Archives par mot-clé : révolution

Phnom Penh : Disparition de Ieng Sary, ancien co-fondateur des Khmer rouges, à l’âge de 87 ans

[ndlr] Articles de presse relatant la disparition de Ieng Sary, un des derniers chefs khmers rouges. « Il disparaît sans avoir jamais expliqué son rôle dans l’appareil marxiste totalitaire qui a détruit un quart de la population du Cambodge en moins de quatre ans (1975-79), vidant les villes, supprimant la monnaie, la religion et l’éducation, et plongeant la société dans la terreur et la paranoïa », rappelle l’AFP dans l’article du 14 mars 2013. Ce co-fondateur avec Pol Pot du mouvement Khmer Rouge s’est éteint sans avoir répondu de ses actes alors que le Tribunal international de Phnom Penh traverse une crise financière sans précédent. Portraits.

IengSary
Ieng Sary lors de son procès à Phnom Penh le 10 janvier 2012.
(Photo handout ECCC Nhet Sokheng. Reuters)

Mort de Ieng Sary, ancien ministre khmer rouge

Ieng Sary, l’ex-ministre des affaires étrangères du régime cambodgien des Khmers rouges, est mort jeudi 14 mars, à l’âge de 87 ans. Ancien visage public du régime marxiste totalitaire, responsable de la mort de près de 2 millions de personnes, il était jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il est mort « après avoir été hospitalisé le 4 mars », a déclaré Lars Olsen, porte-parole du tribunal.

Comme chef de la diplomatie, cet intellectuel, formé en France dans la mythologie de la révolution de 1789, était bien souvent le seul point de contact entre la direction particulièrement secrète du « Kampuchéa démocratique » et ses rares alliés dans le monde, notamment la Chine. Plus de trente ans après la chute du régime, il disparaît sans avoir donné la moindre explication, ni sur ses responsabilités ni sur le fonctionnement d’un appareil qu’il a servi quasiment jusqu’au bout.

Lire la suite : Le Monde, Asie-Pacifique avec AFP, 14/03/2013.

Cambodge : mort de Ieng Sary, le « frère numéro trois » du Kampuchéa démocratique

Ieng Sary, l’homme le plus célèbre aux côtés de Pol Pot à la tête des Khmers rouges pendant et après leur meurtrier passage au pouvoir au Cambodge (1975-1979), est mort le 14 mars 2013 à Phnom Penh, après avoir souffert de problèmes de santé divers et de troubles cardiaques. Il était inculpé pour « crimes contre l’humanité » par le Tribunal spécial Khmers rouges à composante internationale en charge de l’instruction des responsables encore en vie du génocide cambodgien.

Son âge se situait entre 87 et 93 ans, les incertitudes d’état-civil ne permettant pas d’être plus précis.

Ieng Sary était le beau-frère de Pol Pot, mort en 1998, et, lors du drame cambodgien, fut le chef de la « diplomatie » du Kampuchéa démocratique, à la tête du ministère des affaires étrangères d’un régime coupé de la quasi-totalité du reste du monde. Il était alors surtout l’homme de Pékin et le fidèle rouage de la politique étrangère chinoise auprès de ses chefs.

Il fut en particulier responsable de l’appel lancé aux Cambodgiens de la diaspora, réfugiés en Occident et en Chine après avoir fui les bombardements américains sur leur pays, pour qu’ils rentrent dans un Cambodge « libéré » après la victoire communiste d’avril 1975. La plupart de ces personnes de « retour de l’étranger » finirent assassinées dans des camps de travaux forcés ou sous la torture.

Lire la suite : Le Monde, Asie-Pacifique, par Francis Deron (1953-2009) avec Bruno Philip, 14/03/2013.

L’ancien Khmer rouge Ieng Sary meurt pendant son procès

Il avait 87 ans et il est mort brutalement, alors même qu’il était jugé pour son rôle dans la terreur Khmer rouge. En moins de quatre ans, entre 1975 et 1979, un quart de la population du Cambodge a été décimé par ce régime dont Ieng Sary était l’un des piliers.

