Archives par mot-clé : Tran Trong Kim

Lê Công Định : Ngày độc lập nào cho Việt Nam?

[ndlr] A lire sur le site de la BBC la tribune offerte à Lê Công Định, l’avocat dissident libéré de prison en février 2013. Il s’interroge sur l’indépendance proclamée par Bao Dai le 11 mars 1945 (deux jours après le coup de force japonais), indépendance qui mena le pays à l’instauration de l’Empire du Viêt-Nam et du gouvernement Tran Trong Kim au mois d’avril. Libéré de la domination française mais sous hypothèque nippone, l’Empire du Viêt-Nam ne survivra pas à l’effondrement du Japon impérial et à l’avènement du Viêt-Minh au mois d’août 1945. Malgré une existence de courte durée (cinq mois), il est intéressant de constater que le gouvernement Tran Trong Kim reste dans la mémoire nationale d’une partie de l’élite intellectuelle auréolé d’une grande crédibilité.

* * *

NoiCacTranTrongKimLe Cabinet Trần Trọng Kim (Trung Bắc Chủ Nhật, 20/5/1945)

De gauche à droite : Hoàng Xuân Hãn, Hồ Tá Khanh, Trịnh Đình Thảo, Trần Trọng Kim (caché par le micro), Vũ Ngọc Anh, Trần Văn Chương, Trần Đình Nam, Vũ Văn Hiền, Phan Anh, Nguyễn Hữu Thi.

Từ lâu tôi luôn tự hỏi phải chăng ngày 2 tháng 9 năm 1945 thật sự là ngày độc lập của nước Việt Nam mới sau gần một thế kỷ làm thuộc địa của Pháp? Trước khi trả lời câu hỏi nghiêm túc này, cần lần giở lại các trang sử hiện đại của nước nhà, để ghi nhận một số sự kiện quan trọng sau đây:

Ngày 9/3/1945, Nhật đảo chính Pháp. Tranh thủ sự ủng hộ của người Việt, cùng những nước Á châu khác đang bị Nhật chiếm đóng, Nhật trao trả độc lập cho Việt Nam.

Ngay sau đó, vào ngày 11/3/1945, vua Bảo Đại ký đạo dụ « Tuyên cáo Việt Nam độc lập », tuyên bố hủy bỏ Hòa ước Patenôtre ký với Pháp năm 1884 cùng các hiệp ước nhận bảo hộ và từ bỏ chủ quyền khác, khôi phục nền độc lập của đất nước, thống nhất Bắc Kỳ, Trung Kỳ và Nam Kỳ. Đây là thời điểm đáng lưu ý.

Ngày 7/4/1945*, vua Bảo Đại chuẩn y thành phần nội các mới, trong đó học giả Trần Trọng Kim trở thành Thủ tướng đầu tiên của một nước Việt Nam độc lập. Tháng 6/1945, chính phủ Trần Trọng Kim đặt quốc hiệu là Đế quốc Việt Nam.

EmpireOfVietnamLe pavillon national de l’Empire du Viêt-Nam (Đế quốc Việt Nam)

Đến khi Nhật đầu hàng phe Đồng minh, Thủ tướng Trần Trọng Kim vào ngày 16/8/1945 khẳng định bảo vệ nền độc lập vừa giành được. Sau đó, vào ngày 18/8/1945, vua Bảo Đại tái xác nhận nền độc lập của Việt Nam đã công bố vào ngày 11/3/1945.

Cần lưu ý, tuy là một chính quyền thực tế và chính danh từ tháng 3/1945, nhưng Đế quốc Việt Nam không đủ lực lượng quân sự để kiểm soát tình hình. Đất nước rơi vào tình trạng hỗn loạn về chính trị.

Lire la suite : BBC tieng Viet, 01/09/2014.

* Selon Tran Trong Kim, son gouvernement est formé le 17 avril 1945 et non le 7 avril (Trần Trọng Kim, Một cơn gió bụi, Sài Gòn, NXB Vĩnh Sơn, 1969, tr. 53). Voir aussi : Chinh Dao, Viet Nam Nien Bieu 1939-1975. Tap 1A 1939-1946 [Chronologie du Viêt-Nam 1939-1975. Vol. 1A 1939-1946], Houston, TX, Van Hoa, 1996, p. 216.

Un imaginaire national vietnamien en chansons – 14 tableaux musicaux épiques

Sur son site intitulé Việt Sử Ca [Ode à l’histoire du Viêt-Nam] inauguré en 2008, Ngô Nguyễn Trần propose en ligne sur la chaîne You Tube ses compositions personnelles (poésies) accompagnées par la musique de Lê Huỳnh et du groupe « Nouvelle force vitale » (Nhóm Sức Sống Mới) sur des thématiques historiques. Il a ainsi créé une série de portraits musicaux de personnalités du Viêt-Nam contemporain. Parmi la centaine de compositions musicales audiovisuelles, nous avons sélectionné ci-après 14 grandes figures du nationalisme vietnamien mises en chanson par cet auteur. Une façon efficace de rappeler le destin « héroïque » de quelques révolutionnaires anticolonialistes du début du XXe siècle et une illustration pour Mémoires d’Indochine du processus de résistance à la colonisation par une source originale. On remarque qu’actuellement, pour la période contemporaine, aucune femme révolutionnaire n’a fait l’objet d’une chanson, aucun empereur de la dynastie des Nguyen et qu’aucun militant communiste ne figure dans la liste, ce qui donne une couleur particulière à l’imaginaire national mis en valeur par l’auteur.

