Archives par mot-clé : Shanghai

L’Humanité : Nguyen Ai Quoc, le vaillant fondateur du PC Indochinois est mort emprisonné [1932]

[ndlr] Depuis quelques jours, l’itinéraire si particulier du révolutionnaire Nguyên Ai Quôc est de nouveau questionné sur la toile. Celui qui deviendra la Président Hô Chi Minh serait mort à Hong-Kong en 1932 comme le rappelle cet article du journal L’Humanité, publié à l’époque et désormais disponible sur Gallica. Autant dire que cela jette le trouble sur l’itinéraire marqué de zones d’ombre de cette personnalité mondialement connue, qui pris le soin de rédiger par deux fois sa propre biographie sous des pseudonymes. Si le décès de Quôc en 1932 était avéré cela constituerait une révolution à la fois historique et historiographique mais rien n’est moins sûr. Ce dossier aux allures de « théorie du complot » remue la blogosphère vietnamienne depuis dix ans lorsqu’un chercheur taïwanais publia en 2008 une biographie controversée et contestée sur Hô Chi Minh/Nguyên Ai Quôc affirmant qu’il s’agissait de deux hommes différents. Qu’en pensent les biographes renommés (Pierre Brocheux, William Duiker, Daniel Hémery, Sophie Quinn-Judge…) ? L’Humanité a-t-il publié un démenti plus tardif ?

Seule l’ouverture des archives vietnamiennes (et éventuellement chinoises) accompagnée de la liberté académique dans ces deux pays permettront d’éclairer les zones d’ombre qui jalonnent l’itinéraire de ce personnage historique.

Avec le recul et la prudence nécessaires, nous proposons aujourd’hui ce document-source étonnant comme contribution à l’histoire.  

L’Humanité du vendredi 19 juin 1931 (28e année, n° 11875) rapporte l’arrestation de Nguyên Ai Quôc à Shanghai. Il s’agit en réalité de Hong Kong. Texte de l’article reproduit ci-dessous :

Les impérialismes solidaires

Les Anglais arrêtent à Shanghaï le révolutionnaire annamite N’Guyen Aï Quoc

Les dépêches annoncent que la police anglaise a arrêté à Shanghaï le communiste annamite Nguyen Ai Quoc, ainsi qu’un Français du nom de Serge Lefranc (?).

La presse bourgeoise célèbre cette « importante capture ».

Il est certain que Nguyen Ai Quoc, qui milita en France pour l’adhésion de notre Parti à la Troisième Internationale et poursuit, depuis dix ans, une action énergique pour l’organisation de ses frères annamites, est l’un des meilleurs pionniers du mouvement communiste mondial.

Nous le saluons au moment où, comme Tao, il est frappé par la répression internationale.

L’impérialisme anglais de McDonald est ici en collaboration étroite avec l’impérialisme français, servis par nos chefs socialistes nationaux.

Mais nos adversaires délirent lorsque M. Jean Tourène, du Journal, ils affirment que l’arrestation en Chine de Nguyen Ai Quoc va arrêter le mouvement annamite.

Pas plus celle que Tao, pas plus celles que les fusillades du Premier Mai et les déportations en masse, l’arrestation de Nguyen Ai Quoc ne brisera l’élan révolutionnaire des travailleurs indochinois. Celui-ci a une base sociale trop solide.

C’est au contraire la révolution annamite qui, en chassant l’oppresseur, glorifiera les courageux camarades qui, comme Tao, comme Nguyen Ai Quoc et des milliers d’autres se sont dévoués à la cause des travailleurs d’Indochine.

Source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k403934z

Dans L’Humanité du mardi 9 août 1932 (29e année, n° 12292), sa mort est annoncée et un hommage lui est rendu. Texte de l’article reproduit ci-dessous :

Luttons pour libérer l’Indochine

Nguyen Ai Quoc, le vaillant fondateur du PC Indochinois est mort emprisonné

Nguyen Ai Quoc, fondateur du Parti communiste indochinois emprisonné par l’impérialisme britannique, de complicité avec l’impérialisme français est mort de la tuberculose à l’infirmerie de la prison de Hong Kong.

Militant héroïque, il ne cessa durant toute sa vie de se dépenser sans compter pour faire pénétrer le communisme dans l’Indochine opprimée par le fer et par le feu par l’impérialisme français ; pour grouper les masses ouvrières et paysannes pour la lutte libératrice.

