Archives par mot-clé : situation politique

Condamnés pour avoir informé – le procès de Anh Ba Sàm

[ndlr] Condamnation de deux blogueurs renommés, prisonniers de l’État communiste depuis deux ans.

Le verdict est tombé le 23 mars 2016, les deux blogueurs Nguyễn Hữu Vinh alias Anh Ba Sàm et Nguyễn Thị Minh Thúy ont été condamnés respectivement à 5 ans et 3 ans de prison en vertu de l’article 258 du code pénal. Il leur est reproché d’avoir « abuser des libertés démocratiques et d’avoir porté atteinte aux intérêts de l’État » : « phạm tội Lợi dụng các quyền tự do dân chủ xâm phạm lợi ích của Nhà nước, quyền, lợi ích hợp pháp của tổ chức, công dân theo Điều 258 Bộ luật Hình sự ».

Plus d’une centaine de personnes se sont réunies à Hanoi pour manifester leur soutien à « Anh Ba Sàm », littéralement le « colporteur de ragots » ou le « bonimenteur »1. Notons qu’un ouvrage dédié à l’action de ce blogueur a été diffusé par ses soutiens. Édité par une maison d’édition indépendante (les éditions de la Jeunesse de Hanoi), il apparaît comme un véritable manifeste pour la liberté d’expression.

NguyenHuuVinh&NguyenThiMinhThuy
Le blogueur Nguyen Huu Vinh (1956-) alias Ba Sàm et « sa complice » Nguyen Thi Minh Thuy (1980-) © DR

Nguyễn Hữu Vinh, le blogueur le plus renommé des deux, est un ancien policier (tout comme Tạ Phong Tần expulsée en septembre 2015 aux États-Unis) et membre du PCV. C’est en 2007 qu’il met sur pieds le site d’information Ba Sàm dont l’ambition est de proposer une vision pluraliste de l’information vietnamienne. Le blog commente également cette information ou se fait le relais de textes importants publiés en RSVN et/ou d’articles étrangers traduits de l’anglais ou du français. Il fonde également en septembre 2013 deux autres blogs au contenu plus subversif : Dân quyền (Droits du peuple), Chép sử Việt (Écrire l’histoire du Viêt-Nam) objets de l’acte d’accusation.

Pendant six ans le blog Ba Sàm publie ses billets et devient un site incontournable pour suivre l’évolution sociale, politique et économique du pays. Il touche un lectorat de plusieurs millions d’internautes à l’intérieur ou à l’extérieur du pays. Cette popularité dérange. L’information ne passe pas par la validation des canaux officiels et selon les autorités communistes porte atteinte au prestige du PCV, aux intérêts de l’État, offrant une vision pessimiste et déformée de la situation du pays. Selon le vocabulaire officiel destiné à la presse indépendante, elle dénature (xuyên tạc) les faits et noircit (bôi đen) le tableau dans le but de nuire au régime. Pour le pouvoir, le blog s’oppose ni plus ni moins à l’État et au Parti. Dans un pays où la presse n’est pas libre, des billets sont en effet publiés sur les affaires internes du pouvoir communiste, sur l’emprisonnement, sur le procès du journaliste dissident Trương Duy Nhất2 ou sur la corruption.

L’acte d’accusation est une démonstration de la susceptibilité du pouvoir et offre une illustration sans équivoque de la réalité de la liberté d’expression dans ce pays. Selon des extraits de ce document relayés par la presse officielle, les deux blogs incriminés ont publié respectivement 2.014 billets sur Dân quyền et 383 billets sur Chép sử Việt soit un total de 2.397 billets ou articles. Le premier blog a mis en ligne 38.567 commentaires et le second 3.401 soit un total de 41.968 commentaires, preuve de l’intérêt que suscitait ces deux blogs, outils de communication et de discussion. Par article, on comptabilise ainsi une moyenne de 17,51 réactions. Enfin, l’acte d’accusation précise le nombre de connections. Pour Dân quyền, il en recense 3.243.330 et pour Chép sử Việt 480.353, soit un peu plus de 3, 7 millions de connections (3.723.683). Sur l’ensemble de ces données, l’acte d’accusation a relevé que 24 articles (soit 1% du total) possédaient « un contenu contraire à la vérité, sans fondement ; un contenu à caractère propagandiste, déformant la voie et la politique du Parti ainsi que les lois de l’État ; portant atteinte à la réputation de personnes, au prestige des organismes de l’État et des organisations du Parti, divulguant un regard pessimiste unilatéral, suscitant désarroi et inquiétude, ayant un impact sur la foi des masses populaires vis-à-vis de la direction du pays par le Parti, le Gouvernement, l’Assemblée nationale et L’État »3.