Chaque vidéo est précédée d’une courte notice biographique.

FG, 10/01/2013.

Source : Ngo Nguyen Tran’s Channel sur You Tube

* * *

Phan Thanh Giản (1796-1867)

Mandarin de la cour de l’Empereur Tu Duc. Conduit la délégation vietnamienne en France pour renégocier la perte des trois provinces orientales du Sud. Vice-roi de Cochinchine, déshonoré, il se suicide en 1867 après la conquête française sur les trois provinces occidentales du Sud.

* * *

Nguyễn Tri Phương (1800-1873)

Grand mandarin militaire de la cour de Hue. Il est le général en chef de l’armée des Nguyen contre l’invasion française et fait défendre les places fortes de Danang (1858), Gia-Dinh (1861) ou Hanoi (1873). Il organise la bataille de Chi Hoa en 1861 pour contenir l’avancée des troupes coloniales mais il ne peut empêcher la chute de Gia Dinh. Il défend Hanoi contre l’attaque des troupes de Francis Garnier en novembre 1873. Blessé et capturé par les Français, il refuse de se nourrir et meurt le 20 décembre 1873.

* * *

Nguyễn Trung Trực (1839-1868)

Chef rebelle, il dirige l’insurrection contre les Français dans le Sud au milieu du XIXè siècle. Participe à la bataille de Chi Hoa en 1861 puis poursuit la guérilla dans la provinces de Kiên Giang où il inflige de lourdes pertes aux Français mais peu à peu doit reculer face à l’avancée des troupes coloniales. Il se réfugie sur l’île de Phu Quoc où il est arrêté, emprisonné et torturé, puis exécuté à Rach Gia en 1868.

* * *

Hoàng Diệu (1828-1882)

Grand mandarin de la dynastie des Nguyen, il refuse la soumission de la cour de Huê et prend en main la résistance vietnamienne lors de l’attaque de Hanoi par les Français en 1882. A la chute de Hanoi, le 24 avril 1882, il se suicide pour ne pas tomber dans les mains des colonisateurs. Il représente aujourd’hui la figure héroïque anticolonialiste principale de Hanoi.

* * *

Tôn Thất Thuyết (1838-1913)

Grand madarin à la cour de Hue. Régent avec Nguyen Van Tuong à la mort de l’empereur Tu Duc. Il place le jeune empereur Hàm Nghi sur le trône puis organise la résistance antifrançaise du mouvement Can Vuong (Aide au Roi).

* * *

Phan Đình Phùng (1847-1895)

Résistant nationaliste, figure historique du Mouvement d’Aide au Roi (Can Vuong). Il dirige et organise la résistance antifrançaise pendant dix ans de 1886 à 1895 dans le Centre du pays. Il décède dans le maquis à la suite d’une blessure en décembre 1895. Sa disparition porte un coup sévère au mouvement de résistance.

* * *

Cao Thắng (1864-1893)

Considéré comme un des meilleurs combattants de Phan Dinh Phung. Il commande le soulèvement de Huong Khe (1885-1896) jusqu’à sa mort pendant la résistance Can Vuong. Il décède au combat en février 1894 à l’âge de 29 ans.

* * *

Hoàng Hoa Thám (1858-1913)

Surnommé le Général Tham (Đề Thám), ce chef rebelle mène la vie dure aux troupes coloniales pendant de longues années dans la région de Yên Thế. Il dirige un maquis important, organise la guérilla paysanne et se lie avec d’autres partisans anticolonialistes de son époque notamment Phan Boi Chau. Après plusieurs soumissions ou cessez-le-feu, il reprend la guérilla en 1909 et meurt assassiné en 1913. Il est aujourd’hui la figure la plus romanesque de l’imaginaire colonial qui l’a longtemps affublé du nom de « pirate ».

* * *

Phan Châu Trinh (ou Phan Chu Trinh) (1872-1926)

Lettré moderniste, nationaliste réformateur, partisan d’une solution pacifique pour accéder à l’indépendance. Il participe à l’aventure de l’Ecole de la Juste Cause (Đông Kinh Nghĩa Thục) en 1907 à Hanoi et soutient l’agitation anti-fiscale de 1908 dans le Centre du pays. Son combat politique lui vaut d’être condamné à mort par le régime colonial puis déporté à Poulo-Condore et enfin d’être assigné à résidence suite aux vives protestations de la Ligue des Droits de l’Homme. Il se rend en France en 1911 et organise le combat anticolonial au sein du groupe des Cinq Dragons. De retour au Viêt-Nam en 1925, il poursuit sa lutte pour une réforme républicaine, milite pour l’amnistie de Phan Bội Châu mais décède un an plus tard. Son enterrement donne lieu à de grandes manifestations populaires dans tout le pays. Auteur de nombreux écrits politiques, il reste considéré comme le père de l’idéal démocratique.

