même d’une pensée.

Entre les objectifs directs de l’ouvrage, il y a un autre objectif plus latent : l’entraide -plus ou moins possible- entre l’argumentation poétique qui entre dans un enjeu d’appréciation du sensible et l’argumentation d’ordre philosophique, qui pénètre dans la contradiction des opposés dans la recherche de la réponse qui anime l’existence. Enfin, la vérification sur la posture poétique qui prédit l’annoncée d’une pensée dominante dans la formation de cette pensée, s’intègre à l’intérieur d’un jeu comparatif avec des auteurs européens, en commençant par A. Rimbaud, puis P. Celan, ensuite Y. Bonnefoy et surtout R. Char.

© Lê Huu Khoa

[à suivre]

Unequal colonial treaties in Indochina, overview

Résumé de notre intervention à la Journée d’étude sur les Traités inégaux en Asie.

After the Franco-Spanish and French military conquest of the empire of Vietnam, some relevant treaty dates indicate the process of colonization: 1862 for Saigon, 1874-1875 for Hanoi and 1883-1884 for Hue. This presentation offers an overview of these various treaties from the beginning of colonization in 1858 to the establishment of the Indochinese Union in 1887 including Cambodia, Laos, and a dismembered Vietnam, divided into three parts, Tonkin, Annam, Cochinchina. These two chronological boundaries are practical in delimiting the conquest and the establishment of a colonial administration. However, they remain irrelevant to the extent that there is a « before » 1858 (Traité de Versailles in 1787), and an « after » 1887 in particular with the Vietnamese responses to the colonization they were experiencing. Indeed, we can argue that the colonial situation of Vietnam extended until the end of the Indochina War in 1954.

Studying all these official writings and situations, the circulations of the treaties, their intellectual construction and the difference of the interpretations seen through the eyes of the Indochinese and the French should invite us to write a new history of colonization from a more Asian, or at least decentralized, perspective.

FG (MàJ 03/04/2019)

« Treaties » Project

Unequal Treaties Corpus

Workshop, Lyon, March 12th, 2019


Program
9:00 Béatrice JALUZOT, General Presentation
9:30 IOKIBE Karu, “Unequal Treaties” system and the Quest for Treaty Revision of Japan »
10:15 – 10:45 Coffee Break
10:45 Jean-Pierre DEDIEU, Peter Cornwell, Unequal Treaties – Digital Resource
11:30 François GUILLEMOT, « Unequal Colonial Treaties in Indochina, overview »
12:30 End of the workshop

Lyon Institute for East Asian Studies, ENS de Lyon

Pourquoi le Vietnam a été choisi pour la rencontre Donald Trump – Kim Jong-un [France 24]

[ndlr] L’annonce a été faite aux États-Unis lors du discours de Donald Trump sur l’état de l’Union devant le Congrès. France 24 avec l’AFP reviennent sur cette décision.

Le président américain Donald Trump a annoncé, mardi soir, que son prochain sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un aura lieu les 27 et 28 février au Vietnam. Un pays hautement symbolique pour les deux États.

Allié de longue date du régime de Pyongyang, pays stratégique aux yeux de Washington : le Vietnam, choisi par l’Américain Donald Trump Det le Nord-coréen Kim Jong-un pour leur second sommet – prévu les 27 et 28 février –, jouit de multiples atouts.

Le pays d’Asie du Sud-Est est symbolique pour la Corée du Nord lcar il fut coupé en deux plus de 20 ans pendant la Guerre froide, tout comme la péninsule coréenne aujourd’hui. Hanoï et Pyongyang entretiennent des relations diplomatiques depuis 1950, et la Corée du Nord avait même soutenu le Nord communiste lors de la guerre du Vietnam, envoyant des soldats de l’armée de l’air en renfort.

