Archives par mot-clé : révolutionnaires

Người thật trong truyện của Ðỗ Tốn – Viên Linh

[ndlr] Article de Viên Linh sur les nationalistes révolutionnaires du VNQDD en Chine du Sud (province de Guangzhou) dans les années quarante en plein conflit sino-japonais. Quand la fiction rejoint la réalité dans une nouvelle de l’écrivain Do Ton.

– Ai là Nhất Linh, Ðỗ Ðình Ðạo, Trương Bảo Sơn, … trong nhóm 9 đảng viên VNQDÐ ở Quảng Châu qua truyện ngắn Ả Hẩu?

do-ton
Nhà văn Ðỗ Tốn (1921-1973) © Diễn Ðàn Sách Xưa Việt Nam

Thập niên ’40, thành viên các đảng phái quốc gia bị Pháp lùng bắt nhiều người phải rút dần khỏi Hà Nội, khi qua biên giới Trung Hoa đành ở lại đó sống cuộc đời lưu vong (như trường hợp Nguyễn Tường Bách), và trong có Ðỗ Tốn, tác giả tập truyện Hoa Vông Vang thời tiền chiến, và truyện ngắn Ả Hẩu viết tại miền Nam trước khi qua đời tại Sài Gòn. Ông tên thật Ðỗ Ðình Tốn, sinh năm 1921, anh họ nhà cách mạng từng là quân ủy trung ương của Việt Nam Quốc Dân Ðảng Ðỗ Ðình Ðạo – mà cái chết bởi một viên đạn bí ẩn đã gây sôi nổi dư luận Hà Nội trước 1954.

Lire la suite : Nguoi Viet, 05/10/2016.

17 juin 2016 – Tưởng niệm anh hùng liệt Sĩ Việt Nam Quốc Dân Đảng

[ndlr] L’hommage annuel à Nguyen Thai Hoc, chef du Parti National du Viêt-Nam guillotiné par les Français le 17 juin 1930 à Yên Bai avec 12 de ses compatriotes en réponse à l’insurrection anticoloniale de février.

NguyenThaiHoc_VNQDD_2016Source : Viet Quoc

Les noms des treize guillotinés

Bùi Tử Toàn

Bùi Văn Chuẩn

Bùi Văn Cửu

Ðào Văn Nhít

Ðỗ Văn Sứ

Hà Văn Lạo

Ngô Văn Du

Nguyễn An

Nguyễn Ðức Thịnh

Nguyễn Như Liên

Nguyễn Thái Học

Nguyễn Văn Tiềm

Phó Ðức Chính

 

VNQDD_17-06-1930Une des seules images de l’exécution des révolutionnaires du Parti Nationaliste. La tête de Nguyen Thai Hoc apparaît entourée d’un cercle. La source de l’image n’est pas mentionnée, elle proviendrait d’un journal franco-vietnamien édité en Indochine en 1930.

Voir aussi :

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2015 : Séance 1

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 1 : mardi 29 septembre 2015

Mémoires de l’engagement révolutionnaire et de la lutte pour l’indépendance

En préambule de cette séance, nous aborderons la question de la constitution du corpus mobilisé pour le séminaire, des biais qu’il peut contenir et du débat qu’il a suscité au sein de la communauté vietnamienne et des chercheurs.

Dans toute la péninsule indochinoise, le processus révolutionnaire est né de la colonisation et s’est imposé face à l’inertie et la brutalité du pouvoir colonial. Quels étaient les motivations de ceux qui ont choisi l’engagement révolutionnaire ? Quelles étaient les pratiques et les approches révolutionnaires ? Quelles étaient les voies qui s’offraient pour accéder à l’indépendance ? Nous interrogerons le parcours d’un mineur, d’un musicien renommé, d’une résistante sudiste communiste et du fondateur de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN). Nous analyserons les discours, les gestes, les contextes historiques, les constructions du dialogue et les situations données.

