Archives par mot-clé : Viêt-Nam

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 4

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Groupe de montagnards armés, hauts-plateaux du centre du Viêt-Nam, 1962 © DR

Mémoires « minoritaires »

Séance 4 : mercredi 17 octobre 2018 – salle de réunion LLE

Certains groupes sociaux parviennent difficilement à produire et à diffuser des traces écrites de leur histoire. Transmis oralement, leurs récits de vie restent confinés dans un statut de « mémoires minoritaires ». A travers l’approche des subaltern studies, cette séance sera consacré aux récits mémoriels provenant d’ethnies minoritaires chez lesquelles la parole vernaculaire prime et à tendance à disparaître dans un contexte de domination politique, linguistique ou culturelle. Comment se construisent ces récits subalternes face au récit dominant, comment s’organise la résistance mémorielle dans de telles situations ? Comment la marge conteste la centralité et les normes imposées. Nous survolerons l’histoire de la résistance des mouvements montagnards des Hauts-plateaux du Viêt-Nam pour illustrer notre propos.

La seconde partie du séminaire sera dédiée aux exposés oraux autour des questions de l’altérité en situation coloniale, à travers la littérature, et en situation post-coloniale, à travers l’anthropologie culturelle et politique développée par le professeur Lê Huu Khoa.

Textes étudiés

« A History of Resistance to central Government Control », in Repression of Montagnards. Conflicts over Land and Religion in Vietnam’s central Highlands, New York, Human Rights Watch, 2002, p. 13-27.

Po Dharma, « Le FULRO. Moment de l’histoire ou tradition de lutte des peuples du Campa » dans Po Dharma (avec la coll. de Mak Phoeum), Du FLM au FULRO, une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006, p. 159-172.

Sources complémentaires sur Mémoires d’Indochine

Portraits

Lès Kosem (?-1976)

Officier militaire cambodgien d’origine Cham, connu sous le nom de guerre « Po Nagar », et figure marquante de la Deuxième Guerre d’Indochine. Parachutiste dans l’Armée royale cambodgienne, il fonde le Front de Libération du Champa dans les années 1950. Son organisation rejoint le front de résistance montagnarde FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964. Il se sépare du FULRO en 1968 après un désaccord avec Y Bham Enuol, le leader du Front. Lié aux services secrets cambodgiens, Les Kosem est impliqué dans le trafic d’armes avec les Nord-Vietnamiens. Après le renversement de Sihanouk en 1970, il devient un fervent partisan de Lon Nol et reçoit le grade de général des Forces Armées Nationales Khmères (FANK). A la victoire des Khmers rouges en avril 1975, il se serait réfugié en Malaisie où il décède un an plus tard.

Y Bham Enuol (1923-1975)

Résistant montagnard d’origine E-Dhe (Radhé), il fonde et dirige plusieurs mouvements armés montagnards. Au mois de mai 1958, il créé le front Bajaraka mais il est arrêté en septembre par le régime de Ngo Dinh Diem et reste emprisonné jusqu’à la chute de Diem. En mars 1964, il fonde le Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnard, front qui intègre le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964 dont il prend la direction. Pour divergence de stratégie, il est arrêté par Les Kosem, un des leaders cambodgien du Front. Il est assigné à résidence à Phnom Penh jusqu’à sa mort en avril 1975 où il est exécuté par les Khmers rouges avec sa famille.

Autres liens

Blog militant : Montagnard Support Group

Télévision vietnamienne, chaîne de la sécurité publique : Vạch trần âm mưu phục hồi Fulro, “Tin lành Đê ga”, ANTV, 26/03/2017. Voir aussi sur Gia Lai Online.

Exposés oraux

Exposé de Mathilde Michel

  • Copin, Henri, L’Indochine des romans, Paris, Kailash, coll. « Asie imaginaire », 2000.

Présentation de l’éditeur : éditions Kailash

Exposé de Lou Eve

  • Lê Huu Khoa, Anthropologie du Vietnam, vol. 5 : L’espace cognitif du peuple, Paris, Les Indes savantes, 2016.

