Archives par mot-clé : trajectoires

C’est la nuit maintenant – Giờ sang đêm hết rồi / 26 oct-05 nov 2023 / Paimbœuf

Le réalisateur Pierre Michelon présentera son film lors d’une série de projections, rencontres, débats à Paimboeuf (44), près de Nantes, du 26 octobre au 5 novembre.

Programme :

SPECTRE productions
Entre-deux
Un film en train de se faire
Ville de Paimbœuf

Ont le plaisir de vous convier
au HANGAR, à Paimbœuf (44)
du 26 octobre au 5 novembre 2023
aux projections de

C’est la nuit maintenant – Giờ sang đêm hết rồi
Un film en Polyvision de Pierre Michelon

EN QUELQUES MOTS :

En 1930, un jeune communiste vietnamien nommé Trần Tử Yến (L’hirondelle) est condamné pour complot contre la sûreté de l’Etat et tentative de meurtre. Avec 537 autres camarades, il est déporté de « l’Indochine » vers les « établissements pénitenciers spéciaux » de l’Inini, une subdivision de la Guyane française. Il décède en 2001 à Cayenne, à l’âge de 93 ans, sans avoir revu son pays natal. Écrite à plusieurs mains, parlée à plusieurs voix, cette œuvre polyglotte (français / vietnamien / créole guyanais) présente l’unique témoignage audiovisuel de Trần Tử Yến, recueilli par la réalisatrice Geneviève Wiels en 1999.

Retranscrit en français et en vietnamien, le témoignage fragile de Trần Tử Yến nous ouvre à des paysages, des images et des passages. C’est peut-être la nuit, voire l’oubli (le titre est tiré d’une expression de Trần Tử Yến) mais des alliances se sont créées pour raconter son histoire, entre traductrices et historiennes, entre les condamnés et leurs geôliers, entre les filles guyanaises de Trần Tử Yến et leurs cousin·e·s du Việt Nam. Deux frères séparés par l’histoire se retrouvent par la langue et se regardent, c’est peut-être un miroir : il s’appelle Trần Tử Yến (L’hirondelle), il s’appelle Trần Tử Yên (La paix).

INFOS PRATIQUES :
Du 26 octobre au 05 novembre 2023
Le hangar / quai Sadi Carnot / Paimbœuf

projections tous les jours (sauf lundi) à 18h00 et 19h30
18h00 : première partie (75min)
19h30 : seconde partie (80min)
entrée libre

un film en polyvision de Pierre Michelon avec Trần Tử Yến et Trần Tử Yên, Josette Trần Tử Yến Muguette, Claudette et William Tran-Tu-Yen
Christèle Dedebant, Trần Phương Thảo, Maxime Bichon

réalisation des écrans : James Clochard
assistance artistique : Inès Miossec

RENCONTRES/ATELIERS :
(suivis des projections)

Le jeudi 26 octobre à 16h00, Le Hangar : rencontre avec l’historienne Christèle Dedebant

— « Destins croisés : que sont devenus les anciens forçats indochinois de Guyane/Inini ? »

Si Joseph Trần Tử Yến est resté sur « la terre du bagne », plusieurs de ses anciens compagnons d’infortune ont suivi des trajectoires différentes. Christèle Dedebant reviendra sur quelques-uns de ces destins ballotés par les soubresauts de l’histoire.

Le mercredi 1er novembre à 16h00, Le Hangar : atelier musical avec Thẩm Yến Linh

— (Auto)Radio Lointain

Partage pratique & exploration mélodique de l’intime – déracinement –
ré-enracinement – héritage musical.

Pourquoi utiliser l’outil Musique ? Parce que c’est tout aussi important que la cuisine sur l’échelle des choses que l’on se transmet en famille ou entre ami·e·s, en dehors du patrimoine matériel. Mais si tout le monde parle beaucoup de la cuisine, c’est sans doute parce qu’il est difficile de survivre sans nourriture ; cependant il n’est pas moins difficile de survivre sans air, qui est la première composante du son, et tout de suite après, de la musique.

Parce que c’est le lieu de passage et de transmission de la langue. Parce que ce sont des connections neurologiques particulières qui marquent la mémoire sensible sonore et qui portent des traces du « début ». Parce que la musique est un art qui se compose avec des temps et compose ainsi différemment avec « le » temps. Ce dernier peut emporter ou abîmer peintures, sculptures, architectures, tandis que la musique utilise un support fait d’un matériau différent pour perdurer à travers le temps, et ainsi se transporter dans des bagages qui ne se pèsent pas en kilos.

Le dimanche 5 novembre à 16h00, Le Hangar (exceptionnellement le 5/11, les projections se feront à 17h et 18h30) : rencontre avec Henri Copin

— D’autres échos historiques et linguistiques :
Entre 1900 et 1930 se forment au Việt Nam différents groupes de patriotes et nationalistes, revendiquant une modernisation politique et sociale autour de modèles japonais, français, ou chinois. Henri Copin évoquera cette évolution et son rapport avec la langue vietnamienne romanisée (Quốc ngữ).


