Archives par mot-clé : Viêt-Công

Hwang Sok-Yong, L’Ombre des armes – Recension de Julia Fournier

Recension de : Sok-Yong Hwang, L’ombre des armes, 1992, Édition Zulma, 2003, traduit du coréen, 672 pages.

La présence sud-coréenne dans la guerre du Vietnam

Sous le régime du dictateur Park Chung-Hee, la Corée du Sud participe aux côtés des États-Unis à la Guerre du Vietnam. L’envoi de troupes coréennes en septembre 1964 au Vietnam se fait en échange de promesses d’aides financières et d’investissements dans les consortiums internationaux par les États-Unis. Environ 300 000 soldats sud-coréens ont combattu, c’est le 2ème plus gros bataillon défendant le Sud-Vietnam après les États-Unis.

Trois divisions sud-coréennes d’intervention se distinguent : The Tiger Division, The Blue Dragons, et The White Horse. L’armée coréenne était redoutée des Vietnamiens et reconnue des Américains. En effet, sur le terrain les divisions coréennes pratiquent l’art martial du Taekwondo et usent de stratégies très bien coordonnées ne laissant aucune chance à l’adversaire. Des villages vietnamiens étaient réduits en cendre, et les chefs de villages exécutés et leurs corps disposés comme exemple. Une armée efficace mais cruelle.

Malgré la forte présence de l’armée coréenne dans la guerre du Vietnam, le grand public n’en a généralement pas connaissance. De même, les actes que les soldats sud-coréens ont commis ne sont pas connus ni enseignés dans les manuels scolaires des élèves sud-coréens. Il y a, encore aujourd’hui, une guerre de mémoire entre le Vietnam et la Corée du Sud sur ce sujet. Les victimes vietnamiennes attendent une reconnaissance.

Hwang Sok-Yong, un écrivain militant aujourd’hui incontournable

Hwang Sok-Yong est né en 1943 en Mandchourie alors occupée par l’armée japonaise. Il a passé son enfance en Corée du Nord et s’exile avec ses parents à Séoul en 1950. Il fait des études en philosophie à l’université de Dongguk et est emprisonné en 1954 pour des raisons politiques. En 1966-1967, Hwang Sok Young a 23 ans et est envoyé combattre à contrecœur aux côtés des Américains dans la guerre du Vietnam. Il a combattu avec le contingent coréen à Da Nang.

« Quelle différence peut-il bien y avoir entre la génération de mon père enrôlée au sein de l’armée japonaise pour servir les ambitions impériales japonaises, et ma génération, mêlée à la guerre du Vietnam aux côtés des Américains pour établir « un axe américain » en Extrême-Orient pendant la Guerre Froide? » (Hwang Sok-Yong, The Old Garden, Seven Stories Press, page 540).

Au Vietnam Hwang Sok-Yong a fait partie d’une unité chargée du « nettoyage ». C’est à dire de l’effacement des preuves de massacres civils, en contact constant avec la mort et en témoin direct de massacres. Il écrit La pagode en 1970 basée sur ces expériences et remporte le prix littéraire du Chosun Ilbo (nom d’un journal sud-coréen).

En 1970, il publie notamment la nouvelle Monsieur Han, histoire d’une famille séparée par la guerre de Corée. C’est son livre le plus connu et celui qui ouvre sa carrière littéraire. En 1974, il édite un recueil de trois nouvelles Sur la route de Sampo puis une nouvelle Jang Gil-san qui fut publiée entre 1974 et 1984 en série dans un quotidien. Hwang Sok-Yong écrit des romans faisant parabole aux évènements historiques qu’il a vécu ainsi qu’à ses expériences personnelles. Bien que fictives, ses œuvres sont des témoignages indirectes et des best-sellers en Corée du Sud. Dans les années 80, Hwang Sok-Yong écrit aussi pour le théâtre, coordonne des écrivains contre la dictature de Park Chung-Hee et lance une radio clandestine et participe au soulèvement démocratique de Gwanju. En 1985, sort enfin L’ombre des armes, traduit en français en 2003. Il se rend à Pyongyang en 1989 pour soutenir des intellectuels nord-coréens puis s’exile à New-York car la loi sud-coréenne interdisait tout contact avec des Nord-Coréens. Il rentre à Séoul en 1993 et est tout de suite emprisonné pour atteinte à la sécurité nationale. Il est libéré en 1998 après les demandes d’organisations internationales et par la grâce du nouveau président Kim Dae-Jung. Il est aujourd’hui considéré comme un auteur classique incontournable et a reçu de nombreux prix internationaux.

L’Ombre des armes, un roman « total »

L’Ombre des armes est une œuvre imposante (670 pages tout de même) publiée en feuilleton en 1983 dans le mensuel Wolgan Joseon, puis en deux volumes en 1985 et 1988. Hwang Sok-Yong a attendu le départ du dictateur Chun Doo-Hwan et une libéralisation du régime pour publier le second volume. Cette dernière version de 1992 est traduite en français en 2003 par Lim Yeong-He, Françoise Nagel et Marc Tardieu. Ce récit, prenant la forme d’un roman, est basé sur l’expérience personnelle de l’auteur au Vietnam. Dans son œuvre, il aborde « l’ombre des armes », c’est à dire, ce qu’il se passe pendant la guerre du Vietnam derrière les confrontations armées : l’organisation, la logistique, l’économie ; mais aussi les confrontations d’idéaux qui se déroulent chez chacun, le non respect des règles et les limites de l’acceptable. En effet, Hwang Sok-Yong ne se concentre pas sur le carnage qui a eu lieu pendant la guerre (cependant les personnages n’échappent pas complètement à ce carnage inexorablement présent) mais il zoome sur l’aspect économique de la guerre : le marché noir. En changeant de chapitre, on change de personnage et nous voyons les choses de leur point de vue. Ainsi on a l’occasion de croiser différents personnages vietnamiens, américains et sud-coréens de différents milieux. On suit un jeune caporal sud-coréen, Ahn Yeong Kyu, affecté à Da Nang au département d’enquête des Forces Alliées. Il découvre le marché noir du port de Da Nang et la guerre économique qui s’y déroule. Il est à considérer comme le personnage principal. Il croise Pham Quyen, un commandant de l’armée sud-vietnamienne et son frère engagé dans les rangs viêt-congs. D’autres personnages les accompagnent tout au long du récit, des supérieurs, de la famille, des amours, des compagnons d’armes et collègues.

Marines sud-coréens en opération pendant la guerre du Viêt-Nam © DR

L’auteur ayant vécu une expérience proche de celles de ces personnages, les descriptions peignent un décor qu’il est facile de s’imaginer. L’auteur donne de l’importance aux gestes des personnages et peut consacrer une page à la description de la manière dont un personnage va se déshabiller, va conduire sur un trajet ou va se faire un café. Ces descriptions comportent toujours des détails qui apprennent de nouvelles choses au lecteur et l’aide à comprendre le monde dans lequel évoluent les différents personnages. Pour reprendre les exemples précédents, lorsque Ahn Yeong-Kyu retire son habit militaire usé qu’il a porté au combat, se lave, puis enfile une tenue de civil, un changement radical va s’opérer chez lui. Le personnage change de monde, d’apparence, de statut, de métier, de manière de communiquer verbalement et physiquement, d’identité et d’idéologie. La description d’un trajet en voiture va révéler des informations sur l’organisation militaire, l’état des routes et le déroulement des contrôles que les lecteurs n’auront jamais croisé ailleurs. Ce qui choque dans l’intrigue du livre d’Hwang Sok-Yong, ce sont les relations entre les Américains soldats et trafiquants en même temps, avec les Coréens présentés tantôt comme les  égaux des Américains, tantôt comme les frères des Vietnamiens.

