Archives par mot-clé : témoignage

The Vietnam War de Ken Burns et Lynn Novick (2017) : les vétérans prennent la parole

Réf. : The Vietnam War (fr :Vietnam), documentaire en 10 parties (9 pour la version internationale), 2017.

Réalisateurs : Ken Burns et Lynn Novick. Producteurs : Florentine Films, Weta, PBS en association avec ARTE France. Diffusé en Septembre 2017 sur Arte.

The Vietnam War de Ken Burns et Lynn Novick (2017) :

les vétérans prennent la parole

– Manon Barret –

« Ils ont porté des poux, des teignes, et des sangsues,

et des algues et diverses pourritures et moisissures

Ils ont partagé le poids du souvenir

Ils ont porté la terre du Vietnam elle-même »

Tim O’Brien, ancien combattant et écrivain

 

Au terme de dix années de travail en collaboration avec sa coréalisatrice et productrice Lynn Novick, ce sont dix épisodes de récit en images de la guerre du Vietnam que nous propose le réalisateur Ken Burns. Avec ce projet ambitieux, 17 heures d’un documentaire à 30 millions de dollars fait d’interviews et de photographies1, Burns a voulu apporter sur les écrans un regard neuf sur le déroulement du conflit, qui tiendrait également compte du camp ennemi et de l’allié oublié du Sud. Cette fresque n’est pas exhaustive et exempte d’approximations historiques. Mais ce qu’il est important de comprendre est pourquoi le réalisateur veut rouvrir le dossier du Vietnam et confronter le public américain à cet épisode de son histoire et quel message il veut lui adresser.

La question de l’équilibre des paroles

Dans une interview, Ken Burns a expliqué sa démarche de la manière suivante : « Lorsque les Américains parlent de la guerre du Vietnam, ils ne parlent que d’eux-mêmes. Ils ne parlent pas du fait que nous avons eu un ennemi et un vainqueur, et un ancien allié au Vietnam du Sud dont le pays n’existe plus »2. Pourtant, dès l’affiche du documentaire, annonciatrice de la structure du film, apparaît une contradiction. Sur fond de paysage de rizière au ciel rougeoyant où passe un hélicoptère se dresse la silhouette noire anonyme d’un soldat en marche. Le paysage et le contexte historique sont d’ores et déjà familiers pour tous les spectateurs imprégnés de l’iconographie hollywoodienne des années 1980, de « Apocalypse Now » à « Platoon » en passant par « Voyage au Bout de l’Enfer ». L’affiche est scindée en deux et dans sa partie inférieure se reflète, comme dans un miroir d’eau la silhouette d’un Vietnamien portant une palanche et coiffé d’un nón lá, le chapeau conique. Bien que composant l’exacte moitié de l’image, sa présence ne saute pas aux yeux, à moins de porter un regard attentif.

Le film comprend en tout 80 témoignages, de vétérans essentiellement, mais aussi de civils et de parents de soldats. Sur ces 80 témoignages, 28 seulement émanent de Vietnamiens, camps Nord et Sud confondus, soit un peu plus d’un tiers des intervenants. Ce chiffre montre que Ken Burns ne peut prétendre à raconter l’histoire de tous, mais bien celle d’une guerre du point de vue américain – un propos qui a, certes, gagné en nuance par ses intervenants vietnamiens par rapport à des récits filmés antérieurs. Une autre remarque peut être faite sur ces témoignages : l’attention portées à certaines histoires plutôt qu’à d’autres est parfois difficilement justifiable. Prenons l’exemple de deux intervenantes. Nguyên Thanh Tung combattit avec le Viêt Minh du début du conflit avec les troupes françaises et le Front National de Libération jusqu’à la fin de la guerre civile ; ses deux fils sont morts au combat. Son temps de parole se réduit à deux interventions sur un épisode. D’un autre côté, la mère du soldat américain Denton Crooker Jr intervient sur deux épisodes pour nous parler de l’engagement de son jeune fils dont elle a désespérément attendu le retour aux États-Unis. On ne peut nier que la souffrance de la guerre fut partagée par tous les intervenants ; en revanche il eût été approprié, ne serait-ce que pour une question de véracité historique, de souligner qu’il existe différents degrés dans l’expérience de l’horreur des combats. De même, le duty des soldats américains n’est pas parfaitement symétrique à l’engagement militaire des Nord-vietnamiens. Tandis que dans le camp américain les jeunes soldats partaient pour six mois à un an, avaient tous les jours leurs rations de nourriture et de munitions assurées, le quotidien ne revêtait pas la même stabilité dans le camp ennemi. En outre, le départ au combat était le plus souvent un voyage sans retour pour les soldats du Nord Vietnam (RDVN). L’écrivain Bao Ninh, qui prend la parole à plusieurs reprises dans le documentaire, n’est pas rentré chez lui pendant 6 ans. Dans son témoignage il raconte (épisode 9) : « Là où j’habitais, six hommes étaient partis à la guerre. J’ai été le seul à revenir. »

On peut songer aussi à tous ceux qui n’ont pas pris la parole : les civils présents sur les zones de combat sont ceux dont l’absence se fait ressentir le plus au milieu des témoignages des vétérans. La guerre racontée par Ken Burns est un guerre de soldats affectés pour un temps donné à un terrain d’action, avec des armes et des objectifs de mission, et l’espoir du retour à la maison. Qu’en est-il lorsque votre foyer est le champ de bataille, vous et votre famille des cibles en mouvement, et que vous n’avez d’autre choix sinon d’attendre, des années durant, la fin des bombardements ? La question des civils n’a pas été assez traitée3. C’est là toute l’ambiguïté du film de Ken Burns. L’intention du réalisateur était de rendre leur place dans le récit de la guerre du Vietnam aux Vietnamiens, ennemis ou alliés, pourtant son regard s’est attardé plus longuement sur les Américains dont les témoignages occupent la plus grande partie du film. L’écran est partagé, pour autant ce partage n’est pas équitable. Pourquoi ? La réponse réside dans l’auditoire à qui s’adresse le film et dans le message qui veut être passé.

La guerre, vue depuis le champ de bataille, et le patriotisme

Burns a réussi sa démonstration sur un plan : celui de montrer que la complexité d’un conflit armé ne trouve sa véritable expression que dans les récits individuels. On oscille entre ces deux versants de l’expérience du combat que sont les remords et les traumatismes face à la violence de la guerre d’un côté et la fierté de l’engagement et de la bravoure au combat – récompensée par les médailles – de l’autre. Vincent Okamoto, le soldat d’origine japonaise le plus décoré du conflit, livre ses impressions après le récit d’une opération de « nettoyage » d’un tunnel vietnamien : « C’est la première fois que j’ai pris conscience d’avoir tué des gens, et ça n’avait rien de glorieux. » Au travers des récits de soldats, c’est le concept même de patriotisme qui est interrogé. Peut-on tout faire et tout accepter au nom de la mère patrie ? Dans l’épisode 6, le soldat Lo Khac Tam de l’armée Nord Vietnamienne résume en une phrase cette ambiguïté : « J’ai reçu la médaille de ‘valeureux soldat tueur d’Américains’ … mais on l’a payée du sang de nos camarades ».