Que reproche-t-on enfin à la « complice » de Nguyễn Hữu Vinh ? Nguyễn Thị Minh Thúy, agent comptable de la société de Vinh, est condamnée à trois ans de prison pour avoir accepté les codes d’accès des deux blogs et en avoir assuré la gestion (mise en ligne des articles et des réactions, maintenance) et donc d’être coupable au même titre que Vinh du 1% d’articles séditieux.

En 2014, Nguyễn Hữu Vinh et Nguyễn Thị Minh Thúy sont arrêtés. Particulièrement visé comme ancien policier et membre du PCV, Vinh est maintenu au secret. Son épouse qui lui rend visite au mois d’octobre 2015 constate que sa santé décline. Elle proteste contre cet emprisonnement arbitraire sans succès. Un procès doit se dérouler le 19 janvier 2016. Il est ajourné pour cause de Congrès du PCV.

Attaqué à plusieurs reprises par des hackers liés au pouvoir policier, le site est aujourd’hui toujours actif sous la gestion efficace de Đinh Ngọc Thu. Il se revendique non sans humour comme étant l’organe d’expression de « l’Agence de presse du trottoir » (Thông tấn xã vỉa hè), une sorte de café du commerce sur l’évolution politique de la RSVN. Mais le site est bien plus que cela. Conservant son caractère pluraliste et variant les points de vue, il reste un outil d’information précieux pour suivre les affaires internes du PCV mais aussi sur les actions des organisations de la société civile et l’évolution de la situation économique du pays.

FG, MàJ 26/03/2016.

Pour en savoir plus (MàJ des liens, 07/04/2016) :

Luật sư Hà Huy Sơn, Bài bào chữa của Luật sư Hà Huy Sơn tại phiên tòa hình sự sơ thẩm 23/03/2016, Bauxite Viêt Nam, 24/03/2016.

Chủ blog Anhbasam bị phạt 5 năm tù, VnExpress, 23/03/2016.

Cinq ans de prison pour un blogueur au Vietnam, Le Matin, 23/03/2016.

Ít nhất 2 người bị bắt khi tham dự phiên tòa xử « Anh Ba Sàm », Dan Luan, 23/03/2016.

Ông Nguyễn Hữu Vinh bị đề nghị 5-6 năm tù, Vietnam Net, 23/03/2016.

Tường thuật phiên tòa xử Anh Ba Sàm và cô Nguyễn Thị Minh Thúy, Teu Blog, 23/03/2016. (nombreuses photos)

Vietnam: Drop Charges Against Prominent Bloggers, Freedom of Expression Under Renewed Pressure, Human Rights Watch, 22/03/2013.

Doan Hoa, Vài suy nghĩ nhỏ về trang Anh Ba Sàm, Dan Luan, 15/01/2016.

Image « à la une » : Les accusés Nguyen Huu Vinh et Nguyen Thi Minh Thuy à la barre du tribunal populaire de Hanoi le 23 mars 2016 © Minh Quang

Notes

  1. C’est avec une touche de dérision que le blogueur s’est affublé de ce titre qui pourrait être également traduit par « le baratineur, le bavard, le discoureur » ou « le hâbleur » []
  2. Responsable du blog Một góc nhìn khác, « Un autre regard ». Ce journaliste fut condamné au titre de l’article 258 du code pénal à deux ans de prison pour avoir publié sur son blog 11 articles critiquant le régime. Il est sorti de prison le 26 mai 2015 []
  3. Cf. Encadré de l’article de Vietnam Net cité en référence []

Cambodge : nouvel exil pour le chef de l’opposition menacé d’emprisonnement [Le Monde]

[ndlr] Retour des tensions et violences politiques au Cambodge. Nouvel exil pour le chef de l’opposition. Article de François Bougon, chef adjoint au service International.

