Archives par mot-clé : Seconde guerre mondiale

Guillaume Zeller : Les cages de la Kempeitaï – Les Français sous la terreur japonaise. Indochine, mars-août 1945

Parution d’un ouvrage sur le sort relativement méconnu des Français après le coup de force japonais du 9 mars 1945 en Indochine. Présentation de l’éditeur.

9 mars 1945. Les Japonais s’emparent de l’Indochine française alors que l’issue de la guerre du Pacifique en faveur des Alliés ne fait plus le moindre doute. Après ce coup de force, ponctué de nombreux massacres, des milliers de Français, civils ou militaires, sont déportés dans des camps, incarcérés dans des prisons ou assignés à résidence.

Ces hommes et ces femmes connaissent des conditions de détention effrayantes dans les cachots et bagnes qui jalonnent la péninsule du nord du Tonkin jusqu’au sud de la Cochinchine. Sous la surveillance de la Kempeitaï, surnommée la « Gestapo japonaise », ils participent à des travaux harassants, souffrent de la faim et de la soif, subissent coups et tortures quand ils ne sont pas entassés dans des cages à tigres fétides d’où ils ne voient jamais le jour.

On estime que plus de 3 000 Européens sont morts pendant cette période. Les rescapés, dont les grands-parents de l’auteur, ont toujours été convaincus de ne devoir la vie qu’aux explosions nucléaires d’Hiroshima et Nagasaki. Ces Français du bout du monde demeurent pourtant oubliés, écrasés entre la libération de la métropole et la guerre d’Indochine qui s’annonce, quand ils ne sont pas soupçonnés de complaisance envers le régime de Vichy. Plus de 70 ans après, il est temps que cette tragédie occupe sa juste place dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Guillaume Zeller est journaliste. Il a été directeur de la rédaction d’i-Téléet de Direct 8. Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, il est titulaire d’un DEA d’histoire contemporaine. Aux éditions Tallandier, il a déjà publié Oran, 5 juillet 1962. Un massacre oublié (2012) et La Baraque des prêtresDachau, 1938-1945 (2015).

Source : Tallandier

Géographies de la mémoires – Rencontre avec Dominique Chevalier – 18 décembre 2018

[ndlr] Annonce d’une conférence/débat à la Bibliothèque Diderot de Lyon.

Parlez-nous de…

Géographies de la mémoire

Mardi 18 décembre 2018
17h-19h
Hall de la bibliothèque
Entrée libre

Rencontre avec Dominique Chevalier, MCF-HDR en géographie à l’UCB-Lyon 1-ESPE animée par Muriel Salle, MCF en histoire à l’UCB-Lyon 1 (UMR 5190 – LARHRA).

Dominique Chevalier, Maîtresse de conférences en géographie à l’Université Claude Bernard – Lyon 1 et à ESPE travaille sur le thème des valorisations et dévalorisations des territoires urbains, et s’intéresse aussi aux questions de spatialisation des mémoires douloureuses et aux effets de cette mise en espace.

Dans son ouvrage Géographie du souvenir, ancrages spatiaux des mémoires de la Shoah, elle étudie les lieux de mémoires de la Shoah, leur géographie et leur insertion dans un environnement urbain.

Elle dialoguera avec Muriel Salle, Maîtresse de conférences en histoire au Laboratoire de recherche histoire Rhône-Alpes (LARHRA).

Réf. : Géographie du souvenir. Ancrages spatiaux des mémoires de la Shoah / Dominique Chevalier, préface de Denis Peschanski. Paris : L’Harmattan, 2017 (Géographies et culture). Présentation de l’éditeur.

Source : BDL

Vietnam-Indochina-Japan Relations during the Second World War [parution]

[ndlr] Parution du deuxième volet du projet de recherche de la Japan Society for the Promotion of Science (JSPS), n° 25243007 intitulé “Comprehensive Study for New Developments in Japan-French Indochina-Vietnam Relations during the Second World War”.

Volume édité sous la direction de Masaya Shiraishi, Nguyen Van Khanh et Bruce M. Lockhart, Tokyo : Waseda University Institute of Asia-Pacific Studies (WIAPS), February 2017, 333 p.

