Archives par mot-clé : torture

Viêt-Nam : les prisonniers d’opinion torturés dans les prisons [Amnesty International]

[ndlr] Le nouveau rapport d’Amnesty International publié le 12 juillet 2016 sur les conditions de détentions des prisonniers d’opinion en République socialiste du Viêt-Nam. Accablant.

Dans le rapport « Des prisons à l’intérieur des prisons : la torture et les mauvais traitements des prisonniers d’opinion au Viêt-Nam », nous avons documenté les pratiques de disparition forcée, mise à l’isolement et torture contre les prisonniers d’opinion, dans ce pays considéré comme l’un des plus fermé au monde.

DES PRISONNIERS TORTURÉS POUR LEUR SOUTIRER DES AVEUX

Dar a passé 5 ans derrière les barreaux. Les 10 premiers mois de sa détention, ils les a passés à l’isolement dans une minuscule cellule, dans l’obscurité la plus complète et dans un silence total. Pendant les deux premiers mois, on est venu le chercher chaque jour pour l’interroger et le rouer de coups.

Les autorités lui ont infligé des décharges électriques, lui ont fait passer le long de sa jambe un morceau de papier enflammé, lui brûlant la peau. Ils l’ont contraint à supporter des positions inconfortables et douloureuses pendant huit heures d’affilée. Il a également été frappé à coups de bâton, de tube en caoutchouc, de poing et de pied.

Un jour, des policiers l’ont pendu par les bras au plafond pendant un quart d’heure et l’ont frappé. Plusieurs fois, des policiers, ivres semble-t-il, ont fait irruption dans sa cellule au beau milieu de la nuit pour le rouer de nouveau de coups.

Dar était emprisonné en raison de son appartenance ethnique.

De nombreux anciens prisonniers interrogés par Amnesty International ont indiqué que la torture et les mauvais traitements avaient été particulièrement violents durant leur détention provisoire, car les autorités voulaient leur arracher des « aveux ».

Lire la suite : Amnesty International, 12/07/2016.

Téléchargez le rapport (PDF) ci-dessous :

Des prisons à l’intérieur des prisons

Les cas présentés dans ce rapport illustrent le fossé qui existe au Viêt-Nam entre les promesses faites en public de mettre un terme à la torture et aux autres mauvais traitements et la réalité telle que la vivent les prisonniers d’opinion incarcérés dans les centres de détention et les prisons du pays.
Index AI : ASA 41/4187/2016
Date de publication : 12 juillet 2016

Nguyễn Hữu Lễ : Je dois vivre ! Chroniques du goulag Hô-Chi-Minh, 1975-1988 [parution]

NguyenHuuLe_JeDoisVivreL’ouvrage du prêtre Nguyễn Hữu Lễ, originaire de Vinh Long, est le récit détaillé d’une plongée hallucinante et absurde dans l’univers carcéral du Viêt-Nam communiste. Mais c’est surtout un récit à l’échelle humaine, une histoire d’en bas, celle des concentrationnaires et de leurs relations complexes dans une situation de survie. Ce récit aux accents balzaciens et sociologiques fait surgir des personnages de l’ombre, les oubliés de la rééducation, le petit peuple des prisons.

Arrêté en mai 1976 dans la jungle des hauts plateaux, le père Lễ expose avec moult détails la descente aux enfers qu’il dut subir pendant onze ans de mai 1976 à l’été 1988. « Onze années à survivre dans les prisons du Nord » dont près de dix ans dans le sinistre camp de Thanh Cam comme de nombreux autres compatriotes du Sud. La liste des prisons et des camps défile comme autant de moments clés de ce déchaînement de haine pour avilir le vaincu. Ceci marque le départ de la lourde punition que le Nord compte infliger à ce Sud rebelle qui, de 1955 à 1975, osa faire face au totalitarisme nordiste.

À l’heure où l’altruisme fait défaut dans nos sociétés développées et atomisées il faut lire ce livre avec attention. En gardant la même ouverture d’esprit que son auteur (et son détachement), on peut saisir les ressorts d’une humanité mise à mal et qui a perdu son essence dans le goulag vietnamien. Mais tout n’est jamais définitivement perdu et la note d’espoir que le père Lễ nous insuffle en fin d’ouvrage est une belle leçon de vie, la vie à tout prix. (extrait de la préface de FG).

Source : Indes Savantes

Rithy Panh & C. Bataille : L’élimination – CR de lecture par Géraud Beaudonnet

RithyPanh_L'EliminationLe cinéaste et survivant au génocide cambodgien Rithy Panh a dédié presque entièrement son travail et son œuvre cinématographique à la reconstitution de ce passé et à la transmission de la mémoire du génocide. Citons notamment : Bophana, une tragédie cambodgienne (1996),  S-21 la machine de mort khmère rouge (2003) et plus récemment Duch, le Maître des forges de l’enfer (2011), consacré au responsable du principal camp de torture et d’extermination khmer rouge.

