Archives par mot-clé : séminaire

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne – Séminaire du 28 février mars au 27 juin 2022

Séminaire de recherche sur le Cambodge. Présentation.

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne

Année 2021-2022 (premier semestre 2022)

Séminaire commun EHESS-INALCO, du 28 février mars au 27 juin 2022

les lundis de 16 h 30 à 18 h 30, à l’INALCO (salle 6.06, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris) – Eric Bourdonneau (maître de conférences à l’EFEO, membre du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS-INALCO)
Grégory Mikaelian (chargé de recherches au CNRS, membre du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS-INALCO)
– Intervenant extérieur pour l’année 2021-2022 : Marie Aberdam, chargée de cours d’histoire de l’Asie du Sud-Est à l’INALCO, membre associée du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS-INALCO).

Ce séminaire se propose de mener conjointement l’examen de corpus de natures et d’époques différentes en relevant, dans chacun des cas, les éléments susceptibles d’alimenter une première réflexion sur la pratique de l’écrit (et son inscription plus ou moins profonde dans l’oralité), sur les formes de la mémoire et sur l’élaboration des principes du droit. Ce faisant, il s’agit de s’interroger sur la nature de nos sources (qui ne l’ont pas toujours été en ce sens) en prêtant attention, ici comme ailleurs, à leurs conditions de production, d’usage et de réception.

En 2021-2022, les séances consacrées aux textes les plus anciens, ceux du corpus des inscriptions antérieures au XVe siècle, prendront le temps avant tout de revenir sur les méthodes et les choix de traduction priviligiés jusqu’à présent dans la littérature. Le récent développement des traductions « vers le khmer moderne » retiendra particulièrement notre attention. Les séances s’appuieront ici sur une sélection d’inscriptions des grandes « maisons » aristocratiques angkoriennes, datées principalement des Xe et XIe siècles, lors de ce « Moyen-Âge central » qui voit l’affirmation d’un usage narratif du khmer et la multiplication des inscriptions dans lesquelles l’historiographie a pris l’habitude de reconnaître des textes de nature « juridique » ou « administrative » (une qualification qui n’est pas sans poser problème).

Nous reviendrons également à l’étude des matériaux juridiques du XVIIe siècle en abordant le Cpāp’duṃnīm pīy° purā̎n (c. 1691-1704), code traduit approximativement par l’administrateur colonial Adhémard Leclère en 1898, puis étudié en détail par Saveros Pou dans le cadre de ses séminaires de « Philologie khmère moyenne » en 1984. L’enjeu sera d’en donner une lecture ainsi qu’une traduction qui tiennent compte des avancées de la connaissance historique concernant les réformes institutionnelles et juridiques menées par les rois khmers du XVIIe siècle. Partie prenante d’une vaste codification royale, ce texte contraste fortement avec les lois qui lui sont contemporaines aussi bien par sa forme narrative et vivante que par sa visée explicitement « jurisprudentielle » : organisé en une cinquantaine de récits coutumiers, son propos est en effet d’énoncer les dols mémorables du siècle écoulé que le législateur mobilise à la manière d’une « tradition » justifiant une révision des pratiques judiciaires.

Nous étudierons enfin des lettres de requêtes, plaintes et pétitions émanant de collectivités rurales, des années 1920 à 1940, et adressées aux autorités khmères et françaises. Conservées dans les archives de la Résidence supérieure du Cambodge (Archives Nationales du Cambodge) et dans les fonds du Gouvernement général de l’Indochine (Archives Nationales de la France d’Outre-Mer), ces lettres rédigées en khmer et traduites en français donnent notamment à voir la segmentation sociale en milieu rural et les relations qu’entretiennent les habitants avec leur territoire. Ce corpus nous permettra d’étudier l’exercice de la traduction en situation coloniale, mais également de repérer les traces laissées par les pratiques scripturaires de la royauté khmère à l’époque coloniale au sein de cet usage nouveau de l’écrit par les populations.

Image “à la une” :  CC0

Séminaire de Master et Doctorat “Les sciences sociales et l’Asie du Sud-Est”

[ndlr] Annonce d’un séminaire spécial pour les étudiants en master et les doctorants en sciences sociales travaillant sur l’Asie du Sud-Est.

