Archives par mot-clé : texte politique

Thèses politiques du Parti Communiste Indochinois (1930) [extrait]

Tran Phu, Premier secrétaire général du PCI (1904-1931)
Tran Phu (1904-1931), Premier secrétaire général du PCI.

[ndlr] En octobre 1930, le Parti communiste indochinois (PCI) adoptait lors du premier plénum du Comité central les Thèses politiques rédigées par Tran Phu (1904-1931), le premier secrétaire général du parti. Voici quelques extraits du programme d’action du PCI, publiés en 1970 à Hanoi.

 
 

* * *

Thèses politiques du Parti Communiste Indochinois

* * *

 
 

I. La situation mondiale et la révolution indochinoise

1. L’évolution de la situation mondiale peut se diviser en trois périodes depuis la fin de la guerre impérialiste de 1914-1918 ;

a. Dans la première période (1918-1923), l’économie capitaliste ravagée par la guerre était en pleine crise. Dans maints pays d’Europe, le prolétariat s’est soulevé pour s’emparer du pouvoir. Le prolétariat russe a réussi à vaincre les impérialistes qui encerclaient le pays des Soviets et l’attaquaient du dehors, et les contre-révolutionnaires qui le sabotaient au dedans, ainsi qu’à asseoir fermement sa dictature ; par contre, le prolétariat de l’Europe de l’Ouest a essuyé un échec (comme le prolétariat allemand en 1923).

b. Dans la seconde période (1923-1928), les impérialistes, mettant à profit cet échec du prolétariat européen, menaient activement l’offensive en exploitant le prolétariat ainsi que les peuples colonisés : l’économie impérialiste était, de ce fait, provisoirement stabilisée et le prolétariat des pays impérialistes, battu dans la période précédente, était sur la défensive. Cependant la révolution éclatait dans les colonies. En Union soviétique, l’économie se consolidait, de sorte que l’influence du communisme s’étendait dans le monde entier.

c. La troisième période, qui est la période actuelle, présente ces caractéristiques :

Le capitalisme, après une période de stabilité relative, connaît de nouveau la crise ; les impérialistes se disputent âprement les marchés mondiaux ; une nouvelle guerre impérialiste est inévitable.

En Union soviétique, l’économie a dépassé son niveau de production du temps du capitalisme ; le socialisme a été édifié avec succès. Les impérialistes nourrissent une haine accrue pour l’Union soviétique et cherchent d’autant plus à renverser la citadelle de la révolution mondiale.

Dans les pays impérialistes, le prolétariat mène une lutte acharnée ; de grandes grèves éclatent en Allemagne, en France, en Pologne, etc., la révolution gronde dans les pays colonisés (notamment en Chine et en Inde). L’existence d’un tel mouvement révolutionnaire est due au fait que le capitalisme en crise exploite sans vergogne les masses dans le monde, réduisant des dizaines de millions d’ouvriers au chômage et rendant la condition des masses ouvrières et paysannes très misérable. Dans cette troisième période, la révolution prolétarienne et la révolution dans les colonies atteignent un niveau très élevé, en certains endroits le mouvement révolutionnaire s’apprête à s’emparer du pouvoir.

A l’heure actuelle, les forces révolutionnaires d’Indochine participent au mouvement mondial de lutte impétueuse contre l’impérialisme, notre front ouvrier-paysan s’élargit. Par contre la révolution en pleine effervescence dans le monde (en premier lieu en Chine et en Inde) influe sur le mouvement de lutte en Indochine et pousse la révolution indochinoise à prendre un rapide essor. Ainsi il y a entre la révolution mondiale et la révolution indochinoise une étroite corrélation.

II. Les caractéristiques de la situation en Indochine

2. L’Indochine (Viêt Nam, Cambodge, Laos) est une colonie d’exploitation de l’impérialisme français. Aussi une économie dépend-elle de celle de la France. Les deux caractéristiques du développement de l’Indochine sont les suivantes :

a. L’Indochine a besoin d’avoir un développement indépendant. Mais comme elle est une colonie, cela lui est refusé.

b. Les contradictions de classe s’exacerbent chaque jour entre d’un côté les ouvriers, les paysans et les travailleurs misérables et de l’autre les prolétaires fonciers féodaux, les capitalistes et l’impérialisme.

