Archives par mot-clé : Seconde guerre mondiale

Filmer la guerre : Les Soviétiques face à la Shoah (1941-1946) – Exposition

ImpressionFilmer la guerre

Les Soviétiques face à la Shoah (1941-1946)

Du vendredi 9 janvier 2015 au dimanche 27 septembre 2015

Dès 1941, dans les pas de l’Armée rouge, des opérateurs soviétiques sont envoyés sur le front et captent les traces des crimes nazis.

À qui ces films sont-ils destinés ? Quels sont les processus de production et de diffusion de ces centaines d’heures de tournage ? Est-ce dans le but de participer à la mobilisation de tout un peuple pour la lutte contre « l’envahisseur fasciste » ? Pourquoi la judéité des victimes est-elle parfois gommée et parfois mise en évidence ?

Les films présentés concernent les images de l’ouverture des fosses et des traces des exécutions de masse en Europe de l’est (Babi Yar, Rostov, Krasnodar, Kertch, etc.), de la libération des camps de concentration et d’extermination (Klooga, Maidanek, Auschwitz, etc.), et des multiples procès et exécutions qui suivirent la Libération. Aux côtés de cinéastes célèbres comme Roman Karmen, les autorités politiques s’impliquent dans la construction d’une histoire de la « Grande guerre patriotique » au cinéma.

Source : Mémorial de la Shoah

FilmerLaGuerre_2015

Cliquer sur l’image pour accéder au site

Publication :

Filmer la guerre : les Soviétiques face à la Shoah (1941-1946). Catalogue de l’exposition, éd. Mémorial de la Shoah, 2015.

Franck Michelin: L’Indochine française et l’expansion vers le sud du Japon à l’orée de la guerre du Pacifique

[ndlr] Résumé de la thèse de doctorat d’histoire de Franck Michelin présentée et soutenue le 6 décembre 2014 à l’Université Paris-Sorbonne (Centre Roland Mousnier, UMR 8596).

 

L’Indochine française et l’expansion vers le sud du Japon à l’orée de la guerre du Pacifique

Politique étrangère et processus de décision

29 juin 1940 – 8 décembre 1941

Franck Michelin

L’occupation de l’Indochine française par le Japon entre juin 1940 et juillet 1941 constitue un événement-clé de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Désirant sortir de son isolement diplomatique et du bourbier du conflit chinois, le Japon profite de la victoire allemande en juin 1940 pour occuper le nord de l’Indochine, arrimer la colonie française à son économie, imposer sa médiation dans le conflit franco-thaïlandais, puis occuper le sud de l’Indochine avant de se lancer dans la Guerre du Pacifique. Pourtant, son ennemi désigné est, traditionnellement, l’URSS. Les raisons de cet hybris sont à chercher dans sa volonté de détruire le statu quo imposé par les puissances occidentales en Asie orientale, ainsi que dans une crise interne insoluble qui le font choisir le camp des pays totalitaires.

L’occupation du sud de l’Indochine en juillet 1941 est un point de non-retour. Cette crise où l’Indochine française a joué un rôle central, permet à l’historien de découvrir le mécanisme du processus de décision dans le Japon d’avant la Seconde Guerre mondiale. Les groupes dirigeants japonais ne connaissent pas de lutte entre des faucons et des colombes, mais la rivalité permanente de factions qui cherchent prendre la tête du mouvement expansionniste. Car si l’expansion fait consensus, la décision, tant de la direction que des moyens, est l’objet d’âpres luttes. C’est cependant à l’occasion de l’occupation de l’Indochine et à mesure que la Guerre du Pacifique se rapproche, qu’une synthèse se fait en haut de l’État par la constitution d’un groupe dirigeant composé de militaires et de bureaucrates favorisant une évolution totalitaire du régime, couplée à la construction d’un empire en Asie et dans le Pacifique.

Mots clés : Indochine française ; Japon ; Guerre de l’Asie et du Pacifique ; Expansion vers le Sud ; Processus de décision

TroupesJaponaisesIndochine
Arrivée des troupes japonaises en Indochine © DR

The occupation of French Indochina by Japan from June 1940 to July 1941 constitutes a key event for World War history. Eager to escape its diplomatic isolation and the quagmire of the war in China, Japan takes advantage of German victory in June 1940 to occupy Northern Indochina, to ties up the French colony to its economy, to impose its mediation in the French-Thai conflict, occupy the Southern part of Indochina and, then, to launch the Pacific War. However its traditional foe was the USSR. The reasons of this hubris lie in its desire to destroy the status quo enforced by western powers in Eastern Asia, as well as in an insoluble internal crisis that made Japan choose the side of totalitarian countries.

