Archives par mot-clé : Sam Rainsy

Bruno Philip : Hun Sen verrouille son emprise sur le Cambodge [Le Monde]

[ndlr] Dimanche 29 juillet 2018 : élections législatives au Cambodge. La démocratie verrouillée. Articles de Bruno Philip, envoyé spécial du Monde à Phnom Penh.

Cambodge : forte participation aux législatives, le parti au pouvoir revendique la victoire

La participation est de 82 %. Le premier ministre, Hun Sen, au pouvoir depuis trente-trois ans, a annoncé sur Facebook une « victoire écrasante ». Le nombre de bulletins blancs ou nuls sera à scruter.

Lire la suite : Le Monde, 29/07/2018.

Hun Sen verrouille son emprise sur le Cambodge

Le principal parti d’opposition et la presse libre ont été interdits pour garantir une nouvelle victoire électorale du premier ministre.

Après trente-trois ans au pouvoir, le premier ministre cambodgien, Hun Sen, semble indéboulonnable. Ce qui ne l’empêche pas de serrer la vis de ses concitoyens : à l’approche des élections législatives du dimanche 29 juillet, le maître du pays a en effet pris toutes les précautions pour assurer la victoire de sa formation, le Parti du peuple cambodgien.

Fin 2017, il a fait dissoudre, par le biais d’un jugement de la Cour suprême, le plus grand parti d’opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC), sous prétexte qu’un de ses chefs, Kem Sokha, était en train de préparer un « complot » contre le gouvernement avec l’aide des États-Unis. M. Kem est en prison depuis septembre 2017 et risque une très lourde peine de prison. Le cofondateur du PSNC, le franco-cambodgien Sam Rainsy, a dû se résoudre à l’exil en France.

Lire la suite : Le Monde, 28/07/2018.

Cambodge : fausse démocratie, vraie tyrannie

Le premier ministre à poigne et ancien Khmer rouge Hun Sen, devenu le meilleur « client » de Pékin dans la région, garde le champ libre pour les élections législatives du 29 juillet.

Lire la suite : Le Monde, 29/06/2018.

Voir aussi :

Illustration « à la une » : Le premier ministre cambodgien, Hun Sen, lors d’un discours aux ouvriers d’une manufacture de textile, dans la province de Kandal, le 30 mai 2018 © Samrang Pring / Reuters

Cambodge : nouvel exil pour le chef de l’opposition menacé d’emprisonnement [Le Monde]

[ndlr] Retour des tensions et violences politiques au Cambodge. Nouvel exil pour le chef de l’opposition. Article de François Bougon, chef adjoint au service International.

Pour le chef de l’opposition cambodgienne, Sam Rainsy, c’est un scénario bien connu. Pour la quatrième fois dans sa carrière, il a choisi le chemin de l’exil pour échapper à la prison. La fois précédente, cela avait duré quatre ans, entre 2009 et 2013. « En France, pays de Victor Hugo et de Charles de Gaulle, beaucoup se sont exilés et ont attendu des jours meilleurs », explique au Monde Sam Rainsy, dans son appartement parisien.

Nouvelle illustration de la dégradation du climat politique après plus d’un an d’une ouverture timide dans cette démocratie particulière, la justice a ressorti une vieille affaire de diffamation puis l’a accusé de complicité de « complot », ce qui pourrait l’envoyer derrière les barreaux pendant plus de dix ans. Le jour même où il devait reprendre l’avion en direction du Cambodge depuis la Corée du Sud, le Parlement levait son immunité parlementaire. Mardi 1er décembre, un tribunal de Phnom Penh a convoqué Sam Rainsy pour un nouveau dossier de diffamation.

La fin de la « culture du dialogue »

Lire la suite : Le Monde, 07/12/2015.

Cambodge année 2013 : les analyses d’Eglises d’Asie

CambodiaNationalFlag[ndlr] L’année 2013 fut particulièrement riche en événements politiques au Cambodge : funérailles nationales de SAR Norodom Sihanouk (1er février), retour d’exil de Sam Rainsy, élections législatives du 28 juillet, manifestations politiques de l’opposition, grèves et manifestations des ouvriers du textile… Pour faire un point général sur la situation chaotique de ces derniers mois, on peut lire les analyses pertinentes de la revue Églises d’Asie (rubrique « Pour approfondir ») qui suit régulièrement l’actualité de ce pays.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 20 novembre au 31 décembre 2013

L’actualité politique des derniers mois s’est focalisée sur l’opposition grandissante entre le PSNC (Parti du Salut National Cambodgien, dirigé par Sam Rainsy et Kem Sokha) et le PPC (Parti du Peuple Cambodgien, dirigé par Hun Sen, Premier ministre), qui gouverne seul le pays. Le mouvement de grève qui anime l’ensemble des ouvriers et ouvrières des usines textiles s’inscrit dans le mouvement général de protestation initié par les élections du 27 juillet, même s’il n’a pas été suscité directement par l’opposition : c’est un ras-le-bol général contre l’injustice, le népotisme, la corruption qui sévissent dans tous les secteurs du pays.