PRÉSENTATION DES INVITÉ.E.S :

Christèle Dedebant est historienne, elle a soutenu en 2001 une thèse de doctorat à l’EHESS intitulée Les lumières de Zenâna : figures de proue de la condition féminine au Pakistan dans leur contexte historique. Elle est par ailleurs journaliste à GEO Magazine et GEO Histoire depuis 20 ans. Auteur du Voile et la Bannière, aux Editions du CNRS, 2003, elle est familière de la Guyane et de son histoire : « Je me suis intéressée aux “Annamites” exilés en Guyane à plusieurs titres. Tout d’abord parce qu’une partie de ma famille vit à Cayenne et à Saint-Laurent du Maroni. Pour GEO, j’ai eu l’occasion de réaliser de nombreux reportages in situ. Mais c’est à Paris que le destin s’est noué : j’y ai rencontré à l’occasion d’un dîner chez des amis une nièce de Trần Tử Yến, la veille de l’un de mes départs pour un énième reportage sur les orpailleurs illégaux. J’ai été immédiatement captée par cette histoire de colonisation transversale. J’ai rencontré à Cayenne Josette Trần Tử Yến, la fille du déporté politique, et j’ai été happée par le sujet »

Le livre de Christèle, Poulo Condore-Cayenne, les derniers déportés politiques de Guyane (titre provisoire), est à paraître (2024) aux éditions Actes Sud, collection Archives du colonialisme.

Thẩm Yến Linh : « Je m’appelle Yến Linh, je suis née à Hà Nội et j’ai grandi dans les Hauts-de-Seine. J’ai ainsi parlé et chanté en vietnamien avant de le faire en français.

J’ai plusieurs amours et pratiques : l’architecture, la scénographie, la menuiserie (ENSAPM, Lycée Léonard de Vinci, Ateliers Devineau), l’illustration (Paris 1 Sorbonne, techniques pastels, aquarelles et numériques, collaborations vidéos ou imprimées), la musique (Conservatoire de Vanves, chant, écriture, compositions, représentations), les activités associatives et collectives (Collectif Vietnam Dioxine, Collectif Paaf, Le Studio Jaune) et plus récemment le théâtre en tant que comédienne (SAIGON 2023-2024, de Caroline Guiela Nguyen, Compagnie des Hommes Approximatifs).

Grâce à ces différents medium, depuis 2015 je construis mon travail artistique autour de la question intime et politique de l’héritage, du déracinement, en l’occurence dans mon cas : le Việt Nam. J’exerce également une activité de traduction : c’est ainsi que j’ai rencontré le cinéaste Pierre Michelon à l’occasion de la transcription linguistique pour son film documentaire sur monsieur Yến (L’hirondelle). »

Henri Copin a vécu et travaillé au Việt Nam, au Cambodge et au Sénégal. Il vit à Nantes.

Auteur de nombreux ouvrages, articles, communications, consacrés à la représentation littéraire de l’Asie (pays de l’ex-Indochine) et de l’Afrique, en période coloniale ou post coloniale, à l’altérité, aux figures de l’Autre et de l’Ailleurs. Contribue à L’Encyclopédie de la Colonisation française, en cours de publication aux Indes Savantes. Professeur à l’Université permanente de Nantes, élu à l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire.

Pierre Michelon est né à Nantes en 1984. En observateur participant, il arpente les terrains d’une société oublieuse et aphasique. Sa réflexion est concentrée sur l’écriture, l’oralité et l’usage de l’Histoire. Ses récentes recherches l’ont conduit à réaliser des portraits de déporté·e·s politiques dans les bagnes coloniaux (Amara, Cinéma du réel, 2019, Histoire de la maladie, musée du Louvre, 2019). Elles se déclinent dans une variété de propositions : traductions, films, installations, performances-documentaires… Chacun de ces montages est conçu autour d’un processus de recherche, qui prend tantôt la forme d’enquêtes, d’entretiens, de dérives et d’associations multiples. Les paysages y deviennent des témoins. La démarche artistique de Pierre Michelon se tient à cet endroit, là où se produit un témoignage, là où se fabrique une communauté. Il est diplômé de École des Beaux-arts de Nantes (D.N.A.P.), de la Villa Arson à Nice (D.N.S.E.P.), de l’École des Beaux-arts de Paris (SACRe, doctorat de création).

Entre-deux est une structure de recherche engagée dans la production et la diffusion de l’art public contemporain sous toutes ses formes, éphémères et pérennes, interrogeant les enjeux du contemporain par rapport au réel sur le territoire de Nantes mais aussi élargi à la région des Pays de la Loire.
URL : www.entre-deux.org

Nguyên Thê Anh : « Je ne me considère pas comme quelqu’un d’un seul pays » [entretien en 2012]

Un entretien très complet sur la trajectoire du Professeur Nguyên Thê Anh, publié en mars 2012 dans la revue Pastel de l’Académie de Toulouse. Nous remercions Cao Viêt Anh de nous avoir transmis ce document. PDF ci-dessous.



Illustration “à la une” : Couvertures de la revue Pastel, de l’Académie de Toulouse, dédiée à l’enseignement de l’histoire et de la géographie.

NGUYỄN THẾ ANH (1936-2023) : Parcours d’un historien du Viêt-Nam et de l’Asie

Cette page rassemble les différents hommages et textes publiés ou réédités à l’occasion de la disparition du Professeur Nguyên Thê Anh le dimanche 19 mars 2023. Les liens sont présentés dans une chronologie décroissante. Nous remercions Cao Viêt Anh pour les liens d’articles en vietnamien.

Biographies en ligne


Hommages de collègues, ami-es et anciens étudiant-es

  • Hommages de chercheur-es et ami-es des États-Unis publiés sur la liste du Vietnam Studies Group à Washington : Hue-Tam Ho Tai, Nguyên Ngoc Châu, Pham Ngoc Lân, Michele Thompson, Gábor Vargyas… (mars 2023)
  • Hommage de Claude Kerviel, ami de longue date.

