Archives par mot-clé : tribunal populaire

Vietnam: trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti

[ndlr] Une information importante à lire sur TV5 Monde.

Trois journalistes vietnamiens ont été condamnés mardi à des peines de 11 à 15 ans de prison pour avoir critiqué le régime communiste, sur fond de répression croissante à l’approche du congrès du Parti.

Les congrès du Parti communiste, qui ont lieu tous les cinq ans, permettent de renouveler les membres du comité central et du bureau politique, l’instance dirigeante suprême qui en est issue.

Dans les mois qui précèdent, théâtres d’intenses tractations, les autorités ont l’habitude d’intensifier leur répression afin de prévenir toute perturbation.

Pham Chi Dung, Nguyen Tuong Thuy et Le Huu Minh Tuan, membres de l’Association des journalistes indépendants du Vietnam et connus pour leurs plaidoyers en faveur de la démocratie, ont été reconnus coupables, lors d’un procès expéditif à Ho Chi Minh-Ville, d’avoir « fourni et diffusé des informations en ligne contre la République socialiste du Vietnam ».

Lire la suite :

TV5 Monde. URL : https://information.tv5monde.com/info/vietnam-trois-journalistes-emprisonnes-l-approche-du-congres-du-parti-390415

Voir également :

Khanh Vu, version française Kate Entringer, « Vietnam: Lourdes peines de prisons pour des journalistes indépendants critiques du régime », Reuters, 05/01/2021. URL : https://uk.reuters.com/article/vietnam-securit-proces-idFRKBN29A18M


La nouvelle a été commentée dans la presse vietnamienne :

« Nhà báo tự do Phạm Chí Dũng, Nguyễn Tường Thụy và Lê Hữu Minh Tuấn bị án tù », BBC News / Vietnamese, 05/01/2021. URL : https://www.bbc.com/vietnamese/vietnam-55513271

« Nhà báo Phạm Chí Dũng bị kết án 15 năm tù, 3 năm quản chế », VOA, 05/01/2021. URL : https://www.voatiengviet.com/a/nha-bao-pham-chi-dung-bi-ket-an-15-nam-tu-3-nam-quan-che/5725001.html

Ái Chân, « Tuyên truyền chống Nhà nước, Phạm Chí Dũng lãnh 15 năm tù », Sài Gòn Giải Phóng, 05/01/2021. URL : https://www.sggp.org.vn/tuyen-truyen-chong-nha-nuoc-pham-chi-dung-lanh-15-nam-tu-707027.html

Tuyết Mai, « Bị cáo Phạm Chí Dũng lãnh 15 năm tù », Tuổi Trẻ, 05/01/2021. URL : https://tuoitre.vn/bi-cao-pham-chi-dung-lanh-15-nam-tu-20210105141726544.htm


Illustration « à la une » : Les trois accusés lors du procès au Tribunal populaire de Ho Chi Minh-Ville : Nguyen Tuong Thuy, Le Huu Minh Tuan (en arrière-plan) et Pham Chi Dung © VNA

Vietnam: Activists on trial as crackdown on peaceful activism continues

[ndlr] Appel d’Amnesty International pour la libération de deux activistes jugés le 12 avril 2018. La répression continue.

Ahead of the separate trials on April 12 of two activists, Nguyễn Viết Dũng and Vũ Văn Hùng, in Viet Nam, James Gomez, Amnesty International’s Regional Director for Southeast Asia and the Pacific, said:

“Nguyễn Viết Dũng is a brave young activist in a country where human rights are under attack. This man has already served time in prison for his peaceful activism once before. To ensure there is no repeat of this injustice, the authorities of Nghệ An province must immediately drop all charges against Dũng and release him immediately.

“Vũ Văn Hùng is a prisoner of conscience who has been held in pre-trial detention on trumped-up, politically motivated charges for several months. He has done nothing but peacefully defend human rights and should never have been detained in the first place.

“After throwing a record number of human rights defenders in jail last year, the Vietnamese authorities have made another deeply troubling statement of intent by bringing these two activists before the courts. It sends a clear signal that there is to be no let-up.”

