Archives par mot-clé : sources historiques

Saigon, témoin de l’histoire à travers les archives – SHD – mardi 21 mai 2019

[ndlr] Une journée d’étude co-organisée par le Service Historique de la Défense à Vincennes et l’Institut d’Asie Orientale à Lyon. A ne pas manquer.

Journée d’étude

Saïgon, témoin de l’histoire à travers les archives

Mardi 21 mai au Château de Vincennes, Pavillon de la Reine.

Poumon économique du Viêt-Nam, véritable pôle d’attractivité en Asie du Sud-Est, Hô Chi Minh-ville, anciennement Saigon, a été fondée il y a 320 ans par un seigneur local, membre de la dernière dynastie des Nguyên. Identifié par les missionnaires, ce petit port de pêcheurs fut conquis par les Français le 17 février 1859. L’importance stratégique du lieu, à la fois maritime, militaire et économique, apparut clairement aux marins. Tour à tour, les amiraux-gouverneurs s’attachèrent à en faire une ville coloniale moderne. Dynamisme économique, modernité urbaine, émergence d’un espace public franco-vietnamien vont constituer pendant des décennies l’essence même de cette ville.

À travers une histoire riche en rebondissements au cours du XXème siècle, Saigon présente de nombreuses facettes inédites qu’il convient de mettre à jour et d’analyser.

Grâce aux archives, les chercheurs redécouvrent aujourd’hui celle que l’on nommait autrefois « la perle de l’Extrême Orient » et mesurent à la fois l’évolution et l’expansion de la ville, d’une situation coloniale à la cité-province actuelle. Pour suivre pas à pas ces transformations sociales, politiques, économiques, une très riche documentation est désormais disponible principalement en France, au Viêt-Nam et aux États-Unis. Ces sources constituent en effet le matériau de base pour entreprendre une recherche historique, géographique et plus largement en sciences sociales. Archives administratives, dessins, plans et cartes, photothèque, images fixes ou animées, institutionnelles ou privées, elles sont nombreuses et souvent dispersées. Elles constitueront le cœur de cette journée d’étude sur Saigon.

Programme en ligne (PDF)

Inscription auprès de clotilde.sablon-du-corail@intradef.gouv.fr

Histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne (EHESS-Inalco)

[ndlr] Annonce d’un séminaire de recherche consacré au Cambodge.

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne

Année 2018-2019 (premier semestre 2019)

Séminaire commun EHESS-INALCO, du 15 mars au 21 juin 2019

les vendredis de 10 h à 12 h, à l’INALCO (salle 6.11, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris)

Éric Bourdonneau (maître de conférences à l’EFEO, membre du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS)

Grégory Mikaelian (chargé de recherches au CNRS, membre du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS)

Joseph Thach (maître de conférences à l’INaLCO)

Cette année, nous poursuivrons l’étude du corpus de Banteay Srei en prenant la suite de la traduction de K.569, datée du début XIVe siècle. On se penchera en particulier sur la nature et les implications historiques du litige dont les lapicides de l’époque moyenne ont jugé pertinent de remémorer l’existence, plus d’un siècle après qu’il soit advenu sous le règne de Jayavarman VII.

En effet, entre autres choses mais avant toute chose, K. 569 donne le récit singulier d’un dol occasionné par un échange entre du « cuivre » et du « bois à brûler ». La singularité d’un tel récit du temps jadis tient à la mise en scène d’un échange marchand comme étant intégré aux institutions royales, à travers l’action d’officiers ou de dépendants préposés à diverses activités essentielles à la marche de l’économie cultuelle (collecteurs de bois à brûler, négociant du Trésor royal), tout en donnant à penser l’avènement d’une relative autonomie de l’échange marchand, en raison, peut-être, d’une rareté inédite des ressources premières comme le bois de forêt.

C’est en effet tout un contexte historique de temps long qui se laisserait saisir ici au couchant du ‘moment impérial’ angkorien lorsque, après une phase d’expansion séculaire dont l’apex se situe au XIIe siècle, la grande forêt profonde se raréfie des suites de l’extension de l’habitat, des cultures, et de l’intensification du défrichement. De ressource inépuisable soumise au régime juridique du bien commun, la forêt deviendrait alors l’objet de convoitises et de contrôles accrus, entraînant d’une part une mise en cause des droits d’usage, et d’autre part la monétisation de ses ressources. C’est par ailleurs au sein de la même séquence historique (XIIe-XIVe siècles) qu’interviennent les prémisses d’un littoralisation de la région sud-est asiatique, durant laquelle la culture étatique ‘potamique’ du Cambodge ancien va progressivement s’infléchir pour revêtir une dimension ‘thalassique’ accusée, à la faveur du développement du commerce maritime ; par la suite, naîtront en synchronie les corpus juridiques des royautés de l’époque moderne, réglementant non seulement le négoce mais aussi l’accès aux ressources et le feuilletage de droits étatique et coutumier dont elles relèvent.

