Archives par mot-clé : RSVN

Arrestation du journaliste Pham Chi Dung : un assaut contre la liberté d’expression

Le 21 novembre 2019, le département d’enquête du Ministère de la Sécurité publique à Hô Chi Minh-Ville annoncé officiellement l’arrestation du journaliste indépendant Pham Chi Dung. A travers un communiqué lapidaire l’annonce a été faite sur le site de la Police et largement diffusée dans les médias1.

Le département de police de Hô Chi Minh-Ville, après avoir ouvert une enquête, a exécuté sans tarder le mandat d’arrêt pour la détention et le mandat de perquisition à l’encontre de Pham Chi Dung, une personnalité célèbre de la dissidence vietnamienne. Ce journaliste indépendant, né en 1966 dans la province de Dông Thap, a été arrêté à son domicile au 298/4, Nguyên Trong Tuyên, quartier 1, district de Tân Binh à Hô Chi Minh-Ville sous les chefs d’inculpation “de fabrication, de stockage, de diffusion d’informations ou de propagande et documents destinés à s’opposer à l’État de la République socialiste du Viêt Nam”. Cette inculpation s’appuie sur l’article 117 du Code pénal de 2015 (modifié et complété en 2017) de la République socialiste du Viêt Nam. La nouvelle a été présentée sur le Courrier en Vietnam, organe de l’agence vietnamienne d’information en français, dans des termes déniant toute qualité de journaliste à M. Dung présenté comme “une personne”, “un homme” responsable d’une grave infraction :

L’Agence de police d’enquête de la police de Hô Chi Minh-Ville a introduit une instance et interpellé un homme domicilié dans la mégapole du Sud pour propagande contre l’État vietnamien, a-t-elle informé jeudi 21 novembre2.

Le communiqué de la Police précise, sans réelle surprise, que “récemment, Pham Chi Dung a eu de nombreuses activités publiques très dangereuses, violant gravement la loi et nuisant à la stabilité sociale, à la sécurité et à l’ordre public”. Cette nouvelle confirme le durcissement des autorités communistes du Viêt-Nam vis-à-vis de toute expression pluraliste dans le pays. Dans le collimateur de la police politique depuis des années, Pham Chi Dung avait créé l’Association des journalistes indépendants du Viêt-Nam (Hội nhà báo độc lập Việt Nam) en juillet 2014, association dont il était le président et l’un des principaux rédacteurs. A la suite de cette arrestation, le quotidien en ligne fondé par Pham Chi Dung a été rapidement déconnecté de la toile3.

L’intellectuel Nguyen Quang A réagissait à cette arrestation sur le programme vietnamien de la BBC : “Je me sens dévasté, triste et de plus en colère car l’arrestation de M. Pham Chi Dung est un signe très inquiétant de la politique actuelle du gouvernement vietnamien, car les accusations portées contre lui sont absolument sans fondement”4. De son côté l’avocat Trân Quôc Thuân se montrait “à la fois surpris et non surpris” par une telle arrestation. Il rappelait que Pham Chi Dung avait été, par le passé, en partie protégé par ses relations familiales, étant le fils de Pham Hung, un dirigeant communiste notoire dans le sud qui fut le secrétaire de l’ancien Premier ministre Vo Van Kiêt5. Le fait que ce journaliste indépendant, fondateur du Viêt Nam Thoi Bao un quotidien en ligne, soit bien informé par des sources non identifiées a poussé la Sécurité publique à diligenter une perquisition et à mener cette enquête6.

Sur sa page Facebook, l’Association des journalistes indépendants publia le 22 novembre 2019 un Communiqué de presse rappelant la légalité de Pham Chi Dung dans sa construction d’un journalisme professionnel détaché du pouvoir politique conformément à l’article 25 de la Constitution du pays et aux accords internationaux en matière de droits civils et politiques signés par la RSVN7. Le communiqué rappelait son soutien total et inconditionnel au travail de Pham Chi Dung dans sa volonté de construire ce journalisme vietnamien indépendant et dénonçait toutes les arrestations de personnalités jugées dissidentes par le régime, utilisées comme monnaie d’échange dans les négociations commerciales internationales, notamment celles en cours avec l’Union Européenne8.

L’association Reporters sans frontières qui avait fait de Pham Chi Dung un de ses “héros de l’information” en 2014 a fermement condamné cette mesure policière :

Reporters sans frontières (RSF) condamne avec la plus grande fermeté l’interpellation de ce défenseur opiniâtre de la liberté de la presse, qui œuvre depuis plusieurs années pour la consolidation d’une société civile ouverte et informée, au-delà de la propagande du Parti communiste vietnamien (PCV)9.

