Archives par mot-clé : santé publique

Le PM ordonne des mesures plus strictes contre le COVID-19

[ndlr] Alors qu’il n’y aurait eu que 16 cas de personnes infectées par le coronavirus (désormais toutes guéries), un chiffre stable depuis le 13 février dernier, de nouvelles mesures sont préconisées par le gouvernement vietnamien.

Le Premier ministre (PM) Nguyên Xuân Phuc a demandé aux ministères, agences et localités de rester vigilants et de mettre sérieusement en œuvre des solutions pour lutter contre l’épidémie du nouveau coronavirus (COVID-19).

Lire la suite : Le Courrier du Vietnam, 25/02/2020.

Le vice-Premier ministre Vu Duc Dam demande de garder la vigilance, Le Courrier du Vietnam, 25/02/2020. Le ministère de la Santé a organisé mardi 25 février une vidéoconférence nationale sur le travail du secteur de la santé en 2020, la prévention et la lutte contre l’épidémie de nouveau coronavirus (COVID-19). Cet événement a réuni des représentants de toutes les 63 villes et provinces vietnamiennes, sous la présidence du vice-Premier ministre Vu Duc Dam.

Tag Covid-19 sur Vietnam +

Coronavirus: au Vietnam, une commune près de Hanoï placée en quarantaine [RFI]

[ndlr] A lire sur le site de RFI. Malgré les 16 cas annoncés officiellement, l’inquiétude est grandissante.

Au Vietnam, Son Loi, commune située près de Hanoï, a été placé en quarantaine, jeudi 13 février, après la découverte de plusieurs cas de coronavirus. C’est une première au Vietnam.

Le ministère vietnamien de la Santé a tranché : Son Loi, commune de 10 000 habitants dans la province de Vinh Phuc, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de la capitale Hanoï, est mis en quarantaine pour une période de 20 jours, à compter de jeudi 13 février. La raison : la découverte de nouveaux cas de coronavirus et la crainte d’une propagation plus importante encore.

Lire la suite : RFI

Illustration “à la une” : Des policiers à l’entrée de la commune de Son Loi, au Vietnam, placée en quarantaine à cause de cas de coronavirus. | PHOTO AFP / NHAC NGUYEN

La 8e personne touchée par le coronavirus au Vietnam [Le Courrier du Vietnam]

[ndlr] Le gouvernement vietnamien prend des mesures pour endiguer l’épidémie venue de Chine. A la date du 12 février 2020, 15 cas d’infection sont répertoriés.

Selon le ministère de la Santé, le Vietnam a confirmé la 8e personne touchée par la maladie d’infection respiratoire aiguë causée par le nouveau coronavirus (nCoV).

La 8e personne touchée par la maladie d’infection respiratoire aiguë causée par la nCoV est une Vietnamienne, domiciliée dans la province de Vinh Phuc au Nord. Elle est retournée au Vietnam du Wuhan, en Chine (épicentre de l’épidémie) sur le vol CZ8315 de China Southern Airlines. Elle est dans le même groupe que trois personnes testées auparavant positives pour le nCoV.

Le Vietnam avait détecté sept cas du nCoV : deux père et fils chinois, trois citoyens vietnamiens revenus de Wuhan, un réceptionniste vietnamien ayant des contacts étroits avec des Chinois infectés et un citoyen américain.

Le 1er janvier, le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a signé une décision sur la déclaration de l’épidémie du coronavirus au Vietnam. Le Premier ministre avait également signé une directive numérotée 06/CT-Ttg sur la multiplication des mesures de prévention et de lutte contre l’épidémie.

Toujours selon le ministère de la Santé, le 3 février, le nCoV a fait 362 morts en Chine et un aux Philippines. Au moins 17.387 cas de contamination ont été recensés dans le monde. L’épidémie a touché 26 pays et territoires.

Source : VNA/CVN

Voir aussi :

Pour suivre l’évolution sanitaire au Viêt-Nam, voir le site dédié :

Virus nCoV – Cập nhật mới nhất, liên tục

★ ★ ★ 

MILTON OSBORNE: “Why We Should be Worried about the Mekong River’s Future: A Perspective on Forty Years of Great Change” [ISEAS]

Le delta du Mékong sujet de bien des inquiétudes. Analyse des transformations des 40 dernières années par Milton Osborne. Le document est téléchargeable en ligne.

Lien vers le document en ligne : https://www.iseas.edu.sg/images/pdf/ISEAS_Perspective_2019_105.pdf

George Black: Fifty Years After, A Daunting Cleanup of Vietnam’s Toxic Legacy

[ndlr] Signalement d’un article intéressant sur les ravages de l’Agent Orange et la décontamination.

From 1962 to 1971, the American military sprayed vast areas of Vietnam with Agent Orange, leaving dioxin contamination that has severely affected the health of three generations of Vietnamese. Now, the U.S. and Vietnamese governments have joined together in a massive cleanup project.

In the thriving industrial city of Bien Hoa, about 20 miles east of Ho Chi Minh City, the former Saigon, there is a large air base, just beyond a sweeping bend in the Dong Nai River. During the American war in Vietnam, it was said to be the busiest airport in the world. Since the war ended in 1975, a dense cluster of four residential neighborhoods has grown up around the base. Their total population is perhaps 111,000, while the base itself, now home to advanced long-range fighter-bombers of the Vietnam People’s Air Force, has another 1,200 permanent residents.