SEMINAIRE DE MASTER ET DOCTORAT
« LES SCIENCES SOCIALES ET L’ASIE DU SUD-EST »

11-15 janvier 2016

Objet du séminaire :

Cet enseignement, organisé collectivement par des établissements franciliens sous la forme d’un stage d’une semaine, s’adresse aux étudiants en master et aux doctorants en sciences sociales qui se spécialisent sur l’Asie du Sud-est. Il est ouvert aux étudiants de tous les établissements et peut être validé, si les établissements le souhaitent, selon l’assiduité ou selon les règles propres de chaque établissement.

Son objet est le suivant : montrer comment l’histoire, la géographie, l’ethnologie, les sciences économiques et politiques, les urbanistes ont abordé l’Asie du Sud-est, tout en dégageant la manière dont certaines particularités historiques, géographiques, sociales et culturelles de cette partie du monde ont pu influencer la constitution des objets de recherche dans ces différentes disciplines. Il s’agit tout à la fois de mettre en relief des traditions scientifiques et des orientations thématiques privilégiées, de souligner l’apport de la région à la constitution de paradigmes disciplinaires, tout en informant les étudiants sur les lacunes constatées. Sur ce dernier point, l’enseignement peut contribuer à un choix plus raisonné des sujets de recherche.

L’une des finalités du séminaire est de faire découvrir aux étudiants de telle ou telle discipline ce qui se fait sur la région dans les champs connexes du savoir et, par rapport à des phénomènes ou problèmes particuliers, de dégager des différences d’approche, qui peuvent s’inscrire ou non dans la complémentarité. En ce sens, l’idée a été retenue de consacrer les dernières heures du stage à une table ronde réunissant les étudiants et des représentants de chaque discipline autour d’un thème fédérateur, renouvelé chaque année.

En 2016, le séminaire est organisé du lundi 11 au vendredi 15 janvier 2016 à l’Inalco : 2, rue de Lille (Métro Saint Germain des prés)

salle des plaques (lundi et vendredi)
salle 131 (mardi, mercredi, jeudi)

Contacts :
Manuelle Franck: manuelle.franck@inalco.fr
Hugues Tertrais : tertrais@univ-paris1.fr

Programme (pdf) : Séminaire_Sciences_sociales_et_ASE-2016

Séminaire “L’ordinaire de la guerre” – LARHRA 2015-2016

[ndlr] Programme du séminaire du LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes) à l’ENS de Lyon proposé dans le cadre de l’Atelier Sociétés en Guerre.

Le séminaire « L’ordinaire de la guerre » se poursuit à l’ENS de Lyon pour la 3e année. Ce séminaire de réflexion autour du traitement des questions de violences et de guerre par les sciences sociales est ouvert à tous. Il se tiendra, de 14h à 16h30, en salle F 102 (bâtiment Descartes).

Organisé par Sylvain Bertschy, François Buton, Boris Gobille, André Loez, Nicolas Mariot, Philippe Olivera, Emmanuelle Picard.

Programme 2015-2016

  • 13 octobre: “Les enjeux historiographiques de « l’ordinaire de la guerre »”. Séance introductive présentée par André Loez et Nicolas Mariot.
  • 3 novembre 2015 : “Encadrement autoritaire et subjectivation. Autour de Bernard Pudal et Claude Pennetier (dir.), Le sujet communiste. Identités militantes et laboratoires du ”moi”, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014. Séance présentée par Bernard Pudal , discussion : Nicolas Mariot.

A venir :

  • 8 décembre 2015 :“Un regard renouvelé sur les périodes d’occupation”. Autour de Philippe Salson, L’Aisne occupée. Les civils dans la Grande Guerre, Rennes, PUR, 2015 et de F. Marcot et P. Laborie (dir.), Les comportements collectifs en France et dans l’Europe allemande, Historiographie, normes, prismes 1940-1945, PUR, 2015.
  • 12 janvier 2016 : “L’ordinaire de la révolution : l’été 1936 en Catalogne à l’échelle locale”. Autour de Josep Antoni Pozo Gonzalez, Poder legal y poder real en la Cataluña revolucionaria de 1936 , Espuela de Plata, 2012. Séance présentée par Philippe Olivera.
  • 2 février 2016 : “La tête en capilotade”. Les soldats de la Grande Guerre internés dans les hôpitaux psychiatriques (France, 1914-1970)”.  Séance présentée par Marie Derrien.
  • 15 mars 2016 : « Les racines de la Terreur révolutionnaire ». Autour de Timothy Tackett, The Coming of Terror in the French Revolution, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Press, 2015″.  Séance présentée par Boris Gobille.
  • 3 mai 2016 : “L’historiographie américaine face aux violences de la conquête coloniale en Algérie”.  Autour de Benjamin Brower, A Desert Named Peace – The Violence of France’s Empire in the Algerian Sahara, 1844-1902, Columbia University Press, 2011. Séance présentée par François Buton.
  • 7 juin 2016 : “Questionner le statut de la morphologie sociale dans le cas rwandais : du génocide tutsi aux tribunaux Gacaca”.  Séance présentée par Nicolas Mariot.

