Archives par mot-clé : séance bilan

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2013 : Récits de vie et Bilan

Année universitaire 2013-2014 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

 Mémoires d’Indochine :

 Regards internes sur la décolonisation et la guerre

 au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

MémoiresIndochine2013ter

Séance bilan – Mardi 19 novembre 2013

 « Récits de vie » / Bilan du séminaire

La dernière séance propose une discussion autour de deux récits de vie. Le premier concerne la vie politique de M. Claude Vo Thanh Loc (1912-1988), un Vietnamien résidant en France depuis les années vingt, passé de la mouvance communiste libertaire anticolonialiste au nationalisme puis au catholicisme social. Sa fille, Mme Marie-France Vo présentera son parcours en s’appuyant sur des documents personnels et des publications inédites. Le second récit présenté par Louis Raymond concerne les vicissitudes d’une famille vietnamienne face aux événements historiques au Cambodge puis au Viêt-Nam (Sud) pendant la période de la guerre.

Le bilan du séminaire consistera en une discussion critique générale sur les thématiques abordées, les concepts étudiés, les questionnements en cours sur l’histoire et la mémoire de ces trois pays et leurs interactions complexes. Seront abordés les possibles améliorations du séminaire tant sur le plan pratique qu’au niveau du contenu.

 

* * *

Claude Vo-Thanh-Loc (1912-1988) :

parcours d’un vietnamien nationaliste, social-chrétien.

par Marie-France Vo

Vo_Thanh_Loc_déc.1967
Le professeur Vo Thanh Loc à Lyon en 1967 © MF Vo

« Dire, faire savoir, interroger et reconnaître les drames personnels et collectifs de la péninsule indochinoise au XXe siècle »

Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

Bilan – lundi 24 décembre 2012

« Dire, faire savoir, interroger et reconnaître les drames personnels et collectifs de la péninsule indochinoise au XXe siècle »

* * *

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synthèse de François Guillemot avec les contributions de : Pierre-Emmanuel Bachelet (PEB), Géraud Beaudonnet (GB), Camille Belléguic (CB), Joachim Boittout (JB), Eva Claude (EC), Clémence Oliviero (CO), Adèle Pinet (AP), Stéphane Verdeille (SV), Aranone Zarkan Al Farekh (AZAF).

Le séminaire Mémoires d’Indochine a rassemblé cette année neuf étudiants de l’ENS de Lyon et de Sciences Po Lyon. Grâce à la mise en place du carnet de séminaire le 17 septembre dernier, l’audience s’est démultipliée (plus de 7500 visiteurs différents depuis l’ouverture) et démontre l’intérêt que la thématique des questions mémorielles en péninsule indochinoise suscite. A ce titre nous remercions chaleureusement les différents contributeurs de ce carnet qui ont échangé avec nous des informations ou participé à nourrir le débat (par ordre alphabétique) : Pierre Brocheux, Laurent Dartigues, Pierre Daum, Dominique Foulon, Christopher Goscha, Caroline Grillot, Alain Guillemin, Annick Le Bourlot, Denis Leroux, Liêm-Khê Luguern, Jean Maïs, Nguyên Huu Tân Duc, Nguyên Ngoc Châu, Nguyên Thê Anh, Philippe Papin, Jean-Pierre Renaud, Emilien Ruiz, Alain Ruscio.

Les étudiants du séminaire ASIOC des années précédentes ont commencé à apporter leurs contributions comme Marie Bellot (Université Lumière Lyon 2), Sarah Cuvelier, Nicolas Leprêtre (IAO), Stéphanie Martel (Université de Montréal), Pauline Seguin (Alliance Française Chine). Les compte-rendus de lecture des étudiants de cette promotion seront également mis en ligne tout au long du second semestre. Nous proposons ci-après un aperçu du contenu du séminaire à travers une rédaction collective.

