Archives par mot-clé : Seconde guerre mondiale

Nguyễn Văn Danh

NguyenVanDanhM. Nguyễn Văn Danh, Inspecteur des Eaux, Forêts et Chasses de l’Indochine. Né en 1902 à Bến Tre (Cochinchine) de feu-Nguyễn Văn Liên, Đốc-phủ-sứ honoraire et Président du Syndicat Agricole.

Après des études secondaires à Paris, entre à l’Université de Toulouse où il conquit ses diplômes d’Ingénieur chimiste, de licencié ès-sciences (1924) puis de Docteur ès-sciences (1926).

Major de sa promotion au concours d’Officiers de Réserve, a accompli son service dans l’Infanterie coloniale.

Admis dans les cadres français des Eaux et Forêts, a été appelé à servir l’Inspection Générale de l’Agriculture, de l’Élevage et des Forêts, à la Direction locale des Eaux, Forêts et Chasses de Cochinchine, puis a été placé à la tête de la Circonscription de l’Ouest.

En 1939 a été chargé de Mission en France par le Ministre des Colonies, pour l’étude de l’alimentation rationnelle de l’Homme au Laboratoire de Physiologie de la Nutrition à l’École des Hautes Études (Ministère de l’Éducation Nationale).

La guerre l’ayant surpris au milieu de ses travaux, fut rappelé sous les drapeaux comme Lieutenant d’Infanterie dans la Métropole.

Affecté au débat de la mobilisation générale à la 52e Demi Brigade de Mitrailleurs, a été promu au grade de Capitaine à titre exceptionnel peu de temps après son stage à l’École Militaire où il suivit les cours de Commandant de Compagnie.

Appelé alors en Mission au Ministère de la Guerre, a été chargé de l’étude des questions intéressant le ravitaillement et l’alimentation rationnelle des Troupes Coloniales dans la Métropole.

Ses nombreux travaux lui ont valu, de la part du Haut Commandement, sa proposition pour le poste de Conseiller technique.

Ancien élève de l’École des Sciences Politiques et en même temps technicien, s’est attaché à l’étude des problèmes d’ordre économique et social. Est l’auteur de plusieurs ouvrages scientifiques et littéraires.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 16.

* * *

Marc Dambre (dir.), Mémoires occupées [2013]

Dambre_MémoiresOccupées[ndlr] Signalement d’un ouvrage paru l’année dernière rejoignant les préoccupations du séminaire. Présentation de l’éditeur.

Soixante-dix ans après la fin des hostilités, les tragédies et les questions liées à la Seconde Guerre mondiale continuent d’occuper les esprits et la culture, la création et le commentaire. Certaines de ces productions contestent des vérités admises, et jusqu’à la possibilité d’un accord. Des spécialistes d’origine et d’institutions très diverses sont réunis ici pour étudier un corpus qui va de l’après-guerre à nos jours, de Maurice Bardèche à Armand Gatti, couvrant tous les genres littéraires ainsi que les arts du spectacle. Se sont joints à ces chercheurs l’historien Henry Rousso, les écrivains Laurent Binet, Pascal Bruckner et Yannick Haenel.

Loin de l’unanimité souvent trompeuse, les points de vue peuvent différer, ou diverger radicalement. Trois axes successifs relancent le débat et l’ordonnent : les hantises et recompositions imposées par le traumatisme, les écritures de l’Histoire aux prises avec la fiction, les implications et engagements suscités par l’événement.

Table des matières (pdf) :tm_memoires_occupees

Réf. : Dambre, Marc (sous la dir.), Mémoires occupées. Fictions françaises et Seconde Guerre mondiale, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2013, 256 p.

Sous la direction de : Marc DAMBRE

Avec les contributions de : Marc DAMBRE, Richard J. GOLSAN, Christopher D. LLOYD, Anne SIMONIN, Susan RUBIN SULEIMAN, Alain SCHAFFNER, Bruno BLANCKEMAN, Claire GORRARA, Marie-Hélène BOBLET, Angela KERSHAW, Nathan BRACHER, Pierre SCHOENTJES, Peter TAME, Luc RASSON, Van KELLY, Anne ROCHE, Philip WATTS, Margaret ATACK, Catherine DOUZOU, Lynn A. HIGGINS, Debarati SANYAL, Catherine BRUN.

