Archives par mot-clé : tourisme

L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés – 27/11/2018

Argumentaire et programme ci-dessous.

Rencontres AFRASE 2018
L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés

L’Asie-Pacifique constitue aujourd’hui le second bassin touristique du monde. Accueillant moins d’1 % des flux touristiques internationaux en 1950, il en reçoit près d’un cinquième depuis les années 2000. En dépit du poids de la Chine dans cet ensemble régional, l’Asie du Sud-Est y joue un rôle de plus en plus affirmé et son secteur touristique s’est montré suffisamment résilient pour surmonter rapidement un ensemble de revers survenus au tournant du XXIe siècle : la crise financière de la fin des années 1990, la recrudescence du terrorisme dans la région, l’épidémie de SRAS en 2003 et le tsunami qui a touché les côtes de l’Océan Indien l’année suivante. Loin de se limiter aux ruines et paysages magnifiés de longue date par le regard orientaliste – Angkor, Borobudur, baie de Ha Long – ou aux hauts lieux du tourisme balnéaire – Phuket, Bali, les espaces touristiques de l’Asie du Sud-Est s’étendent désormais du cœur des métropoles – Singapour, Kuala Lumpur, Bangkok – aux marges des États – chaînes montagneuses indochinoises, Papouasie-Nouvelle-Guinée –, reflétant l’insertion poussée de la région dans la mondialisation.

Le tourisme est une réalité sociale plus difficile à définir qu’il n’y paraît. Les statistiques produites par les organisations internationales ont tendance à le dissoudre dans un ensemble plus large de mobilités, en se fondant sur le seul critère de la durée : sont considérés comme touristiques les déplacements d’une durée supérieure à une journée et inférieurs à un an. Depuis la fin des années 1990, des travaux de sciences sociales, notamment ceux des géographes réunis dans l’équipe « Mobilités, Itinéraires, Tourisme » (MIT), se sont attachés à dégager les caractéristiques permettant d’isoler le tourisme des autres types de mobilités. Les mobilités touristiques se fondent sur un déplacement choisi et effectué pour lui-même, dans le but de rompre avec l’espace et les temporalités du quotidien, une démarche qui peut être qualifiée de « recréation ». Ainsi défini, le tourisme apparaît à la fois comme une forme de mobilité productrice d’espaces spécifiques, et comme un prisme révélant le regard que les sociétés portent sur les paysages proches ou lointains.

Les journées 2018 de l’AFRASE proposent d’interroger les particularités de l’inscription et de la pratique des mobilités touristiques dans les sociétés d’Asie du Sud-Est, et, en retour, ce que le tourisme dit de ces sociétés et de leurs transformations.

Programme

13h30 : Accueil des participants et du public

14h10 : Introduction par Rémi Desmoulière (INALCO/Université Paris-Est Marne-la-Vallée, CESSMA) : « Les groupes ethniques marginaux face aux tourisme : confrontations et (re)constructions identitaires »

14h30 : Evelyne Gauché, Université de Tours, CITERES, « Paysage et aménagement en Chine : la mise en tourisme des villages shui du Guizhou »

15h00 : Sarah Coulouma, Aix-Marseille Université, IrAsia, « La fabrique de la « dernière tribu primitive de Chine » : enjeux idéologiques, économiques et sociaux de la mise en tourisme d’un village wa (province du Yunnan) »

15h30 : Martin Michalon, EHESS, CASE, « Le tourisme comme enjeu des relations interethniques : revendications territoriales et politiques sur les rives du lac Inlé »

16h : Pause

« Les échelles du développement touristique en Asie du Sud-Est »

16h30 : Emmanuelle Peyvel, Université de Bretagne Occidentale, Institut de géoarchitecture, « Au-delà de l’enclave : le quartier routard de Pham Ngu Lao (Saigon), entre global et local »

17h : Clotide Luquiau, Université de Cergy-Pontoise, CASE, « Une géographie du tourisme en Malaisie »

17h30 : discussion et conclusion

17h45 : Présentation d’ouvrages ; Eugénie Mérieau et la Thaïlande
Idées reçues sur la Thaïlande. Paris, Le cavalier Bleu, 2018
Les Thaïlandais : lignes de vie d’un peuple. Paris, Ateliers Henry Dougier, 2018

18h15 : Assemblée Générale de l’AFRASE
19h15 : Pot dînatoire

Merci de vous inscrire à l’adresse afrasebureau@gmail.com.