The occupation of Southern Indochina in 1941 is a point of no return. This crisis where Indochina played a crucial part allows the historian to uncover mechanism of the decision-making process in Japan before the Second World War. Japanese leading groups do not operate on a partition between hawks and doves, but on a constant rivalry of factions who would try to take the lead of the movement for expansion. If expansion is the object of a consensus among leaders, the decision of its direction and means is the causes of fierce conflicts. However, the occupation of Indochina and the approach of the Pacific War lead to a synthesis at the top of the State, by the composition of a leading group made of military and bureaucrats who promote the totalitarian evolution of the regime coupled with the building of an empire in Asia and in the Pacific.

Key words: French Indochina ; Japan ; Pacific War ; Southern Expansion ; Decision-making Process

Lire sa position de thèse : F.Michelin-PositionThèse3

Annonce de la soutenance sur le site de l’Université Paris-Sorbonne

Photo de la soutenance sur le compte Twitter de Franck Michelin.

Indochina, Thailand, Japan and France during Word War II – International workshop – Tokyo 6/7 Dec. 2014

Un important workshop international s’est déroulé les 6 et 7 décembre 2014 à l’Université de Waseda (早稲田大学) à Tokyo. Organisé par le professeur Masaya Shiraishi de l’Institut de recherche sur l’Asie-Pacifique (WIAPS), il rassembla près de vingt chercheurs japonais, vietnamiens, chinois, taïwanais, thaïlandais et français. Un état des lieux des recherches et un inventaire des fonds d’archives ont été dressés, principalement dans les pays d’Asie et en France. Une seconde édition sera organisée pour établir l’état des recherches et des fonds d’archives en langue anglaise. Ce programme de recherche a pour objectif de renouveler le champ des études sur le Japon et la péninsule indochinoise durant la Seconde Guerre mondiale.

La première journée a été consacrée à l’état des recherches et des fonds d’archives disponibles au Japon, au Viêt-Nam, à Taïwan puis en Chine sur la période 1940-1945. La seconde journée a poursuivi l’investigation en France, en Thaïlande, au Cambodge puis au Laos. Enfin, les recherches sur l’occupation japonaise en Asie du Sud-Est ont été exposées notamment à travers les collections de l’université Waseda sur l’Indonésie, les Philippines ou Singapour. Ces deux jours de réflexion et d’analyse se sont terminés par une discussion générale et les remarques conclusives du professeur Shiraishi sur les futurs développements scientifiques de ce programme. Une prochaine rencontre internationale est d’ores et déjà programmée à Hanoi (Viêt-Nam) à l’automne 2015.

FG

WasedaUniversity_logo

Indochina, Thailand, Japan and France during Word War II: Overview of the Existing Literature and Related Documents for Future Development of Research.

Waseda University Institute of Asia-Pacific Studies (WIAPS) & Kaken Study Team on Japan-Indochina relations

Program of International Workshop December 2014 (update version) – Tokyo

6 December (Sat.)

09:0009:30 Opening Session

  • Brief introduction by the Organizer: Masaya Shiraishi (Waseda University)
  • Welcome speech by GSAPS Dean: Yasushi Katsuma (Waseda University)
Japan-Indochina_WasedaWorkshop_1
Overview of the workshop © 2014 FG

09:3010:15 Keynote speech: moderator Masaya Shiraishi

  • Kenichiro Hirano (Executive Director of Toyo Bunko (The Oriental Library), Professor Emeritus of University of Tokyo and Waseda University; Former Director-General of Japan Center for Asian Historical Records)

Opening remarks: On the use of official documents: Beyond JACAR database

10:3012:00 Japan: moderators Kenichiro Hirano & Masaya Shiraishi

  • Motoo Furuta (University of Tokyo)

Current trend of the study in Japan

  • Kyoichi Tachikawa (National Institute of Defense Studies)

Historical documents related to the relations between Japan and French Indochina during the Second World War collected by the archives in Japan: Diplomatic Archives of the Ministry of Foreign Affairs and National Institute for Defense Studies of the Ministry of Defense