Présentation de l’éditeur : Les Indes savantes

Image « à la une » : Drapeau du FULRO © DR

L’autoroute Nord – Sud au Viêt-Nam, point sur le projet

Le 8 mai 2010 une entrée intitulée « Đường cao tốc Bắc – Nam (Việt Nam) » [Autoroute Nord-Sud (Viêt Nam)] était créée sur Wikipedia. Elle est dédiée au projet de construction d’une autoroute à quatre voies, en abrégée CT 01, entre le nord et le sud du Viêt-Nam, déployée sur quelques 2109 km. La notice de l’encyclopédie participative s’est considérablement développée ces dernières années car la première tranche des travaux a débuté en 2017. Trois étapes d’investissement sont prévues pour mener à bien ce projet qui devrait être finalisé en 2025 pour rejoindre Saigon et quelques années supplémentaires pour Can Tho et finir la course à la pointe de Ca Mau. De 2017 à 2030, l’ensemble de la construction doit s’étaler sur une douzaine d’années.

Le coût de l’investissement nécessaire annoncé au départ (en 2016) autour de 15 milliards de dollars (USD) a flambé, réévalué à 30/40 milliards de dollars, il devrait atteindre 60 milliards de dollars soulevant un débat au sein du gouvernement de l’État-Parti. Ce dernier entend éviter la corruption qui pourrait impacter lourdement le coût du projet. Le journaliste indépendant Pham Chi Dung retrace dans un article détaillé la dérive budgétaire observée entre les premières estimations de 2007 et les dernières de 20181

Bản đồ lộ trình tuyến đường cao tốc Bắc – Nam / Carte routière Nord-Sud (source : Wikipedia)

L’autoroute se déploiera sur quatre lignes : la première concerne l’axe Lang Son – Hanoi de 170 km, la seconde l’axe Hanoi – Ho Chi Minh-Ville soit 1600 km, la troisième l’axe HCM-Ville – Cantho et la quatrième Cantho – Ca Mau. Entre 2017 et 2020 une tranche prioritaire de construction a été formalisée sur 713 km traversant les provinces de Nam Dinh – Ha Tinh au nord, Quang Tri – Thua Thien Hue au centre et Khanh Hoa – Dong Nai aud Sud. En 2017, le site d’information Zing a réalisé une infographie vidéographique consultable en ligne et reprise sur YouTube (voir ci-dessous).

Une seconde infographie plus détaillée sur le plan des investissements a été réalisée par la TV du journal Lao Dong en avril 2017 mais tous ces chiffres demandent confirmation.

Le projet doit encore être validée par l’Assemblée nationale lors d’une prochaine session. Il est actuellement de nouveau discuté sur la toile. Nous profitons de ces débats pour mettre en ligne les cartes Wikipedia et de la presse vietnamienne à titre informatif.

Les trois étapes d’investissement de l’autoroute vietnamienne Nord-Sud (source : Phap Luat)

FG

Pour en savoir plus :

Song Hà, Phó thủ tướng chỉ đạo chuẩn bị triển khai một số tuyến cao tốc Bắc – Nam, VnEconomy, 26/09/2018. Yêu cầu các bộ ngành, địa phương phối hợp chặt chẽ với Bộ Giao thông Vận tải trong quá trình triển khai dự án cao tốc Bắc – Nam…

Viet Long, Xây dựng cao tốc Bắc Nam: Phải lựa chọn tư vấn có uy tín, Soha.vn, 27/09/2018. “Công tác lựa chọn tư vấn cho dự án đường cao tốc Bắc – Nam cần phải đảm bảo các đơn vị có nền tảng, trình độ và uy tín ». Đó là khẳng định của Bộ trưởng Bộ GTVT Nguyễn Văn Thể tại cuộc họp rà soát tiến độ các dự án thành phần thuộc dự án đường bộ cao tốc Bắc Nam phía Đông, diễn ra sáng 27-9.


Notes

  1. Pham Chi Dung, Bóng đè chế độ và hội chứng ‘hốt cú chót’, Bauxite, 26/09/2018 []

L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer – EHESS

Annonce de la suite du séminaire sur « L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer »  à l’EHESS coordonné par Paola Calanca (EFEO), Guillaume Carré (EHESS) et Pierre-Yves Manguin (EFEO). Deux spécialistes du Viêt Nam – Béatrice Wisniewski (EFEO-UMR CASE) et Johann Grémont (Université Paris Diderot -UMR SPHERE) – interviendront dans ce séminaire.

