Archives par mot-clé : Viêt-Nam

« Y a-t-il eu une troisième force au Viêt-Nam, 1947-1948 ? ». Réponse à M. Nghiêm Phong Tuân

Le 15 mai 2018, il y a un peu plus d’un an, le journal Diễn Đàn Forum en ligne publiait les remarques  de M. Nghiêm Phong Tuấn concernant mon ouvrage sur l’histoire du Đại Việt paru aux Indes savantes en 2012. Cet ouvrage est issu de ma thèse de doctorat soutenue en 2003 à l’EPHE à Paris à l’issue d’un travail de cinq ans (1998-2003) sous la direction du Professeur Nguyễn Thế Anh. Il aura donc fallu neuf ans pour que ce travail sur le mouvement nationaliste non communiste, précisément sur l’histoire du parti Đại Việt Quốc Dân Đảng, soit porté à la connaissance public et je dois remercier les Indes savantes pour cette initiative courageuse car les ventes de ce type de grosses monographies (738 p., 39 euros) sont souvent anecdotiques dues à un public relativement limité. L’ouvrage ayant reçu une vive critique de M. Nghiêm Phong Tuấn (fils de Nghiêm Xuân Thiện, ancien Gouverneur du Nord Viêt-Nam en 1947-1948), j’ai décidé de répondre à la fois sur la forme de la critique et sur le fond, ce qui me paraît plus intéressant à travers une question posée en titre de ce billet.

NB : Deux notices biographiques courtes accompagnent notre réponse.

François Guillemot

Lire la suite : Dien Dan Forum

 

Võ Nhân Trí (1927-2019)

[ndlr] Nous avons appris la disparition de Võ Nhân Trí, chercheur en économie, spécialiste du Viêt-Nam, son pays natal. Il est décédé à Paris le 3 juin 2019 à l’âge de 92 ans. Nous le croisions de temps à autre dans la salle de lecture du CID Vietnam lorsque ce centre de documentation était encore localisé au 14 rue de Corvisart dans le treizième arrondissement de Paris. M. Trí y décryptait la presse et suivait les programmes en vietnamien de RFI. Son ami, le dissident Vũ Thư Hiên, lui a rendu hommage sur Facebook, texte ci-après.

TIN BUỒN,

Một người bạn chung của chúng ta, ông Võ Nhân Trí, đã chia tay với chúng ta lần cuối vào ngày 3.6.2019 tại Paris, thọ 92 tuổi. Ông từng du học Pháp và Anh, có học vị tiến sĩ Luật (Pháp) và tiến sĩ Kinh tế (Anh).

Với tinh thần yêu nước nồng nàn, ông từng trở về Việt Nam với hy vọng sẽ đem kiến thức học hỏi ở nước ngoài đóng góp vào sự phát triển của tổ quốc. Nhưng như nhiều trí thức khác từ nước ngoài trở về, ông chẳng những không được trọng dụng mà còn bị chính quyền cộng sản coi khinh, chỉ cho làm những công việc ngồi chơi xơi nước.

Chán nản, nhân một dịp được đi họp ở Singapore, năm 1984 ông trở lại châu Âu và từ đó đứng hẳn vào hàng ngũ những người đấu tranh cho việc chung tay xây dựng một nước Việt Nam dân chủ trong tương lai.

Võ Nhân Trí là tác giả nhiều cuốn sách bằng Pháp ngữ về kinh tế Việt Nam (viết riêng và viết chung với nhiều tác giả khác), trong đó có một cuốn bằng tiếng Việt “Việt Nam cần đổi mới thật sự”, nghĩa là phải đổi mới thể chế để có chỗ đứng trong cộng đồng các quốc gia bình thường trên thế giới.

Những người bạn ông và những người cùng chí hướng với ông vô cùng thương tiếc ông.

