Archives par mot-clé : RPC

La Chine n’a pas de droits historiques en mer de Chine selon les juges de La Haye

[ndlr] Une nouvelle importante sur le statut juridique de la Mer de Chine, à lire sur les médias français et vietnamiens.

No-ULa Cour permanente d’arbitrage de La Haye a donné raison aux Philippines dans son contentieux avec la Chine.

La Cour permanente d’arbitrage de La Haye a jugé que la Chine n’avait pas de « droits historiques » sur la majorité des eaux de la mer de Chine méridionale. Pékin a fait savoir qu’il ne reconnaissait et n’acceptait pas cette décision.

Mauvaise nouvelle pour le géant chinois. La Cour permanente d’arbitrage (CPA) de La Haye a estimé ce mardi que la Chine n’avait pas de « droits historiques » sur la majorité des eaux stratégiques de la mer de Chine méridionale.

Pékin considère comme relevant de sa souveraineté la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, réputée riche en hydrocarbures, au grand dam de pays riverains aux prétentions rivales: Philippines, Vietnam, Malaisie et Brunei. La région est également un carrefour de routes maritimes vitales pour le commerce mondial et les eaux sont riches en poissons.

La Chine, qui a boycotté les audiences, se fonde sur une délimitation en « neuf pointillés » apparue sur des cartes chinoises datant des années 1940. Sitôt la décision rendue, Pékin a réaffirmé ne as « reconnaître et accepter » la décision d’arbitrage.

Lire la suite : L’Express, 12/07/2016.

Voir également :

SouthChinaSeaArbitration_PressRelease_12-07-2016Mer de Chine méridionale : la décision du tribunal de La Haye [11 p.]

document en ligne

 

Hà Sĩ Phu: Cứ êm ái chết đúng quy trình như đàn cá ư ? [interview]

[ndlr] Interview intéressante de l’intellectuel Hà Sĩ Phu sur « la question chinoise » qui refait surface avec l’affaire de la pollution industrielle à l’origine de milliers de tonnes de poissons morts dans le centre du Viêt-Nam.

Il y développe sa théorie : « Pour sortir de l’orbite chinoise, il faut sortir du communisme mais pour sortir du communisme il faut sortir du mythe de l’Oncle Ho ».

« … Thoát Trung là một công cuộc không đơn giản, rất khó khăn và lâu dài. Nhưng rút gọn lại như một triết lý, như cái cốt lõi của vấn đề thì “Muốn Thoát Trung phải Thoát Cộng, mà muốn Thoát Cộng thì phải Thoát được Hồ”. Nếu bảo Việt Nam không thể Thoát Hồ, không thể Thoát Cộng được đâu thì điều đó cũng có nghĩa là xin thua luôn, cứ chịu Bắc thuộc thôi, Việt Nam không thể Thoát Trung được! Nạn Bắc thuộc mới sẽ diễn ra đúng như quy trình và bất khả kháng!? » – Hà Sĩ Phu.

Source : Dân Làm Báo

Manifestation vietnamienne contre contre “l’expansionnisme chinois” en mer de Chine méridionale

[ndlr] Manifestation d’étudiants vietnamiens contre “l’expansionnisme chinois” dans l’espace maritime revendiqué par le Viêt-Nam.

Plus de 300 vietnamiens et leurs amis internationaux du Collectif Vietnam se sont rassemblés le 23 janvier 2016 devant le Mur pour la Paix (Paris 7ème) pour appeler la communauté internationale à protester énergiquement contre “l’expansionnisme chinois” en mer de Chine méridionale afin de préserver la liberté de navigation, de survol et “d’éviter tous risques de guerre”.

Lire la suite : Mediapart, 25/01/2016 / Blog de Nguyen Hoai-Tuong

Voir aussi : Anh Ngọc, Người Việt tại Pháp biểu tình phản đối Trung Quốc ở Biển Đông, VnExpress, 25/01/2016.

