Archives par mot-clé : Tran Huynh Duy Thuc

Portrait : Trần Huỳnh Duy Thức, ingénieur et constructeur d’avenir

[ndlr] Mise à jour de notre portrait biographique publié dans L’Asie du Sud-Est 2016 (Irasec, 2016, pp. 405-406).

Trần Huỳnh Duy Thức est un prisonnier de conscience vietnamien. Né le 29 novembre 1966, il est aujourd’hui âgé de 49 ans (50 ans pour les Vietnamiens). Ingénieur informatique de formation et entrepreneur, il a d’abord réussi dans le domaine des télécommunications. En 1994, il fonde avec Lê Thăng Long la société informatique Duy Việt à Hanoi qui devient en 2000 la compagnie informatique EIS, Inc. Celle-ci développe la société de services One Connection Internet (OCI) spécialisée dans la téléphonie et internet. Entrepreneur visionnaire, il a de grands desseins pour faire évoluer pacifiquement le Viêt Nam sur le plan politique à travers le développement d’internet. Placé sur un secteur très concurrentiel et sensible politiquement, il entre en conflit avec les instances d’Hô Chi Minh-Ville chargées des médias.

TranHuynhDuyThuc_ConDuongVietNamEn 2005, il crée avec deux autres futurs dissidents le groupe de recherche Chan (Nhóm nghiên cứu Chấn, signifiant « Restauration ») pour proposer des solutions au redressement du pays et accompagner les réformes socio-économiques nécessaires au développement. Promoteur d’un second Renouveau (Đổi mới), cette fois plus politique, il a publié ses réflexions sur la situation sociale et économique de son pays sur son blog sous le nom de plume de Trần Ðông Chấn entre novembre 2008 et mai 2009. Auteurs d’écrits critiques, il a coédité un ouvrage traitant de la réforme politique intitulé « Con Đường Việt Nam » (La voie du Viêt Nam) qui s’apparente à un véritable programme politique visant à fonder un nouveau Viêt-Nam plus démocratique. Son engagement politique lui a rapidement attiré les foudres de la Sécurité vietnamienne.

ToaAnNhanDanTPHCM_20-01-2010
Le procès politique du 20 janvier 2010 au Tribunal populaire de Ho Chi Minh-Ville : l’impossible réforme du système communiste par ses citoyens © DR
PhienToaNVGP
Jugement des intellectuels dans l’affaire des revues « Humanisme » et « Belles Lettres » le 21 janvier 1960 © DR

Après deux ans de traque (sur internet), il a été arrêté le 24 mai 2009 à Hô Chi Minh-Ville. Lors de cette opération policière minutieusement préparée, les autres membres du groupe d’étude Chan sont appréhendés entre la fin mai et le début juin. Accusés d’avoir voulu « comploter pour renverser le gouvernement populaire » comme le stipule l’article 79 du code pénal vietnamien, ils ont été condamnés à de lourdes peines de prison lors d’un procès retentissant le 20 janvier 2010. Trần Huỳnh Duy Thức fut le seul à défier la cour en déclarant avec fermeté : « Je n’ai  tenté de renverser aucun gouvernement. Je n’ai fait que combattre le despotisme, et je continuerai mon combat aussi longtemps que nécessaire. » Pour son attitude intransigeante lors du procès il a écopé de 16 ans d’emprisonnement augmenté de 5 ans de résidence surveillée.

LoiTHDTDepuis 2010, cette affaire hautement politique a connu des dénouements plus heureux avec la libération anticipée des principaux protagonistes. L’ingénieur Lê Thăng Long, condamné à cinq ans de prison, a été libéré le 4 juin 2012 ; l’avocat Lê Công Định, condamné également à cinq ans de prison a été libéré le 6 février 2013 et l’étudiant Nguyễn Tiến Trung, condamné à sept ans de prison, a été libéré le 12 avril 2014 à la suite d’une campagne d’Amnesty International. Tous restent à l’heure actuelle assignés à résidence et sous surveillance policière. Seul, Trần Huỳnh Duy Thức n’a pas encore été libéré malgré le soutien d’organisations de défense des droits de l’homme.