13:3015:00 Vietnam: moderators Nguyen Tien Luc & Junichi Iwatsuki

  • Nguyen Van Kim and Vo Minh Vu (University of Social Sciences and Humanities, Hanoi)

Status of archives and research on Vietnam-Japan relationship during Word War II

Commentators: Nguyen Tien Luc (University of Social Sciences and Humanities, Hochiminh City) & Junichi Iwatsuki (University of Tokyo)

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_4
Yi-Ling Lee (Taichung City Government Tourism Bureau) and Yuyama Eiko (Hokkaido University) © 2014 FG

15:1517:30 China/Taiwan: moderator Shinzo Hayase

  • Shiu Wen-tang (Institute of Modern History, Academia SINICA)

A survey of the researches and the archives on the Vietnamese studies in Taiwan

  • Yi-Ling Lee (Taichung City Government Tourism Bureau, formerly Institute of Taiwan History, Academia SINICA) and Eiko Yuyama (Hokkaido University)

Introduction to the materials related to the French Indochina archived in Taiwan

  • Bi Shihong (Yunnan University)

A study of the international relations of Indochina during World War II by mainland China

18:30Reception

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_2
Scholars from Vietnam, France, China, and Japan. Prof. Vo Minh Vu, K. Tachikawa, Nguyen Van Kim, […], Nguyen Tien Luc, M. Shiraishi, F. Guillemot, M. Furuta, H. Sasagawa, Bi Shihong © 2014 FG

 * * *

7 December (Sun)

09:0010:30 France: moderators Motoo Furuta & Iwatsuki Junichi

  • Chizuru Namba (Keio University)

An introduction to French research and historical sources concerning Indochina under French-Japanese rule

  • Francois Guillemot (CNRS, Lyons Institute of East Asian Studies)

Knowledge in France of Japan and Indochina (1940-45): Academic works, narratives, and archives

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_5
Prof. Namba Chizuru (Keio University) © 2014 FG

10:4512:00 Thailand: Moderator Eiji Murashima

  • Nongluk Limsiri (Institute of Management Panyapiwat)

The studies of Thailand-Japan relations in the context of Japanese presence in Thailand during the World War II

  • Preeyaporn Kantala (Waseda University)

Survey Thai materials in the Second World War: Thai Government records and newspaper

Commentator: Prof. Eiji Murashima (Waseda University)

13:3014:15 Cambodia: Moderator Shinzo Hayase

  • Hideo Sasagawa (Ritsumeikan Asia Pacific University)

Cambodia during World War II: The Status Quo on existing studies and documents

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_6
Prof. Sasagawa Hideo (Ritsumeikan Asia Pacific University) © 2014 FG

14:1515:00 Laos: Moderator Eiji Murashima

  • Yoko Kikuchi (Tokyo University of Foreign Studies)

Laos during World War II: Overview of existing literature and related documents

15:1516:00 Japan’s Southeast Asia Policy: Moderator Shiu Wen-tang

  • Shinzo Hayase (Waseda University, Institute of Asia-Pacific Studies)

The compilation of records of the Japanese occupation of Southeast Asia

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_3
Scholars from Japan, Taiwan and Thailand. Prof. C. Namba, E. Yuyama, Yi-Ling Lee, Nongluk Limsiri, Preeyaporn Kantala © 2014 FG

16:0017:00 Moderator: Masaya Shiraishi (Waseda University)

  • Summary Discussion

17:0017:15 Closing Remarks: Masaya Shiraishi (Waseda University)

* * *

Exhibition of Related Documents

Collection de documents publiés au Japon sur l’occupation japonaise en Asie du Sud-Est principalement aux Philippines et en Indonésie. On notera les collections photographiques concernant l’Indonésie, la Thaïlande, Singapour ou l’Indochine. Ici quelques images des troupes japonaises à Hanoi, Bac Ninh ou Saigon. © Waseda University / photos FG.

* * *

どうもありがとうございます

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_7
Bento’s workshop © 2014 FG

Journée rencontre : L’immigration vietnamienne – Villeurbanne / samedi 11 octobre 2014

Dans le cadre de l’année du Viêt Nam en France, le collectif « Année France-Viêt Nam » propose une journée-découverte autour de l’immigration vietnamienne en France au siècle dernier. Ponctuée de plusieurs rendez-vous, cette journée se déroule au Rize et se prolonge par une soirée à la MJC de Villeurbanne.