Source : LARHRA

Catholiques d’Indonésie et du Vietnam dans les années trente : naissance d’une nouvelle élite confessionnelle [CASE, 05/11/2015]

bandeau_CASE

SÉMINAIRE GÉNÉRAL DU CASE

5 novembre 2015

Salle 1 (RDC) – EHESS, bât. le FRANCE, 75013 Paris

Catholiques d’Indonésie et du Vietnam dans les années trente : naissance d’une nouvelle élite confessionnelle

Rémy Madinier, CASE
Les catholiques indonésiens: l’émancipation à travers la politique

Claire Trân Thi Lien, Paris Diderot
Catholicisme social et émergence d’une élite catholique dans le Vietnam des années 30

Discutante : Catherine Clémentin-Ojha (CEIAS)

Séminaire de recherche doctorale INALCO : Le geste, la parole, l’écrit

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire parisien qui rejoint nos problématiques.

 

Séminaire de recherche doctorale

Ecole doctorale n°265

Langues, littératures et sociétés du monde de l’INALCO

SeDyL (UMR 8202 INALCO, CNRS, IRD 135)

 logo_Inalco

 

Le geste, la parole, l’écrit

Enquête sur les formes de la mémoire collective dans l’aire culturelle sud-est asiatique

Organisé un jeudi par mois, le séminaire a lieu à l’INALCO, 2 rue de Lille, à Paris, de 14 h à 17 h en salle (à préciser en temps voulu).

Séminaire coordonné par :

Dans le sillage des travaux, déjà anciens, menés sur la perception du passé en Asie du Sud-Est, ce séminaire vise à faire dialoguer les disciplines autour des trois supports de la production de la mémoire collective, souvent dissociés dans l’analyse, que sont le geste, la parole et l’écrit. Alternant approche linguistique, historique, ethnologique ou encore géographique, les intervenants questionneront les différentes manières d’appréhender les traces du monde ancien dans lequel s’origine le monde présent des locuteurs. Une attention particulière à la mémoire de très longue durée permettra d’aborder l’hypothèse d’éventuelles spécificités propres aux organisations sociales et constructions politiques de parler austro-asiatique ou austronésien.

 

Programme 2015 : Les pratiques et les représentations collectives de l’espace.

Parce que les pratiques et les représentations collectives s’ancrent dans un espace identifié, elles font de lui un support de mémoire privilégié. En confrontant les représentations cambodgiennes de l’espace à d’autres traditions, on cherchera à cerner comment elles sont susceptibles de transmettre des éléments fondamentaux de la mémoire collective à différentes échelles. Chaque séance sera animée par deux intervenants disposant chacun d’une heure et demi.

1. Jeudi 26 février : Séance  introductive.

2. Jeudi 19 mars : Charles Malamoud (EPHE)  et Yves Goudineau (EFEO-CASE ; sous réserve).  L’espace du sacrifice. La délimitation de l’espace sacrificiel en Inde et en Asie du Sud-Est. Séance co-organisée avec le séminaire « Anthropologie comparée à partir de l’Asie du Sud-Est » (EHESS/CASE/EFEO) se déroulant exceptionnellement à la Maison de l’Asie, 22 av. du Président Wilson, 76116 Paris).

3. Jeudi 2 avril : Frédéric Durand (Toulouse II – Le Mirail) et Grégory Mikaelian. Les représentations cartographiques de l’espace. La cartographie cambodgienne de 1897 à l’épreuve des représentations vernaculaires de l’espace dans l’aire culturelle sud-est asiatique.

4. Jeudi 16 avril : Emmanuel Francis (CNRS-CEIAS)  et Eric Bourdonneau (EFEO-CASE). Topogénie et généalogie dans les inscriptions du Cambodge ancien et du  monde pallava.

5. Jeudi 21 mai : Dana Rappoport (CNRS-CASE) et Stéphanie Khoury. La construction musicale et gestuelle des espaces rituels. Continuité, rupture et récupération de la mémoire orale véhiculée par les chants toraja (Indonésie) et le théâtre khmer (Cambodge).

