Archives par mot-clé : roman

Prix Pulitzer 2016 : Viet Thanh Nguyen, The Sympathiser

[ndlr] Le Prix Pulitzer de la fiction 2016 a été décerné à l’écrivain et chercheur Viet Thanh Nguyen (Nguyễn Thanh Việt) pour son premier roman The Sympathizer (publié chez Grove Press, 2015) lors de la cérémonie de remise des prix à New York le 18 avril 2016.

VietThanhNguyen_TheSympathizer

A profound, startling, and beautifully crafted debut novel, The Sympathizer is the story of a man of two minds, someone whose political beliefs clash with his individual loyalties. In dialogue with but diametrically opposed to the narratives of the Vietnam War that have preceded it, this novel offers an important and unfamiliar new perspective on the war: that of a conflicted communist sympathizer.

It is April 1975, and Saigon is in chaos. At his villa, a general of the South Vietnamese army is drinking whiskey and, with the help of his trusted captain, drawing up a list of those who will be given passage aboard the last flights out of the country. The general and his compatriots start a new life in Los Angeles, unaware that one among their number, the captain, is secretly observing and reporting on the group to a higher-up in the Viet Cong. The Sympathizer is the story of this captain: a man brought up by an absent French father and a poor Vietnamese mother, a man who went to university in America, but returned to Vietnam to fight for the Communist cause. Viet Thanh Nguyen’s astonishing novel takes us inside the mind of this double agent, a man whose lofty ideals necessitate his betrayal of the people closest to him. A gripping spy novel, an astute exploration of extreme politics, and a moving love story, The Sympathizer explores a life between two worlds and examines the legacy of the Vietnam War in literature, film, and the wars we fight today.

Viet Thanh Nguyen was born in Vietnam and raised in America. His stories have appeared in Best New American Voices, TriQuarterly, Narrative, and the Chicago Tribune and he is the author of the academic book Race and Resistance. He teaches English and American Studies at the University of Southern California and lives in Los Angeles.

Source : Pulitzer Price

Voir également :

  • Michelle Dean, Viet Thanh Nguyen’s The Sympathizer: from overlooked to Pulitzer winner, The Guardian, 18/04/2016.

Photo « à la une »  : Viet Thanh Nguyen © Pulitzer board / handout / EPA

Kim Huynh : Vietnam as if… Tales of youth, love and destiny

[ndlr] Parution d’un récit romancé de Kim Huynh sur les espoirs de la jeunesse vietnamienne à travers cinq portraits et destins différents. Présentation de l’éditeur.

Vietnam as if…

Tales of youth, love and destiny

Kim Huynh

Vietnam as if… follows five young people who have moved from the countryside to the city. Their dramatic everyday lives illuminate some of the most pressing issues in Vietnam today: ‘The Sticky Rice Seller’ explores gender roles; ‘The Ball Boy’ is all about the struggles of sexual and ethnic minorities; ‘The Professional’ examines relations between rich and poor; ‘The Goalkeeper’ delves into politics and ideology; and ‘The Student’ reflects upon family and faith. The stories also reboot several classics of Vietnamese literature for the twenty-first century, including ‘Floating Dumplings’ by feminist poet Ho Xuan Huong, Vu Trong Phung’s satire of French colonialism Dumb Luck, Nguyen Du’s epic account of fate and sacrifice ‘The Tale of Kieu’, and the proclamations of Ho Chi Minh. These novellas reveal the deepest sentiments of Vietnamese youth as they – like youth everywhere – come of age, fall in love and contest their destiny.

Facebook: https://www.facebook.com/vietnamasif

In 2011 Kim Huynh returned to Vietnam, having left more than three decades earlier. He had few plans other than to experience as much of his birthplace as possible. That year he came into contact with a wide range of people and took on many trades. Kim drank and dined with government officials, went on pilgrimages with corporate tycoons and marched in the streets against foreign aggression. He sold sticky rice, was a tennis player and also a ball boy, attended all manner of rituals and celebrations, eavesdropped on people in cafés and restaurants, and went back to the classroom as both a student and a teacher. Rich in detail and broad in scope, these tales capture Kim’s experiences and imaginings of Vietnam as if….

ISBN 9781925022308 (Print version) $25.00 (GST inclusive)
ISBN 9781925022315 (Online)

Source : ANU Press

Image « à la une » : © Vietnam as if (Facebook).

Lan Cao, The lotus and the storm, a novel [parution 2014]

[ndlr] Paru au mois d’août 2014, nous signalons le roman, en partie autobiographique, de Lan Cao, fille du général Cao Van Vien. Présentation de l’éditeur et entretiens avec Hà Giang du journal Nguoi Viet et la chaîne LA Review Books.

LanCao_TheLotus&TheStorm

Half a century after it began, the Vietnam War still has a hold on our national psyche. Lan Cao’s now-classic debut, Monkey Bridge, won her wide renown for “connecting . . . the opposite realities of Vietnam and America” (Isabel Allende). In her triumphant new novel, Cao transports readers back to the war, illuminating events central to twentieth-century history through the lives of one Vietnamese American family.