* * *

Phan Bội Châu (1867-1940)

Lettré moderniste, révolutionnaire, grande figure nationaliste. Opte pour la solution radicale contre le gouvernement colonial (résistance armée et renversement du régime colonial). Organisateur du Voyage vers l’Est (Đông Du) où 200 jeunes nationalistes sont envoyés en formation au Japon. Fondateur de l’Association pour le Renouveau du Viêt-Nam en 1904 (Việt Nam Duy Tân Hội) puis de l’Association de Restauration du Viêt-Nam en 1912 (Việt Nam Quang Phục Hội) et enfin d’un Parti national du Viêt-Nam en 1924 (existence éphémère). Arrêté en 1925 à Shanghai sur dénonciation, il est d’abord condamné à mort par le régime colonial puis sa peine est commuée en assignation à résidence jusqu’à sa mort à Huê. Auteur de nombreux écrits, il est considéré comme le père du nationalisme révolutionnaire vietnamien.

* * *

Phạm Hồng Thái (1896-1924)

Activiste révolutionnaire de la Société des Cœurs (Tâm Tâm Xã). Tente d’assassiner le gouverneur général de l’Indochine Martial Henri Merlin à Canton en juin 1924. L’attentat à la grenade échoue mais cinq Français sont tués. Poursuivi par la Sûreté, Thái s’échappe et se noie dans sa fuite. Sun Yat-sen fait ériger une stèle à son nom au cimetière des Combattants.

* * *

Nguyễn Thái Học (1904-1930)

Révolutionnaire, nationaliste. Un des fondateurs et chef du Parti National du Viêt-Nam (VNQDĐ). Lance l’insurrection générale du VNQDĐ en février 1930 au Tonkin. Prématurée, celle-ci échoue. Fait prisonnier par les Français, il est guillotiné avec douze autres révolutionnaires le 17 juin 1930. Il explique son geste révolutionnaire dans une Lettre aux députés français.

* * *

Nguyễn Văn Vĩnh (1882-1936)

Journaliste, traducteur et écrivain de renom. Rédacteur en chef de plusieurs périodiques importants : Đại Nam Đăng Cổ Tùng Báo, Lục Tỉnh Tân Văn, Đông Dương Tạp Chí, Notre Journal, Notre Revue, Annam Nouveau. En particulier, il exprime ses idées modernistes à travers la Revue Indochinoise. Il participe à l’Ecole de la Juste Cause à Hanoi en 1907. Son œuvre contribue beaucoup à l’essor de la langue et de la littérature moderne vietnamienne.

* * *

Trần Trọng Kim (1882-1953)

Lettré, professeur, historien et homme politique. Chef du Cabinet de l’Empire du Viêt-Nam (indépendant mais sous occupation japonaise) entre avril et août 1945. Auteur d’une histoire du Viêt-Nam (Việt Nam sử lược) en 1919, encore rééditée à l’heure actuelle.

Décryptage 2 : Japonais en Indochine – Le gouvernement Trần Trọng Kim de 1945 bien mal illustré

Dans notre série « décryptage » d’images historiques issues de la toile, nous signalons de nouveau une grossière erreur qui se propage sur divers blogs et sites vietnamiens. Il s’agit d’une photographie de l’agence Corbis légendée sur plusieurs sites comme représentant « Le gouvernement du Premier ministre Tran Trong Kim » (Chính phủ của Thủ tướng Trần Trọng Kim – Ảnh: Tư liệu). Elle illustre le plus souvent l’extrait des Carnets en ligne du musicien To Hai sur la « Révolution d’Août 1945 » mis en ligne au mois d’août 2010.

Officials Inspecting Guard Of Honor

Or, cette photographie n’a rien à voir avec ce gouvernement qui officia d’avril à août 1945 après le coup du 9 mars 1945 et la déclaration d’Indépendance de l’Empereur Bao Dai du 11 mars. Un rapide balayage sur le site officiel de Corbis Images nous a permis de retrouver la légende initiale de ce cliché photographique reproduite ci-après :

Original caption:11/18/40-Haiphong, Indo-China: Hajime Matsumiya (right), Japan’s special envoy to French Indo-China, shown in company of French officials and Rokuro Suzuki (left), Japanese Consul General at Hanoi, inspecting an Indo-Chinese guard of honor, upon his arrival at Haiphong. Matsumiya was appointed to the ranking after the Vichy government capitulated and permitted Japanese troops to move into Indo-China to war on Chinese bases along the border.

