Archives par mot-clé : Viêt-Nam

Words Without Borders : « The weight of history : Writing from Vietnam »

[ndlr] Annonce d’un numéro spécial consacré à la littérature vietnamienne. Nous remercions Hélène Blanchard (CASE) pour nous avoir transmis cette information.

Présentation
This month we bring you writing from Vietnam. The prose writers and poets here explore and depict lives shaped by the country’s fraught politics as well as by their own personal histories. Poet and literary critic Nhã Thuyên escorts us through the poetic underground. In two wildly contrasting portraits of marriage, Bùi Ngọc Tấn pens a gentle ode to lifelong love, and Trần Dần observes a household torn apart by infidelity and political betrayal. Trần Thị NgH’s wry divorcée looks back at her checkered romantic past, while Dương Nghiễm Mậu unfurls a hallucinatory reunion. Poets P.K., Pháp Hoan, and Nguyễn Hoàng Quyên suggest the vitality of the poetic scene in Vietnam today. Guest editors Nhã Thuyên and Kaitlin Rees contribute an illuminating introduction. 
Elsewhere we present writing on mourning and remembrance.

A lire sur : https://www.wordswithoutborders.org/issue/november-2018-vietnam

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 7

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

Image de La fille du fleuve (Cô gái trên sông, Dang Nhat Minh, 1986)

★ ★ ★

Mémoires cinématographiques

Séance 7 : mercredi 14 novembre 2018 – salle de réunion de l’IAO

La dernière séance du séminaire de cette année sera consacrée au cinéma et son rapport à la mémoire. En particulier, nous aborderons la question de la mémoire historique à travers les films de fiction vietnamiens. Pour illustrer notre propos, nous nous appuierons sur le travail cinématographique de Jean-Gabriel Périot en France, de Dang Nhat Minh au Viêt-Nam et de Rithy Panh au Cambodge autour de la question centrale : « Comment se fabrique la mémoire ? ».

La seconde partie sera dédiée aux exposés oraux consacrés aux mémoires du réalisateur Dang Nhat Minh et aux récits du génocide perpétré par les Khmers rouges dans le Kampuchéa Démocratique (1975-1979).

Courts métrages commentés :

Jean-Gabriel Périot, Eût-elle été criminelle, court métrage, Envie de Tempête Productions, 2006, 09:39. Sur Vimeo.

Jean-Gabriel Périot, Nijuman No Borei (200.000 fantômes), court métrage, Envie de Tempête Productions, 2007, 10:54. Sur Vimeo.

Sources complémentaires

Banh Bao et Huu Ngoc, L’itinéraire du film de fiction vietnamien, Hanoi, Éditions en Langues étrangères, coll. « Expériences vietnamiennes », 1984.

Brossat, Alain et Périot, Jean-Gabriel, Ce que peut le cinéma. Conversations, Paris, La Découverte, « Cahiers libres », 2018.

Pham Cong Anh, Panorama critique du cinéma nord-vietnamien et bref aperçu du cinéma sud-vietnamien, Paris, EPHE, Mémoire sous la direction de Georges Condominas, avril 1972, 254 p.

Pham Ngoc Truong, Trung Son, Luu Xuan Thu, Luong Duc, Huu Ngoc, Le film documentaire vietnamien, Hanoi, Éditions en Langues étrangères, coll. « Expériences vietnamiennes », 1987.

Robic-Diaz, Delphine, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2014.

Exposés oraux

Exposé de Annette Gravier

  • Dang Nhat Minh, Mémoires d’un cinéaste vietnamien, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2017. 

Présentation de l’éditeur : Presses universitaires Aix-Marseille

Exposé de Damien Corneloup

  • Stuart-Fox, Martin et Bunheang Ung, The murderous revolution. Life & death in Pol Pot’s Kampuchea, Orchid Press Publishing Limited, 1985. (3e édition en 1998).

Présentation en ligne : Amazon

Exposé de Olivier Christophe

  • Rithy Panh et Bataille, Christophe, L’élimination, Paris, Grasset, 2012.

Présentation de l’éditeur : Grasset

Image « à la une » : La fille du fleuve de Dang Nhat Minh (1986) © DR

« L’affaire Chu Hảo » : vieille purge systémique et nouvelle mise au pas des intellectuels au Viêt-Nam

Le 25 octobre 2018, le professeur Chu Hảo, directeur des éditions Tri Thức [Connaissances], une des maisons d’édition les plus ouvertes et les plus appréciées du pays, a fait l’objet d’une proposition de sanction disciplinaire. Cette demande du Comité central de discipline du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) contre un intellectuel vietnamien soulève plus généralement la question du fonctionnement de l’État-Parti sous la direction de ce parti unique. Cette mise à l’index aux allures d’accusation publique a provoqué un certain émoi chez les intellectuels vietnamien et une vive réaction chez de vieux compagnons de route du parti. Ainsi, l’écrivain Nguyen Ngoc, le professeur Mac Van Trang, ou d’autres comme Tran Nam ont pris la décision de quitter le PCV en signe de protestation. L’intéressé lui-même a décidé le 26 octobre de rendre sa carte du PCV. Retour sur une affaire qui provoque des remous jusque dans les milieux universitaires étrangers.

