Archives par mot-clé : sociologie politique

Michael Goebel, Paris, capitale du tiers monde – CR de lecture par Clémence de Gail

Réf. : Michael Goebel, Paris, capitale du tiers monde.
Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939),
Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2017. Traduit de l’anglais par Pauline Stockman. Photographies, graphiques, tables, cartes, annexe biographique. 

Michael Goebel est un historien allemand, titulaire de la chaire « Europe and the World » à l’institut des études internationales et de développement à Genève. Après un premier livre sur le nationalisme et l’utilisation politique de l’histoire en Argentine au XXème siècle, il aborde dans cet ouvrage les thèmes liés à la « Global Urban History » (projet dont il est l’un des fondateurs), c’est-à-dire ceux du rôle des villes « globales » telles que Paris, dans l’histoire.  Initialement publié en 2015 chez Cambridge University Press, puis à la Découverte en français,  l’ouvrage aborde la question de l’origine des nationalismes non-européens qui se sont fortement développés au lendemain de la Première Guerre mondiale.

En s’appuyant sur des sources très diverses, allant des rapports des autorités françaises chargées de surveiller les coloniaux présents en métropole, aux journaux intimes de ces derniers1, Goebel montre comment les migrations ont joué un rôle majeur dans la construction des nationalismes des pays qui constitueront peu après le tiers-monde. Il limite son étude à la période  de l’entre-deux guerres à Paris (1919-1939), puisque, en effet, c’est au lendemain de la Première Guerre mondiale que la France connaît une vague d’immigration importante, qui devait s’affaiblir à partir de la crise économique de 1929.

L’auteur souligne, à travers l’étude du cas de Paris, comment l’interaction entre victimes de l’impérialisme, issues de différentes nations, a nourrit la formation des nationalismes anti-impériaux au lendemain de la Première Guerre mondiale. Il offre ainsi une nouvelle voie d’explication au sein d’un débat souvent trop binaire qui oppose deux camps : les partisans de l’idée que le nationalisme est une idée moderne, importée d’Europe par des élites colonisées formées en Europe, et que ce nationalisme n’était pas adapté au tiers-monde, et ceux qui soutiennent que le nationalisme des anti-impérialistes non-européen est d’essence nationale, qu’il vient des peuples eux-mêmes.

Michael Goebel structure son ouvrage en huit chapitres, qui traitent chacun d’un aspect de la vie des immigrés non-européens à Paris, et constituent ainsi les huit arguments qui construisent son hypothèse. Il est toutefois possible de regrouper ces chapitres en trois grandes parties, qui résument les aspects majeurs de son analyse. Dans un premier temps, voyons comment l’engagement politique des immigrés non-européens à Paris s’est développé à partir des contraintes qu’ils rencontraient dans leur vie de tous les jours. La seconde hypothèse majeure dans cette étude est que l’interaction entre victimes de l’impérialisme issues de différentes régions s’est révélée être un ciment majeur et a conforté chaque mouvement national en créant un climat de solidarité dans la lutte. Enfin, notre dernière partie examine de plus près les différents arguments qui alimentent le débat sur l’origine des nationalismes non-européens, tels que le rôle du communisme où le caractère républicain des revendications.

Quand la vie quotidienne suscite l’engagement politique

Il est tout d’abord nécessaire de souligner le statut de « carrefour du monde » de Paris, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Cette dernière constitue un tournant : la France, de 1916 à 1918, a en effet fait venir un demi-million de tirailleurs sur les champs de bataille européens. A la fin du conflit une grande partie de ces tirailleurs sont rapatriés mais une autre reste en métropole. Commence ainsi une période de flux et de reflux d’immigration vers Paris, puisque les rapatriés reviennent souvent en métropole pour y chercher du travail, accompagnés d’autres membres de leurs pays. Paris, qui tout au long du XIXe siècle était déjà une terre d’immigration privilégiée, se retrouve à l’aube du XXe  à jouer un rôle de carrefour, de lieu de transit, pour des migrants particulièrement variés.

Il convient de distinguer les origines de ces migrants mais aussi leur statut juridique en France, qui aura une influence cruciale sur leur vie quotidienne et leur politisation. Les groupes majoritaires qui se présentent sont les Nord-Africains, venus des trois pays du Maghreb et particulièrement d’Algérie, les Ouest-Africains et les Malgaches, les Antillais, les Indochinois (majoritairement des Vietnamiens), les Chinois et enfin les Latino-Américains. Les représentants de ces populations dans la capitale sont en grande majorité des hommes, jeunes, venus pour y trouver un travail. A cette diversité ethnique s’ajoute des différences juridiques, liées au statut de ces pays vis-à-vis de l’Empire français.

