Archives par mot-clé : site internet

Billy Noseworthy : a few words to introduce Chamstudies.net

[ndlr] Présentation du site de recherche dédié aux études sur le Champa. Billet publié avec l’aimable autorisation de son auteur.

chamstudies[Site en maintenance, 22/11/2016]

Chamstudies.net presentation

Chamstudies.net website is committed to the preservation and promotion of the cultural values of the Champa civilization, and serves as a space for the dissemination of research in the field of Cham studies. With this in mind, Chamstudies.net actively circulates collections of scholarly resources and short essays, as well as information pertaining to conferences and scholarships.

isvanchampaChamstudies.net is the brainchild of Isvan Champa (MA Hawai’i, current PhD student at the University of Queensland).

Isvan had been running a Vietnamese academic site « Young Anthropologists » after he completed his Masters at Hawai’I and returned to Vietnam to begin a significant body of fieldwork on Austronesian ethnic minorities. When I say significant, I mean that his mastery of languages quickly jumped from English, Vietnamese and Cham, to the inclusion of four others: Raglai, Churu, Ede and Jarai.

When I first met Isvan we had shared the idea of starting a new academic journal that would address the need of bringing Cham studies to readership who were themselves Cham in Vietnam. Such a journal did not exist at the time. There was the literary serial Tagalauand the almost entirely historical-studies focused Champaka. Neither was focused on bringing together Champa and Cham studies into a single multidisciplinary project, a la Journal of Vietnamese Studies, however, which we upheld as a model. In 2012 « Young Anthropologists » was going strong and I joined the founding editorial board of TapukBhapRohDuahIlimo Cam (Journal of Cham Studies) in 2012.

TapukBhapRohDuahIlimo Cam is primarily an academic journal, published in Vietnamese, in Vietnam, although the journal has included English and Japanese abstracts of the articles published. It is produced by the Cham-UNESCO research center in Ho Chi Minh City, and bridges the gap between the popular scholarly output of the Cham community and Vietnamese language academic publishing. Primarily headed by the efforts of Sakaya (Dr. Truong Van Mon), the center also published a Cham-Vietnamese-English 16,000-word dictionary in 2014, which I was one among a number of co-authors on. Later in 2014, Dr. Toshihiko Shine & Sakaya published a Japanese version of the same dictionary.

As Tagalau, TapukBhapRohDuahIlimo Cam and Champakawere already covering the necessary journal publication markets for Champa and Cham studies, Isvan saw a new problem, however. There were still many scholars of Champa and the Cham who were working outside of Vietnam who weren’t using the works of those inside, and vice versa. The main problem was access. Print materials could be brought in and out, but shipping and transportation were tedious means of exchanging knowledge. Chamstudies.net was founded to mitigate that problem in 2015.

On the initial board of Chamstudies.net Isvan invited myself and Julie T. Underhill, as we were graduate students and researchers covering substantially different topics in the field. We then invited Dr. Mohammend Bin Abdul Effendy (NUS, Singapore) and Dave Paulson (PhD, candidate, Temple) to join us. Currently the website features presentations in Vietnamese, Malay, English of new articles, links to downloadable and more difficult to find resources, announcements for scholarships, profiles of researchers and more. We have particularly been focusing on circulating announcements that will allow other students and young researchers from Vietnam to study abroad. When Isvan was admitted to the University of Queensland this was a major break for all of us, and we hope that more students will be able to bridge the research gap by working across borders in the Americas, Europe and the Pacific, as well as Vietnam, Cambodia and Malaysia.

The main features of the website, as it stands, are collections of your standards area of Art and Literature, Culture, History, Language, and Religion. Although we also have a substantial media collection, and a worthwhile « Network » section that will give you a sense of the field of Cham Studies. While there are many websites that feature articles on the Cham, ours is the only one that hosts a substantive amount of English, Vietnamese, Cham and Malay language material. We welcome French and Cambodian material as well, and have been working with many Cham studies scholars in Vietnam, Cambodia, Malaysia, France, Japan and the United States to expand our collections.

Should you have any questions, OR wish to contribute something, please don’t hesitate to contact: chamstudies2015@gmail.com.

billynoseworthyBilly Noseworthy, grad student, University of Wisconsin-Madison.

 

Image « à la une » : La tour Cham Thap Poshaknu Cham près de Mũi Né – Wikipédia 2005

Mémoires d’Indochine fait peau neuve

Chères lectrices et lecteurs, étudiant.e.s, ami.e.s, contributrices et contributeurs de Mémoires d’Indochine, pour répondre au souci de modernisation de la plateforme Hypotheses.org, notre carnet de séminaire va changer de thème ces prochains jours.

