Archives par mot-clé : RSVN

Christopher Goscha : The Penguin History of Modern Vietnam

[ndlr] Parution en paperback de l’ouvrage de Christopher Goscha chez Penguin à un prix abordable pour les étudiants, les voyageurs, les passionnés… Une lecture à ne pas manquer.

Notre avis : en 14 chapitres (688 p.) et basé sur une historiographie récente et nouvelle, cet ouvrage rebat les cartes de notre compréhension de l’histoire du Viêt-Nam. Au fil de son analyse multiscalaire l’auteur prend « de la hauteur » pour considérer cette histoire sous un jour nouveau. La hauteur de vue est un point clé de cette étude à la fois attractive, détachée des vieilles problématiques vietnamo-centrées ou téléologiques, et ouvrant sur de nouvelles perspectives de recherche. Pour démêler cet écheveau complexe « des Viêt Nams » entrelacés qui ont marqué l’histoire moderne et contemporaine, il fallait ce regard à la fois profond et distancié. FG

‘This is the finest single-volume history of Vietnam in English. It challenges myths, and raises questions about the socialist republic’s political future’ Guardian

‘Powerful and compelling. Vietnam will be of growing importance in the twenty-first-century world, particularly as China and the US rethink their roles in Asia. Christopher Goscha’s book is a brilliant account of that country’s history.’ – Rana Mitter

‘A vigorous, eye-opening account of a country of great importance to the world, past and future’ – Kirkus Reviews

Over the centuries the Vietnamese have beenboth colonizers themselves and the victims of colonization by others. Their country expanded, shrunk, split and sometimes disappeared, often under circumstances far beyond their control. Despite these often overwhelming pressures, Vietnam has survived as one of Asia’s most striking and complex cultures.

As more and more visitors come to this extraordinary country, there has been for some years a need for a major history – a book which allows the outsider to understand the many layers left by earlier emperors, rebels, priests and colonizers. Christopher Goscha’s new work amply fills this role. Drawing on a lifetime of thinking about Indo-China, he has created a narrative which is consistently seen from ‘inside’ Vietnam but never loses sight of the connections to the ‘outside’. As wave after wave of invaders – whether Chinese, French, Japanese or American – have been ultimately expelled, we see the terrible cost to the Vietnamese themselves. Vietnam’s role in one of the Cold War’s longest conflicts has meant that its past has been endlessly abused for propaganda purposes and it is perhaps only now that the events which created the modern state can be seen from a truly historical perspective.

Christopher Goscha draws on the latest research and discoveries in Vietnamese, French and English. His book is a major achievement, describing both the grand narrative of Vietnam’s story but also the byways, curiosities, differences, cultures and peoples that have done so much over the centuries to define the many versions of Vietnam.

Source : Penguin

Vietnam Update: The Politics of Life – Call for Papers

[ndlr] Appel à communications.

CALL FOR PAPERS

2017 Vietnam Update: The Politics of Life

20-21 November 2017

Australian National University, Canberra

Vietnamese people often tell their foreign visitors that Vietnam is the most secure place in the world. The country has no terrorists, no political disorder, and the police are second to none. Decades of devastating warfare are long-past. Poverty is declining and incomes are rising in a region with good economic prospects. People in Vietnam appear to fling themselves at life’s everyday challenges with intensity and no little optimism.

But Vietnamese today are questioning ends and means, particularly as they relate to human security; they thirst for transparency and reliable ways to assert control over life. In the country and the city, in material, ideological and psychological realms, and at local, national and regional scales, the ability to feel secure is slipping away. This leads to high system maintenance costs and exhaustion as people exert themselves to amass the means and the trust they require to obtain existential security. Increasingly, questions are being asked as to whether life might be lived in a better way.

This Vietnam Update is dedicated to exploring the politics of life in Vietnam. The organisers call for original research papers that address the following sets of questions:

