Archives par mot-clé : trotskisme

Ngo Van : Au pays de la cloche fêlée – CR de lecture par Nelly Didelot

CR de lecture de Nelly Didelot : Ngo Van, Au pays de la cloche fêlée, tribulations d’un Cochinchinois à l‘époque coloniale, Montreuil, L’Insomniaque, 2000, 237 p. (réédition en poche en 2013).

Ngo-VanL’auteur de ce récit, Ngo Van (1913-2005), est un homme de condition modeste, né dans le sud du Viêt Nam. Il commence tôt à travailler à Saigon ce qui le pousse à militer dans le mouvement communiste oppositionnel (trotskiste). Contraint de se réfugier en France en 1948 pour des raisons politiques, il travaille comme ouvrier tout en continuant à militer et à poursuivre ses études qui le mènent notamment à un doctorat en histoire des religions, selon la présentation de son éditeur.

Ngo Van, témoin engagé

Il se présente comme un survivant de la purge effectuée dans les rangs des opposants au communisme stalinien, incarné par le Viêt-Minh/PCI (Parti communiste indochinois) qui a pris les commandes du mouvement anticolonial et révolutionnaire à partir de 1945. Son objectif est de donner un témoignage direct de cette purge mais très largement postérieur aux faits, son récit ayant été écrit à la fin de sa vie. Il ne s’exprime donc pas en tant qu’historien mais comme un témoin engagé, en se présentant lui-même comme un militant de base et non comme un leader de parti, ce qui s’explique aussi par la structure horizontale de ce mouvement et par sa faiblesse numérique. Ce récit peut être lu comme une forme de testament, une des dernières actions d’un homme révolté depuis toujours contre le pouvoir oppressif des régimes successifs au Viêt Nam.

A travers son témoignage apparait la figure d’un homme en révolte contre l’oppression coloniale, à la fois politique et économique (par le capitalisme), pour qui la révolution russe apparait comme un signe d’espoir, vite dévoyée par les dérives staliniennes. Son récit est celui d’un combat sur deux fronts : contre un pouvoir décrit comme « réactionnaire », la colonisation, et contre un parti stalinien prêt à tout pour obtenir le pouvoir. Son livre-témoignage propose une autre vision de l’histoire de la lutte anticoloniale et révolutionnaire vietnamienne. C’est une manière d’opposer la mémoire des vaincus à celle des vainqueurs, de combattre une histoire officielle en noir et blanc. Son ultime objectif est ainsi de préparer le futur en connaissant le passé, de « retrouver la trace vivante de ce relais de révolte » comme il l’annonce à la fin de son introduction. On peut donc y lire une tentative d’ébranlement du pouvoir actuel, dont la légitimité majeure repose sur la lutte contre le colonialisme et pour le socialisme.

NgoVan_AuPaysDeLaClocheFêlée

Une histoire alternative de la révolution vietnamienne

La construction du récit se décline en neuf chapitres. Le premier est consacré à son arrestation et à sa détention par la Sureté coloniale, ce qui permet de mettre tout de suite le lecteur aux prises avec sa lutte contre le pouvoir colonial aveugle et violent, les raisons de son arrestation n’étant qu’implicites. On les suppose liées à son rôle dans le mouvement ouvrier (comme l’indique le chapitre 3). Les deux chapitres suivants montrent comment, poussé par la situation et des rencontres, il en vient à la lutte révolutionnaire qui le conduit finalement à la prison. Il nait dans une famille de petits paysans, mais son père est un lettré et appartient au conseil des notables. Ses frères arrêtent leurs études pour subvenir aux besoins de la famille et lui permettre de poursuivre sa scolarité modèle quand leur père meurt prématurément. L’enfance apparait ainsi comme une période où il ne prend pas conscience de l’ampleur de la colonisation et de ses méfaits. Toutefois le quotidien difficile de sa famille lui permet de donner une idée concrète de la misère des campagnes idée partielle, sa famille n’appartenant pas aux plus défavorisées , qu’il lie ensuite au capitalisme. Son départ pour Saigon en 1930, d’abord pour ses études et très vite pour le travail, lui permet de continuer sa formation en autodidacte par des lectures françaises. Un autre aspect de sa formation intellectuelle se fait par les rencontres qui le font entrer dans des réseaux clandestins et révolutionnaires. Le début de son attachement au trotskisme, à l’internationalisme peut être daté de cette époque.

Les quatrième et cinquième chapitres sont le récit d’une vie entrecoupée d’arrestations et de périodes d’emprisonnement dans un contexte de révoltes populaires et d’augmentation des tensions entre staliniens et internationalistes. Le sixième chapitre couvre la période de la Seconde Guerre mondiale qu’il vit emprisonné dans l’ouest cochinchinois et est l’occasion pour le lecteur de comprendre comment sont vécus au niveau local de grands événements. Enfin les chapitres 7 et 8, abordent les événements historiques qui ont lieu après que les Japonais aient renversé les Français à la tête du système d’oppression tout en se présentant comme des libérateurs et après que l’indépendance ait été proclamée par l’empereur Bao Dai sous l’égide des Japonais le 11 mars 1945. La fin de la guerre est marquée par une désorganisation générale, qui favorise la prise de pouvoir du Viêt Minh / PCI au Nord et le début de ses actions dans le Sud. Le PCI s’oppose aux créations spontanées de comités du peuple et aux expropriations agraires. Il veut que tout se fasse sous son étroit contrôle et craint les mouvements autogérés même s’ils sont d’obédience communiste.