★ ★ ★

 

L’ombre des armes  est très bien accueilli par les critiques français qui y voient une œuvre qui se démarque des autres, autant pour ce qu’elle raconte que pour son style littéraire. La personnalité originale de Hwang Sok-Yong ajoute à la singularité du livre. En effet, bien qu’il existe de nombreux livres sur la guerre du Vietnam, rare sont ceux évoquant la présence de l’armée sud-coréenne et encore plus rare ceux décrivant avec un tel réalisme le marché noir qui s’opérait derrière les affrontements armés.

En effet, ce livre a marqué les esprits des critiques. Ici, un extrait des dernières lignes d’un article de Lionel Besnier dans la revue Page en 2003 sur le roman :

« Ce roman n’est pas de guerre ou sur la guerre. Il parle d’hommes et de femmes pris dans la radicalisation de l’Histoire dans un pays de veuves, de prostitution et de trafics. Celui des armes reste dans l’ombre et dévore le reste. Un livre de référence. »

Le livre de Hwang Sok-Yong dénonce l’impérialisme américain et est emprunt d’actualité. Le sujet du marché noir en temps de guerre n’est que peu abordé aujourd’hui bien qu’il soit de pair avec l’intervention militaire des États-Unis dans un pays.

J’ai personnellement apprécié le livre. Et bien qu’il soit long, une fois qu’on l’a rouvert on se retrouve plongé auprès du personnage, curieux d’en apprendre plus sur les exactions commises et l’évolution des personnages dans ce milieu sans règles. Le style littéraire de Hwang Sok-Yong est convaincant et mêle souvenirs réels et fictions au suspens policier.

Julia Fournier

Références :

  • Lionel Besnier, « Hwang Sok-Yong », Page des libraires, n°83, juin-juillet-aout 2003.
  • André Clavel, « Un soldat sud-coréen englué dans la guerre du Vietnam », Le Temps, 31 mai 2003.
  • André Clavel, « Des matins pas si calmes », L’Express, 24 juillet 2003.
  • Claude Combet, « A l’ombre de la guerre du Vietnam », Livres Hebdo, 11 avril 2003.
  • Philippe Pons, « Corées, Vietnam, les perditions parallèles », Le Monde, 4 juillet 2003.
  • François Kasbi, « L’ombre des armes », Magazine littéraire, n°422, juillet-aout 2003.
  • Notice « Hwang Sok-yong », Wikipédia, mise à jour en novembre 2017.
  • RFI, « Guerre du Vietnam: les Sud-Coréens accusés de violences sur des civils », 22 mai 2015.
  • Lina Sankari, « Vietnam-Corée. La guerre sans fin des mémoires », L’Humanité, 6 février 2017.

Image « à la une » : Marines sud-coréens préparant une position défensive près de Tuy Hoa © Wikipedia  Larsen, Stanley Robert; Collins, James Lawton Jr. (1975) Vietnam Studies: Allied Participation in Vietnam, Washington, D.C.: Department of the Army, p. 137 Retrieved on 27 March 2007.

Julia Fournier est étudiante en Master 2 Asie orientale contemporaine (ENS de Lyon et Sciences Po Lyon). Tout d’abord intéressée par le Japon et les enjeux des mémoires de guerre, elle s’est ensuite tournée vers la Corée du Sud, un pays aux problématiques multiples encore peu étudié en France. Elle effectue actuellement une mobilité académique en Corée du Sud à Séoul.

Marcelino Truong : Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-1963 – CR de lecture par Alexandre Brochard

CR de lecture d’Alexandre Brochard : Marcelino Truong, Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-63, Paris, Denoël, Denoël Graphic, 2012, 269 p.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerreUne si jolie petite guerre est un roman graphique narrant trois années d’enfance de son auteur, Marcelino Truong, illustrateur né à Manille (Philippines) d’une mère malouine et d’un père vietnamien. Haut-fonctionnaire et diplomate de la République du Viêt-Nam (communément appelé Sud-Viêt Nam), son père est amené à travailler dans les ambassades du monde entier, entrainant sa famille lors de ses déplacements. Après quelques années passées aux États-Unis et l’élection de John Fitzgerald Kennedy à la présidence, la famille Truong s’installe finalement à Saigon. Nous sommes en 1961 et les prémisses d’une guerre sans précédent se font déjà ressentir dans la capitale du Sud-Viêt Nam1.

Au-delà de l’aspect graphique permettant d’exprimer par le trait et les couleurs, cet ouvrage est également une source d’informations concernant la vie quotidienne saïgonnaise au début de la guerre du Viêt Nam. Très accessible, le récit nous renseigne aussi sur les conditions de vie des civils dans la campagne sud-vietnamienne via des passages plus historiques, en parallèle avec des chapitres plutôt personnels, narrés à travers les yeux de l’auteur lorsqu’il avait quatre ans (en 1961). Bien qu’ayant vécu cette période depuis le Sud (allié aux États-Unis dans un contexte de guerre froide), Marcelino Truong s’efforce de faire la part des choses et de traiter autant des violences commises par les forces armées populaires du Front National de Libération du Sud-Viêt Nam2 que par l’Armée de la République du Viêt Nam3, ainsi que de leurs techniques de propagandes respectives. Enfin, les figures féminines et les enfants, parfois oubliées des autres récits, sont mis en avant au fil des vignettes à travers différents personnages.

Une vie mondaine, urbaine et occidentale

Si l’auteur affirmait lors d’une interview que « notre histoire est celle de milliers de familles comme la nôtre, dont on ne parle jamais ou peu »4, il ne faut néanmoins pas perdre de vue que le cadre de vie de la famille Truong était plutôt privilégié. Son père étant un proche et l’interprète du Président Ngô Đình Diệm (1955 – 1963), il fréquentait de fait les hautes sphères de pouvoir du Sud-Viêt Nam. Il menait une vie plutôt mondaine, rythmée notamment par de nombreuses réceptions au Palais de l’indépendance5, près duquel il résidait dans un appartement de style moderne. L’auteur ne manquera cependant pas de dénoncer que « la vie mondaine continuait donc et pourtant, les nouvelles de la guerre étaient mauvaises » (p. 86). Depuis le centre-ville de Saigon, il ne s’agissait encore que d’une « jolie petite guerre » (p. 90), finalement d’une ampleur dont personne n’avait encore pris conscience.

C’est donc une vie apparemment éloignée du danger que Marcelino Truong et sa famille vivent, dans un Saigon encore marqué par des années de colonisation. En effet, l’influence française est omniprésente, tant dans les toponymes que dans l’architecture, en passant par la littérature, la musique et le cinéma. C’est ainsi non sans humour que l’auteur narre sa rencontre avec Fernandel dans Ali Baba et les Quarante Voleurs6 lors d’une séance en centre-ville, alors même qu’une grenade explosait dans un autre cinéma de l’autre côté de la rue. La présence américaine dans le pays se faisait également ressentir sous bien des aspects, du Coca-Cola à la voiture familiale, une Rambler7. De nombreuses références au cinéma hollywoodien (Gone with the Wind, 1939 de Victor Fleming, Ben Hur, 1959 de William Wyler…) sont aussi faites tout au long du récit, illustrant l’imprégnation de l’auteur dans la culture de l’Oncle Sam.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerre_extrait1

De plus, le code vestimentaire utilisé à l’époque au Palais présidentiel du Sud-Viêt Nam révèle encore une fois l’occidentalisation par l’influence américaine. Ainsi, le costume-cravate est de rigueur pour le père de l’auteur, tout comme pour le Président Ngô Đình Diệm. Enfin, le catholicisme fervent pratiqué par les parents de l’auteur n’est pas une exception dans le Sud-Viêt Nam, où se sont réfugiés plus de 800 000 catholiques nord-vietnamiens après la partition du pays en 1954. D’autre part, les fêtes de Noël sont très présentes dans la capitale en fin d’année. Un chapitre (pp. 134-148) est d’ailleurs dédié à l’histoire des catholiques du Viêt Nam depuis le XVIe siècle. Ces pratiques sont aussi à mettre en parallèle à la répression anti-bouddhiste ordonnée par Ngô Đình Diệm et dénoncée dans l’ouvrage.