Pour le chef de l’opposition cambodgienne, Sam Rainsy, c’est un scénario bien connu. Pour la quatrième fois dans sa carrière, il a choisi le chemin de l’exil pour échapper à la prison. La fois précédente, cela avait duré quatre ans, entre 2009 et 2013. « En France, pays de Victor Hugo et de Charles de Gaulle, beaucoup se sont exilés et ont attendu des jours meilleurs », explique au Monde Sam Rainsy, dans son appartement parisien.

Nouvelle illustration de la dégradation du climat politique après plus d’un an d’une ouverture timide dans cette démocratie particulière, la justice a ressorti une vieille affaire de diffamation puis l’a accusé de complicité de « complot », ce qui pourrait l’envoyer derrière les barreaux pendant plus de dix ans. Le jour même où il devait reprendre l’avion en direction du Cambodge depuis la Corée du Sud, le Parlement levait son immunité parlementaire. Mardi 1er décembre, un tribunal de Phnom Penh a convoqué Sam Rainsy pour un nouveau dossier de diffamation.

La fin de la « culture du dialogue »

Lire la suite : Le Monde, 07/12/2015.

Myanmar / Birmanie : élections générales du 8 novembre 2015

[ndlr] En attendant la publication des résultats officiels des élections générales birmanes petit rappel du contexte dans un récit vidéographique du Figaro (mise en ligne le 9 novembre 2015).

Longtemps refermé sur lui-même à cause d’une dictature militaire, le pays s’est ouvert et a entamé des réformes depuis quelques années. Aung San Suu Kyi, figure de l’opposition birmane, voit son combat pour la démocratie enfin aboutir.

  • RV sur le site du Guardian pour suivre en direct la publication des résultats des élections en Birmanie :

http://www.theguardian.com/world/live/2015/nov/09/myanmar-elections-aung-san-suu-kyi-hints-at-victory

Dossier spécial Myanmar General Elections sur Radio Free Asia

MyanmarGeneralElections

Viêt-Nam : Changer pour exister ?

Tel pourrait être le slogan résultant des diverses manifestations antichinoises de ces derniers jours. Le blog frondeur des net-citoyens combattants « Dân Làm Báo » a relayé la parole de quelques internautes convaincus d’une chose : le Parti communiste vietnamien au pouvoir n’a plus la capacité de résoudre la question des Paracels [1].

Compte-tenu des bonnes relations, jusqu’à présent, entre les deux partis communistes chinois et vietnamiens, le PCV n’a même peut-être jamais eu réellement cette volonté de mettre en faute le grand frère chinois, son propre mentor politique. La question est posée crûment par un hanoïen qui pendant de longues années a observé avec perplexité l’attitude bénie oui-oui des plus hauts dirigeants et d’une partie de l’intelligentsia vis-à-vis de Beijing [2].

HanoiBieuTinh_ FBThanh Hoang
« Pour une nation prospère, il faut changer ! » © 2014 Dan Lam Bao

Cet aveuglement à propos des ambitions chinoises a été, depuis de longues années, dénoncé par des blogueurs dont la plupart sont aujourd’hui soit d’anciens prisonniers de conscience (Cu Huy Ha Vu, Le Thanh Long, Le Cong Dinh, Nguyen Tien Trung, Pham Thanh Nghien…), soit toujours en prison (Ba Sam Nguyen Huu Vinh, Bui Thi Minh Hang, Dieu Cay Nguyen Van Hai, Dinh Nguyen Kha, Le Quoc Quan, Ta Phong Tan, Tran Anh Kim, Tran Huynh Duy Thuc…) et dont les analyses ou les mises en garde restent tout à fait pertinentes dans le contexte actuel [3]. Si l’on considère l’état des dégradations entre Hanoi et Beijing suite à l’affaire de la plate-forme HD 981, ces net-citoyens furent des visionnaires.