Depuis le début des années 2010, marquées par une série de manifestations antichinoises (été 2011, été 2014, juin 2018), le PCV a renoué avec ses vieux démons : celui de la purge politique et de la double répression policière et judiciaire.

Une manœuvre systémique

Sur un plan historique, cette dimension du pouvoir communiste vietnamien n’est pas une surprise, elle est systémique. Le maintien du Parti au pouvoir sur une si longue période (depuis 1945 au Nord et depuis 1975 pour le Sud) est en grande partie dû à sa capacité à exclure et neutraliser, de fait, à réduire au silence toute dissension interne au sein de l’appareil. La récente directive 102-QĐ/TW du 15 novembre 2017 du Comité central sur la discipline de parti va dans ce sens1. La lutte extérieure contre les opposants politiques (nationalistes, trotskistes, monarchistes), laminés au fil des décennies, a laissé place à une lutte interne au parti. Au cours de l’histoire de la République Démocratique du Viêt-Bam (1945-1976), ce fut le cas à plusieurs reprises : en 1948 lors de l’affaire H122 contre le « Quốc dân Đảng » [Parti nationaliste]2, en 1956-1960 lors de la mise au pas des intellectuels répression des périodiques Nhân Văn (Humanisme) et Giai Phẩm (Belles Lettres)3, en 1967 lors de l’affaire dite du « révisionnisme anti-parti » visant à éliminer les partisans d’une coexistence pacifique avec le Sud, en 1972 avec l’éviction de Vo Nguyên Giap du Polit-Buro4. Et des exemples moins connus pourraient être multipliés.

Après la réunification, ce processus permanent de la purge léniniste s’est poursuivi et s’est élargi aux forces dites « réactionnaires », à tous les mouvements opposés directement ou indirectement à une « nord-malisation » politique du Viêt-Nam. Ce fut le cas notamment des anciens du Front national de libération du Sud Viêt-Nam juste après la « libération » puis du Club des résistants du Sud en 1988 autour de Nguyên Hô (1916-2009). Ce fut également le cas du général Trân Dô (1923-2002), figure emblématique de l’exigence d’une transformation politique vers la démocratie ou du colonel Trân Anh Kim (né en 1949), toujours emprisonné pour ses prises de positions politiques. La liste est longue et devra être un jour établie par les chercheurs pour analyser finement les ressorts du fonctionnement du PCV face à sa propre évolution. Sous couvert de luttes de faction (nord/sud) et de campagnes contre la corruption (visant les groupes d’intérêt politico-économiques), la purge interne revêt une dimension systémique du pouvoir vietnamien permettant au PCV d’unifier ses troupes dans le but de se maintenir au pouvoir5. Cette dimension est visible et comptable à travers les procès politiques à répétition et lisible à travers le vocabulaire spécifique employé par les dirigeants, les idéologues et les instances judiciaires de l’État-Parti.

Ennemi intérieur et sables mouvants

La rhétorique de l’ennemi intérieur n’est certes pas nouvelle mais elle a pris ses dernières années une certaine vitalité6. Est-ce à dire que le pouvoir se sent menacé ? Il faut en effet revenir aux années 1990 soit deux décennies en arrière pour voir resurgir les vieux concepts de « phản động » [réactionnaire], « lật đổ chính quyền nhân dân » [renversement du pouvoir populaire] et ceux de « diễn biến hòa bình » [évolution pacifique] aujourd’hui transformé en « tự diễn biến », « tự chuyển hóa » [auto-évolution, auto-transformation]7. Or, ces expressions sont en elles-mêmes très floues comme le démontre l’analyse de l’avocat Lê Công Dinh à propos de l’accusation de « renversement du pouvoir populaire » dont il fut lui-même accusé en 2010, permettant tous les abus8. Le terme d’auto-évolution n’a également rien de précis car la « ligne rouge », celle que tout citoyen doit respecter et ne pas dépasser, est strictement définie par le Parti. Cette ligne est par ailleurs toujours mouvante laissant tout le loisir aux forces de sécurité de vous faire basculer ou non dans ces « sables mouvants rougeoyants ».