C’est justement pendant la détention de Duch que Rithy Panh questionne et filme sans relâche celui qui a participé à la théorisation méthodique de la torture et au recrutement des bourreaux du camp S21. De ces entretiens, Rithy Panh tire un aveu d’échec : le bourreau ne reconnaît pas sa responsabilité. Pire, il se joue de lui pour affiner sa défense devant la justice pénale. « Avec mes questions, je l’avais préparé au procès »[1]. Dans L‘Elimination (Grasset, 2012) coécrit avec le romancier Christophe Bataille, Rithy Panh troque la caméra contre la plume pour « rendre la noblesse et la dignité aux victimes »[2].

Trente ans après les faits, l’apport de L‘Elimination à la compréhension du génocide cambodgien est double. D’une part, à travers le récit de sa propre survie, il apporte un témoignage éclairant sur la nature du régime du Kampuchéa démocratique. Mais sa démarche lui permet d’aller plus loin : en quête de vérité, il interroge, se confronte avec le bourreau incarné par Duch, et veut comprendre comment un homme est poussé au crime. Il mêle à son propre témoignage une réflexion importante sur la mémoire et l’exigence de vérité. Ce dernier élément est sans doute l’apport principal de l’ouvrage.

Le témoignage d’un survivant du génocide

Rithy Panh a treize ans lorsque les Khmers rouges prennent Phnom Penh le 17 avril 1975. La prise de pouvoir des KR va immédiatement mettre fin à son enfance jusque là passée dans la relative aisance de la bourgeoisie de Phnom Penh. Son père est un ancien chef de cabinet de plusieurs ministres de l’éducation, éduqué et francophile, ce qui le place immédiatement, ainsi que sa famille, dans le camp du « nouveau peuple », cible du régime du Kampuchéa démocratique. Très rapidement, les villes sont vidées de leurs habitants, marquant le départ de l’épuration. Débute alors une période de survie dans la campagne cambodgienne, d’abord pour faire les travaux des champs dans une famille d’ « ancien peuple », puis au Nord du pays dans un « camp à ciel ouvert » où les prisonniers comparés à des outils de travail ou des animaux travaillent à des travaux de digues et creusement de lac. En quelques semaines, il perd sa famille. Lui survécu, trop âgé pour succomber et pas assez âgé pour subir l’épuisement auquel sont condamnés les adultes. Plusieurs fois, il échappe de justesse à la mort. Car c’est avant tout la famine qui emporte le plus de victimes sous le Kampuchéa démocratique : « la privation était le moyen d’extermination le plus simple, le moins coûteux, le moins explicite »[3].

Rithy Panh à travers son témoignage donne à voir une idéologie puissante et une organisation très méthodique de l’Angkar. Certains détails sont racontés par l’auteur, comme le port des lunettes qui pouvait conduire à l’arrestation puis l’exécution ou bien le port de l’uniforme de couleur marron auquel les prisonniers étaient assignés. Rithy Panh attache aussi de l’importance à la novlangue khmère rouge : ainsi les cadres Khmers rouges étaient appelés les « gardiens de travail ». La « langue ancienne n’avait pas disparu : elle s’était coulée dans une langue froide, une langue totalitaire » [4]. Il décrit les moyens par lesquels les Khmers rouges ont déshumanisé les victimes : « Pour l’Angkar, il n’y avait pas d’individus. Nous étions des éléments » [5]. Son témoignage corrobore ainsi l’image d’une exécution méthodique, à la manière du fonctionnement du camp S21.

La confrontation avec le bourreau

C’est alors vers les bourreaux que Rithy Panh doit se tourner pour comprendre l’entreprise d’élimination de masse. Dans le documentaire S-21 la machine de mort khmère rouge (2003), le réalisateur rencontre les tortionnaires, les confronte : « je crée des situations pour que les KR pensent à leur acte »[6]. Pour Rithy Panh, les gardiens conservent la mémoire des gestes. Pourtant, Duch est le grand absent du documentaire. Comme le rappelle Stéphanie Martel, l’importance du personnage de Duch est révélée à l’occasion de son procès car « sa responsabilité individuelle est engagée concernant les dizaines de milliers de victimes torturées puis exécutées à S-21, mais aussi parce qu’il représentait le chaînon manquant pour établir le lien hiérarchique qui unissait les massacres de masse aux plus hauts dirigeants du régime »[7].