Protestation organisée par le Collectif Vietnam

Collectif Vietnam

Collectif Vietnam est un rassemblement des citoyens vietnamiens ou d’origines vietnamiennes et d’amis du Vietnam de toutes générations vivant, étudiant et travaillant en France qui souhaitent soutenir le Vietnam. Source : https://goo.gl/Zm6wfH

Hàng chục chuyến bay Trung Quốc xâm phạm vùng kiểm soát của Việt Nam [VnExpress]

[ndlr] Regain de tensions en Mer de Chine méridionale. La Chine accusée par le Viêt-Nam de violer son espace aérien. La RSVN proteste.

Cục trưởng Hàng không Lại Xuân Thanh cho biết, Trung Quốc đã thực hiện 46 chuyến bay vào vùng bay Hồ Chí Minh (FIR) mà không thông báo cho không lưu Việt Nam.

ban-do-1578-1452266166
L’espace aérien « Ho Chi Minh » délimité en bleu à proximité des Paracels © 2016 VnExpress

Trao đổi với báo chí chiều 8/1, Cục trưởng Hàng không Lại Xuân Thanh cho biết, từ ngày 1 đến 8/1, Trung Quốc đã thực hiện 46 chuyến bay vào vùng bay Hồ Chí Minh (FIR). Riêng sáng 8/1 có 4 chuyến bay (2 chuyến bay vào, 2 chuyến bay ra) mà không thông báo để tới đảo đá Chữ Thập thuộc quần đảo Trường Sa, Việt Nam.

Cục Hàng không xác định, các máy bay này đã vi phạm quy định của Tổ chức hàng không dân dụng quốc tế (ICAO) liên quan đến hoạt động bay như không nộp kế hoạch bay cho cơ sở cung cấp dịch vụ không lưu liên quan của Việt Nam và không thiết lập liên lạc thoại với Trung tâm kiểm soát đường dài Hồ Chí Minh.

Lire la suite : VnExpress, 08/01/2016.

 

Our call in opposition to the welcoming visit of Xi Jinping by Vietnamese Communist Party

[ndlr] Appel de 21 associations de la société civile contre la visite du Président de la République populaire de Chine au Viêt Nam le 5 novembre prochain. Cet appel à manifester intervient quelques jours après la campagne « No Xi » de selfie lancée au Viêt-Nam autour du slogan « Xi Xi Jinping dégage ! » (Tập Cận Bình hãy cút xéo !). Il s’inscrit dans le cadre de la crise non résolue des archipels vietnamiens en Mer de Chine méridionale.

To all our fellow citizen,

To all our youth in Viet Nam (specially the younger generations),

NoXiCampaign_DongChuaCuuThe
Le message « No Xi » s’affiche sur la toile. Ici, réunion le 30 octobre 2015 d’anciens jeunes prisonniers de conscience à l’Eglise Rédemptoriste de Saigon. © DR

 

Exercising our civil rights and duty, we had requested the government to cancel the welcoming reception of Xi Jinping. The country’s red carpet ceremony shall not be used for the leader of a country which has been seizing our land and islands, killing our innocent fishermen. Unfortunately, this request was ignored by our government.

On this coming November 5th 2015, Xi Jinping – The Chinese Communist Party‘s Secretary and Chairman will officially visit our country and he will deliver a speech in front of our country’s parliament. He will preach nothing but preaching the brotherly friendship between the two counties with flowery but empty speech.

All the while, in South China Sea, which we called Eastern Sea, this Beijing’s authorities have been ignoring the international law, especially The United Nations Convention on the Law of the Sea (UNCLOS) signed and declared in 1982, in which they are a member. They had created falsified historic documents for use in spreading propaganda to Chinese people and its citizens in order to claim their rights to protect this false sovereignty.

Xi Jinping and his government have presented this lie repeatedly.

In reality, almost all our exclusive economic zones at sea and on land have been taken and occupied illegally by this Chinese government. They often use their much larger marine surveillance vessels and fishing vessels to attack and to kill our innocent fishermen in our own legal parts of the Eastern Sea. Thousands and tens of thousands of our fishermen’s livelihoods were, in the time being, and will be the victims of this brazen robbery everyday at our own sea, which has been approved, and declared by the international law. Beside these attacks, our own citizens have been kidnapped, mugged, and ransomed by these thugs on our own sovereignty.