Lire la suite : Amnesty International

Image « à la une » : Nguyen Viet Dung jugé par le tribunal populaire de la province de Nghe An © DR

Vietnam: six blogueurs condamnés à des peines de prison d’une lourdeur sans précédent

[ndlr] Déclaration de l’association Reporters Sans Frontières à la suite de la condamnation de six militants pro-démocratie en RSVN, à Hanoi le 5 avril 2018.

Le procès des six blogueurs de la Fraternité pour la démocratie a été expédié en quelques heures. A l’extérieur, quelques manifestants ont tenté d’approcher le tribunal (© Vietnam News Agency – Jenny Vaughan / AFP)

Six blogueurs vietnamiens ont été condamnés à des peines de quinze, douze, neuf et sept ans de prison à l’issue d’un procès expéditif. Reporters sans frontières (RSF) demande aux partenaires du Vietnam de faire pression sur Hanoi pour que cesse cette vague de répression intolérable.

Lire la suite : RSF

« La démocratie n’est pas un crime » – Hanoi, 5 avril 2018

[ndlr] De nouveau, à l’issue d’un procès inique, des dissidents pro-démocratie ont pris des peines de prison très lourdes pour leur engagement auprès de la jeunesse et des plus démunis. Triste illustration de « l’État de droit socialiste » à la vietnamienne. « La démocratie n’est pas un crime » rappellent les citoyens téméraires qui ont protesté ce jour contre la tenue de ce procès politique.

Rappel des six sentences :

  • Nguyen Van Dai (avocat, né en 1969) : 15 ans de prison + 5 ans d’assignation à résidence ;
  • Truong Minh Duc (activiste social, journaliste indépendant, né en 1960) : 12 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence ;
  • Pasteur Nguyen Trung Ton (né en 1972) : 12 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence ;
  • Mme Le Thu Ha (enseignante et traductrice, née en 1982) : 12 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence ;
  • Nguyen Bac Truyen (juriste, blogueur, né en 1968) : 11 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence ;
  • Pham Van Troi (écrivain, né en 1972) : 7 ans de prison + 1 an d’assignation à résidence.

Nguyen Van Dai: Vietnam jails activist lawyer and five others [BBC]

Six prominent Vietnamese activists have received heavy prison sentences on charges of « attempting to overthrow » the country’s communist government.

Lawyer Nguyen Van Dai was sentenced to 15 years, while the other defendants were jailed for between seven and 12 years, relatives said on Thursday.

Several protesters who marched towards the court in Hanoi were taken away by plainclothes police.

Human rights groups have criticised the charges against the activists.

The convicted individuals are linked to the Brotherhood for Democracy, a self-described activist network.

Lire la suite / Read more : BBC Vietnamese, 05/04/2018.

Des citoyens protestent contre le procès des militants pro-démocratie. Les slogans affichent : « La démocratie n’est pas un crime » et « Justice pour l’Association Fraternité Démocratie », affichette tenue par l’ancienne prisonnière, défenseur des droits de la paysannerie,  Can Thi Theu © 2018 Getty Images

 

Lire en vietnamien :

Lire en français :

MàJ 07/04/2018.

Image « à la une » : L’avocat Nguyen Van Dai (centre) à la barre des accusés lors du procès du 5 avril 2018 © Lam Khanh via Reuters/VNA

 

Vietnam jails activist for 14 years for livestreaming pollution march [The Guardian]

[ndlr] En RSVN, le tribunal populaire de la province de Nghe An prononce une peine de 14 ans de prison pour un activiste social de 24 ans.

Hoang Duc Binh had posted footage on Facebook of fishermen protesting following a huge chemical spill from a steel plant.

A court in central Vietnam has sentenced an activist to 14 years in jail for livestreaming fishermen marching to file a lawsuit against a Taiwan-owned steel plant’s spill of toxins into the ocean.

Hoang Duc Binh, 34, was convicted of abusing democratic freedoms to infringe on the interests of the state, organisation and people, and opposing officers on duty, following a trial on Tuesday by the people’s court in Nghe An province, lawyer Ha Huy Son said.

Fellow activist Nguyen Nam Phong was given two years in jail for opposing officers on duty.

During last February’s livestream on Facebook, Binh commented that the fishermen were stopped and beaten by authorities. Son said Binh told the court that he made the comments, but he denied committing a crime because what he said was true.