Porté depuis sa création en septembre 2012 par le thème Magazine Basic, très efficace, pour sa présentation des billets sous la forme d’une page de journal (image ci-dessous), il va muter sur le modèle de la plupart des sites d’information en ligne pour répondre aux nouvelles exigences de l’affichage mobile (smartphone, phablettes, tablettes).

MémoireIndochine_30-04-2015Page d’entrée de Mémoires d’Indochine du 30 avril 2015 sur Magazine Basic

Parmi les thèmes développés par l’équipe de WordPress et adoptés actuellement par Hypotheses.org nous avons opté pour le thème Twenty Fourteen, un thème déjà expérimenté sur notre carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam et par la Maison des Carnets elle-même. Il nous permet de conserver tous les onglets (même si l’accès en sera légèrement modifié), les pages et les catégories mises en place dans le cadre du séminaire. Le nouveau thème présentera trois ou six billets à la une et une actualité désormais affichée sur une colonne centrale. Les colonnes des Widgets seront réorganisées. Ces modifications techniques nécessaires permettent à la plateforme Hypotheses.org de s’assurer une grande plus pérennité, une plus forte homogénéité et un maximum de souplesse sur le long terme.

Je vous dis donc à très bientôt.

Amicalement.

FG, 1er mai 2015.

 * * *

Chers tous,

la mutation a été faite. Nous avons conservé et rétabli l’ensemble des paramètres. D’autres petites amélioration se feront au fil du temps. Bonne navigation !

FG, 3 mai 2015.

Tia Sáng Vietnam : Blogging Politics in Vietnam 2003-2015

[ndlr] Signalement d’un timeline utile sur le blogging politique vietnamien depuis l’émergence des réseaux sociaux au Viêt-Nam. A l’initiative de Tia Sáng Vietnam. Cliquez sur l’image pour accéder au site.

Blogging Politics in Vietnam 2003-2015

 A timeline of Vietnam’s blogging movement and related political events

BloggingPoliticsVietnam

This timeline has been created to help inform debates on the impact of social media on wider political developments in Vietnam. Click on the spanner icon at the bottom right of the timeline to change zoom and view settings.

 Source : Tia Sang Vietnam. Reporting on Vietnam’s internet

 

Info ou intox ? Aperçu sur les pièges de l’information officielle

[ndlr] Avertissement au lecteur. Des doutes ont été émis quant à l’authenticité des sites gouvernementaux cités dans le billet d’hier. Apparus sur la toile depuis 2011, ces sites diffusent jusqu’à présent des informations officielles. Par précaution car un doute persiste sur l’origine de ces sites, nous avons remplacé l’article d’hier par une réflexion sur cette source d’information.

Ecran_nguyentandung.org

Alors que nous avions mis en ligne hier vendredi 6 décembre un billet intitulé « Quand le site du PM vietnamien fait la promo de Mein Kampf » pour interroger le traitement de l’information sur un site dédié au Premier ministre Nguyen Tan Dung [1], deux collègues chercheurs nous ont mis en garde sur l’authenticité des sites d’où provenait l’information [2].

Il existe en effet actuellement de sérieux doutes sur une collection de sites hébergés à l’étranger, apparus sur la toile en 2011, et qui, jusqu’à présent, se sont cantonnés à relayer et à diffuser largement l’information officielle en provenance de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN).

Il s’agit des principaux sites suivants :

  • Site dédié au Premier ministre Nguyen Tan Dung (23,3 M. de visiteurs au Vietnam) et ses autres déclinaisons .biz ; .net ; .info
  • Site dédié au Secrétaire général du Parti Communiste du Vietnam Nguyen Phu Trong (près d’un million de visiteurs au Vietnam)
  • Site dédié au Président de la République de la RSVN Truong Tan Sang (1,8 M. de visiteurs au Vietnam)
  • Site dédié au Ministre de la Police populaire Tran Dai Quang (5,7 M. de visiteurs au Vietnam)

Autrement dit, l’action des piliers du régime communiste (État-Parti / Armée / Police) est suivie quotidiennement et soutenue par cette collection qui démultiplie l’information de façon quasi identique d’un site à l’autre. En particulier, l’information relative à la dissidence est souvent menaçante et injurieuse envers les contestataires comme le souligne le blogueur Anh Ba Sàm [3] ou encore envers les organes de presse étrangers en langue vietnamienne comme nous avons pu le constater lors de la parution d’articles sur le général Vo Nguyen Giap [4]. Si l’on en croit le « flagcounter » de chacun des sites, l’auditoire de ces relais du pouvoir est de plusieurs millions de personnes et révèle une portée internationale conséquente. En clair, il s’agit là d’un puissant instrument d’information.