 

Sur le premier volet de ce projet, voir : https://indomemoires.hypotheses.org/17760

 

 

L’Empereur japonais rencontrera les femmes et enfants des soldats japonais ayant combattu au Vietnam [VnExpress]

[ndlr] Article traduit du vietnamien (RDP de l’ambassade de France à Hanoi).

VnExpress – L’empereur Akihito et l’impératrice Michiko entameront le 28 février leur visite au Vietnam. D’après l’agence de presse Kyodo, qui cite le gouvernement, ils prévoient de rencontrer le 2 mars à Hanoi les femmes et enfants des soldats japonais qui ont combattu au Vietnam pendant la Seconde Guerre mondiale.

Parmi les troupes impériales japonaises déployées dans la péninsule indochinoise, environ 600 personnes sont en effet restées sur place après la capitulation de Tokyo en août 1945. Nombre d’entre elles ont rejoint les Viet Minh pour lutter contre les colonialistes français de 1946 à 1954. Plus de la moitié ont été tués au combat ou sont morts de maladie.

Beaucoup de soldats japonais ont à l’époque épousé des Vietnamiennes, avec lesquelles ils ont eu des enfants. Ils n’ont toutefois pas été autorisés à rentrer au pays avec leurs familles à l’issue des conflits. Les femmes et enfants des soldats japonais représenteraient ainsi aujourd’hui quelques centaines de personnes.

L’empereur et l’impératrice du Japon rencontreront le Président de la République Tran Dai Quang le 1er mars. Ils séjourneront à Hue à partir du 3 mars, où ils rencontreront les volontaires de la Coopération internationale (JOCV) et les expatriés japonais. Le couple impérial s’envolera ensuite pour Bangkok le 5 mars.

Il s’agit de la première visite à l’étranger de l’Empereur après son souhait d’abdiquer pour des raisons de santé en août dernier. « Nous croyons que la visite d’État au Vietnam de l’empereur et de l’impératrice deviendra une nouvelle étape importante et riche de symboles dans les relations d’amitié et de coopération entre nos deux pays“, a déclaré Dao Viet Trung, président du cabinet du président de la République en décembre dernier.

Source originale : Nhu Tâm, Nhật hoàng sẽ gặp vợ con của lính Nhật từng tham chiến ở Việt Nam, VnExpress, 13/02/2017.

 

Image “à la une” : voir Ảnh hiếm: Quân Nhật Bản thời kỳ chiếm đóng Đông Dương, [Images rares : l’armée japonaise pendant la période de l’occupation de l’Indochine], Kien Thuc, 29/12/2013.

Archives : Direction des travailleurs indochinois (1939-1957) [CAOM]

[ndlr] Sur indication de Pierre Daum : “Les archives des Travailleurs indochinois enfin accessibles !”.

 

Direction des travailleurs indochinois (1939-1957)

Origine Ministère des Colonies – Direction des travailleurs indochinois
Cote de référence FR ANOM 4302 COL
Référence Internet ark:/61561/nq611aur
Description matérielle 139 articles, 13 m. l.
Langue des unités documentaires français
Langue des unités documentaires quôc-ngu
Organisme responsable de l’accès intellectuel Archives nationales d’outre-mer

29, chemin du moulin de Testa, 13090 AIX-EN-PROVENCE, FRANCE

Ce fonds concerne l’organisation et le fonctionnement de la direction des travailleurs indochinois du ministère des Colonies. Il comprend également quelques dossiers produits par le service de la Main-d’œuvre indigène, nord-africaine et coloniale qui l’a précédé. Une partie des dossiers intéresse la création, l’organisation et la dissolution du service, à travers les textes réglementaires, les notes de service et la nombreuse correspondance concernant notamment le personnel européen et indochinois.