Façons de se raconter

Au fil des sept séances de trois heures chacune, l’histoire contemporaine de trois pays de la péninsule indochinoise, le Cambodge, le Laos et le Viêt-Nam, a été revisitée sous l’angle des littératures autobiographiques produites par des acteurs locaux, citoyens de ces trois pays. Le corpus des textes proposés à la discussion s’est organisé autour d’une quinzaine de témoignages de diverse nature (Mémoires politiques, témoignages, récits personnels, romans autobiographiques, journaux intimes…) et de textes politiques (Manifeste, programme d’action, lettre de militant). Pour certains de ces textes, il ne s’agissait pas tant d’adopter « le pacte biographique » tel que l’entend Philippe Lejeune [1] que de témoigner à visage découvert d’une époque, d’un phénomène (guerre, révolution, exode, enfermement) ou d’un destin extraordinaire. Ces textes n’échappent pas à une forme d’héroïsation de l’auteur et servent parfois d’autojustification à des actes politiques [2]. Se raconter n’est jamais anodin. Ce qui est particulièrement vérifiable lorsque des acteurs importants de l’histoire se mettent en scène dans leurs mémoires (Bao Dai, Ho Chi Minh, Nguyen Cao Ky, Norodom Sihanouk, Tran Van Don…) [3]. Pour d’autres, il s’agit de retranscrire une histoire familiale (Dang Phuong Nghi, Duong Van Mai Elliott, Le Ly Hayslip [4]), de défendre un positionnement social ou militaire particulier pendant la guerre (par exemple : Lam Quang Thi, Nguyen Thi Dinh, Sisouk na Champassak [5]).

L’expression écrite revêt plusieurs formes : le journal intime pour Dang Thuy Tram (qui n’était pas initialement destiné à être publié) [6], le carnet de guerre pour le Viêt-Minh Pham Thanh Tâm [7] mais aussi pour l’écrivain Phan Nhat Nam au Sud [8], les mémoires politiques (par exemple pour Bui Diem, ancien ambassadeur de la République du Viêt-Nam aux Etats-Unis [9], ou Vu Thu Hien, ces dernières étant présentées par son auteur comme celles « d’un homme qui ne fait pas de politique » [10]), les récits de vie comme ceux de Xuan Phuong, de Le Ly Hayslip, de Kim Lefèvre [11], le roman pour Tran Thi Hao ou Nha Ca de façon plus indirecte [12]. Le graphisme s’est imposé dans cette expression personnelle, initié par Vann Nath, rescapé de Tuol Sleng, pour dire la brutalité des Khmers rouges [13]. Expression graphique que la jeune bande dessinée khmère s’est aujourd’hui appropriée.

Détail important à souligner, très souvent les mémoires sont à l’origine des témoignages oraux retranscrits par une autre personne. Ceci est clairement établi dans le cas des mémoires du général Vo Nguyen Giap, retranscrites habituellement par l’écrivain Huu Mai [14]. Pour d’autres comme Nguyen Xuan Chu ou Pham Van Lieu, il semble que l’historien Vu Ngu Chieu des éditions Van Hoa (Houston, Texas) ait contribué à leur rédaction [15]. De même, il est de notoriété publique que les mémoires de l’ex-Empereur Bao Dai aient fait l’objet d’une retranscription par un proche [16]. Le Ly Hayslip, Xuan Phuong ou Truong Nhu Tang et bien d’autres encore ont publié leur texte avec la collaboration d’un auteur occidental [17] comme tout Rithy Panh pour L’élimination, texte fort pour lequel l’écrivain Christophe Bataille à prêter sa plus belle plume. L’ouvrage est d’ailleurs signalé comme étant co-écrit par deux auteurs. Les exemples pourraient ainsi se multiplier et le choix d’une co-écriture analysé cas par cas. Pour les mémoires publiés au Viêt-Nam, il faut encore aujourd’hui compter sur le Comité d’Education et de Propagande (Ban Tuyên giáo) du PCV pour valider les informations contenues dans les textes soumis à publication qu’ils soient rédigés dans le pays même ou traduits de l’étranger [18].

Enfin, l’oralité ne doit pas être oubliée dans l’expression des destins personnels. En ce sens, le remarquable travail réalisé dans les années 1980 pour le programme Vietnam a Television History pour recueillir les témoignages sur la guerre du Viêt-Nam offre un matériau très riche à l’historien. Ils sont disponibles en ligne sur le site de la fondation WGBH Media Library & Archives[19]. Dans le même ordre d’idées, Rithy Panh a monté un projet similaire au Cambodge, le Centre Bophana – Centre de Ressources audiovisuelles, afin de recueillir les témoignages audio/vidéo des victimes du génocide. Le centre propose également un ensemble de données (textuelles et audiovisuelles) sur l’histoire récente du Cambodge, du protectorat à nos jours. [20]

Témoigner, résister, dire pour survivre

Quelques sujets clés ont organisé notre réflexion sur l’évolution de la péninsule indochinoise au XXe siècle : occupation japonaise, résistances locales, révolutions nationaliste et communiste, guerres civiles, mobilisations populaires, réforme agraire, enfermement, massacres, exode. Ces thématiques se retrouvent assez largement dans les récits et les mémoires proposés dans le séminaire. Par exemple, Bui Tin adopte une analyse chrono-thématique dans son exposé du destin de la RDVN en guerre [21].