Sources orales à discuter :

CaoXuanNghia_OpenVault_1981[date : 9 mars 1981, durée : 13:19, texte traduit en regard]

PhamDuy_1982_OpenVault[date : 11 juin 1982, durée : 14:42, texte traduit en regard]

NguyenThiDinh_1981_OpenVault[date : 16 février 1981, à visionner jusqu’à 13:38, texte traduit en regard]

* * *

Deuxième partie du séminaire : retour sur l’itinéraire politique d’Ho Chi Minh

HoChiMinh_PortraitPolitique[Le cheminement politique d’Ho Chi Minh présenté par l’intellectuel communiste Nguyen Khac Vien, entretien en français, à visionner jusqu’à la minute 08:00 – Retranscription de cette partie de l’entretien]

Pour en savoir plus :

  • Brocheux, Pierre, Ho Chi Minh, Paris, Presses de Sciences Po, Références facettes, 2000.
  • Hémery, Daniel, Ho Chi Minh, de l’Indochine au Vietnam, Paris, Découvertes / Gallimard, 1990.
  • Nguyen The Anh, « Du rêve mandarinal au chemin de la révolution : Hô Chi Minh et l’Ecole coloniale », in Nguyen The Anh, Parcours d’un historien du Viêt Nam, Paris, Les Indes savantes, 2008, pp. 496-502.

Voir aussi sur Mémoires d’Indochine :

Autres liens :

MémoiresIndochine_2015_Séance1

Trần Văn Thạch (1905-1945) – une plume contre l’oppression coloniale

[ndlr] Signalement d’un ouvrage en langue vietnamienne paru en 2013 sur une personnalité majeure du groupe La Lutte dans le Saigon des années 1930.

TranVanThach1TranVanThach2Cliquez sur l’image pour lire le texte

 

L’ouvrage comprend deux parties principales. La première est consacrée à la mémoire et à biographie du militant trotskiste et anticolonialiste Trần Văn Thạch, la seconde rassemble une sélection de ses articles parus en langue française et ici traduits en vietnamien. Deux témoignages de ses enfants sont publiés dans la première partie. « A la recherche du père » (pp. 1-37) de Tran My Chau expose le processus de l’auteure dans sa quête d’informations historiques sur son père. Ce premier chapitre est suivi d’un carnet iconographique assez conséquent (pp. 38-58) comprenant des photos familiales et des reproductions d’imprimés. Le chapitre 2 (pp. 59-126) est entièrement consacré à la biographie de Tran Van Thach présentée sous forme chronologique. Il est suivi du témoignage du fils aîné de la famille Tran Van Tu retraçant le « souvenir de son père » face aux événements révolutionnaires.

La seconde partie, soit près des deux tiers de l’ouvrage, est une compilation exhaustive des articles publiés par Tran Van Thach en France puis au Viêt-Nam, en particulier dans le journal La Lutte, édité à Saigon (voir pp. 149-396). Huit articles traduits en vietnamien sont tirés du Journal des Etudiants Annamites (JEA), édité à Toulouse en 1927. Plus de 80 articles extraits du journal La Lutte (rubrique « Petits clous ») entre 1934 et 1939 sont reproduits en vietnamien et classés de façon thématique. Phan Thi Trong Tuyen, écrivaine et traductrice, nous livre ses impressions dans le chapitre 4. L’ouvrage est agrémenté de deux annexes, d’un mémento biographique des acteurs et mouvements de l’époque très utile ainsi que d’une bibliographie bien organisé rassemblant les sources primaires (archives des ANOM et archives nationales, périodiques) et 99 références. L’ouvrage est une contribution importante sur la période révolutionnaire en Cochinchine dans les années 1930, la pluralité des options politiques et la confrontation des communismes la décennie suivante.

FG

Réf. Trần Mỹ Châu, Phan Thị Trọng Tuyến et al., Trần Văn Thạch (1905-1945) một cây bút chống bạo quyền áp bức, [France], [autoédition], 2014, 441 p.

Pour en savoir plus :

Review of The Birth of Vietnamese Political Journalism – by Haydon L. Cherry

Peycam_BirthVietnamPoliticalJournalism[ndlr] CR de lecture d’un ouvrage important de Philippe Peycam sur la naissance du journalisme politique à Saigon pendant la période coloniale. Publié sur New Mandala.

Philippe M. F. Peycam, The Birth of Vietnamese Political Journalism: Sài Gòn, 1916-1930. New York: Columbia University Press, 2012. Pp. xi, 320; maps, list of abbreviations, notes, bibliography, index. 

 Reviewed by Haydon L. Cherry.