En quelque sorte symptomatique d’une situation juridique liminaire, aux prises avec l’expansion économique et la raréfaction consécutive de ses ressources, le premier XIVe siècle cambodgien connaîtrait ainsi, en amont de l’avènement du droit codifié du XVIIe siècle, un de ces aggiornamento de la souveraineté royale dont la maîtrise renouvelée de la « surface d’en-bas (pdai krom) », au premier chef de laquelle figure les espaces communs du royaume, constitue une condition impérieuse depuis au moins le Xe siècle.

Telle est à tout le moins l’hypothèse que nous explorerons non sans convoquer quelques points de comparaison, proches ou lointains. Plusieurs intervenants extérieurs viendront exposer le rapport de communautés agraires aux espaces communs, en particulier celui de la forêt, à la fois ressource quotidienne du pauvre et moteur des échanges au long cours par l’usage varié qui peut en être fait (collecte, chasse, cueillette). Seront aussi envisagées les manières dont s’organise juridiquement, pour l’État royal et les maisons aristocratiques qui le servent, le partage (et l’éventuel recoupement) entre ce qui est perçu comme bien commun immédiat – le terroir, sa communauté villageoise et ses solidarités, soit ‘l’alvéole rizicole’ chère à Paul Mus – ce qui relève d’un espace appropriable au-delà du bien commun – ‘l’aréole forestière’– et ce qui relève enfin d’une appropriation des ressources et des hommes par des forces ‘privées’ – émanation du ‘noyau’ qu’incarne, dans cette métaphore spatiale, la cité royale.

Calendrier des interventions extérieures :

  • Vanina Bouté (Université de Picardie/CASE) : 10 mai 2019
  • Marie Aberdam (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/SIRICE) : 17 mai 2019
  • Mathieu Guérin (INALCO/CASE) : 24 mai 2019
  • Catherine Sheer (EFEO/CASE) : 14 juin 2019

Source : CASE

Image “à la une” : Banteay Srei Temple sur Cambodia Tourism

Le fonds vietnamien de l’IAO : état des lieux de mars 2018

Le fonds des ouvrages en langue vietnamienne est un des plus importants en France après celui de la BNF et de la BULAC. Localisé dans les magasins de la Bibliothèque Diderot de Lyon, il rassemble un peu plus de 9000 ouvrages acquis régulièrement depuis 15 ans (2003-2018) sur les crédits alloués à la documentation de l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062) à Lyon. Ce fonds exceptionnel s’est construit au départ sur des crédits spéciaux du CNRS ou des subventions de l’ancienne Région Rhône-Alpes (RA) ou encore grâce aux dons de chercheurs.

Le petit mandarin du Fonds Langlet-Quach © 2014 IAO

Sur cet ensemble, 5867 ouvrages sont aujourd’hui catalogués. Cependant, une partie importante du fonds (environ 35%), toujours en cours de tri, de classement et de catalogage reste invisible aux chercheurs. Nous proposons ci-après un aperçu des collections en cours de traitement.

Ouvrages catalogués : 5867

Le fonds catalogué des ouvrages en langue vietnamienne couvre tous les domaines des sciences humaines et sociales avec une prédominance de l’histoire (sources anciennes et contemporaines). Pour une vue générale de ce fonds, voir notre précédent billet de juillet 2016 : Les collections vietnamiennes de l’Institut d’Asie Orientale (IAO) à Lyon

Ouvrages en cours de traitement : 3139

  • Fonds Boudarel : 1545

Comme pour le fonds Boudarel déjà catalogué, ces 1545 ouvrages couvrent les domaines de recherche de ce chercheur : histoire (sources sur l’histoire militaire, monographies sur le Parti) ;  sciences politiques (textes des dirigeants du Lao Dông puis du PCV, essais politiques) ; anthropologie (études sur le folklore, les mœurs, les ethnies minoritaires), littérature (ancienne, contemporaine, poésie, manuels, anthologies, mémoires d’acteurs). Cette partie du fonds ne comprend que des ouvrages publiés en RDVN puis en RSVN entre 1952 et 1999.