  1. For many Vietnamese, the most significant risks to life come from their own region as neighbours stake claims and leverage power asymmetries in ways perceived to be detrimental to the very existence of the country. Doubts about co-ordinating mutual security through ASEAN co-exist with concerns about the merits of rapprochement with America. Preoccupations with China manifest in anxieties about encirclement, infiltration, collusion, manipulation and incitement. How are such anxieties given voice and how does the government respond? Online criticisms and protests by activists are met with repression, but throughout the country – both within the government and beyond  – debate rages about how to secure the nation. One of the deepest questions is: who is to be trusted with the nation’s security?
  2. The recent censure and demotion of high level leaders for misconduct or poor performance attests to the openly competitive nature of political power. Party leaders continue to warn about the threats posed by ideological and moral degradation, but are there indications that leaders are being selected according to new standards of meritocratic governance? It has become conventional to tie political outcomes to factional power struggles or a contest over the spoils of patronage but to what extent does politics represent a contest between alternative visions for how the country should be governed and how life is to be lived?
  3. Capitalist market relations are central to gaining access to basic life needs formerly obtained through government programs, state enterprises and co-operatives, or via family, community or customary economies. Market logics influence the supply of housing, land, food, healthcare and education, and most government services attract formal or informal user fees. The pursuit of market efficiencies is linked to precarious livelihoods, indebtedness, and widening social disparities. How are such processes experienced and debated within Vietnamese society? Are there attempts to push back against or mitigate the commoditisation of life?
  4. Technology, industry, science and new production and exchange systems have unleashed material plenty and improved life for tens of millions of people. However, doubts about the benefits of headlong modernisation appear in concerns about the harm done by chemical effluents, carcinogens, pesticides and unsafe food, along with urban expansion, traffic chaos and unsafe workplaces. Agrarian intensification, agricultural commoditisation and land concentration have increased productivity but also engender livelihood insecurities and pose existential threats to rural communities and customary ways of life. In what ways are citizens suturing gaps and controlling such risks through mutual assistance, security from below, or deliberative modes of living and being?
  5. For a number of Vietnamese, the material, spiritual and psychological strains of modern life are such that a retreat into simpler modes of living, equated with the past, offers an appealing alternative. At the same time, tradition is blamed for ills as diverse as corruption, excessive drinking, age, gender and ethnic hierarchies, and doctrinaire thinking. As youths study abroad and gain exposure to the cultures of the world, many are led to wonder: what values and institutions work? Do Vietnamese need a state religion, a prescribed traditional or ‘Western’ culture, civics lessons, or democracy to have the means to obtain security and hold each-other to account?
  6. One of the most intriguing developments in the politics of life come from networks of activists who use media, community affiliations and ties to government insiders and resources to vocally and persistently oppose official development projects, land confiscations and foreign investments considered harmful to human wellbeing. Recent actions range from social media campaigns to sit-ins, flash demonstrations, and the capture of public officials by frustrated villagers. In this workshop we are interested to explore whether the politics of material security represents a singular domain in which citizens may significantly oppose or influence government decisions and development directions through engaging in overt political action perhaps in ways not seen previously in Vietnam.

The organisers are seeking proposals for papers on these themes to be presented at a conference to be held at the ANU, Canberra on 20-21 November 2017.

Proposal Submission:
Interested contributors should send their proposals and a one page CV to Philip Taylor by 20 June 2017. Email: Philip.taylor@anu.edu.au

Each proposal should be no longer than 600 words. The proposal should outline how the paper relates to the issues highlighted in the above sets of questions and the kind of research the paper will be based on. Preference will be given to papers that promise a rich analysis and have an interdisciplinary dimension. The conference organisers will then decide which proposals to accept. We will then extend invitations to the authors of the selected proposals to prepare and present their papers to the conference. The organisers also reserve the right to solicit papers, if necessary, from individuals who did not submit proposals.

Funding for travel and accommodation is available and details will be discussed later with each paper presenter.

Paper Specifications:
The paper itself should be submitted 30 days before the date of the conference.

The paper should not exceed 10,000 words and it should include appropriate bibliography and citations. Each paper should include an abstract of 250 words.

Presentation and Publication:
We envisage about twelve paper presentations during a two day workshop in Canberra on 20-21 November 2017. At the Update each author will have approximately 40 minutes to summarise what her/his paper argues and the evidence used.

The conference will also include presentations about recent political and economic developments in Vietnam.

Organisers request the right of first refusal with regards to publishing the accepted papers, which may be included, subject to any necessary revisions to meet publication requirements, in a refereed book or journal collection that we hope will be published within a year of the conference.

For more information on this Vietnam Update theme or questions about paper proposals please contact Philip Taylor (philip.taylor@anu.edu.au).

Vietnam Update Committee: Huong Le Thu; Phuc To; Ashley Carruthers; Kim Huynh; David Marr; Tana Li; Benedict Kerkvliet; Sango Mahanty.

Déclaration à l’occasion de la Journée Internationale des Droits de l’Homme 2016

[ndlr] Déclaration d’organisations vietnamiennes à l’occasion de la journée internationale des Droits de l’Homme. Initialement publiée en vietnamien et traduite en français sur le site du Viêt Tân. Alors que l’étau se resserre contre la dissidence, des voix s’élèvent pour dénoncer une situation de plus en plus préoccupante.

Déclaration à l’occasion de la Journée Internationale des Droits de l’Homme 2016

9 décembre 2016

Le 10 décembre 2016 marque le 68ème anniversaire de l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Ce document est devenu le standard des droits de tous les peuples que chaque nation doivent respecter. Bien que membre du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, le gouvernement vietnamien ne respecte pas les droits de l’homme tels que décrits dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Pire encore, il a aussi accru sa répression sur le peuple vietnamien.

- Augmentation du nombre d’arrestations et de détentions arbitraires. Citons les cas suivants : l’avocat des droits de l’homme Nguyen Van Dai et Le Thi Thu Ha, [la femme] défenseur des droits fonciers Can Thi Theu, [la] blogueu[se] Nguyen Ngoc Nhu Quynh, le Dr Ho Hai, Luu Van Vinh, Nguyen Van Duc Do et Hoang Van Giang.