Exorciser un passé traumatisant se révèle particulièrement probant dans le cas cambodgien. Bon nombre de récits du simple citoyen au souverain se concentrent sur la période tragique du Kampuchéa Démocratique des Khmers rouges. Exorciser l’horreur et perpétrer une histoire familiale apparaissent comme étant les deux objectifs poursuivis par les survivants et leur descendance. Cette volonté de témoigner sur cette période revêt la forme d’un acte politique pour faire savoir au monde l’horreur du totalitarisme. Une dimension universelle interrogée par Rithy Panh dans L’élimination :

Que dire d’un pays qui devient, en soi, un gigantesque camp de travail ? Comment qualifier ces 1,7 million de morts en quatre ans, et sans moyens d’extermination de masse ? Dictature par la terreur ? Crime contre l’humanité? Suicide d’une nation? Derrière ces crimes, il y a une petite poignée d’intellectuels ; une idéologie puissante ; une organisation sans faille ; une obsession du contrôle, et donc du secret ; un mépris total de l’individu ; un recours absolu à la mort. Oui, il y a un projet humain. C’est pourquoi les expressions « suicide d’une nation », « autogénocide » ou « politicide » me déplaisent profondément – encore qu’elles arrangent tout le monde. Une nation qui se suicide est un corps unique. Et un corps retranché du corps des nations. Elle est énigmatique, inatteignable. C’est une nation malade. Folle, peut-être. Et le monde reste innocent. Or dans les crimes du Kampuchéa démocratique, dans l’intention de ces crimes, il y a bien l’homme, l’homme dans son universalité, l’homme dans son entièreté, l’homme dans son histoire et dans sa politique. Nul ne peut considérer ces crimes comme un particularisme géographique ou comme une bizarrerie de l’histoire: au contraire, c’est le XXe siècle qui s’accomplit en ce lieu, c’est même tout le XXe siècle. C’est une formule excessive, bien sûr, mais dans son excès elle livre une vérité: ces crimes ont été formés dans les Lumières [22].

Pour les jeunes générations khmères, le récit de cette blessure familiale prend la forme de d’images fortes comme des clichés photographiques pour élaborer des romans graphiques plus directs que l’écriture.

Des comparaisons avec les modèles communistes chinois ou nord-coréens peuvent être faites. Par exemple Géraud Beaudonnet et Camille Belléguic ont souligné à plusieurs reprises la similarité des récits vietnamiens avec le témoignage de Jung Chang (Les cygnes sauvages) [23].

Autre pays mais même contexte, cette fille de fonctionnaires chinois écartés pendant la Révolution culturelle retrace l’itinéraire de sa famille en trois générations au gré de l’histoire chinoise. Ces témoignages « par le bas » mettent en lumière des mêmes manières de subir une réunion de dénonciation ou encore les camps de rééducation en RDVN et en Chine populaire. (GB)

Entre les trois pays de la péninsule des similitudes sont aussi opérantes comme dans les récits de rééducation laotiens ou vietnamiens. Le fracas de la guerre, le choc des révolutions, l’obligation de faire des choix, de choisir un camp, apparaissent comme des étapes cruciales des récits des grands et petits acteurs de l’histoire de la péninsule indochinoise.

* * *

Les exposés ont relayé et approfondi les questions mémorielles sous-jacentes aux événements tragiques de la péninsule au cours du XXe siècle. D’un point de vue thématique, les exposés ont pu balayer un large éventail de sujets que chaque intervenant a pris le soin de résumer dans le rappel qui suit.

A partir d’une lecture de l’ouvrage de Christopher Goscha, Vietnam or Indochina, Aranone Zarkan Al Farekh s’est plongée dans les concepts d’espace national et de territoire indochinois [24].