Concernant les relations avec la Chine populaire, la responsabilité que porte le PCV est très importante pour ne pas dire historique car elle s’inscrit dans le long terme. Le Parti communiste vietnamien doit en effet beaucoup à la Chine populaire pour sa pérennité dans le temps. Le Parti Communiste Indochinois (PCI) de Ho Chi Minh connut sa genèse nationaliste en Chine (avec le Thanh Niên) dans les années vingt, se lia d’amitié avec des révolutionnaires chinois dans les années trente, en adopta les pratiques d’organisation et favorisa dans les années cinquante la greffe du système maoïste dans les campagnes de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN, ancien Nord Viêt-Nam) pendant la réforme agraire [4]. Le parti, devenu Lao Dong en 1951, mena une purge sociale et politique sanglante lors de cette réforme agraire avant de se rendre compte qu’il s’agissait d’une grossière erreur qui porte encore aujourd’hui la marque de l’infamie dans l’histoire de son existence.

Les deux décennies suivantes, le parti bénéficia d’une aide considérable en hommes (plus de 320.000 soldats chinois en RDVN entre juin 1965 et mars 1968), moyens militaires et financiers pour conquérir le Sud Viêt-Nam, République indépendante massivement soutenue de son côté par les États-Unis [5]. Il porte en lui cette lourde « dette » qui pouvait être soldée dans les années 1980 lorsque les relations s’étaient considérablement dégradées à la suite de l’invasion du Cambodge et de la guerre frontalière de février-mars 1979. Cependant, les années d’après, les hauts-dirigeants pragmatiques plus proches de l’URSS que de la Chine populaire ne réussirent pas à s’imposer à la tête de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN), l’État officiellement réunifié depuis 1976 [6]. Le retrait militaire des troupes vietnamiennes du Cambodge à partir de 1989, la fin de l’URSS en 1991 et son démembrement, et le réchauffement diplomatique avec Beijing l’année suivante ont inauguré une nouvelle ère d’amitié et d’échanges entre les deux Partis-États chinois et vietnamien. Pour autant, ce partenariat régulier ne fut pas sans embûches notamment sur la question des zones maritimes relevant de la souveraineté des deux pays.

Dans la décennie 1999-2009, le bornage de la frontière entre les deux États avait soulevé moult polémiques. Certains Vietnamiens (même au sein de l’appareil) considéraient que la Chine populaire avait profité de l’établissement de cette nouvelle frontière officielle pour « grignoter » quelques kilomètres à l’intérieur des terres (engloutissant au passage quelques symboles frontaliers) et des eaux vietnamiennes (en particulier dans le golf du Tonkin) [7]. L’affaire de l’exploitation de bauxite à partir de 2008 avait frappé l’opinion et mit en avant la force des groupes d’intérêts au sein du Parti. Le sentiment national avait été quelque peu sacrifié sur l’autel du développement économique. Des milliers de travailleurs chinois étaient installés sur l’ancienne Piste Ho Chi Minh pour extraire le précieux minerai. Le général Vo Nguyen Giap en personne, véritable icône patriotique, avait envoyé aux instances dirigeantes plusieurs mises en garde soulignant son désaccord et sa perplexité devant la politique menée [8].

Les partis nationalistes, éternels concurrents du national-communisme hanoïen, publièrent également déclarations sur déclarations pour dénoncer ce qu’il considère comme une mainmise chinoise sur le Viêt-Nam [9]. Depuis 2010, une vidéo politico-historique au titre évocateur Đại Họa Mất Nước (La catastrophique perte du pays) a même été largement diffusée sur les réseaux sociaux et dans la communauté d’outre-mer [10]. Si cela a été fait avec beaucoup d’exagération avec une bonne dose d’ultranationalisme, la réalité d’aujourd’hui rejoint les pires scénarios. Le gouvernement vietnamien est dans l’impasse ou du moins au pied du mur. Il se doit désormais d’afficher son indépendance vis-à-vis de Beijing et donc de déconstruire la solidarité politique patiemment élaborée depuis le début des années 1990 avec la Chine populaire. Cela ne se fera pas en un jour, les liens politiques, économiques et familiaux avec la Chine restent forts au sein de l’appareil communiste vietnamien. La fracture ancienne entre « pro et contra » est ravivée et ne se refermera que si la Chine calme le jeu et modère son action vis-à-vis de son voisin du Sud.