Source : Fiche Corbis (N° de la photo BE034043)

Tran Trong Kim (1883-1953)

La photographie a été prise le 18 novembre 1940 bien avant l’avènement du premier gouvernement nationaliste du Viêt-Nam indépendant pendant la période d’occupation japonaise. Les deux personnalités asiatiques situées au premier plan sont Japonaises et non Vietnamiennes. Les auteurs de cette bévue ont peut-être trouvé une ressemblance entre Hajime Matsumiya et Tran Trong Kim (voir dessin ci-contre).

Facheuse erreur pour un gouvernement souvent malencontreusement taxé de « pro-japonais » et de « fantoche » par l’historiographie officielle. On ne voit d’ailleurs pas très bien comment Tran Trong Kim aurait pu défiler aux côtés des Français après le coup de force militaire japonais de mars 1945 !

Pour échapper à la surveillance des Français et une probable arrestation, Tran Trong Kim, alors sous protection japonaise, quitta Hanoi le 28 octobre 1943 pour rejoindre Saigon puis Singapour en janvier 1944 et enfin Bangkok en janvier 1945. Il retourna dans son pays pour constituer le gouvernement de l’Empire du Viêt-Nam qui vit officiellement le jour le 17 avril 1945. (voir ses Mémoires)

Quelques sites sur lesquels se retrouve la photographie accompagnée de la légende erronée (sur plus de 70 pages signalées par Google):

  • sur le site Vcomtech (8 septembre 2010)
  • sur le blog Lang Bao (5 septembre 2011)
  • sur le blog Sao Mai (9 septembre 2011)
  • sur le site du VNQDD (3 octobre 2012)
  • sur le site TTXVA (18 décembre 2012)
  • etc.

Heureusement deux sites vietnamiens sauvent la mise en affichant l’image avec la légende adéquate :

  • sur le site Trai Tim Viet Nam (16 février 2009) – dans un article intitulé « Quân Nhật ở Việt Nam trong thế chiến thứ hai » [L’armée japonaise pendant la Seconde guerre mondiale], la photo est légéndée : « Pháp tiếp đón Ngoại trưởng Nhật Hajime Matsumiya tại Hải Phòng ».
  • sur la galerie photographique de Manh Hai sur Flickr (mise en ligne le 25 mars 2011) avec la mention complète de la légende de Corbis.

Toute contribution sur cette photographie est bienvenue.

[à suivre]

FG, 07/01/2013

Les mémoires de Trần Trọng Kim sur la toile

Avec la multiplication des bibliothèques numériques vietnamiennes sur la toile certains texte sources pour appréhender l’histoire contemporaine du Viêt Nam refont surface. C’est aujourd’hui le cas des Mémoires de Tran Trong Kim (Mot con gio bui / Le temps du tumulte] que l’on retrouve sur plusieurs sites hébergés en Europe ou aux Etats-Unis. Plus surprenant, le texte intégral est en ligne sur site un régional de la RSVN alors que l’ouvrage n’est pas réédité au Viêt-Nam. Petit rappel des versions disponibles en ligne ci-après.

Le site renommé Talawas en avait présenté une version en ligne dès 2004.

Une présentation par chapitres est disponible sur le site Nam Ky Luc Tinh chaque lien renvoyant à un pdf téléchargeable.

L’ouvrage est également présenté sous forme de chapitre sur Wikisource.

Le texte complet en pdf est disponible sur Giao Cam. Il est agrémenté d’une biographie et d’un article de Tran Dong Phong (pp. 62-84).

La bibliothèque en ligne du site Van Hoa Nghe An, hébergé au Viêt Nam présente le texte complet sur une seule page html.

Si le texte est en ligne en accès libre pour le plus grand bonheur des amateurs, on peut néanmoins se poser la question des droits d’auteur et de savoir si les retranscriptions online sont fidèles au texte original.

Réf. : Trần Trọng Kim, Một cơn gió bụi, Nxb Vĩnh Sơn, tái bản, Sài Gòn 1969.

Jeunesses de première ligne 1945

On connaît peu de choses sur l’histoire des Jeunesses de Première ligne créée à Huê sous le gouvernement Tran Trong Kim et dirigée par Phan Anh, le ministre de la Jeunesse. Alors que le soixantième anniversaire de leur création a été célébré à Huê en 2005, l’écrivain francophone Huu Ngoc revient sur les grandes étapes de l’histoire de ce mouvement de jeunesse qui joua un rôle décisif lors de la prise du pouvoir du Viêt Minh à Huê au mois d’août 1945. Il se remémore l’action de trois d’entre eux.

Le lecteur pardonnera la rhétorique habituelle des intellectuels communistes de la RSVN lorsqu’ils évoquent cette période cruciale de l’histoire du Viêt Nam (« gouvernement fantoche », « d’obédience japonaise »), qui ne sert qu’à valoriser l’antagonisme développé et entretenu par la pensée communiste.