D’autres ONG de défense des Droits de l’homme ont immédiatement adressé une lettre de protestation aux autorités vietnamiennes. En particulier, l’OMCT (Organisation mondiale contre la torture) a rappelé l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ratifié par la RSVN le 24 septembre 1982 :

The Observatory strongly condemns the arbitrary detention and judicial harassment of Mr. Pham Chi Dung, which seem to be only aimed at punishing him for his legitimate exercise of his right to freedom of expression. The Observatory calls on the Vietnamese authorities to immediately release Mr. Pham Chi Dung and put an end to any acts of harassment, including at the judicial level, against him and all the human rights defenders in the country. The Observatory further calls on the authorities to respect the right to freedom of opinion and expression as enshrined in Article 19 of the International Covenant on Civil and Political Rights (ICCPR).10

Si actuellement, “l’affaire est en cours d’investigation” comme le rappelle le communiqué de la Sécurité publique, cette arrestation est le signe d’une tension grandissante chez les autorités communistes à l’approche du XIII congrès de janvier 2021. L’inquiétude n’est pas feinte car, outre le fait que la RSVN ne respecte pas la liberté de la presse et d’expression, elle démontre une fois de plus que les dirigeants actuels affichent un profond mépris pour les recommandations de la communauté internationale en la matière, bafouant allégrement la propre constitution du Viêt-Nam amendée en 2013.

En cinq ans, Pham Chi Dung a pu démontrer qu’un journalisme indépendant de qualité était possible et pouvait agir sur l’évolution des mentalités au sein du Parti communiste vietnamien. L’influence grandissante de ce média à travers la pertinence des analyses de Pham Chi Dung a sans doute été la cause de cette répression aussi soudaine que malheureusement prévisible dans un État-Parti tenu d’une main de fer par la police politique.

FG, MàJ 25/11/2019.

Extrait de L’Asie du Sud-Est 2015 (Bangkok, IRASEC).

Notes

  1. Cf. Khởi tố hình sự đối với Phạm Chí Dũng về hành vi “Làm, tàng trữ, phát tán hoặc tuyên truyền thông tin, tài liệu, vật phẩm nhằm chống Nhà nước Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam”, Bô Công An, 21/11/2019 []
  2. Hô Chi Minh-Ville : une personne poursuivie pour propagande contre l’État, Le Courrier du Vietnam, 22/11/2012 []
  3. Le site renvoie désormais les lecteurs sur une page d’inscription à Blogger []
  4. Phản ứng dư luận sau khi cây bút Phạm Chí Dũng bị bắt, BBC Vietnamese, 22/11/2019. Voir aussi : Việt Nam bắt và khởi tố hình sự ông Phạm Chí Dũng, BBC Vietnamese, 21/11/2019. []
  5. Voir le portrait que nous avions fait de lui dans L’Asie du Sud-Est 2015 – Bilan, enjeux et perspectives, sous la dir. d’Abigaël Pesses et François Robinne : “Pham Chi Dung, figure du nouveau journalisme indépendant”, pp. 337-338, reproduit ci-dessus []
  6. Phản ứng dư luận sau khi cây bút Phạm Chí Dũng bị bắt, BBC Vietnamese, 22/11/2019. Voir aussi les détails biographiques mentionnés par le quotidien californien Nguoi Viêt : CSVN bắt giam nhà báo tự do Phạm Chí Dũng, Nguoi Viêt, 21/11/2019 []
  7. Un aperçu des sujets traités par ce journaliste est donné sur Voice Of America : https://www.voatiengviet.com/z/4579 []
  8. Voir : https://www.facebook.com/ijavn.org/ []
  9. Cf. Inquiétante arrestation du journaliste indépendant vietnamien Pham Chi Dung, RSF, 22/11/2019 []
  10. Cf. Viet Nam: Arbitrary detention of Mr. Pham Chi Dung, OMCT, 22/11/2019. Sur ce pacte voir : International Covenant on Civil and Political Rights, ONU ; texte en français et sa ratification par les États membres : 4. Pacte international relatif aux droits civils et politiques, UNTC []

Giới nghiên cứu: ‘Nguy cơ lớn’ ở Tư Chính; TBT-CTN Trọng vẫn dịu giọng

Débat sur les Spratleys (récif submergé de Vanguard Bank), organisé à Hanoi le 6 octobre dernier.