Minh is a former South Vietnamese commander of the airborne brigade who left his homeland with his daughter, Mai. During the war, their lives became entwined with those of two Americans: James, a soldier, and Cliff, a military adviser. Forty years later, Minh and his daughter Mai live in a close-knit Vietnamese immigrant community in suburban Virginia. As Mai discovers a series of devastating truths about what really happened to her family during those years, Minh reflects upon his life and the story of love and betrayal that has remained locked in his heart since the fall of Saigon.

Voir aussi :

 

  * * *

Réf.: Lan Cao, The lotus and the storm, a novel, New York : Viking Books, 2014. ISBN: 978-0670016921

Hoàng Minh Tường : Le temps des génies invincibles [à paraître]

HoangMinhTuong_LeTempsDesGéniesInvincibles[ndlr] Ouvrage à paraître en novembre aux éditions de La Frémillerie. Sortie officielle le 16 novembre 2014 à 15 heures au salon de l’Autre livre. Présentation de l’éditeur.

Jamais, à note connaissance, l’histoire contemporaine du Vietnam, principalement de sa partie Nord, n’a été relatée de façon aussi franche, aussi crue, aussi puissante. Ce livre, tiré officiellement à 1.000 exemplaires seulement, a connu d’emblée un tel succès qu’il a été aussitôt réimprimé et vendu sous le manteau : avec à ce jour 200.000 exemplaires écoulés de manière non officielle, c’est un best-seller absolu, qui a bouleversé tous ses lecteurs comme en ont témoigné nos contacts sur place et les forums sur Internet.

Hoàng Minh Tường, qui est âgé de soixante-trois ans, est un auteur célébré au Vietnam, où il a une œuvre prolifique à son actif. Du fait des particularités politiques de son pays, il n’a cependant jamais réussi à vivre de sa plume, gagnant sa vie jusqu’à aujourd’hui comme enseignant et journaliste.

« Le temps des génies invincibles » nous plonge dans la société vietnamienne de la seconde moitié du XXe siècle. Cette saga de 650 pages d’une fascinante richesse décrit, à travers le parcours de plusieurs générations, de 1945 à nos jours, les bouleversements terribles qu’a connus le pays : les ravages d’ordre politique, avec deux guerres meurtrières, mais également d’ordre intime, du fait des conflits ayant plongé la société, la culture, la famille, dans des divisions sanglantes qui ont détraqué à jamais une culture millénaire et des liens sacrés.

Le roman de Hoàng Minh Tường relate sur plusieurs générations l’existence de la famille du patriarche Nguyễn Kỳ Phúc, lettré confucéen descendant d’une très ancienne lignée villageoise, représenatnt « l’ordre ancien » du monde, qui accepte après 1945 de servir la cause de la résistance à l’occupant français. Ces quatre fils représentent chacun symboliquement, un aspect du Vietnam post-colonial et de ses déchirements.

Roman traduit du vietnamien.

Site des éditions La Frémillerie.

Lê Lan Anh : En terre ennemie + entretien avec l’auteure [2013]

LeLanAnh_EnTerreEnnemie[ndlr] Annonce de la traduction française du roman vietnamien Ở đất kẻ thù paru en 2007 au Viêt-Nam. Présentation de l’éditeur.

Le commandant James McClean, Jim, de la Marine américaine, est abattu au-dessus du Nord-Viêtnam. Blessé, il est gardé pendant vingt heures dans la maison de Monsieur Bi, et soigné par sa fille, Na. Le roman relate le parcours de ces trois personnages, et leur rencontre. Tout les sépare, la langue, la culture, la guerre. Mais la vie commune les oblige à des relations où le naturel affleure. Bi, plein de la haine dictée par l’hostilité de classe, a des gestes où perce sa nature humaine, vaine et compatissante.

Source : L’Harmattan

Texte original en ligne : Viet Nam Thu Quan (préface de Chu Lai)

 

Voir aussi dans la presse vietnamienne :

* * *

Annick Le Bourlot : Chaque nuage est nimbé de lumière [2009]

[ndlr] Nous remercions Annick Le Bourlot pour nous avoir signalé et offert son roman historique fortement inspiré de son vécu au Viêt-Nam. Son ambition est de nous faire partager « un point de vue de Vietnamiens sur les incidences de la guerre qui a sévi au Vietnam de 1946 à 1954 ».