Lire la suite : EDA, 07/01/2014.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 1er octobre au 21 novembre 2013

Le bras de fer entre le Parti du Peuple Cambodgien (PPC), qui a officiellement gagné les élections du 28 juillet dernier, et le Parti de Salut National Cambodgien (PSNC), qui s’estime vainqueur, continue. Après avoir boycotté l’ouverture de la 5ème législature (23 septembre), les 55 députés de l’opposition organisent des manifestations populaires pour tenter de délégitimer le nouveau gouvernement sur le plan intérieur, et Sam Rainsy tente de le délégitimer à l’extérieur.

Lire la suite : EDA, 22/11/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 24 août au 1er octobre 2013

Le 25 août, sur ordre du Conseil constitutionnel du Cambodge (CCC), le Comité national électoral (CNE) remet officiellement les documents électoraux de la province de Kratié : 8 des 13 boîtes de « sécurité A » (la plus haute) ne sont pas scellées. Dans les 13 boîtes, les chiffres sont différents de ceux communiqués aux différents partis. Le 30 août, 12 boîtes semblables de la province de Siemréap sont ouvertes : 7 étaient déchirées ou mal scellées. Le CNE reconnaît les faits, qu’il attribue au peu de formation des présidents de bureaux de vote. Au minimum, cela démontre l’incompétence du CNE. Le CCC demande que les membres du CNE fautifs soient l’objet d’un blâme, mais non punis. Le CNE n’envisage pas pour autant de changer les résultats.

Lire la suite : EDA, 02/10/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 1er juillet au 20 août 2013

Le soir même des élections législatives du 28 juillet, le ministère de l’Information donne les résultats – provisoires – du vote : le PPC (Parti du Peuple Cambodgien) est vainqueur avec 68 députés (sur 123), le Parti du Salut du Peuple Cambodgien (PSPC) arrive en seconde position avec 55 députés.

Lire la suite : EDA, 26/08/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 12 mai au 30 juin 2013

Bien que la campagne électorale n’ait commencé que le 27 juin, l’activité politique des deux derniers mois a été dominée par la préparation des élections à venir. Le PPC (Parti du Peuple Cambodgien), au pouvoir depuis 1979, spécialement le Premier ministre, s’est particulièrement distingué par sa violence verbale. En revanche, l’opposition, spécialement le PSNC (Parti du Salut National du Cambodge, fusion du PSR et du PDH), s’est honorée par sa retenue.

Lire la suite : EDA, 08/07/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 26 mars au 11 mai 2013

La préparation des élections du 28 juillet prochain domine désormais toute la vie politique cambodgienne. Un comité des droits de l’homme composé de parlementaires de 162 pays propose un texte au Conseil de l’Union interparlementaire, dont le Cambodge fait partie, qui demande à ce que Sam Rainsy puisse participer aux futures élections. Le porte-parole du gouvernement cambodgien répond par la négative, car Rainsy a été condamné par une justice indépendante.

Lire la suite : EDA, 15/05/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 18 février au 25 mars 2013

Le Parti du Salut National Cambodge (formé par la fusion du Parti Sam Rainsy et du Parti des Droits de l’Homme, de Khem Sokha) tiendra son premier congrès en avril dans lequel il annoncera sa plateforme politique et ses candidats en vue des élections de juillet prochain. Il promet d’ores et déjà d’augmenter les salaires des ouvriers à 150 dollars, ceux des fonctionnaires à 250, ainsi que de donner une retraite de 10 dollars mensuels aux personnes de plus de 65 ans. Il se propose de trouver l’argent en taxant les casinos et les concessions de terrains, ainsi que par la suppression de la corruption.

Lire la suite : EDA, 27/03/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 28 décembre 2012 au 13 février 2013

Cent quatre jours après le décès du roi Sihanouk, sa dépouille mortelle a été solennellement transportée du palais royal au crématoire construit spécialement à cet effet sur la place du Méru (Résidence des Divinités), devant le musée national. Un cortège de plus de 4 000 personnes, tous en chemise blanche et pantalon ou jupe noir, l’accompagnait : les hauts dignitaires du Royaume étaient assis dans la mythique Angsar, l’Oie sacrée, véhicule royal, aux côtés de la famille de l’ex-monarque. Suivait le cercueil dans sa chasse dorée, couverte de fleurs de jasmin, puis de l’urne de marbre de Pursat dans laquelle seront déposées une partie de ses cendres.