Ce fonds concerne au premier chef les travailleurs indochinois : le recrutement et l’immatriculation en Indochine, le convoiement (vers et depuis la base principale de Marseille), la répartition dans les différentes compagnies, la mise à disposition des entreprises privées après l’armistice, la gestion des salaires et du pécule, le suivi sanitaire, l’assistance morale et de manière plus générale les conditions de vie au sein des unités. Parmi les documents particulièrement remarquables de cet ensemble, on peut souligner l’intérêt des registres de gestion du pécule. Ils se présentent sous la forme de listes nominatives classées par numéro de matricule (et donc par zone géographique d’origine des travailleurs).

On y trouve également des informations liées aux dates d’arrivée, de rapatriement et de levée de réquisition des travailleurs. Les dossiers se rapportant aux comptes-employeurs renseignent sur le stationnement des unités, les salaires et primes, à travers les contrats de travail et de nombreux rapports mensuels. Les notes des commandants de légion ainsi que les comptes rendus de mission des inspecteurs, souvent accompagnés de tableaux nominatifs, donnent des précisions sur le quotidien des travailleurs et sur leurs conditions de travail. La surveillance étroite dont les ouvriers faisaient l’objet a donné lieu à la rédaction de rapports, notes, correspondances, comptes rendus de visites. Ces documents traduisent leur engagement politique, qu’ils soient déserteurs, résistants ou militants au sein de groupements syndicaux ou de partis politiques. Les familles des travailleurs sont quant à elles évoquées dans les dossiers d’aide sociale (demandes d’allocations, demandes de travailleurs mariés à des françaises).

Le fonds de la direction des travailleurs indochinois est essentiel pour la compréhension de la gestion de la main-d’œuvre indochinoise par l’administration coloniale durant la seconde guerre mondiale. Il doit cependant être complété par les dossiers produits par d’autres services du ministère des Colonies conservés aux ANOM (voir sources complémentaires).

Lire la suite : ANOM

Asiatiques au travail en France durant les deux guerres mondiales – Journée d’études – 1er avril 2016

Affiche de la journée d’études consacrée aux Travailleurs indochinois. Vendredi 1er avril 2016, Université Toulouse – Jean Jaurès, Maison de la Recherche, salle D30 avec Laurent Dornel, Daniel Héméry, Mireille Lê Van Hô, Liêm-Khê Luguern et Laure Teulières.

JournéeEtudes_TravailleursIndochinois_Toulouse04-2016Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Les travailleurs Indochinois en région toulousaine pendant les deux guerres mondiales

[ndlr] Annonce d’une journée d’études consacrée aux “Travailleurs indochinoise” du Sud-Ouest de la France suivi d’une exposition.

Les travailleurs indochinois en région toulousaine pendant les deux guerres mondiales (1914-18 / 1939-45)

Journée d’études

Vendredi 1er avril 2016 (14 h – 17 h)

Avec la participation de Laurent Dornel, Daniel Hémery, Mireille Lê Van Hô, Liêm-Khê Luguern…

Le laboratoire FRAMESPA organise une journée d’études à la Maison de la Recherche, Université de Toulouse-Jean Jaurès, salle D30, suivie d’une conférence-débat à 19 heures et du vernissage de l’exposition “Les travailleurs Indochinois en région toulousaine pendant  les deux guerres mondiales” à 20 h30.

★ ★ ★

Exposition

du 2 au 23 avril 2016

à l’Espace Diversités Laïcité, 38 rue d’Aubuisson, Toulouse

Exposition conçue par Dzu Lê-Liêu, Liêm-Khê Luguern et Laure Teulières

L’exposition rapproche de façon inédite l’expérience d’une migration coloniale durant les deux guerres mondiales. En 1915, puis en 1940, des dizaines de milliers d’Indochinois, des Vietnamiens surtout, ont été amenés en France. Les archives font revivre la dure condition des travailleurs, le dépaysement, l’exploitation, mais pour certains aussi l’occasion d’un itinéraire social atypique, de solidarités et de fréquentations nouvelles… L’iconographie fait redécouvrir ce pan d’histoire méconnue et les sites concernés en région toulousaine. À travers les témoignages, et les transformations d’une génération à l’autre, c’est le point de vue de ces hommes qui s’exprime, ceux rentrés au pays comme ceux qui ont poursuivi leur vie en France.

Télécharger le Flyer : ExpoTravailleursIndochinois_Toulouse2016