Duch ressemble pourtant aux victimes qu’il a torturé et exécuté. Né en 1943 de parents paysans, élève brillant, il devient professeur de mathématiques, avant de s’engager dans le mouvement révolutionnaire. Considéré comme le meneur d’une émeute dans la province natale de Pol Pot, il est emprisonné pendant trois ans. Libéré en 1970, il prend le maquis et se retrouve un an plus tard la tête des services de sécurité de la zone spéciale contrôlée par les Khmers rouges. Jusqu’en 1975, il dirige le centre M13, où il affine les méthodes d’interrogatoire et d’exécution. Pour cela, il recrute des enfants, le plus souvent d’origine paysanne, les embrigade et les contraint à devenir gardien et tortionnaire. « Leur niveau culturel est faible, mais ils sont loyaux envers moi » confia-t-il à Rithy Panh [8]. Duch est montré par Rithy Panh comme doctrinaire et organisateur. Ces  »camarades interrogateurs » étaient contraints de torturer, sinon ils devenaient eux-mêmes coupables et étaient torturés à leur tour puis exécutés [9]. Il leur était interdit de quitter le camp, n’avaient pas d’amis, pas de loisirs. Duch se chargeait des séances de formation et d’autocritique, dont les rapports soigneusement consignés par le maître fournissent une source importante pour comprendre la machine de la mort et les horreurs perpétrés. En même temps, la torture était politisée : chaque propos de la victime était rassemblé, analysé, afin de prendre la décision appropriée. Ainsi « nul ne peut croire qu’il était un rouage parmi d’autres dans la machine de la mort »[10].

ComradeDuch
Le camarade Duch responsable de la prison d’extermination S21 sous le régime des Khmers rouges (1975-1979).

Pourtant, lors de son procès, Duch élabore une stratégie de fuite devant ses responsabilités ou feint d’avoir oublié. Pour Rithy Panh, Duch n’est pas un « monstre », c’est un homme qui a cru en la révolution et l’idéologie khmère rouge et refuse aujourd’hui de reconnaître la vérité. « Dans le monde de Duch, tout est logique, tout est à sa place, tout est classifié, détruit ou gardé. C’est un monde de pure idéologie, où la sincérité n’est pas un objectif. Tout est lisse dans son discours qu’on croirait des slogans »[11]. Ainsi pour Rithy Panh, le procès de Duch n’a pas pu faire avancer la cause de la mémoire. Rithy Panh déplore l’absence de travail de recherche sur les archives laissées en grand nombre par les Khmers rouges dans leur fuite précipitée, alors que dans le procès du gardien de Sobibor, John Demjanjuk, toutes les archives avaient été vues par les magistrats [12]. Et surtout, comment vivre sereinement lorsque les victimes des Khmers rouges croisent au quotidien leurs bourreaux qui dans leur grande majorité « ont repris le chemin des champs après avoir déposé les armes »[13] ?

« Trente ans après, les Khmers rouges demeurent victorieux […]. Mais il y a une autre façon de rendre hommage [aux victimes] : la compréhension, le travail de recherche, ce n’est pas une passion triste »[14]. Rithy Panh a consacré sa vie à organiser la parole des survivants, mais aussi celle non moins nécessaire des bourreaux, constatant la faiblesse de la justice à pouvoir élaborer une mémoire nationale. C’est dans ce sens qu’il crée à Phnom Penh le centre de ressources audiovisuelles « Bophana »[15]. Trente ans après le génocide, son récit des faits apporte une pierre supplémentaire à la compréhension du régime du Kampuchéa démocratique et fait le constat des difficultés du travail de mémoire aujourd’hui au Cambodge.

Géraud Beaudonnet, promotion ASIOC 2012-2013.

Réf. : Rithy Panh et Christophe Bataille, L’Élimination, Paris, Grasset, 2012.


Notes

[1] p. 31. Arrêté en 1999, Duch a été condamné en juillet 2010 par la Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) à trente ans de prison ferme, puis en février 2012, il est finalement condamné à la perpétuité pour crime contre l’humanité.

[2] Rithy Panh et Christophe Bataille, L’Élimination, Paris, Grasset, 2012, p. 95.

[3] op. cit., p. 151.

[4] op. cit., p. 156.

[5] op. cit., p. 107.

[6] op. cit., p. 19.

[7] Sur le procès des Khmers Rouges, lire les comptes-rendus de Stéphanie Martel et de Nicolas Leprêtre.

[8] L’Élimination, op. cit., p. 23.

[9] Sur les enfants khmers rouges, lire Barbara Delbrouck.

[10] L’Élimination, op. cit., p. 79.