“Tất cả những người tham gia tọa đàm đều đồng ý với nhau một ý kiến là Việt Nam cần phải mạnh mẽ hơn, cụ thể thông qua các hành động. Thứ nhất là khởi kiện Trung Quốc ra một tòa án quốc tế nào đó mà có thể kiện được. Và thứ hai, Việt Nam phải đổi mới về chính sách đối ngoại, trong đó là xích lại với phía Mỹ nhiều hơn để làm đối trọng với Trung Quốc trong khu vực Biển Đông”.

Lire la suite : VOA, 07/10/2019.

Illustration “à la une” : © Dan Chim Viêt

“Mer de l’EST” : Nouvelle protestation du Viêt-Nam

L’expansionnisme de la Chine sur un territoire maritime régi par le droit international se poursuit, donnant lieu le 2 octobre à une nouvelle protestation officielle de la République socialiste du Viêt-Nam.

Việt Nam yêu cầu Trung Quốc rút nhóm tàu Hải Dương 8 khỏi Biển Đông

TGVN. Theo Người Phát ngôn Bộ Ngoại giao, Việt Nam kiên quyết phản đối hoạt động của nhóm tàu Hải Dương 8 trên Biển Đông và đã giao thiệp với Trung Quốc về vấn đề này.

[…] Việt Nam yêu cầu Trung Quốc chấm dứt ngay vi phạm, rút toàn bộ nhóm tàu nói trên ra khỏi vùng biển Việt Nam và không để tái diễn hành động vi phạm tương tự. Việt Nam kiên quyết bảo vệ chủ quyền và các quyền lợi hợp pháp của Việt Nam tại Biển Đông bằng các biện pháp luật pháp quốc tế cho phép.

Lire la suite : Thê Gioi Viêt Nam, 03/10/2019.

Voir aussi :

Hà Lan, VN xác minh việc TQ triển khai giàn khoan Hải Dương 982 ở Biển Đông, News Zing, 03/10/2019.

Viêt Anh, Việt Nam xác minh Trung Quốc đưa giàn khoan tới Biển Đông, VnExpress, 03/10/2019.

L’émission du 3 octobre 2019 sur France Culture :

Illustration “à la une” : Mme Lê Thi Thu Hang, porte parole du Ministère des Affaires étrangères de la RSVN © BC

Viêt-Nam : Feu vert pour protester contre le fait accompli Chinois en Mer de Chine ?

La situation se tend de nouveau entre le Viêt-Nam (RSVN) et la Chine (RPC) sur la question de la Mer de Chine méridionale, Mer de l’Est pour les Vietnamiens. Malgré une relative faible mobilisation, des manifestations vietnamiennes s’organisent.

Alors que des exercices militaires chinois se déroulaient les 6 et 7 août dans la zone des Paracels (Hoang Sa) à proximité du Centre du Viêt-Nam et qu’une occupation des Spratleys (Truong Sa) par des navires chinois irrite les autorités vietnamiennes, une manifestation rassemblant une dizaine de personnes s’est déroulée le 6 août devant l’ambassade de Chine à Hanoi, la capitale du pays.

Cette micro-manifestation revêt une signification néanmoins importante comme le souligne l’intellectuel Nguyen Trong Thuy sur son blog1. Elle intervient dans un contexte particulièrement compliqué pour la dissidence vietnamienne régulièrement muselée et harcelée. D’autres, comme l’avocat dissident Lê Cong Dinh y voient un possible “feu vert” des autorités vietnamiennes pour signifier que les Vietnamiens pourraient répondre dans la rue à la politique de fait accompli chinoise. La question se pose. Cependant, la population vietnamienne semble encore peu mobilisée par la question et personne du côté de la dissidence n’attend de véritable feu vert. Dans son ensemble, cette dernière se méfie d’une manipulation de l’esprit patriotique par les autorités communistes suivie d’une répression, un scénario déjà subi lors des expériences précédentes2.

Cette nouvelle affaire en Mer de Chine méridionale fait suite à une longue série d’occupations arbitraires chinoises et de militarisation des îlots en dépit du droit maritime international. Depuis le début du mois de juillet, un récif corallien dénommé Tu Chinh (Vanguard Bank), situé dans la zone économique exclusive maritime du Viêt-Nam est convoité par la Chine. Cette présence chinoise dans une zone maritime relevant entièrement du Viêt-Nam, conformément aux dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982, a provoqué à plusieurs reprises la réaction de Hanoi. Selon le South China Morning Post, la situation très tendue aurait pu déboucher sur une confrontation :

“Les garde-côtes chinois et vietnamiens ont été impliqués dans une confrontation d’une semaine autour d’un récif en mer de Chine méridionale, risquant le plus important affrontement entre les deux pays depuis cinq ans”3.