  • Fonds Langlet-Quach : 895

Le fonds Langlet-Quach est unique à bien des égards. Il rassemble de nombreuses de sources anciennes (la plupart cataloguées), des monographies sur la société pré-coloniale, sur la culture, sur la religion et surtout sur le bouddhisme vietnamien, sujet d’étude du Professeur Philippe Langlet.

  • Fonds IAO (achats annuels) : 559

Cette partie du fonds est cataloguée en priorité. Elle rassemble les ouvrages récents parus depuis 2011 avec de nombreuses sources sur l’économie, la société, la géopolitique et l’histoire politique ou militaire de la RSVN. Une petite partie de ce fonds concerne des ouvrages en vietnamien publiés à l’étranger au sein de la diaspora, principalement aux États-Unis.

  • Fonds Brocheux : env. 50

Ce petit fonds est presque exclusivement dédié aux ouvrages sur Hô Chi Minh qui ont accompagné Pierre Brocheux dans sa recherche biographique sur le dirigeant vietnamien.

  • Fonds Hémery : env. 40

Ce petit fonds rassemble des chronologies et quelques ouvrages sur la société ou le trotskisme vietnamien.

  • Fonds Inca/Région RA : env. 40/50

Cette partie des acquisitions régulières de l’IAO est consacrée à la littérature grise sous forme de rapports d’ONG ou d’organisations vietnamiennes ou internationales sur l’évolution de la société vietnamienne, comprenant parfois des données statistiques.

Quelques ouvrages en vietnamien (moins d’une dizaine) sont également présents dans les fonds particuliers de Paul Mus et de Judy Stowe.

Total du fonds en langue vietnamienne au 15 mars 2018 : 9006 ouvrages. Sur cet ensemble, après le tri (doublons et ouvrages à réparer), la bibliothèque vietnamienne de l’IAO devrait offrir aux chercheurs quelques 8500 références sur le portail de la Bibliothèque Diderot de Lyon.

FG

  • Prochain billet : “Sources pour l’histoire du communisme vietnamien” (collections de l’IAO)

Image “à la une” : monographies régionales sur l’histoire du parti communiste vietnamien et de la révolution © FG / IAO

U.S. Intelligence on Asia, 1945-1991

[ndlr] Un nouveau fonds disponible pour la recherche sur l’Asie contemporaine.

Editor: Matthew M. Aid

La fabrique numérique du passé. Source, outils, récits : What next ? [16/09/2016]

[ndlr] Journée d’études à l’université d’Aix-Marseille.

Le workshop “La fabrique numérique du passé. Source, outils, récits : What next ?” organisé par Christian Henriot aura lieu le vendredi 16 septembre 2016 de 09H00 à 18H00 au pôle multimédia du Campus Schuman à Aix-en-Provence.

Programme :

  • 9h00 – Ouverture et introduction : Christian Henriot (AMU), Gérald Foliot (CNRS, Huma-Num)
  • 9h20 – Bernard Cousin (AMU), Eric Carroll (AMU) : “Le mur numérique des ex-voto peints provençaux”
  • 10h00 – Sophie Gebeil (AMU) : “Le web comme source pour l’historien : la fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1999 à 2014”
    10h40 – Pause
  • 10h55 – Jean-Pierre Dedieu (CNRS) : “De la source à la base de données. Les Répertoires d’Extrême Orient”
  • 11h35 – Anne Kerlan (IHTP, CNRS-Université Paris 8) : ” ‘Loin d’Hollywood’ : une base de données croisées pour une histoire globale du cinéma”

Après-midi – 13h45 14h00

  • Cécile Armand (IAO) : “MADSpace : un compagnon numérique pour écrire l’histoire spatiale de la publicité à Shanghai dans la première moitié du XXe siècle (1905-1949)”
  • 14h40 – Christian Henriot (IrAsia, AMU) : “August 1937. Death en masse in Shanghai : A VizStory narrative”
  • 15h10 – Fleur Chabaille (Inalco, IAO) : “Interpréter, écrire et publier le visuel : un retour réflexif sur Scalar”