- Dégradation des conditions de détentions des prisonniers d’opinion, devenant encore plus brutal et inhumain, notamment pour Ho Duc Hoa, Tran Thi Thuy, Dang Xuan Dieu, Tran Huynh Duy Thuc, Dinh Nguyen Kha, Nguyen Hoang Quoc Hung.

- Utilisation arbitraire de l’assignation à résidence pour limiter la liberté de circulation et empêcher les anciens prisonniers de conscience de revenir à un mode de vie normal. Cela cause des difficultés déraisonnables aux militants.

- Intensification de la violation de la liberté religieuse. Parmi les incidents récents, mentionnons la destruction de la pagode Lien Tri et le monastère de Thien An, le démantèlement du temple Tuy An Cao Dai dans la province de Phu Yen, la restriction des activités religieuses et la barrière de mouvement pour beaucoup de moines et de fidèles Cao Dai, Hoa Hao, religions protestantes, catholiques et bouddhistes.

- Intimidation et harcèlement des défenseurs des droits de l’homme par des actions comme la destruction de leurs biens et l’entrave à leur capacité d’organiser des activités. Pour les militants qui sont encore étudiants, le gouvernement vietnamien crée des pressions qui les empêchent d’étudier et de passer des examens. Dans les victimes de cette forme d’oppression figurent le Pasteur Nguyen Trung Ton, le Révérend Phan Van Loi, Tran Duc Thach, Nguyen Van Trang et Truong Minh Tam.

- Mesures disciplinaires à l’encontre des journalistes qui ont dénoncé la vérité ou exprimé leur opinion, comme dans le cas des journalistes Phung Hieu, Mai Phan Loi et Quang The.

À l’occasion de ce 68ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, nous appelons la communauté internationale à dénoncer fermement la répression continue des droits de l’homme par le gouvernement vietnamien.

Nous demandons instamment au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, à toutes les organisations internationales de défense des droits de l’homme et aux gouvernements démocratiques d’intervenir et de faire pression sur les autorités vietnamiennes pour :

  • La libération inconditionnellement tous les prisonniers de conscience
  • La suppression des condamnations qui contraignent les anciens prisonniers d’opinion à rester en résidence surveillée après leur sortie de prison.
  • La restitution les biens et la liberté de pratiquer sa religion pour tous les groupes confessionnels.
  • L’arrêt immédiat de tous les actes d’intimidation et de harcèlement envers les défenseurs des droits humains.
  • Le respecter et la protection de tous les droits fondamentaux, dont la liberté de la presse, la liberté d’expression et la cessation immédiate des attaques physiques, les arrestations arbitraires et les menaces contre les journalistes et les citoyens qui utilisent leur droit d’exprimer leur opinion protégée par la loi.

Le peuple vietnamien doit avoir le droit de vivre dans son propre pays avec tous les droits de l’homme protégés tels qu’énoncés dans la Déclaration Iniverselle des Droits de l’Homme.

10 décembre 2016

Conjointement signé

1. Forum de la société civile – représenté par Nguyen Quang A.

2. Viet Tan – représenté par Duy Hoang.

3. Église de l’Alliance luthérienne Vietnam-États-Unis – représentée par le pasteur Nguyen Hoang Hoa

4. Hoa Hao Église bouddhiste puriste – représentée par Le Quang Hien et Le Van Soc.

5. Association vietnamienne d’amitié des prisonniers politiques et religieux – représentée par Nguyen Bac Truyen.

6. Fraternité pour la démocratie – représentée par Nguyen Trung Ton.

7. Association pour la protection de la liberté de religion – représentée par Ha Thi Van.

8. Association de Bau Bi Tuong Than- représentée par Nguyen Le Hung.

9. Association des anciens prisonniers de conscience catholiques – représentée par Nguyen Van Oai.

10. Anciens prisonniers d’opinion vietnamiens – représentés par M. Nguyen Dan Que et M. Nguyen Van Loi.

11. Association de Compassion Mutuelle – représentée par le Rév. Pham Ngoc Thach.

12. Association de soutien aux victimes de la torture – représentée par M. Dinh Duc Long.

13. Église Cao Dai, Secteur des moyens de subsistance humains – représentée par M. Hua Phi, M. Nguyen Kim Lan, Mme Nguyen Bach Phung

14. Bloc 8406 – représenté par Do Nam Hai et Nguyen Xuan Nghia.

15. Réseau des blogueurs vietnamiens – représenté par Pham Thanh Nghien.

16. Nguyen Kim Dien Groupe de prêtres – représenté par le révérend Nguyen Huu Giai et le révérend Nguyen Van Ly.

17. Travail vietnamien – représenté par Do Thi Minh Hanh.

18. Mouvement de solidarité des requérants opprimés – représenté par Tran Ngoc Anh.

19. Le journal de Saigon – représenté par le révérend Le Ngoc Thanh.

20. La Jeunesse de la Compassion – représentée par Thai Van Dung.

21. Pour l’avenir du Vietnam – représenté par Tran Minh Nhat.

Signataires individuels :

