Archives par mot-clé : Séra

Les fruits amers des Khmers – rencontre avec Séra [Libération]

[ndlr] Entretien avec Séra paru dans Libération le 20/11/2015. Article d’Arnaud Vaulerin.

Rencontre avec le dessinateur franco-cambodgien Séra, qui continue d’interroger la tragédie khmère rouge dans sa prochaine œuvre, « les Concombres amers », à paraître en 2016.

Séra_ConcombresAmers

Il faut l’imaginer la nuit, quand il vit. Tracer des courbes, ciseler des temples, épurer des joues, fleurir des jungles, ouvrir des plaies. Bientôt apparaîtront le sombre du souvenir, le sépia du passé sur des planches touffues ou sobres, nimbées de douleur, d’ombres d’un temps enfui. Séra est un oiseau de nuit, entouré de fantômes. Quand il ne travaille pas comme veilleur dans un hôtel chic du VIIe arrondissement de Paris, il encre ses dessins, revisite en silence les années zéro du Cambodge et celles qui ont précédé le chaos, anéantissant sa propre vie dans les années 60-70.

Lire la suite : Libération, 20/11/2015.

La bande dessinée khmère à l’épreuve de la mémoire : à travers les oeuvres de Séra et de Tian – par Clémence Oliviero

Tian_LannéeDuLièvre_extrait

Tian, L’année du lièvre, extrait de la couverture © Gallimard

XLV – Même coupables de délits répétés, les habitants de ce lieu ne doivent pas être punis ; mais il faut punir sans merci ceux qui se plaisent à faire du mal aux autres êtres vivants.

Extrait des Edits des Hôpitaux de Jayavarman VII – Stèle de Say Fong [1].

Cette citation, qui date du XIIème siècle, pose clairement les enjeux de la catharsis pour le peuple khmer : les bourreaux d’un jour sont devenus les victimes du lendemain, les familles se sont retrouvées divisées. Ceux qu’il faut punir ce ne sont pas les Cambodgiens, mais ceux qui, sciemment, ont voulu annihiler leurs semblables. Le choc, le besoin d’oublier, l’impossibilité de parler ont entraîné le silence de ceux qui ont survécu.

Mais aujourd’hui, le temps a passé, les jeunes générations cherchent à savoir, à comprendre, et à transmettre. Transmettre pour recommencer la vie ensemble. Mais comment transmettre sans raviver la haine ? Les témoignages sont durs, les mots difficiles à trouver. La bande dessinée se pose alors comme un médium permettant à la fois de montrer et de raconter, avec peu de mots. De transmettre le fait que les Cambodgiens, quel qu’ait été leur camp, ont tous été les victimes de « ceux qui se plaisent à faire du mal aux autres êtres vivants ».

Les œuvres de Séra et de Tian sont en ce sens très représentatives de ce travail de mémoire a posteriori, par recomposition d’un passé qu’ils n’ont pas directement vécu. Séra est né au Cambodge en juin 1961 d’un père cambodgien et d’une mère française. Dès 1970, son père l’oblige à faire son passeport français, grâce auquel il sera rapatrié en France en mai 1975, à l’âge de 13 ans. Il est devenu dessinateur, peintre, sculpteur et enseignant. Il est retourné au Cambodge pour la première fois en 1993, partant sur les traces d’un père qui avait souhaité rester dans son pays natal. Tian, quant à lui, est né au Cambodge le 20 avril 1975, soit trois jours après la prise de pouvoir par les Khmers Rouges. Il est arrivé en France en 1980, et est lui aussi devenu dessinateur. Il est retourné pour la première fois au Cambodge en 2001 par le biais d’une ONG. Ces deux auteurs n’étaient donc que des enfants lorsque le Cambodge est entré dans des années de cauchemar, pourtant ils ont ressenti le besoin de raconter et de transmettre : pour leur famille d’abord, mais aussi plus généralement pour leur peuple. A travers des fictions biographiques pour le premier, et une autobiographie de sa petite enfance pour le second, l’enjeu mémoriel des années Khmers Rouges, mais plus largement des années de guerre est présenté.

SceauKRL’Angkar et les Khmers rouges

Ces bandes dessinées sont d’abord un recueil de témoignages sur les années Khmers Rouges au Cambodge, et sur le fonctionnement de l’Angkar.

Dans L’eau et la Terre, Séra ponctue son récit de slogans khmers rouges, expliquant ainsi l’idéologie utopique mise en place, le plan de Pol Pot et les atrocités qu’il recouvre.