Il fonda le Parti communiste indochinois qui fut à la tête des luttes des ouvriers et des paysans, et qui malgré la terreur que fait régner l’impérialisme, les conduira, avec le soutien actif du prolétariat de France, à la victoire.

L’impérialisme a assassiné Nguyen Ai Quoc, mais il ne réussira pas à étouffer la lutte du peuple indochinois pour sa libération. Il vient d’interdire la plantation du riz pour « remédier» à la crise économique, mesure qui n’aura d’autre effet que d’accentuer la famine ; il vient d’incendier le village de Son Duong, jetant ainsi 64 familles sur la route. Mais 2.000 coolies licenciés des plantations de caoutchouc ont organisé une marche de la faim sur Saigon.

L’impérialisme français a assassiné Nguyen Ai Quoc, mais malgré les milliers d’arrestations de vaillants communistes, d’ouvriers et de paysans qui ont lutté pour leur droit à la vie et pour leur libération, notre Parti communiste frère d’Indochine reste inébranlable à la pointe du combat. Des dizaines de nouveaux militants et révolutionnaires se lèvent pour continuer l’oeuvre de Nguyen Ai Quoc.

Au moment même où l’Impérialisme assassine Nguyen Ai Quoc dans ses prisons, l’héroïque Parti communiste d’Indochine lance son programme d’action qui sera le guide de millions d’ouvriers et de paysans dans leur lutte contre l’impérialisme français.

Le comité central du Parti communiste français, en s’inclinant devant la dépouille du chef communiste Nguyen Ai Quoc, salue avec enthousiasme le programme d’action du Parti communiste indochinois, signé de son comité central provisoire qui continuera et amplifiera la lutte commencée avec Nguyen Ai Quoc.

Ce document montre le degré de maturité auquel est parvenu notre jeune parti frère. Il prouve qu’en dépit d’une répression dépassant en horreur les plus sauvages atrocités des débuts du colonialisme, en dépit des monstrueux massacres de Nghe Tinh et de Nghe An, en 1930, l’impérialisme français n’a pu empêcher notre Parti frère d’Indochine de grandir, de se renforcer, de se lier chaque jour plus profondément a la lutte du peuple indochinois, aux prolétaires avant tout.

L’impérialisme français vient d’assassiner à la prison de Saïgon notre camarade Likvey, secrétaire du Parti communiste et de faire mourir en prison le fondateur de ce parti.

Le Comité central du Parti communiste Indochinois lui répondra par le développement, de son programme d’action qui libérera l’Indochine des vampires impérialistes et de leurs soutiens, les socialistes français et les féodaux bourgeois indigènes.

L’Humanité publiera des extraits du programme d’action du P. C. I.

Le Comité central du Parti communiste français appelle la classe ouvrière française à renforcer son alliance de combat avec le peuple indochinois, affamé et torturé, dans une lutte accentuée contre l’ennemi commun : l’impérialisme français.

Il demande particulièrement aux ouvriers socialistes d’entrer dans ce front, unique anti-impérialiste et de s’écarter de la voie sanglante du colonialisme où veut les entraîner leur parti, celui de Varenne, cette voie hideuse des têtes coupées réclamées par la fédération socialiste du Tonkin après Yen Bay et après l’insurrection du Nord-Annam.

Il demande aux soldats et aux marins français, coloniaux et légionnaires, eux aussi ouvriers et paysans, de ne jamais oublier que l’ouvrier, le coolie, le nha-qoué [nhà quê, paysan] d’Indochine sont leurs frères et que leurs vrais ennemis sont les oppresseurs de ce peuple martyr qui les envoient mourir sous un climat meurtrier pour les seuls intérêts des capitalistes français, des rois du caoutchouc, de l’industrie, de la banque.

Au moment où notre parti frère publie son programme d’action, puisons dans l’exemple de nouvelles forces pour soutenir leurs luttes libératrices et mener la nôtre propre en renforçant sur tous les terrains notre action révolutionnaire contre notre propre impérialisme.

Source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k404359z.item

Articles évoquant cette polémique :

Principales biographies sur Hô Chi Minh :

  • Hémery, Daniel [1990], Ho Chi Minh, de l’Indochine au Vietnam, Paris, Gallimard, Découvertes Gallimard, 2013, nouvelle édition.

Nous invitons nos lecteurs/trices à relire également outre les biographies mentionnées ci-dessus l’ouvrage collectif édité en 1990 intitulé en français : Ho Chi Minh, l’homme et son héritage, Paris, Đường Mới La Voie Nouvelle, 1990  et en vietnamien : Hồ Chí Minh. Sự thật về thân thế và sự nghiệp, Paris, Nhà Sách Nam Á, 1990.