D’aucuns ont reproché au film de dresser le portrait des vétérans du Vietnam comme des individus tristes, détachés et presque dégoûtés par leur implication dans les combats. Pourtant, les sondages montrent que 90 % des hommes qui ont servi sont fiers de leur engagement. Le sense of pride4 relativement absent du film est un parti pris qui ne rend pas entièrement compte de ce que signifie être un vétéran du Vietnam. Le réalisateur montre clairement de quel côté il se situe, mais rappelle aussi que les États-Unis se sont déchiré, et se déchirent encore, autour de la légitimité de la guerre. Le verdict du procès du soldat tenu pour responsable de la tuerie de Mai Lai était « aussi controversé que la guerre elle-même » : à l’époque, 79 % des Américains n’étaient pas d’accord pour reconnaître le soldat coupable.

« Burns et Novick nous livrent une nouvelle œuvre monumentale pour apporter une lumière nouvelle sur un conflit qui divise toujours les États Unis. The Vietnam War, c’est l’histoire d’une plaie jamais fermée.  » (Manon Barret)

Le récit d’une débâcle politique et d’une déchirure sociale

Burns veut montrer que la guerre se déroulait autant aux États-Unis que sur le sol Vietnamien, de par les fractures qu’elle a créées entre les citoyens et le monde politique d’une part et au sein de la société américaine d’autre part. Le documentaire a le mérite de rendre explicite, et même didactique, le rôle joué par les présidents américains dans l’initiative de la guerre et dans l’intensification de l’ampleur et de la violence des combats. Le silence fut gardé pour éviter à tout prix l’humiliation d’une défaite cuisante comme avaient connu les Français à Ðiện Biên Phủ avant eux. Aucune figure politique ne reçoit de traitement de faveur dans le film, pas même John F. Kennedy. On rappelle qu’il a transgressé les accords de Genève dès le début en venant grossir les rangs de l’armée Sud Vietnamienne et que l’agent orange fut utilisé sous son mandat dès 1961. Nul besoin d’effets cinématographiques élaborés pour montrer tout le cynisme des décisionnaires de la guerre : toutes les conversations téléphoniques des protagonistes américains sont archivées. On voit à l’écran des bobines d’enregistrements audio tourner tandis que les preuves accablantes de l’hypocrisie de la vie politique parviennent à nos oreilles. « Je voulais juste que vous sachiez à quel point cela me touche, et tous ces bruits qui courent à propos de [toussotement] quelqu’un essayant de saboter l’action du gouvernement de Saigon n’ont absolument aucune crédibilité de mon point de vue», voilà les propos de Richard Nixon au président Lyndon Johnson le 3 novembre 1968, après qu’il ait délibérément sapé les négociations de paix à Paris en promettant son soutien au Président sudiste Nguyên Van Thiêu contre le Nord Vietnam.

Le documentaire fait la part belle aux mouvements sociaux qui ont secoué l’Amérique des années 1960, des mouvements qui avaient pour toile de fond la guerre du Vietnam. Les mouvements anti-war et pro-war nés de cette époque trouble ont façonné deux visions opposées de l’Amérique qui se font encore face de nos jours. A l’échelle des parcours individuels, c’est tout le combat moral interne de l’Amérique qui s’exprime. Les destins parallèles des soldats Karl Marlantes et Tim O’Brien sont un reflet des luttes entre sens du devoir et convictions politiques. L’épisode 7 commence avec l’histoire de O’Brien, engagé dans l’armée avant tout par peur du jugement de sa communauté. Marlantes de même ne voulait pas être un « planqué » selon ses propres mots tandis que ses camarades risquaient leur vie au Vietnam. Les deux hommes se battaient pour une guerre qu’ils estimaient injuste, mais ils ne pouvaient envisager de « trahir » les leurs.

« Ni gagnants, ni perdants », quel bilan et quel message ?

Quel bilan faut-il retenir de la guerre selon Burns ? Le réalisateur semble partager le point de vue de Bao Ninh qui dit « il ne reste que des ruines » (premier épisode). Les destins individuels de plusieurs soldats tout au long du conflit nous montrent le long basculement des volontés, d’un patriotisme martial chevillé au corps à la désillusion, la défiance croissante envers le gouvernement et la remise en cause de l’objet de la guerre en lui-même. Les premiers épisodes nous donne à voir au milieu des années 1960 le jeune Denton Crocker Jr, plein de fougue et prêt à faire pression sur ses parents pour partir au combat avant l’âge requis. Dans les derniers épisodes, l’image des troupes américaines est celle d’une horde de soldats désabusés qui puisent dans la drogue des sursauts de motivation (épisode 8). La construction du mémorial aux Vétérans à Washington est un moment émouvant du film qui, arrivé au dixième épisode du documentaire, montre un point de vue fataliste et sans équivoque du bilan de la guerre : ni gagnants, ni perdants, la guerre ne fut pourvoyeuse de rien d’autre sinon de mort pour de jeunes soldats d’extraction modeste. Au delà des chiffres et des récits de bataille, la guerre est avant tout cette accumulation de récits de vies qui ont pris fin au seuil de l’âge adulte, résumés par des noms gravés sur un mur.

La fuite de Saïgon est un des derniers moments forts de la saga. Le récit du retrait des troupes américaines et l’abandon des Sud-Vietnamiens à leur sort, ces images historiques bien connues prennent des allures de mea culpa teinté de honte5 au nom de tout un pays lorsque, en off, on peut entendre un ancien analyste de la CIA, Frank Snepp : « La plupart des américains n’aimeraient pas entendre que les communistes étaient des alliés plus fidèles, mais c’était en fait le cas. »

★ ★ ★

Kens Burns aime à faire « rimer »6 l’histoire de l’Amérique. Son propos n’est jamais tout à fait éloigné de la réalité contemporaine. « The Vietnam War made the war matter again »7, c’est sans nul doute le plus grand mérite du film : rouvrir le débat sur les responsabilités américaines. Si grandes soient les omissions du film sur un plan historique – la colonisation française résumée en 20 minutes, le rôle amoindri des Sud-Vietnamiens – on ne peut lui retirer le courage de mettre les États-Unis face à leurs erreurs et leurs contradictions. La guerre filmée, l’intervention des troupes américaines sur des terrains étrangers pour des raisons obscures, le mensonge et la duplicité des élites politiques impliquées dans les décisions de guerre… Les parallèles entre le Vietnam et l’histoire récente des États-Unis au Moyen-Orient sont aisément traçables8. C’est tout le sens de l’effet Ken Burns9, l’effet de zoom lent sur des images fixes dans les documentaires. Le réalisateur redonne du mouvement aux images d’archive figées, il nous invite à les regarder attentivement. S’en est-il jamais caché ? Toute l’œuvre de Ken Burns10 est tournée vers l’Amérique et son peuple. Qu’il parle de jazz, de baseball, de Conquête de l’Ouest, de Mark Twain ou de la Seconde Guerre Mondiale, ou à présent de la guerre du Vietnam, le cinéaste poursuit toujours le même objectif : analyser la construction de l’identité des États-Unis, et par là même exposer à la société américaine contemporaine la racine de ses maux.

