Archives par mot-clé : révolutionnaires

Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [5] – La terreur blanche à Cao-Bac-Lang

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit du général Vo Nguyen Giap. La répression s’abat sur les révolutionnaires de la Ligue Viêt-Minh et les villages suspects.

LA TERREUR BLANCHE A CAO-BAC-LANG

Il importe de préciser que pendant les années 1942-1943, le mouvement de la Ligue Viêt Minh dans les provinces du Cao-Bac-Lang (1), avait pris une envergure sans précédent.

Trois des neuf districts du Cao Bang étaient des « districts à cent pour cent » (Ha Quang, Hoa An et Nguyen Binh) et nous avions des bases partout ailleurs. Dans le Bac Can, le mouvement avait gagné quatre districts. Du côté de Lang Son, il atteignait déjà That Khe. Il était particulièrement fort dans les régions Man, notamment chez les Man Blancs dans la région de Thien Thuat et chez les « Man à sapèques » dans la zone Quang Trung.

Je prendrai comme exemple le district de Ha Quang, région de population clairsemée, constituée pour la plus grande part de minorités Nung. Selon les chiffres du Comité du district, en 1941, les membres des organisations pour le salut national s’élevaient à 1.053 ; en 1942, ils étaient 3.096, dont 1.049 éléments sûrs, et 235 miliciens d’autodéfense et d’assaut. Le district avait organisé six cours de formation politique et trois cours de formation militaire accélérés. En 1943, toute la population avait adhéré aux organisations pour le salut national, qui comptaient 5.453 membres dont 2.250 éléments sûrs,  1.004 miliciens d’autodéfense et 15 détachements d’autodéfense et d’assaut ; le district avait ouvert onze cours de formation politique et 26 cours de formation militaire. La population avait en outre créé dix écoles pour commencer à liquider d’analphabétisme. En de nombreuses localités, les femmes plantaient des légumes, élevaient des vers-à-soie pour collecter de l’argent au profit des cadres clandestins.

Du point de vue militaire, dans toutes les localités organisées dans l’interprovince, la plupart des jeunes gens et jeunes filles participaient aux formations de miliciens de choc et avaient suivi plusieurs périodes d’entraînement militaire. On peut dire que, pendant la période clandestine, dans les régions rurales du Cao-Bac-Lang avait réussi à organiser et à armer toute la population.

En 1942 et 1943, le Comité interprovincial forma de nombreuses promotions de cadres militaires. A plusieurs reprises, des revues et des manœuvres militaires furent organisées. Les manœuvres qui se déroulèrent au village de Hong Viet en juillet 1943, mirent en action plus de mille hommes dont des miliciens d’autodéfense, des miliciens de choc, des cadres de la Ligue Viêt Minh à l’échelon communal et des éléments sûrs des organisations pour le salut national. On visait ainsi à apprendre aux cadres à commander et à parfaire l’entraînement des détachements de miliciens de choc. Par ailleurs ces manifestations de force achevaient de donner confiance aux masses révolutionnaires, aidaient à rallier les éléments flottants et intimidaient les réactionnaires locaux. Mais avec une telle méthode, on risquait facilement de découvrir nos forces, de dévoiler nos secrets et de provoquer la répression.

On se préoccupait également de stocker des vivres. Chaque district avait ses greniers de paddy et de mais en vue de l’insurrection. Les masses appliquaient fidèlement la tactique de la terre brûlée telle que nous la leur avions enseignée. Les paysans creusaient des abris au plus profond de la forêt ; ils y faisaient du feu pour sécher et durcir la terre, puis ils boisaient le trou et y installaient enfin des claies de bambou pour recevoir le paddy ; à une certaine hauteur, ils fermaient le coffrage avec des planches et des claies et recouvraient le tout de terre. Les achats d’armes avaient pris les proportions d’un mouvement de masse. Chaque famille cherchait par tous les moyens à acheter des armes de contrebande aux soldats des forces de Tchang Kaï-Chek, quitte à vendre un buffle ou du paddy pour les payer. En plusieurs points, on avait ouvert des forges pour réparer les fusils à amorce, les carabines de chasse et fabriquer des armes blanches, coupe-coupe, sabres, poignards, etc… Nos compatriotes répondaient magnifiquement et en masse aux collectes de fer, de cuivre, de socs de charrue, de cuvettes et de plateaux en cuivre, en ferraille, etc…

Les colonialistes français, vendus aux fascistes japonais, mettaient en œuvre tous les moyens dont ils disposaient dans l’espoir d’étouffer dans l’œuf l’insurrection armée. Ils menaient de pair une répression féroce et des manœuvres démagogiques. Ils cherchaient dans une première phase à liquider nos organisations de base et à couper les voies de ravitaillement des cadres clandestins. Après quoi ils déclenchaient des opérations militaires pour mettre la main sur les P.C. secrets du Viêt Minh.

C’est précisément au moment où s’intensifiait la répression que je quittais le camarade Chu Van Tan dans la région limitrophe de Cho Chu et Cho Don pour revenir à Cao Bang.

A mi-chemin, près du chef-lieu de Bac Can, je pus déjà constater les premières manifestations de cette terreur blanche. Arrivé à Na Lum, village isolé sur le sommet du mont Phia Booc, dont le nom signifie « rizière abandonnée », je reçus une lettre du camarade Duc Xuan, chef du Détachement de Propagande d’assaut pour « la marche vers le Sud », me signalant une montée du mouvement et me proposant de descendre participer à un meeting dans la vallée. Duc Xuan était un excellent propagandiste très actif et très courageux, qui composait de belles chansons populaires. J’avais déjà atteint un village au pied de la montagne, lorsque j’appris que l’ennemi avait envoyé des troupes contre notre base près de Phu Thông. Par manque de vigilance, le camarade Duc Xuan avait été surpris en pleine réunion, et abattu. L’ennemi lui avait tranché la tête et les bras pour les exposer au marché.

Notre route se trouvait donc coupée. La population, en plein désarroi.

Je fis demi-tour et, par des pistes traversant la chaîne du Phia Booc, je gagnai Cao Bang. Comme je l’ai dit plus haut, j’arrivai à Kim Ma au moment des fêtes du Têt. Là aussi, l’ennemi était en train d’intensifier la répression. Il s’intéressait particulièrement aux régions où s’étaient déroulées de grandes manœuvres militaires.

Le P.C. du Comité interprovincial, qui se trouvait dans la vallée de Lam Son, avait été encerclé à plusieurs reprises par la troupe. Chaque fois, notre tactique avait été de décrocher en évitant l’engagement et de nous replier provisoirement ailleurs. Un jour l’ennemi ouvrit un feu nourri de mortiers sur le siège du journal Vietnam Indépendant, mais sans aucun résultat. D’ailleurs les tirailleurs qu’on envoyait contre nous ne brillaient guère par leur courage. Il suffit qu’un jeune gars du P.C. criât : « A l’assaut » pour les faire détaler en quatrième vitesse.

Dans d’autres localités, l’ennemi cherchait à employer la ruse. Il affichait des proclamations, rassemblait la population et lui recommandait de vaquer tranquillement à ses occupations, sans se laisser influencer par les « rebelles Viêt Minh ». Il déclarait qu’il garantissait à tous ceux qui avaient rejoint le maquis, la liberté de revenir chez eux et invitait les cadres clandestins à passer au service du « gouvernement ». Résultat : fiasco complet ! Ces manigances n’eurent pas le moindre effet dans nos rangs car nos adhérents avaient été préparés à cette éventualité.

Les impérialistes reprirent alors la répression. Ils renforcèrent leurs réseaux de mouchards, installèrent des tours de garde aux points névralgiques et dans les localités les plus révolutionnaires. Ils créèrent de nouveaux « bang ta » (notables chez les minorités), augmentèrent les effectifs de la garde indigène et organisèrent des groupes francs mobiles. Ils recherchaient et arrêtaient les cadres révolutionnaires, y compris leurs parents. Toute famille qui avait un de ses membres parmi nos cadres ou soupçonnée d’entretenir des relations avec les maquis risquait de voir sa maison incendiée et ses biens confisqués. Dans beaucoup de localités, les greniers où l’on cachait le paddy furent découverts et incendiés. De nombreux villages furent impitoyablement rasés. Quiconque était pris en possession de documents Viêt Minh, était immédiatement passé par les armes, décapité et mutilé, la tête et les membres étant exposés sur le marché. La tête de nos militants était mise à prix. La moins chère valait 1.000 piastres et une tonne de sel ; certaines étaient cotées jusqu’à 20.000, voire 30.000 piastres.