Civils ruraux et urbains dans la guerre

La vie urbaine de l’auteur à Saigon est à lire au regard de celle des vietnamiens vivant à l’intérieure des terres, où s’exercent les principales violences de la guerre. Comme évoqué plus haut, l’auteur expose dans des vignettes plus historiques l’intensité des combats et les difficiles conditions de vie dont il n’a pas eu directement l’expérience. Les pages qui y sont consacrées sont teintées d’une palette de couleurs froides, illustrant une atmosphère plutôt macabre, mais aussi un certain détachement.

Ainsi, « la sale guerre avait lieu dans les campagnes » (p. 89), entre les affrontements avec les partisans du FNL et les différentes actions du gouvernement de la République du Viêt Nam, menées conjointement avec les États-Unis. L’auteur critique de manière virulente l’échec de la plupart de ces opérations et les nombreux « dommages collatéraux » (p. 165)8 qu’elles ont engendrés.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerre_extrait2

Le programme « hameaux stratégiques », ayant pour objectif de protéger les paysans sud-vietnamiens de l’influence des Viêt Công, mettant à contribution les civils eux-mêmes pour leur construction, n’aurait eu pour résultat que l’impopularité des conseillers américains au bénéfice des combattants du FNL. Marcelino Truong dépeint également avec effroi les ravages de l’agent orange déversé sur les forêts vietnamiennes dès l’opération Ranch Hand9. L’évocation de la destruction de l’écosystème de la région et des déformations encore nombreuses aujourd’hui chez les nouveaux nés vietnamiens sonne comme un réquisitoire contre ces méthodes jugées inefficaces et surtout mortifères. De manière étonnante, l’auteur insiste beaucoup moins sur les violences perpétrées par le FNL sur les civils en les évoquant seulement, se concentrant sur les échecs du gouvernement du Sud.

Le monde rural est ainsi le théâtre des affrontements les plus sanglants, mais les grandes villes, et notamment Saigon, n’étaient pas en reste. C’est en effet dans de ce qui deviendra Hô-Chi-Minh-Ville en 1975 que s’exercent des dynamiques s’apparentant à une guerre civile. Les violences subies par les civils urbains sont d’un autre genre et c’est d’une toute autre manière que les illustre l’auteur (les ayant vécues lui-même) : en les insérant dans des scènes de vie familiales. La présence de plus en plus accrue de soldats, d’armes, de véhicules blindés et de références belliqueuses au fil des pages exprime de manière évidente l’installation d’un climat de guerre au sein de la capitale. Parallèlement s’ajoute également un climat de peur : des attentats successifs vont toucher le centre-ville, du Palais présidentiel à l’Hôtel de Ville, en passant par les cinémas et autres lieux de vie. Ce milieu devenant toujours plus hostile agitera d’ailleurs la santé de la mère de l’auteur par « une crise de foie carabinée » (p. 105) (sa mère avait été affectée par la guerre à Saint-Malo dans son enfance)10 et fait écho aux évènements récents quant à la tension palpable et le développement d’une certaine psychose. Cette paranoïa maternelle, très bien rapportée par l’auteur, s’exprime d’autant plus que les médias sont très présents à Saigon et vont de fait particulièrement insister sur ces évènements traumatisants.

La femme, l’enfant et le soldat

Outre les différences entre civils ruraux et civils urbains en termes d’expérience de la guerre, l’auteur présente aussi sous un autre jour les figures de la femme et de l’enfant dans ce contexte.

Le genre féminin est en effet omniprésent tout au long du récit à travers différents symboles et personnages. Déjà citée précédemment, la mère de Marcelino Truong est centrale et ses réactions rythment les pages du roman de manière singulière. Mère au foyer consciente du déroulement de la guerre (son mari lui donnant accès à cette information), elle va également avoir une influence non-négligeable sur ses enfants et surtout son mari, en précipitant leur départ de la capitale pour Londres à l’été 1963. Une autre figure féminine récurrente et symbolique de cette période : Madame Nhu, surnommée « Madame » ou « Dragon Lady » (par la presse américaine), belle-sœur du Président. Se voulant « une femme vietnamienne moderne et émancipée » (p. 123), elle est célèbre pour ses déclarations sulfureuses11 et son engagement féministe au sein du Mouvement de Solidarité des Femmes12. Elle est également à l’origine des Jeunes femmes républicaines, bataillon féminin des forces sud-vietnamiennes et bras armé du MSF. L’auteur insiste également sur sa comparaison avec les soeurs Trưng, héroïnes emblématiques de la lutte contre la Chine. Il explique clairement de quelle manière ces figures historiques ont été transposées en la personne de Madame Nhu, la Chine d’alors étant associée au Nord-Viêt Nam communiste. De cette manière, Marcelino Truong souligne intelligemment la place centrale des femmes dans le conflit vietnamien, considérées « à la fois actrice et victimes »13.

La seconde figure dépeinte à travers ce roman graphique, et qui est certainement la plus mis en avant : l’enfant. D’une part, le récit est raconté à travers les yeux de l’auteur lorsqu’il était petit, faisant donc ainsi de l’enfance le thème majeur de l’ouvrage. Mais là n’est pas le seul élément qui s’y rapporte. En effet, l’œuvre dans son ensemble peut, d’autre part, se lire comme une critique acerbe contre la militarisation des plus jeunes. Une simple observation des scènes familiales et de jeux permettent de se rendre compte que l’auteur « éprouvais une grande fascination pour les machines de guerre et les soldats qui peuplaient les rues de Saigon »14.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerre_extrait3

Si ces quelques détails semblent anodins de prime abord, ils résonnent après réflexion comme autant d’attaques envers la propagande du gouvernement nord-vietnamien qui « avait largement militarisé la société […] et n’hésitait pas à mettre un fusil […] dans les mains des enfants » (p. 181), allant même jusqu’à une comparaison avec les enfants soldats du régime maoïste. Après la lecture de ces quelques lignes, la transposition du conflit dans l’univers ludique de l’auteur et de ses frères et sœurs (et certainement de beaucoup d’autres enfants à l’époque) semble devenir une évidence : les jeux de guerre, les fausses armes, l’intérêt pour les expositions d’armement, les combats d’animaux, les blagues sur les Viêt Công… Autant d’éléments apparemment anodins participent finalement de l’atmosphère générale, du climat de guerre et de tension paranoïaque évoqués plus haut. Cette réflexion a posteriori sur la militarisation de l’enfance est ainsi judicieusement incluse dans un récit enfantin et nourri de l’innocence de l’auteur, elle-même alimentée par un contexte urbain plutôt privilégié et sécurisé.

Très éloigné de ce que l’on peut trouver dans les documentaires ou les ouvrages académiques traitant de cette période, Marcelino Truong nous offre ici un portrait familial et une micro-histoire de la guerre du Viêt Nam pour le moins atypique. En mettant l’enfant au centre, sujet méconnu de la guerre, il livre un récit proche du réel et fondé sur des expériences personnelles, tout en faisant écho à des problématiques très actuelles sur la guerre civile et la militarisation de l’enfance (en Syrie, au Tchad…). Le sujet est d’ailleurs traité parfois avec humour, le rendant accessible au plus grand nombre (bien qu’il soit le plus souvent classé dans la catégorie des romans graphiques « adultes ») ; parfois avec gravité, permettant au lecteur de prendre conscience des dénonciations qui en découlent. Chacune de ces atmosphères s’entrecroise avec des couleurs et des styles graphiques distinctifs, rendant l’ouvrage d’autant plus dynamique.

