Archives par mot-clé : temps historiques

Le passé des Khmers – CR de lecture par Elisabeth Beauvallet

L’ouvrage soumis à notre étude est un ouvrage récent, édité pour la première fois en septembre 2016. Sous la direction des historiens Nasir Abdoul-Carime et Grégory Mickaelian ainsi que du linguiste Joseph Thach, des spécialistes du Cambodge, de l’Inde et de la France issus de diverses branches universitaires (ethnologie, Histoire, linguistique) s’associent pour offrir des regards croisés sur ce qui fait la spécificité de la mémoire collective au Cambodge. Cet ouvrage se propose ainsi d’interroger le rapport des Khmers à leur passé pour distinguer les spécificités de la mémoire khmère de la mémoire occidentale et des grandes puissance asiatiques (Chine, Japon) post-Seconde Guerre mondiale.

Une méthode novatrice pour lancer un débat sur les études khmères

Dès son titre, l’ouvrage revendique une approche pluridisciplinaire dont le but est d’ouvrir sur une étude transgénérique. Ainsi, Nasir Abdoul-Carime et Grégory Mickaelian, historiens ayant déjà collaboré à l’écriture d’ouvrages sur l’Histoire khmère, s’associent à un linguiste pour renouveler les études khmères1. Il s’agit de circonscrire la spécificité de la mémoire khmère en croisant regards et disciplines. Cette approche comparative permet alors de faire un état des études khmères et de raviver l’intérêt pour ce domaine universitaire. En effet, Le passé de Khmers est fruit d’un projet de recherche tenu sur trois ans : le projet CAMNAM (transcription de « mémoire » en khmer). CAMNAM vise à donner une ampleur aux études khmères en réunissant des spécialistes de diverses matières et de diverses origines pour faire émerger de leurs travaux une circonscription de ce qu’est le rapport à la mémoire khmère, notamment en le distinguant des rapports indien et français à la mémoire. Ces distinctions permettent alors de révéler comment l’interinfluence de ces diverses cultures a abouti à la création de richesses culturelles spécifiques même si liées les unes aux autre. Ce projet CAMNAM a donné lieu à une conférence en décembre 2014 à l’université royale des Beaux-Arts de Phnom Penh.

Cette étude novatrice et internationale s’est saisie d’un sujet brûlant pour susciter l’intérêt pour les études khmères en France et pour s’insérer dans l’actualité du Cambodge. En effet, il s’agit pour les auteurs d’affirmer l’indépendance des études khmères en se différenciant des études européennes, réalisées récemment sur la mémoire de la Seconde Guerre mondiale. D’un point de vue politique, le projet est lié à la récente réouverture des archives du gouvernement Khmer rouge au Cambodge qui manifeste un questionnement des Khmers sur leur mémoire récente. Ainsi, le sujet de la mémoire est au cœur de l’actualité universitaire française et de la politique cambodgienne. L’enjeu du livre est donc de rendre compte des trois ans d’étude sur le sujet de la mémoire pour lancer un débat sur les études khmères en revendiquant une approche originale, tant par la culture étudiée que par la méthode employée.

