Archives par mot-clé : RSVN

« L’affaire Chu Hảo » : vieille purge systémique et nouvelle mise au pas des intellectuels au Viêt-Nam

Le 25 octobre 2018, le professeur Chu Hảo, directeur des éditions Tri Thức [Connaissances], une des maisons d’édition les plus ouvertes et les plus appréciées du pays, a fait l’objet d’une proposition de sanction disciplinaire. Cette demande du Comité central de discipline du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) contre un intellectuel vietnamien soulève plus généralement la question du fonctionnement de l’État-Parti sous la direction de ce parti unique. Cette mise à l’index aux allures d’accusation publique a provoqué un certain émoi chez les intellectuels vietnamien et une vive réaction chez de vieux compagnons de route du parti. Ainsi, l’écrivain Nguyen Ngoc, le professeur Mac Van Trang, ou d’autres comme Tran Nam ont pris la décision de quitter le PCV en signe de protestation. L’intéressé lui-même a décidé le 26 octobre de rendre sa carte du PCV. Retour sur une affaire qui provoque des remous jusque dans les milieux universitaires étrangers.

Depuis le début des années 2010, marquées par une série de manifestations antichinoises (été 2011, été 2014, juin 2018), le PCV a renoué avec ses vieux démons : celui de la purge politique et de la double répression policière et judiciaire.

Une manœuvre systémique

Sur un plan historique, cette dimension du pouvoir communiste vietnamien n’est pas une surprise, elle est systémique. Le maintien du Parti au pouvoir sur une si longue période (depuis 1945 au Nord et depuis 1975 pour le Sud) est en grande partie dû à sa capacité à exclure et neutraliser, de fait, à réduire au silence toute dissension interne au sein de l’appareil. La récente directive 102-QĐ/TW du 15 novembre 2017 du Comité central sur la discipline de parti va dans ce sens1. La lutte extérieure contre les opposants politiques (nationalistes, trotskistes, monarchistes), laminés au fil des décennies, a laissé place à une lutte interne au parti. Au cours de l’histoire de la République Démocratique du Viêt-Bam (1945-1976), ce fut le cas à plusieurs reprises : en 1948 lors de l’affaire H122 contre le « Quốc dân Đảng » [Parti nationaliste]2, en 1956-1960 lors de la mise au pas des intellectuels répression des périodiques Nhân Văn (Humanisme) et Giai Phẩm (Belles Lettres)3, en 1967 lors de l’affaire dite du « révisionnisme anti-parti » visant à éliminer les partisans d’une coexistence pacifique avec le Sud, en 1972 avec l’éviction de Vo Nguyên Giap du Polit-Buro4. Et des exemples moins connus pourraient être multipliés.

Après la réunification, ce processus permanent de la purge léniniste s’est poursuivi et s’est élargi aux forces dites « réactionnaires », à tous les mouvements opposés directement ou indirectement à une « nord-malisation » politique du Viêt-Nam. Ce fut le cas notamment des anciens du Front national de libération du Sud Viêt-Nam juste après la « libération » puis du Club des résistants du Sud en 1988 autour de Nguyên Hô (1916-2009). Ce fut également le cas du général Trân Dô (1923-2002), figure emblématique de l’exigence d’une transformation politique vers la démocratie ou du colonel Trân Anh Kim (né en 1949), toujours emprisonné pour ses prises de positions politiques. La liste est longue et devra être un jour établie par les chercheurs pour analyser finement les ressorts du fonctionnement du PCV face à sa propre évolution. Sous couvert de luttes de faction (nord/sud) et de campagnes contre la corruption (visant les groupes d’intérêt politico-économiques), la purge interne revêt une dimension systémique du pouvoir vietnamien permettant au PCV d’unifier ses troupes dans le but de se maintenir au pouvoir5. Cette dimension est visible et comptable à travers les procès politiques à répétition et lisible à travers le vocabulaire spécifique employé par les dirigeants, les idéologues et les instances judiciaires de l’État-Parti.