Éduquer le peuple, sur les pas de Phan Châu Trinh

En s’attaquant au professeur Chu Hảo et sa maison d’édition, le PCV cherche la mise au pas des intellectuels dans un contexte de contestation sourde d’une mainmise chinoise (économique et politique) sur le pays. Le pedigree du professeur Chu Hảo mérite d’être rappelé ici pour mesurer la profondeur de la mesure disciplinaire à venir. Né le 15 mai 1940 dans la province de Bac Giang, Chu Hảo est le fils de Chu Dinh Xuong, ancien directeur du Département de la sécurité publique du nord en 19459. Son père fut ensuite Directeur adjoint du département de la sécurité publique pour la région centre, puis directeur du département de la police de région sud du centre du pays, avant de changer de ministère et devenir chef du bureau du ministère de la Culture. En clair, Chu Hảo est un enfant de la révolution d’août. Formé à l’école de Pékin puis de Moscou, il a la particularité d’avoir suivi une scolarité très jeune en Chine populaire pendant cinq ans puis en 1960 en URSS à l’université polytechnique de Kiev. Il fut diplômé de cette université en 1965 puis resta en URSS jusqu’au grade de docteur adjoint (équivalent du niveau Master 2). De 1976 à 1979, Chu Hảo enseigne à l’université polytechnique de Hanoi puis se rend en France pour faire sa thèse. Doctorat en poche, il peut gravir les échelons en devenant Professeur des universités. A partir du milieu des années 1980, il dirige plusieurs organe dédiés à la recherche technologique et fut en 1996 nommé Vice-ministre des sciences et de la technologie du Viêt-Nam. A la retraite en 2005, il consacra celle-ci à son nouveau métier d’éditeur et de promoteur d’idées nouvelles et de connaissances de base au public vietnamien. Autrement dit, son parcours ne le prédestinait pas à devenir l’actif défenseur de l’intelligence du peuple promue par le lettré Phan Châu Trinh.

La culture contre l’ignorance, l’élévation intellectuelle comme condition du progrès social. Tels pourraient être les ambitions qui guident les choix éditoriaux des éditions de la Connaissance. [FG]

« Discipliner » le monde des idées

Le 25 octobre dernier, la Commission centrale d’enquête du PCV a donc recommandé « d’examiner et d’appliquer des mesures disciplinaires pour violations graves » de la discipline de parti10. Il est reproché à Chu Hảo d’agir à l’encontre des directives du parti et de l’État communiste. Le texte du parti mentionne : « En tant que directeur – rédacteur en chef, M. Chu Hảo est au premier chef responsable de la publication par la maison d’édition Tri Thuc d’un certain nombre d’ouvrages dont le contenu va à l’encontre des points de vue, des directives et de la politique du parti et de l’État, violant ainsi la loi sur la publication ; ouvrages qui devront être contrôlés, récupérés et détruits par les autorités compétentes ». Il s’agit ni plus ni moins de faire main basse sur le catalogue de la maison d’édition et de procéder à un nettoyage politique de livres considérés comme problématique11. Quels sont ces ouvrages ? Dans la ligne de mire de la Commission de contrôle sont les traductions de classiques occidentaux discutant des formes de gouvernement et de systèmes politiques. On peut citer à titre d’exemple l’essai sur la liberté du philosophe anglais John Stuart Mill (1806-1873) et d’une façon générale les ouvrages traduits de l’étranger présentant un contenu ou une réflexion politiques soit une grande partie du catalogue de cet éditeur12. Comme son nom l’indique, les éditions de la Connaissance ont pour objectif de proposer au public vietnamien des classiques des sciences sociales et de philosophie politique. On trouve parmi les auteurs traduits, familiers du public français, des études de/sur : Gaston Bachelard, Roland Barthes, Nicolas Berdiaev, Pierre Bourdieu, Noam Chomsky, Guy Debord, Gilles Deleuze, Jared Diamond, Émile Durkheim, Albert Einstein, Gustave Le Bon, Claude Lévi-Strauss, John Locke, Marcel Mauss, Jacques Monod, Edgar Morin, Friedrich Nietzsche, Jean-Jacques Rousseau, Jean-Paul Sartre, Adam Smith, Max Weber…13 soit un large corpus des idées contemporaines.

Conclusion : une chape de plomb transitoire ?

La décision disciplinaire contre Chu Hảo n’a pourtant rien d’une surprise. En effet, l’engagement de cet intellectuel pour une réforme profonde du régime est connu. Son appartenance au « groupe des 72 » lors de l’affaire de la refonte de la constitution était clair14. Il faisait partie de ces intellectuels courageux qui demandaient une évolution pacifique interne vers un régime démocratique, pluraliste et respectueux de l’humanisme vietnamien promu par le lettré moderniste Phan Châu Trinh15. Sa quasi-dissidence qu’il définissait récemment non comme une « opposition » (đối lập) mais plutôt comme une « discussion » (đối trọng [contrepoids]) ou un dialogue interne n’a pas convaincu les gardiens de l’idéologie au sein du PCV16.

En provoquant cette violente charge contre les intellectuels, le PCV s’enferre dans son marxisme-léninisme le plus conservateur, digne des années cinquante et des périodes les plus sombre du communisme vietnamien. De cette paranoïa systémique contre un ennemi intérieur mis en scène, imaginé ou réel, le parti ne saurait sortir indemne. Cette affaire confirme l’incapacité du PCV à se réformer de l’intérieur, à accepter un « dialogue interne » sur des sujets politiques clés et à se projeter dans l’avenir. Dans le même temps, elle démontre que la lutte interne engagée par Nguyên Phu Trong, le nouveau président de l’État et du Parti, entre dans une phase décisive pour les deux années à venir avant le XIIIe Congrès national de 2021. Date à laquelle toutes les questions sur le système de gouvernement seront de nouveau posées par les partisans d’une auto-évolution assumée.

