Archives par mot-clé : travail

Soutenance de thèse : Estelle Miramond « De la lutte anti-traite à la mise au travail » (29 mars 2021)

Annonce d’une soutenance de thèse sur la Laos contemporain.

De la lutte anti-traite à la mise au travail.  Ethnographie de jeunes femmes laotiennes face aux politiques d’immobilisation

par Estelle Miramond

La soutenance aura lieu le lundi 29 mars à 9 heures à l’Université de Paris, Bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein, 75013 Paris.

Au vu du contexte sanitaire sanitaire, elle se déroulera en semi-présentiel et sera transmise par visio-conférence.

Le jury est composé de :

  • Pascale ABSI, Examinatrice, Chargée de recherche, IRD
  • Vanina BOUTÉ, Co-directrice, Maîtresse de conférences HDR, Université de Picardie
  • Jules FALQUET, Directrice, Maîtresse de conférences HDR, Université de Paris
  • Jane FREEDMAN, Rapportrice, Professeure, Université Paris 8
  • Yves GOUDINEAU, Président, Directeur d’études, École française d’Extrême-Orient
  • Pierre PETIT, Examinateur, Professeur, Université Libre de Bruxelles
  • Maud SIMONET, Rapportrice, Directrice de recherche, CNRS
Travailleuses laotiennes © Estelle Miramond

Résumé de la thèse

Au Laos, les programmes de lutte contre la traite et l’exploitation sexuelle des femmes se multiplient depuis la décennie 2000. Le pays, l’un des plus pauvres de la région, connaît une migration de main d’œuvre féminine importante vers la Thaïlande voisine, notamment dans l’industrie du sexe. Les études consacrées à la lutte contre la traite se concentrent principalement sur les discours anti-traite et se focalisent sur la répression du travail sexuel. Au contact des femmes concrètement prises en charge par ces politiques, la thèse s’appuie sur une ethnographie de long cours réalisée dans des centres de réhabilitation pour victimes de traite du Laos et des dortoirs d’usines de Vientiane et Savannakhet.

Mobilisant un cadre théorique féministe matérialiste, la thèse fait émerger le concept de « politique d’immobilisation ». Le terme désigne les formes institutionnalisées de restriction des mobilités spatiales et sociales de jeunes femmes imposées au nom de leur protection et facilitant l’exploitation de leur travail. La thèse montre que le secteur anti-traite prolonge des formes d’appropriation collective et individuelle des femmes également en jeu dans l’institution familiale et sur le marché du travail. Les centres de réhabilitation et les dortoirs d’usines sont analysés comme des espaces d’immobilisation et de mise en ordre du genre créant aussi les conditions d’une remise en cause partielle de ses frontières.

Mots clefs : migrations  –  travail  –  études de genre  –  anthropologie de l’humanitaire – féminisme matérialiste  –  secteur anti-traite  –  refuges  –  politiques d’immobilisation  –  Laos  – dortoirs d’usines. 

Illustration « à la une » : Annexe photographique © Estelle Miramond

Vietnam’s Socialist Servants: Domesticity, Class, Gender, and Identity by Minh T. N. Nguyen

MinhTN_Nguyen_VietnamsSocialistServants[ndlr] Nouvelle publication à paraître. Présentation de l’éditeur.

Since Vietnam introduced economic reforms in the mid-1980s, domestic service has become an established sector of the labour market, and domestic workers have become indispensable to urban life in the rapidly changing country. This book analyzes the ways in which the practices and discourses of domestic service serve to forge and contest emerging class identities in post-reform Vietnam. Drawing on a rich and diverse range of qualitative data, including ethnographies, interviews, and narratives, it shows that such practices and discourses are rooted in cultural notions of gender and rural-urban difference and enduring socialist structures of feeling, which, in turn, clash with the realities of growing differentiation. Domestic workers’ experiences reveal negotiations with class boundaries actively set by the urban middle class, who seek distinction through emerging notions and practices of domesticity. These boundaries are nevertheless riddled with gender and class anxiety on the side of the latter, partly because of the very struggles and contestations of the domestic workers. More broadly, Minh T. N. Nguyen links the often invisible intimate dynamics of class formation in the domestic sphere with wider political economic processes in a post-socialist country embarking on marketization while retaining the political control of a party-state.

As a pioneering ethnographic study of domestic service in Vietnam today, this book will be of great interest to students and scholars of Southeast Asian culture & society, social anthropology, gender studies, human geography and development studies.

Contents:

1. Introduction / 2. Live In, Live Out, Live In the Middle of Nowhere: Labour Regimes and Market Structure / 3. Power at Work: Between Harmony and Hierarchy / 4. Unruly Servants, Erotic Bodies and Cultural Delinquents: The Representation of Domestic Service / 5. Needs, Consumption, and Domestic Service / 6. Between Work and Home: Boundaries, Connections and Gendered Expectations Chapter / 7. Narrating Identity: the Power and Limits of Individual Life Choice / 8. Domesticity, Gender, Class, and Identity.

Minh T. N. Nguyen is a post-doctoral Research Fellow at the Max Planck Institute for Social Anthropology, Germany.

Réf.: Minh T. N. Nguyen, Vietnam’s Socialist Servants. Domesticity, Class, Gender, and Identity, Routledge, Asia’s Transformations, 2014.

Source : Routledge.