It was the spring of hope; it was the winter of despair.  On 21 March 1926, fifteen hundred people, including street vendors, school teachers, and students congregated on the Rue Lanzarotte in Sài Gòn.  At the meeting, Phan Trương Mạnh announced the illegal foundation of the Annam Youth Party and called for all of those assembled to join.  The young Vietnamese journalist Lâm Hiệp Châu distributed a new newspaper titled Jeune Annam to the crowd.  Leaflets, extremely critical of the colonial government and carrying the names of the radical journalists Eugène Dejean de la Batie and Nguyễn An Ninh, circulated.  On the morning of 24 March, the colonial authorities arrested the three journalists.  Thousands gathered that evening on the pier of the Messageries Maritimes to await the return from France of Bùi Quang Chiêu, the editor of the Sài Gòn newspaper La Tribune Indigène and a proponent of moderate political reform.  French agitators who opposed Bùi Quang Chiêu tried to start a riot as he disembarked.  The arrest of Nguyễn An Ninh had alarmed the increasingly incendiary youth who had also learned that the great patriot, Phan Châu Trinh, had died during the previous night.  At a rally the following day, Bùi Quang Chiêu failed to denounce the arrest of Nguyễn An Ninh, to the dismay of the restive youth.  On 4 April, a funeral procession of seventy thousand people paraded through Sài Gòn to a mausoleum for Phan Châu Trinh in Tân Sơn Nhất.  Strikes and demonstrations against French rule broke out in the weeks that followed.  Radical activism had replaced more quiescent attempts at reform.  The press was transformed, as Vietnamese journalism became more dramatic and confrontational.  But by the end of the year political protest had moved from the pages of Sài Gòn’s newspapers to the pavements of its streets.  Contest in the press had given way to mass mobilization and militancy.

Read more : New Mandala, 05/05/2014.

Ressource en ligne : Lịch Sử Đấu Tranh Cận Đại – Việt Nam Quốc Dân Đảng

HoangVanDao_VNQDDLe 17 avril dernier, le site officiel du VNQDD aux États-Unis a posté en ligne le dernier volet de la célèbre monographie de Hoang Van Dao sur l’histoire du Parti National du Viêt-Nam (VNQDD) de 1927 à 1954.

Publiée une première fois à Saigon en 1965 (Giang Đông Nguyễn Hòa Hiệp xb), elle fut rééditée en 1970 dans une seconde édition augmentée et révisée. C’est cette dernière, rééditée une nouvelle fois en 2006 aux États-Unis (Nxb Tân Việt), qui a fait l’objet de la présente mise en ligne entre le 3 octobre 2013 et le 17 avril 2014. Alors que cet ouvrage important pour la connaissance du phénomène révolutionnaire vietnamien a été traduit en anglais en 2008 (RoseDog Books), on attend toujours une traduction française.

La publication en ligne de cet ouvrage en 5 parties se présente sous la forme de 53 pages html dont les liens sont indiqués ci-dessous.

THIÊN THỨ NHẤT (1927-1932)

THIÊN THỨ HAI (1930-1940)

THIÊN THỨ BA (1940-1946)

Thiên Thứ Tư (1947-1950)

Thiên Thứ  Năm (1950-1954)

L'insurrection de Yen Bai de février 1930
L’insurrection de Yen Bai de février 1930

Décryptage 3 : Besoin d’image, besoin de sens – à propos d’une image iconique associée à la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam

Le 17 juin 1930, à l’aube, treize militants du Parti national du Viêt-Nam (Việt Nam Quốc Dân Đảng – VNQDĐ) étaient guillotinés à Hanoi. Cette exécution a été décrite par le journaliste Louis Roubaud dans un célèbre ouvrage intitulé Viêt-Nam la tragédie indochinoise (Librairie Valois, 1931), réédité en 2010. Jusqu’à une période récente aucune image des têtes des partisans du VNQDD exécutés ce jour là n’était disponible.

Or, depuis quelques années, une carte postale reproduisant l’image de treize décapités circule sur la toile, dans des monographies sur le VNQDĐ et parfois même dans des présentations académiques pour illustrer les guillotinés de Yen Bai. Malgré une éventuelle ressemblance s’il l’on n’y prend pas garde, il ne s’agit pas des têtes de ces condamnés à mort. Retour sur cette confusion.

Image 1 : Une carte postale ancienne colorisée (N°47 de la Maison Passignat)

TêtesPiratesDécapités1

La légende de cette carte postale diffusée sur la toile est inscrite en bas de l’image au centre : « 47. Têtes de pirates décapités (N° 1) ». La numérotation entre parenthèses laisse supposer qu’elle appartient à une série publiée sur le même thème, ce qui est le cas (voir en fin d’article, Image 10).