Manon Barret, promotion ASIOC 2017-2018

Sommaire des épisodes11.

Pour chaque épisode les titres français et américains (aux sens parfois très différents) sont écrits. En raison de sa longueur, la version américaine contient un épisode de plus que la version internationale – voir épisode 4.

1) Indochine, la Fin 1858 – 1961 / Déjà Vu

« Au terme d’une guerre longue et brutale, les révolutionnaires indépendantistes du Viet-Minh menés par Hô-Chi-Minh mettent fin à près d’un siècle de domination coloniale. »

2) Insurrection 1961 – 1963 / Riding the Tiger

« Conseillé par le ministre de la défense Robert McNamara, favorable au concept de « guerre limitée », le président Kennedy envoie des bataillons des forces spéciales combattre aux côtés de l’armée sud-vietnamienne l’insurrection Viet-Cong qui gagne du terrain. »

3) Le Bourbier Janvier – Décembre 1965 / The River Styx

« Alors que le chaos menace à Saigon, où huit gouvernements se succèdent en 18 mois, Hanoi et le Viet-Cong multiplient les offensives dans le Sud. »

4) Le Doute Janvier 1966 – Décembre 1967 / Resolve Janvier 1966 – Juin 1967 & This is What We Do Juillet – Décembre 1967

« Le Président Johnson envoie toujours plus d’appelés au Vietnam, tandis que des troupes Nord-Vietnamiennes renforcent le Vietcong au Sud. »

5) Révoltes Janvier – Juillet 1968 / Things Falling appart

« A la veille des célébrations du Têt (la fête du Nouvel An Vietnamien), les troupes Nord-Vietnamiennes et les forces Vietcong lancent une série d’attaques surprises coordonnées sur les grandes villes et les bases militaires à travers tout le sud. »

6) Fantômes Juin 1968 – Mai 1969 / The Veneer of Civilization

« De Paris à Prague, de Berlin à Washington, l’esprit de révolte gronde… »

7) Mer de Feu Avril 1969 – Mai 1970 / The History of the World

« Au printemps 1969, 543 482 soldats américains sont au Vietnam et 40 794 ont perdu la vie. Le moral des troupes est au plus bas. »

8) Guerre Civile Mai 1970 – Mars 1973 / A Disrespectful Loyalty

« Avec le retrait progressif des troupes américaines, les forces sud-vietnamiennes désormais seules, tentent en vain de couper la piste Hô-Chi-Minh au Laos. »

9) L’Effondrement Mars 1973 à nos jours / The Weight of Memory

« Alors qu’éclate le scandale du Watergate, la plupart des forces américaines quittent le Vietnam après la signature d’un accord entre Hanoi et Washington prévoyant le retour des troupes en échange du retour des prisonniers. »

___________________________________

Références citées :

Boulet-Gercourt, Philippe. « La division que vit l’Amérique trouve son origine au Vietnam », TéléOb, 18 septembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20170906.OBS4300/la-division-que-vit-l-amerique-trouve-son-origine-au-vietnam.html.

Callahan, Maureen. « ‘Vietnam’ reveals the folly of a war that scarred America », New York Post, 15 septembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://nypost.com/2017/09/14/vietnam-reveals-the-folly-of-a-war-that-scarred-america/.

« Effet Ken Burns. » Wikipedia, 21 novembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Ken_Burns.

McFarland, Melanie. « Ten years in the making, ‘The Vietnam War’ is broad and stunning » Salon, 18 septembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://www.salon.com/2017/09/17/ten-years-in-the-making-the-vietnam-war-is-broad-and-stunning/.

« The Films », site de Ken Burns. Accessed December 15, 2017. http://kenburns.com/the-films/.

Theintercept, « The Ken Burns Vietnam War Documentary Glosses Over Devastating Civilian Toll », The Intercept, 28 septembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://theintercept.com/2017/09/28/the-ken-burns-vietnam-war-documentary-glosses-over-devastating-civilian-toll/.

Ural, Andrew Wiest and Susannah, « Opinion | The Ken Burns Effect », The New York Times, 29 octobre 2017. Accessed December 15, 2017. https://nyti.ms/2y5tFP4.

West, Bing, « Missing from Ken Burns’ ‘Vietnam’: The patriotism and pride of those who fought », New York Post, 19 septembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://nypost.com/2017/09/19/missing-from-ken-burns-vietnam-the-patriotism-and-pride-of-those-who-fought/.

 

Notes

  1. La chaîne Arte, qui a diffusé le documentaire en France, a proposé aux spectateurs une version condensée en neuf épisodes. Cette version française est disponible à la vente sur le site de vidéo à la demande de la chaîne franco-allemande, à voir sur : https://boutique.arte.tv/detail/vietnam_neuf_episodes []
  2. Boulet-Gercourt, Philippe. « La division que vit l’Amérique trouve son origine au Vietnam. » TéléObs. September 18, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  3. Theintercept. « The Ken Burns Vietnam War Documentary Glosses Over Devastating Civilian Toll. » The Intercept. September 28, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  4.  West, Bing. « Missing from Ken Burns’ ‘Vietnam’: The patriotism and pride of those who fought. » New York Post. September 19, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  5. Callahan, Maureen. « ‘Vietnam’ reveals the folly of a war that scarred America. » New York Post. September 15, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  6. Boulet-Gercourt, Philippe. « La division que vit l’Amérique trouve son origine au Vietnam », art. cit. []
  7. Ural, Andrew Wiest and Susannah. « Opinion | The Ken Burns Effect. » The New York Times. October 29, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  8. McFarland, Melanie. « Ten years in the making, ‘The Vietnam War’ is broad and stunning. » Salon. September 18, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  9. « Effet Ken Burns. » Wikipedia. November 21, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  10. « The Films. » Ken Burns. Accessed December 15, 2017 []
  11.  Arte. « Vietnam. » ARTE Boutique – Films et séries en VOD, DVD, location VOD, documentaires, spectacles, Blu-ray, livres et BD. Accessed December 15, 2017 []

Claire Ly : Revenue de l’enfer. Quatre ans dans les camps khmers rouges – Recension d’Emmanuel Delaunay

Recension de  : Claire Ly, Revenue de l’enfer. Quatre ans dans les camps khmers rouges, Paris, Éditions de l’Atelier / Les Éditions Ouvrières, 2002, 191 p. (rééditions en 2007 et 2014).

Claire Ly : de l’enfer au parcours spirituel

La confession d’une femme cambodgienne

L’auteure de ce récit, Claire Ly, est née en 1946 à Battambang, une ville située dans l’ouest du Cambodge et capitale de la province éponyme frontalière de la Thaïlande. Lors de l’arrivée des Khmers rouges, elle travaillait pour le ministère de l’Éducation nationale en tant que traductrice de manuels scolaires en français, après avoir été professeure de philosophie pendant quatre ans.