FG

MàJ 07/09/2018

 

Séminaire : Villes diffuses en Asie. Nouvelles perspectives sur le desakota – 9 avril 2015

[ndlr] Programme détaillé du séminaire accompagné de son argumentaire et d’une bibliographie.

Villes diffuses en Asie

Nouvelles perspectives sur le desakota

Séminaire organisé dans le cadre du DSA « Architecture et Projet Urbain», ENSA de Paris-Belleville avec l’UMR-AUSSER.

9 avril 2015

Salle des enseignants, ENSAPB, de 14h30 à 17h45

 

PROGRAMME

  • 14h30-15h. Introduction. Adèle Esposito, chargée de recherche CNRS-AUSSER
  • 15h-15h30. Le desakota en son envers, son endroit : agriculture et aménagement des périphéries métropolitaines de Shanghai. Etienne Monin, doctorant, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Laboratoire Prodig UMR 8586
  • 15h30-15h45. Questions/ Réponses
  • 15h45-16h. Pause
  • 16h-16h30. Les métropoles diffuses en Chine : processus de transition urbaine dans la région de delta du fleuve Yangzi. Andrea Palmioli, doctorant UMR AUSser
  • 16h30-16h45. Questions/Réponses
  • 16h45-17h15. Enjeux de l’étalement urbain sur les recompositions des pratiques quotidiennes des habitants périurbains de Hanoi. Gwenn Pulliat, ATER, Aix Marseille Université/ESPE
  • 17h15-17h45. Questions/Réponses & Discussion animée par Adèle Esposito
photo_AndreaPalmioli
© Andrea Palmioli

 

Ce séminaire vise à engager une réflexion sur les processus et les formes de l’urbanisation diffuse en Asie. Par urbanisation diffuse, on entend une figure de l’urbanisation caractérisée par l’alternance, la coexistence, et l’hybridation de formes urbaines et rurales, dispersées sur des territoires urbanisés à basse densité (Piccinato e Sartore 1990, Piccinato, Quilici et Tafuri 1962, Barattucci 2015). Avec des temporalités spécifiques à chaque pays d’Asie, on assiste, depuis environ trente ans, à la formation de régions métropolitaines et de territoires urbanisés (McGee 2009). Pour décrire la nature de ces phénomènes, des chercheurs travaillant sur l’Asie ont construit des concepts aptes à saisir les processus à l’œuvre dans ces contextes. Parmi ceux-ci, Mc Gee (1991) a désigné, par le néologisme desakota (de l’indonésien, desa, village ; kota, ville), des régions caractérisées par la mixité entre activités agricoles et non-agricoles qui, souvent, se développent le long de corridors reliant de grands noyaux urbains (Sui et Zeng 2001). Dès lors, de nombreux travaux se sont servis du concept de desakota pour appréhender les phénomènes urbains en Asie (inter al. Guldin 1996 ; Hebbert 1994). Ces travaux se sont principalement intéressés aux métropoles et aux grands pôles de développement  et ont privilégié certains terrains (ex. l’Asie de l’Est et l’Indonésie). La majorité d’entre eux a développé des approches d’analyse fondées sur une appréhension géoéconomique des phénomènes urbains ou sur l’évaluation des pro et contra de cette figure de l’urbanisation sur le plan environnemental, administratif, et social.

Ce séminaire vise à ouvrir des pistes d’investigation sur l’urbanisation diffuse et le desakota, qui ont été moins développées par la littérature, mais tout autant importantes pour comprendre les processus d’urbanisation en Asie contemporaine. Sans prétention d’exhaustivité, sont livrées ici quelques thématiques de réflexion qui pourront être développées par les contributions à ce séminaire.

1) Les fondements théoriques, les outils conceptuels et analytiques qui permettent d’appréhender les phénomènes d’urbanisation diffuse en Asie.

Le panorama de la recherche sur l’Asie a été largement influencé par les notions de desakota et de « extended metropolitan region » développées par McGee. En revanche, des travaux portant sur des contextes occidentaux ont développé d’autres désignations, inter alia celle de « concentration dispersée métropolitaine » (Castells 1998), de « post-suburbanisation » (Phelps et Wu 2011) et de « métropole horizontale » (Secchi et Viganò 2013).