L’Indochine s’est révélée être autre chose qu’un territoire homogène et continu, mais bien plutôt une mosaïque composée du Cambodge, du Laos et de l’Annam, le Tonkin et la Cochinchine (tous trois formant l’actuel Viêt-Nam) que les Français ont tenté d’unifier sous leur égide. Les gouvernements coloniaux successifs, de la fin du XIXe siècle jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, mettent en œuvre des stratégies qui entrent en contradiction avec l’idée même d’unité indochinoise. En effet, pour réaliser l’unité indochinoise rêvée, les Français se sont appuyés principalement sur les Annamites (Vietnamiens), ainsi l’administration indochinoise se révélait être une administration annamite et ce même au Cambodge et au Laos au détriment des locaux. Dès lors, l’identité indochinoise, s’inscrivant dans le territoire indochinois, n’a pu se construire que partiellement et uniquement dans certaines consciences annamites. À partir des années 1920, le désir d’indépendance grandit chez les Annamites nationalistes (communistes et conservateurs) formés dans les universités françaises. Parallèlement les nationalismes cambodgien et laotien s’affirment. Si les Français s’efforcent d’empêcher l’effritement de l’Indochine, c’est après 1945 (lors de la guerre d’Indochine) que devient tangible l’idée d’une fédération indochinoise dans la mesure où Vietnamiens, Cambodgiens et Laotiens se retournent contre le protectorat français. L’unité qui se réalise dans la guerre prolonge cependant la prédominance vietnamienne. (AZAF)

La guerre d’Indochine a été abordée par le biais des témoignages « vus d’en face » [25].

La guerre d’Indochine nous est souvent racontée au travers des témoignages d’anciens combattants français, films de guerre adoptant le point de vue français. Lire les récits des soldats vietnamiens notamment autour de la bataille symbolique de Dien Bien Phu avait deux intérêts majeurs. D’une part, cela permet de souligner le caractère universel de la guerre : le même chaos, la même diversité des trajectoires individuelles dans le conflit, la même humanité au contact de l’inhumanité, quelque soit le camp. D’autre part, cela interroge sur la perception que l’on a de cette guerre en particulier : contre une lecture de l’histoire qui tendrait à mettre en avant l’incompétence de l’état-major français pour expliquer la défaite des colonisateurs, il est possible d’y substituer une autre lecture qui pointe l’intelligence, l’organisation et la combativité du Viêt-Minh pour expliquer la victoire des colonisés, acteurs de leur propre histoire. (CB)

Sur les questions de la guerre replacée dans son contexte régional, Joachim Boittout à l’appui de témoignages rédigés en langue chinoise publiés dans la revue Old Pictures (老照片) [26] a décrypté avec soin les motivations et expériences de militaires chinois à plusieurs époques.

En se fondant sur trois récits de soldats engagés dans le conflit vietnamien de 1965 à 1967 et durant les premiers mois de l’année 1979 à l’occasion du conflit sino-vietnamien, on pu rendre compte de la partialité des auteurs de ces témoignages, qui, à l’exception notable de l’un d’entre eux, adoptent une position ouvertement prochinoise. En dépit d’une rédaction désireuse de ranimer le souffle internationaliste qui animait les combattants chinois envoyés sur le front vietnamien, les auteurs se montrent extrêmement sévères à l’égard de la politique menée par Hanoï dès 1975. Par conséquent, c’est à partir d’un point de vue surplombant, qui invite à lire les trois textes dans le contexte géopolitique régional (relations sino-vietnamiennes) et international (forte dégradation des relations sino-soviétiques) de l’époque, que ces témoignages individuels ont été appréhendés. Cette démarche a ainsi permis d’en souligner la forte idéologisation et leur vocation à écrire l’Histoire en se fondant sur un vécu personnel, susceptible d’être compris à travers le prisme d’intérêts stratégiques dépassant la simple expérience des acteurs de ces récits. (JB)

La guerre civile vietnamienne a touché de plein fouet les populations civiles. Mais comment s’est-elle déroulée sur les hauts-plateaux et quel contact s’est opéré avec les montagnards pendant cette période troublée sont des questions que Pierre-Emmanuel Bachelet a étudiées à travers l’histoire du FULRO, le principal front montagnard [27].