Ennemi intérieur et sables mouvants

La rhétorique de l’ennemi intérieur n’est certes pas nouvelle mais elle a pris ses dernières années une certaine vitalité6. Est-ce à dire que le pouvoir se sent menacé ? Il faut en effet revenir aux années 1990 soit deux décennies en arrière pour voir resurgir les vieux concepts de « phản động » [réactionnaire], « lật đổ chính quyền nhân dân » [renversement du pouvoir populaire] et ceux de « diễn biến hòa bình » [évolution pacifique] aujourd’hui transformé en « tự diễn biến », « tự chuyển hóa » [auto-évolution, auto-transformation]7. Or, ces expressions sont en elles-mêmes très floues comme le démontre l’analyse de l’avocat Lê Công Dinh à propos de l’accusation de « renversement du pouvoir populaire » dont il fut lui-même accusé en 2010, permettant tous les abus8. Le terme d’auto-évolution n’a également rien de précis car la « ligne rouge », celle que tout citoyen doit respecter et ne pas dépasser, est strictement définie par le Parti. Cette ligne est par ailleurs toujours mouvante laissant tout le loisir aux forces de sécurité de vous faire basculer ou non dans ces « sables mouvants rougeoyants ».

Éduquer le peuple, sur les pas de Phan Châu Trinh

En s’attaquant au professeur Chu Hảo et sa maison d’édition, le PCV cherche la mise au pas des intellectuels dans un contexte de contestation sourde d’une mainmise chinoise (économique et politique) sur le pays. Le pedigree du professeur Chu Hảo mérite d’être rappelé ici pour mesurer la profondeur de la mesure disciplinaire à venir. Né le 15 mai 1940 dans la province de Bac Giang, Chu Hảo est le fils de Chu Dinh Xuong, ancien directeur du Département de la sécurité publique du nord en 19459. Son père fut ensuite Directeur adjoint du département de la sécurité publique pour la région centre, puis directeur du département de la police de région sud du centre du pays, avant de changer de ministère et devenir chef du bureau du ministère de la Culture. En clair, Chu Hảo est un enfant de la révolution d’août. Formé à l’école de Pékin puis de Moscou, il a la particularité d’avoir suivi une scolarité très jeune en Chine populaire pendant cinq ans puis en 1960 en URSS à l’université polytechnique de Kiev. Il fut diplômé de cette université en 1965 puis resta en URSS jusqu’au grade de docteur adjoint (équivalent du niveau Master 2). De 1976 à 1979, Chu Hảo enseigne à l’université polytechnique de Hanoi puis se rend en France pour faire sa thèse. Doctorat en poche, il peut gravir les échelons en devenant Professeur des universités. A partir du milieu des années 1980, il dirige plusieurs organe dédiés à la recherche technologique et fut en 1996 nommé Vice-ministre des sciences et de la technologie du Viêt-Nam. A la retraite en 2005, il consacra celle-ci à son nouveau métier d’éditeur et de promoteur d’idées nouvelles et de connaissances de base au public vietnamien. Autrement dit, son parcours ne le prédestinait pas à devenir l’actif défenseur de l’intelligence du peuple promue par le lettré Phan Châu Trinh.

La culture contre l’ignorance, l’élévation intellectuelle comme condition du progrès social. Tels pourraient être les ambitions qui guident les choix éditoriaux des éditions de la Connaissance. [FG]

« Discipliner » le monde des idées

Le 25 octobre dernier, la Commission centrale d’enquête du PCV a donc recommandé « d’examiner et d’appliquer des mesures disciplinaires pour violations graves » de la discipline de parti10. Il est reproché à Chu Hảo d’agir à l’encontre des directives du parti et de l’État communiste. Le texte du parti mentionne : « En tant que directeur – rédacteur en chef, M. Chu Hảo est au premier chef responsable de la publication par la maison d’édition Tri Thuc d’un certain nombre d’ouvrages dont le contenu va à l’encontre des points de vue, des directives et de la politique du parti et de l’État, violant ainsi la loi sur la publication ; ouvrages qui devront être contrôlés, récupérés et détruits par les autorités compétentes ». Il s’agit ni plus ni moins de faire main basse sur le catalogue de la maison d’édition et de procéder à un nettoyage politique de livres considérés comme problématique11. Quels sont ces ouvrages ? Dans la ligne de mire de la Commission de contrôle sont les traductions de classiques occidentaux discutant des formes de gouvernement et de systèmes politiques. On peut citer à titre d’exemple l’essai sur la liberté du philosophe anglais John Stuart Mill (1806-1873) et d’une façon générale les ouvrages traduits de l’étranger présentant un contenu ou une réflexion politiques soit une grande partie du catalogue de cet éditeur12. Comme son nom l’indique, les éditions de la Connaissance ont pour objectif de proposer au public vietnamien des classiques des sciences sociales et de philosophie politique. On trouve parmi les auteurs traduits, familiers du public français, des études de/sur : Gaston Bachelard, Roland Barthes, Nicolas Berdiaev, Pierre Bourdieu, Noam Chomsky, Guy Debord, Gilles Deleuze, Jared Diamond, Émile Durkheim, Albert Einstein, Gustave Le Bon, Claude Lévi-Strauss, John Locke, Marcel Mauss, Jacques Monod, Edgar Morin, Friedrich Nietzsche, Jean-Jacques Rousseau, Jean-Paul Sartre, Adam Smith, Max Weber…13 soit un large corpus des idées contemporaines.