Il ne reste désormais que deux dirigeants à juger aujourd’hui, l’un âgé de 81 ans, l’autre de 86 ans.

Ieng Sary souffrait d’une maladie du cœur et avait été hospitalisé il y a dix jours.

Source : Rue 89, 14/03/2013 (lire la suite sur Libération.fr).

Ieng Sary, le « frère numéro 3 » des Khmers rouges, est mort

Portrait – La disparition à 87 ans de ce pilier de la dictature cambodgienne met fin abruptement à son procès pour génocide et crimes contre l’humanité.

Etudiant à Paris dans les années 50, il avait fait la leçon à l’un de ses camarades : «Tu es trop sensible. Pour faire de la politique, il faut être dur.» Nul doute que Ieng Sary, décédé hier à Phnom Penh à l’âge de 87 ans, fut dur. C’était l’un des plus puissants dirigeants Khmers rouges et l’un des plus retors. Dans la galaxie sanguinaire du régime qui a dirigé le Cambodge entre avril 1975 et janvier 1979, Ieng Sary occupait le poste de vice-premier ministre des Affaires étrangères. Tour à tour frère numéro 2 ou 3, il était le l’homme le plus visible de la secrète «Angkar», l’organisation qui a fait régner la terreur en exécutant au moins 1,7 million de personnes en moins de quatre ans. Aux côtés de Pol Pot, l’obscur frère numéro un, de son adjoint Nuon Chea, l’idéologue exterminateur, de Ta Mok, le «boucher» de l’ouest cambodgien, ou de Son Sen, le patron de la police secrète, Ieng Sary affichait le visage en apparence lisse de la diplomatie khmère rouge.

Cet homme grand et replet – même aux pires moments des privations imposées par l’utopie polpotiste – jouissait d’un pouvoir considérable dans le Kampuchéa démocratique des Khmers rouges. Ieng Sary s’en est toujours défendu, comme il a toujours nié toute part dans les atrocités commises par le régime marxiste totalitaire. Il disparaît sans avoir livré la moindre explication sur son rôle et sa fonction passés devant les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens qui le jugeaient avec Nuon Chea et Khieu Samphan, l’ex-chef de l’Etat, pour génocide et crimes contre l’humanité. Depuis une quinzaine d’années, Ieng Sary rejetait la responsabilité de la terreur sur Pol Pot, «l’unique et suprême architecte de la ligne, de la stratégie et de la tactique du parti», et sur Nuon Chea qui a «mis en œuvre toutes les décisions de Pol Pot pour torturer et exécuter ceux qui ont exprimé des opposées et ceux qu’ils haïssaient comme les intellectuels».

Lire la suite : Libération, par Arnaud Vaulerin à Kyoto, 14/03/2013.

L’ancien Khmer rouge Ieng Sary décède avant la fin de son procès

Au Cambodge, l’ancien ministre des Affaires étrangères des Khmers rouges, Ieng Sary, est décédé ce jeudi matin à l’âge de 87 ans. Ieng Sary était l’un des anciens dirigeants Khmers rouges à être jugés dans le procès qui leur est intenté pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il ne reste aujourd’hui plus que deux accusés.

Pour les anciennes victimes, la mort d’un des anciens responsables Khmers rouges, avant même la fin de son procès, est une terrible nouvelle. Ieng Sary comparaissait en même temps que trois autres leaders de ce régime sanguinaire, dont son épouse, Ieng Thirith, ancienne ministre des Affaires sociales, finalement déclarée folle et inapte à passer en justice.

Lire la suite : RFI, 14/04/2013.

Khmer Rouge’s Ieng Sary dies during genocide trial

PHNOM PENH, Cambodia (AP) — Ieng Sary, who co-founded the brutal Khmer Rouge movement in 1970s, was its public face abroad and decades later became one of its few leaders to be put on trial for the deaths of an estimated 1.7 million Cambodians, died Thursday morning before the case could be finished. He was 87.

His death before any verdict was reached in the lengthy case dashed hopes among survivors and court prosecutors that he would ever be punished for his alleged war crimes stemming from the darkest chapter in the country’s history.