Des concepts élaborés pour des contextes occidentaux, peuvent-ils éclairer ou servir comme catégories d’analyse pour l’étude des contextes asiatiques ? Quelles sont, s’il y en a, les singularités irréductibles des villes diffuses asiatiques ? Certains auteurs (inter alia Yokohari et al. 2000) ont essayé de montrer que la figure urbaine du desakota serait spécifique à l’Asie. Par ailleurs, des recherches récentes sur le site archéologique d’Angkor ont établi un lien entre l’urbanisme des anciennes capitales khmères (caractérisées par la basse densité et la prévalence des fonctions agraires) et les phénomènes contemporains de desakota en Asie du Sud-Est[1].

2) L’urbanisation diffuse des villes moyennes  

Les travaux sur l’urbanisation diffuse en Asie ont été en grande partie focalisés sur les métropoles et les grandes villes. Mais désormais, les processus d’urbanisation dispersée concernent aussi les villes de taille moyenne qui sont capables d’attirer des capitaux, des ressources, et de nouvelles populations. Parmi celles-ci, les villes touristiques (par exemple, la ville de Melaka), où la spécialisation patrimoniale et commerciale du centre historique amène au déplacement d’autres fonctions (administratives, résidentielles, etc.) vers la périphérie, mais aussi à l’implantation de nouvelles formes et activités dans des vastes territoires urbanisés. A l’instar de Robinson (2006), le séminaire accueillera des contributions étudiant l’originalité et l’innovation des processus d’urbanisation dans ces villes dites « ordinaires » par rapport aux grandes agglomérations de la région.

3) La reconfiguration des centralités urbaines

Une grande partie des recherches sur l’urbanisation dispersée a analysé les franges métropolitaines, le périurbain, et les nouvelles zones d’expansion. Dans un article récent, McGee (2009) souligne l’importance de conduire des recherches sur « les marges des méga-régions urbaines » qui concentreront 75% de la croissance urbaine au cours des prochaines décennies. Or, si ces recherches s’avèreront fort utiles, McGee souligne également l’importance de travailler sur la redéfinition des rapports entre centre et périphérie, sur leur articulation… ou désarticulation. Quel est le rôle des centres urbains, et en particuliers des noyaux historiques des villes diffuses ?  Quelles nouvelles centralités se configurent lorsque le territoire urbain s’élargit ? Comment ces centralités s’articulent-elles, sur le plan physique, spatial, et fonctionnel, dans des grandes agglomérations diffuses ?

4) Le devenir de l’idée de « ville » à l’épreuve de la dispersion.

Les périmètres urbains s’élargissent : les municipalités de Hanoi et de Ho Chi Minh-Ville ont, par exemple, vu leurs frontières s’agrandir à partir de 2008, avec l’inclusion de vastes zones rurales. La municipalité de Siem Reap, au Cambodge, inclut aujourd’hui 13 communes, dont 3 auparavant rurales, et une surface cultivée de plus de 12.000ha.

Le terme ville, est-il utilisé pour décrire ces territoires urbanisés mais hybrides ? Quelles sont les significations qui lui sont associées ? Dans un travail récent, McGee (2009) invite les chercheurs à interroger la pertinence actuelle de ce mot, et de celui qui lui est souvent opposé, de « campagne ». Une interrogation qui doit être fondée sur la connaissance du bagage historique et culturel de ces notions, et de leur portée politique dans les stratégies d’aménagement et de gouvernance urbaine.

De nature exploratoire, ce séminaire inaugure une réflexion de longue haleine sur la thématique de la « ville diffuse », qui sera développée à l’ENSA de Paris-Belleville, à l’UMR AUSser, et au Labex Futurs Urbains, à partir de cette année. Il vise alors à identifier des chercheurs, et surtout des jeunes chercheurs, qui pourraient être impliqués dans cette réflexion à venir.

 

[1] http://sydney.edu.au/southeast-asia-centre/students/field-schools-exchanges/cambodia.shtml – 13 février 2015.

Contact : adeleesposito@yahoo.fr

Il est préférable de communiquer par email votre participation au séminaire

 

Bibliographie sélective.

Barattucci, C. 2015. « Campagna urbanizzata, urbanizzazione diffusa et città diffusa : les inventions lexicales des urbanistes italiens après 1960 », dans Coudroy, L. et Ratouis, O. (a cura di), Langages techniques et spécialisés de l’urbain, Collection Les mots de la ville. Paris : Unesco – Maison des sciences de l’homme – Ehess, Paris (en cours de publication).

Castells, M. 1998. La société en réseaux. L’ère de l’information. Paris, Fayard.

