Archives par mot-clé : tourisme

L’Asie du Sud-Est en voyage – La Lettre de l’AFRASE n° 96

Parution du n° 96 de La Lettre de l’AFRASE (Association Française pour la Recherche sur l’Asie du Sud-Est. Accès aux adhérents sur le site de l’AFRASE. Sommaire ci-dessous.

ÉDITO
DOSSIER « L’ASIE DU SUD-EST EN VOYAGE »
L’Asie du Sud-Est en voyage
Une géographie du tourisme en Malaisie
Entre global et local, le quartier routard de Phạm Ngũ Lão (Việt Nam)
La fabrique de la « dernière tribu primitive de Chine » (Province du Yunnan, République populaire de Chine) : Le tourisme comme enjeu des relations interethniques
Revendications territoriales et politiques sur les rives du lac Inlé (Birmanie)
ENTRETIEN
Avec Catherine Scheer et Christina Wu, mené par Amandine Dabat
REGARD DE CHERCHEUR
Initiations et élections lycéennes à l’école SMA 6 de Yogyakarta à Java, Indonésie
VIE DE LA RECHERCHE
Résultats préliminaires du recensement du Viêt-Nam du 1er avril 2019 : une réflexion sur l’effectif de la population de Hanoi et Hô Chi Minh Ville
Phạm Đoan Trang, la conscience d’un nouveau journalisme politique
au Viêt-Nam
RETOUR DE TERRAIN
« Un ami veut te parler » : micro politique des relations d’emprise
dans le centre du Myanmar. (Ou comment se faire avoir)
IN MEMORIAM
Po Dharma Quang (1945-2019)
VIE DE L’AFRASE
Rapport moral présenté à l’Assemblée générale du 27 novembre 2018
Rapport financier 19 janvier 2018-27 novembre 2018
Rencontres de l’AFRASE, 24 janvier 2020
COMPTES RENDUS
OUVRAGES
THÈSES

A qui appartient le paysage dans les pays du Sud – Colloque – 18-19/01/2019

[ndlr] Annonce d’un important colloque international organisé à Tours.

Argumentaire

Ce colloque international s’adresse aux étudiants, enseignants-chercheurs et chercheurs, qui s’intéressent à l’évolution des paysages ruraux des régions marginalisées dans les pays du Sud (mutations agricoles, développement touristique…), aussi bien sous l’angle des mécanismes économiques qui provoquent ces transformations que sous celui des systèmes d’acteurs et des représentations sociales qui les sous-tendent. Le principal objectif du colloque est, à travers des réflexions théoriques de portée générale comme à partir d’études de cas diversifiées, de documenter et d’analyser les multiples interactions entre mutations paysagères, transformation des différents systèmes de représentation du paysage, et logiques d’acteurs relevant d’échelles différentes.

Le colloque est organisé par l’équipe du projet de recherche AQAPA « A Qui Appartiennent les Paysages en Asie ? La mise en tourisme des hautes terres en Asie méridionale : dynamiques sociales et patrimonialisation des paysages dans les campagnes à minorités ethniques » (2014-2019), porté par l’UMR CITERES de l’Université de Tours et financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) française. Le projet regroupe une équipe internationale d’une vingtaine de chercheurs et d’enseignant-chercheurs autour des enjeux sociaux, économiques et culturels de la mise en ressource du paysage dans des territoires montagnards ruraux de cinq pays d’Asie méridionale (Inde, Népal, Chine, Vietnam, Laos). 

Lieu du colloque : UMR CITERES, MSH Val de Loire, quartier des 2 Lions, 33 allée Ferdinand de Lesseps, 37200 Tours. Salle polyvalente (RDC)

Programme en ligne (PDF)

Source : https://aqapa.sciencesconf.org/

L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés – 27/11/2018

Argumentaire et programme ci-dessous.

Rencontres AFRASE 2018
L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés

L’Asie-Pacifique constitue aujourd’hui le second bassin touristique du monde. Accueillant moins d’1 % des flux touristiques internationaux en 1950, il en reçoit près d’un cinquième depuis les années 2000. En dépit du poids de la Chine dans cet ensemble régional, l’Asie du Sud-Est y joue un rôle de plus en plus affirmé et son secteur touristique s’est montré suffisamment résilient pour surmonter rapidement un ensemble de revers survenus au tournant du XXIe siècle : la crise financière de la fin des années 1990, la recrudescence du terrorisme dans la région, l’épidémie de SRAS en 2003 et le tsunami qui a touché les côtes de l’Océan Indien l’année suivante. Loin de se limiter aux ruines et paysages magnifiés de longue date par le regard orientaliste – Angkor, Borobudur, baie de Ha Long – ou aux hauts lieux du tourisme balnéaire – Phuket, Bali, les espaces touristiques de l’Asie du Sud-Est s’étendent désormais du cœur des métropoles – Singapour, Kuala Lumpur, Bangkok – aux marges des États – chaînes montagneuses indochinoises, Papouasie-Nouvelle-Guinée –, reflétant l’insertion poussée de la région dans la mondialisation.