Une approche comparative de la spécificité de la mémoire khmère

Dans ce compte-rendu, nous avons choisi d’aborder les points convergents qui ressortent de la lecture du livre plutôt que de le résumer article par article, ce qui appauvrirait la dimension comparative au cœur de l’ouvrage. Les auteurs abordent la question du rapport à la mémoire en commençant par étudier la spécificité khmère du rapport au temps. Cette étude se fait via un détour par la culture indienne, culture dont les Khmers sont issus : le but est de dégager le glissement culturel qui a fondé la culture khmère. Le rapport au temps hérité de la culture indienne se distingue de la culture européenne dans la mesure où il est rapport de co-présence. Il se distingue ainsi du rapport au temps occidental qui se fonde sur une rationalisation du cadre spatio-temporel, en opérant des distinctions pour définir objectivement l’essence de chaque objet. S’opposant à ce processus de distinction, le rapport au temps propre à l’Asie du Sud-Est est rapport de communion : tout coexiste. Chaque élément est saisi dans les relations qu’il entretient avec le reste du cadre spatio-temporel et non en tant qu’il s’en distingue conceptuellement. L’on ne distingue alors ni sujet, ni objet mais une diversité de relations qui entremêlent les qualités de chacun pour former un tout, une communion. Anne Montaut l’exprime en ces termes : « L’être humain est en continuité avec les autres vivants et inanimés, il n’en est pas le centre organisateur ». L’être humain a donc une relation de communion avec les autres éléments en sa présence. Rien n’est prédéfini comme le voudrait la pensé occidentale, mais tout se définit selon les relations avec les objets qui forment le tout dans lequel l’homme est pris. Ainsi, le pronom personnel de la première personne n’existe pas en langue khmère, le sujet réfère à lui-même en tant qu’ « aîné » ou « cadet » suivant l’âge et le rang de la personne à qui il s’adresse. Chaque élément est défini selon ses rapports sociaux et non selon des concepts qui définissent des distinctions abstraites.

Ce rapport social au cadre spatio-temporel se retrouve dans le rapport à la mémoire. Celui-ci se fonde sur le sentiment de présence/absence d’un élément. La mémoire est cette faculté qui permet à un élément, pourtant absent, de persister dans le cadre social grâce au témoignage d’un tiers. La mémoire est donc acte social qui permet de transcender le couple présence/absence en ouvrant à la possibilité d’une présence médiate dans la sphère sociale. A partir de cette définition de la mémoire, une étude du rapport aux grandes époques de l’Histoire cambodgienne s’établit au fil des articles. Tout d’abord, à partir du IXème siècle, le royaume khmer (Kampuchéa) s’affirme en délimitant militairement un territoire propre. Il fonde sa culture sur la religion brahmanique héritée de la culture indienne. Le rapport à cette époque se fait sur le mode de la fierté nationale, mais ce rapport pourrait avoir été construit a posteriori par les Français, qui ont mythifié l’ère angkorienne au cours de la période coloniale.

En janvier 1594, la prise de la capitale Lanvaeh par les Thai marque le déclin de l’ère Angkorienne. Ce traumatisme national s’accompagne d’une conversion au bouddhisme theravada, influencée par la présence Thai. Cette période est considérée de manière paradoxale à la fois comme une mémoire douloureuse tue et comme un traumatisme national fondateur de la spécificité khmère. L’ouvrage effectue alors une ellipse temporelle, n’étudiant pas la période coloniale pour revenir à une étude du Cambodge post-colonial. Déterminée par une tension et une instabilité politiques, cette époque est étudiée par le biais de personnages incarnant un mouvement politique dont la considération varie selon la politique actuelle. Ces fluctuations mémorielles peuvent cependant tenir du caractère extrêmement récent et des conséquences toujours actuelles des événements du XXème siècle au Cambodge. Cependant, nous pouvons noter que la mémoire de ces événements est influencée par la conception occidentale puisque l’on détache des personnages phares de leur contexte. Enfin, il nous semble que se profile en creux le rapport à la mémoire propre au XXIème siècle avec la réouverture des archives cambodgiennes et une interrogation sur l’étude du XXème siècle, cette fois profondément tributaire du rapport européen à la mémoire.

* * *

Ainsi, l’ouvrage fait état de l’actualité des études khmères. Il ouvre un débat en se saisissant d’un sujet profondément d’actualité et en cherchant à appliquer une méthode comparative transgénérique. L’ouvrage circonscrit donc la mémoire khmère. Cependant, ce projet est un appel à débat et n’entend pas conclure sur ce sujet, mais plutôt à lancer une dynamique de recherche dans les études khmères. L’on note cependant à regret l’absence d’articles rédigés par des Khmers, la synthèse entre l’esprit historique occidental et le rapport au temps khmer reste à approfondir. La grande difficulté reste d’appréhender une culture sans l’essentialiser, comme le réclamait Edward Saïd2, ce qui expliquerait le fait que le livre circonscrive plus qu’il ne saisisse la mémoire khmère. De même, la méthode appliquée, si elle est comparative, est davantage pluridisciplinaire que transgénérique. L’ouvrage est une piste de recherche lancée, il appelle à une suite mais peut-être également à une succession chez les jeunes universitaires.