Ieng Sary was being tried by a joint Cambodian-international tribunal along with two other former Khmer Rouge leaders, both in their 80s, and there are fears that they, too, could also die before justice is served. Ieng Sary’s wife, former Social Affairs Minister Ieng Thirith, had also been charged but was ruled unfit to stand trial last year because she suffered from a degenerative mental illness, probably Alzheimer’s disease.

Lars Olsen, a spokesman for the tribunal, confirmed Ieng Sary’s death. The cause was not immediately known, but he had suffered from high blood pressure and heart problems and had been admitted to a Phnom Penh hospital March 4 with weakness and severe fatigue.

« We are disappointed that we could not complete the proceeding against Ieng Sary, » Olsen said, adding the case against his colleagues Nuon Chea, the Khmer Rouge’s chief ideologist, and Khieu Samphan, an ex-head of state, will continue and will not be affected.

Ieng Sary founded the Khmer Rouge with leader Pol Pot, his brother-in-law. The communist regime, which ruled Cambodia from 1975 to 1979, claimed it was building a pure socialist society by evicting people from cities to work in labor camps in the countryside. Its radical policies led to the deaths of an estimated 1.7 million people from starvation, disease, overwork and execution.

Read more / Lire la suite : Associated Press, by Sopheng Cheang, 14/03/2013.

[Parution] Henri Locard : Pourquoi les Khmers rouges

Locard_PourquoiLesKhmersRougesPour rendre compte de l’une des pires tragédies de notre siècle, Henri Locard analyse d’abord les circonstances qui ont rendu possible la fulgurante croissance des maquis khmers rouges après les échecs successifs de l’instauration d’une démocratie dans les dernières années du protectorat français. Cette marche vers un totalitarisme absolu enclenchée, il étudie ensuite l’alliance stratégique des Khmers rouges avec Sihanouk, Roi-Père du Cambodge.

Si l’influence de la Chine maoïste et du Vietnam dans la conception économique et idéologique du Kampuchéa Démocratique est un fait indéniable, l’auteur révèle aussi les particularités du régime : nulle part ailleurs, la population urbaine ne fut déportée, les marchés et la monnaie supprimés, les institutions publiques et privées abolies. Nulle part ailleurs, non plus, on ne mit la population en esclavage ni maintint un secret absolu sur l’identité de la direction du pays : ce n’est qu’en 1977 que Pol Pot, sous la menace d’une attaque vietnamienne imminente, dévoila l’identité de l’Angkar…

Au nom d’un paradis communiste, la population cambodgienne fut victime d’un cataclysme sans précédent dans l’histoire du monde moderne. Entre 1975 et 1979, les purges firent plus deux millions de victimes, soit plus de 20 % de la population.

Cette enquête documentée et sans concession révèle enfin que le passé continue à peser sur l’histoire du pays : à l’heure des grands procès des anciens dirigeants khmers rouges, la démocratie cambodgienne reste corrompue et très formelle…

Réf. Henri Locard, Pourquoi les Khmers rouges, Paris, Vendémiaire, Révolutions, 2013, 256 p.

Henri Locard est un chercheur spécialiste du Cambodge contemporain. Anciennement maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2. Il vit depuis plusieurs années à Phnom Penh d’où il coordonne un programme de recherches sur les centres d’internement das Khmers rouges ; il est le correspondant de plusieurs médias occidentaux aux procès des anciens dirigeants khmers rouges.

Autres ouvrages de cet auteur :

  • Locard, Henri, Pol Pot’s Little red book: the sayings of Angkar; foreword by David Chandler, Chiang Mai, Silkworm books, 2004, 1 vol. (xvi-336 p.).
  • Locard, Henri, Aspects de l’extermination dans le Kampuchéa démocratique et de l’idéologie khmère rouge (1975-1979). Entretiens avec des Khmers rouges & des utopistes cambodgiens : quelques éléments de leur vision du monde vingt ans après ; Le Procès des Khmers rouges, s.l., s.n., 2000, 2 vol. (93-77 p. ; 66-33-11 p.).
  • Locard, Henri, Le « Petit livre rouge » de Pol Pot ou les paroles de l’Angkar : entendues dans le Cambodge des khmers rouges du 17 avril 1975 au 7 janvier 1979, Paris, L’Harmattan, 1996, 1 vol. (xv-263 p.).
  • Locard, Henri, Prisonnier de l’Angkar ou Angkar a les yeux de l’ananas, Paris, Fayard, Les enfants du fleuve, 1993, 1 vol. (381 p.).