FG, 30/10/2018. MàJ 13/11/2018.

Pour citer cet article / To cite this article: François Guillemot, "« L’affaire Chu Hảo » : vieille purge systémique et nouvelle mise au pas des intellectuels au Viêt-Nam," sur Mémoires d'Indochine, 30/10/2018. Lien : https://indomemoires.hypotheses.org/31316.

Notes

  1. Texte soumis en ligne : Quy Dinh 102-QĐ/TW []
  2. Cf. Christopher E. Goscha, Intelligence in a time of decolonization. The case of the Democratic Republic of Vietnam at war (1945–50), Intelligence and National Security, 2007, Vol. 22:1, pp. 100-138 []
  3. Voir Peter Zinoman, « Nhân Văn Giai Phẩm on Trial. The Prosecution of Nguyễn Hữu Đang and Thụy An, Journal of Vietnamese Studies, Vol. 11, No. 3-4, Summer-Fall 2016, pp. 188-215 []
  4. Sur ce sujet voir les études de Sophie Quinn-Judge et de Martin Grossheim []
  5. Voir notre billet : « La lutte contre la corruption, outil politique du Politburo vietnamien« , Mémoires d’Indochine, 31/01/2018 []
  6. Voir notre article : « Vraie et fausse contre-révolution au Nord-Vietnam : de l’invention et de l’usage de ‘l’ennemi intérieur’ 1945-1967 », in Stéphane Courtois & Christopher E. Goscha (Ed.), Revue Communisme : Vietnam, de l’insurrection à la dictature 1920-2012, Paris, Éditions Vendémiaire, 2013, pp. 259-302  []
  7. Sur ces concepts, voir la rhétorique du PCV : « Tự diễn biến », « tự chuyển hóa » trong cán bộ, đảng viên và giải pháp phòng, chống, Quân Dôi Nhân Dân, 15/06/2017 et “Tự diễn biến”, “tự chuyển hóa” về tư tưởng trong cán bộ, đảng viên: Nhận diện và phòng, chống, Tap chi Công San, 22/11/2017 []
  8. Hoai Ai, Thế nào là “lật đổ chính quyền nhân dân” tại Việt Nam?, RFA Viêt, 13/04/2018 []
  9. A cette époque la sécurité publique du Viêt-Minh était engagée dans la répression du principal mouvement nationaliste d’opposition incarné par le Front Quôc Dân Dang alliance entre le VNQDD et deux partis Dai Viêt []
  10. Voir le communiqué officiel Thông cáo Báo chí Kỳ họp 30 của Ủy ban Kiểm tra Trung ương, UBKTTW, 25/10/2018 []
  11. Cette méthode rappelle les mesures prises après la chute de Saigon sur les ouvrages édités au Sud entre 1955 et 1975 []
  12. Voir en ligne : NXB Tri Thuc []
  13. Voir la photographie à la une []
  14. Voir notre analyse sur Mémoires d’Indochine : « L’affaire de la refonde de la constitution vietnamienne : fin de parti ou fin de partie ? » []
  15. Voir « Le 4/02/2013 : Une journée historique » sur Mémoires d’Indochine []
  16. GS Chu Hảo bị đề nghị kỷ luật vì ‘tự diễn biến’, BBC Vietnamese, 25/10/2018 []

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 4

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Groupe de montagnards armés, hauts-plateaux du centre du Viêt-Nam, 1962 © DR

Mémoires « minoritaires »

Séance 4 : mercredi 17 octobre 2018 – salle de réunion LLE

Certains groupes sociaux parviennent difficilement à produire et à diffuser des traces écrites de leur histoire. Transmis oralement, leurs récits de vie restent confinés dans un statut de « mémoires minoritaires ». A travers l’approche des subaltern studies, cette séance sera consacré aux récits mémoriels provenant d’ethnies minoritaires chez lesquelles la parole vernaculaire prime et à tendance à disparaître dans un contexte de domination politique, linguistique ou culturelle. Comment se construisent ces récits subalternes face au récit dominant, comment s’organise la résistance mémorielle dans de telles situations ? Comment la marge conteste la centralité et les normes imposées. Nous survolerons l’histoire de la résistance des mouvements montagnards des Hauts-plateaux du Viêt-Nam pour illustrer notre propos.

La seconde partie du séminaire sera dédiée aux exposés oraux autour des questions de l’altérité en situation coloniale, à travers la littérature, et en situation post-coloniale, à travers l’anthropologie culturelle et politique développée par le professeur Lê Huu Khoa.

