Archives par mot-clé : Truong Nhu Tang

Truong Nhu Tang: Mémoires d’un Vietcong [1985]

Parmi les centaines de milliers de boat people anonymes ayant fui le Vietnam depuis la chute de Saïgon, se trouvait en 1978 un témoin très particulier : Truong Nhu Tang, membre fondateur du Front National de Libération, ministre de la Justice du Gouvernement révolutionnaire Vietcong et adversaire déterminé du régime saïgonnais pro-américain.

Ce livre est tout d’abord l’histoire personnelle d’un homme devant sa formation intellectuelle à la France, qui a lutté durant plus de dix ans pour la libération de son pays et qui a fini par le quitter, constatant que le remède était pire que le mal. Mémoires d’un Vietcong est surtout l’histoire du conflit vietnamien racontée pour la première fois par un acteur important de l’autre bord. Principal responsable vietcong en exil, Truong Nhu Tang est particulièrement bien placé pour présenter l’autre version du plus tragique conflit néo-colonial: « Je crois que l’Occident ne sait presque rien du Vietcong, de ses projets, de ses difficultés, de ses conflits internes surtout. Les circonstances propres à la guerre, et le grand soin que la révolution a apporté à camoufler son propre fonctionnement ont contribué à la marquer du sceau du secret. Mais le Vietcong n’était pas monolithique… »

Truong Nhu Tang, né en 1923 à Saigon, est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, licencié en droit, ancien élève de l’Ecole du commissariat de la Mariné de Toulon. Il a été directeur général de la Société Sucrière Nationale du Vietnam membre fondateur du FNL, ministre de la Justice du GRP, et du Sud Vietnam « libéré » pendant l’année qui a suivi la chute de Saïgon. II est réfugié en France depuis 1978. David Chanoff est assistant professeur de sciences politiques à Hancard. Doan Van Toai, auteur de Le goulag vietnamien (Robert Laffont), est à l’Institut d’Etudes Asiatiques de Berkeley.

Réf. : Truong Nhu Tang, Mémoires d’un Vietcong, Paris, Flammarion, 1985, 347 p. (trad. de l’américain par Amal Naccache)

 

  • CR de lecture par Bui Xuan Quang dans Politique Etrangère, 1985, Vol. 50, n° 4, pp. 1047-1048 à lire sur Persée
  • CR de lecture par Pierre Brocheux dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1986, Vol. 11, n° 11, p. 139 à lire sur Persée
  • CR de lecture en vietnamien par Minh Võ, « Hồi ký của một tên Việt Cộng » en ligne sur Giao Cam, Saigon Online (pdf)

* * *

 A Viecong Memoir (édition en langue anglaise)

This is a moving if rather naive account of life as a Vietnamese revolutionary, written by one of the Vietcong’s highest-ranking leaders who is now in exile in the West. Thoroughly disillusioned, the author describes how Hanoi used Southern « bourgeois » revolutionaries to overthrow the Saigon government and then quickly shunted them aside after victory. It is unfortunate that Southern patriots such as this one did not understand earlier the nature of the Hanoi regime they served so well. To this day the author, while critical of all the key actors in the Vietnam drama-the North, the Thieu government and the United States-does not devote much space to self-criticism. Yet as one of Saigon’s privileged elite, he cooperated directly or indirectly with Hanoi for 20 years.

Source : Foreign Affairs, Reviewed by Donald S. Zagoria. Fall 1985.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Séance 7

Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 

Séance 7 – vendredi 16 novembre 2012

« Désenchantements postcoloniaux et fuite des populations »

* * *

Comme le titre l’indique, cette dernière séance se penchera sur les conséquences sociales et politiques des victoires communistes en péninsule indochinoise. Les extraits de textes interrogeront le devenir du Viêt Nam après la chute de Saigon (30 avril 1975). Seront évoqués le sort réservé aux militaires de l’ancienne République du Viêt Nam, la disparition du FNL-Sud Viêt Nam avec la réunification du pays en 1976 sous la nouvelle appellation de République socialiste du Viêt Nam (RSVN) et les stratégies développées par la population pour échapper au totalitarisme et à la misère. En particulier, le phénomène des Boat people et des Land people sera abordé à l’échelle de la péninsule indochinoise dans son contexte géopolitique.

 

Extraits de textes à discuter :

  • Ngo Van, Viêt-Nam 1920-1945. Révolution et contre-révolution sous la domination coloniale, Paris, Editions Nautilus, 2000, pp. 373-381 [+ couverture].
  • Phan Minh Hien & Nguyen Van Huy, Loques de vie, Paris, Editions l’Harmattan, 2000, pp. 13-21 [+ couverture]. Traduction succincte du vietnamien, revue par Phan Minh Hien.
  • Truong Nhu Tang, avec l’aide de David Chanoff et Doan Van Toai, Mémoires d’un Vietcong, Paris, Flammarion, 1985, pp. 271-322 [+ couverture]. Traduit de l’américain par Amal Naccache.

 

Exposés de :

 

Pour aller plus loin :

  • Chanda, Nayan, Les frères ennemis. La péninsule indochinoise après Saigon, Paris, Presses du CNRS, Ligne Pacifique, 1987, 368 p. (trad. de l’américain par Michèle Vacherand et Jean-Michel Aubriet…).
  • Duiker, William J., Vietnam since the fall of Saigon, Athens, Ohio University, Monographs in International Studies, Southeast Asia Series no. 56, 1985 (revised ed.), 261 p.
  • Hy V. Luong (ed.), Postwar Vietnam. Dynamics of a transforming society, Singapore & Lanham, MA, ISEAS / Rowman & Littlkefield publishers, 2003, 336 p.
  • Nghia M. Vo, The Vietnamese Boat People, 1954 and 1975-1992, Jefferson, NC – London, McFarland, 2006, 208 p.
  • Nguyen Van Canh, Vietnam Under Communism, 1975-1982, Stanford, CA: Hoover Institution Press, 1983, 312 p.