Archives par mot-clé : Thich Quang Duc

50 năm ngày Bồ tát Thích Quảng Đức vị pháp thiêu thân

[ndlr] A l’occasion du cinquantenaire de l’immolation du vénérable Quang Duc à Saigon, un colloque sur l’histoire du mouvement bouddhiste au Viêt-Nam a été organisé par l’Institut du Bouddhisme Vietnamien d’Ho Chi Minh-Ville et l’Université des sciences humaines et sociales. Le colloque s’est déroulé dans l’Aire touristique de Binh Duong en présence de nombreux historiens et autres chercheurs en sciences sociales. La photo la plus connue de l’immolation du vénérable (ici au centre) a été prise par Malcom W. Browne, journaliste de l’Associated Press, décédé il y a presque un an le  27 août 2012. Cette photo avait été récompensée du prix Pulitzer en 1964.

© Malcolm Browne
© Malcolm Browne

Chiều 11.6, nhân đại lễ kỷ niệm 50 năm ngày Bồ tát Thích Quảng Đức tự thiêu (11.6.1963 – 11.6.2013), hội thảo khoa học 50 năm Phong trào Phật giáo ở miền Nam do Học viện Phật giáo VN tại TP.HCM và Trường ĐH Khoa học xã hội và nhân văn tổ chức tại Khu du lịch Phương Nam (Bình Dương) thu hút đông đảo học giả, các nhà nghiên cứu đến dự.

Đây là một trong nhiều hoạt động kỷ niệm đã diễn ra khắp các đạo tràng trên cả nước như Hà Nội, Huế, TP.HCM. Trong buổi khai mạc đại lễ tại quê hương Bồ tát Thích Quảng Đức ở chùa Long Sơn (TP.Nha Trang), ông Bùi Hữu Dược, Vụ trưởng Vụ Phật giáo – Ban Tôn giáo Chính phủ, đã trân trọng đọc lại câu đối của Chủ tịch Hồ Chí Minh tôn vinh Bồ tát Thích Quảng Đức: “Vị pháp thiêu thân, vạn cổ hùng uy thiên nhật nguyệt/Lưu danh bất tử, bách niên chính khí địa sơn hà”.

Cũng tại buổi lễ, hòa thượng Thích Trí Quảng, Viện trưởng Viện Nghiên cứu Phật học Việt Nam, một lần nữa khẳng định Thích Quảng Đức là bậc vĩ nhân có năng lượng tâm linh siêu phàm, vị bồ tát thị hiện vào đời để cứu khổ, góp phần cứu nguy cho Phật giáo và dân tộc.

Giao Hưởng

Source : Thanh Niên Online, 12/06/2013.

Il y a cinquante ans, l’immolation de Thích Quảng Đức à Saigon

ThichQuangDuc2012Le 11 juin 1963, le vénérable Quang Duc (Thích Quảng Đức) s’immolait en plein coeur de Saigon pour protester contre la répression antibouddhiste du régime de Ngo Dinh Diem. L’événement fit le tour du monde à travers le célèbre cliché du journaliste Malcom W. Browne (auteur de The new face of war en 1965).

Cet événement à grande portée historique qui précipita la fin de la Première République du Viêt-Nam de Ngo Dinh Diem (1955-1963) fut-il réellement filmé par les deux réalisateurs italiens Gualtiero Jacopetti et Franco Prosperi ? Ils utilisèrent environ 7 minutes d’un tournage à Saigon pour un documentaire choc de série B intitulé Mondo Cane 2 (Monde de chien, juron italien). Réalisé le 30 novembre 1963, le film fut diffusé mondialement l’année suivante sous le titre Cette chienne de vie (ou Mondo Cane 2, l’incroyable vérité). Le court passage (env. 1’30mn) relatif à l’immolation de Thich Quang Duc (1897-1963) est filmé au ralenti sur un fond musical lancinant.