Le 11 octobre 2013, il a reçu en compagnie de deux autres dissidents vietnamiens le prix du Réseau des droits de l’homme au Viêt-Nam pour sa contribution à la cause humaniste. Les dernières nouvelles le concernant laissent à penser qu’il pourrait bénéficier d’une libération anticipée sous la condition d’une expulsion vers les États-Unis. Les représentants américains à Hanoi sont en effet très actifs pour activer la libération de dissidents importants et favoriser leur accueil aux États-Unis, une solution actuellement privilégiée par le pouvoir communiste vietnamien pour se débarrasser de ses plus encombrants activistes. C’est ainsi que Cù Huy Hà Vũ, Nguyễn Văn Hải (alias Dieu Cày) et Tạ Phong Tần ont dernièrement été expulsés vers ce pays. Le dénouement qui attend Trần Huỳnh Duy Thức est susceptible de prendre la même forme que ses compatriotes expulsés, solution qu’il refuse actuellement.

GiaDinhTranHuynhDuyThuc
La famille de Tran Huynh Duy Thuc solidaire de la grève de la faim © DR

Depuis le 24 mai 2016, Trần Huỳnh Duy Thức s’est mis en grève de la faim « illimitée » pour protester contre ses conditions de détention. A son huitième jour de grève (31 mai 2016), ses proches ont alerté les médias sur la dégradation de son état de santé. Une pétition a été lancée sur change.org pour exiger sa libération.

Lors d’une visite de sa famille au Camp n° 6, situé dans la commune de Hạnh Lâm, district de Thanh Chương (province de Nghệ An), le 1er juin 2016, le prisonnier d’opinion a fait savoir qu’il mettrait finalement un terme à sa grève de la faim le 7 juin prochain. Ses proches considèrent en effet que Trần Huỳnh Duy Thức doit rester en vie pour poursuivre son combat pour les libertés civiles et les droits de l’homme au Viêt-Nam.

Selon le rapport d’Amnesty International sur les conditions de détention des prisonniers d’opinion en RSVN – rapport rendu public le 12 juillet 2016 – Trần Huỳnh Duy Thức a été transféré à plusieurs reprises de prisons en prisons. Pour l’organisation de défenses des droits humains : « Il s’agit d’une pratique courante dans le cas des prisonniers d’opinion récalcitrants, qui refusent de plaider coupable ou de se laisser « rééduquer », ou des détenus connus ou influents, que les autorités craignent de voir entraîner d’autres prisonniers dans un mouvement de dénonciation des conditions de vie et des mauvais traitements en détention ». Le Viêt-Nam compte actuellement 84 prisonniers d’opinion (p. 10).

FG, MàJ 12/07/2016.

LeCongDinh_LeThangLong_tranhuynhduythucfamily
L’avocat Lê Cong Dinh et l’ingénieur Lê Thang Long, tous deux anciens prisonniers de conscience, solidaires de Tran Huynh Duy Thuc © DR

 

Sources :

Amnesty International (Communiqué du 01-09-2015 ; Action lettre de janvier 2014 ; Appel collectif du 24-05-2015 et rapport du 12-07-2016 intitulé : Des prisons à l’intérieur des prisons) ;  BBC (16-09-2009) ; RFA (18-11-2014) ; Sai Gon Giai Phong (18-09-2006) ; Vietnam Human Rights Network (10-10-2015).

 Voir aussi :

Save conscience prisoner Tran Huynh Duy Thuc from going on a ‘Hunger Strike Until Death’

[ndlr] Pétition en ligne pour la libération du dissident Tran Huynh Duy Thuc en grève de la faim depuis 8 jours. Pétition mise en ligne par Thao Pham (Australie) sur le site Change.org.