Ce mouvement, d’abord appelé FLM, est apparu à la fin des années 1950 et regroupe alors essentiellement des Montagnards du sud du Vietnam, dont le leader est le Rhadé Y Bham Enuôl. Il change plusieurs fois de nom et se greffe en 1960 au FULRO khmer du Cam Lès Kosem, dont le but est de faire renaître le royaume du Campa. Ces personnalités complexes vont alors entrer en conflit quant aux objectifs à privilégier, quant au parti auquel s’associer dans le cadre de la guerre du Vietnam, et ces dissensions conduisent à l’éclatement du mouvement en 1975. Le FULRO demeure malgré tout une référence identitaire commune, pour les Cam comme pour les Montagnards, qui rappelle le combat des minorités indochinoises pour leur reconnaissance. (PEB)

Le rôle des femmes dans la guerre en péninsule indochinoise est souvent sous-estimé et encore relativement mal connu. Des enquêtes sont actuellement en cours au Laos et au Viêt Nam pour recueillir la voix des femmes et de leurs différentes expériences de guerre. Stéphane Verdeille a exposé les destins de deux d’entre-elles [28].

Deux femmes qui à travers leurs récits, que ce soit La jeune fille et la guerre de Tran Thi Hao ou Ao Dai. Du couvent des Oiseaux à la jungle du Viêt-minh de Xuan Phuong nous montrent l’importance du rôle des femmes pendant les guerres du Vietnam. Deux rôles différents mais complémentaires, premièrement celui d’une jeune fille qui nous raconte la vie de ceux qui restent et font vivre le pays, les paysannes, les professeurs et, dans le cas de Xuan Phuong, celui d’une femme engagée qui sera tour à tour infirmière, fabricante d’armes, imprimeuse et reporter.

Ils nous montrent la difficulté d’être femme dans un régime qui nie les différences de genre et les problèmes causés alors par les menstrues que l’on doit camoufler au beau milieu des combats, l’utilisation de l’accusation de viol comme arme de guerre pour dénoncer un voisin dont on ne veut plus, mais aussi les raisons qui poussent une jeune fille de seize ans à s’engager, que ce soit l’amour d’un camarade, la haine et les brimades infligés par les colons, le désir de se libérer d’une famille et de traditions trop contraignantes.

Ces livres nous livrent également la peur et l’incompréhension des gens du sud qui voient débarquer ces « sauvages » du nord et ces jeunes femmes qui s’imaginent alors qu’elles vont se faire arracher leurs ongles vernis et couper leurs paupières fardées. Deux livres qui ne sombrent jamais dans le pathétique facile et qui se laissent lire d’une traite et avec passion même si la fin du livre de Tran Thi Hao s’attarde malheureusement sur des histoires d’amour sans grand intérêt. (SV)

Le génocide cambodgien a pris une place importante dans le séminaire pour des raisons assez évidentes : procès des khmers rouges en cours et production de témoignages filmés, écrits ou illustrés. Eva Claude a retracé l’existence de l’ingénieur et écrivain Pin Yathay, survivant du régime des Khmers rouges [29].

Dans son ouvrage Tu vivras mon fils, ce dernier présente un texte personnel, qui offre au lecteur un regard original. Ce regard est celui de l’ancienne élite cambodgienne qui, désabusée par le régime du maréchal Lon Nol, a un temps cru au discours des Khmers rouges. Ingénieur respecté il revient sur son incapacité à concevoir son déclassement. Moins manichéen et plus mature, Pin Yathay couche sur le papier le monde intérieur de ces réflexions qui lui ont permis de survivre alors qu’il devait feindre d’être idiot, de ne « rien voir, ne rien entendre et ne rien savoir ». Aujourd’hui loin de son pays, il s’est reconstruit presque réincarné mais sa mémoire le poursuit et le hante. Il n’a de cesse de témoigner et de mettre en garde contre « des idéaux séduisants de justice et d’égalité qui  pervertis par des fanatiques engendrent l’oppression la plus cruelle et la misère la plus générale ». (EC)

Géraud Beaudonnet s’est intéressé au récent ouvrage de Rithy Panh (co-écrit avec Christophe Bataille) intitulé L’élimination [30].