Lire la suite : EDA, 20/02/2013.

* * *

Cambodge: une marée humaine pour réclamer le départ de Hun Sen [RFI]

Au Cambodge, l’opposition a gagné son pari en réunissant la plus importante manifestation depuis les élections législatives de juillet, dont elle conteste sans relâche les résultats. Une longue marche conduite sans incident dans la capitale, ce dimanche 29 décembre, a donné la mesure de cette contestation. Reportage.

Sam Rainsy (centre D), président du CNRP, et Kem Sokha, vice-président du CNRP (centre G) pendant la manifestation. Phnom Penh, le 29 décembre 2013. © Reuters / Stringer
Sam Rainsy (centre D), président du CNRP, et Kem Sokha, vice-président du CNRP (centre G) pendant la manifestation. Phnom Penh, le 29 décembre 2013. © Reuters / Stringer

Lire la suite : RFI, 29/12/2013.

Sam Rainsy : We Didn’t Start the Fire – My Struggle for Democracy in Cambodia [parution]

SamRainsy_WeDid'ntStartTheFire[ndlr] Présentation de l’éditeur.

Cambodia’s long-time opposition leader and former finance minister Sam Rainsy is committed to establishing democracy in his homeland. He is in exile in France to avoid a twelve-year prison sentence on politically motivated charges, and is banned from contesting the July 2013 elections. In this autobiography, he recounts his early years in Cambodia, his family’s expulsion and his relationship with Sihanouk, the Khmer Rouge regime, the Vietnamese occupation, and Hun Sen’s control of the country since the 1980s.

With conviction and insight, Sam Rainsy addresses the issues of poverty and injustice in his country and discusses the challenges to initiating real political, social, and economic reform. His proposals provide a long-term roadmap for a new Cambodia.

Highlights

• How Sam Rainsy was twice subjected to politically motivated assassination attempts

• Sam Rainsy’s relationship, through the years, with Sihanouk

• How Sam Rainsy and his wife tried to save Western hostages held by the Khmer Rouge in 1994

• How the merger of the Sam Rainsy Party with the Human Rights Party creates a new political force that can end Hun Sen’s dominance

• Sam Rainsy’s manifesto for a new Cambodia

 

Réf. Sam Rainsy (With David Whitehouse), We Didn’t Start the Fire. My Struggle for Democracy in Cambodia, Chang Mai : Silkworm Books, 2013, 210 p.

David Whitehouse is a British journalist in Paris.

Source : Silkworm Books

Ouvrage du même auteur : Sam Rainsy, Des racines dans la pierre, Paris, Calmann-Lévy, 2008.

Sam Rainsy: « The Truth Will Prevail »

RFA_logo[ndlr] Plus d’un mois après la proclamation officielle des résultats, le feuilleton sur les élections cambodgiennes se poursuit. Dans un court message diffusé sur Radio Free Asia (17/10/2013), Sam Rainsy, le principal opposant d’Hun Sen, entend maintenir une forte pression pour obtenir une enquête sur les irrégularités qui ont marquées le déroulement des élections du 28 juillet dernier.

Opposition leader Sam Rainsy says he will fight for an investigation into disputed elections in Cambodia.

A lire sur Mémoires d’Indochine :

Elections cambodgiennes : le Roi, l’armée et la rue

Cambodge29juillet2013
Voiture de police incendiée à Phnom Penh le 29/07/2013 © Maxppp

Les résultats officiels des élections législatives du dimanche 28 juillet 2013 sont désormais connus. L’AFP rapportait le 12 août que le Parti Populaire Cambodgien (PPC) sortait vainqueur avec 49% des voix (sur 6,6 millions de votes) contre le Parti du Sauvetage National du Cambodge (PSNC) crédité de 44% des voix. L’écart est donc faible et, fait inédit, le PPC n’obtiendrait pas la majorité [1].

Dans le contexte d’un pays divisé en deux camps, le Cambodge présente tous les signes d’une instabilité politique à venir. En effet, à l’issue des élections qui vit le PPC, parti gouvernemental dirigé par Hun Sen, autoproclamé vainqueur du scrutin par deux fois avant les résultats officiels, son principal concurrent le Parti pour la Sauvegarde Nationale du Cambodge dénonçait une série d’irrégularités invalidant, selon lui, cette élection. Depuis, le roi est intervenu, l’armée s’est positionnée et la rue menace d’entrer en action. Retour succinct sur les derniers rebondissements engendrés par cette tension politique.