Elisabeth Beauvallet, ENS de Lyon

 

Elisabeth Beauvallet est étudiante en première année de Master de Littérature comparée à l’ENS de Lyon. Elle travaille actuellement sur l’Indochine littéraire, notamment dans l’œuvre de Marguerite Duras.

Image « à la une » : Bas-relief du Bayon, Fin de la Grande Bataille Navale entre les Khmers et les Chams sur le site Rêves d’ailleurs © DR

Notes

  1. Ces deux auteurs ont dirigé deux numéros de Péninsule : Abdoul-Carime, Nasir et Mickaelian Grégory (dir.), Études khmères ? (I) Outils pour une approche du Cambodge contemporain, Péninsule n° 64, 2012 (1), 242 p. ; Abdoul-Carime Nasir et Mikaelian, Grégory (dir.),  Études khmères ? (II) Outils pour une approche du Cambodge ancien, Péninsule n° 65, 2012 (2) [juin 2013], 312 p. []
  2. Said, Edward. W, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Éditions du Seuil, 1980 []

Colloque international : Temps et temporalité en Asie du Sud-Est [Appel]

[ndlr] Appel à colloque.

Colloque international

Temps et temporalité en Asie du Sud-Est

 

Institut National des Langues et Civilisations Orientales

du 29 novembre au 2 décembre 2017

En Asie du Sud-Est comme ailleurs, les modalités de la co-présence du passé, du présent et du futur donnent lieu à diverses formes d’organisations conceptuelles et pratiques. Un large éventail de dispositifs s’offre ainsi à l’observation, entre une représentation de l’immutabilité des choses – lorsque par-delà l’agitation continue des êtres tout se répète et rien ne change vraiment – et une affirmation de l’irréversibilité de l’altération graduelle et permanente de toutes choses – car si rien ne change rien ne dure non plus. Placés devant ce dilemme, les acteurs s’en accommodent, selon des stratégies elles-mêmes diverses allant de la résignation à la recherche plus ou moins confiante d’une maîtrise de la temporalité – entendue ici comme la perception, à chaque fois particulière, de la durée, cette universelle condition que l’homme ressent par nécessité, où qu’il vive.

De nombreuses approches sont disponibles pour frayer ce thème classique, fruits d’un intérêt qui s’est accru dans les sciences sociales ces trois dernières décennies. Il s’en faut cependant qu’elles aient été pleinement exploitées en terrain sud-est asiatique et l’un des objectifs de ce colloque sera bien sûr de s’y confronter. On pense, par exemple, aux multiples rythmes qui scandent la vie des individus, au caractère socialement marqué du temps vécu, aux mesures notamment calendaires, aux temps des grandes cosmogonies, aux relations qu’entretiennent temporalité, narration et langage ou encore au travail de la mémoire comme actualisation du passé. Pour aller plus loin, on peut s’aider des réflexions de la linguistique culiolienne questionnant la pertinence de catégories grammaticales indo-européennes pour rendre compte de l’expression du temps dans d’autres familles de langues, de l’anthropologie de la « structure de la conjoncture » de Marshall Sahlins, ou des travaux sur les « régimes d’historicité », les « traditions inventées », ou les « textures du temps »,1 ou bien d’autres formes d’analyse encore.

Mais l’on prendra garde au fait que la catégorie que nous appelons temps n’est peut-être pas représentée ailleurs comme un domaine unique, ou acceptant une forme de mesure unique ou encore relevant d’une orientation unique qui nous mène du passé au futur ou inversement. Au contraire, il existe peut-être dans les catégories que nous traduisons volontiers par temps des éléments qu’en Occident moderne (et contemporain) nous ne classons pas dans ce registre, comme la hiérarchie fondée sur la précédence, ou les richesses et le prestige qu’offre leur captation, leur don et parfois leur destruction. La démarche est donc nécessairement et même épistémologiquement comparative.