ImmigrationVietnamienne_Rize_2014Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Source : Le Rize

Dang Van Long (1919-2001) : Témoignage d’un ONS (février 1988)

[ndlr] En Annexe n° 1 du Mémoire de maîtrise de Liêm-Khê Tran-Nu (Luguern) se trouve le témoignage de Dang Van Long, ONS vietnamien, décédé le 6 décembre 2001. Dang Van Long fut un des compagnons de route du trotskisme vietnamien en France. Il évoque dans ce texte sa condition de jeune requis à l’âge de 20 ans. Reproduit avec l’aimable autorisation de Liêm-Khê que nous remercions vivement.

DangVanLong
Dang Van Long (1919-2001)

TÉMOIGNAGE DE MONSIEUR DANG VAN LONG, REQUIS EN 1939. IL VIT AUJOURD’HUI DANS LA BANLIEUE PARISIENNE. RECUEILLI EN FÉVRIER 1988.

« Je suis né le 15 mars 1919 à Hai-Duong (actuellement Hai-Hung). Ma famille était pauvre, j’ai acquis juste quelques rudiments nécessaires pour lire et écrire. J’ai été requis le 17 novembre 1939, j’ai été envoyé au camp « May Bat » à Hai Phong. Nous avons quitté Hai Phong le 15 janvier 1940 au bord de « La Tourelle » et nous sommes arrivés à Saigon le 18 janvier où nous avons été regroupés au camp « Tan Dao » à Gia Dinh, un arrondissement de Saïgon. Nous sommes restés là deux mois. Dans les camps de rassemblement, on nous rasa la tête et nous portions des uniformes pareils à des prisonniers. Nous ne pouvions pas déserter, on nous aurait retrouvé aussitôt. Nous étions 2.000 ONS [ouvriers non spécialisés] à embarquer le 18 mars 1940 à bord du « Le Minh » et nous sommes arrivés au Vieux port à Marseille le 20 avril 1940. Là, nous sommes restés aux Baumettes pendant quatre jours.

Quand nous sommes partis du pays, les Français nous promettaient que nous serions de retour après deux ans de service. Les gens qui étaient partis en France pour la guerre de 1914/1918 nous racontaient que la France était belle, qu’il y avait des grandes maisons. Ils nous disaient qu’il faisait très froid et que les Français en France ne ressemblaient pas à ceux du Viêt-Nam. Ce qu’ils nous racontaient ne nous importait peu. La plupart d’entre nous furent enrôlés de force et partaient à contrecœur.

Le 22 avril 1940, notre contingent (2.000 ONS) fut divisé en huit compagnies. Je suis parti à bourges pour travailler dans une usine d’armement. Nous travaillons huit heures par jour, on commençait à 9H00 du matin pour finir à 17H00. On pouvait aussi travailler de 5H00 à 13H00 ou de 13h00 à 21H00. Toutes les trois semaines, une équipe sur deux obtenait huit heures de congé et l’autre devait la remplacer, c’est-à-dire qu’elle devait travailler seize heures d’affilée. C’était très dur. Après la défaite de 1940, on a commencé à rapatrier les vieux, les malades, les infirmes. Quant à moi, je me suis retrouvé à Sorgues (Vaucluse). A partir de 1941, on m’a déplacé dans plusieurs endroits. Je travaillais dans divers secteurs. Les travaux de la MOI [Service de la Main d’Oeuvre Indigène…] étaient multiples. On pouvait être bûcheron, mineur, vendangeur ou ramasser des fruits, des glands ou encore travailler dans les salines. Le travail était très dur surtout pour ceux qu’on envoyait dans les salines. Ils n’avaient pas toujours des chaussures et leurs pieds étaient mangés par le sel.