Vietnamese BBC stated on 17th May 2016 that family members confirmed that Tran Huynh Duy Thuc has made a decision to go on a ‘hunger strike until death’ in the Nghe An prison starting on 24th May 2016. This date will mark exactly 7 years since he was imprisoned in Vietnam.

« Tran Huynh Duy Thuc is a blogger, entrepreneur and human rights defender and was arrested in May 2009. He advocates for economic, social and administrative reform, and respect for human rights. In January 2010 he was sentenced to 16 years’ imprisonment under Article 79 of the Penal Code (« attempting to overthrow » the state), plus five years’ house arrest on release. During his trial he claimed that he was tortured in detention to force him to confess. » (Source : Ammesty International Australia)

I am writing this petition to request the Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights, Amnesty International, the US president Barack Obama, heads of states of non-communist governments, Vietnamese people and others to take action to save Tran Huynh Duy Thuc’s life by requesting the Vietnamese Government to release him unconditionally.

Please sign this petition and share, thank you.

Lien : Change.org

 

Image « à la une » : Tran Huynh Duy Thuc à son procès en janvier 2010.

Cérémonie de la remise du Prix des Droits de l’Homme Viêt-Nam 2013 – Paris 08/12/2013

Le Réseau des Droits de l’Homme Vietnam

en collaboration avec

L’Association France-Vietnam d’Entraide

 VHRN_logo

 

Cérémonie de la remise

du Prix des Droits de l’Homme Vietnam 2013


Paris, le 08 décembre 2013

de 15h à 19h

Studio Raspail

216 Boulevard Raspail

75014 Paris – France

* * *

Le PRIX des Droits de L’Homme Vietnam

Depuis 2002, chaque année le Réseau des Droits de l’Homme Vietnam  choisit, pour remettre le Prix des Droits de l’Homme Vietnam, des militants qui se sont distingués dans leur combat pour la liberté, les droits de l’homme et la démocratie :

2002: Vénérable Thích Quảng Độ, Père Thaddeus Nguyễn Văn Lý

2003: MM. Nguyễn Vũ Bình, Lê Chí Quang, Nguyễn Khắc Toàn, Dr Phạm Hồng Sơn

2004:  M. Phạm Quế Dương, Dr. Nguyễn Đan Quế

2005: M. Lê Quang Liêm,  P. Pierre Phan Văn Lợi, Vénérable Thích Tuệ Sỹ

2006:  MM. Đỗ Nam Hải, Nguyễn Chính Kết

2007: M.  Hoàng Minh Chính, l’avocat Nguyễn Văn Đài, l’avocate Lê Thị Công Nhân

2008: Vénérable Thích Thiện Minh, le blogueur « Điếu Cày » Nguyễn Vă Hải, le magazine Tự Do Ngôn Luận

2009: L’écrivain Trần Khải Thanh Thủy, Révérend Nguyễn Công Chính

2010: Le journaliste Trương Minh Đức, le défenseur des droits des travailleurs Đoàn Huy Chương

2011: Le juriste Cù Huy Hà Vũ, Mlle Đỗ Thị Minh Hạnh, engagée dans la défense des droits des travailleurs.

2012: Mlle Phạm Thanh Nghiên, la blogueuse Tạ Phong Tần et Mme Huỳnh Thục Vy.

Cette année, le Réseau des Droits de l’Homme Vietnam  a l’honneur de décerner à Paris, France, le Prix des Droits de l’Homme Vietnam 2013 à trois militants remarquables: M. Lê Quốc Quân, avocat, M. Trần Huỳnh Duy Thức, responsable d’un groupe de Recherche pour la Démocratie et M. Nguyễn Hoàng Quốc Hùng, défenseur des droits des travailleurs.