ManifestationSaigon21-08-1945
Manifestation du 21 août 1945 à Saigon. A premier plan : partisans de la Quatrième Internationale brandissant leur drapeau (éclair traversant un cercle) © Coll. Ngo Van

En septembre 1945, l’arrivée des Alliés et des Français augmente la terreur. Les luttes de pouvoir entre révolutionnaires vietnamiens font rage dans le front de résistance aux Français, de petits groupes armés s’opposent et veulent imposer leur idéologie dans un climat de guerre civile. L’auteur dépeint un parti stalinien qui appelle au meurtre contre ses opposants de toute nature, décrits comme des « agents du fascisme ». Le dogmatisme communiste s’est accentué au point de rejeter entièrement toute alternative. Cette série de massacres entre groupes touche largement les « civils » (facilement amalgamés avec les combattants dans la guérilla), déjà confrontés à la reconquête militaire française. Dans ce climat de violence extrême et de terreur les trotskistes sont réprimés par les deux forces principales (Vietnamiens staliniens et colonisateurs français) et tentent d’organiser ou de se greffer aux comités populaires. L’auteur proclame leur non-violence mais au vu de la situation et de l’appel qu’il lance à l’armement du peuple, on peut douter que tous aient eu un comportement exemplaire. Harcelé par la Sureté en ville et dans l’impossibilité de rejoindre la campagne où la terreur à la fois Viêt-Minh et française fait des ravages, Ngo Van prend la décision de s’exiler en France.

Le tout dernier chapitre, intitulé « Et les amis ? », tranche sur les autres. Il y liste ses amis militants, ses compagnons de lutte trotskistes et raconte leur vie, dans une tentative de rendre hommage à ceux ignorés voire vilipendés par l’histoire et la mémoire officielles.

Les horizons troublés de la lutte

Au cours de son récit Ngo Van aborde plusieurs thèmes transversaux et centraux, qui façonnent ses luttes. Certains éléments se recoupent mais d’autres sont propres à chacune de ses deux luttes majeures, contre le colonialisme français et contre le dogmatisme et les dérives dictatoriales staliniennes. Au cours du récit la première lutte est progressivement remplacée par la seconde et les enjeux changent. Parmi ces enjeux on peut citer l’école, un élément central du 2e chapitre, qui lui permet une forme d’ascension. Cela pourrait s’apparenter à une forme concrète de mise en pratique de « l’œuvre civilisatrice », un républicanisme français qui fonctionnerait : il obtient une bourse au mérite, est poussé par les maîtres à continuer ses études. Toutefois les limites sont vite atteintes : cela ne touche qu’une petite minorité des élèves. Au delà de la prime de scolarité règne la corruption, les « marchands d’instruction » le poussent à s’arrêter à 13 ans, freiné par le manque d’argent. Il évoque également la torture que subissent les prisonniers politiques dans ce lieu symbolique incarné par la sinistre maison centrale. A la fois communistes et colonisés, les révolutionnaires subissent une double répression et discrimination. Le poids en est renforcé par la collaboration de certains « Annamites », des policiers, des juges, des tortionnaires, des fonctionnaires qui abusent de leur petit pouvoir… Tout cela pointe une absence de solidarité de « race », ethnique, qui est remplacée par des rapports de classe. En effet à la collaboration s’oppose la solidarité dans les prisons qui sont aussi un autre lieu de rencontre, de consolidation du réseau insurrectionnel et même un lieu de lutte politique (grève de la faim…). La solidarité se crée face à une justice arbitraire, faussée au profit des autorités avec des procès entièrement en langue française (la Cochinchine est une colonie), même quand juges et parties sont Annamites. L’absurdité de ce système colonial nuit aux non francophones, et donc aux plus humbles. Tous sont privés des libertés élémentaires ce qui forme aussi l’un des moteurs d’une série de révoltes populaires, néanmoins essentiellement motivées par une pauvreté insoutenable. Ces révoltes, brutalement réprimées dans tout le pays, rythment la narration et rendent présent l’idée d’un peuple à bout.

VuAnMoscou_1937

L’autre grand combat de l’auteur concerne le dogmatisme et les dérives dictatoriales du groupe des communistes orthodoxes qu’il décrit comme « staliniens » tout au long de son ouvrage. L’affrontement entre staliniens et trotskistes est sans aucun doute la question majeure qui l’occupe. Cet affrontement, qui enfle au cours du récit, commence par des débats, y compris dans les prisons où les prisonniers politiques sont rassemblés, mais n’empêche pas une association des tendances au sein du groupe La Lutte de 1934 à 1937. La rupture se fait véritablement au moment du Front Populaire : les communistes français participent au gouvernement sans que rien ne change fondamentalement dans la gestion des colonies. Le mouvement ouvrier est toujours réprimé (son premier emprisonnement a par exemple lieu sous le Front Populaire), pourtant les staliniens refusent toute critique du PCF. C’est pour l’auteur une preuve de plus que les partisans du PCI sont inféodés au PCF et à l’URSS : adhérer à leur mouvement serait subir un autre impérialisme. Son récit nous permet de nous faire une idée des sérieuses divergences idéologiques et politiques à la fin des années 1930 au moment du départ de l’impérialisme japonais. Les staliniens sont prêts à soutenir le pouvoir colonial dans sa défense de l’Indochine en échange des libertés fondamentales, et de ce fait apparait presque réformiste. Toutefois cela s’explique par ce qui est, aux yeux de l’auteur, la caractéristique fondamentale de ce parti de « révolutionnaires professionnels soumis », c’est à dire l’allégeance à l’URSS, au comité central du parti. Pour leur part, les trotskistes sont eux très opposés à la guerre, qui se traduit par l’augmentation des impôts, et militent pour une IVe Internationale. Ils espèrent construire un parti de masse, reposant sur des comités populaires, et donc sur une forme d’autogestion. Un autre débat anime les mouvements révolutionnaires. Il porte sur la question du nationalisme et de l’internationalisme, l’auteur critique le combat pour la seule libération nationale qui ne changera pas la situation de la majeure partie de la population, opprimée par les structures mêmes de la société. Pour les trotskistes vietnamiens, la vraie libération passe aussi par la lutte des classes.