L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer (2)

Paola Calanca (EFEO, CCJ), Guillaume Carré (EHESS, CCJ) et Pierre-Yves Manguin (EFEO, CASE)

les 1er et 3e jeudi du mois de 15 h à 17h, à partir du 8 novembre 2018

Grand salon, Maison de l’Asie

Des années 1980 jusqu’à nos jours, les études historiques sur l’Asie maritime ont connu un fort développement en Occident, tant pour l’Océan Indien que pour les Mers de Chine, et ont été traversé par des courants qui influencent encore aujourd’hui leur évolution. Ces premiers travaux ont surtout été axés sur les échanges économiques, politiques ou diplomatiques, et des pans entiers de ce vaste domaine demeurent ainsi encore à explorer et à préciser. Il semble ainsi nécessaire de reprendre les dossiers de l’histoire maritime de l’Asie Orientale et du Sud-Est Asiatique avant l’époque contemporaine, en explorant/poursuivant l’exploration de la thématique de l’appropriation de l’espace maritime par les pouvoirs ou les groupes sociaux. Tout en tenant compte des débats actuels sur l’histoire globale, cette relation à la mer sera étudiée en la situant dans des environnements temporels et géographiques spécifiques, propres aux différentes aires culturelles de l’Asie maritime.

Dans une démarche qui se veut attentive aux développements des historiographies locales, passées et présentes, nous continuerons lors de ce séminaire, dans la suite de celui de l’année dernière, à nous intéresser aux populations maritimes et aux territoires côtiers, afin de mieux comprendre le rapport à la mer des sociétés locales et des autorités politiques, et les relations de ces dernières avec les populations qui tiraient leur subsistance du littoral. Il y sera également question des ports où les gens de mer se retrouvent et s’organisent, où les équipages sont constitués et enregistrés.

Calendrier des séances :

  • 8 novembre 2018 : Introduction et méthodologie
  • 22 novembre 2018 : Colloque Maritime knowledge for China seas (ANR seafaring, CCK, EFEO, CRCAO, EHESS, IEA)
  • 6 décembre 2018 : Satoumi, pour une gestion durable des zones côtières japonaises (Céline Caliaro, Paris 7-LCAO)
  • 20 décembre 2018 : Enquête sur le « Gouverneur de Kurushima » (Guillaume Carré, EHESS-CCJ)
  • 10 janvier 2019 : Ports et cités portuaires en Asie du Sud-Est pré-coloniale (Pierre-Yves Manguin, EFEO-CASE)
  • 24 janvier 2019 : Le commerce de la céramique et les ports vietnamiens du 15e au 18ème siècle (Béatrice Wisniewsky, CASE-EFEO)
  • 7 février 2019 : Main d’œuvre portuaire et équipages en Asie du Sud-Est insulaire (Pierre-Yves Manguin, EFEO-CASE)
  • 21 février 2019 : Une « Méditerranée septentrionale » ? – Le Japon, les Aïnous et les réseaux de la Mer d’Okhotsk (17ème – 19ème siècle) (Noémi Godefroy, INALCO)
  • 14 mars 2019 : « L’île des Pirates ». L’archipel des Gow Tow, point nodal de la contrebande maritime au large de la baie d’H Long durant la période coloniale (fin XIXe siècle – 1940) (Johann Grémont, Paris 7-LCAO)
  • 28 mars 2019 : La marine militaire chinoise et ses équipages (Paola Calanca, EFEO-CCJ)
  • 4 avril 2019 : La nourriture, la santé et l’hygiène des marins chinois et asiatiques dans l’âge de la voile: une comparaison transculturelle (Mathieu Torck, Ghent University)
  • 18 avril : Un métier à risque : pêcheurs dans les mers de Chine (Paola Calanca, EFEO-CCJ)


H-Diplo Roundtable XX, 2 on Vietnam’s Communist Revolution: The Power and Limits of Ideology

[ndlr] Une table ronde sur le dernier ouvrage de Tuong Vu, à lire sur le site de H Diplo.

Roundtable Editors: Thomas Maddux and Diane Labrosse

Roundtable and Web Production Editor: George Fujii
Introduction by Peter B. Zinoman

Tuong Vu.  Vietnam’s Communist Revolution:  The Power and Limits of Ideology.  Cambridge:  Cambridge University Press, 2017.  ISBN:  9781107154025 (hardback, $105.00); 9781316607909 (paperback, $35.99).

URL: http://www.tiny.cc/Roundtable-XX-2

Contents

Introduction by Peter B. Zinoman, University of California, Berkeley

© 2018 The Authors.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 United States License.