On our own legal islands and their rocky shoals, they illegally created and built their military bases with the intention of claiming the rest of this part of Pacific Ocean.

Internationally, by declaring this illegal nine-dashed line and building these illegal military bases, Xi Jinping and his Communist Government have threaten the peace in the area, the freedom of navigation. They therefore, make this a war and polluted sea.

In their own country, China, Xi Jinping and his government have destroyed the cultures of the Muslim in Xinjiang and the Tibetan in Tibet, Sichuan and Yunnan.

The rebellions of the Muslims and the self-immolations of the Tibetan speak volume for the resentments, and hopelessness against the terrorized and destroyed policies which the Communist in China deliberately implements.

Facing these occurrences, what shall we think and do?

The Vietnamese Communist Party will definitely and solemnly roll out the red carpet to welcome Xi Jinping, and so do we, but with our own way (method).

Exercising our rights as Vietnamese citizens, we have to raise our voices. The law and Constitution allow us to express our aspirations.

We call upon to all Vietnamese living domestically and internationally, to take part (to participate) in a public demonstration to voice our concerns in front of any Chinese Consulates and Embassies in Ha Noi, in Sai Gon, and in all other countries in the world.

We cannot ignore or keep silent regard to this lie any longer.

Our message is: Xi Jinping and his Beijing Government Have to Stop At Once (immediately) the illegal and awful acts in terrorizing and killing our fishermen. Vietnamese sovereignty regards to Paracel and Spratly Islands have to be respected absolutely and completely. Xi Jinping and his Beijing Government Have to Respect and to Obey (to comply or to observe) The United Nations Convention on the Law of the Sea.

All our Vietnamese Citizens, it’s time to speak up. Do not back down or give in to any plots and acts that violate our Sacred National Sovereignty (which has been passed down for thousands of years.)

Time: 

Nov 5th 2015 at 9AM (in the morning)

Location:

– Ha Noi : The Embassy of Chinese, 46 Hoang Dieu St, Ba Dinh District.

– Sai Gon : The Consulate of Chinese, 175 Hai Ba Trung St. 3 District.

Organizations:

Source : Dan Lam Bao, 03/11/2015.

Appel en vietnamien : Lời kêu gọi về việc đón Tập Cận Bình tại Việt Nam

Appel en anglais : Our call in opposition to the welcoming visit of Xi Jinping by Vietnamese Communist Party

Mer Orientale : la “souveraineté territoriale” infondée de la Chine [Vietnam +]

[ndlr] Le Viêt-Nam et la communauté internationale s’inquiètent des constructions militaires illégales de la République Populaire de Chine en Mer de Chine méridionale. Une affaire qui attise de nouveau les tensions sur le plan régional. A lire sur Vietnam +.

Les constructions d’îles semi-artificielles à grande échelle dans l’archipel de Truong Sa (Spratly), le déploiement d’armes et de munitions sur ces îles artificielles… violent arrogamment la souveraineté du Vietnam, provoquent de profondes inquiétudes dans les pays avoisinant cette zone comme ceux de la communauté internationale, sur leurs conséquences pour la liberté, la sécurité et la sûreté de la navigation maritime et aérienne en Mer Orientale. Il s’agissait de l’un des points ayant suscité une attention soutenue et ayant été le plus discuté lors du 14e Dialogue de Shangri-La à Singapour.

[…]

Depuis 2014, la Chine a construit environ 800 ha, soit une superficie plus vaste que le total des superficies revendiquées par l’ensemble des autres parties en présence. [souligné par nous]

[…]

Lire la suite : Vietnam +, 04/06/2015.

Image « à la une » : l’ilôt Tư Nghĩa photographié en janvier 2015. Source : Trung Quốc ráo riết xây dựng đảo trái phép trên Biển Đông, Doi song va Phap luat, 21/02/2015.