Tirant l’expérience de la terreur blanche à Bac Son et Vu Nhai, l’ennemi donna l’ordre de concentrer les villages. Tous les hameaux reculés de moins de vingt maisons reçurent l’ordre de quitter leur emplacement  pour se regrouper en des points déterminés. Combien de villages furent ainsi laissés à l’abandon ! Les habitations étaient démantelées. Que de fois, du haut de la montagne, le cœur serré, nous avons été les témoins impuissants des incendies qui ravageaient, dans la vallée, les villages de nos camarades. D’un bout à l’autre de la zone de Cao-Bac-Lang, ce n’était que dévastation et désolation.

Dans les nouveaux centres de concentration, la population menait une vie des plus misérables. Tout gros village devait être ceinturé d’une triple haie de bambous, et assurer la garde de nuit. Le contrôle d’identité avait lieu chaque jour. Couvre-feu de six heures du soir à six heures du matin. Défense absolue d’emporter du riz hors du village. Des paysans furent fusillés sur place pour le seul fait de transporter une touque de paddy pour préparer les semences ou un panier de riz au marché.

Des agents s’infiltrèrent dans nos rangs pour y semer le doute et la discorde. Il ne se passait pas un seul jour sans que la troupe fît irruption dans les villages pour massacrer, piller, incendier, obliger la population à partir en corvée ou à signer des papiers par lesquels elle s’engageait à ne plus suivre le Viêt Minh.

Devant cette situation, le Comité interprovincial du Cao-Bac-Lang décida de mobiliser les masses pour réagir. Les cellules du Parti, les comités Viêt Minh de village devaient organiser leur « comité d’assaut anti-terroriste » avec les membres du Parti et les meilleurs éléments des organisations pour le salut national. Parallèlement, nous renforcions les mesures contre les infiltrations de réactionnaires dans les organisations patriotiques. La population ne se laissait pas abattre. Chaque fois que la troupe entrait dans un village pour le saccager, nos jeunes militants des deux sexes se répandaient dans les maisons pour soutenir le moral des gens. Cependant, les atrocités de l’ennemi ne furent pas sans provoquer localement certains flottements. Il y eut des villages où la population proposa de suspendre les activités de la Ligue. Ailleurs, une cinquantaine de jeunes gens et de jeunes filles se réfugièrent dans les forêts.

Le Comité interprovincial du Cao-Bac-Lang donna des directives aux cadres qui vivaient encore dans la légalité : renforcer la vigilance pour ne pas tomber aux mains de l’ennemi, se préparer à passer dans la clandestinité, ne pas dormir chez soi la nuit ; dans la journée être toujours accompagné de gardes du corps, avoir sous la main un stock de vivres pour deux ou trois mois, garder le contact avec les responsables pour pouvoir passer dans la clandestinité en cas d’alerte. Le nombre des clandestins augmentait rapidement. Le Comité interprovincial décida de les organiser en « noyaux clandestins » chargés d’entretenir le mouvement. Chaque « noyau clandestin » groupait les camarades d’une ou deux communes, pour la plupart des membres du Parti qui avaient dû partir de chez eux pour se cacher dans la forêt. Il avait son P.C. dans une petite hutte de rien du tout – quelques lattes de bambou pour dormir, un toit d’herbes sèches ou de feuilles de bananiers – au sommet d’une montagne, en pleine jungle. Le sentier menant à mon P.C. empruntait ainsi le lit d’un ruisseau qui descendait en cascades. Il était impossible de passer ailleurs que dans le courant, ce qui présentait l’avantage d’effacer toute trace ; mais nous étions tout trempés chaque fois que nous arrivions à la cabane.

Un « noyau clandestin » groupait en général de quatre à cinq personnes, parfois même jusqu’à dix, qui vivaient selon une stricte discipline. L’emploi du temps suivait un programme rigoureux réparti entre l’agitation des masses, l’étude politique et l’entraînement militaire. La journée était consacrée aux études et aux travaux agricoles. On prenait le repas de bonne heure, vers trois ou quatre heures de l’après-midi. A la tombée de la nuit, les clandestins sortaient de la jungle pour se rendre au rendez-vous. Ils avaient un mot de passe ou un cri convenu pour se faire reconnaître par les membres du Parti ou les éléments sûrs de nos organisations qui, au mépris de leur vie, venaient leur apporter des vivres, faire le rapport sur la situation et demander des directives pour enrayer la répression dans chaque localité et chaque hameau. Tard dans la nuit, ils dormaient quelques heures à la belle étoile, quand le temps le permettait. A l’aube, ils reprenaient le chemin du P.C. Il fallait coûte que coûte avoir atteint la jungle avant que la brume matinale se levât pour ne pas encourir de critiques, mais surtout pour ne pas causer d’ennuis à la localité. Cette vie pleine de dangers et de privations, cette volonté tenace de garder le contact avec les organisations de base et la population, insuffla une puissante combativité aux masses révolutionnaires.

L’ennemi voyait bien qu’il n’avait pu couper le lien entre le Parti et les masses, entre les noyaux clandestins et les hameaux. Il intensifiait la répression, implantant des postes partout ; il encerclait des massifs montagneux et pénétrait dans la jungle, en poussant devant ses colonnes la population civile des vallées. De nuit, il envoyait des patrouilles tendre des embuscades aux confluents des ruisseaux. A l’aurore, des éclaireurs Man se glissaient dans la brume à la découverte des traces qui pouvaient déceler l’emplacement des refuges clandestins. En plein été, des patrouilles n’hésitèrent pas à incendier des forêts suspectes. Un jour, nous avons failli être brûlés vifs à cause de la découverte d’un abri près d’un ruisseau. Plusieurs P.C. de noyaux clandestins furent encerclés coup sur coup. La région de Bac Can était particulièrement visée. Il m’est arrivé, avec la camarade Hoang Sam et deux militants locaux, de rester bloqué trois jours de suite au sommet d’une montagne dans le canton Hoang Hoa Tham. Nous en étions réduits à prendre l’eau des bambous et la sève de certaines lianes pour faire cuire notre riz. Toutefois, nous avons eu de chance, plus de chance que tant de nos camarades qui tombèrent sous les coups de la répression. Chaque fois que l’ennemi découvrait un P.C. clandestin, il rasait les villages aux alentours. Dans le canton Hoang Hoa Tham où le mouvement s’était développé puissamment, les deux tiers de la population avaient abandonné les villages pour se réfugier dans la jungle.

On enregistrait un recul provisoire du mouvement des masses. Certes les cœurs n’avaient pas changé, mais les gens étaient si terrorisés qu’ils en venaient à dire : « Au jour de l’insurrection, nous nous soulèverons pour écraser l’ennemi, mais d’ici là, ne comptez pas sur nous. Il suffit de contacter un clandestin pour faire raser tout le village. » Mais si nos bases dans les masses s’effritaient, comment pourrions-nous jamais déclencher l’insurrection ?

Il fallait donc coûte que coûte maintenir nos organisations dans les masses. C’est ce que nous avons expliqué dans toutes les cellules du Parti, à tous les cadres et militants de base. Quelles que fussent les difficultés, ils devaient se cramponner aux masses. La répression devait fournir une occasion de sélectionner les éléments sûrs.

Après chaque réunion, les cadres des noyaux clandestins partaient chacun de leur côté vers leur secteur, avec un boyau de riz. Ils prenaient contact avec la population sur le chemin du marché ou dans les champs. Ils lui faisaient connaître les victoires de l’U.R.S.S. et des Alliés, la montée impétueuse de la révolution dans le delta, lui expliquaient que la répression serait impuissante et dressaient des plans avec eux pour poursuivre les activités de la Ligue. A la réunion suivante, nous commencions par faire l’appel : il y avait bien des chances qu’il y eut un absent, sinon plus. En général, ceux qui ne se trouvaient pas au rendez-vous dans les délais prévus étaient tombés au cours de leur mission. Dans certaines régions, on devait se contenter, durant des mois, de maïs ou de farine de riz ; dans d’autres, on déterrait des tubercules pour remplacer le riz. Dans mon secteur, nous avons mangé pendant des mois du riz avec des fleurs de bananier sauvage. Nous les faisions cuire dans l’eau salée jusqu’à ce que disparût toute trace d’un jus noir et visqueux, particulièrement âcre ; néanmoins cela nous brûlait l’estomac. Avec un tel régime, nous n’avions presque plus la force de gravir les pentes des montagnes, les jambes nous tremblaient. Nous sommes restés sans un gramme de graisse jusqu’au moment où le mouvement redémarra sérieusement. Mais nous avions une confiance sans borne, nous étions prêts à tout sacrifier et nous allions de l’avant, résolument, gaiement.