Conclusion : une chape de plomb transitoire ?

La décision disciplinaire contre Chu Hảo n’a pourtant rien d’une surprise. En effet, l’engagement de cet intellectuel pour une réforme profonde du régime est connu. Son appartenance au « groupe des 72 » lors de l’affaire de la refonte de la constitution était clair14. Il faisait partie de ces intellectuels courageux qui demandaient une évolution pacifique interne vers un régime démocratique, pluraliste et respectueux de l’humanisme vietnamien promu par le lettré moderniste Phan Châu Trinh15. Sa quasi-dissidence qu’il définissait récemment non comme une « opposition » (đối lập) mais plutôt comme une « discussion » (đối trọng [contrepoids]) ou un dialogue interne n’a pas convaincu les gardiens de l’idéologie au sein du PCV16.

En provoquant cette violente charge contre les intellectuels, le PCV s’enferre dans son marxisme-léninisme le plus conservateur, digne des années cinquante et des périodes les plus sombre du communisme vietnamien. De cette paranoïa systémique contre un ennemi intérieur mis en scène, imaginé ou réel, le parti ne saurait sortir indemne. Cette affaire confirme l’incapacité du PCV à se réformer de l’intérieur, à accepter un « dialogue interne » sur des sujets politiques clés et à se projeter dans l’avenir. Dans le même temps, elle démontre que la lutte interne engagée par Nguyên Phu Trong, le nouveau président de l’État et du Parti, entre dans une phase décisive pour les deux années à venir avant le XIIIe Congrès national de 2021. Date à laquelle toutes les questions sur le système de gouvernement seront de nouveau posées par les partisans d’une auto-évolution assumée.

FG, 30/10/2018. MàJ 13/11/2018.

Notes

  1. Texte soumis en ligne : Quy Dinh 102-QĐ/TW []
  2. Cf. Christopher E. Goscha, Intelligence in a time of decolonization. The case of the Democratic Republic of Vietnam at war (1945–50), Intelligence and National Security, 2007, Vol. 22:1, pp. 100-138 []
  3. Voir Peter Zinoman, « Nhân Văn Giai Phẩm on Trial. The Prosecution of Nguyễn Hữu Đang and Thụy An, Journal of Vietnamese Studies, Vol. 11, No. 3-4, Summer-Fall 2016, pp. 188-215 []
  4. Sur ce sujet voir les études de Sophie Quinn-Judge et de Martin Grossheim []
  5. Voir notre billet : « La lutte contre la corruption, outil politique du Politburo vietnamien« , Mémoires d’Indochine, 31/01/2018 []
  6. Voir notre article : « Vraie et fausse contre-révolution au Nord-Vietnam : de l’invention et de l’usage de ‘l’ennemi intérieur’ 1945-1967 », in Stéphane Courtois & Christopher E. Goscha (Ed.), Revue Communisme : Vietnam, de l’insurrection à la dictature 1920-2012, Paris, Éditions Vendémiaire, 2013, pp. 259-302  []
  7. Sur ces concepts, voir la rhétorique du PCV : « Tự diễn biến », « tự chuyển hóa » trong cán bộ, đảng viên và giải pháp phòng, chống, Quân Dôi Nhân Dân, 15/06/2017 et “Tự diễn biến”, “tự chuyển hóa” về tư tưởng trong cán bộ, đảng viên: Nhận diện và phòng, chống, Tap chi Công San, 22/11/2017 []
  8. Hoai Ai, Thế nào là “lật đổ chính quyền nhân dân” tại Việt Nam?, RFA Viêt, 13/04/2018 []
  9. A cette époque la sécurité publique du Viêt-Minh était engagée dans la répression du principal mouvement nationaliste d’opposition incarné par le Front Quôc Dân Dang alliance entre le VNQDD et deux partis Dai Viêt []
  10. Voir le communiqué officiel Thông cáo Báo chí Kỳ họp 30 của Ủy ban Kiểm tra Trung ương, UBKTTW, 25/10/2018 []
  11. Cette méthode rappelle les mesures prises après la chute de Saigon sur les ouvrages édités au Sud entre 1955 et 1975 []
  12. Voir en ligne : NXB Tri Thuc []
  13. Voir la photographie à la une []
  14. Voir notre analyse sur Mémoires d’Indochine : « L’affaire de la refonde de la constitution vietnamienne : fin de parti ou fin de partie ? » []
  15. Voir « Le 4/02/2013 : Une journée historique » sur Mémoires d’Indochine []
  16. GS Chu Hảo bị đề nghị kỷ luật vì ‘tự diễn biến’, BBC Vietnamese, 25/10/2018 []