Un autre aspect, assez secondaire du livre de Ngo Van, concerne la méfiance viscérale envers les Annamites qu’il ressent lors des années qu’il passe à Phnom Penh lorsqu’il doit quitter Saigon suite à ses démêlés avec la justice. Il évoque la difficulté d’entrer en contact avec les autochtones pour étendre la lutte en raison de la barrière de la langue et de cette méfiance qui remonte au XVIIIe siècle, avec la conquête par les Annamites de terres khmères en Cochinchine. Cette hostilité est par ailleurs entretenue par le pouvoir colonial qui favorise les Annamites sur le territoire cambodgien. Son internationalisme proclamé se heurte à des limites ethniques et spatiales.

Une mémoire concurrente

Son témoignage remplit un objectif mémoriel et cherche à rendre visible ou à réhabiliter tous ceux qui ont été ignorés ou vilipendés par une histoire officielle à sens unique. Au cours de son récit apparaissent différents types d’opposants au colonialisme, ce qui lui permet de montrer que le mouvement anticolonial loin d’être uniquement dominé par le Viêt Minh recouvrait une multitude d’acteurs très divers. Parmi eux, des paysans révoltés par leurs conditions de vie, ouvriers et coolies grévistes, les révolutionnaires permanents staliniens et les leaders trotskistes, mais aussi des mystiques. La nouvelle religion syncrétiste de Cao Dai, née dans les années 1920 en même temps que le mouvement nationaliste, permet à une partie de la bourgeoisie de s’inventer un domaine transcendant où elle retrouve une prééminence sociale en marge de la société coloniale. Cette religion d’espoir, qui recrute largement dans la paysannerie locale, forme à la fin de la Seconde Guerre mondiale des groupes armés, soutenus par les Japonais, et qui sont eux aussi violemment réprimés par le Viêt Minh à partir de 1945.

NgoVan_citation

L’auteur porte ainsi la voix des trotskistes, celle des communistes oppositionnels, dits « traitres à la patrie » et traqués dès 1945, parce qu’internationalistes dans un climat nationaliste et d’allégeance à l’URSS. Ce témoignage est d’autant plus important qu’il n’existe presque aucun survivant du groupe des trotskistes restés au pays selon lui. Cette mémoire concurrente critique les choix idéologiques du Viêt Minh et ses dérives dictatoriales. Le dernier chapitre, constitué de notices biographiques des militants du mouvement (peut-être inspiré par les dictionnaires français des mouvements ouvriers), fait apparaître le profil de ces militants qui sont plutôt issus de milieux populaires, ou dans une moindre mesure, de milieux favorisés mais en rupture avec leur classe, dont la vie fut émaillée d’emprisonnements. Les leaders du mouvement ont eu accès à l’instruction et beaucoup ont fait un séjour en France. Un des éléments qui les a unis au départ est l’admiration pour Nguyen An Ninh (1900-1943), un pionnier de l’anticolonialisme, solide soutien du mouvement paysan mais qui refuse de rejoindre le groupe des communistes ou des trotskistes. Cet homme hors du commun est par ailleurs le créateur du journal La Cloche fêlée, l’une des premières sources d’inspiration de Ngo Van qui lui rend hommage dans le titre de son livre. L’ouvrage et le mouvement évitent la mise en avant d’un leader unique mais s’il faut retenir un nom c’est celui de Ta Thu Thau (1906-1945), le leader trotskiste tué en 1945 par le Viêt Minh. Le mouvement est extrêmement éclaté, comme le montre le grand nombre de groupes politiques cités dans les biographies du dernier chapitre, que le groupe de La Lutte fédère temporairement. Ces hommes s’auto-définissent comme trotskistes mais non dogmatiques et leur mouvement semble plutôt horizontal, un réseau clandestin qui apparait comme peu hiérarchisé même si des hommes d’influence émergent. La description de son mouvement ouvre la voie à une critique du régime en place, dont les réalisations sont bien loin des espoirs de cette lutte et dont la prise de pouvoir est plus que contestable.

NguyenAnNinh&TaThuThau
Deux inspirateurs de Ngo Van : Nguyen An Ninh (1900-1943) et Ta Thu Thau (1906-1945).

Toutefois, au cours de ce récit, se pose la question des femmes, du traitement de la révolutionnaire. Le milieu dont témoigne l’auteur apparaît comme très masculin, ce qui était probablement le cas, mais aussi le résultat de son récit. Ses évocations des femmes engagées dans la lutte sont très brèves, elles sont souvent citées comme « femme de » et non comme révolutionnaires à part entière. Par ailleurs, aucune ne figure dans la liste des personnes qui l’ont particulièrement marqué. Il s’agit d’une autre forme de mémoire qui reste dans l’ombre. Le statut des femmes dans la lutte anticoloniale et communiste révolutionnaire non stalinienne pourrait être intéressant à étudier dans le cadre d’une opposition à deux régimes oppressifs pour lesquels la vision de la femme diffère considérablement. Pour autant on peut aussi penser que ces femmes, imprégnées des idéaux universalistes, ne se concevaient pas forcément comme femmes.