Si les attaques lancées par l’ennemi avaient réduit nos bases, elles les avaient aussi forgées. Quelque temps après, dans plusieurs régions, le mouvement reprit et marcha peu à peu vers la lutte armée. Le Comité interprovincial du Cao-Bac-Lang donna l’ordre aux noyaux clandestins de « se militariser », c’est-à-dire d’avoir des armes et des munitions, et d’intensifier l’entraînement militaire ; les activités militaires devaient aller de pair avec les activités politiques. Les noyaux clandestins reçurent aussi l’ordre de « vivre en guérilleros », c’est-à-dire toujours sur le qui-vive, le paquetage à portée de main, prêts à partir à la première alerte.

Les districts formaient des détachements armés de sept à douze combattants, détachés de tout travail de production et là où les conditions le permettaient, une section. Ces unités régionales se chargeaient de la propagande armée, elles exécutaient les réactionnaires les plus dangereux, tendaient des embuscades aux petites patrouilles pour s’assurer la contrôle des montagnes et des forêts. Cependant, pour éviter à la population des représailles, leur champ d’activité se tenait le plus possible à l’écart des organisations de base et, de ce fait même, se trouvait limité. Les combattants chargés d’exécuter le traître Tong Doan à Kim Ma, rencontrèrent pas mal de difficultés pour lui tendre une embuscade en un point assez éloigné de nos organisations de base, car il ne s’écartait guère du village. Un de nos détachements armés eut la chance de pouvoir le prendre en filature, comme il se rendait au marché et réussit à l’abattre. Toutes les femmes qui avaient été au marché ce jour-là colportaient la nouvelle et affirmaient : – « C’est la Ligue Viêt-Minh qui l’a descendu ! » Après cela, les autres traîtres se tinrent tranquilles pendant un certain temps, mais bientôt reprirent leurs activités comme avant.

Notre route « vers le Sud » avait été coupée en plusieurs points. Nous avions dépêché coup sur coup des groupes d’assaut vers les secteurs menacés pour soutenir la population locale et maintenir nos organisations de base, mais sans obtenir davantage que des résultats partiels. Au début de 1944, la liaison avec le delta devint une nécessité impérieuse. Sur les ordres du Parti, nous avons regroupé plusieurs détachements armés locaux pour former la Section « de la Marche vers le Sud ». Un plan fut adopté. On progresserait dans le secret le plus absolu à travers la jungle pour rétablir la liaison avec nos organisations de base au pied du mont Phia Booc. Sur notre route, plusieurs villages avaient été rasés. Dans les hameaux contrôlés par les postes, la surveillance était des plus sévères. Notre section partant de Kim Ma prit la direction du Sud, marchant la nuit, se reposant le jour. La progression était pénible. Il pleuvait sans cesse. Les pluies avaient fait déborder les ruisseaux qui inondaient les sentiers. Trempés jusqu’aux os, nous nous arrêtions parfois dans les grottes où nous allumions un petit feu pour nous réchauffer et sécher nos vêtements. Puis la marche reprenait. En général, vers sept ou huit heures du matin, nous cherchions un emplacement bien abrité où, étendus sur des feuilles de latanier, nous nous reposions de nos fatigues. Parfois, pour atteindre une de nos bases, nous devions marcher pendant deux, trois nuits de suite, par des villages entièrement sous le contrôle des réactionnaires, où ne nous pouvions emprunter qu’une unique piste à proximité des postes de garde. Nous avancions alors avec précaution, évitant le moindre bruit, un clapotis de pas dans la boue, un choc de bâton sur une pierre.

Après huit ou neuf jours de marche, nous avions dépassé Cho Ra et atteint notre point de ralliement au pied du mont Phia Booc. Un certain nombre de militants qui accompagnaient la Section armée avaient apporté une pierre lithographique, du papier et de l’encre, pour faire paraître un journal sur place après avoir pris contact avec les organisations de base, consolidé le mouvement dans la région et établi le P.C. Bien que rompus de fatigue, nous brûlions d’enthousiasme ; au lieu de nous reposer, nous commençâmes à abattre des arbres pour construire nos huttes ; pendant ce temps, je chargeai le camarade Thanh Quang, dont la famille se trouvait à Cho Ra, d’aller contacter les organisations les plus sûres de la région. Il revint le soir avec de tristes nouvelles : dans les villages environnants, toutes nos organisations avaient été disloquées, de nombreuses maisons de militants incendiées. La population l’avait averti de faire attention, une grande rafle était en cours, des tirailleurs battaient les forêts. Nous avons établi un tour de garde autour de notre campement provisoire et, après quelques heures de sommeil, nous avons repris la route vers Cao Bang. Comme nous n’avions pas prévu l’éventualité d’un repli, nous avons dû nous contenter de soupe de riz sur le chemin du retour. Nous devions tous tomber gravement malades après ce voyage.

Cette grande campagne de répression nous causa beaucoup de difficultés, mais les épreuves forgèrent nos militants et les masses, et leur inculquèrent un esprit de sacrifice très poussé. Or c’était là l’une des, conditions essentielles de l’insurrection.

(1) Cao Bang, Bac Can, Lang Son.

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 121-135.

Épisodes précédents :

Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [4] – La marche vers le Sud

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit du général Vo Nguyen Giap (recueilli par Tran Cu) sur l’implantation de la Ligue Viêt-Minh en Haute-région et le départ vers le delta. Disparition et réapparition de Ho Chi Minh.

LA MARCHE VERS LE SUD – L’OUVERTURE DES LIAISONS ENTRE CAO BANG ET THAI NGUYEN

Depuis son retour dans le pays, sur la frontière, l’Oncle Ho s’était constamment préoccupé de garder le contact avec le Comité central qui se trouvait dans le delta. A partir du moment où la 8ème Session du Comité central décida la formation de deux bases révolutionnaires au Viet Bac, la liaison entre Cao Bang et la région de Bac Son-Vu Nhai devint une nécessité impérieuse.

Outre notre réseau de liaison clandestin, il nous fallait de toute urgence organiser de nombreuses autres filières de liaison populaires entre Cao Bang et le delta. Ainsi, en cas de répression, nous pourrions garder le contact et créer les conditions de la reprise d’activité de nos détachements de guérilla.

Pour ouvrir la liaison en direction du delta, nous devions passer par des régions habitées par les Tho et les « Man à sapèques »(1). Nous commençâmes un travail d’agitation parmi ces derniers. De même que les Man Blancs, les Man à sapèques sont droits et francs de nature. Eux aussi étaient las de l’impérialisme et prêts à se soulever. L’hospitalité et l’entraide étaient chez eux de tradition. Ils étaient enthousiasmés à l’idée de se rassembler dans une ligue pour chasser colonialistes français et les fascistes japonais, mais ils n’accordaient toute leur confiance qu’après une prestation de serment solennelle suivant les rites traditionnels. Pour leur prouver notre bonne foi, nous prenions part à ces cérémonies au cours desquelles on éteignait des baguettes d’encens ou sacrifiait un poulet. Nous jurions de nous unir comme des frères au sein d’une même famille pour chasser de nos villages les Japonais et les Français, au nom de la Patrie, suivant le programme de la Ligue Viêt Minh ; nous jurions de rester solidaires dans les moments les plus critiques, de ne jamais trahir la Ligue, même sous les tortures. Quiconque trahirait, encourrait la mort. Pour sceller nos serments, nous enfoncions une baguette d’encens allumée dans de l’eau ou nous tranchions la tête d’un poulet d’un coup sec de coupe-coupe. Les cellules du Parti commencèrent bientôt à faire leur apparition parmi ces minorités Man. Le premier Man à sapèques qui adhéra au Parti s’appelait Hoan, c’était un homme de Ha Hieu (Cho Ra), débordant d’activité, qui jouissait d’un grand prestige parmi la population. Il rendit d’immenses services dans l’organisation de la région. Arrêté plus tard par l’ennemi, il s’évanouit onze fois de suite sous les tortures sans livrer un seul renseignement. Il fut fusillé à Bac Can. Avant de mourir, il s’adressa à sa femme venue lui rendre une dernière visite :

« Je pense qu’ils vont me fusiller, mais ne te laisse pas ébranler. De toute façon la Révolution vaincra. Sois toujours fidèle au Parti, aide nos camarades. » Puis, lui remettant un morceau de gélatine de tigre (2), il ajouta :

– Quand tu verras le camarade Van, donne lui le bonjour de ma part et passe lui ce fortifiant. Ça l’aidera à rester en forme pour travailler.