Le 16 août, le ministère des Affaires étrangères vietnamien protestait contre le retour d ‘un navire de prospection chinois répondant au nom de Haiyang Dizhi 8 (HD8) dans les eaux vietnamiennes des Spratleys4. Le 22 août 2019, lors d’une conférence de presse, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lê Thi Thu Hang réaffirmait le point de vue du Viêt-Nam :

“Ces derniers jours, le groupe de navires de recherche Haiyang Dizhi 8 de la Chine est revenu et a continué ses actes de violation grave de la zone économique exclusive et du plateau continental du Vietnam, déterminés selon la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982”

“Avec une volonté de défendre ses droits et intérêts légitimes, de contribuer à la paix, à la stabilité et à la sécurité régionale et internationale, le Vietnam est toujours prêt à résoudre les désaccords par la voie pacifique, selon le droit international”5.

Chevauchement de revendications dans la mer de Chine méridionale : la zone économique exclusive du Vietnam en bleu, la ligne rouge à neuf tirets de la Chine en rouge. © The Maritime Executive

Cependant, la réponse de Hanoi aux intrusions chinoises sur sa zone exclusive en Mer de l’Est a peu d’impact face à une Chine campée sur ses positions consistant à dire que la Mer de Chine, suivant la trajectoire des 9 points, soit quasiment dans sa totalité, lui appartient historiquement. Pour preuve, selon l’agence Reuters, le 24 août, le navire de prospection chinois dénoncé par Hanoi se rapprochait dangereusement de la zone exclusive vietnamienne au risque d’engendrer un accrochage6.

Le chercheur Ryan Martinson (Naval War College) retraçait dans un tweet du 26 août 2019 les mouvements du navire chinois Haiyang Dizhi 8 à moins de 200 km des côtes vietnamiennes et 102 km de l’île de Phu Quy (signalée Long Hai sur la carte) :

Les observateurs constatent que face à Pékin, jouant plus sur la coercition vis-à-vis de ses voisins que sur la conciliation, la réponse internationale reste faible. Un véritable conflit en mer de Chine méridionale semble d’ailleurs improbable et chacun de penser qu’en fin de compte Pékin ne lâchera pas prise7.

De leur côté, des membres de la société civile vietnamienne ont diffusé un “Appel contre l’invasion chinoise” le 16 août. Celui-ci a été signé par 17 organisations et plus de 700 personnes à titre individuel.8. Il révèle une véritable inquiétude chez les intellectuels de ce pays.

Du côté du Politburo vietnamien, la “question chinoise” ne manquera pas de s’imposer de façon accrue lors de la préparation du prochain congrès de janvier 2021. Les enjeux économiques et géostratégiques soulevés par la puissance chinoise impacteront le choix de la prochaine direction de l’Etat-Parti.

A l’étranger, les appels vietnamiens à manifester du 22 au 25 août, ont été entendus surtout aux Etats-Unis notamment à Washington où une centaine de personnes ont protesté devant l’ambassade de Chine9. D’autres mobilisations éparses devant des consulats chinois ont montré que les anciens blogueurs expulsés du Viêt-Nam, Diêu Cày (Nguyên Van Hai) à Los Angeles ou Me Nam (Nguyên Ngoc Nhu Quynh) à Houston, étaient toujours actifs. Pour l’heure, si les manifestations ne sont pas massives, la vigilance des Vietnamiens à l’intérieur comme à l’extérieur du pays reste intacte.

FG, 26/08/2019, MàJ 28/08/2019.