Le tourisme est une réalité sociale plus difficile à définir qu’il n’y paraît. Les statistiques produites par les organisations internationales ont tendance à le dissoudre dans un ensemble plus large de mobilités, en se fondant sur le seul critère de la durée : sont considérés comme touristiques les déplacements d’une durée supérieure à une journée et inférieurs à un an. Depuis la fin des années 1990, des travaux de sciences sociales, notamment ceux des géographes réunis dans l’équipe « Mobilités, Itinéraires, Tourisme » (MIT), se sont attachés à dégager les caractéristiques permettant d’isoler le tourisme des autres types de mobilités. Les mobilités touristiques se fondent sur un déplacement choisi et effectué pour lui-même, dans le but de rompre avec l’espace et les temporalités du quotidien, une démarche qui peut être qualifiée de « recréation ». Ainsi défini, le tourisme apparaît à la fois comme une forme de mobilité productrice d’espaces spécifiques, et comme un prisme révélant le regard que les sociétés portent sur les paysages proches ou lointains.

Les journées 2018 de l’AFRASE proposent d’interroger les particularités de l’inscription et de la pratique des mobilités touristiques dans les sociétés d’Asie du Sud-Est, et, en retour, ce que le tourisme dit de ces sociétés et de leurs transformations.

Programme

13h30 : Accueil des participants et du public

14h10 : Introduction par Rémi Desmoulière (INALCO/Université Paris-Est Marne-la-Vallée, CESSMA) : « Les groupes ethniques marginaux face aux tourisme : confrontations et (re)constructions identitaires »

14h30 : Evelyne Gauché, Université de Tours, CITERES, « Paysage et aménagement en Chine : la mise en tourisme des villages shui du Guizhou »

15h00 : Sarah Coulouma, Aix-Marseille Université, IrAsia, « La fabrique de la « dernière tribu primitive de Chine » : enjeux idéologiques, économiques et sociaux de la mise en tourisme d’un village wa (province du Yunnan) »

15h30 : Martin Michalon, EHESS, CASE, « Le tourisme comme enjeu des relations interethniques : revendications territoriales et politiques sur les rives du lac Inlé »

16h : Pause

« Les échelles du développement touristique en Asie du Sud-Est »

16h30 : Emmanuelle Peyvel, Université de Bretagne Occidentale, Institut de géoarchitecture, « Au-delà de l’enclave : le quartier routard de Pham Ngu Lao (Saigon), entre global et local »

17h : Clotide Luquiau, Université de Cergy-Pontoise, CASE, « Une géographie du tourisme en Malaisie »

17h30 : discussion et conclusion

17h45 : Présentation d’ouvrages ; Eugénie Mérieau et la Thaïlande
Idées reçues sur la Thaïlande. Paris, Le cavalier Bleu, 2018
Les Thaïlandais : lignes de vie d’un peuple. Paris, Ateliers Henry Dougier, 2018

18h15 : Assemblée Générale de l’AFRASE
19h15 : Pot dînatoire

Merci de vous inscrire à l’adresse afrasebureau@gmail.com.


L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés – Rencontres 2018 de l’AFRASE – mardi 27/11/2018

Vous trouverez ci-joint le programme et l’affiche des Rencontres 2018 de l’Afrase qui auront lieu le mardi 27 novembre 2018 à partir de 13h30 à la Maison de l’Asie (22 av. du Président Wilson, 75016 Paris). Cette année, la thématique explorée est :

L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés

Cinq intervenants – Evelyne Gauché, Sarah Coulouma, Martin Michalon, Clotilde Luquiau et Emmanuelle Peyvel – participeront à ces rencontres organisées par Rémi Desmoulière, membre du bureau de l’Afrase.

Les communications seront suivies par la présentation par leur auteur, Eugénie Mérieau,  de deux ouvrages sur la Thaïlande qui viennent de paraître. L’AG de l’association se tiendra à partir de 18h15 et la journée se conclura par un pot dînatoire. 

Afin de faciliter la logistique, merci de vous inscrire à l’adresse afrasebureau@gmail.com. A très bientôt !

Programme détaillé sur le site de l’AFRASE et sur Mémoires d’Indochine

Emmanuelle Peyvel : Être touriste dans un pays socialiste : le Vietnam [20 décembre 2017]

[ndlr] Annonce d’une conférence d’Emmanuelle Peyvel.