[11] op. cit., p. 248.

[12] Le gardien ukrainien du camp d’extermination nazi de Sobibor est décédé le 17 mars 2012 à l’âge de 92 ans.

[13] op. cit., p. 191.

[14] op. cit., p. 205.

[15] Voir le site : http://www.bophana.org

S-21_0127
Prisoner Kong Saman and child, May 17 1978
© Tuol Sleng Museum of Genocide

Bibliographie

Quelques références sur le génocide cambodgien et les Khmers rouges :

  • Chandler, David, Helleu, Alexandra, Bizot, François, Margolin, Jean-Louis, S-21 ou le crime impuni des Khmers rouges, Editions Autrement, 2002.
  • Deron, Francis, Le procès des Khmers rouges, Paris, Gallimard, 2009.
  • Kierman, Ben, Le génocide au Cambodge 1975-1979, Paris, Gallimard, 1998.
  • Locard, Henri, Le « Petit livre rouge » de Pol Pot : ou les paroles de l’Angkar entendues dans le Cambodge des Khmers rouges du 17 avril 1975 au 7 janvier 1979, Paris, L’Harmattan, 1996.
  • Ponchaud, François, Cambodge année zéro, Paris, Julliard, 1977, seconde édition Paris/Pondichéry, Kailash, 1998, missionnaire catholique français, François Ponchaud est témoin de l’arrivée des Khmers rouges à Phnom Penh en 1975 (ouvrage cité par Rithy Panh).
  • Thibault, Christel, L’archipel des camps : l’exemple cambodgien, Paris, Presses universitaires de France, 2008.

Films de Rithy Panh (documentaires visionnés) :

  • Bophana, une tragédie cambodgienne, documentaire de 1996.
  • La terre des âmes errantes, documentaire de 1999.
  • S21, la machine de mort Khmère rouge, documentaire de 2003.
  • Duch, le Maître des forges de l’enfer, documentaire de 2011.

Ouvrages de Rithy Panh :

  • coécrit avec Chaumeau, Christine, La machine khmère rouge : Monti Santésok S-21, Paris, Flammarion, 2003 (éd. amendée et augmentée, 2009).
  • coécrit avec Lorentz, Louise, Le papier ne peut pas envelopper la braise, Paris, Grasset, avril 2007.
  • coécrit avec Bataille, Christophe, L’Élimination, Paris, Grasset, 2012.

Références sur l’univers concentrationnaire et la mémoire des génocides citées par l’auteur :

  • Lanzmann, Claude, Shoah, film documentaire de 1985.
  • Levi, Primo, Si c’est un homme (1947), La trêve (1963), Le système périodique (1975), plusieurs traductions disponibles en français.
  • Wiesel, Edie, La Nuit, éditions de Minuit, 1957, réédité en 2007.

Géraud Beaudonnet est étudiant en Master ASIOC à l’ENS de Lyon. Il a soutenu un mémoire de 4e année à l’IEP de Rennes intitulé : « La coopération de l’Union européenne avec les ONG dans la gestion de crise » (pdf en ligne). L’exemple de CMI dans le règlement du conflit à Aceh. Ses recherches actuelles portent sur l’Indonésie. Il prépare un mémoire sur les programmes de déradicalisation des groupes islamistes indonésiens, notamment ceux visant la réintégration des prisonniers impliqués dans les réseaux terroristes et en amont dans les pensionnats d’études coraniques (pesantren). Il est invité par le département de sciences politiques de l’Université Gajah Mada à Yogyakarta de février à juin 2013.

Archives : « Victimes européennes de l’attaque du 19 décembre et jours suivants »

[ndlr] Le 7 janvier 1947, les services de la Police et de la Sûreté fédérales dressaient un premier bilan des journées des 19 et 20 décembre 1946 lorsque la ville de Hanoi s’embrase sous les feux de la reconquête militaire française et de la résistance Viêt-Minh. Le document d’archives reproduit intégralement ci-après souligne les difficultés rencontrées pour obtenir une évaluation chiffrée et précise des pertes civiles. Si une première évaluation est tentée pour les victimes européennes, elle semble beaucoup plus difficile à établir pour les Eurasiens et les Vietnamiens naturalisés français. En outre, aucune information n’est donnée sur les Vietnamiens attentistes ou hostiles au Viêt-Minh en cette fin d’année 1946. Or on sait que certains d’entre eux, francophiles, n’ont plus donné signe de vie après le 19 décembre comme le professeur Duong Quang Ham ou d’autres, plutôt francophobes, comme Nguyen Trieu Luat l’intellectuel nationaliste proche du VNQDD ou encore Truong Tu Anh, le chef du parti nationaliste Dai Viêt. L’évacuation de la ville ordonnée par les miliciens du Viêt-Minh (Tu Vê) s’est déroulée dans la nuit du 19 au 20 décembre dans un climat de guerre civile et dans le chaos de l’offensive militaire française.