3. Contradictions économiques :

a. L’agriculture produit surtout pour l’exportation au profit de l’impérialisme sans que l’économie soit pour autant libérée des forces féodales. Les plantations (caoutchouc, coton, café) appartiennent pour la plupart au capital français. La grande majorité des terres appartient aux propriétaires terriens autochtones qui les exploitent suivant des procédés féodaux, c’est-à-dire qu’ils les louent parcelle par parcelle aux paysans pauvres moyennant de fermages élevés. Le rendement des terres en Indochine est inférieur à celui d’autres pays (1.210 kg de paddy par hectare contre 2.150 kg en Malaisie, 1.870 kg au Siam et 4.570 kg en Europe). Les exportations de riz augmentent chaque année, cela ne résulte cependant pas de l’essor de la riziculture mais plutôt de l’accaparement du riz par les capitalistes qui l’écoulent sur les marchés extérieurs.

b. Le joug de l’impérialisme français entrave l’essor des forces productives de l’Indochine. Les impérialistes ne développent pas l’industrie lourde (métallurgie, construction mécanique, etc.) car son essor nuirait au monopole industriel français, seules peuvent être développées les industries nécessaires à la domination de l’impérialisme et à son commerce comme les chemins de fer, les petits arsenaux, etc.

c. L’exportation est entre les mains des capitalistes français. Le commerce et la production intérieurs dépendent étroitement des besoins de l’exportation. Plus l’exportation se développe et plus le pays est spolié de ses ressources naturelles par l’impérialisme français d’autant plus que les banques françaises (Banque de l’Indochine, Crédit foncier, etc.) mettent les capitaux des autochtones à la disposition des exportateurs français.

En résumé, l’économie indochinoise reste une économie agricole où les formes féodales d’exploitation prédominent. Ces facteurs l’empêchent de se développer de façon indépendante.

4. Contradictions de classe :

De connivence avec les propriétaires fonciers, les compradores et les usuriers autochtones, l’impérialisme français exploite cruellement la paysannerie ; il accapare les produits agricoles pour les exporter, introduit dans le pays les marchandises de la métropole, lève de lourds impôts, réduisant les paysans à la misère et la grande masses des artisans au chômage.

Les terres sont accaparées de plus en plus par les impérialistes et les propriétaires fonciers. Il existe en outre des intermédiaires qui les afferment pour les sous-louer. Elles passent par plusieurs transactions avant d’être remise en les mains des paysans pauvres qui doivent payer de ce fait des prix élevés et de lourds fermages. Quand, pressés par le besoin, les paysans sont obligés d’emprunter, ils tombent sous la coupe des usuriers à qui ils sont souvent obligés de remettre leurs lopins de terre ou leurs enfants en paiement des dettes.

Les impérialistes ne se soucient guère de l’entretien des digues. Les ouvrages hydrauliques sont aux mains des capitalistes qui les louent fort cher. Les paysans pauvres qui ne peuvent payer n’ont pas d’eau pour leurs rizières. Les mauvaises récoltes dues aux inondations et à la sécheresse sont de plus en plus fréquentes. La paysannerie dépend chaque jour plus étroitement des capitalistes et ne cesse de péricliter. Le nombre augmente des chômeurs et de ceux qui meurent de faim.

Si l’économie traditionnelle du pays se détériore très vite, les nouvelles industries se développent avec beaucoup trop de lenteur : les miséreux et les chômeurs ne peuvent tous se faire embaucher comme ouvriers et beaucoup restent à la campagne où la situation est lamentable.

Dans les entreprises, les plantations et les mines, les capitalistes exploitent et oppriment les ouvriers avec férocité. Le salaire de l’ouvrier, insuffisant pour son entretien, est encore rogné de diverses façons. La journée de travail dure en moyenne de 11 à 12 heures. Souvent l’ouvrier est l’objet de brimades et de sévices. En cas de maladie, loin de recevoir des soins médicaux, il est licencié. Pour lui, l’assurance sociale n’existe pas.

Dans les plantations et les mines, les patrons parquent leurs salariés dans des camps et empêchent tout déplacement au-delà des lieux de travail. La main-d’œuvre embauchée dans une région au moyen de contrats est transportée dans d’autres régions. Par ce moyen, le patronat contrôle les ouvriers, s’arroge même le droit de les frapper d’amendes. Vu les très dures conditions de travail, nombreux sont les ouvriers indochinois atteints de maladies graves (tuberculose, ophtalmies, paludisme, ect.) ; le nombre déjà important de ceux qui meurent prématurément ne fait que croître.