Déplacement du Premier ministre, Édouard Philippe, au Vietnam

[ndlr] Programme chargé pour un déplacement éclair de trois jours.

Déplacement de M. Édouard PHILIPPE, Premier ministre, au Vietnam du vendredi 2 au dimanche 4 novembre 2018

Le Premier ministre se rendra au Vietnam à l’occasion du double anniversaire des 45 ans des relations diplomatiques et des 5 ans du partenariat stratégique entre la France et le Vietnam. L’année 2018 marque un renforcement sans précédent des liens entre les deux pays comme en témoignent les visites de haut niveau, après notamment la venue en France du Secrétaire général du Parti Communiste vietnamien.

Le Premier ministre sera accompagné notamment d’Agnès BUZYN, ministre des Solidarités et de la Santé, de Gérald DARMANIN, ministre de l’Action et des Comptes Publics, d’élus et de chefs d’entreprise pour lesquels le Vietnam représente un marché en très forte croissance.

Lire la suite : Gouvernement.fr

Vietnam : l’agent orange scruté in situ

[ndlr] Signalement d’une mission de terrain sur la guerre chimique pendant la guerre du Viêt-Nam et l’utilisation massive des pesticides aujourd’hui. Cette enquête soulevant de question sanitaires, historiques et sociales encore très sensibles est menée par Charles Sultan, endocrinologue pédiatrique, et Pierre Journoud, historien, professeur à l’Université Paul Valéry Montpellier.

Quarante-trois ans après la fin de la plus importante guerre chimique du XXe siècle, une mission de terrain inédite s’apprête à enquêter sur l’impact sanitaire de l’herbicide, qui a contaminé entre 2 et 5 millions de personnes. Mais aussi sur les pesticides encore utilisés.

Le projet n’a pas d’équivalent : une équipe scientifique pluridisciplinaire va enquêter en Asie du Sud-Est sur les conséquences de l’épandage de l’agent orange, défoliant employé par les États-Unis durant la guerre du Vietnam, et sur les effets aujourd’hui des pesticides utilisés par l’agriculture dans la région. Le dossier de cette mission d’expertise sera déposé ce jeudi pour validation à la Maison des sciences de l’homme de Montpellier, où sont basés la grande majorité des scientifiques, praticiens et professeurs investis dans cette recherche clinique. Après le verdict historique rendu en août dans l’affaire du jardinier américain Dewayne Johnson contre le géant de l’agrochimie Monsanto (jadis producteur de l’agent orange et aujourd’hui du glyphosate), les résultats de l’enquête sont très attendus.

Lire la suite : Libération, 24/10/2018. (Arnaud Vaulerin)

Đầu ngõ có lò ung thư [RFA]

[ndlr] La problématique de l’explosion des cancers au Viêt-Nam est de nouveau mise en avant dans un article du blog de Radio Free Asia. Le point sur ce fléau et les remèdes en matière de santé publique.