Mais d’un point de vue économique, les échanges commerciaux bilatéraux ont régressé entre les deux pays à la suite des sanctions édictées par l’ONU à l’encontre de Pyongyang. Et Kim Jong-un, qui a envoyé à Hanoi fin novembre son ministre des Affaires étrangères, Ri Yong Ho, ne s’est jamais rendu dans cet État communiste qui a embrassé le capitalisme. Son grand-père Kim Il Song ayant été le dernier dirigeant nord-coréen à entreprendre le voyage, en 1958.

Lire la suite : France 24, 06/02/2019.

Voir aussi :

Corée du Nord: Le Vietnam, lieu stratégique pour la rencontre entre Trump et Kim Jong-un, 20 Minutes, 06/02/2019.

États-Unis/Corée du Nord: les tractations s’accélèrent pour trouver un accord, RFI, 06/02/2019.

Henri Copin, L’Indochine des romans – CR de lecture par Mathilde Michel

Dans son ouvrage L’Indochine des romans, publié en 2000 chez Kailash, Henri Copin, spécialiste de la littérature coloniale, propose une réflexion sur les notions d’Exotisme, d’Autre et d’Ailleurs, telles qu’elles évoluent au travers de l’Indochine littéraire.

Lettrés, pousse-pousse, éventails et opéra, l’exotisme indochinois

La littérature coloniale indochinoise est aujourd’hui de moins en moins lue, elle fait désormais presque partie de la mémoire française. Pourtant c’est bien à travers le roman que s’est créé dans l’imaginaire collectif français les représentations classiques et fantasmées de l’Indochine : rizières, baie d’Along, officiers en uniformes blancs, fumerie d’opium…

Les œuvres littéraires produites en Indochine durant la période coloniale, si elles n’avaient pas pour but premier la réalité historique, mais plutôt une notion d’esthétique et de symbolique, offrent néanmoins un réel enseignement sur le colonisateur, la vision qu’il a du colonisé, mais aussi sur les rêves d’aventure et d’exotisme de toute une époque.

Henri Copin propose dans L’Indochine des romans de revenir sur le parcours de la notion d’Exotisme, entendu comme « aptitude à être intéressé ou ému par le spectacle surprenant qu’offre l’étranger et le désir d’en rendre la singularité par la médiation de l’art » (Jean-Marc Moura, cité p. 12). L’Exotisme, en tant que pure construction de pensée, s’avère parfois être un piège, dans lequel la littérature plonge avec allégresse. L’étranger, ici le colonisateur, construit une représentation de l’inconnu, afin de l’appréhender et de restituer ce qu’il pense avoir découvert de l’ailleurs. Ainsi, l’auteur s’interroge « Comment à travers de l’exemple indochinois, la littérature de l’Ailleurs peut-elle rendre compte de l’Autre, et restituer le monde dans son altérité, tout en évitant de réduire sa différence ? » (p. 14).

En suivant un fil conducteur historique, Henri Copin articule son étude autour de quatre périodes clés de la littérature coloniale. Il montre ainsi que, de la prise de Saigon en 1859 aux Accords de Genève en 1954, la production littéraire coloniale ayant pour thème l’Indochine a présenté au fil des époques des visions bien différentes de l’Exotisme, de l’Autre et de l’Ailleurs ; visions intimement liées aux transformations que subissaient le territoire indochinois durant toute la période coloniale.

Affiche de J.L. Bezon, circa 1919-1939

1890 – Mandarins, Pirates et Pavillons Noirs

Les premières années de la colonisation sont marquées par une nécessité pour les Français de pacifier un territoire nouvellement conquis. Ainsi, les colonisateurs faisant leurs premiers pas en Indochine sont des aventuriers en lutte contre les bandits, pirates et Pavillons noirs encore présents aux confins du territoire. Ces figures deviennent des sujets éminemment littéraires, nourrissant des fantasmes d’aventure.

La forêt tropicale, emblème de ces contrées lointaines devient à la fois un objet de rêve et d’horreur. Elle est à la fois celle qui protège, qui rend l’aventurier moins vulnérable ; et le lieu maléfique, véhiculant hallucinations et malaria.