1. Bui Hien – poète, Canada

2. Bui Tuan Duong – Quang Khe- Dak Glong-Dak Nong.

3. Chu Anh Tuan – Vung Tau.

4. Duong Sanh – ancien professeur , Van Ninh, Khanh Hoa.

5. Hoang Dung – Professeur associé PhD., Saigon.

6. Huynh Quoc Huy – journaliste indépendant (aka Nam Viet), Saigon.

7. Kha Luong Ngai – journaliste et membre des Amis du Hieu Dang Assoc., Saigon.

8. Lai Thi Anh Hong-artiste, Saigon.

9. Le Minh-Xuan Loc, Dong Nai.

10. Lu Van Bay – ancien prisonnier d’opinion.

11. Ngo Kim Hoa (Suong Quynh) – journaliste indépendante, Saigon.

12. Ngo Thi Kim Cuc- et journaliste, Saigon.

13. Nguyen Manh Hung – Pasteur protestant, Saigon.

14. Nguyen Nu Phuong Dung – activiste, Saigon.

15. Nguyen Thuy Hanh, activiste des droits de l’homme, Hanoi.

16. Nguyen Trang Nhung, militant des droits de l’homme à Hanoi.

17. Nguyen Tuong Thuy – journaliste indépendant, Hanoi.

18. Hoang Hung-poète et ancien prisonnier d’opinion, Saigon.

19. Phan Dac Lu-Thu Duc, Saigon.

20. Phan Hai Yen- Saigon.

21. Tong Van Cong – journaliste.

22. Tran Duc Thachoppet et ancien prisonnier d’opinion, Nghe An.

23. Tran Minh Quoc – professeur à la retraite.

24. Truong Long Dien – fonctionnaire retraité, Long Xuyen, An Giang.

25. Uong Dinh Duc-Saigon.

26. Vo Van Tao-journaliste, Nha Trang.

27. Vu Le Khoï-enseignant.

Source : Viet Tan

 

RSF : Nguyen Phu Trong, prédateur de la liberté de la presse (175/180)

[ndlr] La République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) se retrouve encore mal classée cette année dans la palmarès annuel de RSF sur la question de la liberté de la presse (175e sur 180 pays). Au moins 15 journalistes et blogueurs sont emprisonnés dans ce pays. Malgré une presse florissante de plusieurs centaines de titres, le pouvoir politique exerce un contrôle drastique sur l’information. Les journalistes ont été, le 25 octobre 2016, accusés de « dérives pro-démocratiques » par M. Trương Minh Tuấn, le Ministre de l’information et des médias du gouvernement de la RSVN. La crainte d’une « auto-évolution » (“tự diễn biến”) et d’une « auto-transformation » (“tự chuyển hóa”) en cours justifie pour le pouvoir cette menace directe et explicite à l’encontre des médias.

Voir en ligne sur l’organe officiel du PCV :

vietnam_nguyenphutrong_predateur2016_rsfSource : RSF

Déclaration commune Vietnam – France du 7/09/2016

[ndlr] A l’occasion de la visite de François Hollande au Viêt-Nam.

Déclaration commune Vietnam – France

Hanoi, 7 septembre (VNA) – Le Président français François Hollande a effectué une visite d’État au Vietnam du 5 au 7 septembre 2016, sur invitation de son homologue vietnamien Tran Dai Quang.

L’Agence vietnamienne d’Information (VNA) tient à vous présenter ci-dessous, dans son intégralité, la Déclaration commune qui a été rendue publique à cette occasion par les deux parties.

1. À l’invitation du Président de la République Socialiste du Vietnam, Monsieur Tran Dai Quang, le Président de la République française, Monsieur François Hollande a effectué une visite d’État au Vietnam du 5 au 7 septembre 2016. Le Président François Hollande s’est entretenu avec le Président Tran Dai Quang, le Secrétaire Général du Parti communiste vietnamien Nguyen Phu Trong, le Premier Ministre Nguyen Xuan Phuc et la Présidente de l’Assemblée Nationale Nguyen Thi Kim Ngan. Il a prononcé un discours à l’Université Nationale de Hanoi et s’est rendu à Ho Chi Minh-Ville.

2. Au cours de leur entretien, les deux Présidents ont évoqué les relations bilatérales et les questions régionales et internationales. Ils ont constaté que la coopération entre le Vietnam et la France connait des développements très positifs dans plusieurs domaines: politique, défense, sécurité, coopération au développement, commerce et investissements, environnement, lutte contre le changement climatique, santé publique, sciences et technologies, formation, droit et justice, culture, coopération décentralisée, soutien à la langue française. Ils réaffirment leur détermination commune à développer et à approfondir tous les volets du Partenariat stratégique conclu en septembre 2013.