Du Vietnam ravagé par un siècle de troubles et de guerres, juste après les accords de Genève en 1954, Hoa s’envole vers la Nouvelle-Calédonie, île natale de Maurice, son nouveau compagnon, avec deux de ses trois enfants. Elle quitte le pays de ses ancêtres, mue par l’espoir de construire une vie plus paisible, mais la mort dans l’âme de devoir laisser à Saigon sa fille aînée, Mai, alors âgée de quinze ans. Celle-ci se considère maltraitée par l’ancienne patronne de sa mère. Mai s’enfuit alors et part à la recherche de son père, qu’elle n’a pas connu et qui est resté au Nord du pays, combattant auprès d’autres résistants contre le colonialisme français. Cette recherche du père est aussi une quête de ses racines et d’elle-même, à travers les lieux de son enfance marqués par le passé mouvementé de sa mère. Mai parviendra-t-elle jusqu’au village paternel et retrouvera-t-elle son père ? Choisira-t-elle de rester au Viêt-Nam et de participer au combat de celui-ci ou de rejoindre sa mère dans le Pacifique, sur un territoire étranger et inconnu ?

Réf. : Le Bourlot, Annick, Chaque nuage est nimbé de lumière, roman, Paris, L’Harmattan, Collection Lettres du Pacifique 18, mai 2009, 220 p. Fiche L’Harmattan

Je reste marquée par le message du roman Fahrenheit 451, prolongé par la magnifique réalisation filmique de Truffaut, selon lequel chacun de nous est porteur d’un pan de l’histoire de l’Humanité. En observant les modes de vie sur le Territoire, notamment ceux des communautés asiatiques, j’ai été étonnée par leur attitude industrieuse et leur silence. La lecture de Chân Dang de Jean Vanmai, les témoignages sur les conditions de vie des premiers immigrés vietnamiens m’ont  émue.

J’ai contextualisé ce roman en Nouvelle-Calédonie pour rendre hommage à tous ces exilés du Monde qui doivent se construire une nouvelle vie, avec d’autres repères, sans pour autant perdre leur mémoire du passé. Je suis également convaincue que la culture est un antidote par rapport aux guerres et autres catastrophes, ainsi qu’à notre condition de mortels. (extrait de l’interview réalisée par la Maison du Livre de la Nouvelle Calédonie au mois d’août 2009).

 

L’hommage à la Calédonie de l’inspectrice de français

Sa jeunesse est une aventure, au milieu des troubles du Vietnam et de l’Algérie. Annick Le Bourlot y a puisé la matière d’un roman, où la Calédonie a sa part comme terre d’accueil.

Elle dit d’elle-même qu’elle était condamnée à ne pas vivre, et à ne pas réussir. Née prématurée dans la jungle, près d’Hanoï, elle a miraculeusement survécu. Enfant dans la guerre du Vietnam puis d’Algérie, elle a étudié pour se libérer de l’angoisse du terrorisme. Un demi-siècle plus tard, la petite Maï est devenue Annick Le Bourlot, inspectrice d’académie, inspectrice pédagogique régionale en français, basée à Nouméa.

Elle affirme qu’elle doit sa réussite à l’école française. Voici quelques mois, à l’occasion du Forum francophone du Pacifique, elle publiait Aux bâtisseurs de l’école de la réussite, un hommage aux professeurs de lettres. Un ouvrage essentiellement didactique, mais dont quelques pages autobiographiques laissaient présager le roman à venir.

Ce roman, Annick Le Bourlot l’a présenté la semaine dernière, lors d’une soirée littéraire au musée de la Mer, en présence du vice-recteur, du membre du gouvernement chargé de l’éducation, du président du Cercle des auteurs du Pacifique et de nombreux enseignants avec qui elle travaille et dont elle a gagné l’estime.

« La culture permet à l’homme d’échapper à ses haines et à la violence ».

Chaque nuage est nimbé de lumière, paru dans la collection Lettres du Pacifique chez l’Harmattan, n’est pas une autobiographie mais un récit historique qui a fini par tourner au roman. Il parle de déchirures familiales, de quête du père, de violence et d’exil dans un Vietnam en guerre, de départ vers un territoire étranger et inconnu qui deviendra refuge, la Nouvelle-Calédonie. C’est une histoire de chez nous, qu’ont vécue bien des Calédoniens.

En bonne inspectrice de lettres, Annick Le Bourlot sait bien que toute interprétation d’une œuvre romanesque est plurielle. Certains y verront des messages de telle ou telle nature. Il en est un, au moins, qu’elle souhaite affirmer. C’est que « la culture, particulièrement artistique et littéraire, antidote à la guerre et à notre condition de mortel, permet à l’homme d’échapper à ses haines et à la violence ».

En fin de séjour, Annick Le Bourlot doit quitter le territoire dans quelques mois. Première inspectrice de lettres d’origine vietnamienne, elle laissera derrière elle, outre ses deux livres personnels, deux ouvrages en voie d’achèvement : un manuel de français à base de littérature calédonienne, et un livret d’évaluation 6e rénové. Elle en a donné l’impulsion, mais la réalisation en a été faite collectivement par plusieurs groupes de ces enseignants à qui elle rend hommage. « Je constitue avec vous, leur a-t-elle dit la semaine dernière, un maillon dans une chaîne de solidarité au service des élèves. »

Henri Lepot

Les Nouvelles Calédoniennes du 10/07/2009

Source : Café, thé, la soupe

Aperçu Google Books