Rithy Panh qui, jusque là, s’était illustré pour son œuvre documentaire et cinématographique sur le génocide (citons notamment S21, la machine de mort Khmère rouge sorti en 2003 et Duch, le maître des forges de l’enfer, 2012), offre au lecteur son propre témoignage, souvent émouvant, de la répression impitoyable des Khmers rouges tout au long des cinq ans d’horreur du régime du Kampuchéa démocratique. Fils d’un haut fonctionnaire francophone éduqué au service du régime de Lon Nol, sa famille et lui constituent les premières cibles lorsque la guérilla communiste parvient à Phnom Penh en avril 1975. Il nous décrit avec précision le régime de « terreur et faux-semblant » auquel « le nouveau peuple » était assigné. Il mêle à son autobiographie la confrontation qu’il eut avec Duch, responsable de S21, principal camp de la mort Khmer rouge lors de sa détention avant son procès à Phnom Penh, un homme qu’il peint comme manipulateur, mais « terriblement humain » et dont la responsabilité ne peut être mise en doute. Rithy Panh nous rappelle ainsi que dans le cas d’un traumatisme tel que le génocide cambodgien, la quête de vérité doit passer par le témoignage des bourreaux. (GB)

En particulier les années de guerre au Cambodge ont été traitées par Clémence Oliviero sous l’angle des bandes dessinées et romans graphiques de la seconde génération de réfugiés [31].

En se concentrant sur la trilogie de Séra (Impasse et rouge, L’eau et la terre, Lendemains de cendres) et le premier tome de la série d’albums de Tian (L’année du Lièvre T.1 : Au revoir Phnom Penh), ce sont les souffrances du peuple khmer pendant près de 30 ans qui sont envisagées. Tout l’enjeu de la mémoire pour ces auteurs est de raconter ce qu’ils n’ont pas vécu mais qu’ils ont un besoin impérieux d’exprimer. Un long travail de recueil de témoignages a précédé ces œuvres, cathartiques pour eux-mêmes, pour leur famille, mais aussi plus généralement pour tout le peuple khmer. Ces récits de vie ont montré que les dessins sont parfois plus parlants que les mots pour témoigner et transmettre la mémoire. (CO)

Enfin, Adèle Pinet s’est intéressée aux pratiques mémorielles d’une association vietnamienne anticommuniste de Paris, en se basant sur l’ouvrage de l’anthropologue Abdallah Gnaba : La mémoire réinventée [32].

L’Association Générale des Etudiants Vietnamiens de Paris (AGEVP), l’une des plus grandes associations vietnamiennes de Paris, ferait aujourd’hui face à des problèmes intergénérationnels, qui pourraient remettre en cause les raisons mêmes de sa fondation. Face à des générations nées et socialisées en France, les Aînés de l’association ont des difficultés à faire passer le flambeau de la lutte contre le gouvernement de Hanoi, qui représente à leurs yeux la raison de leur exil en France, et de la perte de privilèges dont ils bénéficiaient sous la République du Viêt-Nam (Sud). Les Vietnamiens de deuxième et troisième génération, qui ne connaissent que la France, sont ainsi dans une position délicate, car bien que réceptifs aux récits des souffrances de leurs aînés, ils ne ressentent guère le besoin, ni l’envie de se battre pour retrouver un Viêt-Nam qu’ils n’ont pour la plupart jamais vu. Au-delà du cas vietnamien, ce récit nous permet de comprendre l’importance que revêt la transmission de la mémoire, reconnue par un groupe, pour la pérennisation des pratiques de ce groupe à travers les générations. (AP)

Conclusion

L’étude de ces textes et graphismes a mis en évidence la complexité des parcours biographiques et la diversité des types de témoignages. Le séminaire a pu ainsi rendre compte, à partir d’exemples concrets, des notions d’abus de mémoire, d’oubli et de constructions mémorielles développées par Paul Ricoeur. Si les témoignages peuvent servir l’Histoire (avec un grand H), il ne faut pas oublier la nécessaire obligation de croiser les sources, d’interroger les pratiques discursives, de cerner les éventuels enjeux sociétaux sous-jacents, d’analyser avec la plus grande rigueur possible les données divulguées dans ce type d’ouvrage. Ce travail réalisé, la valeur intrinsèque des mémoires et récits de vie peuvent s’approcher du pacte biographique de Philippe Lejeune ou au contraire s’en éloigner pour rejoindre une position partisane. Sources marginales de l’histoire, elles peuvent devenir indispensables dans l’élaboration d’une nouvelle histoire lorsque les sources archivistiques ont été détruites, sont interdites d’accès ou n’existent pas et pour la compréhension large d’un phénomène comme la guerre ou la révolution et leur impact sur la société. En outre, ces pratiques visant à retranscrire le passé et un vécu personnel participent à la reconstruction individuelle des survivants ou une reconstruction collective dans le cadre plus général de l’histoire des nations et de leurs relations parfois conflictuelles avec le passé.