Pour mener à bien ces objectifs, plusieurs portes d’entrée se profilent. Une première, immédiatement comparative, consiste à considérer ce que nous appelons temps comme un moyen d’accéder aux structures sociales des diverses communautés sud-est asiatiques. La temporalité semble unifier alors tout ce que nous avons l’habitude de segmenter en politique, religieux, économique, etc. L’abdication d’un roi, par exemple, est-elle un phénomène temporel (le temps du renoncement au monde des spécialistes du bouddhisme), un phénomène hiérarchique de précédence (une abdication temporaire au profit d’un représentant des premiers occupants du sol) ou participe-t-elle d’une relation statutaire (un roi aîné désigné en premier abdique pour un roi cadet désigné en second, comme il en existe à Madagascar) ; de même, les funérailles d’un roi organisées par son fils ou son neveu sont-elles l’expression d’une mort-renaissance de l’institution royale ou signent-elles un échange de biens  (mérites, richesses et dépendants) au sein d’une même maison ; l’engagement pour dettes pallie-t-il la faiblesse des institutions de crédit ou est-ce une manière de faire durer la relation en en modifiant le statut ; faut-il voir l’émission monétaire comme un outil favorisant la circulation des biens ou, permettant l’instantanéité de l’échange, un moyen de s’affranchir de liens de dépendances ?

Une seconde porte d’entrée, directement cognitive, consiste à rechercher les marques de la temporalité telles qu’elles se présentent en Asie du Sud-Est. Les linguistes pourront ainsi étudier les marqueurs et/ou les constructions syntaxiques qui se rapportent aux notions d’ « habitude », de « tradition », d’« héritage », de « mémoire », de « mythe », de « conte », d’« histoire », de « temporalité », d’« aspect », qu’il sera loisible d’aborder aussi bien des points de vue de la syntaxe, de la sémantique, de l’étymologie ou de la morphologie que de l’analyse du discours ; les historiens s’intéresseront par exemple à l’origine du temps, la succession des ères cosmiques, les différents cycles composant les calendriers (cycles de la royauté, des institutions, des ancêtres, des cultures, etc.), à l’enchaînement des ruptures et des fondations politiques ou la rétraction du temps dont procède le millénarisme ; enfin, le temps pouvant être défini comme « la synchronisation irréversible d’événements ou d’actions appartenant à deux ou plusieurs domaines distincts »2, les anthropologues pourront étudier la manière dont s’opère la synchronisation dans une société donnée.

Dans les deux cas, on peut s’attendre à mettre au jour une relation entre plusieurs formes de synchronisations qui entrent en opposition ou se complètent3. C’est alors l’articulation de ces formes qui dit la spécificité de la société à travers une vision du monde élaborée par une hiérarchie de valeurs. On ouvrira volontiers l’enquête au « désenchantement du temps »4 qu’y constitue la confrontation entre l’accélération du temps des sociétés contemporaines, désormais mondialisées5, et des manières plus locales de vivre la temporalité. Le présent atelier brodera donc les représentations temporelles de l’Asie du Sud-est avec les nouvelles ou anciennes orientations théoriques en particulier en linguistique, en histoire et en anthropologie, de manière à enrichir réciproquement connaissance de terrain et théorie. Trois conférenciers spécialistes d’une de ces disciplines mais dans une autre aire culturelle que l’Asie du Sud-Est sont invités pour étayer la démarche comparative.

Conférenciers invités

Maurice BLOCH, Professeur émérite d’anthropologie, spécialiste de Madagascar – London School of Economics and Political Science.

Daniel LEBAUD, Professeur émérite de linguistique, spécialiste du français – Université de Franche-Comté/ELLIADD (Édition, Littératures, Langages, Informatique, Arts, Didactique, Discours, EA 4661)

François MACÉ, Professeur émérite d’histoire, spécialiste du Japon – Institut National des Langues et Civilisations Orientales.

