Archives par mot-clé : utopisation des corps

François Guillemot : « Fragments franco-indochinois des corps amoureux »

[ndlr] Communication dans le cadre de la Journée d’étude « Paradigmes des corps en mouvement » le mercredi 6 juin 2018 organisée par l’UFR STAPS de Lyon, Laboratoire sur les Vulnérabilités et l’Innovation dans le Sport (L-Vis).

« Fragments franco-indochinois des corps amoureux » – François Guillemot (IAO)

Notre communication s’inscrit dans la continuité d’une réflexion précédente sur les rapports sociaux, psychologiques et charnels entre deux altérités : colonisateurs et colonisées pendant la période coloniale et citoyens issus de deux cultures différentes pendant la période postcoloniale. A travers un corpus d’une vingtaine de textes nous mettrons l’accent sur la corporéité en action dans le rapport charnel et amoureux pour souligner les jeux qui se mettent en place. Ces fragments littéraires franco-indochinois permettront d’interroger le corps à corps utopique qui se joue et les limites de la rencontre coloniale ou postcoloniale. Si des universaux de la rencontre existent, ils ne paraissent pas évidents pour les sentiments et la spiritualité du corps.

Extrait de l’argumentaire :

La journée s’articulera sous forme de communications ouvertes mettant en jeu différentes corporéités qui produisent des sensibilités « extra-quotidiennes » (Barba, Savarese, 2008) : corps luttés, corps dansés, corps extrêmes, corps capacitaires, corps transformés, corps handi-ordinaires, corps au-delà, en-deçà ou à côté des limites scientifiquement admises, corps vécu, corps du chercheur lui-même, corps transformés, corps transgressifs, corps désirés, etc. N’est-ce pas à l’épistémologie contemporaine de réfléchir à la pluralité de ces paradigmes du corps, de les solliciter, de les faire se rencontrer et dialoguer ? Les paradigmes des corps en mouvement se déploieront en trois thèmes : corps et techniques nomades, expériences du corps handi-ordinaire et corps transgressifs.

Programme en ligne : L-Vis

Image « à la une » : Nguyên Trung, Femme et cheval © DR

Le corps indochinois utopique, histoire d’une émotion inégale. Fragments littéraires

Résumé de notre communication à la journée d’études Le corps en perspective (Paris 1 Sorbonne, 27 mai 2016).

Notre communication aborde la question du corps colonial et postcolonial en tant que « chantier des utopies ». Le corps de l’Autre est ici au cœur de cette réflexion. Nous proposons une exploration des représentations du corps indochinois et de son interaction avec les Français à travers la littérature romanesque et/ou autobiographique à travers quelques points clés : décrire le corps féminin de l’Autre ; regards amoureux ; sentiments ambivalents ; rapports charnels ; exotisme inversé ; souffrances sourdes et problématique de la mixité.

Cette exploration vise à montrer l’intérêt qu’il y a à entrevoir une histoire des émotions et de l’intimité corporelle qui s’élabore avec la littérature coloniale et la dépasse largement. Elle permet de mieux comprendre comment est perçue et représentée cette rencontre (attirance mutuelle dans un cadre inégal) entre l’Orient (ici « Indochinois ») et l’Occident (ici la France) sur le plan des sentiments amoureux. Elle scrute le champ des possibles dans ce corps-à-corps utopique.

Guillemot_LeCorpsIndochinoisUtopique
Illustration de Vu Thuy © DR

A travers la problématique du corps comme lieu des utopies, se posent des universaux de la rencontre mais également des différences clés au sein du « corps historique » (colonisation / décolonisation / libération des corps) par lequel on observe un renversement partiel des valeurs. Le corps, mis à nu, est ainsi révélateur, au delà des aléas de l’histoire et des processus d’esthétisation, d’une certaine vérité dans les relations humaines*.

[*] Profitons de cette mise en ligne pour remercier Henri Copin qui nous a accordé un échange fructueux sur ces questions.

Programme de l’ensemble de la journée d’étude sur Mémoires d’Indochine.

Image « à la une » : André Maire (1898 – 1984) Tonkinoise au repos (Hanoi), circa 1958.