* * *

Le principal objectif de cet ouvrage est donc la dénonciation en règle du colonialisme français et du dogmatisme communiste stalinien, qui créent une double terreur, contraire à la vie libre, à l’épanouissement, au développement. La critique de ce communisme est moins présente au début mais apparaît finalement plus forte : la comparaison entre anciens et nouveaux maîtres et bourreaux met à mal la légitimité du PCI et son régime. En pointant la multiplicité des acteurs et la complexité des enjeux révolutionnaires, cet ouvrage pose un jalon pour le développement d’une mémoire concurrente. Par l’insertion de documents d’époque (photos de famille, extraits de journaux, avis de recherche..) l’auteur affiche une volonté d’avancer des preuves. Enfin, par son écriture qui se rapproche souvent de celle d’un journal de bord, ce récit de vie, qui se lit très bien, essaie d’éviter l’impression d’un souvenir reconstruit et nous plonge dans le quotidien de son groupe d’opposants.

Nelly Didelot, ENS de Lyon

Pour en savoir plus :

_______________
Nelly Didelot est étudiante en première année de Master histoire contemporaine à l’ENS de Lyon, ses recherches actuelles portent sur l’action d’Auguste Pavie pour la création du territoire laotien.

Daniel Hémery : Révolutionnaires légaux et pouvoir colonial à Saigon de 1932 à 1937 [Annexes]

[ndlr] Document annexe issu de la thèse de Daniel Hémery intitulée : Révolutionnaires légaux et pouvoir colonial à Saigon de 1932 à 1937. Le groupe et le journal « La Lutte », mars 1973. Nous présentons ici la liste des documents annexes de cette thèse remarquable. La table analytique du journal est proposée en 4 fichers PDF à télécharger. Les originaux sont rassemblés dans le Fonds Hémery de l’Institut d’Asie Orientale (IAO, umr 5062) à l’ENS de Lyon.

LaLutte_PermanenceElections

Liste des documents annexes

Hors-textes

I : Les mouvements de 1930-1931 en Cochinchine (carte).

II : Itinéraire politiques des militants de « La Lutte ».

III : Répartition numérique des extraits de presse cités dans « La Lutte » (octobre 1934 –  juin 1936).

IV : L’archipel de Poulo-Condore en 1932 (carte) + Plan du pénitencier de Poulo-Condore en 1932.

V : Variation de l’effectif des ouvriers journaliers de 38 établissements de Saigon-Cholon (1931-1936).

VI : Coût de la vie et salaires de la classe ouvrière à Saigon-Cholon (1928-1937).

VII : Les comités d’action en 1936 (carte 1) + Les comités d’action en 1936 (carte 2).

Annexes

1 : Schéma de l’organisation du Parti Communiste Indochinois au Sud en 1932, d’après la police française.

2 : L’implantation du Parti Communiste Indochinois en mars 1935, , d’après la police française (carte).

3 : Schéma de l’organisation du Parti Communiste Indochinois en mars 1935 dans la moitié Sud de l’Indochine, d’après la police française.

4 : Manifeste du 1er Congrès du Parti Communiste Indochinois (Macao, mars 1935).

5 : Origines sociales, études accomplies et activités professionnelles des militants de la « Lutte ».

6 : L’état d’esprit de la jeunesse radical[e] en 1926-1927 :

  • Tract rédigé par Nguyên-An-Ninh en mars 1926
  • « Quelques mots sur la lecture de M. Monet à Duong-Van-Loi », par Ta-Thu-Thâu
  • Allocution de Ta-Thu-Thâu aux étudiants chinois et vietnamiens à bord du « Chenonceaux » en octobre 1927.

7 : Les annonceurs de « La Lutte ».

8 : Journaux communistes clandestins publiés par le Parti Communiste Indochinois (1934-1937).

8 bis : Enfants errants de Saigon.

9 : Sociétés anonymes de caoutchouc subventionnées par le Gouvernement général de l’Indochine de 1931 à 1934.

10 : Les monopoles urbains à Saigon-Cholon (1932-1936).

11 : Evolution de l’impôt personnel en Cochinchine (1917-1937).

12 : Le thème national dans « La Lutte » (octobre 1934 – juin 1936).

13 : La page culturelle de « La Lutte » (octobre 1934 – juin 1936).

14 : Récit par Bui-Quang-Chiêu de la manifestation populaire à son retour de France le 24 mars 1926.

14 bis : « Protestation contre la guerre destinée aux militaires ».

15 : Commentaire inédit de L. Trotsky sur les élections de 1939 en Cochinchine.

15 bis : Pratique indochinoise de la question.

16 : Quelques dirigeants communistes vietnamiens emprisonnés (au 31.XII.1935).

17 : Effectifs des trois principaux centres de détention de l’Indochine.

18 : Amnistie et mesures de grâce de 1930 à juin 1936.

19 : Composition de l’effectif des principaux bagnes de Poulo-Condore au 22 avril 1936.

20 : Répartition des détenus entre les principaux bagnes de Poulo-Condore (au 5.II.1936).

21 : Chronologie partielle des mouvements de détenus dans les prisons du Nam-Ky de 1931 à 1936.

21 bis : Grève de la faim à Poulo-Condore.