Articles célébrant le parcours académique

  • Article de Cao Vit Anh : “Việt Nam học nhìn từ lịch sử nghiên cứu tại Ecole pratique des hautes études (EPHE, Pháp): “: Trường hợp sử gia Nguyễn Thế Anh (1936-nay)” [2019]
  • Chapitre d’ouvrage de Nguyễn Q. Thắng, “Nguyễn Thế Anh, Sử gia, nhà Việt học hiện đại”, in Các tác giả người Việt viết tiếng Pháp, Tp. Hồ Chí Minh : Nxb Tổng hợp thành phố Hồ Chí Minh, 2017, pp. 442-472.

Articles de l’auteur en ligne :

La place du Laos dans la littérature coloniale (29 octobre 2008)

Confucius et le confucianisme (19 février 2009)

France et Vietnam, les réalités d’un dialogue culturel de trois siècles (31 janvier 2011)

Le Viêt Nam : une société unique ? (3 février 2011)

Remarques sur les mouvements messianiques et millénaristes dans l’histoire du Vietnam (19 mai 2011)


Contributions dans des revues vietnamiennes

  • Articles publiés dans la revue Recherches sur Huê : Nghiên cứu Huế (9 tập).

Conférences en ligne

État et société du Viêt-Nam ancien (7 mars 2005)

Histoire et composition de l’Indochine (11 avril 2005)

La France en Indochine (23 mai 2005)


Entretiens en ligne

Disponible sur YouTube : https://youtu.be/8iP50AWjyb8


Liste des publications

Réalisée par Cao Việt Anh et arrêtée en mai 2022 cette liste regroupe 21 ouvrages, 123 références d’articles et de chapitres d’ouvrages avec mention de leur réédition ainsi que 32 comptes-rendus de lecture et deux travaux universitaires. Un ensemble de 178 références éditées entre 1965 et 2022.


Comptes-rendus de lecture en ligne des publications de Nguyên Thê Anh

Luật Khoa (2022),« “Việt Nam thời Pháp đô hộ”: 90 năm và những định mệnh lịch sử » : https://www.luatkhoa.com/2022/11/viet-nam-thoi-phap-do-ho-90-nam-va-nhung-dinh-menh-lich-su/

Nguyễn Quang Diệu (2021), « ‘Việt Nam vận hội’, góc nhìn Việt sử độc đáo từ bên ngoài của Nguyễn Thế Anh » : https://thanhnien.vn/viet-nam-van-hoi-goc-nhin-viet-su-doc-dao-tu-ben-ngoai-cua-nguyen-the-anh-1851100697.htm

Sơn Khê (2021), « Việt Nam vận hội : Góc nhìn đa chiều về lịch sử Việt Nam » : https://zingnews.vn/viet-nam-van-hoi-goc-nhin-da-chieu-ve-lich-su-viet-nam-post1184864.html

Mai Anh Tuấn (2021), « Việt Nam vận hội: Một góc nhìn về số phận Nho sĩ » : https://khoahocphattrien.vn/khoa-hoc/viet-nam-van-hoi-mot-goc-nhin-ve-so-phan-nho-si/20210225104459156p1c160.htm

Mai Anh Tuấn (2018), « “Theo dòng lịch sử”: Nhận thức mới, nhận thức lại về triều Nguyễn » : https://khoahocphattrien.vn/thoi-su-trong-nuoc/nhung-cuon-sach-khoa-hocdoi-song-duoc-yeu-thich-nhat-nam-2017/2018042302163381p882c918.htm

Việt Anh (2017), « Đọc sách “Việt Nam thời Pháp đô hộ” của Nguyễn Thế Anh »

https://tiasang.com.vn/khoa-hoc-cong-nghe/doc-sach-viet-nam-thoi-phap-do-ho-cua-nguyen-the-anh-10694/

Philippe Le Failler (BEFEO 2001, N.88): Guerre et paix en Asie du Sud-Est, Nguyên Thê Anh et Alain Forest (éd.) : https://www.persee.fr/doc/befeo_0336-1519_2001_num_88_1_3541

Charles Fourniau (Annales. Histoire, Sciences Sociales. 50ᵉ année, N. 2, 1995), Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam (1875-1925), le crépuscule d’un ordre traditionnel, Nguyên Thê Anh : https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1995_num_50_2_279373_t1_0454_0000_002


Pages éditeurs


Nguyễn Thế Anh (1936-2023) – notice biographique par Claire Tran

Notre hommage se poursuit avec la publication d’une notice biographique établie par Claire Tran, maîtresse de conférences (Histoire de l’Asie du Sud-Est) à l’Université Paris Cité et chercheuse au Cessma (Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques).


Le Professeur Nguyên Thê Anh © Famille NTA

Nguyễn Thế Anh (1936-2023)

Par l’ampleur de son œuvre, Nguyễn Thế Anh est une figure marquante de l’historiographie vietnamienne. Par la diversité des thématiques, des périodes et des espaces géographiques traités, il a contribué à l’écriture d’une « histoire globale » du Viêt Nam et de ses voisins.