 

Céline Marangé : Pour une histoire transnationale du communisme vietnamien – Réponse à Pierre Brocheux

Marangé_CommunismeVietnamienPour une histoire transnationale du communisme vietnamien. Réponse au compte-rendu de lecture de M. Pierre Brocheux daté du 23 mai 2013.

Céline Marangé, Le communisme vietnamien, 1919-1991. Construction d’un État-nation entre Moscou et Pékin, Paris, Presses de Sciences Po, 2012, 612 pages.

Permettez-moi de répondre aux critiques qui ont été adressées à mon livre en partant de questions simples.

1. Pourquoi ne pas discuter du caractère novateur de la démarche et de l’originalité des conclusions ?

Le principal reproche adressé au livre est de ne pas être un ouvrage d’histoire sociale, ce qu’il n’a pas l’ambition d’être, et de ne pas suffisamment prendre en considération la culture confucéenne et les rapports de domination à l’œuvre dans la société coloniale. Ces deux interprétations ne sont pas dénuées d’intérêt : l’influence du confucianisme est indéniable, tandis que les inégalités de droit et l’exploitation humaine qui caractérisaient le régime colonial ont favorisé l’apparition d’idées radicales de natures diverses[1] – ce que montre le livre. Si importantes soient-elles, ces deux lectures ne sauraient tout expliquer ; elles ne suffisent pas en tout cas à expliquer la pénétration du communisme en Indochine dès le milieu des années 1920, ni son évolution ultérieure. Le glissement de la vulgate marxiste à l’interprétation culturaliste que l’on voit s’opérer depuis 20 ans a ceci de commode qu’il permet de cantonner l’histoire vietnamienne dans son cadre national et d’éluder la question des influences étrangères et des relations d’hégémonie au sein du monde communiste. Pour une raison qui m’échappe encore, le rôle du Komintern, parfaitement documenté depuis l’ouverture des archives soviétiques au début des années 1990, continue de faire l’objet de dénégations et de minimisations.

L’optique de mon livre était justement de replacer la naissance et l’évolution du communisme vietnamien dans son contexte transnational. L’approche globale qui a été la mienne n’a pas prétention à tout expliquer ; elle vient compléter d’autres interprétations qui gardent toute leur valeur. Cela étant, elle contribue indéniablement à éclairer le débat, notamment sur le rôle de la guerre froide et de la dispute sino-soviétique dans l’évolution du communisme vietnamien et des relations entre pays indochinois à partir des années 1960. La thèse centrale du livre est que le communisme vietnamien eut de moins de moins de spécificité à mesure que Hanoi s’affranchissait, à la faveur de la guerre du Vietnam, de la tutelle de Moscou et de Pékin. Il démontre, d’une part, les limites de l’influence soviétique et chinoise au Vietnam à partir de 1960, d’autre part, des phénomènes de mimétisme qui se renforcèrent avec le temps et qui sont, pour l’essentiel, liés au rôle central accordé à l’idéologie et à l’organisation dans le système communiste.

Certes le contexte régional sud-est asiatique, et non seulement indochinois, aurait pu être davantage mis en relief, en particulier en ce qui concerne les répercussions du massacre des communistes indonésiens en 1965[2]. Mais des historiens de renom comme Christopher Goscha s’étaient déjà attelés à la tâche[3]. J’ai concentré mon attention sur les relations des communistes vietnamiens avec les deux foyers du communisme mondial qu’ont été l’Union soviétique et la Chine en raison du sujet même du livre, de l’organisation pyramidale du système communiste mondial et des conditions d’émergence du communisme vietnamien, dont témoigne bien le parcours de Hồ Chí Minh de Paris à Moscou et Canton. Cependant, la principale raison était ailleurs, elle tenait à une simple constatation de bon sens : qui veut/doit mener la guerre contre des puissances aussi bien équipées que la France et les Etats-Unis doit pouvoir résister à la force de feu de l’artillerie moderne ; il a besoin d’armes, de fonds et de soutiens sur la scène internationale. Le dévouement et la disposition au sacrifice de la population, si grands, sincères (ou contraints) soient-ils, ne suffisent pas. Or ces besoins créent des relations de dépendance et offrent des moyens de pression à qui veut s’en servir.