Source : Facebook

Rappel de ses principaux ouvrages :

  • Vo Nhan Tri & Anne Booth, Recent economic developments in Vietnam, London : University of London, School of Oriental and African Studies, Dept. of Economics, SOAS Working Paper no. 7, 1992, 39 p.
  • Vo Nhan Tri, Vietnam’s economic policy since 1975, Singapore, Singapore Inst. of Southeast Asian Studies 1992.
  • Vo Nhan Tri, Socialist Vietnam’s economy, 1975-85 : an assessment, Tokyo, Japan : Institute of Developing Economies, V.R.F. Series no. 139, [1987].
  • Vo Nhan Tri, “Transformation socialiste de l’économie vietnamienne 1975-1985”, in Nguyen Duc Nhuan, Vo Nhan Tri et al., Le Viêt-Nam post-révolutionnaire. Population, économie, société 1975-1985, Paris, L’Harmattan, coll. Asie Débat 4, 1987, pp. 43-88.
  • Vo Nhan Tri et Nguyen Duc Nhuan, Le Vietnam dix ans après : bilan et perspectives, Paris : La Documentation Française, Problèmes politiques et sociaux : dossier d’actualité mondiale, no. 531 , 1986.
  • Vo Nhan Tri, Croissance économique de la République démocratique du Vietnam, 1945-1965, Hanoi : Éditions en langues étrangères, 1967, 627 p.
  • Vo Nhan Tri, “La politique agraire du Nord-Vietnam”. Tiers-Monde, 1960, tome 1, n°3, pp. 353-372.

Phim tai lieu : chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

[ndlr] Signalement de la diffusion d’un film documentaire sur le lettré moderniste Phan Châu Trinh.


Chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

Un film réalisé par Nguyen Sy Bang sur un scénario de Duong Thi Thanh Huong et Nguyen Sy Bang. Directeur de la production : NSND Nguyen Nhu Vu (DSF, 2018).

Avec les participations de : Bui Van Tieng, François Guillemot, Le Thi Kinh, Luu Trong Van, Nguyen Thi Binh, Ngo Thi Hoang Mai, Nguyen Minh Triet, Nguyen Su, Tran Viet Ngac, Trinh Van Thao, Vu Ngoc Hoang…

Histoire d’un rendez-vous manqué entre la France et le Viêt-Nam colonisé et d’une vision politique pacifique pour accéder à l’indépendance.

Le film sera présenté au 10e festival euro-vietnamien du film documentaire du 31 mai au 9 juin 2019 à Hanoi (le 1er juin, 19h) et Ho Chi Minh-Ville.

Sur ce festival, voir :

Un portail entre les cultures : de la littérature aux sciences humaines franco-vietnamiennes – ENS, 16-17 mai 2019

Programme du colloque international du labex TransferS.

Jeudi 16 mai

France-Vietnam : patrimoines partagés

9h00-9h15 Accueil

9h15 Ouverture du colloque

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France (BnF)

Marc Mézard, directeur de l’École normale supérieure (ENS)

9h45 Introduction

Giang-Huong Nguyen, chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est (BnF et associée ITEM)

10h-11h30 – BnF et BnV : une histoire partagée
Présidence : Emmanuelle Sordet, directrice des bibliothèques de l’ENS

  • 10h-10h40 Kieu Thuy Nga, Bibliothèque nationale du Vietnam : « Le fonds Indochinois à la Bibliothèque nationale du Vietnam et les perspectives de collaboration avec la Bibliothèque nationale de France » (Intervention en vietnamien avec traduction en français.)
  • 10h40-11h Franck Hurinville, BnF : « Un nouvel outil pour une histoire à parts égales : le site France-Vietnam »

11h-11h30 Discussion

Pause

11h50-13h – Histoire des fonds vietnamiens à la BnF

  • 11h50-12h10 Laurent Héricher, BnF : « Histoire du fonds et des catalogues des imprimés et manuscrits vietnamiens au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France »
  • 12h10-12h30 Denis Gazquez, BnF : « Documents surprenants dans les collections de la BnF : les bulletins de la Police de l’Indochine, 1932-1943 »