3. Les deux parties soulignent la nécessité de multiplier les contacts et les échanges bilatéraux à tous les niveaux, notamment les visites de haut niveau et les contacts en marge des rencontres internationales et régionales. Elles sont convenues de mobiliser tous leurs mécanismes de concertation et de dialogue, dont le dialogue stratégique entre les Ministères des affaires étrangères et les Ministères de la défense au niveau des vice-ministres vietnamiens et de leurs équivalents français.

4. Les deux Présidents réaffirment que la coopération économique constitue un des volets prioritaires des relations bilatérales. Ils soulignent l’importance du dialogue économique de haut niveau pour promouvoir leurs relations économiques et commerciales. La quatrième session du dialogue qui s’est tenue à Paris en juillet 2016, a confirmé la nécessité de définir des champs de coopération ciblés en réponse aux intérêts des deux pays. Les deux parties ont salué la signature de la Convention de coopération entre les Ministères vietnamien et français de l’Agriculture, intervenue à l’occasion de cette visite. Le Vietnam a invité la France à participer, en tant que pays d’honneur, à l’édition de 2017 de la Foire internationale de l’Agroalimentaire du Vietnam (Vietnam Foodexpo). Les deux Présidents se félicitent également du renforcement de la coopération entre Business France et l’Agence vietnamienne de Promotion du Commerce (VIETRADE).

5. Les deux parties réaffirment leur volonté de promouvoir un environnement favorable à l’investissement et au développement de partenariats économiques et industriels de long terme. Elles se félicitent des accords signés entre Airbus et les compagnies aériennes vietnamiennes qui donneront lieu à ce type de partenariat dans le secteur aéronautique. Elles sont convenues d’encourager la signature et la ratification, dans les meilleurs délais, de l’Accord de libre-échange entre le Vietnam et l’Union européenne (UE). Le Vietnam se félicite de l’assistance technique et du soutien au renforcement des capacités que la France et l’UE pourront lui accorder en vue de l’application de l’Accord de libre-échange UE-Vietnam.

6. Les deux parties sont convenues de renforcer leur dialogue stratégique de défense et de poursuivre la coopération dans les domaines de la formation, de la médecine militaire, de l’hydrographie, des escales des bâtiments militaires, des équipements de défense ainsi que dans le domaine des opérations de maintien de la paix. Elles souhaitent également développer la coopération en matière de sécurité et de sûreté maritime et aérienne.

7. Les deux parties affirment leur volonté de poursuivre leur coopération en matière de lutte contre l’immigration illégale, le trafic d’êtres humains, la contrefaçon, la cybercriminalité, la drogue et le blanchissement d’argent. Elles saluent la signature, à l’occasion de cette visite, des Conventions bilatérales sur l’extradition et sur l’entraide judiciaire en matière pénale ainsi que l’Arrangement administratif de coopération entre les deux Ministères de la Justice.

8. Les deux parties se félicitent de la coopération pour le développement mise en œuvre depuis plus de vingt ans. La France, qui est le deuxième partenaire bilatéral du Vietnam par le montant de l’aide accordée depuis 1994, souhaite poursuivre son engagement. Les deux parties conviennent que les principaux domaines d’utilisation de l’aide publique au développement au Vietnam seront à l’avenir la lutte contre le changement climatique et l’adaptation à ses effets, l’environnement, les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, la formation, les infrastructures urbaines et l’agriculture durable. Elles souhaitent également accélérer la mise en œuvre les projets prioritaires, en particulier le projet de ligne pilote n° 3 du métro de Hanoi.

9. Les deux parties soulignent le caractère prioritaire de la coopération scientifique et technologique. Elles sont convenues de poursuivre la coopération dans les domaines de l’agriculture, des énergies renouvelables, de la santé, des ressources naturelles, de l’environnement, de la recherche sur les technologies spatiales et les applications satellitaires. À cet égard, les deux parties se félicitent de la conclusion d’un Mémorandum de coopération entre l’Académie des Sciences et des Technologies du Vietnam et le Centre national d’études spatiales de la France.

10. Les deux parties s’engagent à promouvoir la coopération dans le domaine de l’éducation et de la formation en France et au Vietnam. Elles s’engagent notamment à développer l’Université des Sciences et des Technologies de Hanoï au niveau international et à poursuivre la coopération dans le domaine de l’enseignement du et en français dans le système éducatif du Vietnam, notamment au sein des classes bilingues. Elles s’engagent également à développer l’enseignement de la langue vietnamienne dans le système éducatif français et conviennent à cette fin de poursuivre leurs discussions concernant la création de sections internationales vietnamiennes en France.

11. Les deux parties considèrent que la coopération culturelle constitue un élément essentiel des relations bilatérales, contribuant à promouvoir la compréhension mutuelle et les échanges entre les deux peuples. Elles s’engagent à favoriser la présence à long terme et le développement du Centre culturel du Vietnam en France et de l’Institut français au Vietnam. Les deux Présidents encouragent également les établissements culturels vietnamiens et français à intensifier leurs échanges avec des missions d’experts et la mise en œuvre de projets communs.