On compte ainsi :

  • les sujets français, c’est-à-dire les membres des colonies françaises, qui n’ont pas la citoyenneté française à proprement parler à cause du Code de l’Indigénat. On regroupe les colonies d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Equatoriale, une partie de l’Indochine française (la colonie cochinchinoise) et Madagascar ;
  • les protégés français, avec le Maroc, la Tunisie, mais aussi l’Annam et le Tonkin (deux protectorats de l’Indochine française, respectivement dans le centre et le nord du Vietnam actuel), le Laos et le Cambodge (protectorats également au sein de l’Indochine française) ;
  • les membres des pays placés sous mandat français, Liban, Syrie ;
  • les citoyens français, en dehors des français de métropole il s’agit d’anciens colonisés qui ont obtenu la citoyenneté française. On compte notamment les Antillais, avec Haïti qui a obtenu son indépendance en 1804, la Réunion, l’Inde française et les membres des Quatre Communes du Sénégal2.

Ce décompte détaillé est utile pour se rendre compte de la complexité juridique qui encadrait les statuts des migrants arrivant à Paris. Ainsi deux « Vietnamiens » d’aujourd’hui pouvaient disposer de droits différents selon qu’ils venaient de Cochinchine ou du Tonkin. Cette disparité de traitement qui se répercute dans la vie quotidienne des immigrés va mettre en lumière les injustices et l’absurdité de l’impérialisme français.

Michael Goebel démontre ensuite dans les chapitres 2 et 3 comment ce sont les difficultés rencontrées dans la vie quotidienne des migrants qui vont les amener à former, tout d’abord des associations d’entraide, qui viennent pallier aux manquements d’un Etat français dont le supposé aveuglement à la race s’avère n’être qu’un mythe. Ces associations d’aides entre migrants se construisent sur un double critère, à la fois d’appartenance ethnique mais aussi professionnelle. Goebel souligne en effet l’existence de « niches économiques » telles que celle des cuisiniers vietnamiens. Ces associations vont rapidement être amenées à mêler préoccupations quotidiennes et revendications politiques. Ces deux aspects sont en effet fortement liés par le statut injuste de sujet colonial qui complique énormément de questions très quotidiennes. Ainsi les mariages entre un sujet colonial et une femme française étaient fortement découragés par les autorités françaises. Ces dernières craignaient en effet que les naturalisations facilitées par le mariage, ou la naissance d’enfants métis ne sapent la séparation stricte entre colons et colonisés sur laquelle reposait l’ordre colonial. Enfin, un dernier exemple de situation inique et incohérente qui ont attisé les revendications des coloniaux de la métropole : la loi française autorisait tout travailleur ayant deux enfants, à toucher des allocations familiales, sauf si ces enfants étaient nés à l’étranger. L’Algérie, normalement considérée comme faisant partie du territoire français, était considérée comme territoire étranger uniquement pour ces lois, privant les algériens de ces allocations.

Michael Goebel, Paris, capitale du tiers monde, p. 94 © 2017 La Découverte

L’auteur souligne aussi le rôle joué par les restaurants et la musique dans la formation de ces communautés ethniques. Les endroits tels que les « cafés maures » de Paris, rachetés par l’Etoile Nord-Africaine3 afin de pouvoir y diffuser ses revendications politiques plus librement, ou encore les restaurants vietnamiens sont autant de lieux où ceux que Goebel appelle les « entrepreneurs ethno-politiques » vont pouvoir agir et contribuer à cimenter ces communautés de migrants.

Cette première partie de l’ouvrage nous montre bien comment la politisation des migrants de Paris s’est faite par la vie quotidienne et comment elle s’exprime de manière très concrète. Le lien étroit entre ethnicité et préoccupations quotidiennes a favorisé l’émergence de communautés ethniques imaginées (en cela que ces communautés n’existaient pas dans les pays d’origine des migrants et se sont formées à Paris) ainsi qu’une politisation de l’ethnicité.

L’interaction entre victimes de l’impérialisme : un ciment majeur

  A la découverte du fossé existant entre citoyen et sujet français par l’arrivée en métropole, s’ajoute un autre aspect majeur du rôle des migrations dans la diffusion des idées anti-impérialistes. En plus de constituer un moment de prise de conscience de l’iniquité du statut de sujet colonial, les migrations et plus particulièrement les migrations à Paris, permettent aussi aux coloniaux de partager leur apprentissage politique avec d’autres sujets de l’Empire français, voir même avec d’autres victimes de l’impérialisme, hors de l’Empire français.

Cette politisation commune a souvent été initiée par les étudiants immigrés présents à Paris. Goebel souligne dans son chapitre 4 l’aspect générationnel des nationalismes non-européens. Les échanges entre étudiants immigrés de la Rive gauche parisienne, que Claude Liauzu qualifiait de « centre constitutif d’une intelligentsia coloniale »  ont nourri la politique anti-impérialiste.