 

NguyenHoangQuocHungNGUYỄN HOÀNG QUỐC HÙNG

 Âgé de 32 ans, diplômé de l’École de technologie de Ho-Chi-Minh-Ville, a consacré tout son temps à la lutte pour les droits des travailleurs. Il a participé au deuxième congrès du Comité pour la protection des travailleurs en Malaisie, fin 2009. Cette même année, en compagnie de deux de ses camarades, il est allé aux Hauts Plateaux du Centre Vietnam photographier les opérations d’exploitation minière de bauxite des Chinois et les a ensuite publiées sur Internet. Il a été aussi l’un des organisateurs des grèves en faveur des droits des travailleurs, notamment à l’usine de chaussures My Phong dans la province de Trà Vinh, fin janvier 2010, avec la participation de plus de dix mille ouvriers. Arrêté le 24 février 2010 à Lâm Dông, il a été placé en isolement cellulaire, torturé mentalement et physiquement, ne pouvant recevoir aucune provision de sa famille. Devant un tribunal de première instance le 26 octobre 2010 et un tribunal d’appel le 18 mars 2011, Nguyen Hoang Quoc Hung et ses deux camarades ont bravement rejeté toutes les accusations de la part des procureurs. Il a toujours maintenu sa déclaration d’innocent et dénoncé le traitement inhumain qu’on lui avait fait subir au cours des interrogatoires. Il a été condamné à 9 ans de prison ; ses camarades Mlle Do Thi Minh Hanh et M. Doan Huy Chuong ont, chacun, été condamnés à 7 ans de prison.

 

LeQuocQuanLÊ QUỐC QUÂN

 Âgé de 42 ans, militant et avocat des droits de l’homme de longue date, a lutté pour la liberté religieuse en participant aux séances de prières et aux manifestations organisées par les catholiques de Hanoi devant l’ancienne nonciature apostolique du Vatican et à la paroisse de Thai Ha en 2007 et 2008. En tant qu’avocat, il s’est porté volontaire pour défendre ceux qui étaient injustement accusés, parmi ceux-ci le juriste Cu Huy Ha Vu. En tant que « patriote », il s’est joint aux manifestations contre les ambitions expansionnistes de la Chine. Il s’est également présenté comme candidat à l’Assemblée nationale afin de pouvoir poursuivre sa lutte dans l’arène officielle, mais le rejet de sa candidature a mis fin à cet effort.  Malgré de nombreuses arrestations et menaces de la part du gouvernement communiste vietnamien, il n’a pas abandonné la lutte pour la justice, la dignité humaine, et les droits de l’homme. Le 28 décembre 2012, il a été arrêté pour la troisième fois. Et au mois d’octobre dernier, il a été condamné à 30 mois de prison  et à une amende de 1,2 milliards de dông suite à une fausse inculpation d’évasion fiscale. Très estimé, en particulier par les jeunes et les intellectuels, Le Quoc Quan inspire l’admiration des organisations des droits de l’homme à travers le monde.

 

TranHuynhDuyThucTRẦN HUỲNH DUY THỨC

Âgé de 47 ans, cet ingénieur et homme d’affaires a réussi dans le domaine de la télécom-munication et a fondé avec M. Le Thang Long et M. Le Cong Dinh, le groupe de recherche Chấn (signifiant “Restauration”) dont le but était de proposer des solutions pour les réformes socio-économiques du pays. En 2007, il a ouvert un blog sous le nom de plume Tran Dong Chan, qui publiait ses réflexions sur les problèmes économiques et sociaux du Viêt Nam. Il est aussi l’auteur de deux ouvrages traitant de la réforme et de la démocratie, « Le chemin pour le Viêt Nam »  (dont il est co-auteur) et « À la recherche de la démocratie et de la prospérité». Dans ces deux livres, il appelle le gouvernement vietnamien à respecter les droits de l’homme et le peuple vietnamien à ne pas être soumis à la peur. Pour ses multiples écrits critiques, il a été arrêté le 24 mai 2009. Avec lui, tous les membres du groupe d’étude Chấn ont été par la suite condamnés à des peines sévères. À son procès le 20 janvier 2010, il a déclaré avec fermeté : « Je n’ai  tenté de renverser aucun gouvernement. Je n’ai fait que combattre les dictatures, et je continuerai mon combat aussi longtemps que nécessaire. » Il a été condamné à 16 ans d’emprisonnement et 5 ans de résidence surveillée.