Les patrons nous payaient comme les ouvriers français mais ils versaient notre salaire à la MOI. Notre salaire dépendait aussi de notre rendement. Par exemple ; si on travaillait dans la coupe de bois, on devait fournir un mètre cube de bois coupé par jour ; on recevait une prime si on fournissait plus d’un mètre cube. En 1943, je fus jeté en prison. J’ai déserté. En 1944, j’ai quitté les FFI [Forces françaises de l’intérieur] pour revenir à la MOI. Beaucoup d’entre nous faisaient de la prison car le vol était fréquent. Nous avions très faim et si nous ne volions pas, il nous était impossible de survivre. Nous volions des lapins, des moutons, des poulets, des légumes et même des bœufs et des chiens. Nous mangions tout ce qui nous tombait sous la main. La nourriture qu’on nous donnait pour 15 jours suffisait à nos besoins pour 4 ou 5 jours seulement, le reste du temps nous mangions n’importe quoi, les herbes sauvages par exemple. Tout ce que les lapins mangeaient, nous le mangions. Je n’étais pas très courageux, je n’osai voler que des navets. Il fallait faire cinq à six kilomètres pour voler car si on volait trop près du camp, on nous aurait accusé tout de suite. Tout le monde volait sauf peut-être les cuisiniers, les plantons et le personnel des bureaux.

Dans ce contexte, le travail était très pénible. Il y a eu des cas d’automutilation. Les gens coupaient des doigts de la main ou du pied pour ne plus travailler. On les envoyait alors à l’hôpital. Dans les hôpitaux, pour être bien traité, il fallait donner des cigarettes, de l’argent aux docteurs et aux infirmiers. Les gens hospitalisés passaient leur temps à jouer aux cartes ou au Soc-Dia (jeu de hasard très populaire au Viêt-Nam NDLR). Les perdants, c’était souvent le mêmes, étaient obligés de voler. C’était donc un cercle vicieux. De 1940 à 1945, il y a eu environ un millier de morts. Beaucoup avaient attrapé la tuberculose, il y avait peu de cas de tuberculose osseuse et pulmonaire mais beaucoup de tuberculose veineuse qui était à l’origine de nombreux décès. Moi-même, j’ai été tuberculeux et j’ai dû faire plusieurs séjours à l’hôpital.

En plus de tout ça, on était indésirable. Les Français du camp disaient aux habitants des alentours que nous avions des dents noires, que nous mangions des hommes et que nous étions d’excellents voleurs. Les gens les croyaient et faisaient très attention à nous. Ça nous mettait en colère. Ce fut notamment à l’origine des bagarres. Certains d’entre nous, étaient très débrouillards, ils mettaient du sable dans des bouteilles et s’en servaient comme arme pour frapper les Français qui, eux, utilisaient leurs fourches. Les gens nous détestaient plus sans doute qu’ils détestent aujourd’hui les Arabes. Nous avions peu de rapport avec les autres travailleurs coloniaux. On ne les aimait pas parce qu’ils savaient parler le français.

Les premières révoltes dans les camps n’étaient pas d’ordre politique. Elles naissaient à cause du mépris des cadres vis-à-vis de nous. Mais la solidarité n’existait pas non plus toujours entre nous. La plupart des interprètes étaient des « lèches bottes ». Il y avait beaucoup de grades qui divisaient les travailleurs en plusieurs catégories. La plupart des cadres et des interprètes faisaient tout pour monter de grade ; ils flattaient les cadres français : ils lavaient leurs vêtements, leur portaient de l’eau… En plus, il y avait des rivalités entre les gens du nord, ceux du centre et ceux de sud. Dans le même dortoir, il y avait des vols de sandales. L’ensemble des Indochinois n’était pas aimé par les Français ; on se demandait toujours : nous sommes des êtres humains comme eux, pourquoi ne nous respectent-ils pas ?

Dans ces conditions, notre unique désir était de rentrer au pays. De 1941 à 1944, on n’a eu aucune nouvelle du Viêt-nam . On entendait quelques brèves nouvelles à la radio sur la situation là-bas. C’était tout. On choisissait aussi parmi nous les plus fidèles à la France pour parler quelques minutes à la radio de Vichy. Ces messages étaient retransmis au pays. Par rapport à la guerre, nous étions indifférents. Que la France gagne ou qu’elle perde, nous avions le sentiment que notre sort serait le même.