2. Pourquoi ne pas faire part des apports historiographiques?

Les apports du livre dans la compréhension d’événements capitaux de l’histoire vietnamienne sont nombreux. Pour s’en tenir aux vingt années ayant suivi la proclamation, le 2 septembre 1945, de la République démocratique du Vietnam, on pourrait citer le désintérêt de Staline pour la cause du Vietminh au début de la guerre d’Indochine, établi à partir de sources diplomatiques françaises ; le rôle joué, en octobre 1952, par Staline et Liu Shao-qi dans le lancement de la réforme agraire et le passage à la guerre révolutionnaire que Hồ Chí Minh accepta pour obtenir des armes et poursuivre la guerre contre la France ; le retournement de Chou En-lai lors des négociations de Genève, notamment son attitude vis-à-vis de la partition du Vietnam à partir de la mi-juin 1954, mis en lumière à partir des archives des ministères français et chinois des Affaires étrangères ; les pressions exercées par Pékin sur les dirigeants nord-vietnamiens en 1963 pour les inciter à rompre leurs relations avec Moscou, telles qu’elles apparaissent dans les archives soviétiques et françaises et des documents en vietnamien ; les positions idéologiques et stratégiques des deux hommes forts de Hanoi, à la veille du déclenchement des hostilités avec les Etats-Unis en 1964, telles qu’elles ressortent des entretiens qu’ils eurent avec le communiste français Léo Figuères et les plus hauts dirigeants chinois[4].

Les deux derniers chapitres semblent trouver grâce aux yeux de P. Brocheux. C’est heureux car ils constituent le cœur de la démonstration. Ils s’interrogent, en effet, sur la ressemblance croissante du régime vietnamien au modèle soviétique initial suivant deux angles de vue complémentaires : la construction du socialisme et la construction nationale. Hanoi entretenant des relations difficiles avec Moscou et Pékin dans l’immédiat après-guerre, cette conformité ne peut être attribuée à la contrainte directe ou à des politiques d’influence. Le chapitre 8 offre une réflexion sur l’évolution des modes d’exercice du pouvoir après 1975, à partir notamment de l’étude de la réforme légale. Il démontre à la fois l’importance des processus d’emprunt et l’orthodoxie idéologique des dirigeants vietnamiens. Le chapitre 9 s’intéresse à l’évolution de la politique ethnique dans un temps plus long. Il fait apparaître des logiques de consolidation de l’État et de sécurisation des frontières, rappelant des pratiques coloniales, mais aussi des politiques ayant (eu) cours en Chine et en Union soviétique, comme la sédentarisation forcée des minorités nomades, le recours à la migration de membres de l’ethnie majoritaire, des politiques d’assimilation culturelle et la réécriture du récit des origines de façon à affirmer une identité inclusive et supranationale.

3. Pourquoi ne pas mettre en lumière la richesse et la variété des sources ?

À ce sujet, il me faut d’abord apporter une rectification. Il est inexact d’écrire que le livre n’apporte rien de neuf sur la période coloniale que j’aurais couverte en « déversant des fiches ». Je me suis appuyée, dans les premiers chapitres, sur un large éventail de sources primaires, notamment sur des mémoires, sur des documents d’archives du Komintern en russe et sur des rapports de la Sûreté conservés dans les fonds du Service de Protection du Corps Expéditionnaire du Haut-Commissariat pour l’Indochine aux archives d’Outre-mer à Aix-en-Provence. Pourquoi P. Brocheux, biographe de Hồ Chí Minh, ne s’est-il pas plutôt attaché à approfondir les discussions que j’ai prudemment engagées, à partir de nouveaux documents d’archives, sur les conditions de l’arrestation de Phan Bội Châu à Shanghai, en juin 1925, moins de deux semaines après la fondation du Thanh Niên, ou encore sur les conditions dans lesquelles s’est décidée à Moscou la création du parti, fondé à Hong Kong en février 1930, en particulier sur le fait de savoir si Hồ Chí Minh était à Moscou plutôt qu’au Siam à l’automne 1929, comme le laissent supposer les mémoires de Jeannette Veermersch et le témoignage de « retours de Russie » chinois, rapporté dans une note de la Sûreté ? Quant à la mise à l’écart de Hồ Chí Minh dans les années 1930, elle est attestée par de nombreux documents et confirmée par les études de Sophie Quinn-Judge et d’Anatoli Sokolov [5].