Jeunesse de première ligne 1945 (par Huu Ngoc)

L’Ecole de la jeunesse de première ligne a duré à peine deux mois, juillet – août 1945. Mais son mérite est d’avoir pu rassembler de jeunes intellectuels dynamiques et motivés par le désir d’œuvrer pour l’indépendance nationale, leur insuffler la confiance en eux-mêmes et en l’avenir du pays.

La Truong thanh niên tiên tuyên (TNTT = École de la jeunesse de Première ligne) a vécu à peine deux mois (juillet – août 1945), mais les exploits patriotiques de ses membres pèsent lourd dans l’histoire contemporaine du Vietnam. Le Comité populaire de Huê vient de consacrer ses locaux (dans l’enceinte de la Compagnie du parc de la ville) « vestige historique national ». Si étrange que cela puisse paraître, cette institution fut créée sous l’égide du gouvernement fantoche Bao Dai-Trân Trong Kim d’obédience japonaise… Et les Japonais qui avaient occupé le Vietnam depuis 1940, avaient comme ennemi irréductible le Viêt Minh, ligue luttant pour l’indépendance nationale dirigée par Hô Chi Minh. Un paradoxe politique à élucider.

En septembre 1939, éclate la Seconde Guerre mondiale. En juin 1940, les nazis occupent la France. Quelques mois après, les Japonais prennent le Vietnam, gardant à leur service l’administration coloniale française relevant de Vichy. Le 9 mars 1945, sentant la fin toute proche de l’empire, ils renversent le régime français pour le remplacer. Ils accordent une pseudo-indépendance nationale au Vietnam, faisant de Bao Dai un roi d’obédience japonaise.

C’est dans ces circonstances que le ministre de la jeunesse Phan Anh (du cabinet Trân Trong Kim créé par Bao Dai) a fondé l’Ecole TNTT qui rassemble des étudiants venus à Huê après la fermeture de l’Université de Hanoi. L’avocat Phan Anh a joui d’un grand prestige parmi l’élite intellectuelle à cause de ses activités sociales et culturelles. Il est secondé dans la TNTT par Ta Quang Buu, mathématicien et physicien célèbre pour son érudition et son leadership du scoutisme. Ces deux intellectuels patriotes sont assez perspicaces politiquement pour savoir que le gouvernement Bao Dai-Trân Trong Kim ne peut durer, puisque l’Empire japonais est à deux doigts de s’effondrer. Mais ils profitent de son ombrelle officielle pour se doter d’un atout dans l’attente de proches bouleversements nationaux et internationaux : la capitulation de Tokyo, le débarquement allié pour le désarmement des troupes nipponnes, la reconquête française probable du Vietnam. Il s’agit pour eux de former rapidement des cadres militaires prêts à parer à toute éventualité en affichant un programme de formation de la jeunesse en général. Pour ne pas éveiller les soupçons japonais, l’administration de la TNTT est confiée à Phan Tu Lang, commandant en chef des maigres forces armées royales Bao An binh du Trung Ky (Centre Vietnam), un ancien officier de formation française.

La TNTT a duré à peine deux mois, juillet – août 1945. Mais son mérite est d’avoir pu rassembler de jeunes intellectuels dynamiques et motivés par le désir d’œuvrer pour l’indépendance nationale, leur insuffler la confiance en eux-mêmes et en l’avenir du pays. Phan Anh et Ta Quang Buu, dès l’ouverture de l’école, leur ont affirmé qu’ils seront libres de choisir leur voie à la sortie, selon l’appel de leur conscience.

Tokyo accepte la reddition inconditionnelle en mai 1945. La Révolution populaire dirigée par le patriote de renom Nguyên Ai Quôc (Hô Chi Minh) éclate le 19 août 1945, à Hanoi. Son organisation Viêt Minh a conquis le consensus populaire depuis 1941 grâce à une lutte intransigeante contre les Japonais et les Français occupant le pays. Le 2 septembre 1945, Hô Chi Minh proclame l’indépendance du Vietnam.

Les jeunes révolutionnaires

L’occasion attendue par la TNTT est arrivée. Point étonnant que tous ses membres se rallient à la révolution dès la première heure.

Phan Anh et Ta Quang Buu sont devenus par la suite de brillants ministres du nouveau régime, le premier avec l’économie et le commerce, le second avec l’enseignement supérieur. Phan Tu Lang sera colonel de l’Armée populaire.

Le 23 août 1945, le Comité insurrectionnel de Huê se présente devant la population. Le service de sécurité est assuré par les étudiants de la TNTT qui, à cette occasion, se muent en forces armées révolutionnaires.

Le 23 août 1945, un groupe de la TNTT commandé par Nguyên Thê Luong, capture à temps un commando français dirigé par le commandant Castellan parachuté sur Hiên Si. Ce dernier est chargé par de Gaulle de contacter les éléments pro-français afin de préparer le retour de l’administration coloniale.

La TNTT est présente à la cérémonie d’abdication de Bao Dai en faveur du pouvoir révolutionnaire. Un TNTT, Hoàng Xuân Binh, est nommé officier d’ordonnance de Bao Dai pour l’accompagner à Hanoi où le souverain déchu participera au gouvernement Hô Chi Minh en tant que haut conseiller.