L’auteur illustre également les différentes facettes de ce que beaucoup ont appelé « la sale guerre »15. ou ont considéré comme « une guerre d’un autre genre », alliant des scènes de combat d’une violence inouïe dans les zones rurales aux caractéristiques d’une guerre civile et urbaine rythmée par des attentats répétés (le statut de guerre civile n’est d’ailleurs pas reconnu officiellement par le régime communiste au pouvoir depuis la fin de la guerre), sans oublier le rôle sans précédent de l’opinion publique internationale. Par une critique virulente tant des méthodes américaines appliquées par le gouvernement sud-vietnamien que de la terreur imposées par les combattants du FNL (opérations militaires, mauvais traitements, propagande…), l’auteur relève en grande partie le défi de l’impartialité. Il réussit à se détacher de l’histoire conventionnelle de la guerre du Viêt Nam sans pour autant renier ses influences occidentales et la vie mondaine que sa famille pu mener.

C’est donc un récit haut en couleurs et tout à fait passionnant que nous livre Marcelino Truong dans Une si jolie petite guerre, tant par son fond que par sa forme. Dans la lignée de Persepolis16, les expériences vécues à travers les yeux de l’enfance rapportées dans cet ouvrage sont à la fois lucides, touchantes, innocentes mais aussi très révélatrices. Si le ton parfois employé peut paraître très virulent envers certaines figures, la critique semble tout à fait justifiée et est même bienvenue. En effet, prendre du recul sur les erreurs du passé est essentiel afin de ne pas les reproduire à l’avenir. Le titre du second volume de ce roman graphique devrait d’ailleurs nous mettre sur la voie : Give Peace a Chance…17

Alexandre Brochard, promotion ASIOC 2015-2016.

Illustrations : Marcelino Truong © Denoël ; légendes A. Brochard.

 ★ ★ ★

Bibliographie

Ouvrages et articles cités

  • Guillemot, François, 2014 : Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris : Les Indes savantes, 241 p.
  • Pasamonik, Didier, 2013 : « Marcelino Truong (Une si jolie petite guerre) : « Notre histoire est celle de milliers de familles comme la nôtre, dont on ne parle jamais ou peu. » », Actua BD, 31 juillet 2013, [En ligne], page consultée le 25 novembre 2015 (URL : http://www.actuabd.com/Marcelino-Truong-Une-si-jolie).
  • Satrapi, Marjane, 2007 : Persepolis, Paris : L’Association, coll. « Ciboulette », 365 p.
  • Truong, Marcelino, 2012 : Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-63 Paris : Denoël, Denoël Graphic, 269 p.
  • Truong, Marcelino, 2015 : Give Peace a Chance. Londres 1963-75, Paris : Denoël, Denoël Graphic, 278 p.

Documentaires

  • Courtes, Marie-Christine, 2012 : « Mille jours à Saigon », documentaire diffusé sur la chaîne TVR Rennes 35 Bretagne (53 min), une coproduction Vivement Lundi !, 53 min.
  • Fomm, Christel, 2015 : « Der Vietnamkrieg. Gesichter einer Tragödie » (en français « Vietnam. La sale guerre »), documentaire diffusé sur la chaîne Arte le 14 avril 2015 à 20h50, 90 min, [En ligne], page consultée le 19 novembre 2015 (URL : https://www.youtube.com/watch?v=z8UZTfvD6ns).

Sitographie

_______________

Alexandre Brochard est étudiant du Master 2 « Asie Orientale Contemporaine » à l’Institut d’Asie Orientale de l’École Normale Supérieure de Lyon. En séjour académique à l’Université Gakushūin de Tōkyō en 2016, il effectue des recherches sur la sécurité énergétique et le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication au Japon.

Notes

  1. République du Viêt Nam (1955 – 1975), opposée à la République démocratique du Viêt Nam (Nord-Viêt Nam) pendant la guerre jusqu’à la victoire communiste et la réunification []
  2.  FNL-SVN, aussi appelé Viêt Công, soutenu par le régime communiste du Nord-Viêt Nam []
  3. ARVN, armée du régime sud-vietnamien, soutenue par les États-Unis []
  4. Propos recueillis par Didier Pasamonik pour Actua BD, 31 juillet 2013, [En ligne], page consultée le 25 novembre 2015
    (URL : http://www.actuabd.com/Marcelino-Truong-Une-si-jolie) []
  5. Aujourd’hui Palais de la réunification, résidence officielle de Nguyễn Văn Thiệu, l’ancien Président de la République du Viêt Nam []
  6.  Un film de Jacques Becker, 1954 []
  7.  Renault Rambler, conçue par American Motors dans les années 1960 []
  8. Terme alors utilisé pour désigner les victimes civiles, que l’auteur considère comme un grave euphémisme []
  9. Opération militaire américaine (1962-1971) consistant en la pulvérisation de défoliants sur les zones rurales []
  10.  Didier Pasamonik pour Actua BD, op. cit., p. 1 []
  11.  Elle parla notamment de « barbecue » pour désigner l’immolation du bonze Thích Quảng Đức en juin 1963 []
  12. MSF, organisation féminine créée et dirigée par Madame Nhu []
  13. François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris, Les Indes savantes, 2014, citant Marguerite Rollinde, p. 18 []
  14.  Didier Pasamonik pour Actua BD, op. cit., p. 1 []
  15.  Christel Fomm, « Der Vietnamkrieg. Gesichter einer Tragödie » (en français « Vietnam. La sale guerre »), documentaire diffusé sur la chaîne Arte le 14 avril 2015 à 20h50 (90 min), [En ligne], page consultée le 19 novembre 2015 (URL : https://www.youtube.com/watch?v=z8UZTfvD6ns) []
  16. Marjane Satrapi, série de bande-dessinée autobiographique en noir et blanc dont l’intrigue se déroule entre Téhéran et Vienne sur la période 1979-1994, 4 volumes publiés entre 2000 et 2003 par les éditions L’Association []
  17. Marcelino Truong, Give Peace a Chance, Paris : Denoël, Denoël Graphic, 2015, 276 p. []

Symposium on the History of Vietnam’s Southern Resistance [Wilson Center]

[ndlr] Signalement d’un Symposium sur l’histoire de la résistance vietnamienne au sud du Viêt-Nam entre 1945 et 1975, discussion autour de cette collection (4 vol.) publiée à Hanoi en 2010 et 2011. Une belle initiative du Wilson Center à Washington DC.

LichSuNamBoKhangChienLịch sử Nam bộ kháng chiến (History of the Southern Resistance)

The Wilson Center’s Cold War International History Project (CWIHP), in cooperation with the National Security Archive, has organized an online symposium reviewing the massive four volume collection Lịch sử Nam bộ kháng chiến (History of the Southern Resistance). Compiled and edited by a steering committee composed of high-ranking cadres and government officials, and a team of historians and party leaders, Lịch sử Nam bộ kháng chiến documents the resistance movement in South Vietnam from 1954 through 1975 [ndlr : 1945-1975].

Symposium participants include Pierre Asselin (Hawaii Pacific University), Shawn McHale (George Washington University), Merle Pribbenow (Independent Scholar), Sophie Quinn-Judge (Temple University), and Nu-Anh Tran (University of Connecticut). Nguyen Trong Xuat (Editorial Board of Lịch sử Nam bộ kháng chiến) and Lutz Baehr respond to some of the issues and questions raised by the reviewers and provide some additional context to the publication. John Prados (National Security Archive) frames the issues and arguments in an introduction to the reviews.

The views expressed in the reviews of and responses to Lịch sử Nam bộ kháng chiến are the authors’ own, and do not necessarily reflect the views of the Cold War International History Project.