A partir de 1944, nous recevions de temps à autre des lettres de nos familles, des brochures, des journaux de là-bas grâce aux Vietnamiens qui travaillaient sur les bateaux et qui débarquaient à Marseille ou à Bordeaux. En août 1945 , nous avons appris qu’il y avait un gouvernement indépendant au Viêt-Nam et on commençait à parler de Hô-Chi-Minh dans les camps. Nous avions beaucoup de respect pour cet homme, pour nous il avait sacrifié son existence pour le pays. A Marseille, nous descendions dans les rues pour réclamer notre rapatriement, on avait envie de rentrer. On ne savait pas pourquoi on nous faisait rester en France, en plus beaucoup étaient sans travail. Puis, on a commencé à s’organiser. Notre mouvement était très fort et dérangeait le gouvernement qui voulut alors nous faire rapatrier au plus tôt. Mais beaucoup ne voulait plus rentrer à cause de la guerre. Nous avons alors posé parmi les conditions à notre rapatriement l’arrêt immédiat de la guerre.

En mars 1948, je suis de nouveau parti de mon camp ; puis, j’ai du revenir à l’hôpital à cause de ma tuberculose. En février 1952 je suis sorti de l’hôpital et je suis allé à Paris. Je ne pouvais pas laisser ma femme et mes enfants en France. J’ai demandé l’autorisation de rester provisoirement en France auprès de ma famille et pour me soigner. »

Dang Van Long, février 1988.

Source : extrait de Tran-Nu (Luguern), Liêm-Khê, Les travailleurs indochinois en France de 1939 à 1948, Mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Vigier, Université Paris X Nanterre, 1988, Annexe 1, pp. 157-158.

* * *

Dang Van Long est l’auteur de deux ouvrages en langue vietnamienne sur le sujet :

  • Đặng Văn Long, Lính thợ O.N.S., Hanoi : NXB Lao Động, 1996.
  • Đặng Văn Long, Người Việt ở Pháp, 1940-1954, Paris : Tủ sách nghiên cứu, 1997.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2014 : Séance 2

Année universitaire 2014-2015 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre

vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

* * *

Séance 2 – Mardi 7 octobre 2014

Les « Travailleurs indochinois » dans l’Europe en guerre

 Mémoiresd'Indochine_2014

Cette séance sera entièrement consacrée à la question des “Travailleurs indochinois”, principalement d’origine vietnamienne, enrôlés de force ou engagés volontaires lors des deux guerres mondiales pour soutenir “l’effort de guerre”. Une première vague amena plus de 90.000 “lính thợ” (soldats et ouvriers) en France pendant la guerre de 1914-1918 de laquelle la France sortit victorieuse. Une seconde vague concerna environ 20.000 recrutés pendant le second conflit mondial dans le contexte de la défaite de 1940 et de l’occupation allemande. En suivant le parcours de certains d’entre eux à travers les documents proposés, nous aborderons la question plus générale des migrations coloniales et du contact avec le colonisateur. Nous interrogerons la pratique mémorielle autour des “Travailleurs indochinois” et le rapport particulier de ces “immigrés malgré eux” avec le Viêt-Nam.

 

Extrait de texte à discuter dans la 1ère partie :

En complément, voir le portrait de Nguyen Van Thanh sur TV5 Monde (7/09/2012) et sur Mémoires d’Indochine.

 

Projection d’un extrait du film de Lam Lê dans la 2ème partie :

  • Cong Binh, la longue nuit indochinoise, Adr Productions, Blaq out collection, 2013.
insigne_MOI
Insigne du Service de la Main d’oeuvre indigène, nord-africaine et coloniale (MOI)

Lectures complémentaires :

  • Anh Van, « Les travailleurs vietnamiens en France, 1939-1950 », Chroniques vietnamiennes, n°4, été 1988, pp. 10-17.
  • Daum, Pierre, Immigrés de force. Les travailleurs indochinois en France (1939-1952), Arles : Solin / Actes Sud, 2009. Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/134002601 / Cote IAO : 604AI.13/170. Voir également : “A propos d’un livre”, Carnets du Viêt Nam, n° 23, octobre 2009, pp. 18-21, notamment la note de lecture de Pierre Brocheux en ligne sur le site de Pierre Daum immigresdeforce.org (PDF).
  • Le Van Ho, Mireille, Des Vietnamiens dans la Grande guerre, Paris : Editions Vendémiaire, coll. Empires, 2014. Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/180917293
  • Memmi, Albert, Portrait du colonisé, précédé de Portrait du colonisateur, Paris : Gallimard, Folio Actuel, 2002 (première édition en 1957). Notice SUDOC pour cette édition : http://www.sudoc.fr/06989177X / Cote IAO pour l’édition de 1985 : 600AA.02/98
  • Tran-Nu (Luguern), Liêm-Khê, Les travailleurs indochinois en France de 1939 à 1948, Mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Vigier, Université Paris X Nanterre, 1988. Document en ligne sur le site travailleurs-indochinois.org (PDF).
  • Tran-Nu (Luguern), Liêm-Khê, « Les travailleurs indochinois en France de 1939 à 1948 », Actes de l’Histoire de l’Immigration, 2001, article en ligne (première édition en 1989 dans le Bulletin du Centre d’histoire de la France contemporaine, n° 10 (p. 5-21), publié à l’Université de Nanterre).