Quelques chiffres clés :

  • + de 94.000 décès par an plaçant la RSVN au 78e rang mondial sur 172
  • entre 257 (2017) et 300 morts par jour, un chiffre à la hausse
  • environ 126.000 nouveaux malades par an, + de 189.000 cas par an à partir de 2020 (est.)
  • 35 % des cas de cancers sont liés à l’alimentation

Theo thống kê của Viện nghiên cứu phòng chống ung thư, ước tính Việt Nam có khoảng 94.000 người chết vì ung thư/năm, tỷ lệ tử vong do ung thư tại Việt Nam đứng thứ 78/172 quốc gia được điều tra. Bên cạnh đó vấn đề đáng lo ngại là số người mắc bệnh ung thư ở Việt Nam đang có xu hướng ngày một tăng nhanh. Nếu như năm 2000 Việt Nam có khoảng 69.000 ca ung thư thì năm 2015 lên đến 150.000 ca mới. Ước tính đến năm 2020 số ca ung thư mắc mới ở Việt Nam sẽ xấp xỉ 200.000 người. Như vậy, số ca ung thư tăng dần theo từng năm. Hiện mỗi năm Việt Nam có hơn 126.000 ca mới và khoảng 94.000 người tử vong vì ung thư. 

Theo các chuyên gia, số ca mắc ung thư tăng nhanh trong những năm gần đây do 3 nguyên nhân chính: Thực phẩm bẩn, môi trường ô nhiễm, tuổi thọ tăng, trong đó tác nhân thực phẩm không an toàn đứng hàng đầu, chiếm khoảng 35%. 

Lire la suite : RFA Blog

Voir aussi :

Báo động: 257 người chết vì ung thư mỗi ngày và đang tăng chóng mặt, An Ninh Thu Do, 17/12/2017.

94.000 người chết do ung thư mỗi năm, gấp 9 lần TNGT, VietnamNet, 04/11/2017.

94.000 người chết vì bệnh ung thư/năm, Phap Luat Online, 01/09/2017.



Carlyle A. Thayer: “Vietnam: Expanded Powers for the President-Secretary General”

[ndlr] L’analyse du chercheur australien Carlyle Thayer sur le rôle de Président de la RSVN cumulé avec celui de Secrétaire général du PCV. Document édité par Thayer Consultancy, 4 octobre 2018.

Vietnam is a one-party state led by the Communist Party of Vietnam (CPV). The most senior members of the Politburo hold the four top party-state leadership posts: Secretary General of the CPV, State President, Prime Minister and Chair of the National Assembly Standing Committee. Ministers and their equivalent rank in Cabinet are invariably members of the CPV Central Committee. Every ministry and government agency, the people’s armed forces, and mass organisation has an internal party committee.

[…]

The decision by the eighth executive session, or plenum, of the CPV Central Committee to nominate Nguyen Phu Trong to simultaneously hold the posts of party Secretary General and State President will weaken if not erode the informal system of checks and balances that has been in place since the adoption of the 1992 Constitution of the Socialist Republic of Vietnam.

Lire la suite : PDF en ligne sur le site Viet Studies.

Autres articles de Carlyle A. Thayer sur le portail Scribd

Vietnam : le chef du PC, tenant de la ligne dure, devrait devenir président

[ndlr] L’AFP confirme ce que les observateurs attentifs prédisaient : l’actuel secrétaire général du parti communiste vietnamien est désigné pour cumuler sa fonction avec celle de président de la République socialiste du Viêt-Nam sur le modèle de son homologue chinois. A lire dans L’Express et sur les médias vietnamiens.

Hanoï – Le secrétaire général du Parti communiste vietnamien Nguyen Phu Trong, un tenant de la ligne dure, devrait prochainement devenir le président de son pays et ainsi être le premier à cumuler ces deux postes depuis Ho Chi Minh, père de l’indépendance.

Nguyen Phu Trong, 74 ans, connu pour être un conservateur ayant orchestré une lutte à la fois contre la corruption qui a conduit en prison des dizaines d’anciens responsables politiques, banquiers et autres cadres, et contre les dissidents, a en effet été investi mercredi par la direction du PCV, le parti unique, seul candidat pour les fonctions de chef de l’État. […]

Le parlement doit en effet entériner sa nomination au cours de la session qui s’ouvre le 22 octobre.  […]

Nguyen Phu Trong « sera l’homme le plus puissant de l’histoire du Vietnam après Ho Chi Minh (mort en 1969) et l’ancien chef du parti (de 1960 à son décès en 1986) Le Duan« , a dit à l’AFP Tran Vu Hai, un expert en sciences politiques.