 

Introduction

by Peter B. Zinoman, University of California, Berkeley

I this forum on Tuong Vu’s Vietnam’s Communist Revolution: The Power and Limits of Ideology, four distinguished historians address critical questions raised in the book about the history of Vietnamese Communism. They include Christopher Goscha (the most important historian of Vietnam writing today in English), Sophie-Quinn Judge (author of the best biographical study of Ho Chi Minh in any language), Stein Tønnesson (a prolific scholar of the ‘international’ history of Vietnam in the 1940s) and Alec Holcombe, (a brilliant young historian of Vietnamese Communism). The four participants sort themselves into two factions, a war-era faction (Quinn-Judge and Tønnesson) who reject Tuong Vu’s central claims, and a post-war faction (Goscha and Holcombe) who endorse them. The division on exhibit here confirms that, despite the passage of over four decades, old disputes over interpretations of the Vietnam War remain unresolved.

While many Western-language studies have explored discrete periods in the history of Vietnamese Communism, Vietnam’s Communist Revolution is the first sweeping examination of the movement from its origins in the 1920s through the post-Vietnam War era. Based on a trove of vernacular-language sources of unparalleled scope and depth, it proposes a novel and interesting periodization of Vietnamese Communism (1917-1930, 1931-1940, 1940-1951, 1953-1960, 1957-1963, 1964-1975, 1976-1979, 1980-1991, 1991-2010) and offers a wide-ranging account of its evolution over time.   The historical insight featured in the book is especially impressive given Tuong Vu’s disciplinary background in political science. Supplementing his arguments about continuity and change, Tuong Vu advances the straightforward thesis that the most influential factor in the history of Vietnamese communism has been its leaders’ unwavering devotion to the political ideas of Karl Marx, Vladimir Lenin, Joseph Stalin, and Mao Zedong. This thesis makes a modest contribution to the political science scholarship, Tuong Vu notes, by adding “another case to the comparative literature, demonstrating the salience of revolutionary ideology in world politics” (13). In the context of Vietnam War studies, on the other hand, Tuong Vu’s thesis represents a forceful intervention into one of the oldest and most contentious debates in the field.

During the Vietnam conflict, ‘hawks’ and ‘doves’ disagreed about the fundamental political orientation of America’s enemy. For hawks, both the northern Democratic Republic of Vietnam (DRV) and the guerilla insurgency that it supported in the southern Republic of Vietnam (RVN) were principally motivated by a version of Communist internationalism. As evidence, hawks pointed to Ho Chi Minh’s long career as a Comintern agent, the integration of the DRV into the Eastern bloc, the violent social revolution (including the land reform and collectivization) that the Party spearheaded in the North, and the Vietnamese movement’s formal veneration of Mao and Stalin.  For hawks, the Communist leadership’s relentless and ultimately successful drive to conquer South Vietnam derived from a quasi-religious desire to liberate countrymen oppressed by capitalism and imperialism.

For doves, on the other hand, the Vietnamese Communist leadership’s core motivation was nationalism. As evidence, they pointed out that the two great causes animating the movement between 1925 and 1975 were freedom from colonial rule and territorial unification. They also found an intense nationalism in the trope of ‘resistance to foreign invasion’ that saturated the historical narratives and political culture promoted by Vietnamese Communism.  For doves, the critical nationalist agenda of the Vietnamese Communists was an important reason why the containment doctrine should never have been applied to the country and why the American intervention was misguided from the start.

Tuong Vu’s argument about the devotion of Vietnamese Communist elites to a radical leftist ideology reprises the hawkish position but he fortifies it significantly by mobilizing a massive new body of corroborating evidence. “In researching his topic,” Holcombe points out, “Tuong Vu took advantage of thousands of Party resolutions, orders, circulars, and general policy statements made public by the Vietnamese government in its 2001 Party Documents series. He appears to have read, cover to cover, every one of this series’ fifty-nine volumes, along with a variety of newspapers, archival materials, memoirs, and secondary scholarship.” Tuong Vu’s exceptionally wide reading impresses even his toughest critics. Tønnesson praises his “thorough research and impressive erudition” while Quinn-Judge, in an otherwise unsympathetic review, acknowledges that the “author has gone farther and deeper into this topic than any previous writer in English.”