Les TNTT reçoivent la mission urgente de constituer vingt-cinq unités de la nouvelle Armée de Libération (section Thuân Hoa), placées sous leur commandement. Pour habiller mille combattants, ils ont recours à l’aide de petits commerçants de Huê. Quant aux armes et autre matériel, ils les prennent dans les dépôts japonais et français.

Des figures connues

Quand les troupes françaises débarquent au Sud, des centaines de ces combattants de Huê sont présents sur les fronts de Nha Trang et Saigon pour coopérer avec les forces armées locales. La guerre franco-vietnamienne se généralise. Les TNTT vont s’illustrer sur tous les fronts du Nord, du Sud au sein de l’Armée populaire devenue nationale. Huit TNTT portent les galons de général.

J’ai connu personnellement trois TNTT. Hoàng Xuân Binh, ancien étudiant en médecine, participait à la résistance dans le maquis du Sud. Il fut fait prisonnier par un lieutenant français. Homme de cœur, ce dernier avait de l’estime pour le jeune patriote et trouva un moyen pour le faire s’évader. Ils devaient se revoir après plusieurs décennies pour devenir de bons amis.

Dang Van Viêt, ancien étudiant en médecine aussi, ce fils d’une famille de grands mandarins et propriétaires fonciers a rejoint de bonne heure le Viêt Minh. Il a fait une centaine de combats et reçu sept blessures. Surnommé Tigre gris de la RC4 par les troupes français, il fut leur terreur à cause de ses attaques foudroyantes contre leurs garnisons et leurs convois. Dans le civil, ce colonel est devenu un brillant ingénieur.

Cao Van Khanh, enseignait avec moi dans un lycée privé de Huê de 1942 à 1945. Homme de devoir et très désintéressé, ce général s’est fait un nom comme brillant stratège, bras droit de Vo Nguyên Giap lors de la campagne du Sud Vietnam mettant fin à la guerre.

Dans le civil, d’autres TNTT ont réalisé des exploits dans des branches d’activité scientifique et culturelle, dorant le blason de la TNTT.

Huu Ngoc / CVN

Publié le 05/05/2012 sur le site Le Courrier du Vietnam

Tôn Quang Phiệt : « J’ai participé à la Révolution d’Août à Huê »

La revue d’histoire Xua va Nay (Jadis et Aujourd’hui) vient de publier un extrait des mémoires de Ton Quang Phiet, révolutionnaire et homme d’État de la RDVN1. Figure intellectuelle connue de la ville de Huê, il participa dans ses jeunes années, aux deux organisations révolutionnaires Tan Viet (Nouveau Viêt Nam) et Viet Nam Thanh Nien Cach Mang (Jeunesse révolutionnaire du Viêt Nam).

Il fut emprisonné pour activisme politique à Ban Me Thuot. A sa sortie de prison en 1934, il fut assigné à résidence à Huê et ouvrit l’école privée Thuan Hoa tout en poursuivant ses activités indépendantistes pendant la période du Front populaire. Respecté à Huê pour son aura de « prisonnier politique », certains pensaient qu’il était communiste et s’adressaient à lui à chaque fois que la situation devenait effervescente. Ton Quang Phiet n’a jamais été directement lié aux activités du parti communiste indochinois mais de nombreux partisans communistes, en particulier les anciens prisonniers politiques, le considéraient comme un allié et échangeaient souvent avec lui des idées sur le plan politique.

Le révolutionnaire endurci de 1945 raconte la prise de Huê par le Viêt Minh et revient en détail sur la fin du gouvernement nationaliste Tran Trong Kim (17 avril 1945 – 20 août 1945). L’extrait de son récit débute après le coup de force japonais du 9 mars 1945 et la création sous son égide de l’Association du Nouveau Viet Nam (Hoi Tan Viet Nam), une association nationaliste regroupant des intellectuels patriotes2.

En déplacement à Vinh, il prend conscience de l’avancée rapide du mouvement indépendantiste Viêt Minh et réalise que des militants communistes jugent de prime abord la nouvelle organisation comme « pro-japonaise ». De retour à Huê, il décide de dissoudre cette dernière et attend prudemment. Le journal Co Giai Phong (Le journal de la libération) l’a déjà classé parmi les « traîtres pro-japonais » tout comme Tran Trong Kim ou Phan Anh même si l’attaque est moins virulente contre lui.

Néanmoins, peu de temps après il est contacté par le Viêt Minh, notamment Hoang Anh, secrétaire provincial du Viêt Minh et ancien prisonnier politique comme Phiet, car l’organisation veut rassembler autour d’elle des personnalités susceptibles de soutenir les forces révolutionnaires. Les manifestations de rues en soutien au Viêt Minh se multiplient et laissent de marbre les quelques 4.500 militaires japonais encore présents à Huê. Phiet qui reste en contact avec l’administration locale en particulier les chefs de districts (tri huyen) doit les convaincre de remettre le pouvoir aux représentants du Viêt Minh. Cette tâche est accomplie sans difficulté car il connaît les principaux concernés.