Sources : Presses Sorbonne Nouvelle

Asiatiques de France – Documentaire de Laurence Jourdan

[ndlr] A noter la diffusion d’Asiatiques de France, le nouveau documentaire de Laurence Jourdan (Les oubliées de la Piste Ho Chi Minh, 2004), en deux épisodes les dimanches 22 et 29 septembre 2013 sur France 5.

 

Dimanche 22 septembre 2013 à 21h55 heures

Diffusion sur France 5 du film de Laurence Jourdan

Asiatiques de France

1911-1975 – Episode 1

Près d’un million d’Asiatiques vivent en France. Retour sur leur histoire, riche, qui traverse deux conflits mondiaux, le temps de la colonisation de l’Indochine puis celui de son indépendance et de l’évolution des Républiques Populaires d’Asie. Cette diaspora hétérogène cherche, à présent, à peser dans le débat public. Elle revendique une visibilité. L’installation des Vietnamiens, Cambodgiens, Laotiens ainsi que des Chinois en France date des réquisitions de main d’oeuvre pendant les Première et Seconde Guerres mondiales, en 1914-1918, puis en 1939-1940. La notoriété des Beaux-arts à Paris attire aussi toute une génération d’artistes et d’intellectuels japonais.

 


Asiatiques de France – Extrait 1 par Phares-Balises


Asiatiques de France – Extrait 2 par Phares-Balises

A suivre : Episode 2 – Dimanche 29 septembre à 21h55 heures sur France 5.

Lancement du site de Pierre Daum : “Immigrés de force”

"Travailleurs indochinois" du camp de Sorgues vers 1942 © coll. Emilie Potet
“Travailleurs indochinois” du camp de Sorgues vers 1942 © coll. Emilie Potet
* * *
Bonjour,
Après de longues semaines de travail, j’ai le plaisir de vous annoncer la naissance du site : www.immigresdeforce.com

ImmigrésdeForce_header

Ce site est destiné à:

  • présenter l’ensemble de mon travail sur les travailleurs indochinois de la Seconde guerre mondiale;
  • fournir un agenda régulièrement mis à jour des prochains événements autour de ce sujet;
  • permettre aux personnes qui le désirent d’entrer en contact avec moi (pour faire venir l’exposition, organiser des conférences, projeter le film, etc.);
Ce site comporte certainement des erreurs ou des oublis.
Je compte sur vous pour me les signaler ! Bonne visite.

Très amicalement,

Pierre Daum

Exposition : Les travailleurs indochinois de la Seconde guerre mondiale

[ndlr] La diffusion du film Công Binh de Lam Le et de la connaissance du sort des travailleurs indochinois recrutés pour les besoins de la Seconde guerre mondiale poursuit son chemin avec une exposition réalisée par Pierre Daum.

Vendredi 22 mars 2013 à 18 heures

ExpoTravailleursIndochinois

Vernissage de l’exposition sur les travailleurs indochinois à l’espace Gérard Philipe de

Port Saint Louis du Rhône (BdR)

En septembre 1939, 20.000 Vietnamiens furent recrutés, la plupart de force, pour servir de main d’oeuvre dans les usines d’armement de métropole. En juin 1940, 5000 purent retrouver leur pays mais le blocus des routes maritimes empêcha le rapatriement de tous. Ceux qui restèrent (15.000) furent internés dans des camps de la zone Sud (Agde, Sorgues, Vénissieux, Toulouse, Marseille…) et utilisés comme ouvriers dans tous les secteurs de l’économie : forêt, agriculture, industrie, etc.

Quelques deux mille d’entre eux furent envoyés en Camargue, les uns pour participer à la relance de l’agriculture, les autres à la récolte du sel autour de Salin-de-Giraud.

Certains furent logés dans des baraquements à Port-Saint-Louis-du-Rhône. Après soixante-dix ans de silence, l’exposition permet de découvrir cette page enfouie de notre histoire.