« Ce qui est infecté doit être incisé. Ce qui est pourri doit être retranché. Ce qui est trop long doit être raccourci. Couper un mauvais plant ne suffit pas. Il faut le déraciner ».

Et, encore plus explicite : « L’élimination des ennemis n’est pas la conséquence d’une dérive de la révolution. C’est là même son essence. »

La bande dessinée aide également bien à mettre en avant la jeunesse des révolutionnaires : que ce soit dans les dessins de Séra ou dans ceux de Tian, les yothea [2] du Kampuchéa démocratique ne sont que des enfants. Ils sont habillés de noirs, portent le foulard khmer, les sandales Hô Chi Minh, la casquette communiste et une kalachnikov AK 47 [3]. Des soldats en apparence donc. Mais avant tout des enfants, ce qui est très bien mis en avant par l’histoire de Phat [4], jeune yothea du Kampuchéa, qui ne cherche qu’à jouer avec le petit chien qu’il a trouvé.

Enfin les images permettent d’appréhender la vie sous le Kampuchéa démocratique, et particulièrement la violence morale et physique qui s’est abattu sur le peuple khmer à partir de la prise de Phnom Penh le 17 avril 1975. Ce dessin de Tian illustre la brutalité du nouveau régime :

Tian_extrait

Dessin de Tian [5] © Gallimard

La vie sous les Khmers Rouges pour les Cambodgiens se définit par quelques mots seulement : la faim, le troc, le travail, la peur, la solitude, les déplacements, le désespoir. Pour éviter les ennuis il y a d’abord des objets à ne pas avoir : une arme, une gourde militaire, une photo, une montre, sa carte d’identité, un diplôme, des lunettes, une radio, un habit militaire de l’ancien régime, un passeport, un zippo, ou un livre [6]. Enfin, il y a un leitmotiv à respecter pour rester en vie : « planter le kapokier et le palmier » [7].

Un peuple pris dans le feu des guerres

Impasse et rouge est le titre du premier tome de la trilogie de Séra. Mais c’est aussi un habile jeu de mot évocateur du dilemme laissé par les Khmers Rouges en 1975 et des années communistes au Cambodge : la mort (l’impasse) et le communisme (le rouge) étaient les deux faces d’une même pièce durant ce « passé rouge ». Ce n’est pas l’un ou l’autre, ce sont les deux, il n’y a pas de choix possible. Cette impasse est renforcée par l’abandon international dont font preuve les Cambodgiens à l’époque. « Pourquoi nous ont-ils oublié ? » se demande un des personnages de Séra dans L’eau et la terre [8]. La mort est partout, dans tous les esprits : deux des personnages de L’eau et la terre finissent toujours leur récit par « et je ne suis pas encore mort(e) ». Dans 3 pas dans la pagode bleue [9], les enfants que rencontre l’auteur près de la pagode évoque les « morts crus » : ce sont toutes les personnes mortes de façon violente. Quelle meilleure façon que cette expression khmère pour la mémoire de tous ceux qui sont morts ?

Cette mort violente ne se limite pas aux victimes des Khmers Rouges. En effet, la trilogie de Séra montre différents points de vue, à différents moments de l’histoire du Cambodge. Et sa conclusion est que la barbarie est commune à toutes ces années au Cambodge, malgré les changements de régime. En effet les dessins d’Impasse et Rouge rappellent volontairement ceux de Jacques Tardi [10] pour évoquer les horreurs de la guerre. Les cartes dans L’eau et la terre illustrent ce que les Khmers Rouges ont fait à la population : les milliers de kilomètres parcourus à pied, mais surtout les prisons et les charniers. Enfin dans Lendemains de cendres, il est possible de voir encore la violence, même après la chute de Pol Pot, à travers les camps de réfugiés à la frontière avec la Thaïlande servant de zone tampon et les champs de mines antipersonnelles. Le peuple souffre, pris au milieu de guerres, les familles sont divisées, nombreux sont ceux qui sont mutilés, rendant « l’après » difficile à envisager.