Historien vietnamien formé à Toulouse en France, il a enseigné à l’université de Huế et de Sài Gòn de 1964 à 1975 puis à l’EPHE-CNRS à Paris où il a dirigé le Centre d’histoire et civilisations de la péninsule indochinoise. Né en 1936 au Laos de parents originaires de la région de Hà Đông d’une famille de mandarins, son père travaille dans l’enseignement au Laos. Il rejoint Sài Gòn et étudie au lycée Chasseloup Laubat. Grâce à une bourse d’étude française, il part étudier l’histoire à l’Université de Toulouse où il obtient l’agrégation et sa thèse de 3 e cycle. De retour au Sud Vietnam en 1964, il enseigne l’histoire à l’université de Huế, où il devient doyen de la faculté des Lettres, puis recteur de l’Université. Suite à l’occupation de Huế par les troupes du Nord lors l’offensive du Tết en février 1968, il revient à l’Université de Sài Gòn et prend la direction du département d’histoire. A la chute de Sài Gòn en avril 1975 il est d’abord réfugié aux Etats-Unis d’où il demande en 1976 l’asile en France. Il est très vite recruté comme chercheur au Centre national de la Recherche scientifique (CNRS) puis à partir de 1991 comme directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE) à la Chaire Histoires et Civilisations de la péninsule indochinoise.

En France comme à l’international, ses publications font référence. Son œuvre porte sur l’histoire moderne du Vietnam et couvre une grande diversité des champs thématiques et a une dimension d’histoire globale, dans l’espace (Viêt Nam, péninsule indochinoise, Asie du Sud-Est jusque l’Inde) et dans le temps. Dix champs principaux de recherche peuvent être dégagés : la diplomatie, les relations internationales et les échanges culturels, l’histoire économique et sociale, l’histoire politique, l’histoire religieuse, les synthèses et essais d’histoire globale, l’histoire culturelle et des idées, l’histoire de l’art et de la littérature et la méthodologie historique.

Lorsqu’il enseignait au Sud Vietnam, ses publications ont porté sur l’histoire moderne du Vietnam (Kinh tế và xã hội Việt-Nam dưới c­ác vua triều Nguyễn [L’économie et la société sous la dynastie des Nguyễn] (1968), Việt-Nam dưới thời Pháp đô hộ [Le Vietnam sous la domination française] (1970), Phong trào kháng thuế miền Trung nǎm 1908 qua các châu bản triều Duy-Tân [Le mouvement de protestation contre les impôts en 1908] (1973). Il a également publié plusieurs livres d’introduction à l’histoire d’autres pays (Bán đảo Ấn-độ từ 1857 đến 1947 [La péninsule indienne de 1857 à 1947] (1968), Lịch sử Hoa-kỳ từ độc lập đến Chiến tranh Nam Bắc [Histoire des Etats-Unis de l’Indépendance à la Guerre de Sécession] (1969), Lịch sử các quốc gia Ðông Nam Á (trừ Việt-Nam) từ nguyên sơ đến thế kỷ XVI [Histoire des pays de l’Asie du Sud-Est, à l’exception du Vietnam, des origines au XVIe siècle] (1972)). En outre, il a publié des manuels d’introduction à la discipline historique et à la géographie (Nhập môn phương pháp sử học [Introduction à la méthodologie historique] (1974) et Khí hậu học. Đại cương và các khí hậu nóng [Climatologie. Généralités et climats chauds] (1971). Après une longue période de censure, plusieurs de ses livres parus alors à l’époque du Sud Vietnam, ont été réédités ces 15 dernières années.

En France, son œuvre la plus connue porte sur la monarchie Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam (1875-1925). Le crépuscule d’un ordre traditionnel (1992) dans lequel il a décrit une dynastie des Nguyễn au XIXe siècle cherchant à se réformer, notamment sur les conseils du réformiste Nguyễn Trường Tộ, alors que l’historiographie marxiste, la présentait comme féodale et conservatrice. Par ailleurs, il est également connu pour avoir dévoilé la lettre de Nguyễn Tất Thành alias Hồ Chi Minh du 15 septembre 1911 au président de la République française sollicitant son admission à l’École coloniale, remettant ainsi en cause la nature révolutionnaire du jeune et futur Hô Chi Minh, qui, déçu de n’avoir été accepté, se tourna alors vers le Parti Communiste.

Il a en outre traité de nombreuses thématiques à l’échelle régionale de l’Asie du Sud-Est dans des ouvrages collectifs qu’il a codirigé, notamment sur l’histoire des relations internationales, des religions et de l’économie (Le Ðại Việt et ses voisins, d’après le Ðại Việt Sử Ký Toàn Thư (1990)  ou Notes sur la culture et la religion en Péninsule indochinoise (1995)) et l’histoire plus large de l’Asie du Sud-Est (Guerre et paix en Asie du Sud-Est (1998) et Commerce et navigation en Asie du Sud-Est, XIVe-XIXe sièclesTrade and navigation in Southeast Asia, 14th-19th centuries (1999) et L’Asie Orientale et Méridionale aux XIXe et XXe siècles (1999). Plus récemment, Parcours d’un historien du Vietnam (2008) rassemble plus d’une centaine d’articles parus en français, anglais et vietnamien et son dernier livre est une synthèse de l’histoire du Vietnam (Việt-Nam, un voyage dans son histoire, (2009).

Claire Trần Thị Liên (Université Paris Cité – Cessma)


Bibliographie

NGUYỄN Thế Anh, Bibliographie critique sur les relations entre le Viêt-Nam et l’Occident. Paris: G.-P. Maisonneuve & Larose, 1967, 310 p.

NGUYỄN Thế Anh, Kinh tế và xã hội Việt-Nam dưới c­ác vua triều Nguyễn [Economie et société du Vietnam sous la dy­nastie des Nguyên]. Saigon: 1ère éd. Trình Bày, 1968; 2e éd. Lửa Thiêng, 1970, 343 p.; 3e éd. Nhà XB Văn Học, 2008, 301 p.