Lire la suite : Wilson Center

LichSuNamBoKhangChien_2010-11

Réf. :

  • Hội đồng chỉ đạo biên soạn lịch sử Nam bộ kháng chiến, Lịch sử Nam bộ kháng chiến. Tập 1 : 1945-1954, Hà Nội : Nhà xuất bản Chính trị quốc gia, 2010, 1 vol. (956 p.). Cote IAO : 605V.11/7.1
  • Hội đồng chỉ đạo biên soạn lịch sử Nam bộ kháng chiến, Lịch sử Nam bộ kháng chiến. Tập 1 : 1945-1954, Hà Nội : Nhà xuất bản Chính trị quốc gia, 2010, 1 vol. (1666 p.). Cote IAO : 605V.11/7.2
  • Hội đồng chỉ đạo biên soạn lịch sử Nam bộ kháng chiến, Biên niên sự kiện lịch sử Nam bộ kháng chiến : 1945-1975, Nhà xuất bản Chính trị quốc gia, 2011, 1 vol. (1042 p.). Cote IAO : 605V.11/9
  • Hội đồng chỉ đạo biên soạn lịch sử Nam bộ kháng chiến, Những vấn đề chính yếu trong lịch sử Nam bộ kháng chiến : 1945-1975, Nhà xuất bản Chính trị quốc gia, 2011, 1 vol. (1319 p.). Cote IAO : 605V.11/10

Nha Ca : Mourning Headband for Hue – An Account of the Battle for Hue, Vietnam 1968

[ndlr] Parution de la traduction de l’ouvrage emblématique de l’écrivaine Nha Ca relatant les tragiques événements de Hue en 1968.

 

NhaCa_MourningHeadbandForHue

Nha Ca, Mourning Headband for Hue

Translated with an Introduction by Olga Dror

 Vietnam, January, 1968. As the citizens of Hue are preparing to celebrate Tet, the start of the Lunar New Year, Nha Ca arrives in the city to attend her father’s funeral. Without warning, war erupts all around them, drastically changing or cutting short their lives. After a month of fighting, their beautiful city lies in ruins and thousands of people are dead. Mourning Headband for Hue tells the story of what happened during the fierce North Vietnamese offensive and is an unvarnished and riveting account of war as experienced by ordinary people caught up in the violence.
 

Table of contents

Acknowledgments
Note on Translation
Translator’s Introduction
Small Preface: Writing to Admit Guilt
1. First Hours
2. The Congregation of the Most Holy Redeemer
3. Hodge-podge
4. On a Boat Trip
5. A Person from Tu Dam Comes Back and Tells His Story
6. Going Back into the Hell of the Fighting
7. Story from the Citadel
8. Returning to the Old House
9. A Dog in Midstream
10. Little Child of, Hue Little Child of Vietnam, I Wish You Luck!

Nha Ca, meaning a « courteous, elegant song » or « canticle » in Vietnamese, is the penname of one of the most famous South Vietnamese writers of the second half of the 20th century, whose real name is Tran Thi Thu Van. She was born in Hue in 1939 and spent her youth there before moving to Saigon where she became a popular and prolific writer and poet. Initially her works focused on love but starting from the mid-1960s in many of her works she began to describe the fighting, atrocities, and suffering inflicted by the war that was ravaging her country. The most significant and famous of these works is Mourning Headband for Hue, which describes the experience of Vietnamese civilians in Hue during the Tet Offensive. This work was one of the winners of South Vietnam’s Presidential Literary Award. After the fall of Saigon in 1975, the Communist authorities put Nha Ca into a prison camp where she remained from 1976 to 1977. Her husband, the poet Tran Dạ Tu, was jailed for twelve years. In 1989, a year after he was released from prison, the couple and their family received political asylum from the Swedish government. Later they moved to the United States and now live in Southern California, where they publish the Vietnamese-language newspaper Viet Bao.

Born and raised in Leningrad, USSR, Olga Dror received an MA in Oriental studies from Leningrad State University in 1987 and later pursued an advanced degree from the Institute for Linguistic Studies in the Academy of Sciences, Moscow. She worked for Radio Moscow’s Department of Broadcasting to Vietnam. In 1990 she immigrated to Israel, studied international relations at Hebrew University, and worked for the Israeli Ministry of Foreign Affairs in its embassy in Riga, Latvia, from 1994 to 1996. She continued her study of Vietnam and earned a PhD from Cornell University in 2003. Now an associate professor of history at Texas A&M University, she is author of Cult, Culture, and Authority: Princess Lieu Hanh in Vietnamese History and editor of two volumes on Vietnamese and Chinese religions. Her current research concerns the identities of Vietnamese children during the war in Vietnam.

Reviews

« The author’s narrative burns with firsthand accounts, her own and those of others who shared their stories, as they all were trapped in blasted houses, churches and makeshift shelters, wounded, starving, sick and overrun by the Communists and their squads of vengeful executioners…[A] searing first-person account of the misery of war visited upon her family, neighbors and countrymen, caught in senseless, chaotic horror…A visceral reminder of war’s intimate slaughter. » —Kirkus Reviews.

« Nha Ca relates countless moments of terror she and her extended family members suffered and shares stories told to her by others who faced similarly dire circumstances. It’s an intimate—and disturbing—account of war at its most brutal, told from the point of view of civilians trying to survive the maelstrom. » —Publishers Weekly.

« A superb piece of work. I have never encountered anything remotely like it in the voluminous literature on the Vietnam War. Nha Ca’s voice is so powerfully immediate, and her caring determined eyes carefully guide the reader into the thick of a chaotic world painfully under siege. A wonderful testimonial history but also a great work of commemoration. » —Heonik Kwon, University of Cambridge, author of Ghosts of War in Vietnam.

« Mourning Headband for Hue is a personal account of what happened in Hue during the month-long occupation of parts of the city by communist troops during the 1968 Tet Offensive, a very bloody episode of the Vietnam War which inflicted extremely heavy losses on the civilian population in both human and material terms. Stranded in Hue where she had come to visit her family, the author found herself face-to-face with the war. . . . Horrified, she recounts her experiences day by day as if weeping and wailing in the remembrance of the atrocities she has seen and heard. It is indeed a book laden with blood, sweat, and tears, but records events without distorting them. With explanatory information on many persons and events provided by the translator, the book is a valuable document for the history of the Vietnam War. » —Nguyen The Anh, Rector of Hue University at the time of the events described in this book, is professor emeritus, Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris-Sorbonne, and author most recently of Vietnam: A Journey into History (in French).

« The stunning formal techniques the book employs to convey the horrors of [the Vietnam War] endow it with a measure of universal literary significance that lies outside the local arenas of Vietnamese politics and culture. . . . A Mourning Headband for Hue is, quite simply, a great piece of modernist war writing and it deserves to be read alongside All Quiet on the Western Front, Homage to Catalonia, Johnny Got His Gun, The Naked and the Dead, The Things They Carried, and Black Hawk Down. » —Peter Zinoman, University of California Berkeley, author of Vietnamese Colonial Republican: The Political Vision of Vu Trong Phung.

« In this searing and unsparing memoir, Nha Ca bears witness to the mindless violence against civilians in war. Her civilian focus is important: in all of the writing on the Vietnam War, too little has been written on the civilian experience of conflict, a conflict that profoundly shaped the lives of millions of Vietnamese. It is important that we read about this violence, and through first-hand accounts: the further we move away from the Vietnam War, and the more we clinically dissect the war in terms of high politics and military strategy, the less we seem to remember that the war, on the ground, could be vicious, brutal, and devastating. A Mourning Headband for Hue is an anguished testimonial to that reality. » —Shawn F. McHale, George Washington University and author of Print and Power: Confucianism, Communism, and Buddhism in the Making of Modern Vietnam.

Source : Indiana University Press

Insolite : Un médecin rend les os de son bras à un ex-soldat amputé… quarante ans après !