Une exposition réalisée par Pierre Daum

du 21 mars au 9 avril 2013

Le vernissage sera suivi d’un buffet (gratuit) et de la projection/débat du film de Lam Lê

Công Binh, la longue nuit indochinoise.

* * *

! RAPPEL !

  • L’exposition est actuellement à Aigues-Mortes, dans le Gard, jusqu’au mardi 19 mars.
  • Samedi 16 mars : dédicace par Pierre Daum de Immigrés de force à la librairie Catygor d’Aigues-Mortes de 15hà 17h.
  • Samedi 16 mars : à partir de 17h30, projection du film Công Binh, la longue nuit indochinoise, en présence du réalisateur.

Exposition à Port-Saint-Louis-du-Rhône Invitation vernissage

Công Binh, la longue nuit indochinoise – un film de Lam Lê

[ndlr] Annonce de Pierre Daum :

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, 20 000 Vietnamiens étaient recrutés de force dans l’Indochine française pour venir dans les usines d’armement françaises. Pris à tort pour des soldats, bloqués en France après la défaite, ces ouvriers appelés Công Binh menaient une vie de parias sous l’Occupation. Considérés injustement comme des traîtres au Viet Nam, ils étaient pourtant tous derrière Ho Chi Minh pour l’Indépendance du pays en 1945. Une vingtaine de survivants racontent aujourd’hui leur histoire.

Le film de Lam Lê,

Công Binh, la longue nuit indochinoise,

en salle le 30 janvier 2013.

Ce film est inspiré de l’ouvrage de Pierre Daum, Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952) – Actes Sud 2009.

Calendrier des projections/débats organisées autour du film (avec nom des intervenants)

PESSAC :

  • Dimanche 27 janvier, cinéma Jean Eustache à 16 heures (Lam Lê)

PARIS :

  • Mardi 29 janvier, cinéma Le Champo à 20 heures (Antoine de Baecque/Pierre Brocheux).
  • Mercredi 30 janvier, Cinéma La Clef (5ème) à 20 heures (Lam Lê/Pierre Daum).

ARLES :

  • Jeudi 31 janvier, Cinéma Le Méjan à 21 heures (Pierre Daum/Frères Trinh).

MONTPELLIER :

  • Lundi 4 février, Cinéma Diagonal à 19h45 (Pierre Daum).

CHÂTELLERAULT :

  • Vendredi 8 Février, Cinéma Les 400 coups (Nicolas Ong).

HEROUVILLE ST CLAIR (près de Caen) :

  • Lundi 11 février, Café des Images à 20 heures (Lam Lê/Pierre Daum).

Vous trouverez bientôt un calendrier complet et régulièrement mis à jour sur le site :

https://www.facebook.com/congbinhlalonguenuitindochinoise

Dernières lectures du séminaire : montrer les violences extrêmes et crises de mémoire

Pour clore le séminaire Mémoires d’Indochine de cette année, nous signalons deux ouvrages parus en 2012 qui méritent toute notre attention. Le premier s’intéresse à la façon de témoigner des violences extrêmes dans l’expression artistique ou mémorielle ; le second visite les écrits produits du traumatisme de la Seconde guerre mondiale.

Nous retrouverons les lecteurs de ce carnet en début d’année 2013 avec deux nouveaux sujets de préoccupation : les ressources documentaires relatives au sujet d’agrégation de cette année : “Les sociétés coloniales” (ici plus précisément l’Indochine) et différentes ressources et données sur 150 d’histoire du Viêt-Nam. Cette dernière thématique sera l’objet du cours d’ouverture du DEMEOC (Diplôme d’établissement sur le Monde Extrême-Oriental Contemporain) de Sciences Po Lyon.

FG, 28/10/2012.

Montrer les violences extrêmes

Théoriser, créer, historiciser, muséographier. Sous la direction d’Annette Becker et Octave Debary – Creaphis Editions.