15h50 – Pause

  • 16h00 – Mou Zhenyu (Collegium de Lyon / SASS) : “Cadasters, land market and urban transformation in the foreign settlements of Shanghai (1843–1943)”

17h10 – Discussion finale

Plus info : http://www.irasia-recherche.com/# !m…

lafabriquenumeriquedupasse_programme

Indochina, Thailand, Japan and France during World War II – WIAPS – March 2015

[ndlr] Parution des actes du colloque international (Tokyo, Waseda University, décembre 2014) sur les sources éditées et archivistiques consacrées à l’Indochine et la Thaïlande pendant la Seconde guerre mondiale (1940-1945). Organisé en 14 chapitres, cet ouvrage propose un état des lieux de la production académique et des ressources documentaires disponibles sur ce sujet au Japon, en Chine, à Taiwan, en Thaïlande, au Cambodge, au Laos, au Viêt-Nam ainsi qu’en France.

IndochinaWWII_WIAPS_2015

Réf. Masaya Shiraishi (ed.), Indochina, Thailand, Japan and France during World War II: Overview of the Exiting Literature and Related Documents for the Future Development of Research, Tokyo : Waseda University Institute of Asia-Pacific Studies (WIAPS), March 2015, 434 p.

Contents / 目次

Contributors

Introduction / 序論

Masaya Shiraishi 白石昌也

I. Current Research Trends in Japan / 日本における研究状況

  • Motoo Furuta 古田元夫

II. Historical Documents on the Relations between Japan and French Indochina during the Second World War Preserved in Japan: Diplomatic Archives of the Ministry of Foreign Affairs and the National Institute for Defense Studies of the Ministry of Defense / 日本の公文書館(外務省外交史料館、防衛省防衛研究所)が所蔵する第二次戦争大戦期の日本と仏印の関係に関する史料

  • Kyoichi Tachikawa 立川京一

III. On the Use of Official Documents: Beyond JACAR

  • Kenichiro Hirano 平野健一郎

IV. The Compilation of Records of the Japanese Occupation of Southeast Asia / 東南アジア関係日本占領期史料調査

  • Shinzo Hayase 早瀬晋三 

V. A Survey of the Researchers and the Archives on the Vietnamese Studies in Taiwan

  • Shiu Wen-tang 許文堂

VI. Introduction of the Japanese Materials related to French Indochina Archived in Taiwan / 台湾に所蔵する仏領印度支那関連日本語資料の紹介

  • Lee Yi-Ling 李依陵 and Eiko Yuyama 湯山英子

VII. A Briefing of Mainland China’s Literature on International Relations in Indochina during World War II

  • Bi Shihong 畢世鴻, Li Wanru 漢字氏名, Fu Jinlin 漢字氏名, and Zhang Qiong 漢字氏名

VIII. An Introduction to French Research and Historical Sources Concerning Indochina under French-Japanese Rule / 仏日支配下のインドシナに関するフランスの研究と歴史資料の紹介

  • Chizuru Namba 難波ちづる

IX. Knowledge in France of Japan and Indochina (1940-1945): Academic Work, Narratives, and Archives

  • François Guillemot

X. Status of Archives and Research on Vietnam-Japan Relationship during World War II / 第二次世界大戦期における越日関係についての研究動向及び資料状況-ベトナムを中心に

  • Nguyen Van Kim and Vo Minh Vu

XI. The Studies of Thailand- Japan Relations in the context of Japanese Presence in Thailand during World War II

  • Nongluk Limsiri

XII. A Survey of Thai Materials in the Second World War: Thai Government Records and Newspapers

  • Preeyaporn Kantala

XIII. Cambodia during World War II: The Status Quo on the Existing Development in Research / 第二次世界大戦期のカンボジア―研究と資料公開の現状

  • Hideo Sasagawa 笹川秀夫

XIV. Laos during World War II: Overview of Existing Literature and Related Documents / 第二次世界大戦期の日本・ラオス関係に関する史資料の所在と研究状況

  • Yoko Kikuchi 菊池陽子

Fonds Langlet-Quach : aperçu illustré sur les sources historiques

Fonds Langlet-Quach :

aperçu illustré sur les sources historiques

Le petit mandarin du Fonds Langlet-Quach © 2014 IAO
Le petit lauréat du Fonds Langlet-Quach © 2014 IAO

Le Fonds Langlet-Quach a été versé par la famille des deux chercheurs à l’Institut d’Asie Orientale le 27 février 2014. Il est composé d’environ 1.500 ouvrages, de revues sur le Viêt-Nam ou sur la péninsule indochinoise et de nombreux dossiers documentaires sur les sujets d’étude des professeurs Philippe Langlet (1935-2013) et de Quach Thanh Tâm (1933-2003) : histoire ancienne, bouddhisme, urbanisme de Saigon, delta du Mékong, cadastres, culture sino-vietnamienne.