Le médecin américain Sam Axelrad (drote) tenant les os du bras amputé de l'ex-soldat vietcong Nguyen Quang Hung (gauche), chez ce dernier à An Khe, dans la province de Gia Lai, le 1er juillet 2013 © AFP
Le médecin américain Sam Axelrad (drote) tenant les os du bras amputé de l’ex-soldat vietcong Nguyen Quang Hung (gauche), chez ce dernier à An Khe, dans la province de Gia Lai © AFP

[ndlr] Cette nouvelle insolite a fait le tour de la blogosphère jusqu’au Viêt-Nam bien entendu.

Un médecin américain a rendu lundi à un ancien soldat de la guérilla communiste Vietcong les os de son bras amputé pendant la guerre du Vietnam et conservé précieusement pendant près de quarante ans.

Le bras, dont il ne reste que les os attachés ensemble après l’opération chirurgicale en 1966, a été remis à Nguyen Quang Hung chez lui à An Khe, dans la province de Gia Lai des Hauts-Plateaux du centre du Vietnam.

« J’étais le gardien de ce bras », a déclaré par téléphone Sam Axelrad, qui s’est dit « incroyablement heureux » d’avoir pu enfin rendre ce macabre souvenir de guerre à son propriétaire légitime.

Hung, ancien soldat vietcong, était arrivé moribond dans la base du médecin américain en 1966, après avoir été touché par balle et avoir contracté la gangrène.

« Quand j’ai amputé son bras, nos médecins l’ont pris, ont enlevé la chair, et l’ont réassemblé parfaitement avec des fils, et ils me l’ont donné », a expliqué le médecin.

« Quand j’ai quitté le pays six mois plus tard, je n’ai pas voulu jeter le bras, je l’ai mis dans ma malle et je l’ai emporté chez moi. Et toutes ces années, il est resté dans ma maison ».

Des décennies plus tard, Axelrad est retourné au Vietnam, a découvert que Hung était toujours vivant et finalement pu lui rendre son bien après quelques obstacles logistiques et des mois de discussions avec le consulat vietnamien aux États-Unis et les autorités américaines des transports.

« Il s’est avéré que vous ne pouvez prendre des os dans votre valise », a noté le médecin qui a donc tout simplement mis le bras dans ses bagages en soute.

Hung, 74 ans, père de sept enfants, s’est réjoui de ces retrouvailles un peu particulières. « Ces os sont la preuve de ma contribution à la guerre. Je vais les garder dans ma maison, dans une vitrine », a-t-il déclaré, espérant qu’ils pourraient l’aider à être reconnu comme invalide de guerre, un statut et une pension qui lui ont été refusés après la perte de ses dossiers militaires.

La remise de ce bras est « tout à fait uniquement dans l’histoire de l’échange des restes humains de la guerre du Vietnam », a commenté de son côté Ron Ward, de la JPAC, unité américaine chargée des soldats disparus au combat au Vietnam.

Source : Le Dauphiné, 01/07/2013 (AFP).

Sam Axelrad et Nguyen Quang Hung en 1967 © AP
Sam Axelrad et Nguyen Quang Hung en 1967 © AP

Autres sources :

AFP, Un Américain rend l’os de son bras amputé à un ex-soldat vietcong, Libération, 01/07/2013.

Mike Ives, Dr. Sam Axelrad, Former U.S. Military Physician, Returns To Vietnam To Give Back Arm To Soldier, Huffington Post, 01/07/2013.

Anh Ngọc, Bác sĩ Mỹ trả xương cho bộ đội Việt Nam sau 47 năm, tintonghop.info, 02/07/2013.

Anh Ngọc, Bác sĩ Mỹ trả xương cho bộ đội Việt Nam sau 47 năm, VN Express, 02/07/2013.

Trần Hiếu – Quỳnh Hoa, Bác sĩ Mỹ trả xương tay cho người lính Việt Nam, Thanh Nien Online, 02/07/2013.

SamAxelrad_NguyenQuangHung3
Les deux hommes le 1er juillet 2013 © AP

 

Le Ly Hayslip : Entre Ciel et Terre – par Hélène Lê

S’il est un seul bouquin à recommander aux générations qui par chance ne vécurent pas la Guerre du Vietnam, il s’agit bien d’Entre le Ciel et la Terre (When Heaven and Earth change places : A Vietnamese Woman’s Journey from War to Peace).

Le Ly Hayslip, à l’aide de Jay Wurts, y conte son parcours de simple paysanne vietnamienne, tour à tour enfant, soldate, amante. Edité en 1998, le texte n’a pas perdu de sa force et s’ancre plus que jamais dans l’actualité. Le destin de cette grande dame qui inspira Oliver Stone, pour un troisième film consacré à la guerre du Vietnam (Entre Ciel et Terre, 1993), fascine par la compassion qui s’en dégage.

Parce qu’il est un témoignage de femme – un des seuls qu’il soit possible de trouver en librairie -, cet ouvrage autobiographique est dénué d’une violence cliché que l’on associe à la Guerre du Vietnam, nombre de films cultes aidant. Le Ly Hayslip ouvre les portes d’un dialogue en vu d’une compréhension, dont le manque engendra la haine sous ses yeux d’enfant, d’adolescente puis de femme. Pour la première fois, une Vietnamienne tente de saisir à l’aide des enseignements bouddhistes reçus de son père, le mécanisme complexe de la violence, omniprésent dans son existence. Dire qu’elle y parvient lui volerait de son crédit et pourtant… Au fil des pages, pardonner et aimer ses propres bourreaux devient possible, à l’instar de ce qu’elle fit.

S’il n’y avait pas eu son désir de paix, qui aurait braqué les projecteurs sur de simples paysans, acteurs obligés de cette guerre ? Du côté américain, les hommages aux soldats vétérans ne font pas défaut. A tel point qu’il n’est plus un seul Américain qui ne sache les séquelles psychologiques liées aux multiples massacres perpétrés au Vietnam.
En revanche, on néglige par manque de matière les dommages collatéraux qu’elle causa chez toute une génération de paysans vietnamiens enrôlés dans un idéal de patriotisme instrumentalisé. Le Ly Hayslip rétablit cet oubli à travers une réflexion sur le concept de bonheur chez les Vietnamiens, intelligemment confronté à celui de ses compatriotes d’adoption américains.

A l’adresse des Vietnamiens qui ont fui le pays suite à la guerre, Le Ly Hayslip offre un hommage symbolique à ceux qui comme elle, demeurent entre ciel et terre. Mais bien au delà d’une simple leçon d’amour, il s’agit d’un puissant message universel de tolérance et de paix. La seule arme qui vaille véritablement la peine d’être dégainée.

Hélène Le

A lire !
Hayslip Le Ly, When Heaven and Earth change places : A Vietnamese Woman’s journey from War to Peace, 1989.

Hayslip Le Ly, Child of War, Woman of Peace, 1993.

Réf. : Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris : Editions du Seuil, 1993.

Source : Buddha Channel TV

* * *

« En 1986, citoyenne des Etats-Unis après avoir vécu seize ans en Amérique, je suis retourné au Vietnam. Je voulais savoir ce qu’étaient devenus ma famille, mon village, mon peuple et l’homme que j’avais aimé et qui m’avait donné mon premier fils. Je suis partie avec beaucoup de souvenirs et de nombreuses questions. Ce livre est l’histoire de ce dont je me souviens et de ce que j’ai découvert. »

Phung Thi Le Ly Hayslip

San Diego, Californie, 1989

Ha Mai Viet : Steel and Blood – South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia [2] – two book reviews

Ha Mai Viet, Steel and Blood: South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia, Annapolis: U.S. Naval Institute Press, 2008, 459 p.

Book Review by LtCol Raymond A. Stewart, USMC (Ret).