Le 25 décembre 1927 était fondé à Hanoi le Parti National du Viêt-Nam – Việt Nam Quốc Dân Đảng (VNQDĐ)

Numéro spécial de la revue Cong Hoa [République] publié en 1964 au Sud-Vietnam. Source : sachxua.net

Il y a tout juste 85 ans, le 25 décembre 1927, un petit groupe d’intellectuels vietnamiens fondaient le Parti National du Viêt-Nam (Việt Nam Quốc Dân Đảng) à Hanoi. La nouvelle organisation révolutionnaire, qui prônait le renversement du pouvoir colonial par les armes et l’instauration d’une République, se dotait d’un programme politique ambitieux en trois points :

1) Indépendance nationale (Dân Tộc Độc Lập) : chasser les colonialistes français du territoire vietnamien pour recouvrer l’indépendance nationale.

2) Droits du peuple (Dân Quyền Tự Do) : après avoir accédé à l’indépendance, mettre sur pieds des institutions démocratiques respectueuses des droits du citoyen.

3) Bonheur du peuple (Dân Sinh Hạnh Phúc) : promouvoir une politique économique visant à donner le bien être au peuple. [1]


Le soir du 24 décembre 1927, les jeunes révolutionnaires anticolonialistes de la maison d’éditions Nam Đồng Thư Xã réunirent secrètement une Convention nationale chez le père de Lê Thành Vị, au hameau Thể Giao au sud de Hanoi. Etaient présents cette nuit là les intellectuels patriotes Phạm Tuấn Lâm, Phạm Tuấn Tài, Hoàng Phạm Trân (Nhượng Tống), Nguyễn Khắc Nhu, Phó Đức Chính, Hoàng Văn Tùng, Hồ Văn Mịch, Nguyễn Ngọc Sơn, Nguyễn Thế Nghiệp, Nguyễn Hữu Đạt… ainsi que celui que Louis Roubaud nomma le « Grand Professeur », Nguyễn Thái Học. La Convention secrète rassembla tout au plus 19 représentants de quelques provinces du Tonkin [2] et se termina à cinq heures du matin. Une première résolution fut émise collectivement avec la création du Parti Nationaliste et de sa charte politique. Nguyễn Thái Học fut désigné chef de la nouvelle organisation révolutionnaire.

Les années suivantes, le parti se développa dans les trois parties du Viêt-Nam colonisé (Tonkin, Annam, Cochinchine) parmi les intellectuels citadins, les petits propriétaires terriens, les agriculteurs et les tirailleurs. Il diffusa ses idées à travers le journal Hồn cách mạng [L’âme de la révolution], organe de propagande du parti, et établit son siège social à l’Hôtel Viêt-Nam à Hanoi. La nuit du 24 au 25 décembre fut choisie délibérément pour déjouer la surveillance de la Sûreté coloniale en principe bien occupée à fêter Noël. En principe seulement car la réunion fut découverte par la Sûreté dans la nuit autour de deux heures du matin et fut prudemment dissoute pour reprendre quelques temps plus tard au local des éditions Nam Đồng Thư Xã. Le lendemain, le 26 décembre, une seconde assemblée se déroula dans le hameau de Ngũ Xã (Cinq communes) pour déterminer le programme politique du parti et l’instauration d’une « Démocratie nationale socialiste » (Dân chủ quốc gia xã hội) [3]. Le destin malheureux de ce parti nationaliste révolutionnaire quasiment décimé en 1930 par la Sûreté coloniale puis de nouveau en 1946 par le Viêt-Minh/PCI ne faisait que commencer.

FG, 25/12/2012.