Et après ? La mémoire

La solution apportée par Séra comme par Tian au problème de la mémoire pourrait être qualifié comme étant « la chaleur humaine ». Nombreuses sont les fois où ils nous rappellent que le Cambodge est, historiquement, le pays du sourire. Les sourires, un sourire, c’est ce qui permet souvent de faire la différence entre ceux qui survivent et les autres. Le sourire est le symbole de l’âme humaine qui reste existante, malgré tout. Cette âme humaine se manifeste durant toutes ces années, malgré les horreurs, par des actes de solidarité. Ainsi la famille de Tian sera sauvée de la mort à plusieurs reprises par de petits actes provenant de sentiments humains : la sympathie, la pitié, la reconnaissance. Les personnages de Séra aussi font preuve de solidarité, allant jusqu’à sauver la vie d’un autre, comportement héroïque mais insensé sous les Khmers Rouges [11]. Snoul, lui, ordonne à un jeune soldat de quitter le front [12], il veut épargner une vie dans un combat qu’il sait perdu d’avance. Enfin, l’apparition du bonze [13] dans Lendemains de cendres montre l’espoir, et la continuité de la vie : malgré tous leurs efforts, « ceux qui se plaisent à faire du mal aux êtres vivants », quel que soit leur camp, n’ont pas réussi à tout déraciner.

Séra le souligne avec le portrait d’une femme dont un des fils s’est engagé dans l’armée et le second chez les révolutionnaires et qui se demande « Pourquoi ai-je mis au monde de tels monstres ? » [14] : La question « comment recommencer à vivre après tout cela ? » se pose. Le fleuve de la vie continue à couler, et le travail de mémoire est plus important que jamais pour ce peuple ayant tant souffert, et ayant tant à accepter pour pouvoir vivre. Peut-être est-ce pourquoi nos deux auteurs ont choisi d’aider des jeunes Cambodgiens à apprendre à dessiner dans des ateliers : pour témoigner non seulement du passé mais aussi du Cambodge d’aujourd’hui, tel qu’on le voit dans les dessins de Nhek Shokaleap [15] ou d’autres artistes que le Centre Culturel Français a fait connaître par son projet Re [Générations] [16].

SourireKhmer

Sourire khmer par Séra [17] © Delcourt

Clémence Oliviero, promotion ASIOC 2012-2013.

Notes

[1] Séra, Lendemains de cendres, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2007, p. 124.

[2] Yothea est le terme khmer pour désigner les soldats.

[3] Tous ces éléments sont mis en avant dans Tian, L’année du lièvre : Au revoir Phnom Penh, Paris, Gallimard, 2011, p. 66.

[4] Séra, L’Eau et la Terre, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2005, p. 21.

[5] Tian, L’année du lièvre, op. cit., p. 32.

[6] id., p. 98.

[7] Vieux proverbe khmer se référant au conte des trois singes : « ne rien voir, ne rien entendre et ne rien dire ».

[8] Séra, L’Eau et la Terre, op. cit., p. 94.

[9] Séra, 3 pas dans la pagode bleue, Paris, Le 9ème Monde, 2011, p. 11.

[10] Séra, Impasse et Rouge, Paris, A. Michel, 1995, p. 50.

[11] Séra, Lendemains de cendres, op. cit., p. 85.

[12] Séra, Impasse et Rouge, op. cit., p. 60.

[13 Séra, Lendemains de cendres, op. cit., pp. 60-61.

[14] Séra, L’Eau et la Terre, op. cit., p. 105.

[15] Eric Joly et Dominique Poncet, Séra en d’autres territoires, Montrouge, PLG, 2006, pp. 72-73.

[16] Lorente, Camille, « La BD khmère se régénère », Le petit journal.com, 5 juillet 2011, dernière consultation le 24/11/2012.

[17] Séra, L’Eau et la Terre, op. cit., p. 10.

 

Bibliographie

Eric Joly et Dominque Poncet, Séra en d’autres territoires, Montrouge, PLG, 2006.

Camille Lorente, « La BD khmère se régénère », Le petit journal.com, 5 juillet 2011.

Séra, Impasse et Rouge, Paris, A. Michel, 1995.

Séra, L’Eau et la Terre, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2005.

Séra, Lendemains de cendres, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2007.

Tian, L’année du lièvre : Au revoir Phnom Penh, Paris, Gallimard, 2011.

Clémence Oliviero est étudiante à l’ENS de Lyon. Elle est actuellement en Master 2 « Asie Orientale Contemporaine, International Relations and Affairs ». En mobilité au Japon, elle a suivi son cursus de troisième année de Sciences Po Lyon à l’université Kwansei Gakuin, à Nishinomiya et est actuellement à l’Université Meiji à Tokyo. Elle est membre de l’association Handiep, visant à sensibiliser les étudiants aux questions de handicap et adhérente de MUN Lyon (Model United Nations-Lyon).