The court said his comments were untrue and slandered authorities.

Reuters reported that the 14-year jail term is one of the toughest sentences to have been delivered against an activist in Vietnam.

Lire la suite : The Guardian, 6/02/2018.

Illustration « à la une » : Vietnamese activist Hoang Duc Binh (centre L) standing inside the courtroom with co-accused Nguyen Nam Phong in Nghe An province. © Vietnam News Agency/AFP/Getty Images

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 2

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

Une séance d’accusation publique (đấu tố) pendant la réforme agraire en RDVN © DR

★ ★ ★

La réforme agraire radicale (RDVN 1953-1956)

Séance 2 : mercredi 27 septembre 2017 – salle D4.070 (IAO)

La réforme agraire radicale, menée en RDVN à partir de 1953, a profondément marqué la société du Nord Viêt-Nam. Organisée sur un modèle maoïste, elle a pendant trois ans instituée la violence révolutionnaire dans la vie quotidienne des paysans. Visant à rendre la terre aux paysans, elle a été à l’origine de nombreux abus aux conséquences sanglantes. Si les chiffres officiels des exécutions publiques n’ont jamais été rendus, on estime à 50.000 morts le résultat de cette opération policière sous contrôle chinois. L’appareil d’État, conscient de la dérive, dut mettre sur pied une « campagne de rectification des erreurs » et Hô Chi Minh d’écarter, pendant un temps, le secrétaire général du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam, premier responsable politique de la RDVN. Cette séance s’intéresse aux récits littéraires encore imprégnés aujourd’hui de cette fracture interne au communisme vietnamien.

Timbre émis en RDVN en 1954 sur lequel figure les portraits du triumvirat représentant l’union entre les trois Partis communistes du Viêt-Nam, de l’URSS et de la Chine populaire : Gueorgui Malenkov, dirigeant du PCUS, Ho Chi Minh, président de la RDVN et Mao Zedong, président de la RPC et du PCC.

Sources mobilisées :

  • Duong Thu Huong, Les paradis aveugles, Paris, Des Femmes, 1991, p. 24-49.
  • Hoang Minh Tuong, Le temps des génies invincibles, Paris, Editions de la Frémillerie, 2014, p. 153-179.
  • Ta Duy Anh, Passer outre, publié sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/13304

Un regard extérieur :

  • Lise London, Le Printemps des camarades (L’écheveau du temps 2), Paris, Éditions du Seuil, 1996, p. 187-194.

Une référence clé :

  • Tessier, Olivier, « Le ‘grand bouleversement’ (long trời lở đất) : regards croisés sur la réforme agraire en République démocratique du Việt Nam », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, vol. 95-96 (2008-2009), 2012, pp. [73]-134. PDF en ligne.

 

Image « à la une » et illustration : photographies du journaliste Dimitri Baltermants (1912-1990) lors d’un séjour en RDVN en 1955 © The Dmitri Baltermants Collection/CORBIS. Les autres images connues de la réforme agraire sont de Franz Faber également prises en RDVN en 1955.

Nguyễn Viết Dũng : condamné pour un symbole

Le verdict est tombé le 14 décembre : 15 mois de prison ferme pour « trouble à l’ordre public ». Malgré une condamnation relativement légère, le jeune Nguyễn Viết Dũng paie son attachement aux couleurs de la République du Viêt-Nam et une certaine idée de la République. Aperçu biographique et rappel des faits :

NguyenVietDung_chandung
Nguyen Viet Dung, fondateur du Parti Républicain

Nguyễn Viết Dũng est né le 19 juin 1986 dans la province de Nghệ An (village de Trần Phú, commune de Hậu Thành, district de Yên Thành). Date symbolique s’il en est, le 19 juin était la date commémorative de l’armée nationale de la République du Viêt-nam avant 1975. Province également symbolique, le Nghệ An est considérée comme « la marmite de la révolution », d’où sont issus bon nombre de figures historiques du Viêt-Nam contemporain en lutte pour l’indépendance de leur pays et surtout il s’agit de la province natale du président Hồ Chí Minh.