Au sujet des sources, je me contenterai d’ajouter que l’enquête s’appuie aussi sur le dépouillement de la presse officielle, la lecture des revues théoriques du parti et l’étude de la propagande, travail long et fastidieux effectué lors d’un séjour de deux ans au Vietnam. Je voudrais également insister sur l’importance de lire et d’étudier les écrits de la dissidence vietnamienne. De Nguyễn Minh Cần à Bùi Tín et Trần Độ, de Nguyễn Chí Thiện à Dương Thu Hương, de Vũ Thư Hiên à Bùi Ngọc Tấn, ces œuvres ont pour immense mérite de jeter une lumière crue sur les arcanes du régime et ses ressorts répressifs ou encore de porter un regard personnel sur l’expérience concentrationnaire vietnamienne. Elles constituent en soi des documents historiques, à traiter en tant que tels, avec intérêt et précaution. En quoi seraient-elles moins légitimes que les publications et hagiographies officielles ? Peut-on faire l’économie de leur lecture ? À titre de comparaison, serait-il concevable d’étudier la période stalinienne en ignorant l’œuvre et le destin, à la fois singulier et emblématique, des écrivains Varlam Chalamov, Alexandre Soljenitsyne, Vassili Grossman ou Evguenia Guinzbourg ?

Ho Chi Minh au Ve congrès du Komintern à Moscou, le 1er juillet 1924 © Agence RIA Novosti
Ho Chi Minh (assis au centre) au Ve congrès du Komintern à Moscou, le 1er juillet 1924
© Agence RIA Novosti

4. Concernant les coquilles notées par P. Brocheux, je me permets d’y répondre ainsi. Il est particulièrement ardu de n’en faire absolument aucune dans un volume qui compte 612 pages. Est-il vraiment si grave de confondre une baie et une île ? Par ailleurs, si le terme « người » signifiant « l’homme » peut être considéré comme une forme d’humilité lorsqu’il était utilisé par Hồ Chí Minh à la première personne[6], il constitue une marque de déférence participant du culte de la personnalité lorsqu’il est repris à la troisième personne et doté d’une majuscule dans la presse et la propagande. « Người » étant apparemment le nom donné aux génies dans le Vietnam ancien, cette habitude de langage pourrait, en outre, être interprétée comme une façon implicite de prêter à Hồ Chí Minh des pouvoirs surnaturels, ce qui n’aurait rien d’anodin dans un pays où le monde des morts fait intégralement partie de l’imaginaire et du quotidien des vivants[7].

Quant à Vũ Thư Hiên, il est bien le fils de Vũ Đình Huỳnh – autant pour moi. Je maintiens néanmoins que père et fils ont été arrêtés et emprisonnés en 1967. Plutôt que d’insister sur cette erreur de nom, si regrettable soit-elle, n’aurait-il pas mieux valu discuter de l’événement, proprement stupéfiant s’il était un jour avéré par des documents d’archives, que Vũ Thư Hiên relate dans ses mémoires et que le témoignage d’un haut dignitaire communiste chinois semble corroborer, à savoir le viol répété et le meurtre, en 1957, de la femme cachée de Hồ Chí Minh par le ministre de la Sécurité publique Trần Quốc Hoàn, resté en poste jusqu’en 1981 ? Nuit en plein jour, les mémoires de Vũ Thư Hiên, disponibles uniquement en vietnamien à ma connaissance, peuvent être consultés ici. L’extrait mentionné que j’ai traduit du vietnamien – et qui demeure sujet à caution – est placé en annexe du livre (pp. 536-541), de même que le décret de 1967 sur les crimes contre-révolutionnaires que j’ai découvert dans un carton non classé des archives du MAE (pp. 550-558).