Lire la suite : L’Express, 03/10/2018.

Voir aussi :

David Hutt, « All of Vietnam’s power is in Trong’s hands, » Asia Times, 04/10/2018. Communist Party General Secretary Nguyen Phu Trong is set to assume the presidency, an unprecedented consolidation of power that could make him the Xi Jinping of Vietnam.

Thanh Phuong, « Việt Nam : Tổng bí thư Nguyễn Phú Trọng sẽ kiêm chủ tịch nước, » RFI, 03/10/2018. Theo tin từ báo chí trong nước, chiều nay, 03/10/2018, Văn phòng Trung ương Đảng Cộng Sản Việt Nam vừa thông báo là Hội nghị lần thứ 8 Ban Chấp hành Trung ương với tỷ lệ phiếu thuận 100% đã quyết định « giới thiệu » tổng bí thư đảng Nguyễn Phú Trọng để Quốc Hội Việt Nam bầu vào chức chủ tịch nước.

Xuân Hai, « Trung ương thống nhất giới thiệu Tổng Bí thư Nguyễn Phú Trọng để Quốc hội bầu giữ chức Chủ tịch Nước, » Lao Dong, 03/10/2018.


Rappel de la biographie de Nguyen Phu Trong sur la BBC et du débat sur le cumul des mandats de l’État-Parti, programme en vietnamien (3 premières minutes) :

Sur les médias d’opposition en ligne, le 100% des voix du Comité exécutif du 8e Plenum provoque de multiples railleries. Sous le dessin suivant du caricaturiste Ba Bui, deux Nguyen Phu Trong sont mis en scène. Le premier déclinant ce qu’il avait déclaré à la presse en mai 2015 : « Un secrétaire [du Parti] cumulant la présidence [de la RSVN] c’est beaucoup trop. Qui le contrôlera ? » La réplique virtuelle du seconde Nguyen Phu Trong, trois ans plus tard : « 100 % parce J’AI aussi voté pour MOI ! ».

Source : Dân Làm Báo

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 3

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Le général Vo Nguyên Giap interviewé par le journaliste de l’armée Bui Tin © DR

Mémoires dissidentes

Séance 3 : mercredi 10 octobre 2018 – salle de réunion de l’IAO

Les mémoires des dirigeants ne sont pas les seules à dresser le bilan de leur action politique. D’autres mémoires concurrentes s’inscrivent dans l’espace des « guerres de mémoires » pour dresser un contre-bilan de l’action des dirigeants de leur pays. Cette séance s’intéressera à ces mémoires « dissidentes » qui percutent la mémoire autorisée. Interdites à l’intérieur du pays, elles sont eu souvent un grand retentissement à l’extérieur comme le rappelle l’exemple des témoignages des dissidents de l’URSS. Dans certains cas, ces mémoires apparaissent moins comme un récit personnel et intime que l’occasion de proposer un récit critique et alternatif à l’histoire officielle.

Dans un second temps, à travers les lectures proposées nous revisiterons deux faits majeurs de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. La réforme agraire de 1953-1956 est exposée dans le regard critique de Bui Tin. L’ajournement d’une réconciliation nationale après la guerre de réunification forme la trame du récit de Doan Van Toai, ancien étudiant proche du Front national de libération du Sud Viêt-Nam. La mémoire et l’oubli seront donc au cœur de cette séance.

Textes étudiés :

Bui Tin, 1945-1999 Vietnam, la face cachée du régime, Paris, Éditions Kergour, 1999, chapitre II : « Réformes ».

Doan Van Toai, « The Lament for Vietnam », The New York Times, 29 mars 1981. Article archivé en ligne sur le site du NYT.

Autres récits dissidents évoqués au cours de la séance :

Bong-Wright, Jackie, Autumn Cloud. From Vietnamese War Widow to American Activist, Sertling, VA : Capital Books, 2001.

Bui Diem (avec David Chanoff), In the jaws of history, Bloomington, Ind. : Indiana University Press, 1999. Edité une première fois en 1987 (Boston, Houghton Mifflin), puis édité en vietnamien en 2000 (Pham Quang Khai  XB).