Quelques temps après, de passage à Ha Hieu, je rendis visite à la famille du camarade Hoan. Sa femme pleura beaucoup en me racontant sa dernière rencontre avec son mari et me remit le morceau de gélatine de tigre.

La vieille maman de notre camarade, elle aussi, pleurait en me parlant :

« Aujourd’hui Hoan n’est plus là et la dernière récolte n’est pas bonne, mais quand même j’ai mis de côté pour nos guérilleros un peu de riz gluant. Mes enfants, ajouta-t-elle, ne perdez pas courage, écraser toute cette clique pour que nous puissions enfin vivre ! ».

A partir du moment où le mouvement prit une certaine ampleur, l’ennemi déclencha la répression. Des unités de Ngan Son, Nguyen Binh et Cao Bang montèrent vers le canton de Kim Ma qu’elles encerclèrent. Elles bloquèrent toutes les voies de communications, routes et pistes, pour faire la chasse aux militants et mettre la main sur nos services clandestins. A ce moment, j’étais en train d’ouvrir un cours politique avec le camarade Thiet Hung et, par-dessus le marché, j’avais une crise de paludisme. La population nous conseilla de quitter la région :

« Il s’agit cette fois d’une grande opération, nous disait-on. La troupe est montée par ici pour vous arrêter. Mieux vaudrait interrompre momentanément les activités de la Ligue. Quant à vous, il serait plus prudent de vous retirer dans la forêt ou de revenir auprès de l’échelon supérieur et après on verra. »

Dès qu’ils surent la nouvelle, l’Oncle Ho et le Comité interprovincial nous envoyèrent des émissaires pour nous faire revenir au P.C. Mais nous pensions que dans de telles circonstances, notre départ pourrait amener l’éclatement des organisations de base. Pour les maintenir nous avons donc demandé à rester sur place.

Dans la journée même, l’ennemi nous livra une chasse sans merci. Guidés par les camarades Khanh et Lac, nous avons marché, sous une pluie diluvienne, en ligne droite à travers la jungle et les champs, évitant les pistes, durant toute une nuit, jusqu’au matin nous avons escaladé des crêtes et dévalé des pentes. Au petit jour, la brume était si épaisse qu’on n’y voyait pas à plus de trois mètres. Quand le brouillard se leva au milieu de la matinée, nous étions au sommet d’un mamelon dénudé, à proximité d’un hameau que les tirailleurs fouillaient maison par maison. Nous nous sommes jetés à plat-ventre et nous avons rampé sur plus d’un kilomètre pour atteindre l’orée de la forêt où nous avons repris notre marche. A midi, nous étions si épuisés que nous étions incapables d’aller plus loin et ce sont les camarades de la région qui, nous prenant par la main, nous ont fait marcher jusqu’au soir. Au crépuscule, nous avions atteint l’emplacement prévu, au sommet d’une montagne assez élevée. Après avoir bâti hâtivement une hutte pour nous abriter, nous avons échafaudé un plan pour reprendre contact avec la population et diriger l’action contre la répression. Après cette marche mouvementée, le camarade Thiet Hung et moi-même avons été secoués par la fièvre durant deux mois et demi. Comme médicament, nous n’avions que des infusions de racines « cu ao ». Quelques-unes de nos militantes que notre état de santé inquiétait, prirent notre longue tunique indigo des minorités Tho pour aller implorer notre guérison chez le sorcier. Mais que pouvait le sorcier ! Il nous fallut attendre jusqu’au moment où la liaison se rétablit. Le camarade Cap qui vint du P.C. pour reprendre le contact nous apporta alors quelques comprimés de quinine qui nous soulagèrent.

En réalité, cette rafle n’était encore qu’une opération de petite envergure. Mais comme elle était la première dans la région, elle ne fut pas sans nous provoquer de sérieuses difficultés. Le mouvement connut un recul pendant un certain temps. Néanmoins la propagande et les cours politiques se poursuivaient. Puis tout redémarra. Les Associations pour le salut national, les organisations d’autodéfense s’étaient trempées dans l’épreuve. La vallée de Kim Ma retentit de nouveau des échos enthousiastes des meetings en vue de l’insurrection. Bientôt fut convoquée la première Conférence des Délégués des Minorités Man qui décida la création de la zone Quang Trung. Le mouvement avait repris son élan. A l’occasion de l’anniversaire de la Révolution d’Octobre, les représentants des cantons de Nguyen Binh et Ngan Son tinrent une conférence préparatoire en vue de l’insurrection armée avec la participation de quelque trois cents délégués et d’une dizaine de détachements de choc qui firent une démonstration militaire.

Pour faciliter notre propagande, nous avions mis en vers le programme de la Ligue Viet Minh. Je le traduisis dans le dialecte des Man à sapèques et des Man Blancs. Nous adaptions de nouvelles paroles sur des airs folkloriques pour exalter la révolution. Le programme de la Ligue se propageait ainsi très rapidement et pénétrait en profondeur dans les masses. En arrivant dans un village qui venait d’être gagné à notre cause, je fus un jour très étonné d’entendre les jeunes filles et les enfants réciter par cœur les vers du Programme de la Ligue en pilant le riz et en cardant le coton.

A ce moment, le Parti avait étendu ses organisations au Bac Can où avait été installé un Comité provisoire provincial avec le camarade Dang comme premier secrétaire. Ce communiste intrépide et fidèle à toute épreuve tomba en héros en faisant le coup de feu contre les soldats ennemis qui avaient réussi à encercler son P. C.

Plus la « marche vers le Sud » gagnait du terrain, plus elle exigeait de cadres. A l’appel du Comité interprovincial, une centaine de garçons et de filles de Cao Bang quittèrent leurs foyers pour former des groupes d’assaut armés. Ils se procurèrent par eux-mêmes des armes, mousquetons ou grenades. Le camarade Thiet Hung possédait un revolver capricieux qui s’enrayait un coup sur deux. Quant à moi, j’avais une grenade hors d’usage que je portais à mon ceinturon car un avantage moral n’est jamais à dédaigner. En étroite coopération avec les militants locaux, les groupes d’assaut armés se répartirent en plusieurs formations qui se dirigèrent vers le Sud pour leur mission de propagande. Le groupe d’assaut chargé du démarrage partait en premier. Il contactait les militants locaux pour un travail d’enquête et de propagande, puis mettait sur pied des organisations de base. Venait ensuite le groupe chargé de consolider ces premiers résultats. Il faisait le tri des éléments sûrs parmi les sympathisants et ouvrait à leur intention des cours politiques accélérés. Les cadres ainsi formés devenaient le noyau de l’extension du mouvement. Pour accélérer le travail, nous n »abordions pas simplement les villages dans l’ordre géographique, nous faisions souvent un bond en avant. Quand les conditions le permettaient, nous n’hésitions pas à envoyer au loin un groupe d’assaut qui se déplaçait clandestinement pour venir organiser un village où les masses avaient déjà plus ou moins pris conscience. Ce groupe faisait tache d’huile et établissait peu à peu le contact avec les anciennes bases. Nous avions baptisé cette méthode la « tactique du parachutage ».

Au cours de notre marche vers le Sud, il nous arriva une histoire qui mérite d’être signalée.