5. À travers ce livre, je plaidais, en toute modestie et à l’instar d’autres jeunes historiens, pour une histoire transnationale, décloisonnée et désidéologisée du communisme vietnamien, que j’étudiais vu du haut. Ce faisant, je me suis attachée à mettre en regard des sources primaires et secondaires vietnamiennes, soviétiques, chinoises, françaises et américaines. Je cherchais, par ailleurs, dans un effort permanent de clarté, à rendre accessible à tout un chacun cette histoire complexe et controversée, en particulier la période coloniale, qui, en dépit de son importance pour la compréhension du temps présent, n’est pas suffisamment connue du public français à mes yeux. Enfin, j’avais à cœur d’incarner cette histoire en puisant dans des journaux intimes, des récits de vie et la littérature, de relater, à chaque fois que l’occasion se présentait, de quelle manière la grande Histoire avait été vécue par les simples gens et les militants, notamment par les femmes. De ces trois points de vue au moins, je ne pense pas avoir démérité.

Céline Marangé, 31/05/2013.

Docteur en science politique, Institut d’Études Politiques de Paris.

Post-doctorante en histoire russe, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Courriel : celine.marange@univ-paris1.fr


[1] Cf. Daniel Hémery, Révolutionnaires vietnamiens et pouvoir colonial en Indochine : communistes, trotskystes, nationalistes à Saigon de 1932 à 1937, Paris, Maspéro, 1975 ; Hue-Tam Ho Tai,  Radicalism and the Origins of the Vietnamese Revolution, Cambridge, Harvard University Press, 1992 ; François Guillemot, Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie, 1938-1955, Paris, Les Indes Savantes, 2012.

[2] À ce sujet, un récent documentaire de Joshua Oppenheimer, « The Act of Killing », montre toute la cruauté et l’étendue du massacre des communistes indonésiens, en laissant surgir la parole nue des bourreaux, suivant une démarche comparable à celle du cinéaste Rithy Panh dans « S21. La machine de mort khmère rouge ».

[3] Cf. Christopher Goscha,  Thailand and the Southeast Asian Networks of the Vietnamese Revolution (1885-1954), Londres, Routledge et Curzon, 1999 et « Le Vietnam et le monde extérieur: le cas des conseillers vietnamiens au Laos », Communisme, n°80-82, 2004-2005, pp. 161-192.

[4] Des documents provenant des archives du ministère chinois des Affaires étrangères ont été traduits en anglais et mis en ligne par le Cold War International History Project du Woodrow Wilson Center à Washington. Cf. le bulletin n°16 du CWIHP, 2007-2008, accessible en cliquant sur ce lien. Les carnets de Léo Figuères peuvent être consultés aux archives du PCF à Bobigny.

[5]. Cf. Sophie Quinn-Judge, Hô Chi Minh. The Missing Years, 1919-1941, Londres, Hurst, 2002 ; Anatoli A. Sokolov, Komintern i V’etnam. Podgotovka v’etnamskih politicheskih kadrov v kommunisticheskih vuzah SSSR, 20-30-e gody. (Le Komintern et le Vietnam. La formation des cadres politiques vietnamiens dans les établissements d’enseignement supérieur soviétiques, 1920-1930), Moscou, Éditions de l’Académie des sciences de Russie, 1998, en russe.

[6] Il faut préciser ici qu’en vietnamien les pronoms personnels varient en fonction du contexte d’interlocution. Au lieu de dire « je », qui est formel, on peut se désigner comme « grande sœur », « petite sœur/petite-amie/épouse », « tante », « enfant », « maman », « amie »,  etc., en fonction de la personne à qui on s’adresse et du respect qu’on lui voue.

[7] Cf. l’ouvrage de l’anthropologue Heonik Kwon sur les âmes errantes des personnes disparues et laissées sans sépulture pendant la guerre du Vietnam : Ghosts of War in Vietnam, Cambridge, UK, Cambridge University Press, 2008.