Les étudiants chinois sont les premiers et ouvrent la voie à l’anti-impérialisme. Ils ne considèrent pas la France comme une puissance coloniale malgré la guerre franco-chinoise de 1884-1885 mais viennent « apprendre de l’Occident » afin d’amener un « salut national par la science » à leur pays. Contrairement aux autres « étudiants-migrants » la politisation des étudiants chinois remonte bien avant leur départ pour la France, et Paris n’est qu’une étape, certes importante, dans ce processus de politisation. Les autres étudiants, africains, antillais, latino-américain échangeront leurs idées et s’influencèrent mutuellement. Goebel parle d’un triangle d’échanges entre les anti-impérialistes français, chinois et vietnamiens.

L’occasion d’un apprentissage mutuel s’est aussi matérialisée à Paris lors de trois événements internationaux qui ont renforcé les contacts entre anticolonialistes de tous bords. Goebel décrit comment Paris s’est trouvé être l’épicentre de ce qui a été qualifié comme le « moment Wilson », à savoir une montée d’optimisme au sein des milieux anti-impérialistes suite à la célèbre déclaration des « 14 points », alors même que dans l’esprit du président Wilson le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes se limitait à l’Europe. De nombreuses pétitions sont adressées à Wilson par des délégations dont les dirigeants se réunissent à Paris pour plaider leur cause. Goebel décrit comment se met en place une sorte de « diplomatie de l’ombre » à Paris, où les diplomates des pays officiellement reconnus prêtent leurs voix aux « lobbyistes autoproclamés » des pays colonisés, qui trouvent ainsi des moyens de se faire entendre4.

L’avocat Phan Van Truong (1876-1933), personnage clé du groupe des « Cinq Dragons » à Paris

Cinq ans plus tard la campagne lancée par le Parti Communiste Français contre la guerre du Rif contribue aussi à renforcer un anti-impérialisme transnational. Menée par les Espagnols et les Français contre la République du Rif (fondée par le leader anticolonial Abdelkrim en 1921), cette guerre coïncide avec la mort de Sun Yat-Sen et le mouvement du 30 mai en Chine ainsi que la révolution syrienne de 1925. De même, l’invasion de l’Ethiopie par l’Italie en 1935 constitue le dernier exemple qui souligne l’apprentissage mutuel qui a pu s’effectuer entre les coloniaux à Paris, lors d’évènements d’ampleur internationale. La France et la Grande-Bretagne ne réagissent que mollement à cette invasion d’un pays de la SDN par un autre, en effet les gouvernements français et britanniques considèrent qu’ils ont besoin du soutien de Mussolini pour tenir tête à l’Allemagne. La réaction des mouvements politiques de la diaspora africaine est particulièrement importante car l’Ethiopie était un des rares pays noirs a avoir conservé son indépendance au moment du partage de l’Afrique au XIXe siècle. Paris rassemblant une importante diaspora africaine est donc devenue un des principaux centres de la condamnation mondiale.

Aucune des campagnes citées ci-dessus n’a vraiment réalisé ses objectifs, cependant les anticolonialistes qui avaient soumis des pétitions aux architectes du nouvel ordre mondial ont continué leurs tentatives d’immixtion dans les relations internationales. Ces trois mouvements de résistance à l’impérialisme ont permis d’associer les préoccupations des africains et des asiatiques du Paris de l’entre-deux guerres à des préoccupations qui dépassaient largement les frontières de l’empire français.

Cette partie de l’ouvrage met ainsi en lumière le rôle joué par Paris dans la formation d’un anti-impérialisme transnational. En effet il existait peu d’autres endroits au monde où les entrepreneurs ethno-politiques pouvaient s’engager aussi intensément dans une zone de flou entre défense des droits de leur groupe et scène des diplomates officiels.

Le débat sur les sources des nationalismes non-européens

Enfin le dernier aspect traité dans cet ouvrage est la question des sources des nationalismes non-européens, qui se développent au lendemain de la Première Guerre mondiale.

Goebel revient dans son chapitre six sur le rôle joué par les partis communistes dans la diffusion de l’anti-impérialisme. L’alliance entre les communistes et les nationalistes des futurs pays du Tiers Monde n’allait pas forcément de soi. Si à partir du IIe congrès du Komintern en 1920, les communistes s’engagent à appuyer les nations opprimées dans leur lutte en s’appuyant sur les thèses anti-impérialistes de Lénine, l’union entre le PCF et les sujets coloniaux en métropole n’est pas évidente.

La plupart des militants anticolonialistes de Paris avaient déjà adhéré à la SFIO avant la création du PCF en 1920, ce ne sont donc pas tant les communistes français qui courtisèrent les coloniaux mais plutôt les coloniaux qui contribuèrent à la fondation du PCF. Cependant le jeune PCF rencontra quelques difficultés à s’allier avec les sujets coloniaux français. Il crée un Comité des études coloniales dans le but de rallier les sujets de l’Empire au sein des colonies, mais ne parvient à mobiliser, ni les indigènes, ni les colons français. La section coloniale du PCF se tourne alors vers les travailleurs coloniaux en métropole mais c’est un échec là aussi. Goebel précise de plus que le PCF a, dès sa naissance, adopté une politique électoraliste, or les travailleurs coloniaux n’ayant pas le droit de vote, leur ralliement pesait peu dans la montée en puissance du parti. Pour ce qui est des citoyens français, malgré un intérêt grandissant pour l’Empire après la Première Guerre mondiale, les questions coloniales n’avaient aucune influence sur les élections.