Textes de Claire Angelini, Vincent Auzas, Annette Becker, Anne Bourgon, Philippe Braunstein, Jean-Baptiste Clais, Octave Debary, Jochen Gerz, Marc-Olivier Gonseth, Nina Gorgus, Philippe Mesnard, Liza Nguyen, Natacha Nisic, Marianne Petit, Catherine Perret, Adeline Rispal, Isabelle Rivé-Doré, François Soulages, Sophie Wahnich.

Comment montre-t-on aujourd’hui les différents temps de la Shoah ou les événements du 11-Septembre, les lieux tels l’ancienne gare de déportation de Bobigny, le camp de Rivesaltes, le lieu de torture de Tuol Sleng ? Comment historiciser la douleur des conflits ? Peut-on présenter la guerre des siècles passés comme un art au Louvre ? Est-il possible de créer à partir de ce qui reste, d’Auschwitz-Birkenau aux poignées de terres rapportées du Viêt Nam ? Peut-on faire une théorie de la violence de masse, théoriser son existence ? Peut-on prétendre partager ce qui relève dans nos sociétés désormais d’un non-vécu ? Penser les destructions guerrières, les génocides, les exterminations, mais également leur retentissement, leur transmission, la résonance de ces mémoires meurtries pour lesquelles l’apaisement semble échapper.

Annette Becker est professeur en cultures de guerre à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et membre de l’Institut universitaire de France.

Octave Debary est maître de conférences à l’Université Paris Descartes. Il travaille sur la mémoire et les restes.

Réf. : Annette Becker et Octave Debary (sous la dir.), Montrer les violences extrêmes. Théoriser, créer, historiciser, muséographier, Vérone, Creaphis Editions, 2012, 341 p. (Fiche Sudoc)

Source : Université Paris Ouest

Crises de mémoire

Récits individuels et collectifs de la Deuxième Guerre mondiale. Susan Rubin Suleiman. Traduit de l’anglais (US) par Marine Le Ruyet et Thomas Van Ruymbeke.

Cet ouvrage est centré sur des crises de mémoire en lien avec la Deuxième Guerre mondiale et la Shoah, mémoire de nature à transcender les frontières nationales. Susan Rubin Suleiman s’intéresse tout particulièrement aux textes littéraires qui portent la trace d’une confrontation réelle avec des difficultés de langage et de sens. Car aux côtés de l’histoire et du témoignage, l’imagination donne forme et figure à la mémoire et à l’expérience, confère une dimension collective aux vicissitudes de la vie individuelle. Elle leur permet de durer.

Née à Budapest, Susan Rubin Suleiman a émigré aux États-Unis avec ses parents à l’âge de dix ans.  Depuis 1981 elle est professeure de littérature française et de littérature comparée à Harvard University. Auteur de nombreux ouvrages et d’articles sur la littérature et l’histoire modernes, elle a publié en France Le roman à thèse ou l’autorité fictive (PUF) et Retours : Journal de Budapest (Bleu Autour), aussi bien que des articles dans Le Monde, Poétique, Critique, Les Cahiers naturalistes et d’autres journaux et revues.

Réf. : Susan Rubin Suleiman, Crises de mémoire. Récits individuels et collectifs de la Deuxième Guerre mondiale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 268 p. (Fiche Sudoc)

Voir l’introduction (pdf). Sommaire :

  • Choisir son passé : Jean-Paul Sartre mémorialiste de la France occupée
  • Le Désir narratif : l’« affaire Aubrac » et la mémoire nationale de la Résistance française
  • Commémorer les Morts Illustres
  • Histoire, mémoire et jugement moral après la Shoah. Hôtel Terminus de Marcel Ophuls
  • Anamnèse : mémoire de l’identité juive en Europe centrale après le communisme
  • Sunshine d’István Szabó
  • Révision : traumatisme historique et témoignage littéraire. Les mémoires de Buchenwald de Jorge Semprun
  • Mémoires de la Shoah : l’importance des faits. Wilkomirski/Wiesel
  • À la lisière de la mémoire : l’écriture expérimentale et la génération 1.5. Perec/Federman
  • Amnésie et amnistie : réflexions sur l’oubli et le pardon

Source : Presses Universitaires de Rennes