NGUYỄN Thế Anh, Lịch sử Hoa-kỳ từ độc lập đến Chiến tranh Nam Bắc [Histoire des Etats-Unis de l’Indépendance à la Guerre de Sécession]. Saigon: Lửa Thiêng, 1969.

NGUYỄN Thế Anh, Việt-Nam dưới thời Pháp đô hộ [Le Vietnam sous la domination française]. Saigon: 1ère éd. Lửa Thiêng 1970, 391 p.; 2e éd. Trung Tâm Sản Xuất Học Liệu, 1974, xv-279 p., 27 pl. h.-t.; 3e éd. (Nhà XB Văn Học), 2008, 347 p.

NGUYỄN Thế Anh, Khí hậu học. Đại cương và các khí hậu nóng [Climatologie. Généralités et climats chauds]. Saigon: Lửa Thiêng, 1971.

NGUYỄN Thế Anh, Lịch sử các quốc gia Ðông Nam Á (trừ Việt-Nam) từ nguyên sơ đến thế kỷ XVI [Histoire des pays de l’Asie du Sud-Est, à l’exception du Vietnam, des origines au XVIe siècle]. Saigon: Lửa Thiêng, 1972, 159 p.

NGUYỄN Thế Anh, Nhập môn phương pháp sử học [Introduction à la méthodologie historique]. Saigon: Département d’Histoire, Faculté des Lettres, Université de Saigon, 1974, 114 p.

NGUYỄN Thế Anh, Phong trào kháng thuế miền Trung nǎm 1908 qua các châu bản triều Duy-Tân [Le mouvement de protestation contre les impôts en 1908 au Centre-Vietnam, à travers les documents rouges du règne de Duy-Tân]. Saigon: Bộ VHGD và TN, 1973, 187 p. ; 2e éd. Nhà XB Văn Học, 2008, 220 p.

NGUYỄN Thế Anh, Le Ðại Việt et ses voisins, d’après le Ðại Việt Sử Ký Toàn Thư (avec Bùi Quang Tung et Nguyển Hương). Paris: L’Harmattan, 1990, v-114 p. ISBN : 2-7384-0726-9

NGUYỄN Thế Anh, Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam (1875-1925). Le crépuscule d’un ordre traditionnel. Paris: L’Harmattan, 1992, 311 p. ISBN : 2-7384-1530-X

NGUYỄN Thế Anh, Notes sur la culture et la religion en Péninsule indochinoise, en hommage à Pierre-Bernard Lafont (co-éd. avec Alain Forest). Paris: L’Harmattan, 1995, 252 p. ISBN : 2-7384-2898-3

NGUYỄN Thế Anh, Commerce et navigation en Asie du Sud-Est, XIVe-XIXe siècles – Trade and navigation in Southeast Asia, 14th-19th centuries, co-éd. avec Yoshiaki Ishizawa. Paris: L’Harmattan, 1999, 190 p. ISBN : 2738480799

NGUYỄN Thế Anh, L’Asie du Sud Est (p 313 à 405) in L’Asie orientale et méridionale aux XIXe et XXe siècles. Chine, Corée, Japon, Asie du Sud-Est, Inde. en coll. avec Hartmut O. Rotermund, Alain Delissen, François Gipouloux, Claude Markovits. Paris: Presses Universitaires de France, 1999, ccxliv-546 p.   ISBN-10 ‏ : ‎ 2130499783

NGUYỄN Thế Anh (Edité par Philippe Papin), Parcours d’un historien du Viêt Nam. Recueil des articles écrits par Nguyễn Thế Anh. Paris, Les Indes Savantes, 2008, 1026 p. ISBN : 978-2-84654-142-8

NGUYỄN Thế Anh, Việt-Nam, un voyage dans son histoire. Paris, les Editions de La Frémillerie, 2009, 219 p. ISBN : 2359070010


Image “à la une” : Le Professeur Nguyên Thê Anh à Toulouse en 1977 © DR Famille NTA

« Mémoires d’Indochine » 2020 : Séance 6

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

★ ★ ★

Filles d’un groupement de Jeunesses de choc : transport de munitions pendant la guerre du Viêt-Nam © DR

Femmes en guerre : actrices et victimes

Séance 6 : mercredi 25 novembre 2020 (visioconférence)

Reprise partielle d’une séance de 2018 sur les mémoires genrées.

Quelle est la place des femmes dans les récits mémoriels ? Quels types de récit sont écrits par les femmes ? A travers quelques exemples présentés pendant le séminaire, cette séance aborde la question des récits personnels rédigés par des femmes. Si ceux-ci souvent porteurs d’une histoire familiale et sociale dépassant le récit politique ou militaire des hommes, ils proposent aussi un récit alternatif (« genré et réconciliateur ») de la déchirure vietnamienne. Nous ferons appel aux mémoires de personnalités politiques de premier plan (Nguyen Thi Binh) tout comme de statut plus modeste (Le Ly Hayslip, Quynh Dao, Xuan Phuong) pour confronter la vision d’un récit à la fois national et familial.

Pour accompagner cette présentation nous lirons au préalable le texte de Marguerite Rollinde “Genre et conflit. Femmes victimes, femmes actrices” (paru dans la revue Aspects, n°4, 2010, p. 115-130) et écouterons ensemble un extrait de la discussion sur l’ouvrage récent de Patrica D. Norland, The Saigon sisters (2020).

La seconde partie de la séance est consacrée aux exposés oraux.