 

Détails intrigants

Notre regard s’est d’abord porté sur plusieurs détails intrigants. Une critique externe du document s’imposait. Le premier détail qui saute aux yeux concerne les timbres figurant sur les cartes postales. Celui de type Grasset (5c vert) mis en circulation en Indochine au mois de juin 1904 et le type Annamite (5c vert) mis en circulation en 1907. Il paraissait peu probable d’avoir été tous deux utilisés jusqu’en 1930 date de l’exécution.

Timbre_TypeGrasset_Indochine_5c
Type Grasset, 5 centimes, 1904.
TypeAnnamite_1907
Type Annamite, 5 centimes, 1907.

 

Image 2 : timbre type Grasset en haut à droite

PiratesDécapités_carte10Source : Cartes postales coloniales (Association des Anciens et Retraités de la Banque Indosuez)

Image 3 : timbre type Grasset en bas à gauche

260217

Source : postcardman.net

Le second détail, concerne la signature de la carte postale. Sur certaines d’entre-elles un tampon rouge apparaît en bas à droite de l’image. Il s’agit du logo-type de la maison Passignat, éditrice de cartes postales sur l’Indochine et la Chine jusqu’en 1922.

Signature_Passignat_Indochine

La regrettée Marie-Hélène Degroise (1947-2012), conservatrice aux archives (CAOM devenu ANOM), nous livre cette information précieuse sur la Maison Passignat :

Passignat est commerçant quai du Commerce, et signe toujours du même signe : un cartouche à l’encre rouge représentant un porteur de palanche. Il édite aussi sur le Cambodge et sur la Chine (Kouang-Tchéou-Wan), mais les vues qu’il choisit sont toujours très intéressantes par les scènes de la vie quotidienne ou les paysages qu’elles montrent. En 1922, la maison Passignat existe toujours, mais est en gérance, installée aux 11 et 13 rue Borgnis-Desbordes, spécialisée dans la gravure, l’encadrement, et les articles cultuels et funéraires.

Il paraissait donc peu probable que la Maison Passignat ait édité cette carte postale après 1930.

 

La véritable source

Enfin, une investigation plus poussée sur les sites de collectionneurs (en général bien informés) à partir d’une série de mots-clés (pirates, décapités, Tonkin, têtes…) nous mena  jusqu’à un numéro du journal L’Illustration paru en 1894 soit 35 ans avant l’affaire de Yen Bai. L’image des fameux « pirates décapités » est reproduite, sous forme de gravure, à la page 121 du N° 2685 (52e année) du samedi 11 août 1894. Elle est légendée : « Au Tonkin. – Têtes des pirates décapités après leur évasion de la prison d’Hanoi » et gravée d’après une photographie de Lepriol.

Image 4 : Recherche sur le site de L’Illustration :

LIllustration_11-08-1894

Image 5 : La gravure éditée par L’Illustration en page 121 du N° 2685

L'Illustration_TêtesPiratesDécapités_1894
© 1894 L’Illustration

Le journal offre au moins deux informations importantes. En premier lieu, elle livre le nom du photographe Lepriol (il s’agit de Le Priol), présent en Indochine à la toute fin du XIXe siècle. En second lieu, le journal rappelle le contexte de l’exécution. De quoi s’agit-il et qui sont ces hommes ?

Sur la première information concernant l’auteur de la photographie, Marie-Hélène Degroise dans sa recherche minitieuse sur les Photographes d’Asie (1840-1944) resitue le personnage et s’interroge sur la paternité des clichés de « décapités » habituellement attribués à Dieulefils :

Jean-Marie Le Priol, est originaire du Morbihan, comme Dieulefils : il est installé dès 1894 à Hanoi comme photographe et L’Illustration publie cette année-là un de ses clichés représentant une exécution de pirates. On peut donc se demander si les clichés ayant servi à éditer les cartes postales représentant le De Tham et son entourage (rébellion de Yên Thê) sont de Dieulefils ou de Le Priol (1898-1905).

En prenant des précautions quant à l’impact que pourrait susciter la publication d’une telle image, dans une chronique intitulée « Les révoltés d’Hanoi », L’Illustration nous informe sur la rebellion qui mena à l’exécution de ces huit Tonkinois. Extraits en p. 124 :