22 : Trois budgets paysans.

23 : Effectifs de quelques entreprises du Sud.

24 : Qualifications de l’arsenal de Saigon en 1937.

25 : Répartition professionnelle des ouvriers de 38 établissements de Saigon-Cholon de 1931 à 1936.

26 : Les cochers de « boîtes d’allumettes ».

26 bis : Enquête chez les débardeurs de Khanh-Hôi.

27 : Nombre et dimension des entreprises « industrielles » en Cochinchine au début de 1937.

28 : Accidents du travail dans 20 entreprises de la région de Saigon-Cholon (octobre 1934 – juin 1936).

29 : Les salaires au Sud en 1935-1936 (en $).

30 : Salaires dans 7 entreprises de Saigon-Cholon en décembre 1936.

31 : Elections Coloniales des 3 et 17 mars 1935 dans les deux premières circonscriptions.

32 : Propositions soumises au Conseil Municipal de Saigon par la fraction ouvrière (1933-1936)

33 : Tract du Comité d’Action du groupe de « La Lutte », intitulé « Dong-Duong-Dai-Hôi » (Congrès Indochinois).

34 : La Comité de convocation du Congrès Indochinois (ou Comité Provisoire).

35 : Répartition socio-géographique de 212 comités d’action dans 14 provinces du Nam-Ky.

36 : Le mouvement gréviste en Indochine au 15 août 1936 au 15 janvier 1937.

37 : A) Les grèves au Sud en 1936-1937. B) Grèves encours au Sud par secteur d’activité (1936-1937). Tableau incomplet.

38 : Paysans expropriés : l’affaire de Rachgia vu par « La Lutte ».

39 : Liste des établissements ayant des délégués ouvriers présents à l’Assemblée Générale de la Fédération ouvrière du Nam-Ky (de tendance « trotskyste ») le 29 mai 1937.

40 : La condition des ouvriers des ateliers de chemins de fer de Truong Thi (Vinh, Nord Annam).

LaLutte_jeudi20-05-1937

Tables analytiques de « La Lutte ».

Première partie : liste des articles du journal : p. 1 à 65

Hémery_LaLutte_Table_01-21

Hémery_LaLutte_Table_22–39

Hémery_LaLutte_Table_40-55

Hémery_LaLutte_Table_56-65

[mention manuscrite : « pages manquantes 10, 37 »]

Pour citer cette ressource : IAO, Fonds Héméry, « Tables analytiques de La Lutte » in Daniel Héméry, Révolutionnaires légaux et pouvoir colonial à Saigon de 1932 à 1937. Le groupe et le journal « La Lutte ». Documents annexes, mars 1973.

Bibliographie

[pp. 66 à 85, document complet]

Photos

[6 planches, portrait de militants, trois unes du journal « La Lutte » en 1933, 1934 et 1937].

IAO_FondsHémery_MilitantsdeLaLutteLes principaux militants du groupe « La Lutte »

Image « à la une » : Détail de la permanence de « La Lutte » à Saigon pendant les élections municipales, Fonds Héméry © IAO

Dang Van Long (1919-2001) : Témoignage d’un ONS (février 1988)

[ndlr] En Annexe n° 1 du Mémoire de maîtrise de Liêm-Khê Tran-Nu (Luguern) se trouve le témoignage de Dang Van Long, ONS vietnamien, décédé le 6 décembre 2001. Dang Van Long fut un des compagnons de route du trotskisme vietnamien en France. Il évoque dans ce texte sa condition de jeune requis à l’âge de 20 ans. Reproduit avec l’aimable autorisation de Liêm-Khê que nous remercions vivement.

DangVanLong
Dang Van Long (1919-2001)

TÉMOIGNAGE DE MONSIEUR DANG VAN LONG, REQUIS EN 1939. IL VIT AUJOURD’HUI DANS LA BANLIEUE PARISIENNE. RECUEILLI EN FÉVRIER 1988.

« Je suis né le 15 mars 1919 à Hai-Duong (actuellement Hai-Hung). Ma famille était pauvre, j’ai acquis juste quelques rudiments nécessaires pour lire et écrire. J’ai été requis le 17 novembre 1939, j’ai été envoyé au camp « May Bat » à Hai Phong. Nous avons quitté Hai Phong le 15 janvier 1940 au bord de « La Tourelle » et nous sommes arrivés à Saigon le 18 janvier où nous avons été regroupés au camp « Tan Dao » à Gia Dinh, un arrondissement de Saïgon. Nous sommes restés là deux mois. Dans les camps de rassemblement, on nous rasa la tête et nous portions des uniformes pareils à des prisonniers. Nous ne pouvions pas déserter, on nous aurait retrouvé aussitôt. Nous étions 2.000 ONS [ouvriers non spécialisés] à embarquer le 18 mars 1940 à bord du « Le Minh » et nous sommes arrivés au Vieux port à Marseille le 20 avril 1940. Là, nous sommes restés aux Baumettes pendant quatre jours.

Quand nous sommes partis du pays, les Français nous promettaient que nous serions de retour après deux ans de service. Les gens qui étaient partis en France pour la guerre de 1914/1918 nous racontaient que la France était belle, qu’il y avait des grandes maisons. Ils nous disaient qu’il faisait très froid et que les Français en France ne ressemblaient pas à ceux du Viêt-Nam. Ce qu’ils nous racontaient ne nous importait peu. La plupart d’entre nous furent enrôlés de force et partaient à contrecœur.