While they do not map on to each other with complete precision, the dovish and hawkish positions dovetail with contending schools of historical interpretation of the Vietnam War known as orthodoxy and revisionism. The persistence of these tendencies in the field may be seen in two issues raised in the Forum about which reviewers express conflicting views. The first is the so-called ‘lost opportunity thesis’ which argues that an irrationally anti-Communist United States rejected friendly overtures from Ho Chi Minh during the 1940s and 50s thus driving the Vietnamese Communists into the arms of Beijing and Moscow. Citing copious textual evidence, Tuong Vu rejects this thesis, arguing that the zealous ideological partisanship of the Vietnamese leadership at the time made an alliance with America unlikely in the extreme. Goscha and Holcombe support Tuong’s Vu’s rejection of the ‘lost opportunity thesis,’ with Goscha noting that a similar argument about a lost American opportunity in communist China has been called convincingly into question by scholars such as Chen Jian.[1] Quinn-Judge and Tønnesson, on the other hand, continue to endorse ‘the lost opportunity thesis,’ with Quinn-Judge arguing that it was American intransience that radicalized the DRV.

A second issue over which reviewers disagree is Tuong Vu’s argument about internal factionalism within the Communist leadership. For Tuong Vu, factionalism in the Party has been overrated, as has a theory that the leadership was split between a moderate nationalist wing headed by Ho Chi Minh and a radical, internationalist wing led by Le Duan. Calling into question the characterization of Ho Chi Minh as a moderate nationalist, Tuong Vu suggests that what is most striking about the Vietnamese Communists was their shared commitment to the same overarching ideological project.   With some minor caveats, Holcombe endorses this interpretation adding that doves inflate the significance of factionalism within the Vietnamese Communist leadership for two instrumental reasons: it evokes the presence of moderate Communist elites who deserved American support and it heightens a contrast between a flexible, moderate Ho Chi Minh and a rigid extremist United States. Quinn-Judge and Tønnesson remain unconvinced by this revisionist argument.  The former argues that Ho Chi Minh was a moderate pragmatist with a strong nationalist streak. The latter attempts to resuscitate the fifty-year old interpretive scheme advanced by Huynh Kim Khanh which highlighted a conflict between ‘national patriots’ (led by Ho Chi Minh) and ‘proletarian internationalists’ (ultimately the Le Duan and Le Duc Tho faction).[2]

Contributors to the Forum raise additional questions and concerns. In response to Tuong Vu’s analysis of ‘factional divides within the party’ during the latter stages of the War, Goscha requests more historiography through additional engagement with the work of scholars who hold differing views. Holcombe attributes greater significance to Ho Chi Minh’s struggles with rivals in the 1930s and he disputes Tuong Vu’s optimistic speculation that the War was ‘winnable’ for the RVN. He also questions Tuong Vu’s conclusions about the ‘rationality’ of Hanoi’s post-war foreign policy. Quinn-Judge and Tønnesson question the book more aggressively. Quinn-Judge challenges its mono-causal explanatory framework and its static portrayal of Communist ideology. She restates her essentially sympathetic interpretation of Ho Chi Minh as a moderate, pragmatic nationalist, an argument of Tønnesson’s as well. Tønnesson rejects Tuong Vu’s overly rigid view of Communist ideology which, he claims, changed over time and included space for the expression of diverse positions.  He also argues that patriotism, not Communism, “carried the greatest normative weight for Vietnam’s Communist leaders.”

The critiques of Quinn-Judge and Tønnesson affirm the durability of divisions that date back fifty years. But they also introduce little new concrete evidence to back up their claims. This contrasts with the massive excavation of primary source material carried by Tuong Vu. Owing to his prodigious labors, the weight of the empirical record tips significantly in favor of his revisionist thesis.

Lê Xuân Phán : L’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945 : la formation des intellectuels vietnamiens

[ndlr] Avis de la soutenance de thèse de Lê Xuân Phán.

Le 31 août 2018 à 14h, M. Lê Xuân Phán soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « L’enseignement du Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945, la formation des intellectuels vietnamiens ». Cette thèse a été préparée sous la direction de Christine Cornet, professeur à Sciences Po Lyon. La soutenance aura lieu à l’amphithéâtre Benveniste, campus Berges du Rhône.

Membres du Jury :
Christine Cornet, Professeur des Universités, Sciences Po Lyon
Guy Faure, Directeur de recherche émérite, CNRS
François Guillemot, Ingénieur de recherche, CNRS
Phuong Ngoc Jade Nguyen, Maître de conférence HDR, Université d’Aix-Marseille

L’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale, 1862-1945 : la formation des intellectuels vietnamiens

Résumé :