L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés – Rencontres 2018 de l’AFRASE – mardi 27/11/2018

Vous trouverez ci-joint le programme et l’affiche des Rencontres 2018 de l’Afrase qui auront lieu le mardi 27 novembre 2018 à partir de 13h30 à la Maison de l’Asie (22 av. du Président Wilson, 75016 Paris). Cette année, la thématique explorée est :

L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés

Cinq intervenants – Evelyne Gauché, Sarah Coulouma, Martin Michalon, Clotilde Luquiau et Emmanuelle Peyvel – participeront à ces rencontres organisées par Rémi Desmoulière, membre du bureau de l’Afrase.

Les communications seront suivies par la présentation par leur auteur, Eugénie Mérieau,  de deux ouvrages sur la Thaïlande qui viennent de paraître. L’AG de l’association se tiendra à partir de 18h15 et la journée se conclura par un pot dînatoire. 

Afin de faciliter la logistique, merci de vous inscrire à l’adresse afrasebureau@gmail.com. A très bientôt !

Programme détaillé sur le site de l’AFRASE et sur Mémoires d’Indochine

Emmanuelle Peyvel : Être touriste dans un pays socialiste : le Vietnam [20 décembre 2017]

[ndlr] Annonce d’une conférence d’Emmanuelle Peyvel.

Mercredi 20 décembre à 18h
Café de la Cloche (Lyon)

Comment devenons-nous touriste ? Peut-on repenser la mondialisation du tourisme au regard des arts de faire de celles et ceux qui l’inventent aujourd’hui ? Emmanuelle Peyvel sera l’invité de ce Café Géo . Elle a publié en 2016 L’invitation au voyage. Géographie post-coloniale du tourisme domestique au Viêt Nam, un ouvrage qui propose une vision décentrée de la mondialisation touristique, permettant de mieux comprendre toute la complexité avec laquelle se reconfigurent les rapports de pouvoir au sein des sociétés postcoloniales.

Marie Gibert & Emmanuelle Peyvel : Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Pham Ngu Lao in the making of Ho Chi Minh city

[ndlr] Signalement d’un article très intéressant sur le quartier « routard » de Saigon.

sear-logo

Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Pham Ngu Lao in the making of Ho Chi Minh city

Marie Gibert (University Paris Diderot, France) & Emmanuelle Peyvel (University of Brest, France)

Abstract
Our article aims to understand the participation of the ‘backpacking neighbourhood’ Pham Ngu Lao in the current metropolization process of Ho Chi Minh City. This neighbourhood is representative
of Vietnamese ‘glocalization’. By this term, we mean the abilities of local stakeholders to benefit from the opportunities created by an increasingly global economy. These skills are reflected not only in innovations and landscape transformations to attract tourists, but also in ‘reactivations’ based on older urban practices. We question not only the production of specific urban territories through backpacking activities, but also the spatial and social inequalities they generate. By doing so, our intention is to combine tourism studies and urban studies to ‘unpack’ the figure of the backpacking neighbourhood and to go beyond the idea of urban enclaves.

Keywords
Backpacking economy, Ho Chi Minh City, local stakeholders, metropolization, tourism globalization, urban production, Viet Nam

Ref.: Gibert, M. and Peyvel, E, « Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Phạm Ngũ Lão in the making of Hồ Chí Minh city », South East Asia Research, first published on October 24, 2016 doi:10.1177/0967828X16674823

Source : SEAR

Image « à la une » :  Le « quartier routard » en soirée © 2014 E. Peyvel

 

Emmanuelle Peyvel, L’invitation au voyage – Géographie postcoloniale du tourisme au Việt Nam,

[ndlr] Parution de l’ouvrage de notre collègue Emmanuelle Peyvel. Un ouvrage sur le tourisme au Việt Nam qui s’insère dans les études portant sur les mondes socialistes et postcoloniaux dans un contexte de mondialisation.

 

Réf. : Emmanuelle Peyvel, L’invitation au voyage, Géographie postcoloniale du tourisme au Việt Nam, Lyon, ENS éditions, coll. De l’Orient à l’Occident, 2016.

peyvel_linvitationauvoyage2016Résumé

Comment devenons-nous touriste ? Peut-on repenser la mondialisation du tourisme au regard des arts de faire de celles et ceux qui l’inventent aujourd’hui ? Cet ouvrage se propose de répondre à partir du Việt Nam, pays encore pauvre qui enregistre une croissance significative du tourisme domestique depuis plus de vingt ans.