* * *

 

Le réseau des droits de l’homme Viêt Nam

 

CONTEXTE

Dans les années 1990, alors que les violations des droits de l’homme au Viêt Nam ont été commises à un rythme alarmant, un front unifié des militants pour les droits de l’homme s’est fait jour. En novembre 1997, un rassemblement international des militants vietnamiens pour les droits de l’homme a eu lieu à Santa Ana en Californie afin de fonder  une coalition avec les objectifs suivants:

  • Améliorer l’efficacité des activités en matière des droits de l’homme à travers le monde en facilitant la coordination des militants et organisations vietnamiens.
  • Mobiliser l’appui des gouvernements, des médias, et des différentes organisations partageant les mêmes objectifs afin de promouvoir les droits de l’homme à travers le monde.
  • Sensibiliser le public quant aux violations des droits de l’homme au Viêt Nam.

 

OBJECTIF

Promouvoir les droits de l’homme, les libertés civiles et toutes les autres libertés fondamentales en faveur de tous les citoyens vietnamiens, les droits et les libertés proclamés par les Nations Unies dans la Déclaration universelle des droits de l’homme

Président: M. Nguyễn Bá Tùng, DPA

Assistants au président : M. Nguyễn Thanh Trang et M. Lê Minh Nguyên, PhD

Vice-présidents:

Dr. Lâm Thu Vân, responsable du Canada
M. Nguyễn Mậu Trinh, chargé des relations avec le gouvernement des États Unis
M.  Đoàn Việt Trung, responsable de l’Australie

Mme Quản Mỹ Lan, responsable de l’Europe

M. Đoàn Thanh Liêm, avocat,  chargé des relations avec les ONG

Secrétaire général: M. Nguyễn Kim Bình

Trésorier : M. Nguyễn Quang Huy

Membres permanents des comités:

M. Nguyễn Ngọc Anh, Dr. Nguyễn Tiến Cảnh,  M. Trần Minh Công, M. Đoàn Thế Cường, M. Tôn Thất Dziên, Mlle Nguyên Dung, M. Ngô Văn Hiếu, Mme Nguyễn Thị Hồng Liên, M. Nguyễn Ngọc Quỳnh, M. Huỳnh Lương Thiện, Mme Đỗ Thị Thuấn, Mme Nguyễn Ninh Thuận, M. Trương Minh Trí, PhD, Mlle Nguyễn Khuê Tú, M. Chu Bá Yến.

CONSEIL DE SURVEILLANCE

Président: Dr Nguyễn Văn Đức

Membres: M. Đỗ Anh Tài, et M. Đỗ Như Điện

CONSEIL CONSULTATIF

Prof.  Nguyễn Ngọc Bích, M. Nguyễn Minh Cần, Maître Trần Thanh Hiệp, M. Đoàn Viết Hoạt, PhD, Rév. Nguyễn Hữu Lễ, Dr Nguyễn Quốc Quân, Maître Nguyễn Hữu Thống, Dr Nguyễn Văn Trần, Maître Lâm Lễ Trinh.

 

Contact

Le Réseau des droits de l’homme vietnamien est un organisme à but non lucratif qui jouit de l’exemption d’impôt conformément à la loi fédérale des États Unis.

Vietnam Human Rights Network

8971 Colchester Ave

Westminster, CA 92683 – USA

wwvv.vietnamhumanrights.net

Source : Association France-Vietnam d’Entraide (AFVE) / Vietnam Human Rights Network (VNHRN)