De son côté, le cabinet Tran Trong Kim entre dans une phase d’interrogation face à la nouvelle situation. Selon Phiet, seuls Tran Trong Kim, Phan Anh et Vu Van Hien veulent se maintenir, tous les autres ministres ont renoncé. La crise est profonde. Phan Anh propose à Phiet de prendre la place de Tran Dinh Nam au ministère de l’intérieur. Phiet refuse et pousse son ami de rejoindre le Viêt Minh car, dil-il, s’en est fini du gouvernement « pro-japonais ». Quelques jours plus tard, Phan Anh démissionne du cabinet comme tous les autres ministres. Ce fait est important car Phan Anh dispose d’une force les « Jeunesses de Première Ligne » susceptible d’appuyer la révolution.

Ton Quang Phiet est désigné par les cadres locaux du PCI pour une mission hautement délicate et politique : faire en sorte que l’empereur Bao Dai abdique au profit du mouvement indépendantiste et provoquer la démission du gouvernement Tran Trong Kim. Pour ce faire, il prend contact avec Pham Khac Hoe, l’homme lige du cabinet impérial. Ils évaluent la situation. Si la princesse Nam Phuong reste attachée au trône, Bao Dai est dans un tout autre état d’esprit: « il en a assez de son métier de roi » (p. 6). Pham Khac Hoe va pousser Bao Dai à abdiquer pour faire face à une situation insurrectionnelle qui ne tarde pas à toucher Huê après la province de Quang Ngai, Ha Tinh et Ha Noi le 17 août.

Phiet est désigné contre son gré pour présider le Comité populaire révolutionnaire provisoire mis en place par le Viêt Minh pour la prise du pouvoir. Le comité comprend les militants communistes Hoang Anh, Ho Tung Mau, Nguyen Duy Trinh et To Huu. Cette désignation décidée d’avance « l’enthousiasme tout autant qu’elle l’effraie » (p. 6). Le 23 août, le gouvernement Tran Trong Kim organise le meeting célébrant la rétrocession du Sud (Cochinchine) par les Japonais. Le comité Viêt Minh s’empresse de saisir l’occasion pour se saisir du pouvoir. Les forces de protection du gouvernement impérial, en particulier la Garde civile de Phan Tu Lang, ne sont pas négligeables mais une manifestation gigantesque est orchestrée par le Viêt Minh depuis les alentours de la ville. 150.000 personnes sont mobilisées « pour renverser le pouvoir fantoche » et mettre sur pied un gouvernement provisoire.

A partir de midi, des brigades véhiculées sont chargées d’arrêter les « traîtres pro-japonais ». Sont visés en particulier Ngo Dinh Khoi et son fils Ngo Dinh Huan, secrétaire particulier du conseiller Yokohama. Pham Quynh et son gendre Nguyen Tien Lang sont aussi arrêtés tout comme les quelques Vietnamiens encore favorables aux Japonais, surtout ceux possèdent des armes. Les ennemis potentiels neutralisés et enfermés dans la prison de Thua Phu, une missive officielle du Viêt Minh est portée à Bao Dai. Il lui est demandé expressément de faire désarmer la garde impériale et de rester serein afin de lui garantir la protection des forces révolutionnaires.

Les brigades armées sont également chargées de neutraliser les places fortes de Huê. La ville se couvre du pavillon rouge à l’étoile jaune et un rassemblement de dizaines de milliers de personnes est organisé pour signifier l’avènement du Comité populaire révolutionnaire et la victoire du Viêt Minh. To Huu, chef du Comité de l’insurrection se rend accompagné de Phiet auprès des responsables japonais et des français pour les intimer à rester calme face aux événements. Les fonctionnaires mandarinaux apeurés se rallient à la nouvelle cause sans difficulté. Les représentants des communautés catholiques et bouddhiques sont assurés de la liberté de croyance sous le nouveau gouvernement.

La résolution du cas de Bao Dai est transmise au Comité central qui envoie de Hanoi trois émissaires du Viêt Minh (Tran Huy Lieu, Nguyen Luong Bang et Cu Huy Can). Ils doivent recevoir des mains de l’empereur l’abdication officielle. Le 30 août 1945, l’acte d’abdication est lu par Bao Dai lors d’un grand rassemblement populaire et est enregistré par Tran Huy Lieu qui adresse la réplique à l’empereur. Ce jour là, la délégation Viêt Minh reçoit l’épée d’or et le sceau impérial. Les attributs du pouvoir impérial remis au Viêt Minh lui confère une nouvelle légitimité et ferme le mandat du ciel. Le drapeau jaune à l’hexagramme Ly de couleur rouge de l’Empire du Viêt Nam est remplacé par le drapeau du mouvement Viêt Minh. La longue page d’histoire des dynasties vietnamiennes est définitivement close.

 Le remise de l’épée et du sceau impérial le 30 août 1945.