Suivant les progrès du mouvement, j’étais descendu peu à peu du canton de Kim Ma jusqu’à Ngan Son en passant par le canton Hoang Hoa Tham pour contrôler le travail et ouvrir des cours de formation pour les cadres régionaux. J’étais sur une montagne aux abords du chef-lieu du district de Ngan Son, quand je reçus une lettre urgente du camarade Tong me demandant de revenir immédiatement au P.C. Je retournai en toute hâte à Cao Bang. Notre P.C. était toujours sur la montagne de Lam Son. Dès mon arrivée, les camarades Tong et Vu Anh m’annoncèrent que l’Oncle Ho avait été arrêté au cours d’une mission en Chine, et qu’il venait d’y mourir de maladie en prison. Jamais je ne me serais attendu à une telle nouvelle. Tout tournait autour de moi. Ce que nous ressentions ne saurait se dire. L’Oncle Ho n’était plus ! Quelle perte pour notre Parti, pour notre peuple ! Nous discutâmes ensuite de la rédaction d’un rapport pour informer le Comité central et l’organisation d’une cérémonie à la mémoire du défunt. Le camarade Tong était chargé de prononcer l’oraison funèbre. Le camarade Cap apporta la valise de rotin de l’Oncle Ho où nous pensions trouver quelques objets à conserver en souvenir. Nous projetions aussi d’envoyer le camarade Cap en Chine pour essayer de trouver l’emplacement de la tombe.

Quelques jours plus tard, je reprenais la route pour continuer ma mission. Jamais je n’oublierai cette nuit où, en compagnie d’un camarade de la « marche vers le Sud », je cheminai par des montagnes désertes couvertes d’herbes à paillote. Il faisait un froid piquant et des milliers d’étoiles illuminaient l’immensité du ciel. Je me sentais comme abandonné. Une tristesse infinie me poignait. Une tristesse que mes mots n’auraient su exprimer.  Et les larmes aux yeux, je regardais les étoiles.

Un certain temps s’écoula. Un jour nous reçûmes un journal envoyé de Chine. En marge, quelques lignes en caractères chinois. C’était l’écriture de l’Oncle Ho !

« A tous, bonne santé et bon courage dans le travail. Ici, tout va bien. »

Suivaient quelques vers :

« Les nuages embrassent les monts
Les monts étreignent les nuages
Le fleuve est un miroir que rien ne ternit
Sur la crête des Monts de l’Ouest
Solitaire, je vais, le cœur ému
Je scrute au loin le ciel du Sud
Je pense à mes amis. »

Notre joie ne saurait se dire.

— Alors quoi ? Qu’est-ce que cela veut dire ? avons-nous demandé au camarade Cap en lui montrant le journal.

— Moi-même, je ne comprends plus rien, nous répondit-il. Quand j’étais en Chine, c’est le gouverneur du Kuomingtang qui m’a annoncé que Nguyen Ai Quoc était mort.

Nous harcelions Cap de questions.

– Essaye de te souvenir des termes exacts de ce qu’il t’a dit en chinois.

Il finit par se les rappeler et nous avions deviné. Cap avait mal entendu. Le gouverneur chinois en parlant de l’Oncle Ho avait prononcé les mots « su lo, su lo » qui signifient « bien, bien » mais notre camarade les avait mal interprétés, car il suffit d’un changement dans l’accent tonique du premier mot pour que l’expression signifie « déjà mort, déjà mort. »

Nous fûmes secoués d’une crise de fou rire. N’empêche que nous avions trainé un poids dans le cœur pendant des mois et des mois.

Vers le mois d’août 1943, la route vers le Sud était ouverte. Je l’empruntai pour me rendre au delta afin d’y rencontrer le camarade Ba, c’est-à-dire Chu Van Tan.

Mes pensées se reportaient un an en arrière. Au cours de notre marche vers le Sud, j’avais appris que le camarade Chu Van Tan de Bac Son, après être passé clandestinement en Chine, était revenu au pays et avait pu rejoindre le P.C. du Comité interprovincial de Cao-Bac-Lang. J’étais venu le rencontrer à Lam Son. Sur les ordres du Parti, il était retourné à Bac Son par That Khe, Dinh Ca pour y consolider nos organisations de base, et établir la liaison entre Thai Nguyen et Cao Bang. Quant à moi, je devais poursuivre l’ouverture de la route « vers le Sud » en direction du delta. Je me souvenais que nous avions discuté longuement ensemble sur les points possibles de notre future rencontre. Le camarade Chu Van Tan m’avait présenté des militants de Bac Son qui allaient me seconder dans « la marche vers le Sud ».

Après un long travail et en dépit de multiples difficultés, la route vers le Sud, partant du district de Kim Ma à Cao Bang, atteignait enfin Cho Don (province de Bac Can) et Cho Chu (Thai Nguyen), en passant par Ngan Son, Phu Thông, Cho Ra. Nous avions réussi à organiser les masses sur un assez vaste secteur. Notre piste franchissait plusieurs chaînes de montagnes et plusieurs vallées en passant par des villages des minorités Tho, Man à sapèques et Man rouges.

Je marchai vers le delta par la piste de Phu Thông – Cho Don. Partout sur mon passage, je constatais une atmosphère fiévreuse de préparatifs à l’insurrection. Le moral de la population était excellent. Les minorités Tho, comme les minorités Man, étaient gagnées à notre cause. Elles réservaient aux révolutionnaires un accueil des plus chaleureux. Tous les villages Mon qui jalonnaient la route vers la crête du Mont Phia Booc, un des sommets les plus élevés de la région sur lequel il ne cesse de crachiner d’un bout à l’autre de l’année, même quand il fait beau dans la vallée, travaillaient pour le Viêt Minh ; les femmes et les enfants savaient par cœur les vers du programme de la Ligue en langue Man et plusieurs chansons révolutionnaires. Quand des mouchards montaient par là, la population faisait tout pour cacher et protéger les révolutionnaires. Elle n’hésitait pas, s’il le fallait, à nous aménager des cachettes jusque dans les chambres à coucher ou sous l’autel des génies tutélaires, qui sont des lieux absolument tabous pour les étrangers.

Après quinze jours de marche, j’arrivai près de Cho Chu. Je suivais un sentier montagneux qui surplombait le poste de Coc. Quelques pas encore et je serais au rendez-vous. je trouvai le camarade Chu Van Tan dans un « ray » (3) en pleine jungle. Inutile de vous dire notre joie ! Nous avons immédiatement convoqué un certain nombre de cadres de Bac Son qui faisaient de l’agitation dans la région et des cadres de la « marche vers le Sud » pour un échange de vues. Après quoi nous avons organisé une petite fête intime où nous causions à bâtons rompus ; la nuit venue, nous avons dormi à la belle étoile sur des feuilles de lataniers.

Le camarade Tan nous brossa un tableau de la situation à Thai Nguyen et dans le delta. A cette époque, nos organisations de base à Bac Son et Vu Nhai s’étaient fortement implantées et le mouvement gagnait les régions de Cho Chu, Dai Tu. L’ennemi poursuivait sa politique de répression. Nos militants de Bac Son, malgré mille dangers et mille difficultés, s’efforçaient par tous les moyens de consolider et d’étendre les organisations de base. Le camarade Tan nous fit savoir encore qu’un rapport avait été envoyé au Comité central qui allait dépêcher immédiatement un de ses membres auprès de nous. Je restai un certain temps à l’attendre. Chaque jour, on nous annonçait son arrivée imminente ; mais deux semaines s’écoulèrent sans qu’on le vit arriver. La répression était si intense qu’aucune piste n’était sûre. Je dus donc retourner à Cao Bang comme prévu lors de mon départ. J’avais profité sur de ces jours d’attente pour écrire une brochure sur « L’expérience de la Ligue Viêt Minh au Viêt Bac » destinée à être envoyée dans le delta.

J’arrivai à Cao Bang, à la veille de la fête du Têt. Au dernier jour de l’année lunaire, la plupart des cadres et une vingtaine de détachements d’assaut armés de la « marche vers le Sud » s’étaient réunis pour fêter nos succès. La « Ligue Viêt Minh » et la Fédération du Parti du Cao-Bac-Lang nous remirent un fanion sur lequel étaient brodés les mots « Assaut victorieux ». Cet honneur souleva un enthousiasme indescriptible.

Au même moment, l’ennemi déclenchait la terreur blanche.

[à suivre]

Notes :

(1) Groupes de Man dont les femmes portent des sapèques comme parure.

(2) La « gélatine de tigre » est un médicament rare et recherché pour ses qualités toniques.