Mercredi 20 décembre à 18h
Café de la Cloche (Lyon)

Comment devenons-nous touriste ? Peut-on repenser la mondialisation du tourisme au regard des arts de faire de celles et ceux qui l’inventent aujourd’hui ? Emmanuelle Peyvel sera l’invité de ce Café Géo . Elle a publié en 2016 L’invitation au voyage. Géographie post-coloniale du tourisme domestique au Viêt Nam, un ouvrage qui propose une vision décentrée de la mondialisation touristique, permettant de mieux comprendre toute la complexité avec laquelle se reconfigurent les rapports de pouvoir au sein des sociétés postcoloniales.

Marie Gibert & Emmanuelle Peyvel : Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Pham Ngu Lao in the making of Ho Chi Minh city

[ndlr] Signalement d’un article très intéressant sur le quartier « routard » de Saigon.

sear-logo

Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Pham Ngu Lao in the making of Ho Chi Minh city

Marie Gibert (University Paris Diderot, France) & Emmanuelle Peyvel (University of Brest, France)

Abstract
Our article aims to understand the participation of the ‘backpacking neighbourhood’ Pham Ngu Lao in the current metropolization process of Ho Chi Minh City. This neighbourhood is representative
of Vietnamese ‘glocalization’. By this term, we mean the abilities of local stakeholders to benefit from the opportunities created by an increasingly global economy. These skills are reflected not only in innovations and landscape transformations to attract tourists, but also in ‘reactivations’ based on older urban practices. We question not only the production of specific urban territories through backpacking activities, but also the spatial and social inequalities they generate. By doing so, our intention is to combine tourism studies and urban studies to ‘unpack’ the figure of the backpacking neighbourhood and to go beyond the idea of urban enclaves.

Keywords
Backpacking economy, Ho Chi Minh City, local stakeholders, metropolization, tourism globalization, urban production, Viet Nam

Ref.: Gibert, M. and Peyvel, E, « Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Phạm Ngũ Lão in the making of Hồ Chí Minh city », South East Asia Research, first published on October 24, 2016 doi:10.1177/0967828X16674823

Source : SEAR

Image « à la une » :  Le « quartier routard » en soirée © 2014 E. Peyvel

 

Emmanuelle Peyvel, L’invitation au voyage – Géographie postcoloniale du tourisme au Việt Nam,

[ndlr] Parution de l’ouvrage de notre collègue Emmanuelle Peyvel. Un ouvrage sur le tourisme au Việt Nam qui s’insère dans les études portant sur les mondes socialistes et postcoloniaux dans un contexte de mondialisation.

 

Réf. : Emmanuelle Peyvel, L’invitation au voyage, Géographie postcoloniale du tourisme au Việt Nam, Lyon, ENS éditions, coll. De l’Orient à l’Occident, 2016.

peyvel_linvitationauvoyage2016Résumé

Comment devenons-nous touriste ? Peut-on repenser la mondialisation du tourisme au regard des arts de faire de celles et ceux qui l’inventent aujourd’hui ? Cet ouvrage se propose de répondre à partir du Việt Nam, pays encore pauvre qui enregistre une croissance significative du tourisme domestique depuis plus de vingt ans.

Les observations in situ et les matériaux biographiques construits depuis 2005 à travers le pays permettent de comprendre comment les Vietnamiens apprennent aujourd’hui à voyager dans leur pays, où les richesses comme les inégalités s’accroissent depuis le Đổi Mới. Une analyse critique de la gestion politique et normative du tourisme domestique, d’une part par l’État vietnamien et d’autre part par les institutions mondiales du tourisme, complète ce travail de terrain, afin de traduire les rapports complexes que ces touristes entretiennent avec les systèmes de contraintes au sein desquels ils se meuvent. La colonisation comme le socialisme sont ici compris non seulement comme des périodes historiques, mais aussi comme un ensemble d’organisations, de valeurs, d’acteurs et de pratiques qui sont aujourd’hui mobilisés comme ressources afin de construire des mobilités touristiques. L’étude géographique qui en est faite révèle l’inventivité de leurs apparitions, réappropriations et multiplications, selon des hybridations et des circulations, parfois conflictuelles, de pratiques et d’imaginaires.

Emmanuelle Peyvel est Maître de Conférences agrégée en géographie à l’Université de Bretagne Occidentale (UBO, Brest) et membre de l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062, Lyon). Boursière Vent d’est à Hà Nội de 2005 à 2007, diplômée de l’INALCO en 2008, elle a soutenu son doctorat sur le tourisme domestique au Việt Nam en 2009. Ses recherches portent sur la mondialisation touristique en contexte post-colonial et post-socialiste, l’apprentissage de compétences mobilitaires à des fins récréatives et le rôle du tourisme et des loisirs dans la fabrique urbaine vietnamienne.

Source : ENS éditions