Le Roi

Rappelons que le scrutin annoncé dès le 28 juillet comme quasi définitif (68 contre 55 sièges) par le parti au gouvernement est actuellement de 64 sièges contre 55 pour l’opposition [2]. Mais cette dernière n’entend pas baisser les bras car, selon elle, il y aurait eu des fraudes massives et des irrégularités dans plusieurs localités qu’elle aurait dû remporter. Phil Robertson, directeur-adjoint de l’ONG Human Rights Watch, confirmait pour RFI cet état de fait en parlant d’ « un niveau sans précédent de machination et de malversation dans le processus électoral » [3].

Rappelons également que les élections ont été suivies par quelques 40.456 observateurs (40.190 observateurs cambodgiens et 266 observateurs étrangers [4]) et que ceux-ci ont confirmé des irrégularités tout en précisant que le climat électoral s’était bien apaisé par rapport aux décennies post-khmères rouges précédentes. De même, le 2 août 2013, le message officiel de Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, soulignait en des termes encourageants le processus électoral :

Le Secrétaire général se félicite du déroulement pacifique des élections au Cambodge le 28 juillet.  Concernant les informations selon lesquelles il y aurait eu des irrégularités, les Nations Unies encouragent les autorités compétentes à examiner de manière juste et transparente les plaintes, dans le but ultime d’assurer de manière précise le respect et la détermination de la volonté du peuple cambodgien [5].

C’est donc dans une extrême tension que le pays a attendu les résultats officiels. Du côté du Premier ministre Hun Sen, le spectre de la guerre civile a été régulièrement agité et ce, bien avant les élections, comme un véritable avertissement au peuple. Du côté de Sam Rainsy, candidat volontaire mais non accepté par la commission électorale, la menace de manifestations d’envergure pouvant paralyser le pays a été proférée cette fois-ci en guise d’avertissement au pouvoir en place.

Pour empêcher tout dérapage vers une guerre civile, le Roi Norodom Sihamoni a dû prendre position dans un message officiel le 7 août. C’est en ces termes qu’il s’est adressé à ses compatriotes :

“Pour les intérêts suprêmes de notre pays et peuple et pour maintenir la paix et la stabilité nationale, je voudrais faire appel aux deux partis politiques, qui ont remporté des sièges dans la cinquième législature de l’Assemblée nationale, de poursuivre leurs discussions afin de trouver des solutions pacifiques à leur différend ou aux problèmes restants” [6].

Cette sage initiative, contraignant les deux partis à discuter autour d’une table, a sans doute permis d’éviter l’embrasement tant redouté. Les deux partis sont mis en face de leurs responsabilités afin de trouver une entente politique par des « moyens pacifiques » dans le but de préserver une certaine solidarité nationale. On comprend bien qu’aucun des deux camps ne souhaitent endosser la responsabilité d’une éventuelle vague de violence. Sam Rainsy prendra-t-il le risque, après avoir bénéficié du « pardon royal » permettant son retour au pays, d’enflammer le pays ? De son côté, Hun Sen prendra-t-il le risque d’un verrouillage excessif qui ternirait son image savamment entretenue de « réconciliateur » ? Les deux hommes sont quelque peu contraints au compromis politique et historique.

L’armée

Le gouvernement de Hun Sen se retrouve pour la première fois depuis 1998 (voir notre article précédent) dans une position affaiblie. Il a désormais face à lui une opposition unie, renforcée par un scrutin qui dans lui offre une belle part dans la nouvelle assemblée nationale. Elle compte donc jouer pleinement son rôle au grand dam de Hun Sen. L’homme fort du pays veut démontrer qu’il reste déterminé face à une tension qu’il qualifie de retour à la « guerre civile ». Pour donner du crédit à son « moi ou le chaos », il a fait déployer l’armée dans Phnom Penh. Les observateurs et correspondants de presse ont ainsi rapportés l’événement :

Le porte-parole de la police militaire Kheng Titoa a confirmé que des soldats et des véhicules blindés avaient été déployés en des lieux stratégiques pour  « maintenir la sécurité et l’ordre public » jusqu’à la formation du nouveau gouvernement, assurant que ce n’était pas pour « interdire » les manifestations [7].