Entre avril 1975 et janvier 1979, elle est internée dans un camp de travail où, privée de sommeil et de nourriture, elle effectue des travaux de terrassement. En novembre 1975, elle y donne la vie à son second enfant. Après la chute du régime de Pol Pot et sa libération, elle émigre en 1980 en France avec ses enfants en tant que réfugiée politique.

De confession bouddhiste, elle se convertit au catholicisme en 1983 et s’investit dans la vie religieuse chrétienne, rencontrant le Pape François en 2016. Dans ce témoignage, elle fait part de son expérience humaine et spirituelle, de son itinéraire entre bouddhisme et christianisme.

L’illusion khmère rouge

17 avril 1975 : jour de la victoire de la révolution communiste khmère. Le 21 avril suivant, les Khmers rouges (portant un uniforme noir) arrivent à Battambang. Ils éliminent les intellectuels, les notables, les personnes liées à l’ancien gouvernement et les opposants. L’auteur perd ainsi successivement son père, un industriel aisé, son mari directeur de banque, son frère ainé un député puis son jeune frère, un commerçant marié avec une française.

La République khmère devient le Kampuchéa démocratique, dirigé par l’Angkar. L’Angkar désigne le Parti ouvrier du Kampuchéa, d’inspiration maoïste, placé sous l’autorité de Saloth Sâr, alias Pol Pot. L’objectif de l’Angkar est de créer par la dictature une société communiste sans classes, purgée de l’influence capitaliste, coloniale et religieuse.

L’auteure – Claire Ly, en khmer « Chhay Hun » – doit son salut à son statut de femme qui lui a permis de se faire passer pour une bourgeoise sans éducation.

L’Angkar donne l’ordre à tous les citadins de quitter Battambang dans l’heure qui suit car, disent-ils, les Américains vont venir les bombarder. Ils instrumentalisent l’exemple de Preah Vésandor qui est le modèle de détachement suprême pour les bouddhistes. Rien n’est permanent dans cette vie, tout n’est qu’illusion.

Partie avec son fils de 3 ans et sa mère notamment, Chhay Hun ne peut franchir la frontière thaïlandaise qui est bloquée et se retrouve dans un camp de fortune à la campagne puis dans un camp de travail. « Mon savoir livresque ne me sert pas, écrit-elle. Illusion de mes diplômes de philosophie et de droit. Tout n’est qu’illusion ici-bas » (p. 35), comme la vie d’une fille de famille aisée qui se croyait à l’abri de toutes les misères du monde grâce à son bon karma. « En quelques jours, il ne me reste plus rien » (p. 35).

La rééducation commence. L’auteure explique comment s’organise la dictature. L’idéologie khmère rouge prône la haine des classes comme moteur de l’avènement d’une société juste. La population est ainsi divisée en groupes de dix foyers et en coopératives de dix groupes. Le chef de groupe est de préférence un illettré issu d’un milieu ouvrier ou paysan. Cinq ou six espions sont choisis parmi la jeunesse paysanne.

Il y a le peuple en attente : ce sont les paysans qui peuvent continuer de jouir de leurs propriétés (maisons, arbres fruitiers, barques, instruments de pêche) et le peuple nouveau : c’est le peuple de la ville, mauvais, souillé par la civilisation occidentale. Il faut le purifier par la rééducation. Il ne possède plus rien, c’est par les travaux forcés qu’il deviendra un peuple pur. Les paysans, malheureux, ont un bouc émissaire, « celui formé par nous, les gens de la ville, les souillés, sur qui ils peuvent se défouler », écrit-elle (p. 46). En tant que membre du peuple nouveau, Chhay Hun est envoyée sur un chantier de terrassement et participe à la construction de digues.

Le bouddhisme questionné

Hun a de plus en plus de mal à comprendre les enseignements du Bouddha. Prise dans un étau de haine et de colère (qui l’éloigne de la sagesse ancestrale, précise-t-elle) elle ne sait comment trouver le chemin juste. Finalement, le chemin du milieu sera pour elle le « silence ». C’est la seule voie pour survivre car elle ne doit surtout pas trahir son milieu social, montrer son accent des villes et son vocabulaire.

Au bout de sept mois de rééducation, l’Angkar estime que le peuple des villes commence à marcher sur le chemin de la révolution. Il ne possède plus rien. Habilement, l’Angkar a monté chacune à son tour une classe sociale contre une autre. Ce sont maintenant les gens des villes qui surveillent les paysans appelés, eux aussi, à se purifier. Ceux-ci sont également dépossédés de leurs biens qui sont déclarés « biens de l’Angkar ».

En novembre 1975, Hun accouche d’une petite fille prénommée Ratha, prénom choisi par l’Angkar (pratiquement par la femme du président de la coopérative) et qui signifie fille de l’État. Elle peut allaiter son enfant mais doit le faire également pour les enfants des autres et réciproquement.

Pour le Kampuchéa démocratique, il n’y a en effet plus de cellule familiale, chaque mère étant mère de tous les enfants de l’État, le président de la coopérative étant le père de tout le monde.

Le compagnon du Ciel

Pour un bouddhiste, il ne peut y avoir d’injustice puisque tout est justifié par le karma. Hun commence à s’en détourner et à refuser les conséquences des actes commis dans « je ne sais quelle vie antérieure », écrit-elle.

Pour survivre aux travaux épuisants de terrassement dans un contexte de privation de sommeil et de nourriture, Chhay Hun a besoin d’un interlocuteur à qui parler. Elle ne peut s’adresser à son karma. Elle a alors l’idée (issue du bouddhisme pour les cas extrêmes) de se construire un « objet mental »  qui joue le rôle d’un bouc émissaire, un interlocuteur à qui parler et qu’elle appelle le « Dieu des occidentaux » (p. 66). Elle estime en effet que l’Occident est responsable tant des guerres d’Indochine et du Vietnam que de l’idéologie des Khmers rouges issue du marxisme. Elle insulte du matin au soir ce « Dieu des occidentaux : cet échange continuel avec ce Dieu témoin me donne l’énergie nécessaire pour survivre. Cette compagnie silencieuse m’a sauvée de la folie », explique-t-elle.

Peu à peu, par ces conversations avec son Dieu témoin, elle se sent moins chargée de haine. Elle se met même à lui adresser des « merci ». Lorsque par exemple, un gradé khmer rouge vient chercher son fils pour le soumettre à l’endoctrinement de l’Angkar, elle touche le fond du désespoir ; mais grâce à un stratagème des plus risqués, elle réussit à l’en soustraire : « je te remercie de tout cœur même si tu n’y es pour rien, tu es un compagnon indispensable » (p. 112).

Dans le « mouroir pagode » où elle a l’occasion de se rendre, elle voit un enfant d’un an environ et sa mère. L’enfant est si mal qu’il a les traits d’un vieillard. Elle demande à son Dieu témoin de le délivrer de cette vie. Le deuxième jour, l’enfant est mort et elle le remercie. C’est la première fois que le Dieu des occidentaux devient son Dieu tout court.