Notes

  1. Cf. Cuộc tập kích ngoạn mục vào Đại sứ quán Trung Cộng, Nguyen Trong Thuy’s Blog, 06/08/2019 []
  2. Voir l’analyse de Cao Nguyên, Căng thẳng Bãi Tư Chính: Lòng yêu nước của người dân bị lợi dụng và phản bội, RFA Vietnamese, 26/07/2019 []
  3. Liu Zhen, “China and Vietnam in stand-off over Chinese survey ship mission to disputed reef in South China Sea,” South China Morning Post, 12/08/2019 []
  4. Voir le communiqué officiel reproduit sur le Journal des Femmes : Yêu cầu Trung Quốc rút toàn bộ nhóm tàu tái diễn hành vi xâm phạm chủ quyền Việt Nam, Phu Nu Online, 16/08/2019 []
  5. Cf. VNA, Le Vietnam demande à la Chine de retirer tous ses navires de la zone économique exclusive du Vietnam, Vietnam +, 22/08/2019 []
  6. Cf. Khanh Vu, Chinese ship inches closer to Vietnam coastline amid South China Sea tensions, Reuters, 24/08/2019 []
  7. Voir l’article de Trinh Le, The Vanguard Bank standoff shows China remains undeterred, The Interpreter, 16/08/2019 []
  8. Cf. le décompte de la revue en ligne Dien Dan – Forum, mise à jour du 25/08/2019 []
  9. Pour un aperçu général des manifestations, voir : Người Việt nhiều nơi biểu tình chống Tàu cộng xâm lược và Việt cộng hèn với giặc ác với dân, Dân Làm Báo, 26/08/2019 []

Benedict Kerkvliet: Speaking Out in Vietnam Public Political Criticism in a Communist Party–Ruled Nation

Avis de parution d’une nouvelle étude de Benedict J. Tria Kerkvliet. Présentation de l’éditeur ci-après.

Since 1990 public political criticism has evolved into a prominent feature of Vietnam’s political landscape. So argues Benedict Kerkvliet in his analysis of Communist Party–ruled Vietnam. Speaking Out in Vietnam assesses the rise and diversity of these public displays of disagreement, showing that it has morphed from family whispers to large-scale use of electronic media.

In discussing how such criticism has become widespread over the last three decades, Kerkvliet focuses on four clusters of critics: factory workers demanding better wages and living standards; villagers demonstrating and petitioning against corruption and land confiscations; citizens opposing China’s encroachment into Vietnam and criticizing China-Vietnam relations; and dissidents objecting to the party-state regime and pressing for democratization. He finds that public political criticism ranges from lambasting corrupt authorities to condemning repression of bloggers to protesting about working conditions. Speaking Out in Vietnam shows that although we may think that the party-state represses public criticism, in fact Vietnamese authorities often tolerate and respond positively to such public and open protests.

Contents:

List of Illustrations
Acknowledgments
List of Abbreviations
Introduction: Political Criticism and the Party-State
1. Labor: Protesting Working and Living Conditions
2. Land: Defending Farms and Opposing Corruption
3. Nation: Protecting Vietnam and Questioning the Party’s Patriotism 
4. Democratization: Advocating Regime Change
5. Party-State Authorities: Treatment of Regime Critics
6. Reprise and Prospects
Appendix: Cited Party-State
Newspapers
Notes
Index

Source : Cornell University Press

Võ Nhân Trí (1927-2019)

[ndlr] Nous avons appris la disparition de Võ Nhân Trí, chercheur en économie, spécialiste du Viêt-Nam, son pays natal. Il est décédé à Paris le 3 juin 2019 à l’âge de 92 ans. Nous le croisions de temps à autre dans la salle de lecture du CID Vietnam lorsque ce centre de documentation était encore localisé au 14 rue de Corvisart dans le treizième arrondissement de Paris. M. Trí y décryptait la presse et suivait les programmes en vietnamien de RFI. Son ami, le dissident Vũ Thư Hiên, lui a rendu hommage sur Facebook, texte ci-après.

TIN BUỒN,

Một người bạn chung của chúng ta, ông Võ Nhân Trí, đã chia tay với chúng ta lần cuối vào ngày 3.6.2019 tại Paris, thọ 92 tuổi. Ông từng du học Pháp và Anh, có học vị tiến sĩ Luật (Pháp) và tiến sĩ Kinh tế (Anh).

Với tinh thần yêu nước nồng nàn, ông từng trở về Việt Nam với hy vọng sẽ đem kiến thức học hỏi ở nước ngoài đóng góp vào sự phát triển của tổ quốc. Nhưng như nhiều trí thức khác từ nước ngoài trở về, ông chẳng những không được trọng dụng mà còn bị chính quyền cộng sản coi khinh, chỉ cho làm những công việc ngồi chơi xơi nước.

Chán nản, nhân một dịp được đi họp ở Singapore, năm 1984 ông trở lại châu Âu và từ đó đứng hẳn vào hàng ngũ những người đấu tranh cho việc chung tay xây dựng một nước Việt Nam dân chủ trong tương lai.