C’est ainsi que les habitants médusés ont vu des véhicules de l’armée lourdement armés prendre position dans les quartiers périphériques de Phnom Penh ou dans des endroits réputés stratégiques de la capitale cambodgienne. Des patrouilles de la police militaire ont également été déployées pour « décourager » les éventuelles manifestations de l’opposition très remontée après sa défaite [8]. Cette disposition aux allures d’une intimidation officielle n’est pas très rassurante mais du moins permet-elle de montrer qu’aucun affrontement ne sera toléré. L’inquiétude est néanmoins partagée par Amnesty International qui l’exprimait dans une note du 12 août :

«Les autorités au Cambodge doivent veiller à ce que les tensions postélectorales ne dégénèrent pas en affrontements violents, a indiqué Isabelle Arradon, directrice du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International. Les Cambodgiens, notamment ceux qui soutiennent un parti politique, doivent bénéficier de suffisamment d’espace pour exprimer leurs opinions, et être autorisés à exercer leur liberté de réunion pacifique. Les forces cambodgiennes de sécurité doivent s’abstenir de recourir à une force excessive ou injustifiée contre les manifestants. Il ne faut pas qu’ils rendent des situations tendues encore plus explosives en ne respectant pas les droits humains [9].»

Reste à savoir si l’armée favorisera le parti au pouvoir en cas d’émeutes ou de provocations.

La rue

Le jeu est à double tranchant car la véritable question reste le comportement de la rue. En effet, celle-ci reste la grande inconnue. Les 14 millions de Cambodgiens seront dans les semaines qui suivent l’objet de toutes les attentions. Car la rue peut conforter ou bousculer le régime. L’opposition menace de soulever de grandes manifestations populaires pour réclamer son dû. On sait désormais qu’elle en a la possibilité en mobilisant largement une jeunesse tentée par le changement (7 millions de jeunes ont moins de 25 ans rappelait Le Monde [10]). Très en colère, Sam Rainsy, le principal chef de l’opposition revenu d’exil le 18 juillet, n’en démord pas. Le journal Le Monde rapportait ses propos sur le scrutin du 28 juillet :

« Le scrutin a consisté en un match de boxe où il n’y avait qu’un seul boxeur, le premier ministre sortant. L’arbitre était une commission électorale contrôlée par le parti au pouvoir qui a donc pris fait et cause pour l’unique boxeur sur le ring. L’ampleur des fraudes a été telle qu’elle est de nature à inverser la volonté populaire » [11].

C’est ainsi que son parti revendique pas moins de 63 sièges sur 123 et non les 55 prévus par les résultats officiels estimant que 15% des voix (soit 1,3 million d’électeurs) rayées des listes électorales lui revenaient [12]. Pour se faire entendre, l’opposition réclame une enquête internationale sous l’égide d’une commission indépendante soutenue par l’ONU. Dans le même temps, les deux camps ont débuté des discussions car un ultime délai fixé au 8 septembre, prévoit de clore définitivement toute contestation officielle des résultats et d’annoncer très officiellement la répartition des sièges des deux partis à l’Assemblée nationale [13]. En attendant, Sam Rainsy ironise sur un possible « été cambodgien » et Hun Sen, politicien rusé, n’a peut-être pas abattu toutes ses cartes [14]. Toute la question est de savoir jusqu’où il pourra reculer pour mieux se maintenir.

FG, 15/08/2013 (version revue et corrigée le 16/08/2013).

Notes

[1] Cambodge: victoire confirmée du parti au pouvoir, La Presse (Montréal, Canada), 12/08/2013. Voir aussi les résultats officiels sur Vietnam + : Le gouvernement cambodgien « doit prévenir les émeutes », 14/08/2013.

[2] Bruno Philip, Au Cambodge, confrontation ou compromis ?, Le Monde, 14/08/2013

[3] Le Cambodge sous tension, en attendant les résultats officiels des élections, RFI, 09/08/2013.

[4] Ouverture des 5es élections législatives au Cambodge, Vietnam Plus, 28/07/2013.

[5] Message du Secrétaire général, SG/SM/15198, 02/08/2013/

[6] Propos rapportés par Vietnam + : Le roi du Cambodge lance un appel au PPC et au CNRP, Vietnam Plus, 08/08/2013.

[7] L’armée dans les rues de Phnom Penh après des législatives controversées, La Croix, 09/08/2013.

[8] idem.

[9] Tensions post-électorales à Phnom Penh, Amnesty International, 12/08/2013.

[10] Bruno Philip, art. cit., Le Monde, 14/08/2013.

[11] Cambodge : le parti du premier ministre remporte les législatives, Le Monde, 12/08/2013.

[12] idem.

[13] Législatives au Cambodge : la victoire du parti au pouvoir toujours contestée par l’opposition, RFI, 13/08/2013.

[14] Bruno Philip, art. cit., Le Monde, 14/08/2013.