Quoique peu nombreux, les effectifs des ouvriers indochinois, en premier lieu ceux des plantations, augmentent chaque jour. Ils mènent une lutte de plus en plus intense. La paysannerie, dont la conscience s’est éveillée, s’oppose farouchement aux impérialistes et aux propriétaires fonciers. Les grèves de 1928, 1929 et les mouvements d’âpre lutte des ouvriers et des paysans de cette année (1930) montrent l’ampleur croissante de la lutte des classes en Indochine. Fait particulier et de première importance, dans la révolution indochinoise la lutte des masses ouvrières et paysannes revêt un caractère nettement indépendant et n’est plus comme auparavant influencée par le nationalisme.

PCI_1930
Affiche du PCV (pré-PCI) en 1930 dans le Nghe An. © Ecritures au Vietnam

III. La nature et les tâches de la révolution indochinoise

5. Les contradictions énoncées ci-dessus poussent la révolution indochinoise à se développer. Au début, c’est une révolution démocratique bourgeoise, car il n’est pas possible de résoudre directement les problèmes de l’organisation du socialisme ; l’économie du pays demeure très faible, les vestiges du féodalisme nombreux, le rapport des forces entre les classes ne penche pas encore du côté du prolétariat, d’ailleurs l’oppression de l’impérialisme subsiste toujours. Étant donné ces conditions, la révolution dans la période actuelle ne peut être qu’une révolution agraire et anti-impérialiste.

La révolution démocratique bourgeoise est la période de préparation à la révolution socialiste. Avec le succès de la révolution démocratique bourgeoise et la création d’un gouvernement des ouvriers et des paysans, l’industrie nationale pourra se développer, les organisations prolétariennes gagneront en puissance, la direction du prolétariat se consolidera et le rapport des forces entre les classes penchera en faveur du prolétariat. La lutte gagnera alors en profondeur et en ampleur, pour progresser sur la voie de la révolution socialiste. Cette période sera celle de la révolution prolétarienne dans le monde entier et de l’édification du socialisme en Union soviétique. Grâce à la dictature du prolétariat dans les autres pays, l’Indochine se développera pour s’engager directement dans la voie socialiste sans passer par l’étape capitaliste.

Le prolétariat et la paysannerie sont les deux forces motrices essentielles : dans la révolution démocratique bourgeoise, celle-ci ne réussira que si le prolétariat en prend la direction.

6. La révolution démocratique bourgeoise consiste essentiellement, d’une part à effacer les vestiges du féodalisme, à liquider les méthodes d’exploitation pré-capitaliste et à réaliser totalement la réforme agraire, d’autre part à renverser l’impérialisme français et à rendre l’Indochine complètement indépendante. Ces deux aspects de la lutte sont intimement liés, c’est en renversant l’impérialisme qu’on peut abolir la classe des propriétaires fonciers et réaliser avec succès la révolution agraire, et c’est en anéantissant le régime féodal qu’on peut renverser l’impérialisme.

Pour réaliser ces points essentiels, il est indispensable d’instituer le pouvoir des Soviets d’ouvriers et de paysans. Seul ce pouvoir pourra servir d’instrument puissant pour renverser l’impérialisme, le féodalisme et les propriétaires fonciers, pour donner la terre aux paysans et appliquer une législation protégeant les intérêts du prolétariat.

Les tâches essentielles de la révolution démocratique bourgeoise sont :

1 – Renverser l’impérialisme français, le féodalisme et les propriétaires fonciers.

2 – Instituer un gouvernement des ouvriers et des paysans.

3 – Confisquer les terres des propriétaires fonciers étrangers et autochtones et des églises, les remettre en jouissance aux paysans moyens et aux paysans pauvres, le droit de propriété restant au gouvernement des ouvriers et des paysans.

4 – Nationaliser les grandes entreprises des capitalistes étrangers.

5 – Abolir les taxes et impôts actuels, créer l’impôt progressif.

6 – Décréter la journée de travail de 8 heures, améliorer la vie des ouvriers et des masses laborieuses.

7 – Faire de l’Indochine un pays complètement indépendant et reconnaître le droit des peuples à l’autodétermination.

8 – Mettre sur pied une armées des ouvriers et des paysans.

9 – Promouvoir l’égalité des sexes.

10 – Soutenir l’Union soviétique, s’allier au prolétariat mondial et au mouvement révolutionnaire dans les colonies et semi-colonies.

TranPhu_ThèsePolitiquePCI

Source : « Thèses politiques du Parti Communiste Indochinois (1930), extraits », in Brève histoire du Parti des Travailleurs du Viet Nam (1930-1970), Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1970, pp. 159-168.