12h30-13h Discussion

Déjeuner

14h30-15h40 – Marseille et l’arrivée des Indochinois
Présidence : Claire Zalc, directrice de l’IHMC (CNRS)

  • 14h30-14h50 Olivia Pelletier, Archives Nationales d’Outre-Mer : « Marseille et les travailleurs indochinois (1939-1954) »
  • 14h50-15h10 Alain Ruscio :« Marseille et l’Indochine : la circulation des hommes entre la Canebière et la rue Catinat »

15h10-15h40 Discussion

Pause

16h-17h10 – La naissance d’un nouveau modèle historico-culturel : à travers la lecture des auteurs vietnamiens du XXe siècle

  • 16h-16h20 François Guillemot, Institut de l’Asie Orientale : « Écrire l’histoire du Vietnam sous la colonisation : l’avènement d’un nouveau récit national ? »
  • 16h20-16h40 Michel Espagne, ENS : « Un formaliste vietnamien : Tran Ngoc Them »

16h40-17h10 Discussion

Vendredi 17 mai 2019

Le dépôt légal de l’Indochine, les sciences sociales et les études littéraires

9h00-9h30 Accueil

9h30-10h40 – Des sciences sociales à l’histoire littéraire
Présidence : Jean-Marie Compte, directeur du Département Littérature et Art (BnF)

  • 9h30-9h50 Pascal Bourdeaux, École Pratique des Hautes Etudes : « Quelques réflexions sur les écrits religieux à la lecture du dépôt légal de l’Indochine »
  • 9h50-10h10 Nguyen Phuong Ngoc, Université d’Aix – Marseille : « La littérature vietnamienne dans la première moitié du XXe siècle : l’émergence d’un espace littéraire national en quốc ngữ »

10h10-10h40 Discussion

Pause

11h-12h10 – La littérature vietnamienne francophone

  • 11h-11h20 Giang-Huong Nguyen, BnF et associée ITEM : « Le sujet multiculturel dans la littérature vietnamienne francophone du XXesiècle »
  • 11h20-11h40 Henri Copin, Université Permanente de Nantes : « ‘Princesses des Cinq Dragons’ : des auteures contemporaines d’origine vietnamienne écrivent en français »

11h40-12h10 Discussion

Déjeuner

14h30-15h30 – Œuvres publiées et manuscrits de Pham Van Ky
Présidence : Paolo D’Iorio, directeur de l’ITEM (CNRS)

  • 14h30-14h50 Jack Yeager, Louisiana State University :
    « Pham Van Ky et son héritage »
  • 14h50-15h10 Hoai Huong Aubert-Nguyen, Université de Versailles Saint-Quentin
  • « L’Ineffable des Fables – étude de Fleur de Jade de Pham Van Ky »

15h10-15h40 Discussion

Pause

16h-17h – Histoires de rencontres culturelles

  • 16h-16h20 Pham Van Quang, Université des Sciences Humaines et sociales de Hô Chi Minh-Ville : « L’exil comme une autre possibilité d’existence chez Pham Van Ky et Linda Lê »
  • 16h20-16h40 Alain Guillemin, CNRS : « La robe de papier (1978), être francophone dans le Vietnam indépendant : l’expérience de Cung Giu Nguyen »

16h40-17h10 Discussion

17h10-17h30 Conclusion du colloque

Pham Van Quang : Penser le temps postcolonial du Vietnam – pour une reconfiguration du paradigme occidental

[ndlr] Message de Nguyen Giang Huong, organisatrice du séminaire France-Vietnam : un portail entre les cultures.

Durant le mois de mai 2019, le labex TransferS et l’équipe “Manuscrits francophones” (ITEM) accueillent PHAM Van Quang pour une série de 3 conférences autour du thème Penser le temps postcolonial du Vietnam : pour une reconfiguration du paradigme occidental.