Corpus de récits personnels présentés en début de séance

  • Bong-Wright, Jackie, Autumn Cloud. From Vietnamese war widow to American activist, Sterling, VA, Capital Books, 2001.
  • Chân Không (Sœur), La force de l’amour. Une bouddhiste dans le Viêt-Nam en guerre, Paris, La Table Ronde, « Les chemins de la sagesse », 1995.
  • Dang Phuong Nghi, Mo, une micro-histoire du Vietnam au XXe siècle, Paris, Centre International d’Études Vietnamiennes, 2004.
  • Elliott, Duong Van Mai, The Sacred Willow. Four Generations in the Life of a Vietnamese Family, Oxford, Oxford University Press, 1999.
  • Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris, Éditions du Seuil, 1993. Lire le CR de lecture en ligne d’Astrid Gillier sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam.
  • Ly San Meas, Mon Cambodge. Le destin d’une femme, Paris, L’Harmattan, « Graveurs de mémoire », 2012.
  • Nguyen Thi Binh, Family, Friends and Country. Autobiography, Hanoi, Tri Thuc Publishing House, 2013. Traduit en français sous le titre Ma famille, mes amis et mon pays. Mémoires (Éditions Tri Thuc, Université Hoa Sen, 2015).
  • Quynh Dao, Tales from a Mountain City. A Vietnam War Memoir, Fyshwick, Odyssey Books, 2010.
  • Tran To Nga, Ma terre empoisonnée. Vietnam, France, mes combats, Paris, Stock, 2016.
  • Xuan Phuong (avec Danièle Mazingarbe), Ao dai, du couvent des Oiseaux à la jungle du Viêt-minh, Paris, Plon, 2001.

★ ★ ★

Exposé de Sophie Rainaut :

Eléonore Lépinard et Marylène Lieber, Les théories en études de genre, Paris, La Découverte, collection “Repères”, 2020.

Exposé de Marine Chuberre :

ROBSON, Kathryn & YEE, Jennifer (eds.), France and “Indochina”. Cultural Representations, Lanham, Lexington Books, 2005.

Illustration « à la une » : groupe de filles des Jeunesses de choc de la province de Hà Nam en marche sur la Piste Hô Chi Minh en 1972 © DR

Pour l’étude des filiations du communisme vietnamien : l’utilité d’une base de données prosopographique

Réflexion et hypothèse de travail sur l’élite communiste vietnamienne. L’interrogation d’un de nos lecteurs sur la sociologie des boat people vietnamiens me donne l’occasion de revenir succinctement et à grand traits sur les possibles filiations du communisme vietnamien. Des filiations multiples, croisées, composées de liens de forte ou de faible intensité, que seule une base de données prosopographique relationnelle pourrait contribuer à éclairer.

Un corpus conséquent

De quoi est faite l’élite politique vietnamienne d’aujourd’hui ? Quelles en sont les composantes ? Quelles filiations sont prépondérantes ? Quelles articulations entre-elles ? Une des sources essentielles permettant l’approche prosopographique1 pour l’étude du Parti communiste vietnamien depuis sa fondation en 1930 est le site officiel du parti2. Les notices biographiques des dirigeants de l’organisation et des membres du Comité central constituent une source officielle précieuse que l’on peut confronter aux sources archivistiques et aux nombreuses publications biographiques ou monographies régionales publiées au Viêt-Nam. A travers les différents sites officiels de l’Etat-Parti, l’ensemble des données aujourd’hui publiques et disponibles sur la toile se comptent par milliers. La constitution d’une base de données sur le modèle de celle élaborée depuis 1989 par Jean-Pierre Dedieu pour l’étude de la monarchie espagnole du XVIIIe et du XIXe siècles permettrait un traitement efficace de ces données3.

On peut évaluer à la louche un corpus (échelon national) de plus de dix mille fiches brassant les différentes composantes du PCV depuis sa création : les dirigeants du Parti et de l’État ; les membres du Comité central (le bureau politique, le secrétariat général…) pour chaque congrès (de 1930 à 2011 : I à XI, le XIIe congrès en janvier 2016) ; les membres des dix comités du Parti liés au Comité central ; les cellules du Parti rattachées au Comité central. A cela s’ajoutent les députés de l’Assemblée nationale4, les membres du Parti aux différents échelons de l’administration locale ou de la représentation populaire (Comités populaires et Conseils populaires) sur trois niveaux : provinces et cités-provinces, districts, communes.

Une double filiation mandarinale/paysanne et sino-soviétique ?

Tenter d’inscrire le Viêt Minh dans une filiation de longue durée en plaçant le mouvement indépendantiste fondé par Ho Chi Minh en mai 1941 dans la continuité des lettrés résistants du Can Vuong (Mouvement “Aide au Roi”, 1885-1895) est une perspective séduisante mais qui pose problème5. La sociologie du mouvement communiste vietnamien tout au long du XXe siècle montre que c’est en réalité plus complexe. Car si une filiation avec les partisans du Can Vuong est réelle, elle ne concerne pas que le mouvement national-communiste. D’autres partis révolutionnaires comme le VNQDD ou le Dai Viet peuvent en effet s’inscrire dans cette généalogie sociale et politique6. En ce qui concerne le mouvement communiste, il faudrait voir s’il n’y a pas plutôt rupture volontaire avec cette filiation emblématique à partir des années 1950. Entre 1925 et 1930, l’histoire de la genèse du parti expose les premières difficultés pour unifier les différentes factions communistes vietnamiennes et démontre la multiplicité des trajectoires7. Dans le même ordre d’idée, la lutte à mort entre les kominterniens et les trotkistes dans les années 1937-1945 illustre la tentative d’unifier le communisme vietnamien dans une ligne stalinienne unique.