Paradoxalement, si les hauts-dirigeants du Parti arrivent à conserver une unité sur la question nationale, cet incroyable défi lancé par Beijing pour tester les limites de son partenaire politique régional peut se transformer en une occasion de faire le point des relations entre les deux pays à l’aune de l’expérience de plusieurs décennies. L’occasion de se rapprocher des États-Unis est une solution envisageable [11]. L’Europe, quant à elle, n’apparaît pas comme un partenaire assez uni et résolu dans la région pour peser face à la Chine. La crise actuelle permet en effet de constater que les Philippines s’en sortent mieux que le Viêt-Nam grâce au parapluie américain [12]. Est-il trop tard ? Le PCV saura-t-il saisir cette nouvelle opportunité pour refondre sa politique extérieure puis intérieure ? La pression populaire pourra-t-elle être canalisée ?

Si l’on considère l’épreuve de la refonte de la constitution de l’année dernière comme celle d’un rendez-vous manqué avec l’histoire, on peut douter de la capacité de se réformer du pays sur le plan politique [13]. Si l’on considère sur un plus long terme les changements effectués depuis bientôt trente ans avec l’avènement du Đổi Mới (Renouveau), notamment sur le plan diplomatique, on peut espérer une avancée pour sortir de l’embarrassant giron chinois. Dans le contexte international actuel, présentant l’image d’un Poutine conquérant et d’une faible intervention diplomatique étrangère sur la question de l’Ukraine et de la Crimée en particulier, il est fort à parier (ce que démontre déjà la modeste réaction de l’ASEAN) que la question de l’espace maritime vietnamien n’intéresse que peu les officines diplomatiques. De fait, la RSVN apparaît isolée du fait même de ses contradictions internes. Elle doit mobiliser sa population comme aux grandes heures de la guerre mais pour recueillir pleinement l’adhésion elle doit également favoriser le jeu démocratique et engager de façon officielle et responsable une véritable réconciliation nationale.

Ne plus censurer la parole, libérer les prisonniers de conscience dont certains ont développé de véritables programmes d’alternative politique [14], permettre un bi-partisme voire le multipartisme, renouveler l’Assemblée nationale à travers des élections libres sont les choix impérieux et courageux du second Đổi Mới que le PCV doit initier [15]. Sans quoi, il portera à jamais dans son histoire, celle de son peuple, l’unique et lourde responsabilité d’un défaut de fonctionnement face à une Chine envahissante. Tel est l’enjeu véritable de la sortie de crise du défi lancé par Beijing. La solution la moins coûteuse sur le plan politique mais également la moins honorable serait de faire le gros dos pendant les quelques mois d’exploitation chinoise dans les eaux vietnamiennes. Pour cela, le pouvoir actuel devra maintenir la protestation populaire à une expression de pure forme au risque de passer pour un élève (turbulent mais relativement impuissant) aux ordres de la Chine.

François Guillemot

__________________

Notes

[1] Voir Nguyen Thach, Còn cộng sản Việt Nam – Còn thất vọng!, Dan Lam Bao, 13/05/2014.

[2] Nguyen Trung Linh, Hỡi bọn người ngu dốt và hèn nhát trong nội bộ đcsvn đã sáng mắt ra chưa?, Dan Lam Bao, 13/05/2014.

[3] A titre d’exemple, voir les entretiens avec le lieutenant-colonel Tran Anh Kim sur la Chine, le rôle de l’armée populaire, la question des Paracels et des Spraleys : Cựu Trung Tá QĐND Trần Anh Kim Nói Về Hoàng Sa & Trường Sa 1/2 (YouTube) ; Cựu Trung Tá QĐND Trần Anh Kim Nói Về Hoàng Sa & Trường Sa 2/2 (YouTube).

[4] Voir le constat édifiant dressé par le colonel Bui Tin dans ses Mémoires: Bui Tin, 1945-1999, Vietnam : la face cachée du régime, Paris, Editions Kergour, 1999, (ch. II: Réformes).

[5] Cf. Qiang Zhai, China and the Vietnam Wars, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2000, p. 135.

[6] Voir la cabale lancée contre le général Vo Nguyen Giap et ses soutiens par les conservateurs pro-chinois exposée dans Huy Duc, Le Général Giap, Dien Dan – Forum.

[7] Pour un aperçu général de la résolution des questions frontalières entre les deux pays, voir : Ramses Amer, The Sino-Vietnamese Approach to Managing Boundary Disputes, IBRU, Martitime Briefing, 2002.