Selon la discussion engagée sur Wikipedia à l’entrée Thich Quang Duc la vidéo serait un remake, une mise en scène. C’est effectivement le cas. En effet, plusieurs détails diffèrent lorsque l’on compare la vidéo avec la série de clichés photographiques prise ce jour-là par Malcom W. Browne (position de Thich Quang Duc, place du bidon d’essence, pare-choc de la voiture, présence et rôle des policiers… voir sur la Galerie de Manh Hai). Même si d’autres aspects semblent concorder, il s’agit bien d’un remake probablement tourné dans un autre pays d’Asie du Sud-Est (Thaïlande?). Le film aurait d’ailleurs fait le tour des médias internationaux à place des images fournies par Browne. L’impact de cette reconstitution est si fort que sur la chaîne YouTube des abonnés vietnamiens semblent pourtant croire à l’authenticité de cet acte (voir par ex.). Si un-e spécialiste possède des informations complémentaires sur les conditions de ce tournage, nous sommes preneurs.

Quang Duc
Quang Duc, a Buddhist monk, burns himself to death on a Saigon street June 11, 1963 to protest alleged persecution of Buddhists by the South Vietnamese government. © AP Photo/Malcolm Browne.

Les images du vénérable en feu, impressionnantes, ont poussé la chaîne You Tube a en réduire l’accès. Nous postons ci-après des extraits encore en accès libre. Attention, « Cette vidéo présente du contenu que la communauté des utilisateurs de YouTube considère comme inapproprié pour certains internautes« .

FG, 14/06/2013, version corrigée le 10/12/2013 après la mise en ligne de la galerie de photo de Malcolm Browne au mois d’octobre 2013 par Manh Hai.

 

 

Vietnam self-immolating monk sequence from Mondo Cane 2

 


Thích Quảng Đức par verso1

* * *

  • Une vive critique de ce « Docu menteur » lors de sa ressortie en double DVD (Neo Publishing) en 2007 : A voir à lire

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Mémento personnalités – séance 3

Mémento Personnalités

Rappel biographique succinct des auteurs et personnalités historiques  évoqués lors de la Séance 3

 

Partie 1 : Les deux Viêt-Nam

Pavillon national de la RDVN
(Nord Viêt-Nam 1945-1975)
Pavillon national de l’Etat du Viêt-Nam
(1948-1955)
et de la République du Viêt-Nam
(Sud Viêt-Nam 1955-1975)

 

Bùi Tín (1927-)

Dissident vietnamien, ancien vice-rédacteur en chef du quotidien du peuple (Nhân Dân, le journal officiel du Parti communiste du Vietnam). Il rejoint le Viet Minh en 1945 et exerce en tant que journaliste pour le journal de l’Armée populaire du Vietnam. Engagé dans l’Armée populaire vietnamienne à l’âge de 18 ans, il est blessé lors de la bataille Dien Bien Phu. Il sert au sein l’état-major de l’armée nord-vietnamienne pendant la guerre du Vietnam et s’occupe de la question des prisonniers de guerre américains. Durant la prise de Saigon le 30 avril 1975, il fait partie de l’unité nord-vietnamienne qui reçoit la reddition de Duong Van Minh, dernier dirigeant de la RVN (Sud). Après la victoire, il perd peu à peu ses illusions face à la corruption d’après-guerre et l’isolement de la RSVN. En 1990, Bui Tin quitte le Vietnam pour vivre en exil à Paris et exprimer publiquement ses critiques vis-à-vis du régime. A partir de novembre 1991, il intervient dans le débat sur les MIA-POW. Il publie plusieurs ouvrages en vietnamien qui font sensation dans lequel il dénonce l’appareil totalitaire communiste. Il publie en anglais deux ouvrages importants : Following Ho Chi Minh: The Memoirs of a North Vietnamese Colonel (University of Hawaii Press, 1995) et From Enemy To Friend: A North Vietnamese Perspective on the War (US Naval Institute Press, 2002). Il continue aujourd’hui à donner son avis sur l’évolution du Vietnam à travers son propre blog sur VOA.