Elle constate que cette certitude d’être accompagnée a sorti son cœur et son esprit de la haine et de la vengeance. Elle se débarrasse de la logique du karma et accepte de s’affranchir de sa vie antérieure.

Libération et conversion en exil

En novembre 1978, les Khmers rouges sont pris d’un vent de panique. Chhay Hun comprend qu’ils ne peuvent plus s’occuper des prisonniers. Les cadres ont disparu. Le 7 janvier 1979, les Khmers rouges sont battus par les Vietnamiens, des soldats verts au lieu des soldats noirs. Les prisonniers sont libérés de l’esclavage des Khmers rouges, la famine est terminée.

Enceinte de son mari Sak après un mariage arrangé dans le camp, elle accouche d’un fils qu’elle prénomme Borey, signifiant « ville du bonheur » par défi à l’histoire tragique de son pays. Hun retourne à Battambang dans la maison de son père où elle a passé sa jeunesse mais elle se dit libérée de ce passé, d’autant que ce sont maintenant les communistes pro-Vietnamiens qui commandent après les communistes Khmers rouges.

Par l’intermédiaire de la Croix-Rouge, elle quitte finalement le Cambodge pour, via la Thaïlande, gagner la France avec ses enfants. Elle rejoint un foyer de jeunes travailleurs à Rodès, près d’Alès, puis elle s’installe dans un petit village du Gard, Saint Hilaire de Brethmas. Elle souhaite que ses enfants s’enracinent en France. Peu à peu, son Dieu devient le Dieu des chrétiens, et elle va finir par se convertir au christianisme. Ayant pris le nom de Claire Ly, elle est actuellement enseignante à l’Institut de Sciences et Théologie des Religions.

Le programme totalitaire des Khmers rouges entraina des crimes de masse (environ 1,7 million de morts) soit un quart de la population de l’époque1. En 2011, je me suis rendu sur les lieux de mémoire de l’ancienne prison de Tuol Seng (S-21) à Phnom Penh et sur l’ancien camp d’exécution de Choeung Ek situé à 17 kilomètres au sud-ouest de la capitale cambodgienne. Cette expérience m’a conduit à choisir le récit de Claire Ly. Son livre donne la mesure du drame cambodgien vu sous l’angle original d’un nouveau cheminement spirituel.

Emmanuel Delaunay, promotion ASIOC 2017-2018.

Image « à la une » : salle de torture à S21 © Claire Ly

Emmanuel Delaunay est étudiant en Master 2 Asie orientale contemporaine (ENS de Lyon et Sciences Po Lyon). Officier de sécurité civile, son intérêt pour l’Asie l’a conduit à reprendre ses études afin de se spécialiser sur cette aire géographique. Il effectue actuellement une mobilité académique en Chine.

Note

  1. Programme d’étude sur le génocide cambodgien de l’université de Yale, 1994 []

Le destin étrange de Doan Van Toai, auteur du Goulag vietnamien

L’ancien étudiant contestataire Doan Van Toai qui a fait connaître à l’Occident le système carcéral du Viêt-Nam communiste est décédé en novembre dernier aux États-Unis. En 1979, réfugié politique en France, Toai faisait publier chez Robert Laffont, Le goulag vietnamien, un témoignage détaillé de son expérience carcérale avant et après la chute de Saigon1. Alors encore portés par le « mythe Viêt-Nam », les intellectuels français et le grand public découvraient l’importance du système pénitentiaire vietnamien dans le fonctionnement politique du régime et son étendue. Ce témoignage trouva une forte résonance avec ceux des dissidents soviétiques (en particulier Soljenitsyne, Boukovski et Ginsburg)2 et le travail de Michel Foucault sur l’histoire et la logique de l’emprisonnement en France3.

Continuer la lecture de Le destin étrange de Doan Van Toai, auteur du Goulag vietnamien

  1. Les neuf premiers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à son enfance et son engagement politique avant 1975, les neuf chapitres suivants sont consacrés à son expérience concentrationnaire sous le régime communiste []
  2. Cf. en particulier Alexandre Soljenitsyne, Une journée d’Ivan Denissovitch (Julliard, 1963) et L’archipel du goulag (Fayard, 1973) ; Vladimir Boukoski, Une nouvelle maladie mentale en URSS : l’opposition (Seuil, 1971) ; Leonid Pliouchtch, Dans le carnaval de l’histoire. Mémoires (Seuil, 1977) []
  3. Surveiller et punir, Gallimard, 1975 []

« Breaking the Silence » – Khmer Mekong films & WSD Handa Center – Centre Bophana – 1er juillet 2017

Annonce du Centre Bophana à Phnom Penh :

Projection du film documentaire :

Breaking the Silence

Produit par Khmer Mekong films & WSD Handa Center, 2017, 50 min, version anglaise

Samedi 1 juillet à 17h : Ciné Samedi

Breaking the Silence est un film documentaire sur la violence sexuelle et sexiste pendant le régime du Kampuchea démocratique. De la salle d’audience aux salles de classes, des forums de la société civile aux tables familiales, les survivants révèlent leurs souffrances, jusqu’à présent cachées, qui continue d’avoir un impact sur la société cambodgienne 40 ans après la chute des Khmers rouges.

Entrée libre.

Contact :
Bophana Audiovisual Resource Center
64 Street 200
Okhnia Men
Phnom Penh 12211
Cambodia
+855 (0) 23 992 174

Copyright © 2016 Bophana Audiovisual Resource Center, All rights reserved.

 

Source : Bophana Center

Explorer et exposer : voyages, témoignages et objets documentaires – Journées DocAsie 2017

[ndlr] Annonce du réseau DocAsie.

Les 11ème journées DocAsie se dérouleront du 21 au 23 juin 2017 à Marseille. Pour ce 10ème anniversaire, elles se dérouleront entre le Mucem et la Maison Asie-Pacifique et auront pour thème :

Explorer et exposer : voyages, témoignages et objets documentaires.

Autour des collections françaises sur l’Asie.

De l’exploration à l’exposition : Témoignage des relations entre la France et l’Asie, résultat d’une « relation », d’un voyage, le document, de collections asiatiques, est ensuite « objectivé » pour devenir source d’exploration, objet d’études, objet conservé, élément constitutif d’une collection, et peut devenir ensuite objet d’exposition.

Pour en savoir plus : DocAsie

Philippe Olivera : « Dans la tête des poilus » (Conférence 2014)

[ndlr] Intervention de l’historien Philippe Olivera sur l’historiographie de la guerre de 1914-1918 et la littérature de témoignage : analyse de l’évolution de l’historiographie du témoignage de guerre et retour sur la controverse française sur la « culture de guerre » (école de Péronne). Présentation sur la chaîne de Jacques Paul.