Textes étudiés

« A History of Resistance to central Government Control », in Repression of Montagnards. Conflicts over Land and Religion in Vietnam’s central Highlands, New York, Human Rights Watch, 2002, p. 13-27.

Po Dharma, « Le FULRO. Moment de l’histoire ou tradition de lutte des peuples du Campa » dans Po Dharma (avec la coll. de Mak Phoeum), Du FLM au FULRO, une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006, p. 159-172.

Sources complémentaires sur Mémoires d’Indochine

Portraits

Lès Kosem (?-1976)

Officier militaire cambodgien d’origine Cham, connu sous le nom de guerre « Po Nagar », et figure marquante de la Deuxième Guerre d’Indochine. Parachutiste dans l’Armée royale cambodgienne, il fonde le Front de Libération du Champa dans les années 1950. Son organisation rejoint le front de résistance montagnarde FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964. Il se sépare du FULRO en 1968 après un désaccord avec Y Bham Enuol, le leader du Front. Lié aux services secrets cambodgiens, Les Kosem est impliqué dans le trafic d’armes avec les Nord-Vietnamiens. Après le renversement de Sihanouk en 1970, il devient un fervent partisan de Lon Nol et reçoit le grade de général des Forces Armées Nationales Khmères (FANK). A la victoire des Khmers rouges en avril 1975, il se serait réfugié en Malaisie où il décède un an plus tard.

Y Bham Enuol (1923-1975)

Résistant montagnard d’origine E-Dhe (Radhé), il fonde et dirige plusieurs mouvements armés montagnards. Au mois de mai 1958, il créé le front Bajaraka mais il est arrêté en septembre par le régime de Ngo Dinh Diem et reste emprisonné jusqu’à la chute de Diem. En mars 1964, il fonde le Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnard, front qui intègre le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964 dont il prend la direction. Pour divergence de stratégie, il est arrêté par Les Kosem, un des leaders cambodgien du Front. Il est assigné à résidence à Phnom Penh jusqu’à sa mort en avril 1975 où il est exécuté par les Khmers rouges avec sa famille.

Autres liens

Blog militant : Montagnard Support Group

Télévision vietnamienne, chaîne de la sécurité publique : Vạch trần âm mưu phục hồi Fulro, “Tin lành Đê ga”, ANTV, 26/03/2017. Voir aussi sur Gia Lai Online.

Exposés oraux

Exposé de Mathilde Michel

  • Copin, Henri, L’Indochine des romans, Paris, Kailash, coll. « Asie imaginaire », 2000.

Présentation de l’éditeur : éditions Kailash

Exposé de Lou Eve

  • Lê Huu Khoa, Anthropologie du Vietnam, vol. 5 : L’espace cognitif du peuple, Paris, Les Indes savantes, 2016.

Présentation de l’éditeur : Les Indes savantes

Image « à la une » : Drapeau du FULRO © DR

L’autoroute Nord – Sud au Viêt-Nam, point sur le projet

Le 8 mai 2010 une entrée intitulée « Đường cao tốc Bắc – Nam (Việt Nam) » [Autoroute Nord-Sud (Viêt Nam)] était créée sur Wikipedia. Elle est dédiée au projet de construction d’une autoroute à quatre voies, en abrégée CT 01, entre le nord et le sud du Viêt-Nam, déployée sur quelques 2109 km. La notice de l’encyclopédie participative s’est considérablement développée ces dernières années car la première tranche des travaux a débuté en 2017. Trois étapes d’investissement sont prévues pour mener à bien ce projet qui devrait être finalisé en 2025 pour rejoindre Saigon et quelques années supplémentaires pour Can Tho et finir la course à la pointe de Ca Mau. De 2017 à 2030, l’ensemble de la construction doit s’étaler sur une douzaine d’années.

Le coût de l’investissement nécessaire annoncé au départ (en 2016) autour de 15 milliards de dollars (USD) a flambé, réévalué à 30/40 milliards de dollars, il devrait atteindre 60 milliards de dollars soulevant un débat au sein du gouvernement de l’État-Parti. Ce dernier entend éviter la corruption qui pourrait impacter lourdement le coût du projet. Le journaliste indépendant Pham Chi Dung retrace dans un article détaillé la dérive budgétaire observée entre les premières estimations de 2007 et les dernières de 20181

Bản đồ lộ trình tuyến đường cao tốc Bắc – Nam / Carte routière Nord-Sud (source : Wikipedia)

L’autoroute se déploiera sur quatre lignes : la première concerne l’axe Lang Son – Hanoi de 170 km, la seconde l’axe Hanoi – Ho Chi Minh-Ville soit 1600 km, la troisième l’axe HCM-Ville – Cantho et la quatrième Cantho – Ca Mau. Entre 2017 et 2020 une tranche prioritaire de construction a été formalisée sur 713 km traversant les provinces de Nam Dinh – Ha Tinh au nord, Quang Tri – Thua Thien Hue au centre et Khanh Hoa – Dong Nai aud Sud. En 2017, le site d’information Zing a réalisé une infographie vidéographique consultable en ligne et reprise sur YouTube (voir ci-dessous).