A noter que le document d’archives comprend des descriptions d’exécutions sommaires qui peuvent choquer le lecteur. Source du document : ANOM (Conspol. Terrorisme Viêt-Minh).

* * *

 Commissariat de France pour le Tonkin et le Nord-Annam

Sûreté Fédérale Tonkin

AM/jo/8

N° 99

Hanoi, le 7 janvier 1947

Le chef de la Police et de la Sûreté fédérales

à Monsieur le Commissaire de la République pour le Tonkin et le Nord-Annam – Hanoi ;

Monsieur le Directeur de de la Police et de la Sûreté fédérales en Indochine – Saigon

 

Objet : Victimes européennes de l’attaque du 19 décembre et jours suivants.

 

1° / – Considérations sur les difficultés d’un dénombrement.

Les pertes civiles ne sont pas encore dénombrées, et il faut envisager un délai d’attente avant d’avoir une idée approximative de leur importance. Les raisons de cette incertitude sont les suivantes :

  • a) Difficultés rencontrées dans le ramassage et l’identification des personnes assassinées :
    • difficiles à localiser, certaines ayant été tuées hors de leur domicile (dépendances de la Défense nationale, pagode Gialong, etc…).
    • mutilées et méconnaissables dans certains cas.
    • prospection des quartiers « libérés » rendue très difficile les premiers jours, en raison du tir meurtrier des Annamites restés dans les maisons ou sur le toits après le passage de l’échelon de feu.
  • b) Le mouvement de la population française pendant la phase violente du combat porte sur un nombre considérable de personnes, et il ne faut pas songer opérer un recensement de maison à maison. Le recensement des refuges est relativement aisé, mais l’hébergement « à l’amiable » non déclaré est un obstacle sérieux au calcul exact.
  • c) Le dénombrement des Eurasiens n’a jamais été fait avec certitude, et certaines rues de la périphérie [p. 2 du document] ont été débloquées après 4 jours de combats, vides de leur population. Celui des Annamites, naturalisés français, est encore plus incertain, et seule la découverte d’archives municipales auxquelles nous n’avons pas eu accès depuis le 9 mars 1945 pourrait permettre de commencer le travail. Il resterait à déterminer le mouvement des intéressés depuis 18 mois, qui ne manquerait pas d’altérer fortement le chiffre de base.

[sous-titre manuscrit ajouté : Les otages]

  • d) Les informations dont nous disposons sur l’enlèvement des otages sont très fragmentaires. Eu égard à l’obscurité et aux erreurs d’appréciation de la nuit du 19, elles ne donnent aucune indication utile. Celles que nous recueillons péniblement à l’arrière des « lignes » se recoupent mal et sont sujettes à caution. Elles portent sur « 300 Européens ou Eurasiens » dans la province de Hadong. (Bien que la liste des disparus soit nettement inférieure, le chiffre paraît plausible).
  • e) Le chef du 5ème secteur (1) et les les chefs d’îlots ont disparu, ainsi que la majeure partie de la population française. Une partie des intéressés, vivant presque à l’annamite et n’ayant pratiquement pas de rapports avec la population blanche, a peut-être réussi à s’échapper et à se caser en ville. Le dénombrement sera long. Les services s’y emploient activement dans la mesure où la pauvreté en personnel et en moyens le permet.

(1) Rues Halais, Ricquier, Route de Huê,… Rues Charron, Chanceaulme, Duvigneau, Lê Loi, René Daurelle, Jauréguiberry prolongée…

2°/ – Les chiffres

Les chiffres établis par la Sûreté fédérale sont les suivants :

  • a) Morts civils : 54.

Mis à part les 46 ressortissants français inhumés après été formellement identifiés, je demande que l’on use avec circonspection de la liste nominative des morts.

  • b) Blessés civils : 15.

Hospitalisé[s] à Lanessan.

  • Disparus : 212.

Liste en annexe [mention barrée]. Ce chiffre représente une estimation basse pour les raisons exposées plus haut. Des appels répétés sont faits par radio pour collecter des informations utiles.

[p. 3]

3°/ – Date des massacres.

La date des massacres connus est la nuit du 19 au 20 décembre. La plupart des morts retrouvés ont été assassinés entre 20h30 et le petit jour. Période cruciale de 20h30 à 1h. ou 2h. du matin, – pendant laquelle des cris de terreur et de souffrance ont été entendus dans les quartiers où habitaient les Européens.