Invité par la section rennaise de la Ligue des droits de l’Homme, l’Université Rennes II et l’association Histoire deux, l’historien Philippe Olivera démonte [les] dérives de la « nouvelle histoire », qui, depuis la disparition des derniers poilus, entend se mettre dans leur tête, et déformer voire contester leurs témoignages. Il souligne les enjeux historiques et politiques de cette « entreprise d’histoire à succès », d’histoire « décomplexée »… Une conférence salutaire et passionnante.

Pour en savoir plus :

Brenda M. Boyle and Jeehyun Lim, eds.: Looking Back on the Vietnam War – Twenty-First Century Perspectives

[ndlr] Parution d’un ouvrage collectif dans lequel les perspectives vietnamiennes sont prépondérantes. Présentation de l’éditeur.

LookingBackOnTheVietnamWarMore than forty years have passed since the official end of the Vietnam War, yet the war’s legacies endure. Its history and iconography still provide fodder for film and fiction, communities of war refugees have spawned a wide Vietnamese diaspora, and the United States military remains embroiled in unwinnable wars with eerie echoes of Vietnam.

Looking Back on the Vietnam War brings together scholars from a broad variety of disciplines, who offer fresh insights on the war’s psychological, economic, artistic, political, and environmental impacts. Each essay examines a different facet of the war, from its representation in Marvel comic books to the experiences of Vietnamese soldiers exposed to Agent Orange. By putting these pieces together, the contributors assemble an expansive yet nuanced composite portrait of the war and its global legacies.

Though they come from diverse scholarly backgrounds, ranging from anthropology to film studies, the contributors are united in their commitment to original research. Whether exploring rare archives or engaging in extensive interviews, they voice perspectives that have been excluded from standard historical accounts. Looking Back on the Vietnam War thus embarks on an interdisciplinary and international investigation to discover what we remember about the war, how we remember it, and why.

Contributors

Brenda Boyle, Jeehyun Lim, Yen Le Espiritu, Quan Tue Tran, Viet Thanh Nguyen, Lan Duong, Vinh Nguyen, Robert Mason, Leonie Jones, Heonik Kwon, Diane Niblack Fox, Cathy Schlund-Vials

Table Of Contents

Chronology

Note on the Text

Introduction: Looking Back at the Vietnam War / Brenda M. Boyle and Jeehyun Lim

  • Chapter 1: Vietnamese Refugees and Internet Memorials: When Does War End and Who Gets to Decide? / Yên Lê Espiritu
  • Chapter 2: Broken, but Not Forsaken: Disabled South Vietnamese Veterans in Vietnam and the Vietnamese Diaspora / Quan Tue Tran
  • Chapter 3: What Is Vietnamese American Literature? / Viet Thanh Nguyen
  • Chapter 4: Viet Nam and the Diaspora: Absence, Presence, and the Archive / Lan Duong
  • Chapter 5: Liberal Humanitarianism and Post–Cold War Cultural Politics: The Case of Le Ly Hayslip / Jeehyun Lim
  • Chapter 6: Ann Hui’s Boat People: Documenting Vietnamese Refugees in Hong Kong / Vinh Nguyen
  • Chapter 7: “The Deep Black Hole”: Vietnam in the Memories of Australian Veterans and Refugees / Robert Mason and Leonie Jones
  • Chapter 8: Missing Bodies and Homecoming Spirits / Heonik Kwon
  • Chapter 9: Agent Orange: Toxic Chemical, Narrative of Suffering, Metaphor for War / Diane Niblack Fox
  • Chapter 10: Re-Seeing Cambodia and Recollecting The ’Nam: A Vertiginous Critique of the Military Sublime / Cathy J. Schlund-Vials
  • Chapter 11: Naturalizing War: The Stories We Tell about the Vietnam War / Brenda M. Boyle

Appendix A: Archives

Appendix B: Publications since 2000

Notes on Contributors

Index

Source : Rutgers University Press

Nguyễn Quang Lập : Sài Gòn giải phóng tôi – Saigon m’a libéré

[ndlr] A lire sur la page Facebook de l’écrivain Nguyễn Quang Lập sa découverte de Saigon, un anniversaire fondateur.

Mãi tới ngày 30 tháng 4 năm 1975 tôi mới biết thế nào là ngày sinh nhật. Quê tôi người ta chỉ quan tâm tới ngày chết, ngày sinh nhật là cái gì rất phù phiếm. Ngày sinh của tôi ngủ yên trong học bạ, chỉ được nhắc đến mỗi kì chuyển cấp. Từ thuở bé con đến năm 19 tuổi chẳng có ai nhắc tôi ngày sinh nhật, tôi cũng chẳng quan tâm. Đúng ngày “non sông thu về một mối” tôi đang học Bách Khoa Hà Nội, cô giáo dạy toán xác suất đã cho hay đó cũng là ngày sinh nhật của tôi. Thật không ngờ. Tôi vui mừng đến độ muốn bay vào Sài Gòn ngay lập tức, để cùng Sài Gòn tận hưởng “Ngày trọng đại”.

Lire la suite : Facebook (29/04/2016)

Projection : Retour sur une illusion – film documentaire de Claudio Recupero et d’Elena Hazanov

[nldr] Projection du film documentaire de Claudio Recupero et d’Elena Hazanov sur le Cambodge des Khmers rouges.

logoFestivalFDHRencontrer un couple ayant survécu au terrible régime des Khmers rouges et filmer leur témoignage. Telle est l’expérience incroyable qu’ont vécu six lycéens suisses, sous l’impulsion des réalisateurs Hazanov et Recupero. Conduisant le spectateur de Bruxelles à Paris puis à Phnom Penh, ce film documentaire donne à voir le témoignage poignant de Ong Thong Hoeung et de son épouse Bounnie sur leur descente aux enfers dans les camps de rééducation khmers rouges. Il est également le reflet de la relation singulière qui se créé entre ces témoins et les six jeunes personnes qui recueillent leur histoire.

RetourSurUneIllusionOng Thong Hoeung et Bounnie © DR

Programmation

  • FIFDH PARIS 2016 / mer 06 avril / 09h30
  • FIFDH PARIS 2016 / mer 06 avril / 18h00
  • FIFDH PARIS 2016 / ven 08 avril / 15h30
  • FIFDH PARIS 2016 / mer 13 avril / 20h00

Source : Festival International du Film des Droits de l’Homme de Paris

Lucien Trong : Enfer rouge mon amour – CR de lecture par Colette Bottazzi

CR de lecture de Colette Bottazzi : Lucien Trong, Enfer rouge mon amour, Paris, Seuil, 1980, 187 p.

LucienTrong_EnferRougeMonAmourCe témoignage biographique raconte l’expérience de Lucien Trong, ancien détenu dans un camp de rééducation entre juin 1975 et novembre 1978. Né en 1947 et originaire du Sud de l’Indochine, l’auteur a vécu successivement la première guerre d’Indochine (1947-1954), la séparation du Vietnam avec les accords de Genève, puis la guerre du Vietnam (1955-1975) qui débouche sur la victoire du Nord avec la prise de Saigon renommée Hô Chi Minh-Ville.