 

Colonel Ha Mai Viet provides his meticulously researched, impressively written and well-presented book about South Vietnam tanks in “Steel and Blood.” The author details the combat history of the Army of the Republic of Vietnam (ARVN) Armor (AF) from “Ferocious Battles, 1963-68” through “Vietnamization, 1969-74” to the final days of the Republic in 1975—“The Capture of South Vietnam.” His is a riveting account of tank battle after tank battle, pitting the ARVNAF’s M41 and M48 tanks against the NVA enemy’s T54, T59, T34 and PT76 tanks.

Somewhat of a surprise to a Marine Corps Vietnam tanker—and possible Army armor as well—and for certain to those who declared that Vietnam was not “tank country” are the numbers and types of armored vehicles employed by both sides and the importance the VC/NVA enemy and ARVN alike placed on the use of armored vehicles in general and tanks specifically. Just one example: By 1975, the NVA had an estimated 600 T54s in or on the border of South Vietnam supplied by large, well-concealed fuel lines with sophisticated pumping and fueling stations that ran through Laos and Cambodia hundreds of kilometers from Haiphong in the north.

In battle after battle, from the Plain of Reeds through the three-front General Offensive and battles for the Central High­lands to the final assault on Saigon itself, Col Ha Mai Viet provides the reader with the often heart-wrenchingly candid and unwashed details of bloody victories and even more horrific defeats. He does not embellish the value of the ARVNAF in its successful fights nor does he minimize the faults of senior leaderships’ failed decisions contributing to catastrophic defeats. The author keeps to the rapid movement of armor and the battles in which tanks participate by extracting related details and placing them in “Notes.” There are 80 pages of notes, which add an impressive dimension of understanding of ARVNAF leadership, or lack of it.

In the second half of the book, the “Mil­itary History” segment, Col Ha Mai Viet’s attention to detail and in-depth research provide the reader the historical background of the ARVN in general terms and, more specifically, trace the establishment, growth and deployment of the armored forces (ARVNAF).

While certainly not the “grabber” that one finds in page after page of Part I, Part II is of significant value in understanding the development, structure, employment, logistics and administration of ARVNAF in terms of equipment. The author provides interesting information on the back­ground and training of the armored personnel and quite candid comments on the ARVNAF leadership.

To follow the battles, I found the paucity of maps—there are just two small-detail maps—made the reading (and enjoyment) of the book somewhat difficult. Also, com­mand structure, order of battle, and table of organization and equipment diagrams would have greatly helped in better understanding of the material.

Col. Ha Mai Viet states unequivocally that South Vietnam could have defeated the VC/NVA on the battlefield had the Uni­ted States made good on its agreement to support the South after the withdrawal of American ground forces.

This thoroughly researched book, a 10-year effort, relies on both personal knowledge and interviews of hundreds of former ARVN as well as VC/NVA soldiers and officers of all ranks and military occupational specialties. To obtain a more balanced view—and with an armored slant—of the war that took more than 58,000 American lives, this book is a highly recommended read.

Source : Leatherneck, magazine of the Marines, Marine Corps Association.

Présentation de l’ouvrage sur U.S. Naval Institute.

* * *

Book Review by Jay Veith.

Of the several thousand tomes published about the Vietnam War, only a few English-language viewpoints written by our Vietnamese allies grace the bookshelves. The South Vietnamese perspective, constrained by cultural and linguistic barriers, is unfortunately marginalized in the war’s literature for Americans. Due to these barriers, U.S. historians, even if interested in South Vietnamese motivations and actions, are left with little except military adviser reports, obscure embassy cables, or shallow news articles. Thus reduced to bit players, the South Vietnamese have become caricatures; either cowardly incompetents or corrupt warlords, with an occasional brave soul or hard-fighting unit briefly mentioned. A more balanced and deeper picture of America’s wartime partner has long been needed.

Former armor Colonel Ha Mai Viet has offered precisely that, a penetrating insight into the battlefield contributions of the South Vietnamese tank officers who fought alongside their American friends. His book details the contributions of a small but influential element of the ARVN, its armor/cavalry forces. Unknown to most, by war’s end the armor branch had grown considerably from its French roots. In 1975, Brigadier General Tran Quang Khoi’s 3rd Armored Cavalry Brigade, the III Corps organic tank unit, was undoubtedly the most powerful brigade-size element in the ARVN. Reflecting a rare combined arms outlook, Khoi built a formidable combat out-fit from previously independent armor, artillery, engineer, and ranger units. His merged brigade was still defending outside of Saigon when the final surrender came.

Viet spent ten years traveling the globe, tracking down and interviewing many of his former comrades-in-arms. He portrays the heroic deeds of his fellow soldiers while unflinchingly condemning South Vietnamese leadership errors. Covering two main topics, Combat and Military History, Viet outlines twenty-three separate battles from the ARVN side. The bulk of the Combat section covers the Tet Offensive, Lam Son 719, the Easter Offensive, and the bloody retreat in 1975 from the Central Highlands. He also provides rich details on unknown battles such as the terrible clash at Dambe in Cambodia in 1971. The Military History part provides unique facts on the formation and growth of the ARVN armor/cavalry branch from 1954 to 1975, including unit commanders, weapons, and organizational structure.

Brilliantly translated, no future work on Vietnam battles will be complete without reviewing this publication. Colonel Viet has provided a tremendous amount of fresh information, almost all of it oral history. That is the strength and weakness of the book. Like all interviews, the ones in this book only provide the participant’s side. For example, the account by Colonel Nguyen Van Dong concerning the Central Highlands retreat, while new and highly informative, perpetuates the myth that Brigadier General Pham Duy Tat, the II Corps Ranger Commander, was responsible for the convoy on Route 7B. Tat, when presented with Dong’s remarks, categorically denied the accusations, a point of view absent from Viet’s book. This is not to cast fault, as Viet was only interested in the stories of his armor colleagues. Yet without access to That’s perspective, the unsuspecting historian would perpetuate the story. Unfortunately, as General Cao Van Vien once told the reviewer, the war remains much like the movie « Rashomon »: the truth is subjective to the individual. Colonel Viet nevertheless deserves enormous credit for his industrious research and fine account. His is a major and much needed addition to the history of the Vietnam War.

Copyright © 2009 Society for Military History
Project MUSE® – View Citation
Réf. :

  • Jay Veith. « Steel and Blood: South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia (review). » The Journal of Military History 73.3 (2009): 1020-1021. Project MUSE. Web. 27 Dec. 2011. <http://muse.jhu.edu/>.
  •  Veith, J.(2009). Steel and Blood: South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia (review). The Journal of Military History 73(3), 1020-1021. Society for Military History.

Ha Mai Viet : Steel and Blood – South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia [1]

Ha Mai Viet, Steel and Blood: South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia, Annapolis: U.S. Naval Institute Press, 2008, 459 p., $40.00 USD, ISBN: 978-1591149194.

Book Review by Dr J.R. McKay.

 

Ha Mai Viet’s Steel and Blood: South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia is an ambitious work. The author tried to produce both a history of the armoured branch of the Army of the Republic of Vietnam[1] (ARVN) and a history of the armoured branch’s unit’s roles on the ARVN’s battles with the Vietnamese Communist forces. While South Vietnam, and by default the ARVN, and its armoured branch lasted for only twenty years, this was a nation and an army that fought against its enemies for most of that time.[2]

Steel and Blood is effectively two smaller books in one. The first part is a “Combat History” of the armoured branch’s participation in battles as well as a narrative of the war from an ARVN perspective. The second part of the book, “Military History,” is a summary of the organizational history of the South Vietnamese Armor Corps, a compendium of information on that branch and a comparison of its equipment with that of its North Vietnamese counterpart.