[…] Voici en deux mots l’incident qui a donné lieu à cette multiple et sanglante exécution. Le 19 juin dernier [1894], pendant un violent orage, les pirates prisonniers employés comme coolies au jardin d’essai d’Hanoi, sautèrent subitement et avec ensemble sur les faisceaux, s’emparèrent de huit fusils et des munitions et prirent leur course dans la direction de Sontay, après avoir tué le factionnaire à coups de baïonnette et blessé deux miliciens ; poursuivis aussitôt par la milice indigène commandée par l’inspecteur Chigot et les gardes principaux Savoyat et Turcaz, ils furent atteints, après une poursuite de deux heures, dans la pagode du village de Trien-Khuc, à un kilomètre de la route de Phu-Thanh-Oaï, où ils s’étaient réfugiés pour éviter les coups des habitants du village qui voulaient leur barrer la route. Il fallut faire de la pagode un siège en règle et en créneler les murailles pour pouvoir tirer sur les fugitifs. L’affaire fut chaude ; trois miliciens et un habitant de Trien-Khuc y laissèrent la vie, sept miliciens furent blessés ; mais les treize rebelles, tués ou blessés dans l’engagement, furent décapités séance tenante et leurs têtes rapportées pour l’exemple.

L’affaire fut donc très sérieuse et les prisonniers « rebelles » étaient déterminés à aller jusqu’au bout de leur action. L’affaire expose sans fioritures le traitement infligé à ceux qui défient l’ordre colonial. Cette image symbolisant parfaitement cette brutalité et sa mise en scène a donc été reproduite sous la forme de cartes postales aux alentours de 1904-1908 alors que la résistance du célèbre De Tham (Hoang Hoa Tham, 1936-1913) s’amenuisait. S’il s’agit bien ici de résistants à la colonisation, le journal ne donne pas d’indication sur leurs actions passées et les raisons de leur incarcération. Quant au « complot », il aurait été inspiré par « un ancien lieutenant du pirate Tay, récemment exécuté » sans plus de précisions.

 

Une figure iconique

A l’heure d’internet, l’image, très emblématique, a été rapidement diffusée sur différents sites et blogs en particulier sur le site officiel du VNQDĐ aux Etats-Unis.

Image 6 : Reproduction sur le site du VNQDĐ (Parti Nationaliste du Viêt-Nam)

VNQDD_13LietSiYenBaiSource : Viet Quoc

L’image est tranformée en « icône » pour illustrer le 78e anniversaire (2008) de l’exécution des héros du VNQDĐ comme le montre cette photo encadrée placée sur l’autel des héros patriotiques (ci-dessous à droite de l’encensoir).

HinhBanTho_VNQDD
L’autel du VNQDD en hommage aux 13 guillotinés de Yen Bai © vietquoc.org

Image 7 : Gros plan sur les 13 « Liệt sĩ » (héros morts pour la Patrie) sur l’autel du VNQDD

VNQDD_13LietSiYenBai2

Source : Viet Quoc

La réédition de la monographie de Hoàng Văn Đào (Lịch Sử Đấu Tranh Cận Đại 1927-1954 – Việt Nam Quốc Dân Đảng) sur ce parti publiée en 2006 (4e éd.) par les éditions Tân Việt n’échappe pas à cette erreur. En p. 158 figure la carte postale agrémentée de la légende : « Thủ cấp của 13 Liệt sĩ Yên Bái lên đoạn đầu đài vào sáng sớm ngày 17/6/1930 » [Têtes coupées des 13 Martyrs de Yên Bai, guillotinés à l’aube du 17 juin 1930]. De même, l’illustration est reprise dans l’ouvrage trilingue de Linh Linh Ngọc, Une route interminable, compilation de textes dédiés aux martyrs du VNQDĐ (voir p. 264, Ed. Gió Đông, 2004).

D’autres sites mentionnant la mutinerie de Yen Bai se sont servis de cette illustration sans plus de précautions comme l’atteste l’entrée dédiée à l’année 1930 sur un site à vocation historique : 1930: 13 Viet Nam Quoc Dan Dang cadres, for the Yen Bai mutiny

Image 8 : Executed today

13_vnqdd_martyrs_smaller
© ExecutedToday.com

Il existe pourtant une seconde image, moins spectaculaire, qui met en scène les exécutés et leurs exécuteurs. Cette image reste difficile à authentifier mais elle semble être tirée de la presse de l’époque. Ce qui ouvre la voie à une possible vérification :

Image 9 : Une nouvelle vérification s’impose

13LietSiSiVietQuoc_1930
La tête cerclée serait celle de Nguyen Thai Hoc, le chef du parti © vietquoc.org

Source : Viet Quoc

Frappante, l’image de treize têtes a donc été reprise sur plusieurs sites dont celui du Parti nationaliste (VNQDĐ). Pourquoi cette confusion ? Au premier abord, l’image apparaît cohérente puisqu’il s’agit de la seule image disponible avec autant de têtes de « rebelles » décapités (13). En général, les cartes postales de ce genre présentent tout au plus trois, cinq, voire huit têtes comme le démontre l’exemple suivant publié par la même Maison dans la même série (ici le n° 48 avec cinq têtes).