Une seconde infographie plus détaillée sur le plan des investissements a été réalisée par la TV du journal Lao Dong en avril 2017 mais tous ces chiffres demandent confirmation.

Le projet doit encore être validée par l’Assemblée nationale lors d’une prochaine session. Il est actuellement de nouveau discuté sur la toile. Nous profitons de ces débats pour mettre en ligne les cartes Wikipedia et de la presse vietnamienne à titre informatif.

Les trois étapes d’investissement de l’autoroute vietnamienne Nord-Sud (source : Phap Luat)

FG

Pour en savoir plus :

Song Hà, Phó thủ tướng chỉ đạo chuẩn bị triển khai một số tuyến cao tốc Bắc – Nam, VnEconomy, 26/09/2018. Yêu cầu các bộ ngành, địa phương phối hợp chặt chẽ với Bộ Giao thông Vận tải trong quá trình triển khai dự án cao tốc Bắc – Nam…

Viet Long, Xây dựng cao tốc Bắc Nam: Phải lựa chọn tư vấn có uy tín, Soha.vn, 27/09/2018. “Công tác lựa chọn tư vấn cho dự án đường cao tốc Bắc – Nam cần phải đảm bảo các đơn vị có nền tảng, trình độ và uy tín ». Đó là khẳng định của Bộ trưởng Bộ GTVT Nguyễn Văn Thể tại cuộc họp rà soát tiến độ các dự án thành phần thuộc dự án đường bộ cao tốc Bắc Nam phía Đông, diễn ra sáng 27-9.


Notes

  1. Pham Chi Dung, Bóng đè chế độ và hội chứng ‘hốt cú chót’, Bauxite, 26/09/2018 []

L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer – EHESS

Annonce de la suite du séminaire sur « L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer »  à l’EHESS coordonné par Paola Calanca (EFEO), Guillaume Carré (EHESS) et Pierre-Yves Manguin (EFEO). Deux spécialistes du Viêt Nam – Béatrice Wisniewski (EFEO-UMR CASE) et Johann Grémont (Université Paris Diderot -UMR SPHERE) – interviendront dans ce séminaire.

L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer (2)

Paola Calanca (EFEO, CCJ), Guillaume Carré (EHESS, CCJ) et Pierre-Yves Manguin (EFEO, CASE)

les 1er et 3e jeudi du mois de 15 h à 17h, à partir du 8 novembre 2018

Grand salon, Maison de l’Asie

Des années 1980 jusqu’à nos jours, les études historiques sur l’Asie maritime ont connu un fort développement en Occident, tant pour l’Océan Indien que pour les Mers de Chine, et ont été traversé par des courants qui influencent encore aujourd’hui leur évolution. Ces premiers travaux ont surtout été axés sur les échanges économiques, politiques ou diplomatiques, et des pans entiers de ce vaste domaine demeurent ainsi encore à explorer et à préciser. Il semble ainsi nécessaire de reprendre les dossiers de l’histoire maritime de l’Asie Orientale et du Sud-Est Asiatique avant l’époque contemporaine, en explorant/poursuivant l’exploration de la thématique de l’appropriation de l’espace maritime par les pouvoirs ou les groupes sociaux. Tout en tenant compte des débats actuels sur l’histoire globale, cette relation à la mer sera étudiée en la situant dans des environnements temporels et géographiques spécifiques, propres aux différentes aires culturelles de l’Asie maritime.

Dans une démarche qui se veut attentive aux développements des historiographies locales, passées et présentes, nous continuerons lors de ce séminaire, dans la suite de celui de l’année dernière, à nous intéresser aux populations maritimes et aux territoires côtiers, afin de mieux comprendre le rapport à la mer des sociétés locales et des autorités politiques, et les relations de ces dernières avec les populations qui tiraient leur subsistance du littoral. Il y sera également question des ports où les gens de mer se retrouvent et s’organisent, où les équipages sont constitués et enregistrés.

Calendrier des séances :