L’article vise à rehausser le rôle de Tôn Quang Phiêt en mettant en avant son rôle d’intermédiaire indispensable entre l’administration impériale et les forces Viêt Minh. En ralliant à sa cause Phan Anh, Phiet fait en effet basculer les Jeunesses de Première Ligne du côté de la révolution. Un facteur décisif pour la réussite de la prise du pouvoir à Huê qui n’est pas explicitement mentionné. Le rôle de Bao Dai qui refuse l’intervention armée des Japonais pour le maintenir sur le trône est également minimisé.

FG, d’après Xua & Nay, n° 410.

MàJ 21/07/2017.

Annexe

Les principaux protagonistes :

Bao Dai (1913-1997) : le dernier empereur de la dynastie des Nguyen.

Cu Huy Can (1919-2005) : poète, un des trois représentants du Viêt Minh à recevoir l’abdication officielle de Bao Dai.

Ho Tung Mau (1896-1951) : vieux révolutionnaire communiste qui semble avoir été écarté de la prise du pouvoir par To Huu (p. 5).

Hoang Anh (1912-) : secrétaire du PCI au niveau de la province. Il joua sans doute un rôle prépondérant dans l’unification des forces Viêt Minh à Huê.

Nam Phuong (1914-1963) : l’épouse de Bao Dai, la dernière princesse impériale.

Ngo Dinh Khoi (1885-1945) : aîné de la famille des Ngo Dinh. Préfet de la province de Quang Nam, assassiné en 1945 par le Viêt Minh à la suite de la prise de Huê.

Ngo Dinh Huan ( ?-1945) : fils de Khoi, en contact avec les responsables japonais. Exécuté comme son père par le Viêt Minh à l’automne 1945.

Nguyen Duy Trinh (1910-1985) : ancien prisonnier politique communiste, un des dirigeants du Viêt Minh à Huê lors de la prise du pouvoir.

Nguyen Luong Bang (1904-1979) : membre du Comité national de libération, un des trois représentants du Viêt Minh à recevoir l’abdication officielle de Bao Dai.

Nguyen Tien Lang (1909-1976) : gendre de Pham Quynh. Fut emprisonné un temps après la prise du pouvoir par le Viêt Minh à Huê.

Pham Khac Hoe (1901 ou 1902-1995) : secrétaire particulier de Bao Dai. Rédacteur du texte d’abdication.

Pham Quynh (1892-1945) : intellectuel renommé, ministre de l’Intérieur du cabinet impérial avant le 9 mars 1945. Assassiné en septembre 1945 par le Viêt Minh.

Phan Anh (1912-1990) : ministre de la Jeunesse du cabinet Tran Trong Kim. Chef des Jeunesses de Première ligne.

Phan Tu Lang (?-?) : Chef de la Garde civile à Huê.

To Huu (1920-2002) : poète, révolutionnaire communiste, dirige le Comité insurrectionnel de la province de Thua Thien Hue en 1945.

Ton Quang Phiet (1900-1973) : révolutionnaire réputé, rejoint le Viêt Minh à Huê au mois d’août 1945.

Tran Dinh Nam (1896-1974) : médecin, ministre de l’Intérieur du Cabinet Tran Trong Kim.

Tran Huy Lieu (1901-1969) : révolutionnaire, transfuge du VNQDD, historien, un des trois représentants du Viêt Minh à recevoir l’abdication officielle de Bao Dai.

Tran Trong Kim (1883-1953) : historien renommé, Premier ministre de l’Empire du Viêt Nam (avril-août 1945).

Vu Van Hien (1911-1961) : avocat, ministre des finances du Cabinet Tran Trong Kim.

Réf. : Tôn Quang Phiệt, « Tôi tham gia Cách mạng tháng tám ở Huế » [J’ai participé à la révolution d’Août à Huê], Xưa & Nay, n° 410, 8-2012, pp. 3-8.

 

A lire en complément :

Le déroulement de révolution d’août à Huê dans l’ouvrage de David Marr : David G. Marr, Vietnam 1945: The quest for power, Berkeley, University of California Press, 1995, pp. 438-453.

Nguyen The Anh, « The formulation of the national discourse in 1940-45 Viêt-Nam », dans Nguyen The Anh, Parcours d’un historien du Viêt-Nam, Paris, Les Indes Savantes, 2008, pp. 476-495.


Pour citer cet article / To cite this article: François Guillemot, "Tôn Quang Phiệt : « J’ai participé à la Révolution d’Août à Huê »," sur Mémoires d'Indochine, 19/09/2012. Lien : https://indomemoires.hypotheses.org/92.
Notes

  1. Il n’est pas spécifié si le texte a déjà été publié auparavant où s’il s’agit d’une réédition []
  2. Voir aussi David G. Marr, Vietnam 1945: The quest for power, Berkeley, University of California Press, 1995, p. 149 et 215-216. La liaison de ce groupe avec celui du même nom à Hanoi n’est pas formellement établie selon Marr (p. 149, note 349) []