Les observations in situ et les matériaux biographiques construits depuis 2005 à travers le pays permettent de comprendre comment les Vietnamiens apprennent aujourd’hui à voyager dans leur pays, où les richesses comme les inégalités s’accroissent depuis le Đổi Mới. Une analyse critique de la gestion politique et normative du tourisme domestique, d’une part par l’État vietnamien et d’autre part par les institutions mondiales du tourisme, complète ce travail de terrain, afin de traduire les rapports complexes que ces touristes entretiennent avec les systèmes de contraintes au sein desquels ils se meuvent. La colonisation comme le socialisme sont ici compris non seulement comme des périodes historiques, mais aussi comme un ensemble d’organisations, de valeurs, d’acteurs et de pratiques qui sont aujourd’hui mobilisés comme ressources afin de construire des mobilités touristiques. L’étude géographique qui en est faite révèle l’inventivité de leurs apparitions, réappropriations et multiplications, selon des hybridations et des circulations, parfois conflictuelles, de pratiques et d’imaginaires.

Emmanuelle Peyvel est Maître de Conférences agrégée en géographie à l’Université de Bretagne Occidentale (UBO, Brest) et membre de l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062, Lyon). Boursière Vent d’est à Hà Nội de 2005 à 2007, diplômée de l’INALCO en 2008, elle a soutenu son doctorat sur le tourisme domestique au Việt Nam en 2009. Ses recherches portent sur la mondialisation touristique en contexte post-colonial et post-socialiste, l’apprentissage de compétences mobilitaires à des fins récréatives et le rôle du tourisme et des loisirs dans la fabrique urbaine vietnamienne.

Source : ENS éditions

Visite vintage du Palais de l’Indépendance [1967-1975]

[ndlr] Séries de reportages sur les appartements des anciens dirigeants de la Seconde République du Viêt-Nam (1967-1975) dans l’actuel Palais de la Réunification. Ouverture au public à partir du 28 avril 2016 de deux nouvelles salles : la chambre du Président Nguyen Van Thieu et le bureau de travail de Nguyen Cao Ky, ancien vice-président. Une commémoration « vintage », visite guidée.

Dinh Độc Lập lần đầu cho du khách tham quan phòng ngủ của ông Nguyễn Văn Thiệu và nơi làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, từng là tổng thống và phó tổng thống chính quyền miền nam Việt Nam trước 1975.

Photo 01 : Từ ngày 28/4, 2 phòng mới được phục chế này được Di tích lịch sử Dinh Độc Lập mở cửa phục vụ khách tham quan. [Ouverture de nouvelles salles à visiter dans le Palais de la Réunification]

Photo 02 : Phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ.  [Bureau de Nguyen Cao Ky]

Photo 03 : Một trong hai tủ sách tại phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, đa số là sách lịch sử. [Une des deux bibliothèques du Bureau de Nguyen Cao Ky, principalement des livres d’histoire]

Photo 04 : Khu vực tiếp khách trong phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ. Trên tường treo ảnh vợ ông – bà Đặng Tuyết Mai. [Espace de réception dans le Bureau de Nguyen Cao Ky. Portrait de son épouse Dang Tuyet Mai sur le mur]

Photo 05 : Bà Đặng Tuyết Mai (mẹ MC Nguyễn Cao Kỳ Duyên) quê Hà Nội, vốn là tiếp viên Hàng không. Bà thua ông Kỳ 14 tuổi, hai người cưới nhau vào tháng 11/1964. [Portrait de Dang Tuyet Mai (mère de la MC Nguyen Cao Ky Duyen), originaire de Hanoi et ancienne hôtesse de l’air]

Photo 06 : Cùng với phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, dịp này Dinh Độc Lập mở cửa phòng ngủ của ông Nguyễn Văn Thiệu, người giữ ghế tổng thống giai đoạn 1967-1975. [Ouverture aux visites publiques de la chambre de Nguyen Van Thieu, ancien président de la RVN de 1967 à 1975]

Photo 07 : Giường ngủ của ông Nguyễn Văn Thiệu trong Dinh Độc Lập. [Le lit du Président Nguyen Van Thieu]

Photo 08 : Ảnh bà Nguyễn Thị Mai Anh, vợ ông Nguyễn Văn Thiệu, được đặt sát cạnh giường ngủ. [Photo de Mme Nguyen Thi Mai Anh, épouse de Nguyen Van Thieu, posée sur la table de nuit de gauche]