The combat history describes a series of battles from 1963 to 1975, based upon ARVN’s battles with the Communists. It starts with an orientation on the role of the armoured branch’s units in a series of battles, but slowly transforms into a general narrative on the progress of the war. Colonel Viet tried to tell the tale of what happened, balancing between what he stated that he sought to do and providing the proverbial “bigger picture.” While this might frustrate some readers, some observations merit mention.

First, one should keep in mind that he has provided a glimpse into a perspective that is often overlooked. The common narrative with regard to the ARVN has been that it was overly oriented on the byzantine politics of Saigon and insufficiently focused on waging counter-insurgency operations until 1968, when the Tet Offensive led to the development of a more combat-oriented ethos. Colonel Viet’s book points out that a number of ARVN units often fought harder than was realized at the time or since despite the political proclivities of some of the ARVN’s general officers.[3]

Second, the author left one with the distinct impression that ARVN units tended to view their advisors less as sources of advice than sources of firepower. One gets the sense that during the earlier years, in some cases, ARVN officers may have resented advice from the technically sound yet less experienced advisors. The perception of advisors as sources of firepower appears to have become more acute after the 1972 Easter Offensive. The Nixon Administration’s policy of “Vietnamization” meant the phased withdrawal of American combat forces and increasingly shifting the burden of combat onto the ARVN. The Nixon Administration could not reverse this trend for domestic political reasons and sought to make greater use of air power as a result. This is a potential lesson for those destined for advisory duties; those being advised may be more interested in one’s capacity to influence the battle than one’s advice on how to do same.

Third, the book leaves one with the distinct impression that as the Communists made the transition from guerrilla warfare to mobile warfare, the importance of ARVN’s armoured branch increased. The early battles described organizations analogous to reconnaissance squadrons conducting economy of force operations against the Viet Cong; the later battles described ARVN tanks duelling with the North Vietnamese counterparts. Indeed, the Communist fielding of T-54 equipped units prompted the ARVN’s fielding of a number of M-48 “Patton” equipped units to cope with the threat. This also supports a broader point about the nature of insurgencies. The endgame of any insurgency is to set the conditions for assuring victory once conventional warfare begins. Colonel Viet’s accounts of battle start with clashes with the Viet Cong guerrillas in the mid 1960s and ends with tank battles between the North Vietnamese Army and the ARVN.

This section of the book, unfortunately, was at times difficult to follow. The author sought to describe both operational and tactical actions without maps, but made references to a series of place names. While there was an appendix providing general maps of South Vietnam and the Ho Chi Minh trail, the inclusion of a series of smaller maps that showed the location and how the battles occurred would have helped clarify the “combat history.” Throughout this section, one was tempted to read the “military history” to get a sense of the evolution of the armoured branch’s organizations before linking it to their combat performance.

The military history was a collection of related topics designed to inform the reader about the war, the armoured branch’s evolution and its equipment. Again, the ARVN perspective was enlightening and it allows one to see the conflict through Vietnamese, albeit Southern, eyes, as opposed to the American or French perspectives. The organizational history began with the Vietnamese National Army of 1950, which was the army raised by the French within Vietnam during the war with the Viet Minh. The ARVN’s armoured branch’s roots lay in the creation of a series of reconnaissance platoons in 1950, which coalesced into companies[4] in 1951, battalions by 1953 and regiments by 1954. After the Vietnamese National Army became the ARVN in 1955, these reconnaissance regiments became armoured cavalry regiments, four armoured regiments, a school and an amphibious group. In this period, they were equipped with Second World War era equipment cast off by the French that had been donated by the United States. During the 1960s, the older equipment was replaced by M113 armoured personnel carriers and M-41 “Bulldog” tanks.[5]

The book describes the 1960s as a developmental period where the armoured branch began to specialize more. Armoured cavalry companies were the most common unit, but the branch also began to field reconnaissance and tank companies as well. Indeed, the book left one with the impression that the ARVN armoured branch fought most frequently as companies within larger entities. Indeed, the ambitious combination of the “combat history” and the “military history” was most useful in illuminating such matters. Colonel Viet followed this discussion of the evolution of the branch’s units with a compendium of facts. This had the effect of breaking a logical sequence of information in order to provide a series of interesting yet esoteric facts. He identified every commander of an ARVN armoured unit from the troop to the brigade level, the surgeons, and provided an account of their reunion at Fort Knox in 2000. Unfortunately, the multiple sources of information made this section, and indeed the book, seem less of a general history than a sourcebook or compendium of facts about the ARVN armoured branch.

Ha Mai Viet was a South Vietnamese Armor corps officer who served for 21 years, retiring as a Colonel. During that time, he had served in a number of different positions within armoured units, but his two most noteworthy positions were as an Assistant Division Commander and as the chief of the Quang Tri province.6 This meant he had fought the Communists for at least twelve years before leaving his country in its final days. His patriotism and pride in his military have been reflected in his writing. In addition, he wrote some of the accounts of specific battles from a personal perspective. Readers should take these points in mind before passing judgement on the book’s value.

Readers may be wondering what value a book about a nation that vanished a quarter century ago may have today. What can the ARVN’s experience tell us today? Is it relevant for the Canadian Forces in the early 21st century? The short answer to such questions is yes; however, this depends upon one’s perspective and interests. Those interested in comparing the evolution of different armoured branches may also wish to read those parts of the book. One should note that the ARVN’s approach to combat development was based upon trial and error in battle; they did not have the luxury of time to consider their organizations in great detail. Furthermore, reading the ARVN perspective may give pause for thought for those destined for advisory duties about what those being advised may be thinking.

Dr J.R. McKay

Endnotes

1. The RVN is better known as South Vietnam.

2. Many readers will no doubt be aware of the American participation in the war, spanning from 1964 to 1973 and the end of the war between North and South Vietnam (1973-1975), however, many may not be aware that South Vietnam had to contend with several armed groups in its infancy in 1955 and coup attempts from within the ARVN. The Communist insurgency began in South Vietnam in 1957 and North Vietnam began to provide support to that insurgency in 1959. A year later, the North Vietnamese sought to see all armed resistance groups in South Vietnam coalesce into the National Liberation Front for South Vietnam (NLF). Readers may recognize the other, slightly inaccurate, name for the NLF—the Viet Cong. The ARVN began fighting [?]

3. There are two examples of this phenomenon. The author defends the actions and decisions of ARVN tactical commanders at the Battle of Ap Bac (January 1963) and the President’s direction that contributed to the disaster in Operation LAM SON 719 (January 1971). For details, see: Ha Mai Viet, former Colonel, ARVN, Steel and Blood: South Vietnamese Armour and the War for Southeast Asia, (Annapolis: U.S. Naval Institute Press, 2008), 16-17 and 84. For examples of the criticism levelled on those two incidents, see: Lieutenant General Phillip B. Davidson, U.S. Army, Retired, Vietnam at War: The History 1946-1975, (Novato: Presidio, 1988), 573-604, and Neil Sheehan, A Bright Shining Lie: John Paul Vann and America in Vietnam, (New York: Random House, 1988), 203-265.

4. Readers should be aware that due to the influence of the U.S. Army, the ARVN armoured branch used the term “Troop” to describe subunit-sized organizations and the term “Squadron” for unitsized organizations. This review uses the generic Canadian Army terminology of “company” and “battalion.”

5. The M-41 “Bulldog” came into American service during the Korean War and entered ARVN service in 1964. It weighed 24 tons, its main armament was 76 mm, it had 12 to 38 mm of armour, and it could reach speeds of 72 km/h.

6. This province was in Military Region 1 / I Corps Tactical Zone, just south of the Demilitarized Zone. He left South Vietnam in 1975, during the final days of that country.

Source : Canadian Army Journal, Vol. 12.1 Spring 2009, pp. 123-125 (pdf).

© Her Majesty the Queen in Right of Canada, as represented by the Minister of National Defence, 2009