Appel pour les droits de l’Homme au Viêt-Nam – 25/12/2012

Manifestation patriotique devant l’Opéra de Saigon le 9 décembre 2012.
Source : xuandienhannom.blogspot.fr

[ndlr] Pourquoi Mémoires d’Indochine s’intéresse à cet Appel ? Nous considérons que par son contenu juridique, ses références explicites à Ho Chi Minh, à l’avènement de la RDVN en septembre 1945, par ses signataires, pour certains, figures connues de l’opposition saigonnaise au cours de la guerre du Viêt-Nam, il présente une dimension historique. Rédigé à l’intérieur du pays, il est publié sur le site de la revue Dien Dan en trois langues (français, anglais, vietnamien). Au 15 janvier 2013, l’Appel comptabilisait 1836 signatures.

 

[Préambule de la revue Dien Dan] Un appel pour les Droits de l’Homme « reconnus par la Constitution vietnamienne et la Convention internationale dont le Vietnam est signataire » a été rendu public le 28 décembre 2012 dernier. Il demande à l’Assemblée Nationale d’abolir l’article 88 du Code pénal punissant les « crimes de propagande contre l’Etat » (de nombreuses personnes sont emprisonnées au nom de cet article) et un arrêté considéré comme anti-constitutionnel et que le gouvernement invoque pour interdire des manifestations pacifiques (notamment pour condamner l’agressivité chinoise en Mer de l’Asie du Sud-Est).

En une semaine, un millier de personnes ont signé cet appel initié par des personnalités bien connues : le mathématicien Hoàng Tụy, le général ancien ambassadeur en Chine Nguyễn Trọng Vĩnh, les professeurs Chu Hảo, Nguyễn Huệ Chi, Tương Lai, Phạm Duy Hiển, les écrivains Nguyên Ngọc, Nguyễn Duy, Phạm Xuân Nguyên, l’évêque Paul Nguyễn Thái Hợp, les militants du mouvement des villes du Sud pendant la résistance anti-américaine Huỳnh Tấn Mẫm, Cao Lập, Lê Hiếu Đằng, André Menras (alias Hồ Cương Quyết)…

Appel pour les droits de l’Homme au Vietnam

Nous, Vietnamiens soussignés, appelons les autorités et l’ensemble du peuple à réaliser et garantir les droits de l’Homme inscrits dans la Constitution de la République Socialiste du Vietnam et dans la Convention internationale dont le Vietnam est signataire.

Parmi ces droits il y a la liberté de parole, de presse, le droit à l’information, la liberté de réunion, d’association, le droit de manifester selon l’article 69 de la Constitution de 1992 (amendée en 2001) et selon les articles 19, 21 et 22 de la Convention internationale sur les droits civiques et politiques à laquelle le Vietnam a adhéré en 1982.

Dans la Déclaration d’Indépendance du 2 septembre 1945, le Président Ho Chi Minh a mis en avant les droits universels de l’Homme inscrits dans la Déclaration américaine d’Indépendance de 1776 et dans la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1791 de la Révolution française, affirmant qu’il s’agit là des « vérités incontestables ».

Dans cet esprit, nous demandons que l’Assemblée nationale supprime l’article 88 du Code pénal vietnamien sur le « crime de propagande contre l’Etat de la République socialiste du Vietnam » et l’arrêté gouvernemental 38/2005/ NĐ-CP du 18 mars 2005 sur « quelques mesures pour garantir l’ordre public ».

L’article 88 du Code pénal qui définit de manière vague et obscure le crime de propagande contre l’Etat de la République socialiste du Vietnam vise en réalité à étouffer la liberté de parole inscrite et garantie dans la Constitution vietnamienne et dans la Convention internationale sur les droits civiques et politiques. Débattre contradictoirement, critiquer des actions de l’Etat, pétitionner sur des questions juridiques, politiques, sur l’appareil d’Etat… constituent l’exercice indispensable et permanent de la démocratie pour faire progresser la société. Mais, avec l’article 88 du Code pénal, tout citoyen auteur de n’importe laquelle de ces actions peut être châtié. Nombreux sont les citoyens vietnamiens qui ont été et qui sont mis en instance, poursuivis, jugés sur ce chef d’accusation, suscitant ainsi le mécontentement de notre peuple et la réprobation du monde au sujet de la situation des droits de l’Homme au Vietnam.