Cette collection est complétée par un site dédié à la thématique de la Mer de Chine méridionale :

Et d’autres personnalités importantes (liste non exhaustive) :

  • Pham Vu Luan (ministre de l’éducation et de la formation)

Le « site-mère » (ou matrice) de cette série est estampillé « nguyentandung.org » du nom du Premier ministre vietnamien qui, malgré une apparence très professionnelle, serait un site illégal ne bénéficiant d’aucune validation du pouvoir actuel, le Premier ministre possédant son site officiel d’information depuis le mois d’août 2007 (voir note 2).

Plusieurs organes de presse, notamment le journal Tuoi Tre et le Quan Doi Nhan Dan, organe de l’Armée populaire, ont signalé dès septembre 2011 la dangerosité potentielle de ces sites [5]. Le journal Tuoi Tre fut le premier, relayé par le journal de l’armée populaire mais depuis les informations relatives à ce vrai ou faux piratage d’envergure sont en réalité assez maigres.

La question qui se pose est complexe. Ces sites, qui apparaissent aujourd’hui comme de véritables leaders d’opinion, sont-ils réellement des plateformes pirates off-shore déconnectées du pouvoir ? Sont-ils tolérés en tant que relais efficaces de la propagande d’État à l’étranger ? Ont-ils été créés par une officine spéciale de propagande du pouvoir dans le but de défendre le régime ? S’ils sont effectivement de « faux » sites sur lesquels le pouvoir n’a pas la main, quels sont les mobiles de leurs auteurs ?

La dangerosité d’une telle opération de propagande a été soulignée par Tuoi Tre. Selon l’avis des experts en cybersécurité les effets d’un tel piratage sont incalculables. Un concepteur professionnel de sites en  propose une analyse :

« les propriétaires de sites veulent susciter l’intérêt, la confiance du lecteur, en premier lieu en étant toujours crédibles, en fournissant rapidement l’information à l’instar des les journaux officiels au Vietnam. Après un certain temps lorsque le niveau de prestige est assuré, alors que la confiance du lecteur est à son plus grand niveau, les propriétaires des sites peuvent mettre en place des informations dont l’impact se révèle non des moindres pour le lecteur. Il suffit de diffuser une seule information fausse sur la politique [du gouvernement] à partir de ces pages pour provoquer des perturbations notables dans la société  » [6].

Certains internautes ont exprimé leur avis. Par exemple Thành Phong estime pour sa part que l’inquiétude suscitée par ces sites pouvant nuire au prestige des dirigeants n’est pas totalement justifiée. En s’appuyant sur son expérience de lecteur assidu effectuant un suivi régulier de ces sites, il relativise la question du « propriétaire masqué » : « je pense qu’il peut s’agir ici de pages d’information véritables des dirigeants. Elles émaneraient d’une organisation ou d’un d’un groupe de confiance hautement qualifié et chargé d’exécuter, de d’apporter les informations des dirigeants au plus près de la population » [7].

Le blogueur Anh Ba Sàm s’interroge sur le professionnalisme de ces sites et leur pérennité malgré les mises en garde du pouvoir. Pour lui, il est étrange que ces sites / blogs soient toujours très actifs, affichant simultanément les nouvelles de manière très professionnelle. Ceci prouverait qu’il existe du personnel, des techniciens dédiés à nourrir ce réseau et suppose un coût relativement important pour la maintenance de ce système. Il fait remarquer que l’accès à ces sites n’a d’ailleurs jamais été bloqué par les autorités du pays, notamment à travers un pare-feu efficace [8].

Il paraît en effet difficilement croyable que la mise en place de ces plateformes soit totalement déconnectée des sphères du pouvoir vietnamien. Si c’était le cas, nous aurions affaire à une affaire de contre-information d’une ampleur jamais égalée dans ce pays. Si cela s’avérait au contraire une affaire judicieusement montée par une officine secrète du pouvoir ou un « groupe d’intérêt » comme le suppose certains blogueurs cela pourrait servir le régime en cas de cyberattaques pour lui permettre de continuer à diffuser son credo. On peut également supposer que cette initiative « illégale » a été envisagée pour contrer la popularité des blogs dissidents et d’information libre les plus en vue. Affaire à suivre.

FG, 07/12/2013.

 

Notes

[1] L’article critiquait la présentation in extenso d’une traduction inédite de Mein Kampf en vietnamien accompagnée d’une iconographie racoleuse sur le site « nguyentandung.org » (mot clé Mein Kampf et thématique Chuyên đề).

[2] L’historien Shawn McHale et l’étudiant Louis Raymond, actuellement en Master ASIOC, nous ont rapidement mis en garde sur l’authenticité de ces sites. Shawn McHale a notamment rappelé que le site officiel du Premier ministre Nguyen Tan Dung est : thutuong.chinhphu.vn (depuis août 2007).