Lieu : Espace Lettres 1 (45 rue d’Ulm, 75005 Paris – 2e étage, escalier B/C)

  • Mardi 7 mai 2019 – L’intelligentsia vietnamienne du Sud et le paradigme occidental
  • Mardi 14 mai 2019 – Les pensées occidentales dans la perspective vietnamienne. Étude des textes de la revue Tư Tưởng-Pensée
  • Lundi 27 mai 2019 – Le fondement d’une attitude de connaissance dans la construction sociale. Le cas de Nghiêm Xuân Hông

Argumentaire :

Revenir sur ce qui se produit à des moments primordiaux dans l’histoire intellectuelle du Vietnam postcolonial nous évoque tout de suite une réflexion sur le choix de paradigme ou de modèle qui régit ce champ dans son ensemble. Si le devoir qui nous est conféré à l’heure actuelle est de faire revivre l’héritage d’un espace culturel et d’une historiographie, il est nécessaire de souligner qu’il ne s’agit de rien autre que d’un regard rétrospectif sur la façon dont l’homme fait face à son époque tout en s’engageant dans la production et la transmission des connaissances. Mais comment parler de la postcolonialité du Vietnam dans son rapport de temporalité avec des formes de connaissances ? Comment redresser une histoire intellectuelle sans se passer des récits individuels et collectifs ? Et plus particulièrement comment comprendre la postcolonialité dans le contexte du Vietnam et sa fonction théorique dans l’étude de la mémoire et de l’oubli en corrélation avec l’hisoriographie française ?

Ces questions nous amènent forcément à la problématique de la temporalité et de l’événementialité pour reconfigurer un « récit national » dans lequel convergent toutes les dimensions sociale, historique, politique, phénoménologique, psychologique, ontologique et esthétique. En effet, si ce « grand récit » est un espace à la fois réel, fantastique et énigmatique, les moindres détails suffiraient à suggérer des interprétations significatives, d’autant plus que des personnages sociaux, des sujets individus, malgré la précarité dans leur temporalité personnelle, représentent une vie dotée de toute sa grandeur. Toute vie mérite effectivement d’être mise en considération, car elle se constitue par des trajectoires collectives et personnelles et forme un univers des mémoires, des souvenirs, des mythes, mais aussi un repère à partir duquel le présent serait éclairé et sur lequel se fonderait la société du futur.

Pour tout cet argumentatif, le séminaire interrogera la réflexion et l’intervention françaises comme les facteurs caractérisant un francocentrisme dans l’histoire intellectuelle postcoloniale du Vietnam. Car pour appréhender le Vietnam contemporain, il est nécessaire de faire référence à la « République coloniale ».

Pham Van Quang, Université nationale de Hô-Chi-Minh-Ville (Vietnam). Invité de l’ITEM – mai 2019

Nous voudrions profiter de ce message pour informer également la dernière séance du séminaire France-Vietnam : un portail entre les cultures:

Vendredi 10 mai 2019, de 16h à 18h
=> Salle Langevin (ENS, bâtiment Jaurès – entrée du public par le 24 rue Lhomond, 75005 Paris)

  • Cung Giu Nguyen, écrivain du domaine maudit, par PHAM Van Quang, Université nationale de Hô-Chi-Minh-Ville
  • Médias, espace public et société civile au Vietnam, par NGUYEN-POCHAN Thị Thanh Phượng, Université Paris 8

* * *

Le séminaire France-Vietnam : un portail entre les cultures, organisé par Nguyen Giang Huong de la BnF en partenariat avec le labex TransferS, est consacré aux recherches récentes sur les échanges culturels entre la France et le Vietnam. Il se tient un vendredi par mois à l’École normale supérieure, Paris.

Décès du professeur Ngô Duc Tho (1936-2019)

Message de Philippe Papin, ancien Directeur de l’EFEO et Directeur d’Etudes à l’EPHE, à l’occasion du décès du professeur Ngô Duc Tho.