L’arrêté gouvernemental 38/2005/NĐ-CP du 18 mars 2005 est par essence un arrêté interdisant les manifestations. Edicté hors des instances compétentes il a un contenu anticonstitutionnel. Selon les articles 50 et 51 de la Constitution de 1992 (amendée en 2001) les droits des personnes et des citoyens sont établis par la Constitution et la loi, c’est-à-dire fixés par l’Assemblée nationale. Le gouvernement n’a pas le droit de fixer ces droits, encore moins celui de les limiter, de les empêcher, ou de les interdire. Juste après la Déclaration d’indépendance, le Président Ho Chi Minh a signé le décret numéro 31 du 13/9/1945 selon lequel manifester est un droit fondamental dans un régime démocratique et qui stipule que les citoyens doivent seulement annoncer la manifestation aux autorités locales avant son déroulement. Jusqu’ici, aucune loi n’a abrogé ce décret, ce qui signifie qu’il conserve encore toute sa valeur légale. L’arrêté 38 évoqué plus haut va à l’encontre de ce décret, de l’actuelle Constitution et de la Convention internationale sur les Droits civiques et politiques. Il faut donc l’abroger immédiatement.

Nous appelons nos compatriotes à demander à toutes les instances du pouvoir de garantir l’exercice des droits de l’homme et du citoyen ainsi inscrits dans la Constitution vietnamienne et dans la Convention internationale dont notre pays est signataire.

Nous proposons aux juristes, avocats, professeurs en droit… qu’ils fassent connaître et propagent le plus largement auprès de nos compatriotes les droits des personnes et des citoyens, auprès des autorités, des forces de l’ordre telles que la police, l’armée, les milices populaires, auprès des organisations appartenant au Front de la Patrie du Vietnam… afin que chaque citoyen vietnamien puisse jouir des mêmes droits que ceux d’autres peuples dans le monde, afin que les autorités vietnamiennes respectent et garantissent ces droits de la personne à leurs compatriotes.

Nous appelons les cadres, les fonctionnaires, les officiers, les soldats et les policiers dans chaque service compétent au Vietnam à respecter les droits des personnes tels qu’ils sont inscrits dans la Constitution du Vietnam et dans les Conventions internationales relatives à ces droits. Nous les appelons à garantir ces droits tels qu’ils sont reconnus internationalement et à ne pas suivre aveuglément des ordres qui portent atteinte aux droits de l’Homme.

Réaliser et garantir les droits des personnes au Vietnam, c’est la meilleure façon pour édifier un Vietnam «pacifique, réunifié, indépendant, démocratique et prospère», ayant sa place dans le monde. C’est aussi la meilleure voie pour réaliser la concorde et la réconciliation nationales, répondant ainsi aux aspirations de l’ensemble de nos compatriotes.

Pour réaliser ces droits, l’Assemblée nationale doit avant tout abroger l’article 88 du code pénal et l’arrêté 38/N Đ-CD/2005. Elle doit demander aux autorités de libérer tous les détenus emprisonnés en vertu de l’article 88 du Code civil pour avoir manifesté ouvertement et pacifiquement leurs opinions politiques.

Une fois encore nous appelons l’ensemble de nos compatriotes à faire appliquer avec détermination les droits de l’homme fondamentaux et à obliger les autorités à les respecter et les garantir.

Pour exprimer cette volonté, nous souhaitons que nos compatriotes dans le pays et à l’étranger participent activement à la signature de cet appel et le fassent signer autour d’eux.

Nous avons la conviction que la lutte du peuple vietnamien pour conquérir les droits de l’Homme aura l’approbation et le soutien croissants des peuples du monde.

25/12/2012

Traduit par André Menras – Hồ Cương Quyết et Nguyễn Ngọc Giao

Source : Dien Dan Forum

Le texte original en vietnamien.

Revendications du Peuple Annamite – juin 1919

Revendications du Peuple Annamite
 
Depuis la victoire des Alliés, tous les peuples assujettis frémissent d’espoir devant la perspective de l’ère de droit et de justice qui doit s’ouvrir pour eux en vertu des engagements formels et solennels, pris devant le monde entier par des différentes puissances de l’Entente dans la lutte de la Civilisation contre la Barbarie.