Le massacre et le kidnapping se sont prolongés pendant les 48 heures suivantes dans les quartiers non dégagés.  Exemple : les Inspecteurs de Sûreté Gesbert et Peretra ont été kidnappés (ou tués) après deux jours de résistance, ayant épuisé leurs munitions.

4°/ – Tortures.

Les hurlements et les cris d’agonie entendus pendant la nuit du 19 au 20 décembre ne laissent aucun doute sur la frénésie hystérique des assassins et sur les raffinements de cruauté qui précédèrent la mise à mort. La découverte des cadavres eût d’ailleurs suffit à nous éclairer : voici quelques cas constatés, dont certains sont mis en relief par les annexes photographiques du rapport n° [pas de numérotation] du [s.d.] de la Sûreté Fédérale pour le Tonkin et le Nord-Annam.

Extrait du même rapport p. 12 :

« Des atrocités ont été commises. En voici quelques cas [:] rue Lambert, le cadavre de M. Thébert portait une entaille à la joue, faite après sa mort pour faciliter l’extraction des dents en or. C’était un vieux commerçant bien connu à Hanoi, infirme d’une main et qui avait vendu depuis peu de temps son fonds de commerce à des Annamites en vue de se reposer en France.

« Bd Gialong, près de la pagode qui servait de siège aux Tu Vê de ce quartier, ont été retrouvé les cadavres de M. Mounard, vieux retraité militaire, et de ses enfants. Ce vieillard inoffensif avait été ligoté et étranglé avant d’être poignardé.

« Les premiers Français qui ont pu pénétrer dans la cour du Ministère de la Défense nationale de Vo Nguyen Giap ont assisté à ce spectacle navrant : au pied du mur où elles avaient été fusillées, trois Françaises, dont deux blondes et l’autre aux cheveux grisonnants, étalées sur le dos, baignant dans leur sang. Leur linge intime avait été enlevé. La serviette hygiénique de l’une d’entre elles, entièrement maculée, lui pendait à la cuisse. Leurs visages étaient violacés, leurs traits tordus et contractés par la souffrance.

[p. 4] « A côté se trouvait le cadavre d’une femme annamite, la servante de l’une de ses deux Françaises.

« A quelques mètres de là, s’étalait le cadavre d’un vieillard français à barbe blanche. Le nez était entaillé et la poitrine profondément trouée. La gorge portait également une entaille sans que le sang ait coulé.

« Un Eurasien M. Lavau, ancien fonctionnaire de la Police, démissionnaire depuis plusieurs années, capturé dans la soirée du 19 décembre et consigné à la Sûreté vietnamienne, en a été extrait dans le courant de la nuit et poignardé. Sa femme annamite a été blessée alors qu’elle portait un nouveau-né dans ses bras. Sa maison a été incendiée. »

[Signé :] A. Moret

Destinataires :

–        Commissariat de la République Hanoi – D.A.P.A.

–        Commissariat de la République Hanoi – Bureau de l’information.

–        Direction Sûreté Fédérale Saigon (3 ex.)

–        Archives (3 ex.)

 