(3) Champ cultivé sur la pente de la montagne après avoir abattu et brûlé la forêt.

 

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 109-121.

Épisodes précédents :

Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam – CR de lecture par Bernard Dupaigne

Guillemot_DaiViêt

Académie des Sciences d’Outre-Mer

Les recensions de l’Académie

Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam : l’échec de la troisième voie, 1938-1955 / François Guillemotéd. les Indes savantes, 2012
cote : 59.155

Hô Chi Minh, l’« éclairé », avait du charme, et il s’en est abondamment servi auprès de ses compatriotes et des Occidentaux « démocrates ». Il était également un redoutable homme politique, prompt à se méfier de ses concurrents dans la course pour le pouvoir, à les écarter sous prétexte de « révisionnisme », ou à les éliminer. Il a su assurer sa prééminence, supériorité qui se manifestera enfin par de gigantesques affiches à son effigie dans tous les lieux visibles. C’est ainsi, en creux, un cours de réussite qui nous est donné par ce fascinant ouvrage, reflet d’une thèse de doctorat d’État en histoire, soutenue à l’EPHE en 2003. Il nous montre ce qu’il aurait fallu faire pour que l’Histoire en fût changée.

Vue de Paris, l’histoire récente vietnamienne est linéaire. Le vaillant parti communiste vietnamien aurait fini par prendre le dessus sur les colonialismes français, puis américains, avec l’appui du peuple soulevé. L’auteur de ce livre ne cherche pas à prouver le contraire. Il se contente de remarquer que « malheur au Vaincu ! », et de poser un regard interne sur le Vietnam, en ajoutant la nécessaire dimension vietnamienne aux histoires reconstruites après coup. L’histoire contemporaine du Vietnam est restée jusqu’à présent connue à sens unique : « dans les ouvrages français sur cette guerre franco-vietnamienne, les acteurs vietnamiens sont quasiment absents ». Du côté Viêt Minh, il est surtout fait référence au célèbre duo, Hô Chi Minh et Vo Nguyen Giap ; du côté « nationaliste » à Bao Dai. L’intérêt de cet ouvrage remarquable est que l’auteur, qui parle vietnamien, a eu accès à toutes les sources écrites, aux archives, et aux témoignages des acteurs encore vivants. Ainsi, prend-il l’histoire depuis le début, mettant en scène tous les acteurs, décrivant leurs pensées et leur stratégie, comme s’il ne savait pas qui allait gagner à la fin.

La « guerre d’Indochine » (1945-1954) est ainsi certainement une guerre anticoloniale, mais surtout une guerre civile fratricide entre communistes, aidés par l’URSS et la Chine de la « guerre froide », et nationalistes vietnamiens. Le Viêt Minh avait réussi l’union de ses membres, dans la terreur, par les exclusions et les éliminations ; les nationalistes étaient restés jusqu’au bout divisés, par des querelles d’idées et de personnes. Ils n’ont pas su s’imposer lors de la période révolutionnaire d’août 1945 entre le départ des Japonais et le retour des troupes françaises : le Viêt Minh, mieux organisé, prit seul le pouvoir à Hanoï le 19 août.

L’auteur nous détaille ainsi, et pour la première fois, non l’histoire du nationalisme vietnamien non communiste dans son ensemble, ce qui aurait représenté une tâche impossible, mais l’évolution, depuis ses origines, d’un courant nationaliste révolutionnaire incarné par le « Dai Viêt » ou « Dai Viêt Quôc Dân Dang », Parti National du Grand Vietnam. Ce parti réclamait l’indépendance : son projet de libération sociale et nationale (doctrine de la Survivance du Peuple) s’est confronté au conflit idéologique opposant totalitarisme communiste et État national, tout en tentant de préserver la pérennité du parti au milieu de ses contestations internes.

Bien que certains membres du parti aient participé, après la partition du pays, aux gouvernements de la République du Sud Viêt-Nam, ce sont eux « les principaux perdants de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam » et ce texte foisonnant leur rend au moins justice.

Le Viêt-Nam reste encore « l’un des mythes puissants de ce vingtième siècle ». Il est bon que l’on en connaisse toute l’histoire, et tous les acteurs. Et pas seulement ceux dont l’action a été réécrite pour être idéalisée. Construire un parti révolutionnaire qui se voulait internationaliste n’a pu se faire que par une lutte féroce contre les tenants de la ligne nationale.

Comprendre les mouvements nationalistes dans le monde reste encore d’une grande nécessité. Ainsi, on ne peut qu’encourager cet auteur novateur à poursuivre sa réflexion par un ouvrage plus synthétique, destiné celui-ci à un public plus large.

Bernard Dupaigne.

Source : ASOMCR de lecture (pdf)

Ngo Van : Au pays de la Cloche fêlée [réédition]

AuPaysDeLaClocheFelee[ndlr] Nous signalons la réédition en poche de l’ouvrage de Ngo Van (1913-2005) qui témoigne des « tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale ». Personnage attachant, simple et chaleureux, à la fois acteur et témoin des événements révolutionnaires en Cochinchine, Ngo Van a réussi dans chacun de ses ouvrages sur le Viêt-Nam à restituer la voix des oubliés du processus révolutionnaire, la voix de ses camarades, les « lutteurs » qui furent broyés par la machine stalinienne.

Trotskiste mais non orthodoxe, habité par le Nam Bo (Sud) où il est né, Ngo Van était ouvert aux autres et étonnamment proches de ses compatriotes paysans, caodaïstes ou bouddhistes Hoa Hao. Le résumé ci-dessous provient de la présentation de l’éditeur parisien suivie du préambule en ligne sur Amazon. L’ouvrage, d’une lecture autant passionnante qu’incontournable, permet de mieux saisir la complexité des enjeux révolutionnaires d’alors.

L’art d’être libre et debout en terre asservie

Ce livre retrace, au fil des souvenirs d’un témoin engagé, une époque qui se clôt avec le début de la guerre d’Indochine. Les luttes sociales et révolutionnaires de ce temps, au-delà de l’affrontement avec le très ubuesque pouvoir colonial, se sont achevées par l’extermination de bon nombre de leurs protagonistes – combattants de l’impossible, victimes d’une double terreur, coloniale et stalinienne. C’est cette mémoire confisquée par les idéologies de tous les pouvoirs que ce récit entend raviver.

Ngo Van (1913-2005) naquit au hameau de Tân Lô à 15 km de Saigon. Il commença à travailler à l’âge de 14 ans dans la capitale cochinchinoise. En 1932, il rejoignit le mouvement communiste antistalinien et partagea la lutte des révolutionnaires au Viêtnam jusqu’à son émigration en France en 1948, où il devint métallo et fin lettré…

Préambule

NgoVan«Je ne crois que les histoires dont les témoins se feraient égorger», pensait Blaise Pascal. A considérer l’actuelle République dite socialiste du Viêt-nam et son histoire officielle, acceptée partout quasiment sans esprit critique, je ne peux lire cette maxime sans ressentir avec force à quel point je suis un survivant.

Dans Viêt-nam 1920-1945, révolution et contre-révolution sous la domination coloniale*, j’ai essayé de restituer cette période qui fut marquée non seulement par la lutte contre l’impérialisme colonial, mais aussi par des mouvements qui tendaient radicalement à une révolution sociale, viscéralement internationaliste et insoumise à la stratégie de la Russie stalinienne. C’est sous l’angle d’un témoignage direct que je veux ici parler de ce temps. La plupart des participants à ce combat, quand ils ne furent pas massacrés, emprisonnés, envoyés au bagne par le pouvoir colonial français ou contraints à l’exil, tombèrent sous les coups mortels du parti, fondé par Ho chî Minh, qui portait l’étiquette «communiste».

Onze ans à peine s’étaient écoulés depuis la révolution d’Octobre en Russie quand je me suis trouvé consciemment confronté à la réalité oppressive de la société indochinoise et en révolte contre elle. Pour moi comme pour tant d’autres, la révolution russe c’était le signe plein d’espoir d’une libération possible. Pourtant déjà, au fil de mes années d’apprentissage de la vie et de la révolte, à travers de rares informations, des signaux inquiétants nous arrivaient aussi de là-bas. Des opposants révolutionnaires étaient traqués, Trotski venait d’être exilé. Par le biais de la IIIe Internationale, Staline imposait une stratégie totalitaire qui nous semblait trahir un internationalisme consubstantiel à tout engagement révolutionnaire. C’est tout naturellement autour des idées et des partisans de Trotski que s’est organisée notre critique du pouvoir stalinien, dont l’horreur s’exacerba de manière spectaculaire avec les procès de Moscou.