Le principal objet de ce travail est l’enseignement au Vietnam pendant la période coloniale française dans la formation des intellectuels vietnamiens. En effet, dans le bouleversement historique de la période coloniale (1862-1945), la société vietnamienne a connu des transformations radicales. L’enseignement au Vietnam a connu des changements sans précédent. En Cochinchine, après qu’elle soit devenue colonie française (1862-1864), les concours des lettrés ont été supprimés. Au Tonkin et en Annam, après les réformes de 1906 à 1917, le système de l’enseignement traditionnel a été supprimé en 1919. Au début, l’enseignement en langue française a comme but de former des interprètes. Mais seule une partie de la population vietnamienne accepte d’envoyer ses enfants dans les écoles françaises. Après les mouvements vers l’instruction occidentale dirigée par des lettrés dans la première décennie du XXe siècle, la population a changé d’attitude par rapport à l’école française. Avec l’application du Règlement Général de l’Instruction Publique de 1917, le système d’enseignement en français est devenu le seul système de l’enseignement officiel.

Pendant la période 1862-1945, on constate la disparition progressive de la classe des lettrés et l’émergence des nouveaux intellectuels modernes. La majorité des intellectuels de cette période est issue de l’école française en Indochine. Même si le nombre d’écoles est faible, on constate que la qualité est bonne. Les écoles en français au Vietnam 1862-1945, notamment, les écoles post primaires et supérieures, sont des établissements importants pour répandre les connaissances, la culture et les sciences. Les collèges et les lycées franco indigènes sont les lieux d’étude de la majorité des intellectuels vietnamiens formés avant 1945. L’École de Médecine et de Pharmacie, l’École supérieure des Sciences ont formé des chercheurs vietnamiens célèbres. Il y a des professeurs vietnamiens remarquables qui sont issus de l’École supérieure de Pédagogie de l’Indochine. L’École supérieure de Droit d’Hanoi a formé des élites intellectuelles. L’École des Beaux-arts de l’Indochine est à l’origine de la première génération des artistes modernes vietnamiens.

Mots clés : Vietnam, Indochine, enseignement, école, université, intellectuel.

 

Khai Nguyen : A democratic revolution has just begun in Vietnam [Asia Times]

[ndlr] Analyse de la situation vietnamienne par le journaliste Khai Nguyen. Pas d’indication de sources pour les données chiffrées.

Massive but orderly protests across the country hint at the beginning of the end of Communist Party rule

On June 7, a group of about 300 ordinary Vietnamese in Phan Ri Cua City of Binh Thuan province formed the first rally against a draft law on special economic zones (SEZ). They had trouble before with an ongoing Chinese thermal power plant investment project in their own province and were opposed to more such Chinese investments.

Two days later, tens of thousands of workers at Pouyuen footwear company in Tan Tao Industrial Park, Ho Chi Minh City, went on strike against the SEZ draft law.

The following day, on June 10, many demonstrations sprung up in other cities throughout the country, including the capital of Hanoi, Nghe An, Da Nang, Khanh Hoa, Dac Lac, Binh Duong, Dong Nai, My Tho, Vinh Long, Kien Giang, and Ho Chi Minh City.

[…]

The government now spends about 82.1% of the national budget to pay salaries to government officials, military, police, 205 public security generals and five million Party members. The remaining 17.9% is earmarked for development investments.

Lire la suite : Asia Times, 08/07/2018.

Illustration « à la une » : Vietnamese protesters shout slogans against a proposal to grant companies lengthy land leases during a demonstration in Ho Chi Minh City on June 10, 2018  © AFP/Kao Nguyen

Cybersécurité au Vietnam: les militants se ruent sur l’internet jugé sûr

[ndlr] Stratégie de contournement pour les internautes vietnamiens. Un article de l’AFP, à lire.

Des dizaines de milliers d’utilisateurs de réseaux sociaux du Vietnam se sont inscrits sur une plateforme dédiée à la « liberté d’expression » après l’adoption d’une loi sur la cybersécurité qui verrouille internet, ont déclaré le site et des militants à l’AFP.

Le texte draconien qui entrera en vigueur en janvier prochain, oblige les plateformes du web à retirer sous 24 heures tous les commentaires considérés comme une menace à la « sécurité nationale ».

Elles seront également dans l’obligation de stocker les informations personnelles et les données des utilisateurs.

La loi fait scandale parmi les militants et autres bloggers. Le Vietnam n’a pas de médias indépendants et ils considèrent le géant Facebook comme une bouée de secours. Le premier réseau social mondial compte 53 millions d’utilisateurs au Vietnam pour une population de 93 millions d’habitants.

Beaucoup se tournent à présent vers Minds, une plateforme open-source américaine qui se présente comme un site sûr et fait la promotion de la liberté d’expression, craignant que Facebook ne se conforme aux nouvelles règles.