Notes

[1] Philippe Lejeune, « Qu’est-ce que le pacte autobiographique ? », 2006, en ligne sur Autopacte (site de l’auteur).

[2] Voir à ce propos l’analyse de Nguyen The Anh sur les Mémoires de Phan Boi Chau : Nguyen The Anh, “Le genre autobiographique dans la littérature vietnamienne, à travers les Mémoires de Phan Bôi Châu” sur Mémoires d’Indochine.

[3] SM Bao Dai, Le dragon d’Annam, Paris, Plon, 1980 ; Norodom Sihanouk, Prisonnier des Khmers rouges, Paris, Hachette, 1986 ; Tran Van Don, Les guerres du Vietnam. Un quart de siècle au Vietnam du Sud, Paris, Vertiges Publications, 1985. On peut citer également les mémoires de Nguyen Cao Ky et les deux autobiographies de Ho Chi Minh écrites sous des pseudonymes qui relèvent de la propagande d’Etat et du culte de la personnalité en RDVN.

[4] Dang Phuong Nghi, Mo, une micro-histoire du Vietnam au XXe siècle, Paris, Centre international d’études vietnamiennes, 2004 ; Duong Van Mai Elliott, The sacred willow. Four generations in the life of a Vietnamese family, New York, Oxford University Press, 1999 ; Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris, Editions du Seuil, 1993. Ces trois récits consacrent de nombreux passages à l’histoire familiale.

[5] Lam Quang Thi, The twenty-five year century. A South Vietnamese general remembers the Indochina War to the fall of Saigon, College Station, Texas A & M University Press, 2002 ; Nguyen Thi Dinh, No other road to take: memoir, Ithaca, N.Y., Cornell University, 1976 ; Sisouk na Champassak, Tempête sur le Laos, Paris, La Table Ronde, 1961.

[6] Dang Thuy Tram, Les carnets retrouvés (1968-1970), Arles, Philippe Picquier, 2010.

[7] Pham Thanh Tâm, Carnet de guerre d’un jeune Viêt Minh à Dien Bien Phu, Paris, Armand Colin, 2011.

[8] Voir les trois ouvrages de cet auteur parus à Saigon avant 1975 : Phan Nhật Nam, Dấu Binh Lửa 1963-1973. Bút ký chiến tranh [Traces de guerre. Carnet de guerre], Đai Ngã, 1969 & Hiện Đại, 1973 ; Dọc đường số một. Bút ký [En suivant la route n°1. Carnet], Đại Ngã, 1970 ; Mùa hè đỏ lửa. Bút ký chiến tranh [L’été rouge de feu. Carnet de guerre], Sáng Tạo, 1972 et Hiên Đại, 1973.

[9] Bui Diem (with David Chanoff), In the jaws of history, Bloomington, Indiana University Press, 1999.

[10] Vũ Thư Hiên, Đêm giữa ban ngày. Hồi ký chính trị của một người không làm chính trị [La nuit en plein jour. Mémoires politiques d’une personne qui ne fait pas de politique], Westminster, CA, Văn nghệ, 1997. Ce sous-titre a disparu de la réédition par NXB Tiếng Quê Hương.

[11] Xuan Phuong (avec Danièle Mazingarbe), Ao Dai. Du couvent des Oiseaux à la jungle du Viêt-minh, Paris, Plon, 2001 ; Le Ly Hayslip, Entre le ciel et la terre, Paris, Seuil, 1993 ; Kim Lefèvre, Métisse blanche, Paris, Bernard Barrault, 1989.

[12] Tran Thi Hao, La jeune fille et la guerre, roman, Paris, L’Harmattan, 2007 ; Nha Ca, Les canons tonnent la nuit, Arles, Philippe Picquier, 1997.