Au Cambodge aussi la BD raconte le génocide – par Laureline Karaboudjan

[ndlr] Article intéressant sur le rôle pédagogique de la bande dessinée pour exorciser les génocides contemporains et sensibiliser un large public au devoir de mémoire. « La bande dessinée est un outil formidable pour lutter contre l’oubli des crimes contre l’humanité » rappelle Laureline Karaboudjan.

 

Le procès de Douch, ancien dirigeant khmer rouge génocidaire, vient de s’achever. Au Cambodge, comme pour le Rwanda, l’ex-Yougoslavie ou Auschwitz, la bande-dessinée sert le travail de mémoire.

Avec le procès de Douch, qui s’est achevé lundi dernier par la condamnation à 35 ans de prison de l’ancien responsable du camp S-21, le génocide cambodgien est revenu sur le devant de l’actualité. Cet épisode terrible de l’histoire du Cambodge, entre 1975 et 1979, durant lequel près de 2 millions de personnes périrent, n’est pas très bien connu en France. L’amateur de bandes-dessinées peut pourtant trouver facilement matière pour mieux réviser son Histoire. Car le génocide cambodgien, comme d’autres événements historiques similaires, à commencer par la Shoah, a suscité l’attention d’auteurs du neuvième art, déterminés à utiliser les cases et les bulles pour témoigner des événements.

L’œuvre la plus connue sur le génocide perpétré par les Khmers Rouges est la trilogie signée par Séra, Impasse et rouge, L’eau et la terre et Lendemains de cendres. Si le premier ouvrage n’aborde pas directement le génocide, se concentrant sur la guerre civile au Cambodge, le second album y est directement dédié. A travers différents récits l’auteur tente de donner une image plurielle et donc la plus juste possible des événements. On retrouve d’ailleurs ce procédé de  la mosaïque de témoignages et des histoires entremêlées dans de nombreuses bandes dessinées consacrées à des génocides. L’album a été récemment traduit en khmer et distribué au Cambodge. Comme son nom l’indique, la troisième bande dessinée parle de l’après-génocide. Toute l’œuvre de Séra est minutieusement documentée d’archives et de témoignages, un trait également commun à de nombreuses BD mémorielles du même type.

On ne badine pas avec les génocides.

A propos de Pol Pot et de sa bande, j’avais déjà eu l’occasion de vous parler un peu de Palaces, de Simon Hureau. A l’occasion d’un voyage dans le pays, l’auteur tient un carnet de croquis comme le font beaucoup de ses condisciples dès qu’ils bourlinguent. Mais là où l’on retrouve souvent un peu de tout, des “choses vues” à l’intérêt divers, Hureau se concentre sur les hôtels abandonnés dont il croise la route, et qui servaient de lieux de détention et de torture aux Khmers Rouges. Trente ans après, le sile nce y est toujours aussi glaçant et le dessinateur, à travers de funestes encres et lavis, m’a donné la chair de poule.

Lire la suite : Le blog BD de Laureline Karaboudjan

La BD khmère peut-elle renaître de ses cendres ? – par Adrien Legal

Florissante dans les années 1960, la bande dessinée khmère s’est brutalement arrêtée avec la période khmère rouge. Aujourd’hui, de nouveaux dessinateurs cambodgiens reprennent le flambeau.

Des paysages bucoliques de la campagne cambodgienne, des tableaux édifiants sur la chute du régime de Pol Pot… En visitant l’atelier d’Uth Roeun, dans les locaux de l’Association des amis des artistes cambodgiens, on peine à croire que cet homme âgé de 65 ans était, dans les années 60, un des pionniers les plus brillants de la bande dessinée cambodgienne. Et pourtant : dans les allées du marché O’Russey, à Phnom Penh, entre deux stands de quincaillerie, les étals des librairies de fortune témoignent de cet âge d’or du neuvième art cambodgien. Certes, ces brochures souples, photocopiées et imprimées avec de l’encre de mauvaise qualité sur du papier récupéré ne ressemblent en rien aux standards de la BD franco-belge ou japonaise. Mais dans le Cambodge de l’avant-guerre, l’existence de ces albums au prix très abordable et l’effet de curiosité ont permis au genre de se populariser très rapidement. «Ma première BD date de 1963, se souvient Uth Roeun. C’était un petit tirage de 500 exemplaires, le dessin n’était pas très bon car j’étais très pressé. J’avais hâte qu’il y ait enfin une bande dessinée khmère et je voulais compter parmi les premiers auteurs. À l’époque, je lisais beaucoup de récits d’aventures étrangers, comme ceux des éditions Marabout, que l’on trouvait facilement à Phnom Penh. »