  • 8 novembre 2018 : Introduction et méthodologie
  • 22 novembre 2018 : Colloque Maritime knowledge for China seas (ANR seafaring, CCK, EFEO, CRCAO, EHESS, IEA)
  • 6 décembre 2018 : Satoumi, pour une gestion durable des zones côtières japonaises (Céline Caliaro, Paris 7-LCAO)
  • 20 décembre 2018 : Enquête sur le « Gouverneur de Kurushima » (Guillaume Carré, EHESS-CCJ)
  • 10 janvier 2019 : Ports et cités portuaires en Asie du Sud-Est pré-coloniale (Pierre-Yves Manguin, EFEO-CASE)
  • 24 janvier 2019 : Le commerce de la céramique et les ports vietnamiens du 15e au 18ème siècle (Béatrice Wisniewsky, CASE-EFEO)
  • 7 février 2019 : Main d’œuvre portuaire et équipages en Asie du Sud-Est insulaire (Pierre-Yves Manguin, EFEO-CASE)
  • 21 février 2019 : Une « Méditerranée septentrionale » ? – Le Japon, les Aïnous et les réseaux de la Mer d’Okhotsk (17ème – 19ème siècle) (Noémi Godefroy, INALCO)
  • 14 mars 2019 : « L’île des Pirates ». L’archipel des Gow Tow, point nodal de la contrebande maritime au large de la baie d’H Long durant la période coloniale (fin XIXe siècle – 1940) (Johann Grémont, Paris 7-LCAO)
  • 28 mars 2019 : La marine militaire chinoise et ses équipages (Paola Calanca, EFEO-CCJ)
  • 4 avril 2019 : La nourriture, la santé et l’hygiène des marins chinois et asiatiques dans l’âge de la voile: une comparaison transculturelle (Mathieu Torck, Ghent University)
  • 18 avril : Un métier à risque : pêcheurs dans les mers de Chine (Paola Calanca, EFEO-CCJ)


H-Diplo Roundtable XX, 2 on Vietnam’s Communist Revolution: The Power and Limits of Ideology

[ndlr] Une table ronde sur le dernier ouvrage de Tuong Vu, à lire sur le site de H Diplo.

Roundtable Editors: Thomas Maddux and Diane Labrosse

Roundtable and Web Production Editor: George Fujii
Introduction by Peter B. Zinoman

Tuong Vu.  Vietnam’s Communist Revolution:  The Power and Limits of Ideology.  Cambridge:  Cambridge University Press, 2017.  ISBN:  9781107154025 (hardback, $105.00); 9781316607909 (paperback, $35.99).

URL: http://www.tiny.cc/Roundtable-XX-2

Contents

Introduction by Peter B. Zinoman, University of California, Berkeley

© 2018 The Authors.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 United States License.

 

Introduction

by Peter B. Zinoman, University of California, Berkeley

I this forum on Tuong Vu’s Vietnam’s Communist Revolution: The Power and Limits of Ideology, four distinguished historians address critical questions raised in the book about the history of Vietnamese Communism. They include Christopher Goscha (the most important historian of Vietnam writing today in English), Sophie-Quinn Judge (author of the best biographical study of Ho Chi Minh in any language), Stein Tønnesson (a prolific scholar of the ‘international’ history of Vietnam in the 1940s) and Alec Holcombe, (a brilliant young historian of Vietnamese Communism). The four participants sort themselves into two factions, a war-era faction (Quinn-Judge and Tønnesson) who reject Tuong Vu’s central claims, and a post-war faction (Goscha and Holcombe) who endorse them. The division on exhibit here confirms that, despite the passage of over four decades, old disputes over interpretations of the Vietnam War remain unresolved.

While many Western-language studies have explored discrete periods in the history of Vietnamese Communism, Vietnam’s Communist Revolution is the first sweeping examination of the movement from its origins in the 1920s through the post-Vietnam War era. Based on a trove of vernacular-language sources of unparalleled scope and depth, it proposes a novel and interesting periodization of Vietnamese Communism (1917-1930, 1931-1940, 1940-1951, 1953-1960, 1957-1963, 1964-1975, 1976-1979, 1980-1991, 1991-2010) and offers a wide-ranging account of its evolution over time.   The historical insight featured in the book is especially impressive given Tuong Vu’s disciplinary background in political science. Supplementing his arguments about continuity and change, Tuong Vu advances the straightforward thesis that the most influential factor in the history of Vietnamese communism has been its leaders’ unwavering devotion to the political ideas of Karl Marx, Vladimir Lenin, Joseph Stalin, and Mao Zedong. This thesis makes a modest contribution to the political science scholarship, Tuong Vu notes, by adding “another case to the comparative literature, demonstrating the salience of revolutionary ideology in world politics” (13). In the context of Vietnam War studies, on the other hand, Tuong Vu’s thesis represents a forceful intervention into one of the oldest and most contentious debates in the field.

During the Vietnam conflict, ‘hawks’ and ‘doves’ disagreed about the fundamental political orientation of America’s enemy. For hawks, both the northern Democratic Republic of Vietnam (DRV) and the guerilla insurgency that it supported in the southern Republic of Vietnam (RVN) were principally motivated by a version of Communist internationalism. As evidence, hawks pointed to Ho Chi Minh’s long career as a Comintern agent, the integration of the DRV into the Eastern bloc, the violent social revolution (including the land reform and collectivization) that the Party spearheaded in the North, and the Vietnamese movement’s formal veneration of Mao and Stalin.  For hawks, the Communist leadership’s relentless and ultimately successful drive to conquer South Vietnam derived from a quasi-religious desire to liberate countrymen oppressed by capitalism and imperialism.

