Archives par mot-clé : soviets du Nghe Tinh

Document : Deux ans d’Indochine – un fleuve de sang (1934)

Nguyen Thai Hoc (1902-1930) et l’étendard du VNQDD à Yen Bai
© illustration thèse Guillemot

Il y a 83 ans, dans la nuit du 9 au 10 février 1930, la garnison de Yên Bai se mutinait lors de l’insurrection générale organisée par le Parti National du Viêt-Nam (VNQDD) [1]. La même année, et ce jusqu’en mai 1931, les paysans cochinchinois manifestaient et le centre du Viêt-Nam s’embrasait avec l’instauration des Soviets du Nghe Tinh. Le mouvement révolutionnaire dans son ensemble fut durement réprimé par la Sûreté coloniale secondée par la Garde indochinoise et par la Légion étrangère aidée de l’aviation de guerre. La répression sanglante fit des centaines de morts (peut-être même des milliers) et l’Etat colonial ordonna des milliers d’arrestations. La violence de la réponse du pouvoir colonial aux « événements d’Indochine » fut rapportée et décrite en son temps par les journalistes Andrée Viollis et Louis Roubaud [2]. A Paris même, le Secours rouge international appela à manifester pour sauver de la mort les condamnés de juin 1930 (Affiche aux Anom) [3]. La revue communiste La Révolution Prolétarienne, présentée ci-dessous, s’appuie sur les textes de l’avocat Phan Van Truong, de Roubaud, de Viollis, et du militant anticolonialiste J. Péra (Louis Bercher) pour dénoncer « l’hystérie collective » qui caractérisa la réponse de l’Etat colonial aux soulèvements révolutionnaires. Pour six militaires français tués à Yen Bai, et deux autres au Centre et au Sud, combien de Vietnamiens torturés, arrêtés et assassinés ? s’interroge l’auteur de ce dossier dûment argumenté.

[1] Selon Tobias Rettig, l’insurrection aurait été déclenclée le 10 janvier aux environs de 1:30 du matin. Voir : Rettig, Tobias (November 2002). « French military policies in the aftermath of the Yên Bay mutiny, 1930: old security dilemmas return to the surface« . South East Asia Research, 10 (3): pp. 309–331.

[2] Louis Roubaud, Viêt-Nam la tragédie indo-chinoise, Paris, Librairie Valois, 1931 (texte réédité en 2010 par L’Harmattan, voir sur Mémoires d’Indochine) ; Andrée Viollis, Indochine SOS, Paris, Gallimard, 1935 (texte réédité en 2008 par Les Bons caractères). Voir le texte en ligne sur le site Belle Indochine (Indochine SOS).

[3] Affiche illustrée. Dessin d’un homme torturé, avec un appel à un grand meeting du Secours rouge international (Courbevoie, La Cootypographie, 1930).

FG, 10/02/2013

* * *

[présentation du site « La Bataille socialiste » : Site d’éducation, d’informations et de ressources documentaires pour le marxisme vivant et la démocratie ouvrière] Brochure de la Révolution prolétarienne de 48 pages, sans date mais estimée à 1934 [note de présentation par J. Péra dans le n° 177 de la R.P. du 25 juin 1934], numérisée au format pdf. Attribuée parfois à Marcel Martinet, cette brochure, qui revient notamment sur les massacres de 1930-1931, témoigne que la revue de Monatte et Louzon était à la pointe du combat anticolonialiste.

 

Un fleuve de sang (pdf) ou cliquer sur l’image pour accéder au texte