Lire la suite : TV5 Monde, 05/07/2018.

François Guillemot : Le « Renouveau » vietnamien, bilan provisoire [Fils Rouges Vietnam]

[ndlr] Résumé de notre intervention à la conférence Fils Rouges Vietnam du samedi 30 juin 2018.

Dans cette présentation succincte de trente minutes, l’auteur balaie 30 ans de la politique vietnamienne du « Renouveau » (Đổi Mới) en partant de la chute de Saigon. L’objectif de cette introduction générale est d’offrir aux étudiants une grille de compréhension et un cadre de réflexion sur cette politique vietnamienne à travers ses forces et ses faiblesses, ses réussites et ses défis en cours et à venir. Décrétée lors du VIe congrès du Parti communiste vietnamien en décembre 1986, le Đổi Mới, véritable « révolution dans la révolution », a façonné le Viêt-Nam actuel autant par son ouverture que ses limites. L’intervention sera suivi d’un débat avec le public.

Pour approfondir :

  • Brocheux, Pierre, Histoire du Viêt Nam contemporain . La nation résiliente (Fayard, 2011)
  • Catherine Earl, Vietnam’s New Middle Classes, Gender, Career, City (NIAS Press, 2014).
  • Christopher Goscha, The Penguin book of Modern Vietnam (Penguin, 2016).
  • François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1958 à nos jours (La Découverte, 2018).
  • Pamela D. McElwee, Forests are Gold. Trees, People, and Environmental Rule in Vietnam (University of Washington Press, 2016).
  • Minh T. N. Nguyen, Vietnam’s Socialist Servants. Domesticity, Class, Gender, and Identity (Routledge, 2015).
  • Keith W. Taylor, A History of the Vietnamese (Cambridge University Press, 2013).
  • Benoît de Tréglodé (dir.) Histoire du Viêt-Nam de la colonisation à nos jours (Editions de la Sorbonne, 2018).
  • Benoît de Treglodé & Stéphane Dovert (dir.), Viêt Nam contemporain (Les Indes savantes / Irasec, 2009, nouvelle édition).
  • Documents IRASEC en ligne (Hien Do & Pham Quang Minh, Leroy Nguyen, Vigne…)
  • Articles « Viêt-Nam », de Gédéon/Guillemot dans L’Asie du Sud-Est (Irasec, 2011-2016).

Lectures en complément :

Nicholas Chapman, The Beginning of a Political Doi Moi? Takeaways From the VCP’s Seventh Plenum, The Diplomat, 15/05/2018. The Vietnam Communist Party steps up efforts to reform its inner workings.

Nguyên Quynh – Hoàng Phuong/CVN, L’intégration mondiale, clé du succès économique, Le Courrier du Vietnam, 24/06/2018. C’est l’intégration internationale qui a permis au Vietnam d’obtenir des résultats encourageants, surtout dans le secteur économique. Mais si celle-ci peut créer des opportunités, elle est également source de défis. Recommandations d’économistes et de dirigeants.

VNA/CVN, IDE au Vietnam: 30 ans d’attraction, Le Courrier du Vietnam, 05/07/2018. La conférence bilan des 30 ans d’attraction des investissements directs étrangers (IDE) au Vietnam aura lieu le 4 octobre prochain.

World Bank, Country Partnership Framework for the Socialist Republic of Vietnam for the period FY18-FY22, 4 May 2017.

Illustration « à la une » : détail d’une affiche de propagande © FG / Virtual Saigon

MàJ : 10/07/2018

Kirsten W. Endres, Ann Marie Leshkowich (eds.) : Traders in Motion. Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace

[ndlr] Parution. Présentation de l’éditeur.

Traders in Motion

Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace
Edited by Kirsten W. Endres, Ann Marie Leshkowich

With essays covering diverse topics, from seafood trade across the Vietnam-China border, to street traders in Hanoi, to gold shops in Ho Chi Minh City, Traders in Motion spans the fields of economic and political anthropology, geography, and sociology to illuminate how Vietnam’s rapidly expanding market economy is formed and transformed by everyday interactions among traders, suppliers, customers, family members, neighbors, and officials.

The contributions shed light on the micropolitics of local-level economic agency in the paradoxical context of Vietnam’s socialist orientation and its contemporary neoliberal economic and social transformation. The essays examine how Vietnamese traders and officials engage in on-the-ground contestations to define space, promote or limit mobility, and establish borders, both physical and conceptual. The contributors show how trading experiences shape individuals’ notions of self and personhood, not just as economic actors, but also in terms of gender, region, and ethnicity. Traders in Motion affords rich comparative insight into how markets form and transform and what those changes mean.