Les deux parents de Dũng, Nguyễn Viết Hùng et Nguyễn Thị Diệu Hồng sont agriculteurs. La famille qui comprend cinq enfants est de condition modeste. Dũng, le seul fils, mène une scolarité brillante pendant laquelle il se passionne pour les sciences naturelles. Sa réussite scolaire est remarquée et il est sélectionné pour concourir en 2003-2004, l’année de son baccalauréat, au prix intitulé ‘Vers le sommet de l’Olympe » (Đường lên đỉnh Olympia) lors duquel il est classé troisième.

BangDuVietNam

La même année, il obtient la note de 29/30 à l’examen d’entrée  de l’Université polytechnique de Hanoi (Đại học Bách Khoa Hà Nội) le plaçant à l’époque dans les meilleurs étudiants de la province de Nghệ An. Il étudie à la Faculté de technologie de l’information. C’est au contact de cette université pendant ses études que Dũng prend conscience des problèmes sociaux et de l’injustice engendrée par la corruption et le système communiste.

Il se sent profondément affecté et meurtri par la douleur de ses compatriotes et décide qu’il ne peut rester ainsi sans agir. Il analyse les causes de la situation du Viêt-Nam et considère alors que seule un système libéral et démocratique pourrait apporter des solutions au déclin de sa nation. Il étudie l’histoire contemporaine de son pays, les différentes institutions et types de régime de par le monde et en conclut que le système politique de l’ancien régime vaincu par la guerre peut faire la différence.

Huyhiệu_LụcQuânVNCH

Selon lui, la République du Viêt-Nam (Việt Nam Cộng Hòa) possédait de nombreux avantages notamment des institutions républicaines plus humaines et plus conformes au développement économique de son pays d’autant plus que les fondements du régime communiste sont questionnés de l’intérieur par une intelligentsia en proie au doute. De cette prise de conscience, Dũng imagine la construction d’une société plus civilisée sous de nouvelles institutions républicaines. Pour atteindre cet objectif, il s’engage dans la lutte pour la séparation des pouvoirs, le multipartisme et la mise en place de véritables institutions démocratiques.

Son avis, encore très minoritaire, et son combat personnel provoquent de nombreuses pressions policières sur sa famille. Mais Dũng ne se laisse pas abattre, en bon connaisseur de la loi vietnamienne, il sait se défendre. Il entend faire entendre sa voix et diffuser ses idées dans un contexte particulièrement répressif. De l’écolier modèle à l’étudiant rebelle, son parcours se conjugue avec une détermination sans faille soulignée par ses futurs avocats.

Ses prises positions politiques dérangent, ses idées bousculent les conventions et il se fait vite repérer au sein de l’université. A la fin de l’année 2006, il est renvoyé de l’université pour des raisons politiques au motif d’avoir « profiter de l’agitation antichinoise pour faire de la propagande antiétatique et pour avoir brocardé le régime actuel ».

NguyenVietDung_quenha
30 avril 2014, le drapeau de la RVN flotte dans la province natale d’Ho Chi Minh (Nghe An), photo du centre.

A partir de 2014, il décide de mettre en œuvre son rêve politique à travers deux actions symboliques et non violentes :

  • Le 30 avril 2014, anniversaire de la chute de Saigon, il plante sur l’habitation familiale l’ancien pavillon de la République du Viêt-Nam (jaune à trois bandes rouges) défiant ainsi le pouvoir local. Le jour suivant, il est arrêté par cinq policiers et conduit au poste pour être interrogé. Depuis cet acte de dissidence publique, lui et sa famille sont régulièrement harcelés par les autorités policières locales.
  • Cet acte de défiance publique est désormais inscrit dans son projet politique. Le 2 avril 2015, soit quelques semaines avant le quarantième anniversaire de la « libération du Sud et de la réunification », Dũng alias Dũng Phi Hổ (littéralement le « Tigre volant courageux » ?) proclame officiellement sur Facebook la fondation du « Parti Républicain » (Đảng Cộng Hòa) et du groupe des « Forces armées de la République du Viêt-Nam » (Quân Lực Việt Nam Cộng Hòa). Il assume assume provisoirement la présidence du Parti républicain et administre les deux pages Facebook des groupes qu’il a créées (fermées depuis).