Après l’accession au pouvoir en 1945, par deux fois, notamment pendant la période des deux guerres (1945-1954 + 1955-1975), la sociologie du Viêt-Minh va être modifiée, toute la question (et la difficulté) est de pouvoir mesurer la profondeur de cette transformation et son inscription dans le temps. Une première transformation s’opère avec la réforme agraire radicale (déc. 1953-1956) lorsque celle-ci met violemment hors jeu la génération de lettrés affiliés au Viêt-Minh à laquelle se rattachent (à titre d’exemple) Vo Nguyen Giap ou Dang Van Viet. La filiation mandarinale est écrasée au profit de la filiation paysanne ou supposée telle8. La seconde transformation, plus politique que sociale, intervient avec la fracture de 1966-1967 lors de l’affaire dite du “révisionnisme anti-parti”. A ce moment, un second coup de massue est infligé à la filiation mandarinale pro-soviétique au profit de la filiation paysanne maoïste représentée par l’ascension de Le Duan à la tête du parti Lao Dong à partir de 19609. Pour faire court, le communisme de guerre, moteur de la réunification par la force, l’emporte jusqu’en 1975 contre la coexistence pacifique Nord-Sud10.

Des fractures non refermées

Ces deux fractures internes au mouvement communiste ou national-communiste vietnamien ont à mon sens fortement impacté à la fois la sociologie du parti mais aussi les choix politiques qui découlèrent de cette transformation. Ces crises ont laissé des traces à l’intérieur du Parti communiste vietnamien jusqu’à nos jours11. Elles sont décelables dans les filiations politiques des membres du PCV, dans la composition des lieux de pouvoir du parti. Pour ainsi dire, les maoïstes ont gagné la guerre d’un point de vue militaire tandis que les pro-soviétiques ont su relever le pays après la disparition des premiers et la jonction entre les deux s’est réalisée sans grande purge publique “à la chinoise”. En maintenant un équilibre entre ces branches multiples (politiques et régionales) le PCV a pu concevoir sa rénovation à la fin des années 80. Celle-ci intervient néanmoins après dix ans de gabegie économique et, ce n’est pas un hasard, après la mort des vieux dirigeants, notamment des idéologues pro-chinois.

Le Doi Moi (Rénovation, perestroika vietnamienne) marque le retour définitif des “experts” sur les “rouges”. Le pragmatisme redevient la règle, c’est en réalité une question de survie pour le régime qui fait face à une situation économique et sociale désastreuse. Le Parti effectue un virage idéologique clair (inscrit dans les différences des constitutions de 1980 et de 1991) et amorce une libéralisation économique avec l’abandon du “droit de maître collectif” cher à Le Duan. Tout ceci est accompagné et soutenu par un virage diplomatique très bien maîtrisé entre 1990, date du retour de la paix avec la Chine (conférence secrète de Chengdu) et 1995, adhésion à l’ASEAN sans parler de la normalisation des relations avec les États-Unis avec la fin de l’embargo en février 1994.

Le maintien du PCV au pouvoir repose sur l’équilibre (toujours recherché lors des congrès) entre les différentes filiations historiques, lettrée, paysanne mais aussi régionale, voire extra-nationale. En effet, il faut intégrer dans le jeu au moins trois filiations “externes” depuis 1975 dont l’éducation politique a peu à voir avec le communisme d’antan : celle des “sudistes”, d’abord écartés puis remobilisés pour sortir de l’impasse économique, celle des “retours de l’Ouest” du Doi Moi, cette génération d’experts formés dans les pays du bloc soviétique et enfin celle des “diplomates / entrepreneurs” formée dans les universités et écoles de commerce des pays capitalistes notamment aux États-Unis, à Singapour, en Australie ou en Europe. Cette dernière s’impose de plus en plus dans le paysage économique. Elle est aujourd’hui une ressource indispensable au bon maintien de l’économie.

Alors que le Viêt-Nam s’est converti depuis 25 ans à l’économie de marché “socialiste”, la classe des entrepreneurs du parti, souvent dénommée dans la presse comme “groupes d’intérêts” (nhom loi ich) liés aux différentes factions du pouvoir, se positionne désormais comme le maillon fort du régime. Comme le rappelait Philippe Papin dans son analyse socio-culturelle du Viêt-Nam, sur le plan politique l’enjeu reste le même : “L’enjeu, c’est de conserver le contrôle – ou prétendre le conserver, cela peut suffire – sur une machine économique de plus en plus autonome mais qu’il faut pourtant rendre compétitive pour assurer la stabilité sociale, le développement et l’intégration régionale”12. La recherche d’un équilibre entre les différents groupes politico-économiques dans le contexte d’une économie de plus en plus mondialisée (voir l’accord récent sur le TPP) est à ce titre particulièrement importante.

L’unification nationale, un moyen et non une fin

Le Viêt-Minh (1941-1951) a, chacun sait, joué un rôle crucial dans la lutte pour l’indépendance mais il a failli dans l’unification des forces nationales dès 1946. Il faut dire que la France a pesé considérablement dans les divisions vietnamiennes (soutien et mise en place de la République autonome de Cochinchine le 1er juin 1946 alors que le gouvernement de la RDVN négociait l’unification du territoire). La disparition du Viêt-Minh en tant qu’organisation populaire unitaire en 1951 au profit de la création du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam sur le modèle chinois atteste que le mouvement indépendantiste fut plus un moyen qu’une fin. Il permit l’accession au pouvoir d’une poignée de cadres communistes déterminés (Ho Chi Minh, Vo Nguyen Giap, Truong Chinh, Pham Van Dong, Le Duan, Le Duc Tho) pour mener à bien la révolution et la guerre. Le schéma de l’alliance patriotique fut reproduit au Sud à travers le FNL-Sud Viêt-Nam cette fois-ci contre les “américano-fantoches” selon la terminologie communiste avec un certain “succès” (obtenir le contrôle total sur le plan politique).