[8] Voir les trois lettres de Vo Nguyen Giap rédigées en 2009 publiées sur le site Bauxite : Tư liệu liên quan đến bản Kiến nghị 2009 (17) – Ba lá thư của Đại tướng Võ Nguyên Giáp gửi đến các nhà lãnh đạo về vấn đề khai thác Bauxite Tây Nguyên ; la troisième lettre du 20/09/2014 : Thư thứ 3 của Đại tướng Võ Nguyên Giáp gửi BCH TU, Bộ Chính trị cùng Quốc hội và Chính phủ về vấn đề Bauxite Tây Nguyên (Blog Boxitvn).

[9] Voir à titre d’exemple la déclaration du Tân Dai Viêt : Tuyên Cáo của Đảng Tân Đại Việt, LMDCVN và ĐGĐ Nguyễn Ngọc Huy (11/05/2014).

[10] Le film est diffusé sur You Tube et a bénéficié depuis 2010 d’une audience très importante : Đại Họa Mất Nước.

[11] Cf. l’analyse de Trần Trường Thủy, Căng thẳng Việt-Trung là cơ hội đẩy mạnh quan hệ Việt-Mỹ, VOA, 12/05/2014. Voir aussi : Nguyen Nghia 650, Một cơ hội lớn để thoát Trung, Dan Lam Bao, 13/05/2014.

[12] Akit Panda, Why Did China Set Up an Oil Rig Within Vietnamese Waters?, The Diplomat, 13/10/2014.

[13] Cf. François Guillemot, La constitution vietnamienne de 2013 confrontée au monde réel : choix pragmatique ou réflexe protectionniste ?, Mémoires d’Indochine, 01/12/2013.

[14] Voir l’ouvrage en ligne du dissident Tran Huynh Duy Thuc, « Quelle voie pour le Viêt-Nam » : Sách Trần Huỳnh Duy Thức và Con Đường Nào Cho Việt Nam (PDF)

[15] Laurent Gédéon & François Guillemot, « Viêt Nam. L’appel à un second Renouveau », in Jérémy Jammes et Benoît de Tréglodé (dir.), L’Asie du Sud-Est 2012. Les événements majeurs de l’année, Bangkok & Paris, Irasec / Les Indes Savantes, 2012, pp. 289-311.

Elections cambodgiennes : le Roi, l’armée et la rue

Cambodge29juillet2013
Voiture de police incendiée à Phnom Penh le 29/07/2013 © Maxppp

Les résultats officiels des élections législatives du dimanche 28 juillet 2013 sont désormais connus. L’AFP rapportait le 12 août que le Parti Populaire Cambodgien (PPC) sortait vainqueur avec 49% des voix (sur 6,6 millions de votes) contre le Parti du Sauvetage National du Cambodge (PSNC) crédité de 44% des voix. L’écart est donc faible et, fait inédit, le PPC n’obtiendrait pas la majorité [1].

Dans le contexte d’un pays divisé en deux camps, le Cambodge présente tous les signes d’une instabilité politique à venir. En effet, à l’issue des élections qui vit le PPC, parti gouvernemental dirigé par Hun Sen, autoproclamé vainqueur du scrutin par deux fois avant les résultats officiels, son principal concurrent le Parti pour la Sauvegarde Nationale du Cambodge dénonçait une série d’irrégularités invalidant, selon lui, cette élection. Depuis, le roi est intervenu, l’armée s’est positionnée et la rue menace d’entrer en action. Retour succinct sur les derniers rebondissements engendrés par cette tension politique.

Le Roi

Rappelons que le scrutin annoncé dès le 28 juillet comme quasi définitif (68 contre 55 sièges) par le parti au gouvernement est actuellement de 64 sièges contre 55 pour l’opposition [2]. Mais cette dernière n’entend pas baisser les bras car, selon elle, il y aurait eu des fraudes massives et des irrégularités dans plusieurs localités qu’elle aurait dû remporter. Phil Robertson, directeur-adjoint de l’ONG Human Rights Watch, confirmait pour RFI cet état de fait en parlant d’ « un niveau sans précédent de machination et de malversation dans le processus électoral » [3].