Il insère son combat dans un cadre juridique approprié. Foncièrement non-violente, la lutte doit permettre au Viêt-Nam de recouvrer liberté et démocratie par des moyens pacifiques en s’appuyant sur la charte des Nations Unies et les traités internationaux dont la République socialiste du Viêt-Nam est signataire. C’est donc au nom du droit que Dũng entend faire évoluer le système politique de son pays.

L’occasion se présente à Nguyễn Viết Dũng de rencontrer ses premiers adhérents. Ce doit être à Hanoi le 9 avril 2015 lors d’une manifestation écologique organisée pour protester contre la coupe des grand arbres verts de la ville. L’annonce est publique, officiellement postée sur sa page Facebook.

Le 12 avril 2015, Dũng défile en compagnie de quatre autres adhérents de son âge (une vingtaine d’années) en plein cœur de Hanoi. Le groupe revêt pour l’occasion un tee-shirt noir sur lequel est cousu au niveau de la poche droite l’écusson d’un aigle jaune portant les couleurs de l’ancienne république déchue. Il s’agit ni plus ni moins du sigle des Forces armées de cette république. Dans le dos de son tee-shirt noir, Dũng affiche un slogan en anglais « People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people », défiant ainsi les autorités.

Dans cette manifestation intitulée « Pour un Hanoi vert » (Vì một Hà Nội Xanh), le petit groupe de Dũng défile pacifiquement. Le jeune militant du Nghệ An se tient au milieu du groupe revêtant une veste militaire également cousue d’un insigne de parachutiste de l’ancienne armée. Le groupe est photographié et les images de cette incroyable performance sont diffusées sur la toile. Pour la première fois depuis la réunification du pays, un groupe de jeunes se revendiquant d’une autre tradition politique s’affiche en plein jour, publiquement et de façon totalement pacifique, juste par une présence (sans discours et sans distribution de tracts…).

NguyenVietDung_Hanoi_12-04-2015
Manifestation « Pour un Hanoi Vert », 12 avril 2015.

A 11h du matin, la manifestation se disperse dans le calme. Alors que Dũng et ses amis quittent les lieux, ils sont arrêtés par la police et conduits au poste principal du district de Hoàn Kiếm. Ils sont maintenus en détention arbitrairement et sans chef d’inculpation jusqu’au 14 avril, date à laquelle les quatre amis de Dũng sont libérés. Seul Nguyễn Viết Dũng est maintenu secrètement en détention sans avertir sa famille. A vrai dire, aucune charge réelle ne pèse contre lui car Dũng n’a commis aucun acte répréhensible selon les lois de la RSVN. Mais dans ce genre d’affaire, pour justifier une incarcération illégale et abusive, les autorités vont le poursuivre pour « troubles l’ordre public » (Gây rối trật tự công cộng) pour son comportement en vertu de l’article 245 du code pénal.

Nguyễn Viết Dũng est ainsi maintenu en détention sans aucun jugement pendant huit mois. Les autorités enquêtent et fouillent dans son passé sans doute pour alourdir l’accusation. L’habitation familiale est perquisitionnée. On ne trouve rien de plus. Entre avril et octobre, sa famille lui rend six fois visite mais ne peut entrer en contact direct avec lui. Seuls quelques affaires et de la nourriture sont récupérés par la police. Dũng est confiné au secret comme un gros poisson du terrorisme.

NhomNguyenVietDung_Hanoi_12-04-2015
Dung Phi Ho et ses quatre mousquetaires au bord du Petit Lac à Hanoi le 12 avril 2015.

Trois avocats puis quatre décident de le défendre (Trần Thu Nam, Võ An Đôn, Lê Văn Luân et enfin Nguyễn Khả Thành). L’avocat Võ An Đôn prend sa défense à titre gracieux tandis que la famille débourse 50 millions de dong pour les autres avocats (l’avocat Lê Văn Luân conteste auprès de la BBC avoir reçu de l’argent pour défendre Dũng). Son père réclame l’indulgence des autorités car « Dũng est trop jeune » mais il respecte l’idéal de son fils et ne voit pas comment il aurait pu l’empêcher d’aller à l’encontre de sa détermination. Une pétition est mise en ligne le 22 avril 2015 pour faire connaître le sort de Dũng auprès du parlement australien. Lors d’un échange sur la question des Droits de l’homme, l’ambassade d’Australie soulève son cas auprès des autorités vietnamiennes.