Depuis mon départ d’Indochine en 1948, si l’espoir et la conviction d’une nécessaire subversion d’un ordre du monde abject ne m’ont jamais quitté, ils se sont nourris aussi de réflexions nouvelles sur le bolchevisme et la révolution. J’ai retrouvé en France, dans les usines et ailleurs, des alliés, des Français, des colonisés, des Espagnols – autres survivants – lesquels, avec le POUM ou les anarchistes, avaient vécu une expérience parallèle à la nôtre : celle d’être engagés dans un combat sur deux fronts, contre un pouvoir réactionnaire et contre un parti stalinien en quête de pouvoir.

Ces rencontres, une relecture de Marx éclairée par les travaux de Maximilien Rubel, la découverte de l’existence des Conseils ouvriers dans la Bavière de 1919 ou de la révolte de Kronstadt dans la Russie de 1921, puis la résurgence des Conseils ouvriers dans la Hongrie de 1956, m’ont amené à la recherche de nouvelles perspectives révolutionnaires qui m’ont éloigné du bolchevisme-léninisme-trotskisme, développant en moi une méfiance absolue à l’égard de tout ce qui peut devenir «appareil». Les partis dits ouvriers (le parti léniniste en particulier) sont des embryons d’État. Une fois au pouvoir, ces partis constituent le noyau de la nouvelle classe dominante, et ne peuvent donner naissance qu’à un nouveau système d’exploitation de l’homme par l’homme. «L’existence de l’État et l’existence de l’esclavage sont indissociables» (Karl Marx).

«Ceux qui sont maîtres du présent, pourquoi ne seraient-ils pas maîtres du passé ?» écrivait avec lucidité George Orwell. Quand l’histoire épouse le discours du vainqueur, recouvrant et noyant toutes les luttes passées dans un manichéisme qui dissout les vrais enjeux, le présent s’impose comme inéluctable fatalité. L’avenir des sociétés humaines dépend donc de leur capacité à reprendre ce passé des mains froides de leurs maîtres actuels. Des voix se sont perdues : il faut tenter de leur redonner vie, retrouver la trace vivante de ce relais de révolte qui traverse les temps – et tenter de la restituer, comme un passage de témoin.

* L’Insomniaque, 1996 ; réédition Nautilus, 2000.

Réf.  Ngo Van, Au pays de la Cloche fêlée. Tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale, Paris, L’Insomniaque, Petites insomnies, 2013, 221 p.

Pour en savoir plus :

Nguyên Thi Minh Khai, “l’initiée éclairée”, la militante communiste de premier rang – par Bui Tran Phuong

[ndlr] Dans sa thèse « Viêt-Nam 1918-1945, genre et modernité », l’historienne Bui Tran Phuong dresse un portrait détaillé de l’héroïne du PCI décédée à l’âge de 31 ans dans une prison coloniale. Elle confronte les sources biographiques pour tenter de reconstruire l’itinéraire politique et la vie sentimentale de la jeune révolutionnaire. Devenue aujourd’hui une figure incontournable du mouvement communiste vietnamien, elle incarne une expérience révolutionnaire « exceptionnelle en son temps », comme le rappelle Bui Tran Phuong. Extrait.

Cette photo est la seule qu’on dispose de Nguyên Thi Minh Khai. Elle est reproduite dans la partie Illustration de l’ouvrage de Nguyêt Tu, Chi Minh Khai (Grande sœur Minh Khai), Ha Nôi, Nxb Phu nu, 1976.

[…] Née le 30 septembre 1910, Nguyên Thi Minh Khai fut d’abord nommée Nguyên Thi Vinh, du nom de la commune Vinh Yên du chef-lieu Vinh de la province de Nghê An. Ses camarades de classe se souviennent d’une petite fille turbulente qui préférait des jeux de garçon, qui courait, sautait, grimpait plutôt que de rester sagement assise dans son coin ; d’une jeune « garçonne » qui mimait les minauderies coquettes de ses camarades pour en faire la risée de la classe mixte. A quatorze ans, elle était en effet – avec onze autres filles – en classe avec des garçons à l’école primaire supérieure Cao Xuân Duc, une institution privée. Il y avait parmi ses jeunes enseignants des militant-es communisant-es comme Trân Phu, Ha Huy Tâp, mesdemoiselles Phuong, Loan. Nguyên Thi Minh Khai vivait dans l’aisance matérielle ; son père était fonctionnaire à la gare de Vinh et sa mère tenait une boutique de tissus. C’étaient d’une part les réalitées quotidiennes de la misère ouvrière et paysanne autour d’elle, d’autre part les récits de lutte anticolonialiste dans cette terre effervescente de Nghê An, province natale de Phan Bôi Châuet l’influence des enseignant-es de l’école Cao Xuân Duc qui furent à l’origine de son choix politique : se dévouer à la cause patriote et à la lutte en faveur des opprimé-es.

Introduite par Phuong, de cinq, six ans son aînée et qui était une enseignante de l’école hébergée chez elle, Minh Khai constitua vers 1925 une première cellule de trois élèves-filles sympathisantes du parti Tân Viêt (Viêt Nam nouveau), organisation communisante du Centre Viêt Nam qui se transformera en parti communiste en 1930. Le titre de l’ouvrage biographique de Nguyêt Tu est inspiré justement de ce rôle de « sœur aînée » que jouait Minh Khai par rapport aux cellules d’élèves-filles qui dans les années 1925, 1926 participaient activement aux mouvements réclamant l’amnistie pour Phan Bôi Châu et célébrant les funérailles de Phan Châu Trinh.

Minh Khai fut officiellement admise au parti Tân Viêt en 1927 et brûlait de partir à l’étranger « faire la révolution comme Phan Bôi Châu ». Elle était en effet connue dès l’école comme une « fanatique des œuvres de Phan Bôi Châu », c’est-à-dire des poèmes patriotes de Phan qui circulaient clandestinement dans la jeunesse scolaire. Mais elle se passionnait aussi pour les ouvrages de l’édition Nam Cuong qui vulgarisaient des connaissances marxistes. Ses deux livres préférés étaient intitulés Le colonialisme et Le régime des puissances. Nous n’avons pas d’autres précisions sur ces publications, mais la formulation des titres (souvent en sino-vietnamien) laisse supposer qu’il s’agissait des écrits publiés en Chine, ou reproduits par les maisons d’édition vietnamiennes patriotes à partir de sources chinoises. Minh Khai représente un cas unique de femme militante vietnamienne – non seulement de sa génération mais aussi des générations suivantes – dont on a pu retrouver la trace, si peu précise soit-elle, de lecture personnelle de la littérature marxisante ou marxiste-léniniste sur la colonisation et la révolution prolétarienne.

Dans les années 1928-1929, Minh Khai, dont le domaine d’activités ne se limitait plus au milieu scolaire mais recouvrait Vinh et la campagne environnante, organisa avec une grande détermination et des succès durables la “prolétarisation” – qui consistait à envoyer les militant-es du parti Tân Viêt, dans la plupart des cas issu-es de familles de lettrés ou de paysans aisés, se faire ouvrier-ères dans les usines de Vinh. La filature de Vinh comptait une centaine d’ouvrières entre dix-sept et vingt ans. Entraînées au militantisme dans une cellule dite de “Femmes émancipées (Phu nu giai phong)”, des paysannes, membres de Tân Viêt y furent placées comme ouvrières, dont les deux sœurs Nguyên Thi Xân et Nguyên Thi Thiu, Xân sera plus tard l’unique femme dans le comité exécutif du Parti communiste vietnamien au district Nghi Lôc de Nghê An. Le premier secrétaire de la cellule de Nghi Lôc du Parti communiste fut aussi formé par Minh Khai.