6. Jeudi 25 juin : Sophie Vassilaki (INALCO-SeDyL) et Joseph Thach. De l’espace de l’identité à l’identité de l’espace. Regards croisés sur les notions de mêmeté, d’altérité et de frontière à partir des marqueurs linguistiques en grec et en khmer.

Rappel du lieu : INALCO, 2 rue de Lille, Paris, de 14 h à 17 h

Séminaire L’ordinaire de la guerre – programme 2014-2015 [ENS de Lyon]

[ndlr] Programme d’un important séminaire de l’ENS de Lyon qui rejoint une partie de nos thématiques. Il est organisé par Sylvain Bertschy, François Buton, Boris Gobille, André Loez, Nicolas Mariot, Philippe Olivera et Emmanuelle Picard.

 

L’ordinaire de la guerre. Guerres et violences extrêmes sous le regard des sciences sociales 

L'OrdinaireDeLaGuerre2014-2015

Le séminaire a lieu le mardi de 14h00 à 16h30 aux dates indiquées dans le programme ; il se déroulera à l’ENS de Lyon (15 Parvis R. Descartes, 69007 Lyon). Il est ouvert à tous.

« L’ordinaire de la guerre. Guerres et violences extrêmes sous le regard des sciences sociales » est un séminaire de lectures et de travail sur documents, consacré à l’analyse des explications que les sciences sociales prétendent apporter aux phénomènes de violence collective, sans spécialisation sur une période ou aire géographique particulières. Les auteurs des travaux discutés peuvent être présents et intervenir sans qu’il s’agisse là d’une règle systématique. Le séminaire est ouvert à des participants de toutes disciplines et de toutes institutions. Aussi souvent que possible, le responsable de séance choisit un ou plusieurs articles ou chapitres d’ouvrage qu’il distribue en amont en format papier ou envoie aux participants sous forme électronique. Ces textes sont considérés avoir été lus avant chaque séance. Après une présentation orale du (des) extraits, la discussion collective s’engage.

  • 18 novembre 2014 : “Que montrent les enquêtes sur les pratiques culturelles des poilus ?”Autour des ouvrages d’E. Cronier, T. Hardier et J. F. Jagielski, A. Lafon et B. Gilles. Séance présentée par Nicolas Mariot.

Le séminaire se tiendra dans le bâtiment Buisson (IFE) en salle 1 au rez de chaussée.

 Programme des séances suivantes

  • 13 janvier 2015 : “Écrire l’histoire de la Grande Guerre à l’échelle des empires ». Autour des ouvrages récents de R. Gerwarth, E. Manela, et de A.T. Jarboe, R.S Fogarty. Séance présentée par André Loez.
  • 3 février : Vue d’Extrême Orient : à propos de “La guerre en perspective: histoire et culture militaire en Chine”, Extrême Orient Occident, n°38, octobre 2014. Séance présentée par Emmanuelle Picard.
  • 10 mars : “Guerre civile ou Révolution ? L’oeuvre de Burnett Bolloten dans l’historiographie du conflit espagnol (1936-1939) ». Séance présentée par Philippe Olivera.
  • 7 avril : “Expériences de guerre et folie: ce que la Grande Guerre fait à la psychiatrie française ». Autour des ouvrages récents (2013) de L. Guignard, H. Guillemain et S. Tison. Séance présentée par Sylvain Bertschy.
  • 12 mai : “Actualité des recherches sur le génocide des Tutsi au Rwanda, 1994 ». Séance présentée par Claudine Vidal, Marc Le Pape et Boris Gobille.
  • 2 juin : “Violences de la conquête coloniale en Algérie », autour de G. Weiss, B. Brower et J. Sessions. Séance présentée par François Buton.