[3] Trần Hùng, Ai đã tuồn ảnh cho Website mang danh lãnh đạo?, Dan Luan, 21/06/2013 (Theo blog Trần Hùng và Anh Ba Sàm)

[4] Voir sur Mémoires d’Indochine : Le vieux général, le député audacieux et la jeune blogueuse.

[5] Tràn lan web mạo danh lãnh đạo, Tuoi Tre Online, 11/09/2011. Repris sur Bao Moi ; information reprise par la BBC le lendemain : Nhiều trang web ‘giả danh’ lãnh đạo, BBC, 12/09/2011. Voir aussi : THIỆN VĂN, Bài 3: Ngăn ngừa hiểm họa từ những trang web giả mạo, QDND, 24/04/2012.

[6] Tràn lan web mạo danh lãnh đạo, Tuoi Tre Online, art. cit.

[7] Thành Phong, Ai là “Chủ nhân giấu mặt” các trang web “giả mạo” lãnh đạo?, 20/08/2012.

[8] Trần Hùng, Ai đã tuồn ảnh cho Website mang danh lãnh đạo?, art. cit.

 

Pour en savoir plus (classement par date de parution) :

Tràn lan web mạo danh lãnh đạo, Tuoi Tre Online, 11/09/2011.

Tràn lan web mạo danh lãnh đạo Đảng, Nhà nước, VTC News, 12/09/2011.

THIỆN VĂN, Bài 3: Ngăn ngừa hiểm họa từ những trang web giả mạo, QDND, 24/04/2012.

Hoa Tử Huyền – MicronetNews, Phải làm gì với website mạo danh lãnh đạo cấp cao Việt Nam?, 05/10/2011.

Thùy Linh, Website chính thức của Thủ tướng Nguyễn Tấn Dũng, 05/08/2013.

[sitographie] « Femmes et Guerres » devient « Femmes et Guerres au Viêt-Nam »

En septembre 2011, le site « Femmes & Guerres, une approche transnationale » était officiellement inauguré sur le portail de l’ENS de Lyon. Il s’articulait autour d’un colloque international prévu au mois d’octobre de la même année à Ho Chi Minh-Ville au sein de l’Université Hoa Sen. Le site avait été avait été organisé en conséquence autour de cet événement scientifique d’envergure.

Près de deux ans après, « Femmes & Guerres » renaît sous la forme d’un carnet de recherche chez Hypotheses. Il n’est donc plus lié à l’ancien objectif de promotion du colloque et se concentre désormais plus spécifiquement sur nos travaux de recherche tout en continuant d’offrir une information plus générale sur la thématique de la guerre et du genre. Désormais intitulé « Femmes & Guerres au Viêt-Nam, expériences transnationales », il reprend en partie des éléments présents sur l’ancien site sous la forme d’onglets spécifiques (Sitographie, Vietnamese Songs, Virtual Library) régulièrement augmentés et mis à jour. Ce nouveau carnet de recherche nous laisse toutefois plus de latitude pour établir les liens de cette recherche et/ou se focaliser sur des points précis de celle-ci.

 Ecran_Femmes&GuerresVietNam

Lire la suite : Femmes & Guerres au Viêt-Nam, 21/06/2013

* * *

Presentation: Designed as an inter­dis­ci­pli­nary docu­men­tary plat­form, the scholar blog “Women & Wars in Vietnam” is dedi­ca­ted to unders­tan­ding the phe­no­mena of war and its rela­tion­ship to gender from the experience of the Vietnamese conflict. The web­site’s pri­mary objec­tive is to pro­vide visi­tors with online docu­men­ta­tion that is both rich and varied. It consists of links selec­ted around the general topic of “Women and wars” and women’s experiences of war.

Radio Free Asia fait peau neuve

[ndlr] Le site d’information Radio Free Asia (RFA) localisé aux Etats-Unis a répondu à la demande de ses lecteurs. Le site se présente aujourd’hui sous un nouveau format avec des photographies plus grandes, de nombreuses vidéos d’actualité et une navigation plus conviviale. Actuellement, les pages en anglais, en chinois, en coréen et en vietnamien ont été renovées, les autres suivront. A consulter régulièrement.

Radio Free Asia (RFA) is a private, non-profit corporation broadcasting news and information in 9 languages to listeners in Asia.

Bản tin tiếng Việt của đài phát thanh « Radio Free Asia » (RFA)

 

Contact :

Radio Free Asia
2025 M Street NW, Suite 300
Washington, DC 20036 USA
Telephone: 202-530-4900
International: 011-202-530-4900

For comments, suggestions and general questions, email: contact@rfa.org