Son récit raconte l’histoire de tout un peuple, la vie à Saigon, la peur, la volonté de fuir le régime, le départ par la mer et l’incarcération dans les « camps de rééducation ». Pendant ces trois années qu’il passe dans en camp, il noue une relation très forte avec un autre détenu, Ly. Amitié et amour, cette rencontre devient le fil conducteur de sa survie, autour duquel le récit s’articule comme un hommage à l’ami resté au Vietnam. Lucien Trong a publié ce récit un an après son arrivée en France où il vit encore aujourd’hui.

Le récit, en vietnamien et en français, est librement accessible sur internet et vient témoigner de cette partie terrifiante de l’histoire qu’il faut encore mettre en lumière. Ce type de témoignage, dont Enfer rouge, mon amour est un des premiers, est d’autant plus nécessaire que les crimes commis à cette époque par le régime en place, n’ont toujours pas été reconnus.

Témoignage du réel, raconté dans l’ordre chronologique, le récit raconte à travers l’histoire de l’auteur, la vie de nombreux civils vietnamiens. Le récit commence ainsi : « Je suis né en 1947 au milieu des décombres. La première guerre d’Indochine avait éclaté quelques mois auparavant avec le bombardement de Haiphong par la flotte française et le soulèvement de Hanoi par Hô Chi Minh », il raconte alors son enfance et l’exode de sa famille vers Saigon dans la faim et la peur. Après une période plus tranquille, il décrit comment, à partir d’avril 1975, les villes sud-vietnamiennes tombèrent une à une jusqu’à l’entrée des chars à Saigon le 30 avril.

Être « libéré »

La description de la vie quotidienne du peuple à cette période (après la prise de Saigon) est précieuse, et permet de déconstruire la propagande du régime en place, qui se donne une image de libérateur bien accueilli et réunifiant le nord et le sud du Vietnam.

« le peuple se contenta d’accepter passivement le gouvernement du plus fort. S’il y eut jamais un léger doute dans l’esprit des Sud-Vietnamiens quant à la nature de l’intervention des « frères du Nord », il fut vite levé : l’attitude des uns et des autres démontrait à l’envi que le libérateur était un occupant, […]. L’illusion de la joie de vivre sous le régime communiste se défaisait au fil des arrestations arbitraires, des exécutions publiques, des démonstrations de force souvent sanglantes. La soif de vengeance se camouflait mal derrière la façade ostentatoire de fraternité. » (p.121 )

La première partie du récit décrit ainsi la panique, la fuite, les stratégies de survie du peuple pour « se faire le plus discret possible » (se procurer des drapeaux rouges en signe d’allégeance au nouveau régime (p. 12), les vêtements ternes pour se fondre dans la masse) et faire des « réserves en prévision des coups durs », cachant même l’or dans les doublures et ourlets. Les arrestations, les exécutions publiques, la délation et les autocritiques deviennent quotidiennes : « pour préserver la sécurité de sa famille, chacun devenait un mauvais acteur de théâtre, écœuré par son rôle, submergé par la peur » (p. 13).

The Lewiston Daily Sun - Jun 5, 1975 source: http://news.google.com/newspapers?nid=1928&dat=19750605&id=FWIgAAAAIBAJ&sjid=0mUFAAAAIBAJ&pg=2674,643387 Viet 'Peoples' Justice Swift, Result Deadly http://www.newspapers.com/newspage/68970734/ SAIGON (AP) - They came to watch a "People's Tribunal" of the new Provisional Revolutionary Government (PRG). There were more than 1000 spectators. They gathered last week on Cong Ly Street near McNamara Bridge, named by Americans for the former United States secretary of defense, Roberts McNamara, because of an assassination attempt against him in the early 1960s when explosives were planted on the bridge he was scheduled to cross. Nguyen Tu Sang, 23-year-old son of a carpenter, was accused of tossing a grenade at civil guards of the PRG, of having joined four different branches of the former Saigon army, and of being a troublemaker in his neighborhood. Two banners hung on a row of tables strung across the street. One said: "The Peoples Tribunal of Yen Do Ward." The other said: "We are determined to punish troublemakers who cause harm to order and security, to protect the life and property of the people." The trial was witnessed by Sang's father and mother. The crowd faced a pagoda. Sang stood erect on a wooden stool without emotion, his hands handcuffed in front of him. To his right stood PRG soldiers, one of them with an AK47 rifle with bayonet pointed at him. On a platform just behind Sang stood a man in civilian clothes reading the verdict, guilty. The sentence: death. Sang was lead to a nearby alley where he was ordered to face a wall. He was shot to death with a pistol that had a silencer. Witnesses said three bullets were fired. One hit Sang in the head and two in the back. An ambulance carried away his body. Witnesses said that just before the execution, Sang was calm. He smoked a cigarette. He broke down and wept only when his mother approached him in tears.
Viet ‘Peoples’ Justice Swift, Result Deadly, The Lewiston Daily Sun – Jun 5, 1975 © AP

Il raconte la pauvreté due à la nationalisation des commerces, la corruption qui semble être partout, mais aussi le contrôle de la population ; notamment en terme de déplacements. L’assiduité aux réunion, « la bonne conduite » deviennent des conditions de survie, qui permettent d’avoir les certificats nécessaires aux déplacements, mais aussi pour avoir droit aux tickets de rationnement. Les « stages de rééducation » pour les militaires et fonctionnaires de l’ancien régime se révèlent indéterminés et prennent une forme de camps de travail. De la même manière, fuir les « nouvelles zones économiques » est interdit. Même libérés, les anciens détenus n’ont aucun droit aux tickets de rationnement et doivent vivre aux crochets de leur famille ; de même les enfants de détenu, ne peuvent pas aller à l’école. Cette discrimination permet aussi d’expliquer la fuite d’une grande partie de la population vietnamienne à travers le phénomène des Boat People.

Être prisonnier

La majeure partie du récit raconte les trois années vécues par l’auteur dans le camp de rééducation où il a été envoyé suite à une tentative de fuite par la mer en 1975. Le terme de « camp de rééducation » couvre autant d’horreurs qu’il faudrait plutôt parler de camp de prisonniers ; ou « camp de la mort lente ». Travail forcé pendant la journée entière sur des chantiers parfois situés à 5 ou 10 kilomètres du camp ; repas limités à deux bols de riz et deux bouillons par jours ; obligation d’assister à des séances d’endoctrinement le soir, sans parler de la pression psychologique liée aux séances d’auto-critique et « auto-déclarations » forcées, écrites et réécrites interminablement… ce rythme insoutenable des journées s’accompagne de la faim, de la maladie, de la fatigue, et des nombreuses interdictions passibles de sanctions et d’emprisonnement.