Ref. : Endres, Kirsten W., and Ann Marie Leshkowich, eds. Traders in Motion: Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace. Southeast Asia Program Publications, Cornell University Press, 2018.

TABLE OF CONTENTS

Introduction: Space, Mobility, Borders, and Trading Frictions
ANN MARIE LESHKOWICH AND KIRSTEN W. ENDRES

PART I. Space, Place, and Contentious Politics of Market Redevelopment
Introduction: The Spatial Politics of Marketplaces
LINDA J. SELIGMANN

Chapter 1
Making the Marketplace: Traders, Cadres, and Bureaucratic Documents in Lào Cai City
KIRSTEN W. ENDRES

Chapter 2
“Run and Hide When You See the Police”: Livelihood Diversification and the Politics of the Street Economy in Vietnam’s Northern Uplands
SARAH TURNER

Chapter 3
Grand Designs? State Agendas and the Lived Realities of Market Redevelopment in Upland Northern Vietnam
CHRISTINE BONNIN

Chapter 4
Ghost Markets and Moving Bazaars in Hanoi’s Urban Space
GERTRUD HÜWELMEIER

PART II. Circuits of Mobility, Identities, and Power Relations
Introduction: Moving and Shaking
ERIK HARMS

Chapter 5
A Mobile Trading Network from Central Coastal Vietnam: Growth, Social Network, and Gender
HY VAN LUONG

Chapter 6
Money, Risk Taking, and Playing: Shifting Masculinity in a Waste-Trading Community in the Red River Delta
MINH T. N. NGUYEN

Chapter 7
“Strive to Make a Living” in the Era of Urbanization and Modernization: The Story of Petty Traders in a Hanoi Peri-urban Community
NGUYỄN THỊ THANH BÌNH

Chapter 8
Dealing with Uncertainty: Itinerant Street Vendors and Local Officials in Hanoi
LISA BARTHELMES

PART III. Borderwork
Introduction: Constructing, Maintaining, and Navigating Boundaries
CHRIS GREGORY

Chapter 9
Regulations and Raids, or the Precarious Place of Gold Shops in Vietnam
ALLISON TRUITT

Chapter 10
Moralities of Commerce in a Northern Vietnamese Trading Community
ESTHER HORAT

Chapter 11
Fuel Trade: People, Places, and Transformations along the Coal Briquetting Chain
ANNUSKA DERKS

Chapter 12
Arbitrage over the Beilun/Kalong River: Chinese Adjustments to Border Trade Practices in Vietnam
CAROLINE GRILLOT

Afterword
GRACIA CLARK

Contributors:
Lisa Barthelmes, Christine Bonnin, Gracia Clark, Annuska Derks, Kirsten W. Endres, Chris Gregory, Caroline Grillot, Erik Harms, Esther Horat, Gertrud Hüwelmeier, Ann Marie Leshkowich, Hy Van Luong, Minh T. N. Nguyen, Nguyen Thi Thanh Binh, Linda J. Seligmann, Allison Truitt, Sarah Turner.

Source : Cornell University Press

Projection rencontre : Finding Phong [19 juin 2018]

[ndlr] Projection d’un film de la réalisatrice Tran Phuong Thao.

Projection le mardi 19 juin à 20h00 au Luxy à Ivry-sur-Seine

La projection sera suivie d’une rencontre avec Loan Rocher (massothérapeute, psychothérapeute, transgenre), Tran Hai Hac (responsable du ciné-club vietnamien Yda), Nguyen Dac Minh (responsable de la section Sông Viet de l’UGVF), Nam Trân, responsable du MCFV, Nicole Trampoglieri (Présidente du Comité Choisy 94 de l’AAFV).

Finding Phong

De Phuong Thao Tran et Swann Dubus Mallet – Vietnam – 2018 – 1h32 – vo

Phong a grandi dans une petite ville perdue au centre du Vietnam. Depuis son plus jeune âge, elle s’est toujours considérée, souvent avec souffrance, comme une fille prise au piège d’un corps de garçon. Portrait touchant et plein d’humanité, Finding Phong est le récit délicat, sans fard ni fausse pudeur, d’une métamorphose, d’un changement de vie.

 

Lire aussi :

Jacques Mandelbaum, « Finding Phong » : face aux troubles du changement de sexe, Le Monde, 14/02/2018.