Nguyen Ai Quoc (futur Ho Chi Minh) au Congrès de Tours, congrès fondateur du PCF, 1920.

L’auteur de cet ouvrage montre alors comment deux organisations, l’Union Intercoloniale (UIC) et la Ligue Anti-impérialiste (LAI), toutes deux liées au mouvement communiste, soit au PCF pour l’UIC ou au Komintern pour la LAI, ont joué un rôle d’intermédiaire entre des revendications nationalistes et internationalistes. Goebel termine ce chapitre en insistant sur le fait qu’il existe une relation dialectique entre nationalisme et internationalisme comme l’illustre cette citation de Brent Hayes Edwards, professeur de littérature comparée « le nationalisme n’est né que sous la forme d’un discours contigu aux internationalismes exaltants et ambitieux de l’époque5 ».

Un des nombreux débats qui agitent les historiens de la colonisation est celui autour de la composante républicaine des nationalismes non-européens. Certains historiens ont récemment remis en question le rôle central du républicanisme et des idées révolutionnaires issues de la Révolution Française dans le colonialisme français, en mettant notamment en valeur l’importance des missions catholiques. Goebel soutient dans son ouvrage que le débat qui oppose les racines républicaines du nationalisme à ses fondements ethniques est trop binaire. Il démontre qu’il est tout à fait possible de concevoir un nationalisme porté par une lingua franca révolutionnaire et républicaine (c’est à dire une langue véhiculaire, utilisée pour communiquer entre population de langues maternelles différentes) et qui ait en même temps des caractéristiques ethniques et culturelles propres, qui se différencient des idées occidentales soi-disant universelles.

Il montre que le vocabulaire républicain faisant référence aux idées de citoyenneté et de droits de l’homme était utilisé à la fois pour formuler les revendications des anti-impérialistes, mais aussi pour dénoncer l’hypocrisie de la « mission civilisatrice » de la France, dont les lois en vigueur dans l’Empire allaient complètement à l’encontre des principes qu’elle était censée défendre. Ainsi Lamine Senghor, un des principaux nationalistes sénégalais, rejetait l’assimilationnisme et le républicanisme français comme solution au colonialisme, mais piochait tout de même son vocabulaire dans les devises de la République Française, afin de les mettre au service de sa cause. Même l’Etoile Nord-africaine, qui était pourtant la frange la plus « anti-occidentale » et « anti-lumière » des anti-colonialistes, ne s’opposait pas aux valeurs « occidentales » de liberté et de droits de l’homme prônées par la République Française, mais considérait, à l’instar des autres mouvements anti-coloniaux, que la France avait trahi ces valeurs.

Goebel fait de plus apparaître à quel point la vie à Paris pour des sujets coloniaux les confrontait constamment à la question des droits républicains, puisqu’ils en étaient partiellement privés. Les rituels républicains tels que les commémorations du 14 juillet ou de la Commune de Paris ont permis d’incorporer les droits républicains dans des pratiques concrètes renforçant ainsi l’importance du républicanisme dans le discours des anti-impérialistes de Paris. Ce discours sur les droits républicains témoigne de la forte composante civique du nationalisme anticolonial, cependant ce dernier comporte aussi des revendications ethniques.

Numéro du Paria consacrant sa une au révolutionnaire Phan Bôi Châu (et non Pham).

Goebel explique dans un dernier chapitre portant sur la vernacularisation du nationalisme qu’il a toujours existé une interaction constante entre des modes de pensée nationaux et transnationaux (ou pan-nationaux). Les fondements ethniques des nationalismes non-européens après la Première Guerre mondiale se caractérisent par la recherche des racines anciennes de leurs nations et la remise en question de l’idée de mission civilisatrice de l’Occident. Cette période coïncide avec la sortie du livre d’Oswald Spengler Le déclin de l’Occident (1918-1922) et un fort sentiment de scepticisme quant à la supériorité des idées de science et de rationalité européennes.

Le but des anti-impérialistes de cette époque n’était donc pas forcément de former des Etats-nations mais davantage de réformer les régimes impériaux afin de les rendre plus justes. L’Union Française de 1946 a ainsi été soutenue par Aimé Césaire et Léopold Sedar Senghor. Selon Goebel, les différents discours qui envisageaient un monde postcolonial étaient complémentaires aux discours purement nationalistes et ne résultaient pas d’une simple opposition entre nationalisme et fédéralisme.

* * *

En s’appuyant sur des sources diverses et variées, Michael Goebel parvient dans cet ouvrage à montrer comment ce sont les migrations qui, condensées dans des foyers impériaux comme Paris, formèrent le socle social sur lequel l’idée d’une solidarité anti-impérialiste fut articulée.