Avant de donner un aperçu illustré des collections, présentation ci-dessous des thèses originales des deux chercheurs déposées à l’IAO :

Ce fonds très riche sur les sources de l’histoire ancienne du Viêt-Nam peut être scindé en cinq grandes catégories.

La première concerne les instruments de travail qui accompagnèrent quotidiennement les recherches de ces deux érudits : dictionnaires de langue chinoise, vietnamienne, cam, latin, anglais ; dictionnaires biographiques sur la Chine ou le Viêt-Nam ; dictionnaires géographiques, manuels de langue chinoise, code annamite… L’ensemble couvre une centaine de volumes.

 Une partie des dictionnaires du Fonds Langlet-Quach © 2014 IAO

LQ_DaiNamQuacAmTuViLe dictionnaire annamite de Paulus Cua (2 vol., 1895)

La seconde catégorie très importante de cette collection concerne les sources historiques. Toutes les grandes séries des annales impériales vietnamiennes du Dai Viêt et du Dai Nam sont présentes à la fois en vietnamien moderne et en caractères Han. Une série importante de sources littéraires chinoises traduites en vietnamien et publiées à Saigon avant 1975 figure en bonne place dans cet ensemble tout comme les œuvres des principaux lettrés vietnamiens d’antan (Le Quy Don, Phan Huy Chu) et du début du XXe siècle (Phan Boi Chau, Tran Trong Kim, les traductions de Nhuong Tong…). On y trouve également des dizaines d’ouvrages sur la culture de la Chine ancienne principalement en vietnamien mais également en langue française. Enfin, rappelons les études sur les cadastres du Sud du Viêt-Nam menées par Nguyen Dinh Dau et Philippe Langlet.

Les annales impériales du Dai Viêt et du Dai Nam (cliquez sur l’image pour agrandir) :

La collection des œuvres des lettrés mandarins vietnamiens publiée à Saigon par le Ministère de la culture de la République du Viêt-Nam :

La troisième catégorie regroupe plusieurs centaines d’ouvrages sur la culture et la littérature anciennes du Viêt-Nam. Elle comprend des monographies sur des personnalités historiques, des classiques de la littérature en Han-Viet, des études sur l’espace vietnamien, la mentalité, le régionalisme, les pratiques culturelles et cultuelles.

 Échantillon d’ouvrages portant sur la culture et la littérature ancienne :

La quatrième catégorie réunit des études historiques en vietnamien et en français sur le Viêt-Nam ancien mais également sur la période contemporaine dont une partie sur la période de la guerre.

 Quelques études historiques publiées à Saigon entre 1955 et 1975 et études historiques récentes en français :

La cinquième catégorie, assez importante en nombre de volumes, rassemble les études spécifiques sur le bouddhisme. Celles-ci sont tout autant en langue vietnamienne, que française, voire chinoise. Le courant du bouddhisme Zen (Thiền tông), sujet d’étude de prédilection de Philippe Langlet, est privilégié.

Dictionnaire du bouddhisme de Doan Trung Con, œuvres de Le Manh That et sources de la Chine ancienne :

Cet ensemble constitue un apport tout à fait exceptionnel aux collections vietnamiennes de l’Institut d’Asie Orientale qui réunissent déjà les collections particulières des fonds Georges Boudarel (littérature, histoire, politique), Pierre Brocheux (principalement sur Ho Chi Minh), Philippe Devillers (papiers années cinquante) et Daniel Hémery (documentation sur Saigon et le mouvement ouvrier) ou Judy Stowe (Asie du Sud-Est, Thaïlande et Viêt-Nam). Le Fonds Langlet-Quach complète ainsi la collection de cartes offerte par le chercheur en 2008 à l’IAO. En cours de catalogage, il est néanmoins ouvert à tous les chercheurs passionnés d’érudition sino-vietnamienne. La consultation de ces fonds particuliers se fait sur RV auprès du responsable des collections vietnamiennes.

François Guillemot

Contact : francois.guillemot@ens-lyon.fr