Liste des disparus civils

Noms et prénoms

adresse

nombre de personnes

[??]ng Jean 20 Alex. de Rhodes 1
Mme Aroquiom 17, rue Reinach 1
[??]reteau 39, Carreau 1
Mme Baldo et sa fille Albine 35, rue Reinach 2
Barrely 115, route Mandarine 1
Bousquet et famille 16, Duvigneau 7
Bouquet et famille 4, Duvigneau 9
Bodin Andrée 39, Dông-Khanh 1
Brehaye Marguerite 9, rue Jacquin 1
Byron Valebadassore Près Abattoir 1
Berniger [s.l.] 1
Chabot & Mme 32, Dông-Khanh 2
Chalumeau et famille (T.P.) 41, Reinach 5
Chapereau & Mme (T.P.) 9, Lê-Loi 2
Cellier (Sûreté) 14, Alex. de Rhodes 1
Coissandeau (B.G.I.) 168 quai Guillemoto 5
Collanday (Sûreté) 11, Luro 9
Collegia (Sûreté) 11, Dieulefils 1
Mme Cornaglia et sa fille 39, Reinach 2
Me Claudet et 3 enfants IDEO, Yên-Phu 4
Debesson et famille 41 ter Bd Gia-Long 2
D’Auvigny et famille (Sûreté) 61, Gia-Long 4
Delagarde et famille 52, voie 206 5
Drouet et famille Armand Rousseau 3
Dubis (Intendance) Maison incendiée derrière la Shell 1
Mme Doornbos et 2 enfants 142-bis, rue Duvillier 3
Ferrand Félix et famille (Sûreté) 43, Reinach 5
Fondeur 10, Alex. de Rhodes 1
Fourret Roger Rue de Beylié 1
Guiaunantoni et 3 enfants 41, Gia-Long 4
Gesbert Maurice (Sûreté) 14, Sœur Antoine 1
Mme Gras et son neveu 86, Lê-Loi 2
Guyot et famille (Trésor) 13, Duvigneau 3
Guyon de Chemilly Rue des Voiles 1
Gobert et famille 10, voie 2014 7
Husiau et famille IDEO, Yên-Phu 5
Henry Marcel IDEO, Yên-Phu 1
Mme Hecquet et 3  enfants 51, Duvigneau 4
Mme Joseph 35, Carreau 1
Mme Jacquemart 34, Dông-Khanh 1
Lacollonge (fille) 39, Dông-Khanh 1
Labensky et famille 48, Doudart de Lagrée 5
Laplace 10, Sœur Antoine 1
Lausent (G.I.) 87, Lê-Loi 1
Laboudet 62, Amiral Sénes 1
Melle Legrand 45 ter Gia-Long 1
Lomet Henri 20, Alex. de Rhodes 1
Louzier et famille 39, Carreau 3
Mittard 48, Doudart de Lagrée 1
Mas (Enregistrement) Bd Gambetta 1
Melle Medrano Rue Duvillier 1
Morche et famille 92, Bd Gia-Long 3
Niedsensky IDEO, Yên-Phu 1
Mme Veuve Olivier et 3 enfants 51, Duvigneau 4
Mme Olivier (Poste) et fille 41-ter, Gia-Long 2
Famille Petit (Sûreté) 11, Duvigneau 3
Mme Picquemal 33, Gia-Long 1
Potopapas [?] et 2 enfants 86, Lê-Loi 3
Peretra Vasco (Sûreté) 12, Sœur Antoine 1
Mme Bipot [Ripot ?] 2 filles 1 bébé 14, Chanceaulme 4
Riquebourg et famille 79, Armand Rousseau 3
Ronfaut et famille 45, Reinach 3
Raymond David (Greffier) Charron 1
Revue Jean-Louis 9, Grand Bouddha 1
Sanceau et famille (B.G.I.) 41, Gia-Long 6
Mme Sigoney et sa fille 30, Sœur Antoine 2
Simonjean Léonard et famille 8, Hérel de Bressis 6
Simonjean Félix 8, Hérel de Bressis 1
Sivet et famille (G.I.) 15, Reinach 3
Thibaut et famille Route de Huê 8
Thibaut et famille Contrôleur des marchés 6
Théodores (mère et deux filles) 8, René Daurelle 3
Vouillon et famille Village de Ngoc-Hà 4
Mme Verger et 3  enfants 50, voie 206 4
Wolf Henri et famille 4, rue Jacquin 6
R.P. Léon Paliard Séminaire de Saint Sulpice 1
R.P. Paul Uzureau Séminaire de Saint Sulpice 1
R.P. Daniel Bouis Séminaire de Saint Sulpice 1
R.P. Antoine Carret Séminaire de Saint Sulpice 1
R.P. André Courtois Séminaire de Saint Sulpice 1
R.P. Pierre Gastine Séminaire de Saint Sulpice 1
Sœur Marie Gonzague Séminaire de Saint Sulpice 1
215 (total)

 

 

Interview en français avec Nguyen Thi Binh [1981]

“Interview with Nguyen Thi Binh, 1981.” , 02/16/1981, WGBH Media Library & Archives, (accessed 08 Nov 2012)

Madame Nguyen Thi Binh was the Foreign Minister of the National Liberation Front, and a repre­sen­ta­tive at the Paris peace talks. At the time of the inter­view, she was the Minister of Education of the Socialist Republic of Vietnam, and she later served for ten years as Vice President of the coun­try.

In the inter­view she des­cri­bes life in colo­nial Saigon, joi­ning the Viet Minh, and the three years spent in a French prison. Mme. Binh then des­cri­bes her poli­ti­cal invol­ve­ment in the Provisional Revolutionary Government and the peace nego­tia­tions in Paris.

* * *

Series Vietnam: A Television History
Barcode 301131
Duration 00:29:18:29
Standard NTSC
Physical format Digital betacam
Type Original footage
Place Covered Hanoi, Vietnam

Source : Open Vault WGBH Media Library and Archives

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Séance 6

Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 

Séance 6 – vendredi 9 novembre 2012

« Prisons, massacres, violences et rééducation »

* * *

Cette séance sera consacrée aux témoignages sur les systèmes concentrationnaires communistes mis en place dans la péninsule indochinoise après les victoires militaires de 1975. La rééducation politique, le travail forcé, les mauvais traitements infligés aux prisonniers seront décryptés à l’aune des cas vietnamien et laotien. L’épuration ethnique et politique de la population cambodgienne sous les Khmers rouges sera étudiée dans les exposés oraux.