12. Les deux dirigeants réaffirment leur soutien au renforcement de la coopération décentralisée. Les 10emes Assises de la Coopération décentralisée Vietnam – France qui auront lieu à Can Tho du 14 au 16 septembre 2016 marqueront une nouvelle étape de cette coopération.

13. Les deux parties saluent le succès de la Conférence Paris Climat 2015 et la signature de l’Accord de Paris, qui illustrent un progrès important dans la lutte contre le changement climatique. Le Vietnam souhaite bénéficier de l’assistance et du soutien de la France et de la communauté internationale pour mener à bien ses stratégies nationales dans ce domaine, ainsi que pour réaliser les objectifs de l’Accord de Paris.

Dans cet esprit, les deux Présidents se félicitent de la signature de la convention de financement d’un projet d’appui à la gestion des ressources en eau et des infrastructures d’adaptation au changement climatique dans les provinces de Ninh Binh, Ha Tinh et la ville de Can Tho, mises en œuvre par l’AFD. Ils sont également convenus d’examiner la participation française aux « projets verts » au Vietnam tels que la production d’électricité solaire, l’énergie renouvelable, l’amélioration de l’écosystème, l’aménagement interdisciplinaire respectueux de l’environnement ou la construction des villes intelligentes.

14. Les deux Présidents conviennent de poursuivre les échanges de vue et les consultations dans le cadre des Nations Unies, de l’ASEM, de la coopération UE-ASEAN et des institutions de la Francophonie. Ils soulignent l’importance de la coopération et des échanges au sein de l’espace francophone et soutiennent le renforcement de la présence de la Francophonie en Asie-Pacifique et la coopération étroite entre les deux pays dans les préparatifs du XVIeme Sommet de la Francophonie à Tananarive, Madagascar.

15. Les deux parties réaffirment le rôle central des Nations Unies dans le maintien de la paix, de la sécurité internationale, ainsi que dans la promotion d’un développement durable et équitable. Elles réaffirment leur soutien à la Charte des Nations Unies et à la Déclaration universelle de droits de l’Homme, et leur engagement à respecter de l’indépendance, la souveraineté et les régimes politiques respectifs des deux pays. Elles sont convenues de renforcer leur coopération pour la promotion de la bonne gouvernance, de l’État de droit et des Droits de l’Homme, notamment pour faire en sorte que toutes les personnes quelles que soient leur genre, origine, religion ou leur orientation sexuelle puissent disposer pleinement de leurs droits.

16. Les deux parties condamnent fermement le terrorisme sous toutes ses formes ainsi que l’extrémisme violent et expriment leur soutien aux efforts de la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme.

17. Les deux parties affirment leur attachement à la paix, à la stabilité, à la coopération et à la prospérité dans le monde et en Asie-Pacifique. Le Vietnam soutient la volonté de la France et de l’Union européenne de faire valoir leur rôle actif et constructif en Asie-Pacifique et de renforcer leurs relations avec l’ASEAN. La France se félicite de la création de la Communauté de l’ASEAN et soutient le rôle central de cette Association dans les structures régionales en devenir.

18. Les deux Présidents affirment l’importance du maintien de la paix, de la stabilité, de la sécurité, de la sûreté et de la liberté de navigation et de survol dans la région. Ils soulignent leur attachement au règlement pacifique des différends, à l’exclusion de tout recours à la menace ou à l’emploi de la force, conformément aux principes universellement reconnus du droit international, notamment de la Convention des Nations Unies de 1982 sur le droit de la mer. Après la sentence de la Cour permanente d’arbitrage le 12 juillet 2016, ils affirment le respect du principe de primauté du droit dans les mers et les océans et soulignent l’importance d’appliquer pleinement la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale (DOC) et appuient les efforts pour parvenir rapidement à la conclusion d’un Code de Conduite (COC) en Mer Orientale.

19. Les deux Présidents sont convaincus que la présente visite a contribué au renforcement du Partenariat stratégique conclu entre les deux pays. Le Président de la République française a invité le Président de la République socialiste du Vietnam à effectuer une visite en France. Le Président Tran Dai Quang a accepté l’invitation. -VNA

Source : Vietnam News Agency

 

Xuân Dương : Nhận diện nhóm lợi ích « bán nước, hại dân »

[ndlr] Parution en ligne d’un article très critique sur les groupes d’intérêt [politico-économiques] qui travaillent « contre le pays et contre peuple » (bán nước / vendre la patrie /// hại dân / nuisible au peuple) en ligne sur le site Giao Duc Viêt Nam le 26 juillet 2016.

Cet article est repris et commenté lors de la messe du père Nguyễn Ngọc Loan du groupe  Vérité et Paix (Công Lý và Hòa bình) le 31 juillet à Hanoi. Une charge contre le système communiste vietnamien. Vidéo ci-dessous.

(GDVN) – Những kẻ đang làm cho đất nước “đội sổ”, khiến lòng dân không yên có phải là những kẻ « bán nước, hại dân »?

Lire l’article : Giao Duc Viet Nam, 26/07/2016.