« On a accusé le régime actuel d’empoisonner ou de fusiller ses prisonniers. C’est faux. D’ailleurs, rien de tel n’était nécessaire, du moins dans mon camp. On se contentait de les laisser mourir de mort naturelle, d’épuisement, de béribéri, de tuberculose, de dysenterie. Les conditions de travail, de ravitaillement et d’hygiène favorisaient le terrain. Pas de médicaments ou presque. Désespérés, humiliés, les malades se laissaient mourir. » (p. 39)

On estime qu’un million de citoyens a été emprisonné arbitrairement  après la prise de Saigon et que 165 000 personnes seraient mortes dans des camps de rééducation2. Pour le camp dans lequel il a vécu, l’auteur témoigne de 1000 détenus répartis par groupes de 50 sous la surveillance d’un chef de cellule – un prisonnier désigné par la direction pour espionner et dénoncer les autres détenus – (p. 31). Il y a aussi des femmes détenues, souvent anciennes prostituées, dans un bâtiment séparé. La vie dans le camp est organisée par des règlements stricts : tous les déplacements sont surveillés et passibles de sanctions, de même pour les contacts avec les autres détenus ou personnes extérieures. Posséder ou garder certains objets est interdit (papier, objet tranchant…). Enfin, certaines règles peuvent donner lieu à des abus ; principalement lorsqu’elles concernent les relations avec les supérieurs (impolitesse, désobéissance, refus de travailler…). Le récit témoigne de situations d’injustice où un rien peut être assimilé à un « comportement contre-révolutionnaire » et coûter très cher au détenu. Le pire châtiment étant l’envoi au « conex », qui sont en fait des conteneurs laissés par les États-Unis en 1975, où 6 à 10 détenus sont enchaînés dans quatre mètres carrés.

Conex

Témoignage du réel, mais aussi de l’espoir ; l’espoir d’une visite de la famille qui apporte des paquets, on estime que sans cet apport, beaucoup plus de détenus seraient mort de faim. L’amitié, la débrouille, l’entraide vient aussi prendre une place importante dans le récit. Ly et Lucien partagent cette vie dans le camp ; que ce soit à l’extérieur lors des corvées où ils s’entraident et trouvent quelque moments de bonheur ; et dans ce même coin de cellule qu’ils partagent quelque temps et qu’ils arrangent pour améliorer leur quotidien. (bricolage d’un « garde manger » et d’un four creusé dans la terre…). La mémoire restituée par le récit nous surprend parfois par ce bonheur raconté au sein de l’horreur devenue « habituelle ». Des allusions à l’enfance, reviennent souvent lorsque les deux amis sont ensemble, se boudent pour un oui ou pour un non, se font des promesses et jouent à s’imaginer une vie ensemble en dehors du camp (p.78) :

« Nous étions effectivement comme ces enfants qui n’ont pour tout trésor que des bouts de ficelle et des boites en carton et qu’on voit promener imperturbables leur « tigre », et battre fièrement leur « tambour ». Et comme les enfants nous étions inséparables, car la moindre absence détruisait l’illusion : tigres et tambours redevenaient ficelles et cartons. Nous nous efforcions donc de travailler l’un près de l’autre. Ly prétendait qu’avec moi on oubliait la prison. Je n’osais pas lui dire que j’y serais volontiers resté la vie entière si j’avais eu la certitude d’être auprès de lui. » (p. 63)

PlanCampRééducationMPT

Cette rencontre improbable entre deux individus de classes sociales différentes, joue un rôle fort dans leur survie. Et même si on peut se demander si la mémoire ainsi restituée, vient peut être magnifier des souvenirs que l’auteur cherche à conserver, dans une volonté d’être fidèle à ces moments passés avec Ly. Ce récit a la particularité de parfois se positionner moins pour témoigner l’horreur que pour raconter cette amitié vécue par l’auteur, et le « bonheur » qu’il y a trouvé et qui l’a aidé à « vivre ».

Être « Boat People »

LucienTrongUne troisième partie décelable raconte la fuite du Vietnam par la mer. L’auteur et son ami finissent par sortir du camp après trois ans ; mais libres, ils sont plus séparés que jamais. Du fait du statut des anciens détenus, sous surveillance, sans accès aux rations alimentaires, sans possibilité ni de travailler ni de se déplacer légalement ; l’auteur décide de quitter le Vietnam. Il se situe alors parmi « ce que le monde occidental appelle les boat-people » (p. 188) ; la fuite par la mer revient à affronter autant de risques (moussons, typhons, contrôles policiers, piraterie), que beaucoup de Vietnamiens sont prêts à affronter. Son expérience témoigne aussi des moyens qui ont été rendu possible pour fuir par la mer. Si, selon l’auteur « tout le monde aurait voulu fuir » (p. 174), ceux qui le font sont ceux qui « ont pu payer » très cher des « passeurs », pour voyager dans des conditions misérables. Entassés dans des cales ou sur le pont, pouvant à peine bouger, subissant les brutalités de l’équipage, souffrant de faim, de soif, d’épuisement…

* * *

Dans un format court, Enfer rouge mon amour se lit facilement et est d’une richesse impressionnante. Il s’agit d’un récit à la fois personnel et partagé, où chaque paragraphe a son importance. Comme témoignage du réel, histoire sentimentale, et pensées personnelles ; on suit l’auteur à travers son vécu, mais aussi le vécu de tout un peuple : civils, prisonniers, réfugiés. Chaque élément encourage le lecteur à la réflexion, qu’il s’agisse de son propre témoignage, mais aussi des différents parcours de vie des personnes qu’il rencontre et dont il parle. Il ouvre aussi notre curiosité sur des questions relatives à la tradition, la religion, l’amitié, l’amour, la survie dans le camp et l’arbitraire de ces espaces comme « îlots de la pratique du pouvoir ». L’ouvrage est aussi illustré de schémas ou de dessins, et certains passages viennent accompagner le récit avec des dates, des précisions apportées par l’auteur sur des éléments dont il a pris connaissance à posteriori mais aussi ses réflexions personnelles et critiques qui donnent vie au récit et nous rappellent à la réalité d’hier et d’aujourd’hui.

Colette Bottazzi, Promotion ASIOC 2015-2016

Image « à la une » : Huile sur toile de Lucien Trong.

_______________

Suite à un parcours universitaire en sociologie générale, Colette Bottazzi est étudiante en Master Asie Orientale Contemporaine de l’ENS de Lyon (2015-2016).  Actuellement membre de l’équipe de recherche du LIA « Sociologies Post-Occidentales en France et en Chine » CNRS/ENS-CASS, codirigé par Laurence Roulleau-Berger, Directrice de Recherche au CNRS et Li Peilin, Vice Président de la CASS, elle est invitée par le département de sociologie de l’Université de Pékin en 2016. Ses recherches en Master portent sur l’appropriation des questions environnementales au sein de quelques entreprises sociales situées dans la province du Yunnan.

Notes

  1. Cf. la version numérique []
  2. Desbarats, Jacqueline. « Repression in the Socialist Republic of Vietnam: Executions and Population Relocation », from The Vietnam Debate (1990) by John Morton Moore ; Anh Do & Hieu Tran Phan, « Millions of lives changed forever with Saigon’s fall« . Special report on the survivors of Camp Z30-D, 1075, Orange Country Register, Sunday April 29, 2001. Notons que cette dernière estimation reste sujette à caution []