J’apprends à l’instant, avec beaucoup de tristesse, le décès du professeur Ngô Duc Tho. Je me souviens des heures que nous avons passées ensemble, au bureau ou bien chez lui, et soudain me reviennent à l’esprit son érudition, sa générosité, son humour et, en toute occasion, cette impétuosité qui le caractérisait tant. Ngô Duc Tho en savait trop pour tenir en place. Il fallait qu’il parle, qu’il écrive, qu’il partage. Toujours plongé dans mille projets, cet immense savant brassait les dictionnaires, les cartes et les manuscrits avec une aisance impressionnante, et il les étudiait avec une minutie extraordinaire. Sa bibliographie atteste la contribution hors du commun à l’histoire et à la philologie du Vietnam classique. Sa disparition est une douleur personnelle et, pour la science, une perte irréparable.

J’adresse à la famille du professeur Ngô Duc Tho et à ses proches mes condoléances les plus sincères et le témoignage de ma profonde amitié.

Philippe Papin

École Pratique des Hautes Études

Le professeur Ngô Duc Tho analysant une édition du Đại Việt sử ký toàn thư © DR

Tôi thật đau lòng khi nhận được tin giáo sư Ngô Đức Thọ từ trần. Tôi vẫn nhớ như in những lần tôi gặp giáo sư, khi ở văn phòng, lúc ở nhà ông, nhớ sự uyên bác, tính rộng rãi và hài hước của ông trước mọi hoàn cảnh, nhớ tinh thần đầy nhiệt huyết tiêu biểu cho tính cách của ông.  Ông có quá nhiều tri thức và ông không thể giữ tất cả vốn kiến thức đó cho mình. Ông cần phải nói, phải viết, phải chia sẻ. Ông đắm chìm trong hàng ngàn dự định. Với vốn kiến thức uyên thâm của mình, ông thoăn thoắt tra cứu từ điển, bản đồ và tư liệu để nghiền ngẫm chúng một cách vô cùng tỉ mỉ. Qua những công trình ông đã công bố, chúng ta đủ thấy được những đóng góp vô cùng quý giá của ông vào ngành nghiên cứu lịch sử và văn bản học trong lĩnh vực nghiên cứu Việt Nam học cổ điển. Sự ra đi của ông không chỉ là một mất mát vô cùng to lớn đối với cá nhân tôi mà còn là một mất mát không thể bù đắp được đối với giới nghiên cứu khoa học.

Qua đây, tôi xin gửi lời chia buồn sâu sắc của một người bạn, một đồng nghiệp và một người học trò tới gia đình và bạn bè thân hữu của giáo sư Ngô Đức Thọ.

Philippe Papin

Trường Cao học Thực hành (EPHE)

Gary Jones : Skyluck, the ship that smuggled 2,600 boatpeople to Hong Kong – and freedom

[ndlr] A découvrir sur le site du South China Morning Post, l’histoire oubliée des boat people sino-vietnamiens. Chapitre 1.

The first of a two-part story recounts how, after the 1975 fall of Saigon, tens of thousands of persecuted Chinese-Vietnamese fled their country, and how a ship called the Skyluck came to symbolise their long and perilous journey.

“In office at 07.45 and then at 09.30 it all started: Skyluck cut her anchor chain and drifting. The proverbial hit the fan and we were off.”

June 29, 1979, turned out to be a “day of high drama” for Talbot Bashall, who had recently been appointed controller of the Hong Kong government’s Refugee Control Centre, and he recorded its chaos in his diary.

Bashall’s unenviable task was to oversee the arrival, processing and care of tens of thousands of desperate Vietnamese who, having taken to the high seas, were fleeing their country to seek refuge in the British colony on the southern coast of China. The Skyluck was a 3,500-tonne Panamanian-registered freighter. Its cargo on this day was 2,600 men, women and children, a small cross section of the mass migration of refugees from Indochina that the global media had dubbed “the boatpeople”.

Lire la suite / Read more : SCMP

Image “à la une” : Refugees pack the deck of the Skyluck, anchored off Lamma Island, in February 1979 © SCMP