Rappelons également que les élections ont été suivies par quelques 40.456 observateurs (40.190 observateurs cambodgiens et 266 observateurs étrangers [4]) et que ceux-ci ont confirmé des irrégularités tout en précisant que le climat électoral s’était bien apaisé par rapport aux décennies post-khmères rouges précédentes. De même, le 2 août 2013, le message officiel de Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, soulignait en des termes encourageants le processus électoral :

Le Secrétaire général se félicite du déroulement pacifique des élections au Cambodge le 28 juillet.  Concernant les informations selon lesquelles il y aurait eu des irrégularités, les Nations Unies encouragent les autorités compétentes à examiner de manière juste et transparente les plaintes, dans le but ultime d’assurer de manière précise le respect et la détermination de la volonté du peuple cambodgien [5].

C’est donc dans une extrême tension que le pays a attendu les résultats officiels. Du côté du Premier ministre Hun Sen, le spectre de la guerre civile a été régulièrement agité et ce, bien avant les élections, comme un véritable avertissement au peuple. Du côté de Sam Rainsy, candidat volontaire mais non accepté par la commission électorale, la menace de manifestations d’envergure pouvant paralyser le pays a été proférée cette fois-ci en guise d’avertissement au pouvoir en place.

Pour empêcher tout dérapage vers une guerre civile, le Roi Norodom Sihamoni a dû prendre position dans un message officiel le 7 août. C’est en ces termes qu’il s’est adressé à ses compatriotes :

“Pour les intérêts suprêmes de notre pays et peuple et pour maintenir la paix et la stabilité nationale, je voudrais faire appel aux deux partis politiques, qui ont remporté des sièges dans la cinquième législature de l’Assemblée nationale, de poursuivre leurs discussions afin de trouver des solutions pacifiques à leur différend ou aux problèmes restants” [6].

Cette sage initiative, contraignant les deux partis à discuter autour d’une table, a sans doute permis d’éviter l’embrasement tant redouté. Les deux partis sont mis en face de leurs responsabilités afin de trouver une entente politique par des « moyens pacifiques » dans le but de préserver une certaine solidarité nationale. On comprend bien qu’aucun des deux camps ne souhaitent endosser la responsabilité d’une éventuelle vague de violence. Sam Rainsy prendra-t-il le risque, après avoir bénéficié du « pardon royal » permettant son retour au pays, d’enflammer le pays ? De son côté, Hun Sen prendra-t-il le risque d’un verrouillage excessif qui ternirait son image savamment entretenue de « réconciliateur » ? Les deux hommes sont quelque peu contraints au compromis politique et historique.

L’armée

Le gouvernement de Hun Sen se retrouve pour la première fois depuis 1998 (voir notre article précédent) dans une position affaiblie. Il a désormais face à lui une opposition unie, renforcée par un scrutin qui dans lui offre une belle part dans la nouvelle assemblée nationale. Elle compte donc jouer pleinement son rôle au grand dam de Hun Sen. L’homme fort du pays veut démontrer qu’il reste déterminé face à une tension qu’il qualifie de retour à la « guerre civile ». Pour donner du crédit à son « moi ou le chaos », il a fait déployer l’armée dans Phnom Penh. Les observateurs et correspondants de presse ont ainsi rapportés l’événement :

Le porte-parole de la police militaire Kheng Titoa a confirmé que des soldats et des véhicules blindés avaient été déployés en des lieux stratégiques pour  « maintenir la sécurité et l’ordre public » jusqu’à la formation du nouveau gouvernement, assurant que ce n’était pas pour « interdire » les manifestations [7].

C’est ainsi que les habitants médusés ont vu des véhicules de l’armée lourdement armés prendre position dans les quartiers périphériques de Phnom Penh ou dans des endroits réputés stratégiques de la capitale cambodgienne. Des patrouilles de la police militaire ont également été déployées pour « décourager » les éventuelles manifestations de l’opposition très remontée après sa défaite [8]. Cette disposition aux allures d’une intimidation officielle n’est pas très rassurante mais du moins permet-elle de montrer qu’aucun affrontement ne sera toléré. L’inquiétude est néanmoins partagée par Amnesty International qui l’exprimait dans une note du 12 août :

«Les autorités au Cambodge doivent veiller à ce que les tensions postélectorales ne dégénèrent pas en affrontements violents, a indiqué Isabelle Arradon, directrice du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International. Les Cambodgiens, notamment ceux qui soutiennent un parti politique, doivent bénéficier de suffisamment d’espace pour exprimer leurs opinions, et être autorisés à exercer leur liberté de réunion pacifique. Les forces cambodgiennes de sécurité doivent s’abstenir de recourir à une force excessive ou injustifiée contre les manifestants. Il ne faut pas qu’ils rendent des situations tendues encore plus explosives en ne respectant pas les droits humains [9].»