Ce livre vient combler le manque d’une histoire globale de la migration dans l’historiographie, où l’accent est généralement mis sur des petits groupes de migrants et sur la migration européenne. La thèse de cet ouvrage ne remet pas en cause les conclusions des historiens qui se sont intéressés à l’histoire des idées,  simplement elle souligne le rôle déterminant des processus migratoires et révèle ce que leur étude peut apporter au débat historique. L’idée d’un partage des savoirs et d’un apprentissage mutuel réalisé dans un lieu empreint de symboles républicains permet d’expliquer les caractéristiques majeures de la « pandémie souverainiste » qui frappe le Tiers Monde au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Clémence de Gail, promotion ASIOC 2018-2019.


Clémence de Gail est une étudiante en sciences politiques du Master 2 Asie Orientale Contemporaine. Spécialisée sur la Chine populaire, elle s’intéresse aux questions de contrôle gouvernemental et notamment au récent système de crédit social développé par le gouvernement chinois. Elle effectue actuellement un stage à Pékin.

Image « à la une » : Militants de l’Etoile nord-africaine (Cf. Goebel, p. 92) © DR

Notes

  1. Voir sa critique des sources en introduction, pp. 24-27 []
  2. Cf. Goebel, pp. 61-62 []
  3. Mouvement nationaliste algérien, présidé par Messali Hadj []
  4. Voir par exemple : « Les revendications du peuple annamite », 1919, Goebel, p. 201, texte reproduit sur Mémoires d’Indochine []
  5. Cité par Goebel, p. 278 []

Nguyen, Hai Hong : Political Dynamics of Grassroots Democracy in Vietnam [parution]

[ndlr] Avis de parution. Présentation de l’éditeur.

haihongnguyen_political-dynamicsofgrassroots-democracyinvietnamIn Political Dynamics of Grassroots Democracy in Vietnam, Hai Hong Nguyen investigates the correlation between independent variables and grassroots democracy to demonstrate that grassroots democracy has created a mutually empowering mechanism for both the party-state and the peasantry.

Hai Hong Nguyen is a Research Fellow at the University of Queensland, Australia. He holds a Masters in International Human Rights and Humanitarian Law from Lund University, Sweden, and a PhD in Political Science from the University of Queensland, Australia. He has been teaching international human rights law, international relations, and politics in Vietnam and Australia.

Review :

‘Hai Hong Nguyen’s Political Dynamics of Grassroots Democracy in Vietnam is a path-breaking study of Vietnam’s attempt to apply its concept of grassroots democracy to local government in response to rural unrest in the late 1990s. Based on field work in Vietnam, it represents a major milestone in the study of politics in Vietnam and will be the foundation for all future studies on political change in Vietnam.’ – Carlyle A. Thayer, Emeritus Professor, University of New South Wales at the Australian Defence Force Academy, Canberra, Australia

Source : Palgrave

★ ★ ★

[Nguyen, Hai Hong est aussi le coauteur avec Pham Quang Minh d’un article récent sur le processus de démocratisation du Viêt-Nam :]

Hai Hong Nguyen and Minh Quang Pham. “Democratization in Vietnam’s Post-Doi Moi One-Party Rule: Change from Within, Change from the Bottom to the Top, and Possibilities”. In Chantana Banpasirichote Wungaeo, Boike Rehbien, and Surichai Wungaeo (Ed.), Globalization and Democracy in Southeast Asia: Challenges, Responses and Alternative Futures, New York: Palgrave Macmillan, 2016.

The analysis in this chapter shows that Vietnam is undergoing a process of democratization that is driven by Đổi Mới. While the authors concur with many others that political reforms are taking place more slowly than economic liberalization, the authors contend that these reforms will eventually materialize. The question of regime change in Vietnam, from one-party rule to a multiparty system, lies beyond the scope of this chapter, as regime change is influenced by myriad factors, including citizens’ emotions.

The chapter focuses on 3 questions: (1) What are the reforms and actual changes that have taken place in Vietnam in the last three decades since the CPV officially introduced the Đổi Mới policy in the late 1980s? (2) How are these reforms and changes significant to the life of the people? (3) What are the latest developments that could have an impact on Vietnamese politics at present and in the future? The analysis, which focuses on three areas, namely economic liberalization, political reforms, and the emergence of civil society, shows that even under the rule of one single party, democratic institutions do exist and are continuously being reformed in order to respond to pressures from within society.

The authors argue that democratization is occurring in Vietnam’s one-party authoritarian regime, but it is strictly controlled and limited to cautious political experiments and reforms under pressure from within the party and society. Based on the analysis, the authors characterize this process as change from within, change from the bottom to the top, and slow but steady change, in contrast to democratization processes in other places that occur quickly but are unsustainable, perhaps even resulting in chaos. The authors label this process as democratization with Vietnamese characteristics.