Couleur hindoue ou chinoise

À l’époque, en effet, les albums européens étaient facilement accessibles : « Il y avait plusieurs magasins de location à Phnom Penh, se rappelle Alain Daniel, aujourd’hui docteur ès langue et littérature khmères et collectionneur de bandes dessinées. Les aventures de Buck Dany, par exemple, étaient très populaires, notamment l’album Alerte en Malaisie, qui faisait référence au prince Sihanouk… Les jeunes Cambodgiens étaient très soigneux, les albums restaient en bon état. » En feuilletant ces albums, l’influence franco-belge n’est pas évidente. Certes, à la différence des romans illustrés thaïlandais, le texte se loge parfois dans des bulles au lieu de sous-titrer l’image. Comme dans la bande dessinée indonésienne, chaque planche contient deux à trois cases. Le graphisme, lui, s’inspire du cinéma indien et se met au service d’une vision idéalisée du Cambodge et de la société khmère. Quant aux thèmes abordés, ils restent dans la veine du roman de l’époque : des récits traditionnels ou des histoires d’amour pour l’essentiel. « Les bandes dessinées emploient des scénarios imagés, écrit Khing Hoc Dy, spécialiste de la littérature classique du Cambodge, dans un livre publié en 1993 (1). Ce sont toujours des histoires exotiques, c’est-à-dire à couleur hindoue ou chinoise. Dans ce dernier cas, on réutilise souvent des clichés imprimés auparavant avec un texte chinois, en traduisant les paroles en khmer. » Les auteurs ne cherchent pas, de toute façon, à exprimer des sentiments personnels à travers leur crayon : « Il n’y avait pas vraiment de message, indique Uth Roeun. Il s’agissait d’offrir un divertissement, je n’essayais pas de provoquer quelque chose de particulier chez le lecteur. »

De la politique entre les cases

Survient le coup de tonnerre du 18 mars 1970 : le prince Sihanouk est renversé et le général Lon Nol proclame la République khmère, régime soutenu par les États-Unis. Soucieux de donner une image de respectabilité, le nouveau pouvoir cherche à obtenir le soutien des intellectuels et de nombreux artistes se rallient – par conviction ou obligation – aux idées du nouveau gouvernement. L’influence est perceptible dans la BD, et notamment dans la réinterprétation de l’histoire d’un conte traditionnel par Uth Roeun. L’histoire de Chey, analysée par Alain Daniel (2), était alors un roman controversé : elle raconte la vie d’un jeune serviteur qui, par désir de revanche sociale, ridiculise ses maîtres en exécutant au pied de la lettre les ordres qu’il reçoit d’eux. Le conte est suffisamment subversif pour que d’autres contes soient publiés dans le but clair de démolir le mythe : dans une série de romans intitulés A-Chey, l’insolence du personnage est réinterprétée comme de la stupidité et de la maladresse. Le nouvelle édition de Chey, dans les années 1970, Uth Roeun le présente comme un fervent patriote, espiègle sans être vraiment impertinent. L’insolence transparaît davantage dans le graphisme que dans le scénario : dès la première page, le personnage regarde le lecteur droit dans les yeux en croisant les bras – une première dans la BD khmère. En revanche, « la sombre description d’un peuple chinois écrasé par l’absolutisme royal est une claire concession aux idées en cours à l’époque […] de la République khmère », écrit Alain Daniel.

Survivre grâce au dessin

En 1975, le régime républicain s’effondre et les Khmers rouges prennent le pouvoir. Le secteur de l’édition, déjà en difficulté en raison de l’envolée du coût du papier, s’arrête brutalement. Alors que les artistes sont exécutés ou meurent dans les camps de travail par dizaines, Uth Roeun doit sa survie à sa capacité de dessiner des plans de canaux et de digues pour les grands travaux en cours. Dans ce contexte de pénurie absolue, de nombreux albums sont détruits : « Ils servaient parfois à allumer le feu ou à rouler des cigarettes, comme les autres livres, indique Alain Daniel. Mais il n’y a pas eu de volonté délibérée de supprimer la BD. » Dans les années 1980, après la chute du régime de Pol Pot, l’expression artistique reprend timidement avec les survivants. Les nouvelles oeuvres, produites en vitesse pour assurer un petit revenu aux auteurs, est de faible qualité. La littérature de l’époque, surveillée de près par le gouvernement communiste de Heng Samring, se doit de célébrer l’amitié khméro-vietnamienne, et valorise le thème de l’émancipation des femmes par le travail. « La BD, à la différence des autres genres romanesques, n’était pourtant pas très surveillée », relève Alain Daniel. Certains artistes, comme Em Satya, parviennent à sortir du nombre. La technique européenne de la ligne claire, la plus apte à être lisible après une reproduction de faible qualité, connaît avec eux un regain de popularité. L’ouverture du pays, dans les années 1990, ne permet pas au genre de trouver une nouvelle jeunesse. Avides de modernité, les Cambodgiens se tournent massivement vers la télévision au détriment de la littérature. L’absence de réglementation effective du droit d’auteur rend toute aventure éditoriale risquée : « Je ne connais aucun auteur qui arrive à vivre de la BD au Cambodge, note John Weeks, de la maison d’édition Our Books, soutenue par plusieurs ONG. Il n’y a pas de débouchés commerciaux suffisants. Nous ne savons même pas si nous pouvons mettre nos archives à disposition du public sans courir le risque de la copie pirate. »