Les Asiatiques sont également des sujets littéraires : de second plan chez Jules Boissière ; mais de premier plan chez Albert de Pouvourville, qui en 1896 inverse le point de vue dans L’Annam sanglant et prend pour sujet principal les Annamites. Le personnage de l’Asiatique revêt à cette période une préférence esthétique, bien que son caractère soit souvent dépeint comme sympathique de premier abord pour finalement se révéler d’une nature fourbe.

La figure du mandarin aristocratique, du lettré, porteur et garant de toute la civilisation et de la richesse culturelle de l’Asie, fait son apparition à cette période. C’est une image qui s’inscrit ensuite durablement dans l’imaginaire colonial. Le mandarin est aussi celui qui a la connaissance mais qui face à la bassesse du monde se réfugie dans l’opium et dans la douce méditation qui l’accompagne.

En 1896, Jules Boissière achève Fumeurs d’Opium, dans lequel il pérennise le lien « attirance répulsion » existant entre les aventuriers européens et les Asiatiques. Auteur fasciné par l’opium, Boissière fait de superbes descriptions de la voluptueuse fumée. Il la présente comme la seule possibilité pour l’occidental de dépasser l’exotisme. L’opium est à la fois un accès à la sagesse orientale, mais également le danger suprême pour l’occidental, qui abandonne dans la drogue son inépuisable énergie d’homme blanc.

1910 – Colons, pêcheurs et Nha-Que

L’aventurier laisse place à l’administrateur et à l’ingénieur dans la littérature coloniale indochinoise et bientôt dans les imaginaires transportés durablement vers la métropole. C’est le temps des grands travaux pour l’aménagement de la colonie indochinoise : voie ferrée, ponts, aménagement de quartiers coloniaux au sein des villes…

Alors que s’aménage la colonie, la littérature introduit des personnages différents de celui de l’aventurier. L’ingénieur, l’administrateur et le colon en blanc, prennent une place prépondérante dans le roman colonial. La construction du réseau ferré entre le Cambodge et le Siam, est le sujet du roman de Henri Daguerches, Kilomètre 83, qui est publié en 1913. Il présente les difficultés de construction ainsi que les réactions contrastées des différents protagonistes face à ce chantier herculéen. Les conditions difficiles de construction, le décor fangeux et fétide irrigue toute l’œuvre.

Un nouveau thème littéraire fait son entrée dans la production romanesque coloniale à cette époque : celui du quotidien. Il peut à la fois s’agir de présenter la vie des micro sociétés de colonisateurs, tentant de reproduire les habitudes qu’ils avaient dans la métropole ; mais également de donner une image du quotidien des Indochinois, de leur mode de vie, de leurs aspirations empruntes de simplicité. C’est notamment le cas dans les tableaux dressés par Pierre Mille dans Barnavaux et quelques femmes, ouvrage dans lequel le romancier présente sous forme de nouvelles de multiples quotidiens d’Asiatiques.

Une nouvelle forme de héros s’installe à cette période dans l’imaginaire colonial : celui de l’homme parti mauvais pour les colonies, et que l’aventure et l’Ailleurs rendent meilleur. Ce postulat est initié par Claude Farrère dans Les civilisés, prix Goncourt 1905, qui met en avant l’écart entre la vision projetée des colonisateurs, porteur de mission civilisatrice, en quête d’aventure et d’exotisme, et la réalité coloniale. C’est dans cette période que dans l’imaginaire collectif, Saigon devient un symbole de ville cosmopolite où se côtoient sociétés coloniales et asiatiques.

L’exotisme indochinois : fumeuse d’opium

1930 – Petites épouses, pauvres métis et déracinés

A partir des années 1930, les autorités politiques lancent de grandes campagnes de promotion des colonies françaises. Paris et Marseille, rivalisent de créativité pour organiser les plus spectaculaires expositions coloniales. On met en avant les meilleurs aspects de la colonisation : science, médecine, « mission civilisatrice ».