Võ Nhân Trí là tác giả nhiều cuốn sách bằng Pháp ngữ về kinh tế Việt Nam (viết riêng và viết chung với nhiều tác giả khác), trong đó có một cuốn bằng tiếng Việt “Việt Nam cần đổi mới thật sự”, nghĩa là phải đổi mới thể chế để có chỗ đứng trong cộng đồng các quốc gia bình thường trên thế giới.

Những người bạn ông và những người cùng chí hướng với ông vô cùng thương tiếc ông.

Source : Facebook

Rappel de ses principaux ouvrages :

  • Vo Nhan Tri & Anne Booth, Recent economic developments in Vietnam, London : University of London, School of Oriental and African Studies, Dept. of Economics, SOAS Working Paper no. 7, 1992, 39 p.
  • Vo Nhan Tri, Vietnam’s economic policy since 1975, Singapore, Singapore Inst. of Southeast Asian Studies 1992.
  • Vo Nhan Tri, Socialist Vietnam’s economy, 1975-85 : an assessment, Tokyo, Japan : Institute of Developing Economies, V.R.F. Series no. 139, [1987].
  • Vo Nhan Tri, “Transformation socialiste de l’économie vietnamienne 1975-1985”, in Nguyen Duc Nhuan, Vo Nhan Tri et al., Le Viêt-Nam post-révolutionnaire. Population, économie, société 1975-1985, Paris, L’Harmattan, coll. Asie Débat 4, 1987, pp. 43-88.
  • Vo Nhan Tri et Nguyen Duc Nhuan, Le Vietnam dix ans après : bilan et perspectives, Paris : La Documentation Française, Problèmes politiques et sociaux : dossier d’actualité mondiale, no. 531 , 1986.
  • Vo Nhan Tri, Croissance économique de la République démocratique du Vietnam, 1945-1965, Hanoi : Éditions en langues étrangères, 1967, 627 p.
  • Vo Nhan Tri, “La politique agraire du Nord-Vietnam”. Tiers-Monde, 1960, tome 1, n°3, pp. 353-372.

George Black: Fifty Years After, A Daunting Cleanup of Vietnam’s Toxic Legacy

[ndlr] Signalement d’un article intéressant sur les ravages de l’Agent Orange et la décontamination.

From 1962 to 1971, the American military sprayed vast areas of Vietnam with Agent Orange, leaving dioxin contamination that has severely affected the health of three generations of Vietnamese. Now, the U.S. and Vietnamese governments have joined together in a massive cleanup project.

In the thriving industrial city of Bien Hoa, about 20 miles east of Ho Chi Minh City, the former Saigon, there is a large air base, just beyond a sweeping bend in the Dong Nai River. During the American war in Vietnam, it was said to be the busiest airport in the world. Since the war ended in 1975, a dense cluster of four residential neighborhoods has grown up around the base. Their total population is perhaps 111,000, while the base itself, now home to advanced long-range fighter-bombers of the Vietnam People’s Air Force, has another 1,200 permanent residents.

A small drainage canal, no more than 8 or 10 feet wide, snakes its way from the west end of the runway — an area known as Pacer Ivy — for half a mile or so through one of these densely packed neighborhoods, which is called Buu Long. On a sweltering afternoon last month, toward the end of the dry season, the canal was no more than a stagnant greenish-brown murk strewn with garbage and choked in places with water hyacinths. Nonetheless, a middle-aged woman who introduced herself as Mrs. Mai was washing her hands and feet in the filthy water. Nearby, a fisherman was sitting on a low cement wall near the mouth of the canal. Nothing was biting.

The problem for Buu Long, however, is what couldn’t be seen. The canal is heavily contaminated with the most toxic substance ever created by humans: dioxin, the unintended byproduct of the defoliant known as Agent Orange, for the color-coded band on the 55-gallon barrels in which it was stored before being loaded onto the lumbering C-123 aircraft at the Bien Hoa base and sprayed over vast areas of Vietnam. During the U.S. Air Force campaign known as Operation Ranch Hand, Agent Orange was used to strip bare the coastal mangroves of the Mekong Delta and the dense triple-canopy forests that concealed enemy fighters and supply lines.

Lire la suite : Yale Environment 360, 13/05/2019.

Voir également sur le même sujet (articles signalés par Greg Nagle
PhD Forest and  watershed science, Hanoi) :

Illustration “à la une” : A Vietnamese soldier next to a hazardous warning sign for dioxin contamination at Bien Hoa air base last October © Kham/AFP/Getty Images