[13] Vann Nath, Dans l’enfer de Tuol Sleng. L’inquisition khmère rouge en mots et en tableaux, Paris, Calmann-Lévy, 2008.

[14] Vo Nguyen Giap (avec la participation de Huu Mai), Mémoires, Fontenay-sous-bois, Anako éditions, 3 tomes, 2003-2004.

[15] Nguyễn Xuân Chữ, Hồi ký Nguyễn Xuân Chữ [Mémoires de Nguyen Xuan Chu], Houston, TX, Văn Hóa, 1996 ; Phạm Văn Liễu, Trả ta sông núi. Hồi ký [Rendez-nous notre terre. Mémoires], Houston, TX, Văn Hóa, 3 vol., 2002-2004.

[16] Bao Dai, Le dragon d’annam, op. cit.

[17] Le Ly Hayslip, Entre le ciel et la terre, op. cit. ; Xuan Phuong, Ao Dai, op. cit. ; Truong Nhu Tang, Mémoires d’un Vietcong, Paris, Flammarion, 1985.

[18] Un exemple de censure dans la traduction vietnamienne des mémoires de Jacques Raphaël-Leygues (Ponts de lianes. Missions en Indochine, 1945-1954) : Giờ phút Điện Biên Phủ [Le moment de Dien Bien Phu], Hanoi, NXB Công An Nhân Dân, 2004. (Ngô Quang Vinh dịch). Idem pour les Mémoires de Do Mau publiées au Viêt-Nam comme un « Ouvrage de référence des forces de la police populaire » dans une version revisitée : Hoàng Linh Đỗ Mậu, Tâm sự tướng lưu vong. Việt Nam máu lửa quê hương tôi : Hồi kí. Sách tham khảo trong lực lượng công an nhân dân [Confidences d’un général exilé. Le Viêt-Nam ma patrie à feu et à sang : Mémoires], Hanoi, NXB Công An Nhân Dân, 1991.

[19] Voir la collection des entretiens réalisés dans le cadre du programme Vietnam a Television history (The Vietnam Collection).

[20] Bophana est le nom d’une jeune prisonnière du centre de détention S21. Nous remercions Géraud Beaudonnet pour nous avoir signalé ce manque, corrigé à la dernière minute.

[21] Bui Tin, 1945-1999 Vietnam la face cachée du régime, Paris, Editions Kergour, 1999.

[22] Aperçu sur Google Books (extrait cité).

[23] Jung Chang (avec la collab. de Jon Halliday), Les cygnes sauvages. les mémoires d’une famille chinoise, de l’Empire céleste à Tiananmen, Paris, Plon, 1992. Nouvelle édition en 2006.

[24] Christopher E. Goscha, Vietnam or Indochina? Contesting concepts of space in Vietnamese nationalism, 1887-1954, Copenhagen, NIAS, 1995. Ouvrage réédité et complété sous le titre : Going Indochinese : Contesting Concepts of Space and Place in French Indochinese, Copenhagen, NIAS Press, 2012.

[25] Dao Thanh Huyen et al., Dien Bien Phu vu d’en face. Paroles de bô dôi, Paris, Nouveau Monde éditions, 2010.

[26] Old Pictures (老照片, Lao zhao pian).

[27] Po Dharma, Du FLM au FULRO. Une lutte des minorités du sud indochinois (1955-1975), Paris, Les Indes Savantes, 2006.

[28] Tran Thi Hao, La jeune fille et la guerre, op. cit. ; Xuan Phuong, Ao Dai, op. cit.

[29] Pin Yathay, Tu vivras, mon fils, Paris, L’Archipel, 2005, édition revue et corrigée.

[30] Rithy Panh & Christophe Bataille, L’élimination, Paris, Grasset, 2012.

[31] Séra, Impasse et rouge, Paris, Albin Michel, 2003 ; L’eau et la terre. Cambodge, 1975-1979, Paris, Delcourt, 2005 ; Lendemains de cendres. Cambodge, 1979-1993, Paris, Delcourt, 2007 ; Tian, L’année du lièvre. 1, Au revoir Phnom-Penh, Paris, Gallimard, 2011.

[32] Abdallah Gnaba, La mémoire réinventée. Chronique anthropologique d’une association vietnamienne de Paris, Paris, L’Harmattan, 2008.