Reste à savoir si l’armée favorisera le parti au pouvoir en cas d’émeutes ou de provocations.

La rue

Le jeu est à double tranchant car la véritable question reste le comportement de la rue. En effet, celle-ci reste la grande inconnue. Les 14 millions de Cambodgiens seront dans les semaines qui suivent l’objet de toutes les attentions. Car la rue peut conforter ou bousculer le régime. L’opposition menace de soulever de grandes manifestations populaires pour réclamer son dû. On sait désormais qu’elle en a la possibilité en mobilisant largement une jeunesse tentée par le changement (7 millions de jeunes ont moins de 25 ans rappelait Le Monde [10]). Très en colère, Sam Rainsy, le principal chef de l’opposition revenu d’exil le 18 juillet, n’en démord pas. Le journal Le Monde rapportait ses propos sur le scrutin du 28 juillet :

« Le scrutin a consisté en un match de boxe où il n’y avait qu’un seul boxeur, le premier ministre sortant. L’arbitre était une commission électorale contrôlée par le parti au pouvoir qui a donc pris fait et cause pour l’unique boxeur sur le ring. L’ampleur des fraudes a été telle qu’elle est de nature à inverser la volonté populaire » [11].

C’est ainsi que son parti revendique pas moins de 63 sièges sur 123 et non les 55 prévus par les résultats officiels estimant que 15% des voix (soit 1,3 million d’électeurs) rayées des listes électorales lui revenaient [12]. Pour se faire entendre, l’opposition réclame une enquête internationale sous l’égide d’une commission indépendante soutenue par l’ONU. Dans le même temps, les deux camps ont débuté des discussions car un ultime délai fixé au 8 septembre, prévoit de clore définitivement toute contestation officielle des résultats et d’annoncer très officiellement la répartition des sièges des deux partis à l’Assemblée nationale [13]. En attendant, Sam Rainsy ironise sur un possible « été cambodgien » et Hun Sen, politicien rusé, n’a peut-être pas abattu toutes ses cartes [14]. Toute la question est de savoir jusqu’où il pourra reculer pour mieux se maintenir.

FG, 15/08/2013 (version revue et corrigée le 16/08/2013).

Notes

[1] Cambodge: victoire confirmée du parti au pouvoir, La Presse (Montréal, Canada), 12/08/2013. Voir aussi les résultats officiels sur Vietnam + : Le gouvernement cambodgien « doit prévenir les émeutes », 14/08/2013.

[2] Bruno Philip, Au Cambodge, confrontation ou compromis ?, Le Monde, 14/08/2013

[3] Le Cambodge sous tension, en attendant les résultats officiels des élections, RFI, 09/08/2013.

[4] Ouverture des 5es élections législatives au Cambodge, Vietnam Plus, 28/07/2013.

[5] Message du Secrétaire général, SG/SM/15198, 02/08/2013/

[6] Propos rapportés par Vietnam + : Le roi du Cambodge lance un appel au PPC et au CNRP, Vietnam Plus, 08/08/2013.

[7] L’armée dans les rues de Phnom Penh après des législatives controversées, La Croix, 09/08/2013.

[8] idem.

[9] Tensions post-électorales à Phnom Penh, Amnesty International, 12/08/2013.

[10] Bruno Philip, art. cit., Le Monde, 14/08/2013.

[11] Cambodge : le parti du premier ministre remporte les législatives, Le Monde, 12/08/2013.

[12] idem.

[13] Législatives au Cambodge : la victoire du parti au pouvoir toujours contestée par l’opposition, RFI, 13/08/2013.

[14] Bruno Philip, art. cit., Le Monde, 14/08/2013.