Ce groupe très restreint de leaders communistes allait conserver le pouvoir suprême jusqu’à sa disparition. Le décès des figures historiques (ou la mise à l’écart de certains dirigeants comme Vo Nguyen Giap) permit, après la décennie noire de l’économie subventionnée (1976-1986), d’ajourner la “triple révolution socialiste” pour promouvoir l’économie de marché “à orientation socialiste” (1991) qui a enrichi les nouvelles élites du Parti depuis vingt-cinq ans. Nous sommes donc désormais loin des premiers mandarins affiliés au Viêt-Minh et la filiation chinoise reste particulièrement prégnante au regard des rapports amicaux entre les deux Partis communistes. La Chine populaire pèse encore lourdement sur le destin intérieur du Viêt-Nam par ses relais économiques et sociaux mais aussi via la filiation politique qu’elle entretient au sein du Parti frère. Pour l’étude du communisme vietnamien et plus généralement pour saisir les ressorts cachés de l’évolution politique du pays, l’approche prosopographique nous paraît indispensable. A l’approche du XIIe Congrès du PCV prévu en début d’année 2016, le partage du pouvoir et le bon équilibre à trouver entre ces différentes filiations semble de plus en plus difficile. L’étude des ces filiations et des réseaux qui en découlent seraient des plus utiles pour saisir cette évolution interne et imaginer le futur.

FG

Image “à la une” : affiche de propagande célébrant le 85e anniversaire de la naissance du PCV.

A lire sur Mémoires d’Indochine :

Notes

  1. Claire Lemercier & Emmanuelle Picard, Quelle approche prosopographique?, Hal, 2010 ; Emmanuelle Picard et le LARHRA organisent depuis 2012 un séminaire intitulé “La prosopographie: objets et méthodes”. La quatrième édition de cette année 2015-2016 s’intéresse plus particulièrement aux questions de recherche mobilisant la prosopographie []
  2. Báo điện tử Đảng Cộng sản Việt Nam []
  3. Voir la présentation succincte : Fichoz, base de données pour l’histoire sociale ; Jean Pierre Dedieu et Álvaro Chaparro, « De la base au réseau. L’apport des bases de données à l’étude des réseaux », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 01 février 2013 []
  4. Un important travail avait été initié par Matthieu Salomon, voir : “Les élections législatives du 19 mai 2002 (XIe Assemblée nationale) : Processus de sélection des candidats et vote populaire dans le Vietnam contemporain”, in Christophe Gironde et Jean-Luc Maurer (sous la dir.), Le Viêt-Nam à l’aube du XXIe siècle, Paris, Karthala, 2004, pp. 41-71 []
  5. Une perspective surtout inscrite dans l’historiographie des années 70 et 80 avec les études de Jean Chesneaux, Charles Fourniau et Nguyen Khac Vien. Sur quelques portraits du Can Vuong, voir l’article en trois volets du sociologue Trinh Van Thao sur Mémoires d’Indochine []
  6. Par exemple Truong Chinh Duong, l’arrière-grand père de Truong Tu Anh, chef du parti national du Grand Viêt-Nam, avait été un acteur du Can Vuong au niveau local dans la province de Phu Yen, voir : François Guillemot, Dai Viet, indépendance et révolution au Viêt-Nam, Paris, Les Indes savantes, p. 53 []
  7. Huynh Kim Khanh, Vietnamese Communism 1925-1945, Ithaca, Cornell University Press, 1982 []
  8. Voir les témoignages personnels de Bui Tin ou de Dang Van Viet sur ce sujet : Bui Tin, 1945-1999 Vietnam la face cachée du régime, Paris, Éditions Kergour, 1999 ; Dang Van Viet, Souvenirs d’un colonel Vietminh : portrait, Paris, Indo éditions, 2006 []
  9. Martin Grossheim, ‘Revisionism’ in the Democratic Republic of Vietnam: New Evidence from the East German Archives, Cold War History, Vol. 5, Issue 4, 2005, pp. 451-477 ; Sophie Quinn-Judge, “The Ideological Debate in the DRV and the Significance of the Anti-Party Affair, 1967–68”, Cold War History, Vol. 5, Issue 4, 2005, pp. 479-500  []
  10. Lien-Hang T. Nguyen, Hanoi’s War. An international history of the war for peace in Vietnam, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2012  []
  11. Voir par exemple les débats soulevés en septembre 2014 autour de l’exposition hanoïenne sur l’histoire de la Réforme agraire (1946-1957), exposition rapidement fermée pour “un problème électrique”, on ne pouvait pas mieux dire au sens figuré. Voir Bàn về triển lãm Cải cách ruộng đất, BBC tieng Viet, 09/09/2014 ; Đóng triển lãm ‘Cải cách Ruộng đất’?, BBC tieng Viet, 11/09/2014 ; Hoàng Phương, Khoảng lặng bên trong triển lãm Cải cách ruộng đất, VN Express, 11/11/2014 ; Pham Chi Dung, Triển lãm Cải cách ruộng đất: “Nông dân hết thời, địa chủ vạn đại”, VNTB, 13/09/2014 []
  12. Philippe Papin, Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris, Belin / La Documentation française, 2003, p. 129 []