Le 14 décembre 2015, après moult pressions exercées sur ses avocats, Nguyễn Viết Dũng est jugé en première audience, à huit clos, sans victimes, sans témoins et l’accusé fait face à ses juges. Affaibli, Dũng demande sans succès l’ajournement de son procès. Ses avocats exigent également le report du procès pour vices de forme. Le jeune accusé ferme les yeux, ne répond pas aux questions et se tient devant ses juges toujours vêtu du fameux tee-shirt incriminé comme un ultime défi. Le tribunal juge donc un sigle ou un symbole plutôt qu’un accusé. L’avocat Võ An Đôn évoque un tribunal extraordinaire, une situation étrange, où figure un coupable qui n’a créé de tort à personne puisqu’il n’y a ni victimes, ni témoins, ni proches et que l’acte d’accusation de « troubles à l’ordre public » n’est guère fondé.

Le procès se déroule mal. Les avocats sont sans cesse interrompus. Ils peinent à défendre les droits de l’accusé. Aucun débat n’est autorisé et l’avocat Lê Văn Luân est expulsé de la salle d’audience après trois avertissements de la cour. En signe de protestation les trois autres quittent la salle. Dũng est finalement condamné à quinze mois de prison ferme pour son comportement jugé illégal. L’avocat Võ An Đôn analyse la condamnation relativement « légère mais très injuste pour l’accusé » car il est le seul à être condamné pour avoir manifesté ce jour-là.

UngHo_NguyenVietDung
Justice pour Nguyen Viet Dung ! Liberté pour Nguyen Viet Dung !

UngHo_NguyenVietDung2

A l’extérieur du tribunal, des dizaines de personnes brandissent des pancartes demandant « Justice pour Nguyễn Viết Dũng« , « Liberté pour Nguyễn Viết Dũng« . Son nom devient synonyme de « courage » à l’image de son prénom (« Dũng » signifiant justement « courage »). Ténacité, détermination, son image de jeune intellectuel en uniforme est relayée comme un symbole de résistance sur les réseaux sociaux et les sites d’opposition au régime.

* * *

Quelles leçons retenir de cette expérience ? Nguyễn Viết Dũng a testé les autorités et pris un risque incalculable. Il a défié la République socialiste « corrompue » en la confrontant à l’ancien modèle sudiste idéalisé. Cette comparaison, quoique l’on pense de l’ancien régime, questionne les pratiques actuelles de pouvoir de la RSVN : parti unique, concentration des pouvoirs, centralisme démocratique top-down vs multipartisme, séparation des pouvoirs, représentation populaire bottom-up. Ces questionnements renvoient à la période de discussion lors de la refonte de la constitution en 2013.

La dissidence, notamment les anciens prisonniers de conscience, n’a pas eu de mal à mettre en avant la contradiction du régime. C’est une claque pour la soi-disant politique de réconciliation nationale régulièrement agitée par la propagande d’État lors des commémorations du 30 avril. On observe que la justice, soumise au pouvoir politique, n’a eu qu’un seul rôle : celui d’infliger une punition préparée en coulisse qui prend la forme d’un avertissement envoyé à tous les candidats potentiels.

Grâce au soutien international et aux réseaux sociaux qui en ont rapidement fait un symbole, Nguyễn Viết Dũng a bénéficié d’une peine relativement clémente. La cour du tribunal populaire consciente de l’iniquité de ce procès n’a pas voulu en faire un martyr mais les autorités ont de quoi s’inquiéter. Elles devraient se demander pourquoi, dans le contexte d’un pays dirigé par un parti unique omnipotent, des jeunes, certes encore isolés, prennent ainsi le risque de défendre l’identité écrasée de 1975 et d’afficher publiquement leur préférence pour l’État républicain vaincu 40 ans après la fin de la guerre. Simple réminiscence ou malaise plus profond ? Combien de Nguyễn Viết Dũng dans les universités du pays et dans les campagnes vietnamiennes ?

FG, MàJ 16/12/2015.

nguyenvietdung-covang

Sources :

Vidéos

Image « à la une » : © Dan Lam Bao. Les autres illustrations sont extraites de Facebook.