Le 22 avril 1940, notre contingent (2.000 ONS) fut divisé en huit compagnies. Je suis parti à bourges pour travailler dans une usine d’armement. Nous travaillons huit heures par jour, on commençait à 9H00 du matin pour finir à 17H00. On pouvait aussi travailler de 5H00 à 13H00 ou de 13h00 à 21H00. Toutes les trois semaines, une équipe sur deux obtenait huit heures de congé et l’autre devait la remplacer, c’est-à-dire qu’elle devait travailler seize heures d’affilée. C’était très dur. Après la défaite de 1940, on a commencé à rapatrier les vieux, les malades, les infirmes. Quant à moi, je me suis retrouvé à Sorgues (Vaucluse). A partir de 1941, on m’a déplacé dans plusieurs endroits. Je travaillais dans divers secteurs. Les travaux de la MOI [Service de la Main d’Oeuvre Indigène…] étaient multiples. On pouvait être bûcheron, mineur, vendangeur ou ramasser des fruits, des glands ou encore travailler dans les salines. Le travail était très dur surtout pour ceux qu’on envoyait dans les salines. Ils n’avaient pas toujours des chaussures et leurs pieds étaient mangés par le sel.

Les patrons nous payaient comme les ouvriers français mais ils versaient notre salaire à la MOI. Notre salaire dépendait aussi de notre rendement. Par exemple ; si on travaillait dans la coupe de bois, on devait fournir un mètre cube de bois coupé par jour ; on recevait une prime si on fournissait plus d’un mètre cube. En 1943, je fus jeté en prison. J’ai déserté. En 1944, j’ai quitté les FFI [Forces françaises de l’intérieur] pour revenir à la MOI. Beaucoup d’entre nous faisaient de la prison car le vol était fréquent. Nous avions très faim et si nous ne volions pas, il nous était impossible de survivre. Nous volions des lapins, des moutons, des poulets, des légumes et même des bœufs et des chiens. Nous mangions tout ce qui nous tombait sous la main. La nourriture qu’on nous donnait pour 15 jours suffisait à nos besoins pour 4 ou 5 jours seulement, le reste du temps nous mangions n’importe quoi, les herbes sauvages par exemple. Tout ce que les lapins mangeaient, nous le mangions. Je n’étais pas très courageux, je n’osai voler que des navets. Il fallait faire cinq à six kilomètres pour voler car si on volait trop près du camp, on nous aurait accusé tout de suite. Tout le monde volait sauf peut-être les cuisiniers, les plantons et le personnel des bureaux.

Dans ce contexte, le travail était très pénible. Il y a eu des cas d’automutilation. Les gens coupaient des doigts de la main ou du pied pour ne plus travailler. On les envoyait alors à l’hôpital. Dans les hôpitaux, pour être bien traité, il fallait donner des cigarettes, de l’argent aux docteurs et aux infirmiers. Les gens hospitalisés passaient leur temps à jouer aux cartes ou au Soc-Dia (jeu de hasard très populaire au Viêt-Nam NDLR). Les perdants, c’était souvent le mêmes, étaient obligés de voler. C’était donc un cercle vicieux. De 1940 à 1945, il y a eu environ un millier de morts. Beaucoup avaient attrapé la tuberculose, il y avait peu de cas de tuberculose osseuse et pulmonaire mais beaucoup de tuberculose veineuse qui était à l’origine de nombreux décès. Moi-même, j’ai été tuberculeux et j’ai dû faire plusieurs séjours à l’hôpital.

En plus de tout ça, on était indésirable. Les Français du camp disaient aux habitants des alentours que nous avions des dents noires, que nous mangions des hommes et que nous étions d’excellents voleurs. Les gens les croyaient et faisaient très attention à nous. Ça nous mettait en colère. Ce fut notamment à l’origine des bagarres. Certains d’entre nous, étaient très débrouillards, ils mettaient du sable dans des bouteilles et s’en servaient comme arme pour frapper les Français qui, eux, utilisaient leurs fourches. Les gens nous détestaient plus sans doute qu’ils détestent aujourd’hui les Arabes. Nous avions peu de rapport avec les autres travailleurs coloniaux. On ne les aimait pas parce qu’ils savaient parler le français.

Les premières révoltes dans les camps n’étaient pas d’ordre politique. Elles naissaient à cause du mépris des cadres vis-à-vis de nous. Mais la solidarité n’existait pas non plus toujours entre nous. La plupart des interprètes étaient des « lèches bottes ». Il y avait beaucoup de grades qui divisaient les travailleurs en plusieurs catégories. La plupart des cadres et des interprètes faisaient tout pour monter de grade ; ils flattaient les cadres français : ils lavaient leurs vêtements, leur portaient de l’eau… En plus, il y avait des rivalités entre les gens du nord, ceux du centre et ceux de sud. Dans le même dortoir, il y avait des vols de sandales. L’ensemble des Indochinois n’était pas aimé par les Français ; on se demandait toujours : nous sommes des êtres humains comme eux, pourquoi ne nous respectent-ils pas ?

Dans ces conditions, notre unique désir était de rentrer au pays. De 1941 à 1944, on n’a eu aucune nouvelle du Viêt-nam . On entendait quelques brèves nouvelles à la radio sur la situation là-bas. C’était tout. On choisissait aussi parmi nous les plus fidèles à la France pour parler quelques minutes à la radio de Vichy. Ces messages étaient retransmis au pays. Par rapport à la guerre, nous étions indifférents. Que la France gagne ou qu’elle perde, nous avions le sentiment que notre sort serait le même.