David Lan Pham (1940-)

David Lan Pham est né à Thu Dau Mot dans la province de Binh Duong au Sud du Vietnam. Diplômé de l’Université de Saigon, il a enseigné l’histoire et a eu de multiples activités culturelles et journalistiques au Sud-Vietnam avant 1975. Il a exercé diverses fonctions de direction en tant que Secrétaire général des enseignants vietnamiens de l’Association des Enseignants d’Histoire et de Géographie, secrétaire général de l’Association de la Bibliothèque nationale vietnamienne, Conseiller à la Confédération Vietnamienne Travail (CVT) de Binh Duong et conseiller d’une Ecole bouddhiste à Binh Duong. Il quitte le pays clandestinement avec son fils et ses deux frères en 1986. Il publie en 2000 un récit de vie dans lesquel il rend compte de la vie sociale et politique vietnamienne sur quatre décennies de guerre civile. Il publie également d’autres ouvrages dont une biographie d’Ho Chi Minh en 2007. Aux Etats-Unis, il a travaillé pour le programme des réfugiés en Alabama et a créé le Bulletin bilingue / Tin Viet et Dac San Que Huong. Pour ses activités éducatives et sociales auprès des réfugiés il est cité dans plusieurs répertoires biographiques. Il vit actuellement à Toledo, dans l’Ohio.

* * *

Ngô Đình Diệm (1901-1963)

Mandarin nationaliste et catholique, originaire de Huê. Ministre de l’empereur Bao Dai en 1932, démissionne en 1933. Il se rend aux Etats-Unis au début des années cinquante. De retour au Viêt-Nam, il prend la direction du dernier gouvernement de Bao Dai en juin 1954. Un an plus tard à la suite d’un référendum populaire douteux, il devient Chef d’Etat de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) qu’il fonde le 26 octobre 1955. Il met en place une politique anticommuniste autoritaire avec les Agrovilles en 1959 et les Hameaux stratégiques en 1961. Très contesté au sein même du camp nationaliste, il est assassiné en novembre 1963 avec son frère Nhu à la suite de la violente crise bouddhiste. Sa diparition plonge le Sud Viêt-Nam dans une période de chaos et de troubles politiques pendant trois ans. Pour une biographie plus complète voir Ngo Dinh Diem (par Kelsey Leonard – Cold War Museum).

Thích Quảng Đức (1897-1963)

Vénérable bouddhiste, né Lâm Văn Tức en 1897, originaire de la province de Khanh Hoa au centre. Pratiquant dès l’âge de 7 ans, il consacre sa vie à l’étude du bouddhisme. Moine à 20 ans, il s’isole lors d’une retraite de trois ans après son ordination. Il s’immole par le feu à Saigon le 11 juin 1963 pour s’opposer à la politique répressive du gouvernement de Ngô Đình Diệm contre les bouddhistes. L’image de cette immolation (Malcom Browne, prix Pulitzer et 1963),  fera le tour du monde et précipitera la chute du clan des Ngo et de l’appareil diemiste. Par ce geste, Thich Quang Duc est depuis devenu une icône internationale.

Trường Chinh (Đặng Xuân Khu, 1907-1988)

Dirigeant communiste, principal théoricien du parti. Secrétaire général du PCI à partir de mai 1941 puis du Lao Động entre 1951 et 1956. Auteur du célèbre texte La résistance vaincra, regroupant une série d’articles parus à l’origine dans la revue du parti Su That (La Vérité) du 4 mars au 1er août 1947. Pro-chinois, il est le maître d’œuvre de la réforme agraire radicale avant d’être écarté de la direction du parti. Président de l’Assemblée nationale de la RDVN en 1960. Chef de l’Etat de la RSVN de juillet 1981 à juin 1987. Incarne la ligne dure du PCV et la ligne maoïste dans les années soixante. Paradoxalement, il est favorable aux réformes du Doi Moi en 1986 à la fin de sa vie.