Une nouvelle vision fantasmée de la colonie se met en place, celle de la sagesse et de la simplicité orientale, alternative possible au matérialisme et à l’individualisme occidental. Bien que la tradition ancienne de l’exotisme littéraire perdure, les auteurs ont une volonté plus nette de rompre avec le roman de divertissement d’antan qui ne présentait que des aventures et des héros extraordinaires. On souhaite aller vers des récits plus riches d’un point de vue ethnographique, le roman devient presque une étude de la civilisation qu’il présente, du décor dans lequel évolue ses personnages, qui sont alors plus des sujets d’étude que des héros mythifiés.

Un nouveau sujet littéraire prend une place prépondérante dans le roman colonial : celui de l’aventure amoureuse entre colonisateur et femme asiatique. La « petite épouse »1 fait son entrée dans l’intrigue littéraire, en tant que personnage marquant. Bien que le phénomène de l’intrigue amoureuse demeure une réalité historique limitée dans les colonies (notamment du fait de la pression sociale exercée chez les deux parties), il faut comprendre que le roman colonial s’adresse d’abord à la métropole et que les histoires romantiques font plus vendre que les portraits sociaux des Indochinois ou des colonisateurs. C’est notamment le cas dans Thi Ba, fille d’Annam de Jean d’Esme, publié 1925, où une histoire d’amour entre une jeune annamite et un administrateur français qui meurt à la guerre, se révèle être un échec.

A partir de 1930, la figure de l’aventurier colonial s’efface de plus en plus pour laisser place à un héros dé-civilisé, qui a laissé sa propre culture en métropole, mais n’arrive pas à pleinement s’insérer dans la civilisation indochinoise. Le retour à l’argile publié en 1929 par Georges Groslier reprend cette figure d’être dé-civilisé, qui tente de renoncer à sa civilisation d’origine pour retourner à l’état de nature. Bien qu’Henri Copin n’effectue pas ce parallèle dans L’Indochine des romans, on peut comparer ce thème du retour à la fange en tant que matière originelle, à un sujet au roman plus tardif (1967) de Michel Tournier, Vendredi ou les limbes du pacifique, dans lequel pour les mêmes raisons, la glaise prend toute son importance et est l’objet matérialisant le retour de Robinson à l’état primitif.

On peut sans peine constater que la période allant de 1910 à la veille de la Seconde Guerre mondiale est celle qui a le plus forgé l’imaginaire colonial au travers de la production littéraire ayant pour sujet l’Indochine.

1950 – Soldats, Asiates et révolutionnaires

Durant le second conflit mondial, l’Indochine française est coupée de la métropole par l’envahisseur japonais. Une grande confusion s’installe sur le territoire, et une grande tension prend durablement place entre les Français humiliés par la guerre, les Japonais, et les Indochinois à l’idéologie de plus en plus prononcée.

A cette période les écrits se multiplient, bien qu’ils perdent de leur caractère purement romanesque. En effet, les ouvrages s’apparentent à cette époque plus à des récits journalistiques, ou des carnets de bord qu’à des romans à proprement parler, à l’image de La 317ème section de Pierre Schoendoerffer paru en 1963 qui se présente comme un récit intermédiaire entre le roman et le journal de marche.

Il faut replacer la littérature post-Seconde Guerre mondiale dans le contexte très particulier de sa production : les auteurs ont pour la plupart expérimenter les champs de bataille, les difficultés du combat. Ils se sont également heurtés à l’idéologie nouvellement implantée en Indochine.

La figure du révolutionnaire asiatique, emprunte d’une idéologie le portant et lui permettant de faire face à toutes les épreuves, devient un sujet littéraire fascinant. L’Indochine est un combat avant tout politique, ce sont deux mondes qui s’affrontent sur ce territoire. Ainsi, dans les développements littéraires il n’y a plus de vérité absolue, l’exotisme a disparu, on ne sait plus qui détient la vraie vision du bien, du mal, de la justice, où est la vérité ? Soleil au ventre de Jean Hougron, paru en 1953, illustre bien ces trajectoires de révolutionnaires et de combattants qui perdent petit à petit le sens de la vérité, au profit d’une idéologie fascinante.