Source : Palgrave

Pour l’étude des filiations du communisme vietnamien : l’utilité d’une base de données prosopographique

Réflexion et hypothèse de travail sur l’élite communiste vietnamienne. L’interrogation d’un de nos lecteurs sur la sociologie des boat people vietnamiens me donne l’occasion de revenir succinctement et à grand traits sur les possibles filiations du communisme vietnamien. Des filiations multiples, croisées, composées de liens de forte ou de faible intensité, que seule une base de données prosopographique relationnelle pourrait contribuer à éclairer.

Un corpus conséquent

De quoi est faite l’élite politique vietnamienne d’aujourd’hui ? Quelles en sont les composantes ? Quelles filiations sont prépondérantes ? Quelles articulations entre-elles ? Une des sources essentielles permettant l’approche prosopographique1 pour l’étude du Parti communiste vietnamien depuis sa fondation en 1930 est le site officiel du parti2. Les notices biographiques des dirigeants de l’organisation et des membres du Comité central constituent une source officielle précieuse que l’on peut confronter aux sources archivistiques et aux nombreuses publications biographiques ou monographies régionales publiées au Viêt-Nam. A travers les différents sites officiels de l’Etat-Parti, l’ensemble des données aujourd’hui publiques et disponibles sur la toile se comptent par milliers. La constitution d’une base de données sur le modèle de celle élaborée depuis 1989 par Jean-Pierre Dedieu pour l’étude de la monarchie espagnole du XVIIIe et du XIXe siècles permettrait un traitement efficace de ces données3.

On peut évaluer à la louche un corpus (échelon national) de plus de dix mille fiches brassant les différentes composantes du PCV depuis sa création : les dirigeants du Parti et de l’État ; les membres du Comité central (le bureau politique, le secrétariat général…) pour chaque congrès (de 1930 à 2011 : I à XI, le XIIe congrès en janvier 2016) ; les membres des dix comités du Parti liés au Comité central ; les cellules du Parti rattachées au Comité central. A cela s’ajoutent les députés de l’Assemblée nationale4, les membres du Parti aux différents échelons de l’administration locale ou de la représentation populaire (Comités populaires et Conseils populaires) sur trois niveaux : provinces et cités-provinces, districts, communes.

Une double filiation mandarinale/paysanne et sino-soviétique ?

Tenter d’inscrire le Viêt Minh dans une filiation de longue durée en plaçant le mouvement indépendantiste fondé par Ho Chi Minh en mai 1941 dans la continuité des lettrés résistants du Can Vuong (Mouvement « Aide au Roi », 1885-1895) est une perspective séduisante mais qui pose problème5. La sociologie du mouvement communiste vietnamien tout au long du XXe siècle montre que c’est en réalité plus complexe. Car si une filiation avec les partisans du Can Vuong est réelle, elle ne concerne pas que le mouvement national-communiste. D’autres partis révolutionnaires comme le VNQDD ou le Dai Viet peuvent en effet s’inscrire dans cette généalogie sociale et politique6. En ce qui concerne le mouvement communiste, il faudrait voir s’il n’y a pas plutôt rupture volontaire avec cette filiation emblématique à partir des années 1950. Entre 1925 et 1930, l’histoire de la genèse du parti expose les premières difficultés pour unifier les différentes factions communistes vietnamiennes et démontre la multiplicité des trajectoires7. Dans le même ordre d’idée, la lutte à mort entre les kominterniens et les trotkistes dans les années 1937-1945 illustre la tentative d’unifier le communisme vietnamien dans une ligne stalinienne unique.

Après l’accession au pouvoir en 1945, par deux fois, notamment pendant la période des deux guerres (1945-1954 + 1955-1975), la sociologie du Viêt-Minh va être modifiée, toute la question (et la difficulté) est de pouvoir mesurer la profondeur de cette transformation et son inscription dans le temps. Une première transformation s’opère avec la réforme agraire radicale (déc. 1953-1956) lorsque celle-ci met violemment hors jeu la génération de lettrés affiliés au Viêt-Minh à laquelle se rattachent (à titre d’exemple) Vo Nguyen Giap ou Dang Van Viet. La filiation mandarinale est écrasée au profit de la filiation paysanne ou supposée telle8. La seconde transformation, plus politique que sociale, intervient avec la fracture de 1966-1967 lors de l’affaire dite du « révisionnisme anti-parti ». A ce moment, un second coup de massue est infligé à la filiation mandarinale pro-soviétique au profit de la filiation paysanne maoïste représentée par l’ascension de Le Duan à la tête du parti Lao Dong à partir de 19609. Pour faire court, le communisme de guerre, moteur de la réunification par la force, l’emporte jusqu’en 1975 contre la coexistence pacifique Nord-Sud10.