En attendant que le principe des Nationalités passe du domaine de l’idéal dans celui de la réalité par la reconnaissance effective du droit sacré pour les peuples de disposer d’eux- même, le peuple de l’ancien Empire d’Annam, aujourd’hui Indo-Chine Française, présente aux Nobles Gouvernements de l’Entente en général et à l’honorable Gouvernement Français en particulier les humbles revendications suivantes:

1- Amnistie Générale en faveur de tous les condamnés politiques indigènes
2- Réforme de la justice indochinoise par l’octroi aux Indigènes des mêmes garanties judiciaires qu’aux Européens, et la suppression complète et définitive des Tribunaux d’exception qui sont des instruments de terrorisation et d’oppression contre la partie la plus honnête du peuple Annamite.
3- Liberté de presse et d’opinion.
4- Liberté d’association et de Réunion
5- Liberté d’émigration et de voyage à l’étranger,
6- Liberté d’enseignement et création dans toutes les provinces des écoles d’enseignements techniques et professionnels à l’usage des indigènes.
7- Remplacement du régime des décrets par le régime des lois
8- Délégation permanente d’indigènes élus auprès du Parlement Français pour le tenir au courant des désidérata indigènes.

Le peuple Annamite, en présentant des revendications ci-dessus formulées, compte sur la justice mondiale des toutes les Puissances et se recommande en particulier à la bienveillance du Noble Peuple Français qui tient son sort entre ses mains et qui, La France étant une République, est censée d’avoir pris sous sa protection. En se réclamant de la protection du Peuple Français, Le Peuple Annamite, bien loin de s’humilier, s’honore au contraire; car il sait que le Peuple Français représente la liberté et la justice, et ne renoncera jamais à son sublime idéal de Fraternité universelle. En conséquence, en écoutant la voix des opprimés, le Peuple Français fera son devoir envers la France et envers l’Humanité.

Pour le Groupe des Patriotes Annamites: Nguyễn Ái Quấc

 

 Thỉnh nguyện của dân tộc Annam
 
Từ khi Đồng Minh thắng trận và các cường quốc long trọng cam kết minh bạch trước thế giới quyết tâm tranh đấu lấy Văn Minh chống lại Hung Tàn, tất cả những dân tộc bị áp bức đều nôn nao hy vọng trước viễn ảnh sẽ được sống trong công bằng và luật pháp.
Trong khi chờ đợi nguyên tắc dân tộc tự quyết từ lý tưởng sang thực tế, bằng sự nhìn nhận thực sự quyền thiêng của mỗi dân tộc tự định đoạt lấy số phận mình; Chúng tôi, Thần dân của Đế quốc An Nam ngày trước, nay là Đông Dương Pháp, trình bày với Cao Quyền Đồng Minh nói chung và Kính Quyền Pháp nói riêng, những thỉnh nguyện khiêm tốn sau đây:

1- Ân xá tất cả tù binh chính trị bản xứ.
2- Cải tổ luật pháp Đông dương, bằng cách bảo đảm cho người bản xứ những điều kiện về luật pháp như người Âu châu. Bỏ hẳn các toà án đặc biệt là những công cụ khủng bố và đàn áp thành phần lương thiện nhất của dân tộc An Nam.
3- Tự do báo chí và tư tưởng.
4- Tự do lập hội và hội họp.
5-Tự do di dân và du lịch ra nước ngoài.
6-Tự do giáo dục và xây dựng những trường kỹ thuật và thực nghiệp tại các tỉnh cho người bản xứ.
7- Thay thế Chế độ pháp lý.
8- Có phái đoàn đại diện thường trực dân biểu bản xứ tại Nghị viện Pháp để thông báo những nguyện vọng của người dân bản xứ.

Dân tộc An Nam, qua những thỉnh nguyện trên đây, tin tưởng ở công pháp quốc tế của các cường quốc và đặc biệt trông cậy vào lòng thành của dân tộc Pháp cao quý, đang cầm vận mệnh của chúng tôi trong tay, nước Pháp là một nước Cộng hoà, cầm bằng như đã bảo hộ chúng tôi. Khi thỉnh cầu sự bảo trợ của Dân tộc Pháp, Dân tộc An Nam, không hề tự hạ mình, mà ngược lại còn lấy làm vinh hạnh, vì họ biết Dân tộc Pháp biểu hiện tự do và công bằng, không bao giờ từ khước lý tưởng cao cả: Tứ hải giai huynh đệ. Vì vậy, khi đáp ứng tiếng kêu của người bị áp bức, Dân tộc Pháp không những làm tròn bổn phận đối với nước Pháp mà còn đối với cả Nhân loại.
Thay mặt nhóm An Nam Yêu Nước – Nguyễn Ái Quấc.

(Thụy Khuê dịch)

Photo extraite du blog de Le Minh Khai

Source article de Thụy Khuê : Ai viết bài ký tên Nguyễn Ái Quấc tại Pháp từ 1919 đến 1923?