Franck, M., Goldblum, C. et Taillard, C. (dir.), 2012, Territoires de l’urbain en Asie du Sud-Est. Métropolisations en mode mineur, Paris : CNRS Editions, coll. « Etudes Imasie-Pacifique ».

Chaléard, J.-L. (dir.), 2014, Métropoles aux Suds. Le défi des périphéries? Paris : Karthala-Prodig.

Guldin, G.E., 1996. “Desakotas and beyond: urbanization in southern China”, in Ethnology, vol. 35, n°4, pp. 265–283.

Hebbert, M., 1994. “Sen-biki amidst Desakota: Urban Sprawl and Urban Planning in Japan” in Shapira, P., Masser, I., Edginton, D.W. (eds.), Planning for Cities and Regions in Japan. Liverpool: Liverpool Universities Press, pp. 70–91.

McGee, T.-G., 1991. “Presidential Address: Eurocentrism in geography – the case of Asia Urbanization” in The Canadian Geographer, n° 35, 332–344.

McGee, T.-G., 2009. The Spatiality of Urbanization: The Policy Challenges of Mega-Urban and Desakota Regions of Southeast Asia, in: Working Paper -N. 161. Presented at the UNU-IAS, Yokoama, p. 40.

Phelps, N.-A. and Fulong Wu (eds.). 2011. International Perspectives on Suburbanization: a Post-suburban World? New York: Palgrave MacMillan.

Piccinato, G., and Sartore, M. 1990. “Spazio rurale e urbanizzazione diffusa: il caso veneto.” In Clementi, A. et Perego, F. (a cura di), Eupolis. La Riqualificazione Della Città in Europa. Roma-Bari: Laterza, pp. 489-505.

Piccinato, G., V. Quilici, and M. Tafuri. 1962. “La Città Territorio, verso una nuova dimensione.” In Casabella Continuità, n° 270, p. 16.

Robinson, J. 2006. Ordinary Cities. Between Modernity and Development. London-New York: Routledge.

Secchi, B. et Vigano’, P. 2013. Habiter le Grand Paris. L’habitabilité des territoires: cycles de vie, continuité urbaine, métropole horizontale. Paris: Atelier International du Grand Paris. Publication en ligne: http://www.ateliergrandparis.fr/aigp/conseil/studio/Studio13Habiter2013.pdf 16 février 2015.

Sui, Z.-D., Zheng, H., 2001. “Modeling the dynamics of landscape structure in Asia’s emerging desakota regions: a case study in Shenzhen”, in Landscape and Urban Planning, n° 53, 37–52.

Yokohari, M., Takeuchi, K., Watanabe, T., Yokota, S., 2000. “Beyond greenbelts and zoning: A new planning concept for the environment of Asian mega-cities”, in Landscape and Urban Planning, n° 47, pp. 159–171.

Scènes de la vie en Chine – les figurines de bois de T’ou-sè-wè [du 5 décembre 2014 au 11 janvier 2015]

vignette-scenes-de-la-vie-en-chine-2L’exposition présente une production artistique exceptionnelle – 109 figurines de bois représentant des personnages et des scènes de la vie quotidienne en Chine – produite par une institution « hybride » franco-chinoise, l’orphelinat de Tushanwan à Shanghai en 1938.

Musée des tissus et Musée des arts décoratifs, 34, rue de la Charité, 69002, Lyon du 5 décembre 2014 au 11 janvier 2015.

C’est une malle qui prend la poussière dans une vieille bâtisse du sud de la France. Quand on l’ouvre, on y découvre un trésor. Une centaine de figurines en bois, uniques au monde.

C’est une malle qui raconte une ville et une époque. Shanghai, 1938. On y découvre toute sa diversité, ses classes sociales et ses métiers. Comme si chaque personnage nous invitait à explorer un nouveau recoin de la cité. D’un coup d’œil, on y devine ses loisirs comme ses châtiments, ses joies comme ses peines. En cette fin des années 1930, la guerre entre la Chine et le Japon fait rage et menace les habitants du «Paris de l’Orient».

C’est une malle qui raconte la vie derrière la guerre.

05-chinois_M

Cette malle nous est parvenue grâce à une rencontre, celle d’un officier de la Marine française et d’apprentis chinois d’un orphelinat jésuite. Une part méconnue de l’histoire qui unit la France et la Chine, désormais éclairée.

Source : ENS de Lyon

Pour en savoir plus : Scènes de la vie en Chine. Les figurines en bois de T’ou-Sè-Wè