Henri Copin inclut cette période dans son analyse de la littérature coloniale indochinoise, bien que cette celle-ci engendre des œuvres n’ayant plus rien à voir avec l’exotisme fantasmé des productions romanesques précédentes. L’Autre et l’Ailleurs deviennent l’ennemi, au même titre que n’importe quel autre adversaire lorsque le temps est celui de la guerre. On peut également regretter que l’auteur n’ait pas inclut dans cette période post 1945 l’œuvre de Marguerite Duras, qui propose également un tableau intéressant de la colonie indochinoise, notamment dans Un barrage contre le Pacifique (1950).

* * *

Pour conclure et afin d’apporter un point de vue un peu plus critique sur l’œuvre, on pourra souligner que le nombre abondant de romans cités par l’auteur peut avoir pour effet de perdre un peu le lecteur. De plus, le passage d’une œuvre à une autre peu parfois sembler manquer de cohérence.

Il n’en demeure pas moins que L’Indochine des romans offre un joli tableau de la littérature indochinoise et lui redonne une place dans l’histoire de la littérature française inspirée de l’étranger. Il permet d’appréhender la construction de la notion d’Exotisme dans l’imaginaire français. Ces images fantasmées perdurent aujourd’hui, car nombreux sont encore ceux pour qui l’Indochine inspire des images de colons en uniformes blancs, de paysages tropicaux fascinants et menaçants, de mandarins intriguants, de fumée d’opium voluptueuse, de simplicité quotidienne asiatique… Ceci probablement grâce à la production littéraire de l’époque, aujourd’hui un peu tombée dans l’oubli, mais dont les images qu’elle a produites perdurent dans les représentations actuelles de l’imaginaire indochinois, soulignant ainsi l’utilité d’une telle étude.

Mathilde Michel, promotion ASIOC 2018-2019.

Études de Henri Copin et pour aller plus loin :

  • Copin, Henri, L’Indochine des romans, Paris et Pondichéry, Éditions Kailash, coll. « Asie imaginaire » Essai – Anthologie, 2000, 164 p.
  • Copin, Henri, L’Indochine dans la littérature française des années vingt à 1954. Exotisme et altérité, Paris, L’Harmattan, coll. « Critiques littéraires », 1996, 319 p.
  • Hue, Bernard ; Copin, Henri, et al., Littératures de la péninsule indochinoise, Paris, Éditions Karthala / AUF, coll. « Universités francophones », 1999, 461 p.
  • Malleret, Louis, L’exotisme indochinois dans la littérature française depuis 1860, Paris, L’Harmattan, coll. « Autrement mêmes », 2014, 2 vol., 220-231 p., réédition de l’ouvrage paru en 1934. Présentation d’Henri Copin et François Doré avec la collaboration de Roger Little.

Mathilde Michel est étudiante en Master 2 Asie orientale contemporaine (ENS de Lyon / Sciences Po Lyon). Intéressée par le droit privé et par les relations franco-chinoises, elle effectue actuellement un stage à Shanghai, dans un cabinet d’avocats travaillant avec les entreprises françaises et internationales implantées en Chine.

Notes

  1. En vietnamien « vợ bé » []

Tầm quan trọng của địa chính trị

[ndlr] Annonce d’une traduction vietnamienne du numéro de la revue Hérodote consacré au Viêt-Nam.

Le numéro de la revue Hérodote (« Les enjeux géopolitiques du Viêt Nam », n° 157, 2e trimestre 2015), coordonné par Benoît de Tréglodé, a été traduit au Viêt Nam et édité aux Éditions de politique nationale (NXB Chinh tri Quoc gia) à Hanoi en décembre 2018. Couverture ci-dessous. Notez la mention de couverture : « Document de référence en interne » (diffusion restreinte).

Source : IRSEM sur Twitter