 

Viêt-Nam : les prisonniers d’opinion torturés dans les prisons [Amnesty International]

[ndlr] Le nouveau rapport d’Amnesty International publié le 12 juillet 2016 sur les conditions de détentions des prisonniers d’opinion en République socialiste du Viêt-Nam. Accablant.

Dans le rapport « Des prisons à l’intérieur des prisons : la torture et les mauvais traitements des prisonniers d’opinion au Viêt-Nam », nous avons documenté les pratiques de disparition forcée, mise à l’isolement et torture contre les prisonniers d’opinion, dans ce pays considéré comme l’un des plus fermé au monde.

DES PRISONNIERS TORTURÉS POUR LEUR SOUTIRER DES AVEUX

Dar a passé 5 ans derrière les barreaux. Les 10 premiers mois de sa détention, ils les a passés à l’isolement dans une minuscule cellule, dans l’obscurité la plus complète et dans un silence total. Pendant les deux premiers mois, on est venu le chercher chaque jour pour l’interroger et le rouer de coups.

Les autorités lui ont infligé des décharges électriques, lui ont fait passer le long de sa jambe un morceau de papier enflammé, lui brûlant la peau. Ils l’ont contraint à supporter des positions inconfortables et douloureuses pendant huit heures d’affilée. Il a également été frappé à coups de bâton, de tube en caoutchouc, de poing et de pied.

Un jour, des policiers l’ont pendu par les bras au plafond pendant un quart d’heure et l’ont frappé. Plusieurs fois, des policiers, ivres semble-t-il, ont fait irruption dans sa cellule au beau milieu de la nuit pour le rouer de nouveau de coups.

Dar était emprisonné en raison de son appartenance ethnique.

De nombreux anciens prisonniers interrogés par Amnesty International ont indiqué que la torture et les mauvais traitements avaient été particulièrement violents durant leur détention provisoire, car les autorités voulaient leur arracher des « aveux ».

Lire la suite : Amnesty International, 12/07/2016.

Téléchargez le rapport (PDF) ci-dessous :

Des prisons à l’intérieur des prisons

Les cas présentés dans ce rapport illustrent le fossé qui existe au Viêt-Nam entre les promesses faites en public de mettre un terme à la torture et aux autres mauvais traitements et la réalité telle que la vivent les prisonniers d’opinion incarcérés dans les centres de détention et les prisons du pays.
Index AI : ASA 41/4187/2016
Date de publication : 12 juillet 2016

Seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam : un 8 mai répressif

Le 8 mai 2016, une seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam [xuống đường vì môi trường] s’est déroulée au Viêt-Nam : à Ho Chi Minh-Ville, Hanoi ou Nha Trang. La population demande des éclaircissements sur l’affaire de la pollution industrielle qui a engendré des tonnes de poissons morts sur les côtes de quatre provinces vietnamiennes.

Lors de ce « second round », la répression a été plus forte : des dizaines de manifestants ont été arrêtés et des violences policières on été rapportées. En particulier, à Ho Chi Minh-Ville, l’intervention d’une bande mafieuse dénommée « les chiens aux anneaux verts » a secondé la Sécurité publique dans sa confrontation avec les manifestants. Selon des internautes, photos à l’appui, ces hommes en civil utilisés pour créer des violences portent un anneau en plastique vert sur leur doigt.

La répression a été principalement menée par des hommes casqués en uniformes verts issus des troupes des Jeunesses de choc (ou TNXP, fondées pendant la guerre du Viêt-Nam et autrefois assignées à la logistique de guerre). L’avocat dissident Phạm Công Út a appelé à mener une action en justice contre cette unité spéciale issue des Jeunes Volontaires. Ces jeunes recrues sont habituellement chargées de la protection des touristes dans le centre-ville et mobilisées pour fluidifier la circulation aux heures de pointe. Pour témoigner des exactions de ces forces supplétives, de nombreux manifestants ont pris des photos ou filmé à l’aide de leur portables les violences qui ont émaillées le cortège pacifique.

Ces événements relancent une fois de plus la question de la loi sur le droit de manifester, l’étendue de ce droit et sa gestion par l’État-Parti. Dans un entretien avec la BBC, le député Dương Trung Quốc a souligné l’ambiguïté du droit actuel qui relève plus de la gestion de la protection de l’État-Parti que du droit des citoyens. Malgré la volonté de légiférer sur ce droit, l’équilibre entre droits des citoyens et autoprotection d’un État craignant la subversion politique semble difficile à trouver.

En guise de réponse aux demandes de transparence sur la pollution des côtes, via la télévision officielle VTV, le gouvernement a lancé cette semaine (du 9 mai au 12 mai) une opération d’envergure dénommée « Nous devons nettoyer la mer » [?!] (Hãy làm sạch biển) mobilisant quelques 4000 jeunes pour nettoyer les côtes investies par des poissons morts dans quatre provinces du centre du pays : Hà Tĩnh, Quảng Bĩnh, Quảng Trị, Thừa Thiên Huế).