[1] Un objectif toujours inscrit dans le programme de lutte du VNQDĐ en exil, voir : Cương Lĩnh VNQDĐ 2006. En 1927, d’après Nhượng Tống, les deux premiers objectifs prévalaient : Révolution nationale visant à recouvrir l’indépendance et instauration d’une République démocratique parlementaire (Cf. Nhượng Tống, Hoa cành Nam [Fleurs de la branche du Sud], Westminster, CA, s.d., VNQDĐ xuất bản, p. 112). On remarquera que ces trois slogans inspirés du Triple démisme (la Théorie des trois peuples) de Sun Yat-sen forment la devise de la RSVN actuelle : « Độc Lập, Tự Do, Hạnh Phúc » (Indépendance, Liberté, Bonheur).

[2] Nhượng Tống évoque précisément le chiffre de 19 personnes à ne pas dépasser car à partir de vingt personnes la loi obligeait les responsables à déclarer la réunion à la préfecture et donc susciter l’intérêt immédiat de la Sûreté coloniale. Le chiffre de 36 représentants de 14 provinces, avancé par Hoàng Văn Ðào, semble de fait exagéré. Raison pour laquelle la Convention nationale mentionna le chiffre « 19 » à ne pas dépasser dans la composition d’une cellule du parti. Voir Nhượng Tống, Hoa cành Nam, p. 94.

[3] Traduction française faite par un membre du parti lors de la Commission criminelle de 1929, voir Nhượng Tống, Hoa cành Nam, p. 107.

Réf. : Hoàng Văn Ðào (ci-dessous) et Nhượng Tống, Hoa cành Nam, Westminster, CA, s.d., VNQDĐ xuất bản.

Aperçu Google Books

Haunted Landscapes and Ambiguous Memories: Interactions with the Past in Laos, Vietnam and Cambodia [2010]

Haunted Landscapes and Ambiguous Memories: Interactions with the Past in Laos, Vietnam and Cambodia.
Convenors: Dr Oliver Tappe, Research Fellow, Max Planck Institute for Social Anthropology, Halle and Dr Vatthana Pholsena, Research Fellow, Institut d’Asie Orientale, Lyon.

[Panel EUROSEAS Aug. 2010]

Historical experiences of war and revolution have left visible traces in the landscapes of mainland Southeast Asia. In particular, war-ridden landscapes of Laos, Vietnam and Cambodia are sites of contested and ambiguous memory. While the two Indochina Wars entailed scars both on peoples and places, experiments of orthodox socialism such as forced collectivization contributed to the character of the region as a topographic and demographic palimpsest. Lao, Vietnamese and Cambodian landscapes represent different historical layers and bear inscriptions of competing ideologies. From prisons and battlefields to re-education camps and resettled villages: 20th century history confronts people with manifold lieux de mémoire telling about sorrow and violence. The past lingers on in the physical, often ruined environment as well as in precarious objects such as unexploded ordnance.

Studies in the anthropology of landscape have discussed how people shape landscapes and landscapes shape people in an interactive cultural process. The transformative power of human activity on the physical environment is related to the power of the landscape generating affects on people. Landscapes can be considered as representations of cultural memory and mark the nexus of past, present and future. Both as meaning producing spatial forms and contested discursive sites of memory, landscapes influence imaginings of past experiences and visions of the future. Radical alterations of the physical environment – be it by large-scale bombing or the flooding of a hydropower dam site – thus affect traditional livelihoods as well as individual mental states. The understanding of everyday social life is inseparable from its cultural and physical surroundings.

In our panel we would like to examine how people interact with sites of traumatic or violent memory. Vietnamese landscapes contaminated by Agent Orange, the haunted killing fields of Cambodia and the Lao highlands scattered with cluster bombs are prominent examples of memorial landscapes as inhabited and constantly re-envisioned. The following questions shall be addressed: How do these landscapes affect the population and shape discourses of identity and memory? What are the people’s coping strategies in order to carry on living in brutally transformed and ruined landscapes that are also sites of haunting, traumatic memories? How do official historiographies try to occupy and define landscapes of memory? How do memories of suffering and displacement correlate with tendencies of making sites of memory available for tourist consumption?