A partir de 1944, nous recevions de temps à autre des lettres de nos familles, des brochures, des journaux de là-bas grâce aux Vietnamiens qui travaillaient sur les bateaux et qui débarquaient à Marseille ou à Bordeaux. En août 1945 , nous avons appris qu’il y avait un gouvernement indépendant au Viêt-Nam et on commençait à parler de Hô-Chi-Minh dans les camps. Nous avions beaucoup de respect pour cet homme, pour nous il avait sacrifié son existence pour le pays. A Marseille, nous descendions dans les rues pour réclamer notre rapatriement, on avait envie de rentrer. On ne savait pas pourquoi on nous faisait rester en France, en plus beaucoup étaient sans travail. Puis, on a commencé à s’organiser. Notre mouvement était très fort et dérangeait le gouvernement qui voulut alors nous faire rapatrier au plus tôt. Mais beaucoup ne voulait plus rentrer à cause de la guerre. Nous avons alors posé parmi les conditions à notre rapatriement l’arrêt immédiat de la guerre.

En mars 1948, je suis de nouveau parti de mon camp ; puis, j’ai du revenir à l’hôpital à cause de ma tuberculose. En février 1952 je suis sorti de l’hôpital et je suis allé à Paris. Je ne pouvais pas laisser ma femme et mes enfants en France. J’ai demandé l’autorisation de rester provisoirement en France auprès de ma famille et pour me soigner. »

Dang Van Long, février 1988.

Source : extrait de Tran-Nu (Luguern), Liêm-Khê, Les travailleurs indochinois en France de 1939 à 1948, Mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Vigier, Université Paris X Nanterre, 1988, Annexe 1, pp. 157-158.

* * *

Dang Van Long est l’auteur de deux ouvrages en langue vietnamienne sur le sujet :

  • Đặng Văn Long, Lính thợ O.N.S., Hanoi : NXB Lao Động, 1996.
  • Đặng Văn Long, Người Việt ở Pháp, 1940-1954, Paris : Tủ sách nghiên cứu, 1997.

Trần Văn Thạch (1905-1945) – une plume contre l’oppression coloniale

[ndlr] Signalement d’un ouvrage en langue vietnamienne paru en 2013 sur une personnalité majeure du groupe La Lutte dans le Saigon des années 1930.

TranVanThach1TranVanThach2Cliquez sur l’image pour lire le texte

 

L’ouvrage comprend deux parties principales. La première est consacrée à la mémoire et à biographie du militant trotskiste et anticolonialiste Trần Văn Thạch, la seconde rassemble une sélection de ses articles parus en langue française et ici traduits en vietnamien. Deux témoignages de ses enfants sont publiés dans la première partie. « A la recherche du père » (pp. 1-37) de Tran My Chau expose le processus de l’auteure dans sa quête d’informations historiques sur son père. Ce premier chapitre est suivi d’un carnet iconographique assez conséquent (pp. 38-58) comprenant des photos familiales et des reproductions d’imprimés. Le chapitre 2 (pp. 59-126) est entièrement consacré à la biographie de Tran Van Thach présentée sous forme chronologique. Il est suivi du témoignage du fils aîné de la famille Tran Van Tu retraçant le « souvenir de son père » face aux événements révolutionnaires.

La seconde partie, soit près des deux tiers de l’ouvrage, est une compilation exhaustive des articles publiés par Tran Van Thach en France puis au Viêt-Nam, en particulier dans le journal La Lutte, édité à Saigon (voir pp. 149-396). Huit articles traduits en vietnamien sont tirés du Journal des Etudiants Annamites (JEA), édité à Toulouse en 1927. Plus de 80 articles extraits du journal La Lutte (rubrique « Petits clous ») entre 1934 et 1939 sont reproduits en vietnamien et classés de façon thématique. Phan Thi Trong Tuyen, écrivaine et traductrice, nous livre ses impressions dans le chapitre 4. L’ouvrage est agrémenté de deux annexes, d’un mémento biographique des acteurs et mouvements de l’époque très utile ainsi que d’une bibliographie bien organisé rassemblant les sources primaires (archives des ANOM et archives nationales, périodiques) et 99 références. L’ouvrage est une contribution importante sur la période révolutionnaire en Cochinchine dans les années 1930, la pluralité des options politiques et la confrontation des communismes la décennie suivante.

FG

Réf. Trần Mỹ Châu, Phan Thị Trọng Tuyến et al., Trần Văn Thạch (1905-1945) một cây bút chống bạo quyền áp bức, [France], [autoédition], 2014, 441 p.

Pour en savoir plus :

Ngo Van : Au pays de la Cloche fêlée [réédition]

AuPaysDeLaClocheFelee[ndlr] Nous signalons la réédition en poche de l’ouvrage de Ngo Van (1913-2005) qui témoigne des « tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale ». Personnage attachant, simple et chaleureux, à la fois acteur et témoin des événements révolutionnaires en Cochinchine, Ngo Van a réussi dans chacun de ses ouvrages sur le Viêt-Nam à restituer la voix des oubliés du processus révolutionnaire, la voix de ses camarades, les « lutteurs » qui furent broyés par la machine stalinienne.

Trotskiste mais non orthodoxe, habité par le Nam Bo (Sud) où il est né, Ngo Van était ouvert aux autres et étonnamment proches de ses compatriotes paysans, caodaïstes ou bouddhistes Hoa Hao. Le résumé ci-dessous provient de la présentation de l’éditeur parisien suivie du préambule en ligne sur Amazon. L’ouvrage, d’une lecture autant passionnante qu’incontournable, permet de mieux saisir la complexité des enjeux révolutionnaires d’alors.