Mais Minh Khai partit à l’étranger début 1930 avant d’avoir vu ces résultats. Déguisée – cheveux coupés courts et en costume d’ouvrier-soldat, elle quitta Hai Phong comme d’autres militants en qualité de voyageurs sans billet, cachés dans la cale. De 1930 au 29 avril 1931, quand elle fut prise dans un guet-apens tendu par la police britannique à Hongkong, Minh Khai, sous l’apparence d’une Chinoise, milita à Canton et à Hongkong au bureau Orient du Komintern sous les pseudonymes Duy, Trân Thai Lan ou T. Lan, Ly Huê Phuong. Elle avait un autre pseudonyme Phan Lan, utilisé notamment quand elle fut déléguée au 7ème Congrès de l’Internationale. Nguyêt Tu et Lê Minh affirment l’une et l’autre que Minh Khai fut formée par Ly Thuy, alias Nguyên Ai Quôc en compagnie d’une autre militante de seize ans venue de Thailande. Ly Thuy aurait consacré une heure chaque matin à ce cours de « théorie politique » où « il n’y avait qu’un maître et deux élèves ». Les deux biographes relatent ce cours avec des détails précis sur les questions et réponses, elles ont sans doute l’une et l’autre exploité le témoignage de la camarade de Minh Khai. D’après Lê Minh, cette jeune militante venue de Thailande était la première à servir d’agent de liaison à Ly Thuy. Minh Khai fut ensuite mobilisée du pays, non sans une certaine intention de la part du parti pour qu’elle devienne la compagne du leader.

* * *

« Nous les ouvrières et paysannes des pays d’Orient, des pays colonisés et semi-colonisés, nous qui souffrons bien davantage que nos camarades de l’Europe occidentale, nous nous sommes engagées dans la voie de la lutte révolutionnaire. (…) Depuis des centaines d’années, les lois et coutumes féodales obsolètes ont fait des femmes orientales des esclaves dociles de leurs parents et de leurs époux, ont paralysé leur volonté et obscurci leur esprit. » (interventrion de Phan Lan [Nguyen Thi Minh Khai] au VIIe Congrès de l’Internationale communiste à Moscou.

Lire la suite : Viêt Nam 1918-1945

Huynh Kim Khanh (1936-1990): Vietnamese Communism, 1925-1945

En confrontant archives coloniales françaises et documents internes du parti, Huynh Kim Khanh ne raconte pas seulement les premiers cheminements du communisme vietnamien jusqu’à la victoire d’août 1945, il éclaire aussi plusieurs mythes. D’abord Hô Chi Minh. Toute la problématique et les dilemmes du parti se retrouvent dans les deux noms de guerre choisis par son fondateur. Le parti est patriotique et national quand son chef, Nguyên Ai Quôc (Nguyên le Patriote), cherche voies et moyens pour libérer le pays du joug colonial. Il est internationaliste prolétarien quand Hô Chi Minh (Hô, qui va au bout de sa lumière marxiste-léniniste) révèle l’autre face du personnage, propagandiste zélé du Komintern. Les pages consacrées au nationalisme (réservé aux élites) et au patriotisme (fierté et mobilisation de tout un peuple) sont uniques. Sont parfaitement explicitées la trajectoire et les ruptures de ligne du communisme vietnamien entre 1928 et 1941. De même, le fonctionnement du parti et son habileté à noyauter et à manipuler (technique du Front uni national) les organisations patriotiques.

La parabole la plus forte du livre est celle de la greffe. Elle pose un problème fondamental, jusqu’ici éludé. Celui de la réussite de l’implantation d’une idéologie importée et minoritaire, le communisme, sur une souche vietnamienne, traditionnellement communaliste et confucéenne. La greffe peut prendre à certaines périodes et sous certaines conditions. Il faut que le pays se sente en danger. Il faut aussi, comme en botanique, un même processus de croissance, des affinités biochimiques et un environnement favorable. Dans les moments difficiles, le PCVN a su opportunément saisir l’occasion unique, le « thoi co », s’identifier au mouvement patriotique, en payant le prix pour se faire accepter. Depuis les années 20, il a souvent incarné aux yeux de tous la véritable résistance. Il peut y avoir aussi rejet de la greffe, surtout quand le parti, oubliant la tradition patriotique et nationale, affirme une vocation internationaliste dans laquelle le pays ne se reconnaît pas (1).

(1) Cet ouvrage est à paraître en français. L’auteur en prépare une suite, couvrant la période 1945-1954. [L’auteur étant décédé en 1990, ces projets n’ont pu voir le jour].

Bui Xuan Quang, Le Monde diplomatique, Novembre 1984

  • Sur l’auteur de cet ouvrage, lire l’hommage de Keith W. Taylor et de Cornell University  : « Huynh Kim Khanh 1936-1990« .

 

* * *

From a cell of nine men in 1925, the Vietnamese Communists grew by December 1976 into a massive party with over 1.5 million members and the organizational and military capabilities to defeat the United States. What factors account for the outstanding success of the Indochinese Communist Party? In this book, Huynh Kim Khánh traces the Vietnamese Communist movement from its inception as a radical youth group founded by Ho Chi Minh (then Nguyen Ai Quoc) to its half-planned, half-accidental victory in 1945.

Document : Deux ans d’Indochine – un fleuve de sang (1934)

Nguyen Thai Hoc (1902-1930) et l’étendard du VNQDD à Yen Bai
© illustration thèse Guillemot

Il y a 83 ans, dans la nuit du 9 au 10 février 1930, la garnison de Yên Bai se mutinait lors de l’insurrection générale organisée par le Parti National du Viêt-Nam (VNQDD) [1]. La même année, et ce jusqu’en mai 1931, les paysans cochinchinois manifestaient et le centre du Viêt-Nam s’embrasait avec l’instauration des Soviets du Nghe Tinh. Le mouvement révolutionnaire dans son ensemble fut durement réprimé par la Sûreté coloniale secondée par la Garde indochinoise et par la Légion étrangère aidée de l’aviation de guerre. La répression sanglante fit des centaines de morts (peut-être même des milliers) et l’Etat colonial ordonna des milliers d’arrestations. La violence de la réponse du pouvoir colonial aux « événements d’Indochine » fut rapportée et décrite en son temps par les journalistes Andrée Viollis et Louis Roubaud [2]. A Paris même, le Secours rouge international appela à manifester pour sauver de la mort les condamnés de juin 1930 (Affiche aux Anom) [3]. La revue communiste La Révolution Prolétarienne, présentée ci-dessous, s’appuie sur les textes de l’avocat Phan Van Truong, de Roubaud, de Viollis, et du militant anticolonialiste J. Péra (Louis Bercher) pour dénoncer « l’hystérie collective » qui caractérisa la réponse de l’Etat colonial aux soulèvements révolutionnaires. Pour six militaires français tués à Yen Bai, et deux autres au Centre et au Sud, combien de Vietnamiens torturés, arrêtés et assassinés ? s’interroge l’auteur de ce dossier dûment argumenté.

[1] Selon Tobias Rettig, l’insurrection aurait été déclenclée le 10 janvier aux environs de 1:30 du matin. Voir : Rettig, Tobias (November 2002). « French military policies in the aftermath of the Yên Bay mutiny, 1930: old security dilemmas return to the surface« . South East Asia Research, 10 (3): pp. 309–331.

[2] Louis Roubaud, Viêt-Nam la tragédie indo-chinoise, Paris, Librairie Valois, 1931 (texte réédité en 2010 par L’Harmattan, voir sur Mémoires d’Indochine) ; Andrée Viollis, Indochine SOS, Paris, Gallimard, 1935 (texte réédité en 2008 par Les Bons caractères). Voir le texte en ligne sur le site Belle Indochine (Indochine SOS).

[3] Affiche illustrée. Dessin d’un homme torturé, avec un appel à un grand meeting du Secours rouge international (Courbevoie, La Cootypographie, 1930).

FG, 10/02/2013

* * *

[présentation du site « La Bataille socialiste » : Site d’éducation, d’informations et de ressources documentaires pour le marxisme vivant et la démocratie ouvrière] Brochure de la Révolution prolétarienne de 48 pages, sans date mais estimée à 1934 [note de présentation par J. Péra dans le n° 177 de la R.P. du 25 juin 1934], numérisée au format pdf. Attribuée parfois à Marcel Martinet, cette brochure, qui revient notamment sur les massacres de 1930-1931, témoigne que la revue de Monatte et Louzon était à la pointe du combat anticolonialiste.

 

Un fleuve de sang (pdf) ou cliquer sur l’image pour accéder au texte