For doves, on the other hand, the Vietnamese Communist leadership’s core motivation was nationalism. As evidence, they pointed out that the two great causes animating the movement between 1925 and 1975 were freedom from colonial rule and territorial unification. They also found an intense nationalism in the trope of ‘resistance to foreign invasion’ that saturated the historical narratives and political culture promoted by Vietnamese Communism.  For doves, the critical nationalist agenda of the Vietnamese Communists was an important reason why the containment doctrine should never have been applied to the country and why the American intervention was misguided from the start.

Tuong Vu’s argument about the devotion of Vietnamese Communist elites to a radical leftist ideology reprises the hawkish position but he fortifies it significantly by mobilizing a massive new body of corroborating evidence. “In researching his topic,” Holcombe points out, “Tuong Vu took advantage of thousands of Party resolutions, orders, circulars, and general policy statements made public by the Vietnamese government in its 2001 Party Documents series. He appears to have read, cover to cover, every one of this series’ fifty-nine volumes, along with a variety of newspapers, archival materials, memoirs, and secondary scholarship.” Tuong Vu’s exceptionally wide reading impresses even his toughest critics. Tønnesson praises his “thorough research and impressive erudition” while Quinn-Judge, in an otherwise unsympathetic review, acknowledges that the “author has gone farther and deeper into this topic than any previous writer in English.”

While they do not map on to each other with complete precision, the dovish and hawkish positions dovetail with contending schools of historical interpretation of the Vietnam War known as orthodoxy and revisionism. The persistence of these tendencies in the field may be seen in two issues raised in the Forum about which reviewers express conflicting views. The first is the so-called ‘lost opportunity thesis’ which argues that an irrationally anti-Communist United States rejected friendly overtures from Ho Chi Minh during the 1940s and 50s thus driving the Vietnamese Communists into the arms of Beijing and Moscow. Citing copious textual evidence, Tuong Vu rejects this thesis, arguing that the zealous ideological partisanship of the Vietnamese leadership at the time made an alliance with America unlikely in the extreme. Goscha and Holcombe support Tuong’s Vu’s rejection of the ‘lost opportunity thesis,’ with Goscha noting that a similar argument about a lost American opportunity in communist China has been called convincingly into question by scholars such as Chen Jian.[1] Quinn-Judge and Tønnesson, on the other hand, continue to endorse ‘the lost opportunity thesis,’ with Quinn-Judge arguing that it was American intransience that radicalized the DRV.

A second issue over which reviewers disagree is Tuong Vu’s argument about internal factionalism within the Communist leadership. For Tuong Vu, factionalism in the Party has been overrated, as has a theory that the leadership was split between a moderate nationalist wing headed by Ho Chi Minh and a radical, internationalist wing led by Le Duan. Calling into question the characterization of Ho Chi Minh as a moderate nationalist, Tuong Vu suggests that what is most striking about the Vietnamese Communists was their shared commitment to the same overarching ideological project.   With some minor caveats, Holcombe endorses this interpretation adding that doves inflate the significance of factionalism within the Vietnamese Communist leadership for two instrumental reasons: it evokes the presence of moderate Communist elites who deserved American support and it heightens a contrast between a flexible, moderate Ho Chi Minh and a rigid extremist United States. Quinn-Judge and Tønnesson remain unconvinced by this revisionist argument.  The former argues that Ho Chi Minh was a moderate pragmatist with a strong nationalist streak. The latter attempts to resuscitate the fifty-year old interpretive scheme advanced by Huynh Kim Khanh which highlighted a conflict between ‘national patriots’ (led by Ho Chi Minh) and ‘proletarian internationalists’ (ultimately the Le Duan and Le Duc Tho faction).[2]

Contributors to the Forum raise additional questions and concerns. In response to Tuong Vu’s analysis of ‘factional divides within the party’ during the latter stages of the War, Goscha requests more historiography through additional engagement with the work of scholars who hold differing views. Holcombe attributes greater significance to Ho Chi Minh’s struggles with rivals in the 1930s and he disputes Tuong Vu’s optimistic speculation that the War was ‘winnable’ for the RVN. He also questions Tuong Vu’s conclusions about the ‘rationality’ of Hanoi’s post-war foreign policy. Quinn-Judge and Tønnesson question the book more aggressively. Quinn-Judge challenges its mono-causal explanatory framework and its static portrayal of Communist ideology. She restates her essentially sympathetic interpretation of Ho Chi Minh as a moderate, pragmatic nationalist, an argument of Tønnesson’s as well. Tønnesson rejects Tuong Vu’s overly rigid view of Communist ideology which, he claims, changed over time and included space for the expression of diverse positions.  He also argues that patriotism, not Communism, “carried the greatest normative weight for Vietnam’s Communist leaders.”

The critiques of Quinn-Judge and Tønnesson affirm the durability of divisions that date back fifty years. But they also introduce little new concrete evidence to back up their claims. This contrasts with the massive excavation of primary source material carried by Tuong Vu. Owing to his prodigious labors, the weight of the empirical record tips significantly in favor of his revisionist thesis.