Image 10 : La série continue (N°48 de la Maison Passignat)

PiratesDécapités2Source : Delcampe

En outre, la tête placée au centre de l’image afficherait une légère ressemblance avec le jeune chef du parti Nguyễn Thái Học. Malgré cette ressemblance lointaine et trompeuse, le chef du VNQDĐ au jour de son exécution ne donnait pas à voir le même visage que sur la photo de Le Priol. Voici comment le journaliste Louis Roubaud qui avait « vu mourrir ces hommes » à l’aube du 17 juin 1930, décrivit le chatiment imposé au dernier condamné :

– Viêt Nam !… Viêt Nam !… Viêt Nam !… Patrie du Sud !… Patrie du Sud !…

J’entendis cela plusieurs fois et le mot retentissait encore à nos oreilles lorsque j’aperçus le dernier condamné, Nguyen Tai Hoc [Nguyen Thai Hoc], le Grand Professeur, le visage gras, une barbiche de lettré. Il souriait ! d’un sourire simple, sans contrainte, et il saluait la foule en inclinant la tête. Lui aussi, d’une fois forte et bien timbrée entonna : « Viêt Nam !… » et la main du légionnaire étouffa son cri [p. 161-162, souligné par nous].

Image 11 : portrait de Nguyen Thai Hoc, le jeune chef du Parti, abondant dans le sens de la description de Louis Roubaud

NguyenThaiHoc
Nguyen Thai Hoc (1902-1930) © Hoang Van Dao 1965

Besoin d’image, besoin de sens

Au delà de l’aspect descriptif, rapidement présenté ci-dessus, se pose la question du sens de ce détournement d’image. A défut de posséder une image iconique du drame du 17 juin 1930, le VNQDĐ s’en est créé une à travers les treize décapités de 1894. Peu importe la réalité historique puisque le symbole est fort et plus il est frappant plus il semble incontestable. Cette jonction entre l’image (exposition malsaine de treize têtes décapités alignées sur deux rangs) et le discours (exécution brutale de nationalistes vietnamiens) à des fins politiques n’est pas le propre de ce parti mais il témoigne de la volonté de la mise en drame par le visuel du destin des Vietnamiens en lutte jusqu’à la mort pour l’indépendance de leur pays. L’image détournée doit servir la cause indépendantiste, anticoloniale, nationaliste et révolutionnaire et nourrir la martyrologie du VNQDĐ.

Comble de l’ironie, ces révolutionnaires vietnamiens qui demandaient l’application de la devise républicaine « liberté – égalité – fraternité » à l’Indochine furent exécutés par l’instrument de terreur lié à l’imaginaire de la Révolution française. Les descendants de la Révolution française, placés en situation coloniale, usèrent de cette machine à tuer contre les partisans de la révolution vietnamienne. Cet écart de considération envers les « Annamites » avaient été, dès les années vingt, dénoncé par les révolutionnaires Nguyễn An Ninh ou Nguyễn Ái Quốc, le futur Hồ Chí Minh, eux aussi attachés aux idéaux de 1789.

Il est évident que ce détournement d’image n’enlève rien à la brutalité de l’acte répressif du 17 juin 1930. Il atteste, 80 ans après les faits, de ce besoin d’image, refusé par les autorités coloniales sur les massacres des milliers de révolutionnaires et de paysans (nationalistes ou communistes) lors des importantes révoltes de 1930 et 1931.

L’histoire contemporaine du Viêt-Nam, à la fois tumultueuse et complexe, est richement illustrée sur la toile. Cette histoire est d’autant plus riche en illustrations qu’il faut prendre garde à ce qui nous est donné à voir. Ce besoin d’images pour illustrer des périodes troubles de l’histoire doit de toute évidence nous faire réfléchir sur les sources iconographiques, l’utilisation de l’image sous toutes ses formes, son sens réel ou caché et sa circulation sur la toile.

François Guillemot, 28/03/2014.

 

* * *

Sur le même thème :

 

Pour citer cet article / To cite this article: François Guillemot, "Décryptage 3 : Besoin d’image, besoin de sens – à propos d’une image iconique associée à la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam," sur Mémoires d'Indochine, 28/03/2014. Lien : https://indomemoires.hypotheses.org/13963.