Hoàng Văn Hoan, Giọt nước trong biển cả (Hồi ký cách mạng) [Une goutte d’eau dans l’océan, (mémoires de la révolution)], Portland, Or. : Nhóm tìm hiểu lịch sử, 1991. Texte mis et ligne en 2005 et archivé sur le site Talawas. Notice biographique Wikipedia VN.

Nguyen Manh Tuong, Un excommunié. Hanoi 1954-1991 : procès d’un intellectuel, Paris, Quê Me, 1992. Présentation sur Mémoires d’Indochine.

Thích Thiện Minh, Hồi ký hai mươi sáu năm lưu đày dưới chế độ cộng sản Việt Nam của Thích Thiện Minh [Mémoires de 26 ans d’exil sous le régime communiste vietnamien], s.l., Hội Ái Hữu Tù Nhân Chính Trị Tôn Giáo Việt Nam, Phật lịch 2550 [2007]. Traduit et publié en anglais sous le titre : Memoirs of 26 years in exile in communist Viet Nam, Charleston, SC : Viet Nam Today, 2015.

Tô Hải, Hồi ký của một thằng hèn [Mémoires d’un lâche], Fall Church, VA : Tủ sách Tiếng Quê Hương, 2009. A memoir of ex-communist Vietnamese musician Tô Hải. Présentation succincte sur Mémoires d’Indochine.

Trần Đĩnh, Đèn cù : số phận Việt Nam dưới chế độ cộng sản. Tự truyện của người từng viết tiểu sử Hồ Chí Minh [La lanterne imagée : le sort du Viêt-Nam sous le régime communiste. Autobiographie d’une personne qui a auparavant écrit une biographie de Hô Chi Minh], USA : Người Việt Books, 2014, 2 vol. Notice Wikipedia VN.

Truong Nhu Tang (avec David Chanoff et Doan Van Toai), Mémoires d’un Vietcong, Paris, Flammarion, 1986. Traduit de l’américain : A Vietcong Memoir, New York : Vintage Books, 1986.

Vu Thu Hiên, Đêm giữa ban ngày : hôi ký chính trị của một người không làm chính trị [La nuit en plein jour, mémoires politiques d’un homme qui ne fait pas de politique], Westminster, CA : Văn Nghệ, 1997. Extrait traduit dans Georges Boudarel & Nguyen Van Ky, Hanoi 1936-1996 : du drapeau rouge au billet vert, Paris, Autrement, 1997. Voir aussi : Vincent Hugueux, « Viêtnam : la nuit en plein jour entretien avec Vu Thu Hiên », Politique internationale, 1997, n° 77, pp. 267-282.

Sur les auteurs des textes, à lire sur Mémoires d’Indochine :

Image « à la une » : Tribunal populaire spécial pendant la réforme agraire radicale en RDVN, Photographie de Franz Faber © 1955

Mme Dang Thi Ngoc Thinh, présidente de la RSVN par intérim. Résistante et apparatchik : portrait

A la suite du décès soudain de Tran Dai Quang, la vice-présidente Dang Thi Ngoc Thinh a été nommée présidente de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) par intérim. Elle assume cette charge depuis le 23 septembre 2018 selon le document signé par Nguyen Thi Kim Ngan, la présidente de l’Assemblée nationale, au nom du Comité permanent de cette assemblée.

A lire sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam

L’autoroute Nord – Sud au Viêt-Nam, point sur le projet

Le 8 mai 2010 une entrée intitulée « Đường cao tốc Bắc – Nam (Việt Nam) » [Autoroute Nord-Sud (Viêt Nam)] était créée sur Wikipedia. Elle est dédiée au projet de construction d’une autoroute à quatre voies, en abrégée CT 01, entre le nord et le sud du Viêt-Nam, déployée sur quelques 2109 km. La notice de l’encyclopédie participative s’est considérablement développée ces dernières années car la première tranche des travaux a débuté en 2017. Trois étapes d’investissement sont prévues pour mener à bien ce projet qui devrait être finalisé en 2025 pour rejoindre Saigon et quelques années supplémentaires pour Can Tho et finir la course à la pointe de Ca Mau. De 2017 à 2030, l’ensemble de la construction doit s’étaler sur une douzaine d’années.