Une bulle d’air ?

Pourtant, sous l’impulsion de la coopération française, des ateliers sont organisés pour donner de nouvelles couleurs à la BD khmère. Le 18 mars, le Centre culturel français exposera les travaux de six dessinateurs entraînés par l’École des Beaux-arts de Battambang, le Phare Ponleu Selpak. Les albums de deux d’entre eux seront publiés à cette occasion. En 2007, le projet de valorisation de l’écrit en Asie du Sud-est (Valease) avait donné naissance à une anthologie de la nouvelle bande dessinée khmère, intitulée (Re)Générations (3) et mettant en avant de jeunes auteurs. De qualité variable, les planches présentaient des scènes quotidiennes de la société khmère. Séra, dessinateur d’origine cambodgienne, les accompagne dans leurs efforts et espère les voir prendre la relève des maîtres des années 1960 (voir interview). Lui a grandi au Cambodge, avant de quitter le pays à l’âge de 13 ans, au moment de la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges. À l’ambassade de France, où il trouve refuge avant d’être évacué, il emporte deux albums avec lui : La Mine de l’Allemand perdu et Le Spectre aux balles d’or, onzième et douzième tomes des aventures de Blueberry.

Adrien Legal

(1) Khing hoc Dy, Écrivains et expressions littéraires au Cambodge au XXe siècle, vol. 2, L’Harmattan, 1993, p.186.
(2) Alain Daniel, Une réinterprétation de l’histoire de Chey, in Cahiers de l’Asie du Sud-Est, Langues O, 1991, p.1999.
(3) Re(Générations), la nouvelle bande dessinée khmère, Bibliothèque nationale du Cambodge, 2007. Lire aussi : The Awakening, Globe, juin 2007, p.60.

Trois questions à Séra
Auteur des albums L’eau et la Terre et Lendemains de Cendres sur la tragédie de l’histoire cambodgienne (Delcourt)

Depuis 2007 et la publication du premier album Re(Générations), les dessinateurs cambodgiens ont-ils trouvé leurs marques ?
Après plus d’un an d’atelier, on constate un travail plus abouti, une progression dans la technique et dans la compréhension du langage. Les travaux ont gagné en qualité narrative et expriment des choses plus personnelles. Il en est ainsi des deux albums qui seront publiés, celui de Sereyroth, jeune homme d’une vingtaine d’années, dont l’inspiration est imprégnée de la culture d’aujourd’hui, et qui raconte dans un récit muet de quarante pages intitulé Au commencement une fable sur l’homme et la femme, dans la lignée occidentale. L’autre, signé par la dessinatrice Nguon Sakâl, s’intitule Nos Coeurs et raconte une histoire d’amour où une troisième personne souffre, avec un style très khmer dans le récit.

La BD peut-elle redevenir une activité rentable au Cambodge ?
Aujourd’hui, la seule façon pour un dessinateur de vivre est de travailler pour les ONG sur des supports institutionnels. Ce qui est produit me laisse un peu sur ma faim : l’expression est trop encadrée et le dessin très impersonnel. Les responsables de ces éditions, qui veulent simplifier le message à faire passer, devraient avoir une vision moins étriquée et laisser plus de liberté en passant les commandes.

L’art de la caricature n’est pas tellement prisé dans les journaux cambodgiens…
Avant la guerre, elle existait très largement. Ça reviendra, je suis confiant. Le dessin a toujours eu une place conséquente dans les journaux cambodgiens.

Source : Gavroche Magazine