 

Modalités pratiques 

Les propositions (un résumé d’une page) accompagnées du titre, du nom et du prénom, de l’institution de rattachement, de l’adresse électronique, et d’un court curriculum vitæ de l’auteur devront être envoyées avant le 1er juin 2017 à l’adresse électronique suivante : camnam2017@free.fr. Sur avis du comité scientifique, le comité d’organisation se réserve le droit de retenir ou de rejeter les propositions, dans un intervalle d’un mois à compter de cette date butoir.

Les langues de communication sont le français et l’anglais ; le temps de parole par intervenant sera de 30 minutes (25 minutes d’intervention suivies de 5 minutes de questions). Les communications les plus intéressantes feront l’objet d’une publication.

 

Calendrier

1er juin 2017 : date limite de réception des propositions

30 juin 2017 : notification aux auteurs

15 octobre 2017 : date limite de réception des propositions sélectionnées

 

Comité d’organisation

– Nasir ABDOUL-CARIME (AEFEK)

– Sovath BONG (URBA)

– Éric BOURDONNEAU (EFEO/CASE)

– Grégory MIKAELIAN (CNRS/CASE)

– Joseph THACH (INALCO/SeDyL)

 

Comité scientifique

– Nasir ABDOUL-CARIME (historien, AEFEK)

– Michel ANTELME (linguiste, INALCO/ CERLOM)

– Alain ARRAULT (historien, EFEO/CECMC)

– Cécile BARRAUD (anthropologue, CNRS/CASE)

– Éric BOURDONNEAU (historien, EFEO/ CASE)

– Vanina BOUTÉ (anthropologue, Université de Picardie/CASE)

– Ang CHOULÉAN (anthropologue, URBA)

– Elsa CLAVÉ (historienne, Goethe Universität/ CASE)

– Huy Linh DAO (linguiste, INALCO/CRLAO)

– Olivier EVRARD (anthropologue, IRD/CASE)

– Christopher GOSCHA (historien, Université de Québec)

– André ITEANU (anthropologue, EPHE/CASE)

– Stéphanie KHOURY (anthropologue, CASE)

– Grégory MIKAELIAN (historien, CNRS/CASE)

– Dara NON (linguiste, URBA)

– Hélène de PENANROS (linguiste, INALCO/ SeDyL)

– Dana RAPPOPORT (anthropologue, CNRS/CASE)

– Joseph THACH (linguiste, INALCO/SeDyL)

– Ashley THOMPSON (historienne, SOAS)

– Sophie VASSILAKI (linguiste, INALCO/ SeDyL)

– Sylvain VOGEL (linguiste, URBA/SeDyL-CAMNAM)

Notes

  1. A. Culioli, « Les modalités d’expression de la temporalités sont-elles révélatrices de spécificités culturelles », [in] Pour une linguistique de l’énonciation, Paris, Ophrys, 1999, t. 2, pp. 158-178 ; M. Sahlins, Des îles dans l’histoire, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1989 et F. Zimmerman, « Sahlins, Obeyesekere et la mort du capitaine Cook », L’Homme, t. 38, n°146, 1998, pp. 191-205 ; R. Koselleck, « ‘Champ d’expérience’ et ‘horizon d’attente’ : deux catégories historiques », [in] Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éd. de l’EHESS, 1990, pp. 307-329 et F. Hartog, Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Éd. du Seuil, 2003 ; E. Hobsbawn et T. Ranger (dir.), L’invention de la tradition. Nouvelle édition augmentée, Paris, Amsterdam, 2012 ; V. N. Rao, D. Shulman, S. Subrahmanyam, Textures du temps : écrire l’histoire en Inde, Paris, Éd. du Seuil, 2004 []
  2.  A. Iteanu, « Orokaiva : le temps des hommes », [in] P. Piettre (dir.), Le temps et ses représentations, Paris L’Harmattan, 2001, pp. 211-220 []
  3. A. Iteanu, loc. cit. ; J. Baschet, La civilisation de l’Occident féodal, Paris, Champ Flammarion, 2006, p. 444 []
  4. B. Pradel, « les caractéristiques traditionnelles du rythme social », Rhuthmos, 11 février 2012 []
  5. R. Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, coll. « Théorie critique », 2010 []