 

Extraits de textes à discuter :

  • Mithouna, en collaboration avec André Rosset, La route n° 9. Témoignage sur le goulag laotien, Paris, Editions L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 2001, pp. 6-13, 37-97 [+ dos de couverture]. Présentation et aperçu Google Books sur Mémoires d’Indochine.
  • P. V. Trân, Prisonnier politique au Viêt-Nam 1975-1979, Paris, Editions L’Harmattan, 1990, pp. 9-10, 91-153 [+ dos de couverture]. Présentation et aperçu Google Books sur Mémoires d’Indochine.

 

Exposés de :

 

Pour aller plus loin :

  • De Nike, Howard J. & al. (eds), Genocide in Cambodia. Documents from the trial of Pol Pot and Ieng Sary, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2000, 559 p.
  • Kiernan, Ben, Le génocide au Cambodge 1975-1979. Race, idéologie et pouvoir, Paris, Gallimard, 1998, 730 p.
  • Metzner, Edward & al., Reeducation in post-war Vietnam. Personal postscripts to peace, College Station, Texas A&M University Press, 2001, 135 p.
  • Nghia M. Vo, The Bamboo Gulag. Political Imprisonment in Communist Vietnam, Jefferson NC, McFarland, 2004, 244 p.
  • Ressources sur le génocide cambodgien : Cambodian Genocide Program, Resources

Camp Z30-D: The Survivors 1975-2001

[ndlr] Plan du camp de rééducation Z30-D publié dans The Orange County Register (29/4/2001), numérisé et mis en ligne par UC Irvine, Southeast Asian Archive, Southeast Asian Archive vertical file collection. Intitulé « Life and Death in Camp Z30-D » il expose avec soin le quotidien d’un prisonnier.

 Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Title: « Camp Z30-D: the survivors, 1975-2001, » from the Orange County Register

Date: April 29, 2001

Subject: Political refugees–Vietnam / Political Issues / Detention of persons / Vietnamese Americans / Orange County (Calif.)

Note: Special section on survivors of « re-education » prison camps in Vietnam

Type: Clippings

Physical Description: 1 article : 29 x 32 cm. (20 pages)

Language: English

Identifier: cui-ucid-sea020-043

Publisher: Orange County Register

Copyright Note: Transmission or reproduction of materials protected by copyright beyond that allowed by fair use requires the written permission of the copyright owners. Works not in the public domain cannot be commercially exploited without permission of the copyright owner. Responsibility for any use rests exclusively with the user.

Copyright Owner: Orange County Register

Source : Calisphere, University of California

Sources on Vietnam Laos Cambodia « Left-Wing Bloodbaths » – by Paul Bogdanor

Skulls from the Cambodian Killing Fields
© 2012 Steven G. Kellman

[ndlr] Sur son site personnel l’écrivain londonien Paul Bogdanor consacre une page aux sources en ligne sur les « Bains de sang de gauche ». Nous avons extrait de sa liste les sources concernant directement le Viêt Nam, le Laos et le Cambodge. Textes de chercheurs, de journalistes ou de simples témoins sont répertoriés aux côtés de rapports d’enquête et de documents d’archives. On y retrouve le débat sur les victimes de la réforme agraire de 1953-1956 en RDVN, des documents sur les techniques de répression des « contre-révolutionnaires » dans les trois pays, des témoignages sur les goulags vietnamiens et laotiens après 1975 et sur le génocide cambodgien perpétré par les Khmers rouges. Certains de ces textes seront évoqués en introduction de la séance 6 du séminaire. Les annotations sont celles de l’auteur.

 

Left-Wing Bloodbaths

Radical leftists would have us believe that they stand for democracy, progress, human rights and social justice. But when they seize power, they introduce slavery, terror, famine, concentration camps and mass murder. As the Marxists used to say, this is no accident.

 

Vietnam

– Pre-1975

  • The Massacre of Hue – In this communist massacre, thousands of men, women and children were mercilessly slaughtered.

– Post-1975

Laos

 

Cambodia

– Civil War

  • President Ford, News Conference on Cambodia [PDF] – President Ford warns of “an unbelievable horror story” if the communists capture Cambodia.

– Killing Fields

  • Bruce Sharp, Counting Hell – Studies demonstrating that the death toll was in the millions.