Autre document vidéographique sur le sujet :

  • Dzu Le Lieu, Les hommes des 3 Ky, documentaire, K Production, 1996, 52 mn. (parution chez La Médiathèque des Trois Mondes en 2001, VHS).

* * *

Sitographie dédiée à l’histoire des ONS vietnamiens :

travailleurs.indochinois.org

immigresdeforce.com

Lịch sử những người nông dân Việt Nam tại Pháp

Document pédagogique destiné aux collèges et lycées (PDF)

Les travailleurs indochinois en France pendant la Seconde Guerre mondiale (Dossier thématique réalisé par Liêm-Khê Luguern)

Liêm-Khê Luguern : Les “Travailleurs Indochinois”. Etude socio-historique d’une immigration coloniale

[ndlr] Signalement d’une thèse importante sur les “Travailleurs indochinois” soutenue le 19 juin 2014 à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales).

 

Les “Travailleurs Indochinois”

Etude socio-historique d’une immigration coloniale

SoLinhTho
Source : Vietdom.Blog

Thèse pour l’obtention du doctorat d’histoire présentée par

Liêm-Khê Luguern sous la direction de Gérard Noiriel

 

Jeudi 19 juin 2014, 14h30

EHESS 190 av. de France, 75013 Paris, Salle 015

 

Résumé

Cette thèse retrace l’histoire des 20 000 Indochinois requis en métropole en 1939 par le ministère du Travail dans les usines travaillant pour la Défense Nationale avant d’être pour partie rapatriés entre 1948 et 1952. Elle analyse dans une démarche socio-historique l’élaboration d’un « récit » de l’histoire des « travailleurs indochinois » de la Seconde Guerre mondiale et les obstacles méthodologiques, épistémologiques et conjoncturels qui s’y sont opposés. Elle questionne l’apparition médiatique de la figure du « travailleur indochinois », dans un contexte de réception collective travaillé par la question des identités. Pour dépasser le cadre imposé par ce « présent mémoriel », l’histoire des « travailleurs indochinois » replace les parcours de ces hommes dans le mouvement plus large des circulations en situation coloniale et impériale. Elle met ainsi en évidence le poids du déterminisme social dans l’expérience migratoire. Au-delà du discours public et de la catégorisation étatique, la déconstruction d’une domination montre l’extrême diversité de situations et de parcours sociaux que masque l’entité « travailleurs indochinois ». Elle conduit ainsi à contester la notion d’« imaginaire colonial », en montrant que les représentations et les témoignages sont ici le produit d’une lutte et d’une coproduction où l’élite lettrée des Indochinois a joué un rôle majeur. Interrogeant le glissement actuel dans les débats publics du « social » vers le « racial », mais aussi les notions de « subalterne » et de « fracture coloniale » qui réduisent les rapports sociaux à l’antagonisme colon / colonisé, cette thèse entend ainsi contribuer à déconstruire la catégorie d’immigration postcoloniale.

Mots-clés : colonisation, catégorisation, élites indigènes, Indochine, migration, mémoire, post-colonial, représentation, réquisition, Seconde Guerre mondiale, Subaltern Studies, Viêt-nam

Jury :

  • Alban BENSA, directeur d’études EHESS
  • Andrew HARDY, maître de conférences, École Française d’Extrême-Orient (EFEO)
  • Gérard NOIRIEL, directeur d’études EHESS, directeur de thèse
  • Philippe PAPIN, directeur d’études, EPHE
  • Philippe RYGIEL (Rapporteur), professeur, Université Paris - Ouest - Nanterre - La Défense
  • Emmanuelle SAADA (Rapporteur), professeure associée, Université Columbia, New York

Source : IRIS / EHESS

Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/180145630