Photo 09 : Đồng hồ cổ được đặt bên giường ngủ. [L’horloge posée sur la table de nuit de droite]

Photo 10 : Bàn trang điểm của bà Mai Anh. [Table de maquillage de la première dame]

Photo 11 : Khu vực để áo quần và giày dép của vợ chồng ông Nguyễn Văn Thiệu nằm đối diện phòng ngủ. [Mobilier de rangements destinés aux habits du couple présidentiel]

Photo 12 : Những bộ áo quần của vợ chồng ông Nguyễn Văn Thiệu. [Costumes et vêtements du couple présidentiel]

Source : Trung Sơn, Lần đầu mở cửa phòng làm việc của ông Nguyễn Cao Kỳ, VnExpress, 28/04/2016.

Voir également :

Thi-Hien Tran et Pierric Le Neveu: Vietnam – 40 ans après la victoire contre les Américains – Impressions de voyage

ReportageVietNam2014[ndlr] Voici un reportage à vif de Tran Thi Hien sur son pays natal. Celle qui « a fermé les yeux pendant des années » par affection pour les siens et sa terre offre un tableau saisissant du Viêt-Nam communiste tout en expliquant ce qui a motivé son nouvel engagement pour une évolution politique pacifique. A lire sur Mediapart.

Embarquement à Roissy, ce 21 août 2014, pour un voyage de quatre semaines au Vietnam. Atterrissage à Ho Chi Minh-Ville et correspondance vers Da Nang où nous attendent mes anciens camarades d’études en Pologne pour quelques jours de partage de souvenirs et d’excursions… Puis nous avons continué notre route vers le Nord, parcourant 2 500 kilomètres en train via Hue, Dong Hoi, Thanh Hoa, Ninh Binh, Ha Noi, Ha Giang, Dong Van, Hai Phong, et Ha Long, en profitant de séjours d’un à trois jours à chacune de ces étapes.

Pierric a rédigé fin septembre un compte-rendu de voyage lié à nos actions en faveur des victimes de l’Agent Orange à Thanh Hoa qu’il a publié sur le site du FaAOD — www.faaod.fr — et sur les pages des réseaux sociaux qu’il abonde. Je tenais, de mon côté, à partager un ressenti un peu différent, tant avec mes amis « proches » du Vietnam qu’avec tous ceux qui envisagent d’aller un jour visiter mon pays natal.

Je voudrais leur dire que malgré le bonheur de fouler la terre de mes ancêtres, j’ai souffert de constater un sentiment d’injustice affectant de plus en plus profondément tous ceux que nous avons rencontrés. Je comprends que la politique du pays est subie et souvent sujette à caution, qu’elle ne semble plus être en phase avec les aspirations du peuple, qu’elle reste floue, et que, malgré l’émergence d’une classe moyenne, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres.

Le Vietnam est gouverné par un parti unique. Les médias dépendent de l’État, l’éducation nationale et les programmes scolaires sont définis par le gouvernement ; les représentants de l’état, la police et l’armée, sont omniprésents dans la vie de tous les jours de chaque citoyen qui peut être amené à rendre compte de ses actes à tout moment.

J’ai ressenti, plus particulièrement cette année, un mécontentement généralisé à tous les niveaux de la société. C’est le cas, pour commencer, des anciens combattants qui ont risqué leur vie contre l’armée américaine, qui n’en sont pas toujours revenus indemnes et qui n’oublient pas le sacrifice de leurs camarades, les victimes civiles, la destruction de leur environnement et la perte de leurs maigres biens. Quarante ans après la fin de la guerre, ils ne reconnaissent, ni les visions de l’oncle Ho, ni l’engagement et les promesses du parti qui les a façonnés. Comme s’ils pensaient : « tout ça pour ça »…

Les jeunes voudraient plus de liberté ; les intellectuels (écrivains, avocats, professeurs d’université…) réclament de pouvoir exercer sans contrainte leur métier ; les ouvriers aspirent à davantage de justice sociale face aux patrons qui les exploitent ; les paysans rêvent d’une vie moins pénible et de ne pas courir le risque de se voir confisquer leurs terres pour des grands travaux ou des complexes immobiliers qui ne les concernent pas…

La vie des citoyens vietnamiens est de fait complètement « encadrée » dans une société rongée par la corruption.

Lire la suite sur Mediapart, 24/11/2014.

Article complet en PDF.