Des fractures non refermées

Ces deux fractures internes au mouvement communiste ou national-communiste vietnamien ont à mon sens fortement impacté à la fois la sociologie du parti mais aussi les choix politiques qui découlèrent de cette transformation. Ces crises ont laissé des traces à l’intérieur du Parti communiste vietnamien jusqu’à nos jours11. Elles sont décelables dans les filiations politiques des membres du PCV, dans la composition des lieux de pouvoir du parti. Pour ainsi dire, les maoïstes ont gagné la guerre d’un point de vue militaire tandis que les pro-soviétiques ont su relever le pays après la disparition des premiers et la jonction entre les deux s’est réalisée sans grande purge publique « à la chinoise ». En maintenant un équilibre entre ces branches multiples (politiques et régionales) le PCV a pu concevoir sa rénovation à la fin des années 80. Celle-ci intervient néanmoins après dix ans de gabegie économique et, ce n’est pas un hasard, après la mort des vieux dirigeants, notamment des idéologues pro-chinois.

Le Doi Moi (Rénovation, perestroika vietnamienne) marque le retour définitif des « experts » sur les « rouges ». Le pragmatisme redevient la règle, c’est en réalité une question de survie pour le régime qui fait face à une situation économique et sociale désastreuse. Le Parti effectue un virage idéologique clair (inscrit dans les différences des constitutions de 1980 et de 1991) et amorce une libéralisation économique avec l’abandon du « droit de maître collectif » cher à Le Duan. Tout ceci est accompagné et soutenu par un virage diplomatique très bien maîtrisé entre 1990, date du retour de la paix avec la Chine (conférence secrète de Chengdu) et 1995, adhésion à l’ASEAN sans parler de la normalisation des relations avec les États-Unis avec la fin de l’embargo en février 1994.

Le maintien du PCV au pouvoir repose sur l’équilibre (toujours recherché lors des congrès) entre les différentes filiations historiques, lettrée, paysanne mais aussi régionale, voire extra-nationale. En effet, il faut intégrer dans le jeu au moins trois filiations « externes » depuis 1975 dont l’éducation politique a peu à voir avec le communisme d’antan : celle des « sudistes », d’abord écartés puis remobilisés pour sortir de l’impasse économique, celle des « retours de l’Ouest » du Doi Moi, cette génération d’experts formés dans les pays du bloc soviétique et enfin celle des « diplomates / entrepreneurs » formée dans les universités et écoles de commerce des pays capitalistes notamment aux États-Unis, à Singapour, en Australie ou en Europe. Cette dernière s’impose de plus en plus dans le paysage économique. Elle est aujourd’hui une ressource indispensable au bon maintien de l’économie.

Alors que le Viêt-Nam s’est converti depuis 25 ans à l’économie de marché « socialiste », la classe des entrepreneurs du parti, souvent dénommée dans la presse comme « groupes d’intérêts » (nhom loi ich) liés aux différentes factions du pouvoir, se positionne désormais comme le maillon fort du régime. Comme le rappelait Philippe Papin dans son analyse socio-culturelle du Viêt-Nam, sur le plan politique l’enjeu reste le même : « L’enjeu, c’est de conserver le contrôle – ou prétendre le conserver, cela peut suffire – sur une machine économique de plus en plus autonome mais qu’il faut pourtant rendre compétitive pour assurer la stabilité sociale, le développement et l’intégration régionale »12. La recherche d’un équilibre entre les différents groupes politico-économiques dans le contexte d’une économie de plus en plus mondialisée (voir l’accord récent sur le TPP) est à ce titre particulièrement importante.

L’unification nationale, un moyen et non une fin

Le Viêt-Minh (1941-1951) a, chacun sait, joué un rôle crucial dans la lutte pour l’indépendance mais il a failli dans l’unification des forces nationales dès 1946. Il faut dire que la France a pesé considérablement dans les divisions vietnamiennes (soutien et mise en place de la République autonome de Cochinchine le 1er juin 1946 alors que le gouvernement de la RDVN négociait l’unification du territoire). La disparition du Viêt-Minh en tant qu’organisation populaire unitaire en 1951 au profit de la création du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam sur le modèle chinois atteste que le mouvement indépendantiste fut plus un moyen qu’une fin. Il permit l’accession au pouvoir d’une poignée de cadres communistes déterminés (Ho Chi Minh, Vo Nguyen Giap, Truong Chinh, Pham Van Dong, Le Duan, Le Duc Tho) pour mener à bien la révolution et la guerre. Le schéma de l’alliance patriotique fut reproduit au Sud à travers le FNL-Sud Viêt-Nam cette fois-ci contre les « américano-fantoches » selon la terminologie communiste avec un certain « succès » (obtenir le contrôle total sur le plan politique).