 

 

Partie 2 : Mouvements de résistance

Le FULRO

Pavillon du Front de Libération du Champa
Pavillon du Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnards
(Flag by Chrystian Kretowicz)
Pavillon du FULRO
(Front Unifié de Lutte des Races Opprimées)

 

Lès Kosem (?-1976)

Officier militaire cambodgien d’origine Cham, connu sous le nom de guerre « Po Nagar », et figure marquante de la Deuxième Guerre d’Indochine. Parachutiste dans l’Armée royale cambodgienne, il fonde le Front de Libération du Champa dans les années 1950. Son organisation rejoint le front de résistance montagnarde FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964. Il se sépare du FULRO en 1968 après un désaccord avec Y Bham Enuol, le leader du Front. Lié aux services secrets cambodgiens, Les Kosem est impliqué dans le trafic d’armes avec les Nord-Vietnamiens. Après le renversement de Sihanouk en 1970, il devient un fervent partisan de Lon Nol et reçoit le grade de général des Forces Armées Nationales Khmères (FANK). A la victoire des Khmers rouges en avril 1975, il se serait réfugié en Malaisie où il décède un an plus tard.

Y Bham Enuol (1923-1975)

Résistant montagnard d’origine E-Dhe (Radhé), il fonde et dirige plusieurs mouvements armés montagnards. Au mois de mai 1958, il créé le front Bajaraka mais il est arrêté en septembre par le régime de Ngo Dinh Diem et reste emprisonné jusqu’à la chute de Diem. En mars 1964, il fonde le Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnard, front qui intègre le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964 dont il prend la direction. Pour divergence de stratégie, il est arrêté par Les Kosem, un des leaders cambodgien du Front. Il est assigné à résidence à Phnom Penh jusqu’à sa mort en avril 1975 où il est exécuté par les Khmers rouges avec sa famille.

 * * *

Le FNL Sud-Vietnam

Pavillon du Front national pour la libération du Sud-Viêt Nam (FNL-Sud VN 1960-1975)

 

Nguyen Huu Tho,  (born July 10, 1910, Cho Lon, southern Vietnam—died Dec. 24, 1996, Ho Chi Minh City, Vietnam), chairman of the National Liberation Front (NLF), the South Vietnamese political organization formed in 1960 in opposition to the U.S.-backed Saigon government.

The son of a rubber-plantation manager who was later killed during the First Indochina War (1946–54), Nguyen Huu Tho studied law in Paris in the 1930s. Returning to Saigon, he set up practice, remaining politically inactive until 1949, when he led student demonstrations against the French; he also organized protests in 1950 against the patrolling of the southern Vietnamese coast by U.S. warships. He was imprisoned and won popular acclaim for his prolonged hunger strike in protest of the war.

After the Geneva Agreements had divided Vietnam into northern and southern zones in 1954, Tho cooperated with the southern regime of Ngo Dinh Diem until he was arrested for advocating nationwide elections on reunification. Except for a short interval in 1958, Tho remained in prison from 1954 to 1961, when he escaped with the aid of some of his anti-Diem followers. These men, who had recently formed the National Liberation Front, made Tho, a noncommunist, provisional and then full-time chairman of the NLF.

Tho essentially served as a figurehead leader, while real power in the NLF was held by its military arm, the Viet Cong, and by veteran communists who reported directly to the North Vietnamese leadership. Tho helped attract a wide spectrum of South Vietnamese supporters to the NLF. In June 1969 the NLF established a Provisional Revolutionary Government (PRG) with Huynh Tan Phat as president and Nguyen Huu Tho as chairman of its advisory council. The PRG, in effect, became the government of South Vietnam in April 1975, when the Saigon government’s troops surrendered to the North Vietnamese and PRG forces. Tho was made a vice president of Vietnam in 1976, a post he held until 1980, when he became acting president. In 1981 Tho was made vice president of the Council of State, as well as chairman of the Standing Committee of the National Assembly. (source : Encyclopedia Britannica).