Le coût de l’investissement nécessaire annoncé au départ (en 2016) autour de 15 milliards de dollars (USD) a flambé, réévalué à 30/40 milliards de dollars, il devrait atteindre 60 milliards de dollars soulevant un débat au sein du gouvernement de l’État-Parti. Ce dernier entend éviter la corruption qui pourrait impacter lourdement le coût du projet. Le journaliste indépendant Pham Chi Dung retrace dans un article détaillé la dérive budgétaire observée entre les premières estimations de 2007 et les dernières de 20181

Bản đồ lộ trình tuyến đường cao tốc Bắc – Nam / Carte routière Nord-Sud (source : Wikipedia)

L’autoroute se déploiera sur quatre lignes : la première concerne l’axe Lang Son – Hanoi de 170 km, la seconde l’axe Hanoi – Ho Chi Minh-Ville soit 1600 km, la troisième l’axe HCM-Ville – Cantho et la quatrième Cantho – Ca Mau. Entre 2017 et 2020 une tranche prioritaire de construction a été formalisée sur 713 km traversant les provinces de Nam Dinh – Ha Tinh au nord, Quang Tri – Thua Thien Hue au centre et Khanh Hoa – Dong Nai aud Sud. En 2017, le site d’information Zing a réalisé une infographie vidéographique consultable en ligne et reprise sur YouTube (voir ci-dessous).

Une seconde infographie plus détaillée sur le plan des investissements a été réalisée par la TV du journal Lao Dong en avril 2017 mais tous ces chiffres demandent confirmation.

Le projet doit encore être validée par l’Assemblée nationale lors d’une prochaine session. Il est actuellement de nouveau discuté sur la toile. Nous profitons de ces débats pour mettre en ligne les cartes Wikipedia et de la presse vietnamienne à titre informatif.

Les trois étapes d’investissement de l’autoroute vietnamienne Nord-Sud (source : Phap Luat)

FG

Pour en savoir plus :

Song Hà, Phó thủ tướng chỉ đạo chuẩn bị triển khai một số tuyến cao tốc Bắc – Nam, VnEconomy, 26/09/2018. Yêu cầu các bộ ngành, địa phương phối hợp chặt chẽ với Bộ Giao thông Vận tải trong quá trình triển khai dự án cao tốc Bắc – Nam…

Viet Long, Xây dựng cao tốc Bắc Nam: Phải lựa chọn tư vấn có uy tín, Soha.vn, 27/09/2018. “Công tác lựa chọn tư vấn cho dự án đường cao tốc Bắc – Nam cần phải đảm bảo các đơn vị có nền tảng, trình độ và uy tín ». Đó là khẳng định của Bộ trưởng Bộ GTVT Nguyễn Văn Thể tại cuộc họp rà soát tiến độ các dự án thành phần thuộc dự án đường bộ cao tốc Bắc Nam phía Đông, diễn ra sáng 27-9.


Notes

  1. Pham Chi Dung, Bóng đè chế độ và hội chứng ‘hốt cú chót’, Bauxite, 26/09/2018 []

Lễ An táng Chủ tịch nước Trần Đại Quang [VTV1]

[ndlr] Mise en ligne sur la chaîne du journal Thanh Niên sur YouTube d’une heure de reportage sur les funérailles du président de la RSVN, décédé le 21 septembre 2018. Un deuil national a été décrété les 26 et 27 septembre.

Reportage télévisuel de l’enterrement de Tran Dai Quang dans sa province natale de Ninh Binh. L’Etat-Parti fait appel aux historiens et aux cadres politiques pour honorer sa mémoire. Sur les sites d’opposition et les réseaux sociaux, l’action du président défunt, ancien Ministre de la sécurité publique, est fortement critiquée en particulier la répression de la dissidence sous son mandat écourté.

Pour en savoir plus :

Décès du président Trân Dai Quang: arrêt des activités de distraction durant le deuil nationalLe courrier du Vietnam, 25/09/2018.

Grande procession funéraire à Hanoï pour rendre hommage au président Tran Dai Quang, Paris Match, 27/09/2018.

Hortense de Montalivet, Au Vietnam, le cercueil de Tran Dai Quang posé sur un canon, lors d’une grandiose procession, Huffington Post, 27/09/2018.

Cérémonie commémorative en mémoire du président Trân Dai Quang, Vietnam +, 26/09/2018.