Séminaire: La double légitimation des pouvoirs aux époques moderne et contemporaine

Logo_DenisDiderot_Paris7

Histoire sociale de l’Asie du Sud-Est à l’époque moderne – 44OE01VT

 Programme du séminaire de Master

1er semestre 2014-2015

Grégory Mikaelian (CNRS – UMR 8170) et Emmanuel Poisson (U. Paris Diderot – UMR 7219)

La double légitimation des pouvoirs aux époques moderne et contemporaine

Vendredi de 14 h à 16 h

Salle : 475 C

Université Paris Diderot

Bâtiment des Grands Moulins – Aile C – 4e étage

16 rue Marguerite Duras

75013 Paris

Sanctionnée par des dispositifs rituels complexes, la double légitimation des pouvoirs se trouve illustrée en Péninsule indochinoise par de nombreux exemples, singulièrement à partir de l’époque moderne. D’un côté, les royautés bâtissent leur appareil de légitimation sur des classicismes adossés à des cultures d’emprunts d’où sont extraites des cosmologies à vocation universelle (thèmes de l’hindouisation, de la sinisation, ou de la bouddhisation théravadine), ou, plus récemment, sur les grands mythes progressistes de la vieille Europe (démocratie libérale et socialisme). Cela correspond en d’autres termes à la dimension ouranienne du pouvoir, souvent la plus étudiée. D’un autre côté, les pouvoirs n’en fondent pas moins leur autorité sur une dimension chtonienne, en référence à des peuples considérés comme étant sinon les premiers habitants du sol, tout au moins les intercesseurs entre le roi et les forces de la nature (eau, feu, vent), dont dépend la prospérité du royaume. À ce propos, nombre d’auteurs ont évoqué depuis la fin du XIXe siècle les relations particulières qu’entretiennent sur le temps long les rois des plaines avec des individus éminents des hauteurs.

Au-delà de la mise en exergue de faits généraux, ils n’ont pas toujours su replacer ces relations dans le procès de construction de l’appareil de légitimation de l’État, ou inversement, en saisir les enjeux (économiques, diplomatiques et symboliques) pour les individus éminents concernés ainsi que les peuples et personnes placés sous leur influence. À travers cet angle d`approche, le séminaire se propose de dresser un panorama des relations historiques (et des historiographies relatives à ces relations) entre les royautés des plaines et les peuples incarnant l’autochtonie – notamment les habitants des hauteurs. Quelques séances consacrées à l’examen des faits insulindiens permettront de mettre en perspective l’exemplum péninsulaire.

 

  • 3 octobre : Grégory Mikaelian (CNRS, Centre Asie du Sud-Est), « Le roi khmer, ses neveux jaraïs, ses dépendants kuoys et poars. Un aperçu de la double légitimation du pouvoir dans le Cambodge du XVIIe siècle ».
  • 10 octobre : Paul Wormser (Institut National des Langues et Civilisations Orientales / CNRS, Centre Asie du Sud-Est) « Les relations entre les montagnards et les peuples des plaines à Sumatra du XIVe au XVIIe siècle ».
  • 17 octobre : Marie-Sybille de Vienne (Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Centre Asie du Sud et du Sud-Est), « Sakai, Sjaih et Sultan : les rémanences de la double légitimation au Brunei, mythographie et rituels ».
  • 7 novembre : Philippe Le Failler (École française d’Extrême-Orient), « La Rivière Noire. L’intégration d’une marche frontière au Vietnam ».
  • 14 novembre : Vanina Bouté (Université de Picardie / CNRS, Centre Asie du Sud-Est), « Cultes territoriaux et pouvoirs locaux aux marches du royaume de Luang Prabang ».
  • 21 novembre : François Lagirarde (École française d’Extrême-Orient), « L’autochtonie à travers l’historiographie du Nord de la Thaïlande : Môns, Lawas et Birmans, premiers acteurs des chroniques traditionnelles des Thaïs du Lanna ».
  • 28 novembre : Andrew Hardy (École française d’Extrême-Orient / CNRS, Centre Asie du Sud-Est), « Commerce et diplomatie dans les relations plaine-montagne au centre Vietnam : la muraille de Quang Ngai (XIXe siècle) ».
  • 5 décembre : Elsa Clavé (Université de Paris-Diderot / CNRS, Centre Asie du Sud-Est),  « Relations et fonctions des peuples côtiers et montagnards au sein du sultanat de Magindanao-Philippines (XVIIe-XIXe) ».
  • 12 décembre : Mathieu Guérin (Institut National des Langues et Civilisations Orientales), « Norodom (r. 1860-1904) et les habitants des hautes terres ».
  • 19 décembre : Sylvain Vogel (Chercheur indépendant, membre du LAboratoire de SEmiotique, Linguistique, Didactique et Informatique, Université de Besançon), « Angkor vu par les Phnong ».
  • 9 janvier 2015 : Emmanuel Poisson et NguyênThi Hai (Université de Paris-Diderot, Laboratoire SPHERE), « Le contact entre les quằngNông de Cao Bằng et le pouvoir central (XIXe-début du XXe s) ».