Ce groupe très restreint de leaders communistes allait conserver le pouvoir suprême jusqu’à sa disparition. Le décès des figures historiques (ou la mise à l’écart de certains dirigeants comme Vo Nguyen Giap) permit, après la décennie noire de l’économie subventionnée (1976-1986), d’ajourner la « triple révolution socialiste » pour promouvoir l’économie de marché « à orientation socialiste » (1991) qui a enrichi les nouvelles élites du Parti depuis vingt-cinq ans. Nous sommes donc désormais loin des premiers mandarins affiliés au Viêt-Minh et la filiation chinoise reste particulièrement prégnante au regard des rapports amicaux entre les deux Partis communistes. La Chine populaire pèse encore lourdement sur le destin intérieur du Viêt-Nam par ses relais économiques et sociaux mais aussi via la filiation politique qu’elle entretient au sein du Parti frère. Pour l’étude du communisme vietnamien et plus généralement pour saisir les ressorts cachés de l’évolution politique du pays, l’approche prosopographique nous paraît indispensable. A l’approche du XIIe Congrès du PCV prévu en début d’année 2016, le partage du pouvoir et le bon équilibre à trouver entre ces différentes filiations semble de plus en plus difficile. L’étude des ces filiations et des réseaux qui en découlent seraient des plus utiles pour saisir cette évolution interne et imaginer le futur.

FG

Image « à la une » : affiche de propagande célébrant le 85e anniversaire de la naissance du PCV.

A lire sur Mémoires d’Indochine :

Notes

  1. Claire Lemercier & Emmanuelle Picard, Quelle approche prosopographique?, Hal, 2010 ; Emmanuelle Picard et le LARHRA organisent depuis 2012 un séminaire intitulé « La prosopographie: objets et méthodes ». La quatrième édition de cette année 2015-2016 s’intéresse plus particulièrement aux questions de recherche mobilisant la prosopographie []
  2. Báo điện tử Đảng Cộng sản Việt Nam []
  3. Voir la présentation succincte : Fichoz, base de données pour l’histoire sociale ; Jean Pierre Dedieu et Álvaro Chaparro, « De la base au réseau. L’apport des bases de données à l’étude des réseaux », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 01 février 2013 []
  4. Un important travail avait été initié par Matthieu Salomon, voir : « Les élections législatives du 19 mai 2002 (XIe Assemblée nationale) : Processus de sélection des candidats et vote populaire dans le Vietnam contemporain », in Christophe Gironde et Jean-Luc Maurer (sous la dir.), Le Viêt-Nam à l’aube du XXIe siècle, Paris, Karthala, 2004, pp. 41-71 []
  5. Une perspective surtout inscrite dans l’historiographie des années 70 et 80 avec les études de Jean Chesneaux, Charles Fourniau et Nguyen Khac Vien. Sur quelques portraits du Can Vuong, voir l’article en trois volets du sociologue Trinh Van Thao sur Mémoires d’Indochine []
  6. Par exemple Truong Chinh Duong, l’arrière-grand père de Truong Tu Anh, chef du parti national du Grand Viêt-Nam, avait été un acteur du Can Vuong au niveau local dans la province de Phu Yen, voir : François Guillemot, Dai Viet, indépendance et révolution au Viêt-Nam, Paris, Les Indes savantes, p. 53 []
  7. Huynh Kim Khanh, Vietnamese Communism 1925-1945, Ithaca, Cornell University Press, 1982 []
  8. Voir les témoignages personnels de Bui Tin ou de Dang Van Viet sur ce sujet : Bui Tin, 1945-1999 Vietnam la face cachée du régime, Paris, Éditions Kergour, 1999 ; Dang Van Viet, Souvenirs d’un colonel Vietminh : portrait, Paris, Indo éditions, 2006 []
  9. Martin Grossheim, ‘Revisionism’ in the Democratic Republic of Vietnam: New Evidence from the East German Archives, Cold War History, Vol. 5, Issue 4, 2005, pp. 451-477 ; Sophie Quinn-Judge, « The Ideological Debate in the DRV and the Significance of the Anti-Party Affair, 1967–68 », Cold War History, Vol. 5, Issue 4, 2005, pp. 479-500  []
  10. Lien-Hang T. Nguyen, Hanoi’s War. An international history of the war for peace in Vietnam, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2012  []
  11. Voir par exemple les débats soulevés en septembre 2014 autour de l’exposition hanoïenne sur l’histoire de la Réforme agraire (1946-1957), exposition rapidement fermée pour « un problème électrique », on ne pouvait pas mieux dire au sens figuré. Voir Bàn về triển lãm Cải cách ruộng đất, BBC tieng Viet, 09/09/2014 ; Đóng triển lãm ‘Cải cách Ruộng đất’?, BBC tieng Viet, 11/09/2014 ; Hoàng Phương, Khoảng lặng bên trong triển lãm Cải cách ruộng đất, VN Express, 11/11/2014 ; Pham Chi Dung, Triển lãm Cải cách ruộng đất: “Nông dân hết thời, địa chủ vạn đại”, VNTB, 13/09/2014 []
  12. Philippe Papin, Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris, Belin / La Documentation française, 2003, p. 129 []