We invite scholars to tackle and discuss these questions at the intersection between history and anthropology. By looking at how people and ‘violent’ landscapes interact, this panel attempts at giving new insights with regard to Southeast Asian memory discourses.

Panel proposal by:

  • Dr. Oliver Tappe, Research fellow, Max Planck Institute for Social Anthropology, Halle (Germany) tappe@eth.mpg.de
  • Dr. Vatthana Pholsena, Research fellow, Institut d’Asie Orientale, Lyon (France) vatthana.pholsena@ens-lyon.fr

* * *

Sacrifice, Heroism and the construction of a revolutionary lieu de mémoire – The case of Vieng Xay, Lao PDR.

Oliver Tappe

Vieng Xay, today a sleepy town of a few thousand inhabitants, represents one of the most dramatic episodes in Lao history. Between 1964 and 1973, the Lao highlands suffered constant air bombing by the Americans. Alongside the Plain of Jars and the Ho-Chi-Minh-Trail – discussed by Vatthana Pholsena and Elaine Russell – Houaphan province in Northeast Laos was the main target of the bombing campaign since it harbored the headquarters of the Lao communist movement. Supported by the North Vietnamese, the Pathet Lao fought a fierce civil war against the Lao royalists backed by the US. When the bombings escalated, the leadership moved into the caves of the karst mountains around Vieng Xay. Thousands of civilians followed this example and a proper cave city with more than 20,000 inhabitants emerged. The revolutionaries built commando centers, warehouses, schools, hospitals and factories inside the caves. Yet, the people’s everyday life meant constant struggle for survival.

Today, the ruling Lao People’s Revolutionary Party highlights the legacy of the years in the caves as example of bravery, sacrifice and solidarity between Party and the so-called ‘Lao multi-ethnic people’. Vieng Xay emblematizes the liberation struggle of the valiant Lao people against foreign aggressors. Therefore, it plays a key role within the narratives of official revolutionary historiography and museum exhibitions. In recent years, Vieng Xay was promoted as a tourism destination, now attracting many visitors from the lowland Lao cities and from abroad. On the one hand, the hardships of the war years are now presented to younger Lao generations; on the other hand, foreign visitors get aware of a less known chapter of cold war history. Unlike most Lao history books, the official cave tour also illustrates the small fates of the population that suffered from the war. Yet, the relation between heroism and trauma remains ambivalent. Vieng Xay represents regional pride and the commitment to revolutionary solidarity as well as individual suffering and traumatic memories. Official commemorative politics imply the transformation of suffering into sacrifice and heroism – the utilization of memory for ideological purposes. Besides, some aspects of the region’s history such as the reeducation camps are still suppressed as they would disturb the nicely arranged narrative of the righteous revolutionary struggle. This paper shall discuss the politics of memorial landscapes as media of shaping, reproducing, and controlling collective memory.

* * *

Transformed landscapes in south-eastern Laos: From the ruins of war to large-scale ‘development’

Vatthana Pholsena

This presentation focuses on a rural area in south-eastern Laos located on the Lao-Vietnamese border: Sepon district in Savannakhet Province. This area is predominantly inhabited by Mon-Khmer peoples, who are classified into two groups in Sepon (the Makong or Mangkong and the Tri) but known as one group in Vietnam (the Vân Kiêu or Bru-Vân Kiêu). However, there is also a significant minority of Tai-speaking Phuthai. The district of Sepon (formerly spelled Tchepone) is located in the east of Savannakhet Province on the 17th parallel that divided Vietnam into a communist zone in the north and a non-communist zone in the south as a result of the Geneva Agreements signed on July 21, 1954. Consequently, Sepon constituted a strategic centre and logistics base area for the North Vietnamese Army, and was one of the most important nodes on the transportation network widely known as the Ho Chi Minh Trail. Today, however, the landscape of (borderless) war – i.e. trails, craters, bare mountain slopes – is progressively giving way to a landscape of (national) development – asphalt roads, large-scale commercial plantations, hydropower projects. Traces of the past are receding in Sepon, though historical layers of ruins – remnants of war and reminders of the immediate postwar period – remain very much stamped onto the everyday landscape. In this paper, I interrogate the effects of this altering landscape on people’s war memories, and more
broadly, on their dealings with the past and negotiation with the present.