A small drainage canal, no more than 8 or 10 feet wide, snakes its way from the west end of the runway — an area known as Pacer Ivy — for half a mile or so through one of these densely packed neighborhoods, which is called Buu Long. On a sweltering afternoon last month, toward the end of the dry season, the canal was no more than a stagnant greenish-brown murk strewn with garbage and choked in places with water hyacinths. Nonetheless, a middle-aged woman who introduced herself as Mrs. Mai was washing her hands and feet in the filthy water. Nearby, a fisherman was sitting on a low cement wall near the mouth of the canal. Nothing was biting.

The problem for Buu Long, however, is what couldn’t be seen. The canal is heavily contaminated with the most toxic substance ever created by humans: dioxin, the unintended byproduct of the defoliant known as Agent Orange, for the color-coded band on the 55-gallon barrels in which it was stored before being loaded onto the lumbering C-123 aircraft at the Bien Hoa base and sprayed over vast areas of Vietnam. During the U.S. Air Force campaign known as Operation Ranch Hand, Agent Orange was used to strip bare the coastal mangroves of the Mekong Delta and the dense triple-canopy forests that concealed enemy fighters and supply lines.

Lire la suite : Yale Environment 360, 13/05/2019.

Voir également sur le même sujet (articles signalés par Greg Nagle
PhD Forest and  watershed science, Hanoi) :

Illustration “à la une” : A Vietnamese soldier next to a hazardous warning sign for dioxin contamination at Bien Hoa air base last October © Kham/AFP/Getty Images

Vietnam : l’agent orange scruté in situ

[ndlr] Signalement d’une mission de terrain sur la guerre chimique pendant la guerre du Viêt-Nam et l’utilisation massive des pesticides aujourd’hui. Cette enquête soulevant de question sanitaires, historiques et sociales encore très sensibles est menée par Charles Sultan, endocrinologue pédiatrique, et Pierre Journoud, historien, professeur à l’Université Paul Valéry Montpellier.

Quarante-trois ans après la fin de la plus importante guerre chimique du XXe siècle, une mission de terrain inédite s’apprête à enquêter sur l’impact sanitaire de l’herbicide, qui a contaminé entre 2 et 5 millions de personnes. Mais aussi sur les pesticides encore utilisés.

Le projet n’a pas d’équivalent : une équipe scientifique pluridisciplinaire va enquêter en Asie du Sud-Est sur les conséquences de l’épandage de l’agent orange, défoliant employé par les États-Unis durant la guerre du Vietnam, et sur les effets aujourd’hui des pesticides utilisés par l’agriculture dans la région. Le dossier de cette mission d’expertise sera déposé ce jeudi pour validation à la Maison des sciences de l’homme de Montpellier, où sont basés la grande majorité des scientifiques, praticiens et professeurs investis dans cette recherche clinique. Après le verdict historique rendu en août dans l’affaire du jardinier américain Dewayne Johnson contre le géant de l’agrochimie Monsanto (jadis producteur de l’agent orange et aujourd’hui du glyphosate), les résultats de l’enquête sont très attendus.

Lire la suite : Libération, 24/10/2018. (Arnaud Vaulerin)

Đầu ngõ có lò ung thư [RFA]

[ndlr] La problématique de l’explosion des cancers au Viêt-Nam est de nouveau mise en avant dans un article du blog de Radio Free Asia. Le point sur ce fléau et les remèdes en matière de santé publique.

Quelques chiffres clés :

  • + de 94.000 décès par an plaçant la RSVN au 78e rang mondial sur 172
  • entre 257 (2017) et 300 morts par jour, un chiffre à la hausse
  • environ 126.000 nouveaux malades par an, + de 189.000 cas par an à partir de 2020 (est.)
  • 35 % des cas de cancers sont liés à l’alimentation

Theo thống kê của Viện nghiên cứu phòng chống ung thư, ước tính Việt Nam có khoảng 94.000 người chết vì ung thư/năm, tỷ lệ tử vong do ung thư tại Việt Nam đứng thứ 78/172 quốc gia được điều tra. Bên cạnh đó vấn đề đáng lo ngại là số người mắc bệnh ung thư ở Việt Nam đang có xu hướng ngày một tăng nhanh. Nếu như năm 2000 Việt Nam có khoảng 69.000 ca ung thư thì năm 2015 lên đến 150.000 ca mới. Ước tính đến năm 2020 số ca ung thư mắc mới ở Việt Nam sẽ xấp xỉ 200.000 người. Như vậy, số ca ung thư tăng dần theo từng năm. Hiện mỗi năm Việt Nam có hơn 126.000 ca mới và khoảng 94.000 người tử vong vì ung thư. 

Theo các chuyên gia, số ca mắc ung thư tăng nhanh trong những năm gần đây do 3 nguyên nhân chính: Thực phẩm bẩn, môi trường ô nhiễm, tuổi thọ tăng, trong đó tác nhân thực phẩm không an toàn đứng hàng đầu, chiếm khoảng 35%. 

Lire la suite : RFA Blog

Voir aussi :

Báo động: 257 người chết vì ung thư mỗi ngày và đang tăng chóng mặt, An Ninh Thu Do, 17/12/2017.

94.000 người chết do ung thư mỗi năm, gấp 9 lần TNGT, VietnamNet, 04/11/2017.

94.000 người chết vì bệnh ung thư/năm, Phap Luat Online, 01/09/2017.