Étend donné l’ampleur de la pollution et de son impact sur l’économie de la pêche dans tout le pays, le nouveau gouvernement joue sa crédibilité dans cette première crise environnementale qu’il se doit de résoudre. A défaut d’une réponse appropriée, transparente et mesurée le gouvernement donnerait du crédit à l’hypothèse du professeur Lê Viết Khuyến sur une possible volonté délibérée de saborder l’économie maritime vietnamienne à travers une « guerre géophysique » (chiến tranh địa vật lý).

On comprend à demi-mot qu’il pourrait y avoir un lien entre cette affaire de pollution et les problèmes récurrents rencontrés par la RSVN en Mer de Chine méridionale. Ainsi, en touchant l’intérêt national, une grande partie de l’économie du Viêt-Nam étant tournée vers la pêche, l’affaire pourrait prendre, à l’avenir, un tour beaucoup plus politique.

FG, MàJ 09/05/2016.

Aperçus vidéographiques et compte-rendus en ligne :


Deux policiers en civil arrêtant et frappant au visage un manifestant.


Hommes de main : arrestation musclée d’un manifestant qui tente de fuir et protestation de la foule suivie par l’agression contre un autre manifestant (peu après embarqué manu-militari).

Près de la Cathédrale de Saigon, protestation de manifestantes contre la violence exercée sur une femme et son enfant.

Un manifestant délivré des mains des forces de Sécurité par d’autres manifestants.


Arrestations de manifestants par les forces de la Sécurité publique (ici l’unité spéciale des Jeunes Volontaires). Des manifestants sont isolés, frappés et embarqués de force par des policiers en civils et des hommes de main dans des cars de tourisme.


Idem. Une technique répétée à chaque manifestation.


Ici, une première voiture noire aux vitres teintées s’arrête et un manifestant est embarqué de force à l’intérieur suivie d’une seconde voiture et d’un autre manifestant.


Cars de tourisme réquisitionnés par la Sécurité publique pour embarquer les manifestants dans les commissariats du secteur. Applaudissements et soutien solidaire des autres manifestants contre la répression.


Manifestation à Nha Trang.


Les supporters de l’équipe de football de Haiphong manifestent pour la sauvegarde des poissons : « Nous choisissons la mer, nous choisissons le poisson, nous aimons le foot ! ».

Image « à la une » : arrestation d’un manifestant par deux membres de l’unité anti-manifestation des Jeunesses de choc © Dân Làm Báo

Hà Sĩ Phu: Cứ êm ái chết đúng quy trình như đàn cá ư ? [interview]

[ndlr] Interview intéressante de l’intellectuel Hà Sĩ Phu sur « la question chinoise » qui refait surface avec l’affaire de la pollution industrielle à l’origine de milliers de tonnes de poissons morts dans le centre du Viêt-Nam.

Il y développe sa théorie : « Pour sortir de l’orbite chinoise, il faut sortir du communisme mais pour sortir du communisme il faut sortir du mythe de l’Oncle Ho ».

« … Thoát Trung là một công cuộc không đơn giản, rất khó khăn và lâu dài. Nhưng rút gọn lại như một triết lý, như cái cốt lõi của vấn đề thì “Muốn Thoát Trung phải Thoát Cộng, mà muốn Thoát Cộng thì phải Thoát được Hồ”. Nếu bảo Việt Nam không thể Thoát Hồ, không thể Thoát Cộng được đâu thì điều đó cũng có nghĩa là xin thua luôn, cứ chịu Bắc thuộc thôi, Việt Nam không thể Thoát Trung được! Nạn Bắc thuộc mới sẽ diễn ra đúng như quy trình và bất khả kháng!? » – Hà Sĩ Phu.

Source : Dân Làm Báo

Pham Doang Trang : Unfair Elections in Vietnam. How the Communist Party Manipulates the Process

[ndlr] Rapport en ligne de la blogueuse Pham Doan Trang sur les réalités du processus de désignation des candidats pour les élections de la future Assemblée nationale de la RSVN. Éloquent et intéressant.

PhamDoanTrang_UnfairElectionsInVietnam_2016

This report provides an insight into the 2016 legislative elections in Vietnam, with an analysis of the political system and electoral process and how they are used to restrict the citizens’ right to participation. It also gives accounts of harassment and rights violations against the independent candidates who, for the first time in the country’s history, courageously speak out against the repressive system by standing for an election in which they see no chance of winning. Restriction of freedoms of movement, expression and assembly, intimidation and harassment by the police, defamation by the propagandists and the biased media are some among many forms of rights violation. Besides, the independent candidates are subjected to public haranguing in “meetings with constituents” which appear to be a procedure unique to China and Vietnam. The analysis and accounts highlight the conclusion that the legislative elections in Vietnam are not free and fair ones under the rule of the Vietnamese Communist Party. Steps should be taken to bring about a legal and political reform in the country to ensure promote human rights, of which the rights to participation are critical.

Lire également de Doan Trang : A guide to the National Assembly election

Image « à la une » : Affiche de propagande de la province de Yên Bái pour la prochaine élection.