Archives par mot-clé : traite

Soutenance de thèse : Estelle Miramond « De la lutte anti-traite à la mise au travail » (29 mars 2021)

Annonce d’une soutenance de thèse sur la Laos contemporain.

De la lutte anti-traite à la mise au travail.  Ethnographie de jeunes femmes laotiennes face aux politiques d’immobilisation

par Estelle Miramond

La soutenance aura lieu le lundi 29 mars à 9 heures à l’Université de Paris, Bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein, 75013 Paris.

Au vu du contexte sanitaire sanitaire, elle se déroulera en semi-présentiel et sera transmise par visio-conférence.

Le jury est composé de :

  • Pascale ABSI, Examinatrice, Chargée de recherche, IRD
  • Vanina BOUTÉ, Co-directrice, Maîtresse de conférences HDR, Université de Picardie
  • Jules FALQUET, Directrice, Maîtresse de conférences HDR, Université de Paris
  • Jane FREEDMAN, Rapportrice, Professeure, Université Paris 8
  • Yves GOUDINEAU, Président, Directeur d’études, École française d’Extrême-Orient
  • Pierre PETIT, Examinateur, Professeur, Université Libre de Bruxelles
  • Maud SIMONET, Rapportrice, Directrice de recherche, CNRS
Travailleuses laotiennes © Estelle Miramond

Résumé de la thèse

Au Laos, les programmes de lutte contre la traite et l’exploitation sexuelle des femmes se multiplient depuis la décennie 2000. Le pays, l’un des plus pauvres de la région, connaît une migration de main d’œuvre féminine importante vers la Thaïlande voisine, notamment dans l’industrie du sexe. Les études consacrées à la lutte contre la traite se concentrent principalement sur les discours anti-traite et se focalisent sur la répression du travail sexuel. Au contact des femmes concrètement prises en charge par ces politiques, la thèse s’appuie sur une ethnographie de long cours réalisée dans des centres de réhabilitation pour victimes de traite du Laos et des dortoirs d’usines de Vientiane et Savannakhet.

Mobilisant un cadre théorique féministe matérialiste, la thèse fait émerger le concept de « politique d’immobilisation ». Le terme désigne les formes institutionnalisées de restriction des mobilités spatiales et sociales de jeunes femmes imposées au nom de leur protection et facilitant l’exploitation de leur travail. La thèse montre que le secteur anti-traite prolonge des formes d’appropriation collective et individuelle des femmes également en jeu dans l’institution familiale et sur le marché du travail. Les centres de réhabilitation et les dortoirs d’usines sont analysés comme des espaces d’immobilisation et de mise en ordre du genre créant aussi les conditions d’une remise en cause partielle de ses frontières.

Mots clefs : migrations  –  travail  –  études de genre  –  anthropologie de l’humanitaire – féminisme matérialiste  –  secteur anti-traite  –  refuges  –  politiques d’immobilisation  –  Laos  – dortoirs d’usines. 

Illustration « à la une » : Annexe photographique © Estelle Miramond

Nicolas Lainez : Par-delà la traite des femmes vietnamiennes en Asie du Sud-Est – Anthropologie économique des carrières intimes

[ndlr] Avis de la soutenance de thèse de Nicolas Lainez, anthropologue à l’EHESS.

 

Soutenance de thèse

Mardi 30 juin 2015

15h,  EHESS, 190 av. de France, 75013 Paris, salle du Conseil A

Soutenance de thèse d’anthropologie présentée publiquement par Nicolas LAINEZ

sous la direction de Michel Bozon

Par-delà la traite des femmes vietnamiennes en Asie du Sud-Est. 

Anthropologie économique des carrières intimes

À partir d’une enquête sur la traite prostitutionnelle conduite au Viêt Nam, au Cambodge et à Singapour, cette thèse propose une anthropologie économique des relations intimes que les femmes prostituées vietnamiennes nouent avec des opérateurs informels de crédit, avec des facilitateurs de la migration prostitutionnelle, avec des employeurs de l’industrie sexuelle, avec leur famille ainsi qu’avec les hommes qui rétribuent leurs services. Alors que l’économie de marché, à laquelle le Viêt Nam adhère depuis les réformes du Renouveau (Doi Moi) en 1986, pousse ces femmes à entreprendre, à investir, à s’endetter, à consommer et à migrer, de nombreuses embûches se dressent sur leur chemin : exclusion du marché de crédit, coût élevé de la migration transnationale régulée, obligations de solidarité familiale, inégalités de genre, risques de stigmatisation. Pour se frayer un chemin dans cet univers d’opportunités et de contraintes, elles utilisent l’intimité comme une ressource polyvalente et stratégique afin d’augmenter leurs marges de manœuvre et d’étoffer leurs répertoires d’action.

La réflexion proposée s’appuie sur un concept capable de rendre compte de la fluidité des parcours et de l’articulation entre économie et intimité : les carrières intimes. Cette perspective invite à examiner les parcours de dette à la lumière de l’évolution récente des marchés financiers et de la migration prostitutionnelle, mais aussi les trajectoires de care au regard du régime « familialiste » de bien-être promu par l’État, les carrières sexuelles au prisme des inégalités de genre et notamment de la division sexuelle du travail, ainsi que les carrières morales en référence à la politique de lutte contre les « fléaux sociaux ».

Nourrie d’un solide socle empirique privilégiant l’ethnographie économique de l’intimité et le suivi longitudinal ainsi que d’une longue expérience avec les ONG luttant contre la traite en Asie du Sud-Est, cette recherche dépasse rapidement son objet initial, la traite, pour mettre en relief des aspects inédits de la vie des femmes vietnamiennes et interroger la place de l’intimité dans l’économie de marché. Sur le plan théorique, ce travail construit son objet sur l’anthropologie de l’esclavage, la sociologie « déconstructiviste » de la traite, la sociologie économique de l’intimité et la sociologie des carrières.

Mot-clés : Traite, intimité, prostitution, dette, migration, care, morale, anthropologie, sociologie, Viêt Nam, Cambodge, Singapour

Jury :

  • Danièle BÉLANGER, Professeure à l’Université de Laval, rapporteure
  • Michel BOZON, Directeur de recherche à l’INED, directeur de thèse
  • Isabelle GUÉRIN, Directrice de recherche à l’IRD, rapporteure
  • Marie-Elisabeth HANDMAN, Maîtresse de conférence à l’EHESS, examinatrice
  • Pascale MOLINIER, Professeure à l’Université Paris-13, examinatrice

Image « à la une » : « Des panneaux de prévention de la traite installés par l’ONG Terre des Hommes sur la RN 91, la route qui mène à la frontière avec le Cambodge, à hauteur du district de Tnh Biên, province d’An Giang. Photo de Nicolas Lainez, 18/10/2009″.