L’art d’être libre et debout en terre asservie

Ce livre retrace, au fil des souvenirs d’un témoin engagé, une époque qui se clôt avec le début de la guerre d’Indochine. Les luttes sociales et révolutionnaires de ce temps, au-delà de l’affrontement avec le très ubuesque pouvoir colonial, se sont achevées par l’extermination de bon nombre de leurs protagonistes – combattants de l’impossible, victimes d’une double terreur, coloniale et stalinienne. C’est cette mémoire confisquée par les idéologies de tous les pouvoirs que ce récit entend raviver.

Ngo Van (1913-2005) naquit au hameau de Tân Lô à 15 km de Saigon. Il commença à travailler à l’âge de 14 ans dans la capitale cochinchinoise. En 1932, il rejoignit le mouvement communiste antistalinien et partagea la lutte des révolutionnaires au Viêtnam jusqu’à son émigration en France en 1948, où il devint métallo et fin lettré…

Préambule

NgoVan«Je ne crois que les histoires dont les témoins se feraient égorger», pensait Blaise Pascal. A considérer l’actuelle République dite socialiste du Viêt-nam et son histoire officielle, acceptée partout quasiment sans esprit critique, je ne peux lire cette maxime sans ressentir avec force à quel point je suis un survivant.

Dans Viêt-nam 1920-1945, révolution et contre-révolution sous la domination coloniale*, j’ai essayé de restituer cette période qui fut marquée non seulement par la lutte contre l’impérialisme colonial, mais aussi par des mouvements qui tendaient radicalement à une révolution sociale, viscéralement internationaliste et insoumise à la stratégie de la Russie stalinienne. C’est sous l’angle d’un témoignage direct que je veux ici parler de ce temps. La plupart des participants à ce combat, quand ils ne furent pas massacrés, emprisonnés, envoyés au bagne par le pouvoir colonial français ou contraints à l’exil, tombèrent sous les coups mortels du parti, fondé par Ho chî Minh, qui portait l’étiquette «communiste».

Onze ans à peine s’étaient écoulés depuis la révolution d’Octobre en Russie quand je me suis trouvé consciemment confronté à la réalité oppressive de la société indochinoise et en révolte contre elle. Pour moi comme pour tant d’autres, la révolution russe c’était le signe plein d’espoir d’une libération possible. Pourtant déjà, au fil de mes années d’apprentissage de la vie et de la révolte, à travers de rares informations, des signaux inquiétants nous arrivaient aussi de là-bas. Des opposants révolutionnaires étaient traqués, Trotski venait d’être exilé. Par le biais de la IIIe Internationale, Staline imposait une stratégie totalitaire qui nous semblait trahir un internationalisme consubstantiel à tout engagement révolutionnaire. C’est tout naturellement autour des idées et des partisans de Trotski que s’est organisée notre critique du pouvoir stalinien, dont l’horreur s’exacerba de manière spectaculaire avec les procès de Moscou.

Depuis mon départ d’Indochine en 1948, si l’espoir et la conviction d’une nécessaire subversion d’un ordre du monde abject ne m’ont jamais quitté, ils se sont nourris aussi de réflexions nouvelles sur le bolchevisme et la révolution. J’ai retrouvé en France, dans les usines et ailleurs, des alliés, des Français, des colonisés, des Espagnols – autres survivants – lesquels, avec le POUM ou les anarchistes, avaient vécu une expérience parallèle à la nôtre : celle d’être engagés dans un combat sur deux fronts, contre un pouvoir réactionnaire et contre un parti stalinien en quête de pouvoir.

Ces rencontres, une relecture de Marx éclairée par les travaux de Maximilien Rubel, la découverte de l’existence des Conseils ouvriers dans la Bavière de 1919 ou de la révolte de Kronstadt dans la Russie de 1921, puis la résurgence des Conseils ouvriers dans la Hongrie de 1956, m’ont amené à la recherche de nouvelles perspectives révolutionnaires qui m’ont éloigné du bolchevisme-léninisme-trotskisme, développant en moi une méfiance absolue à l’égard de tout ce qui peut devenir «appareil». Les partis dits ouvriers (le parti léniniste en particulier) sont des embryons d’État. Une fois au pouvoir, ces partis constituent le noyau de la nouvelle classe dominante, et ne peuvent donner naissance qu’à un nouveau système d’exploitation de l’homme par l’homme. «L’existence de l’État et l’existence de l’esclavage sont indissociables» (Karl Marx).

«Ceux qui sont maîtres du présent, pourquoi ne seraient-ils pas maîtres du passé ?» écrivait avec lucidité George Orwell. Quand l’histoire épouse le discours du vainqueur, recouvrant et noyant toutes les luttes passées dans un manichéisme qui dissout les vrais enjeux, le présent s’impose comme inéluctable fatalité. L’avenir des sociétés humaines dépend donc de leur capacité à reprendre ce passé des mains froides de leurs maîtres actuels. Des voix se sont perdues : il faut tenter de leur redonner vie, retrouver la trace vivante de ce relais de révolte qui traverse les temps – et tenter de la restituer, comme un passage de témoin.

* L’Insomniaque, 1996 ; réédition Nautilus, 2000.

Réf.  Ngo Van, Au pays de la Cloche fêlée. Tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale, Paris, L’Insomniaque, Petites insomnies, 2013, 221 p.

Pour en savoir plus :