* * *

Laos – Living with Unexploded Ordnance (UXO): Past Memories and Present Day Realities

Channapha Khamvongsa and Elaine Russell, Legacies of War

Laos is the most heavily bombed country in history. U.S. Vietnam War-era bombings from 1964-1973 left nearly half of Laos contaminated with vast quantities of unexploded ordnance (UXO). Today, close to 78 million unexploded cluster bombs litter forests, rice fields, villages, school grounds, roads and other populated areas. Over 34,000 people have been killed or injured by UXO since the bombing ceased, and each year there are 300 new casualties. More than half of all confirmed cluster munitions casualties in the world have occurred in Laos. Nearly 40 years on, only a fraction of these munitions have been destroyed. UXO has shaped the lives of generations, challenging their spirit, ingenuity, and cultural beliefs. For those who lived through the war and aftermath, memories are still sharp and painful, while younger generations focus on the future and ways of coping with the current reality.

The presence of UXO in the day to day lives of the Lao people has caused terrible human losses and a heavy economic burden for a country struggling with extreme poverty. From contamination of half the arable land to strains on a grossly inadequate health care system, the impacts of UXO are far reaching. The constant and unpredictable threat takes a psychological toll. Children, particularly boys, are the most vulnerable, making up 60 percent of the casualties. Cultural beliefs and biases toward people with disabilities are challenged by the rising number of UXO injuries, which often result in lost limbs. When husbands are killed or injured, women assume non-traditional roles as the primary worker in the fields or by taking jobs, such as working for the all-woman UXO clearance team. Despite the risks, people have adapted and found creative uses for scrap metal, bomb casings, and defused cluster munitions. But the desperate need for income, has also led people to collect scrap metal for sale, which in turn has caused more UXO casualties.

* * *

Urban and rural lands in Cambodia: dealing with the scars of the past, building a memory for tomorrow.

Ariane Mathieu

The years of conflicts as well as the Khmer Rouge revolution and regime have strongly left their marks on the Cambodian land. I would like (i) to present the main transformations undergone by Khmer territories, and notably to underline the radical differences between rural and urban areas, and (ii) to highlight the way the actors manage to live with a kind of reasonable pragmatism in these spaces, which of course constantly remind of the sorrowful past, but should not inhibit current and future life. Besides, I would like to examine how the memory of Khmer Rouge times has been crystallized around specific places, both at national and local levels.

* * *

Breathing new life into remnants of war in Southeast Asia

Krisna Uk

This paper offers an ethnographic insight into the survival strategies of local communities living in a post-conflict environment that remains affected by explosive remnants of war. Despite the heavy bombardment of the Ho Chi Minh trail from 1964 to 1975, which destroyed the physical landscapes of Cambodia, Lao PDR and Vietnam, local populations living in former zones of heavy conflicts have developed practical ways to cope with the daily stress of environmental hazards. This paper examines the ways in which ethnic minority villages located in Northeast Cambodia has adjusted its daily livelihood by physically and psychologically coping with the multiple devastations caused by the wars.Whether in the form of live bombs, scrap metal, human remains, individual or collective memories, the material that is processed through collection, recollection, re-cycling and refashioning is key to a powerful therapeutic process that deals with an environment, which is emotionally and physically charged with a violent past. This paper seeks to discuss the extent of local resilience especially when it is confronted with the environmental damages caused by the extensive deployment of technological warfare by external powers. By drawing on the material culture of post-conflict ethnic minority communities, it argues that the life cycle of war-generated objects is illustrative of how the desolated landscapes of battlefields and memories can be ingenuously transformed so as to bear new meanings, take over new functions and embark into a new life.

* * *

The legacy of Agent Orange in Vietnam

Susan Hammond

[abstract follows]

Source : Global Studies / Göteborg Universitet

 

F. Guillemot : Penser le nationalisme révolutionnaire au Việt Nam

La revue Moussons est désormais répertoriée sur Revues.org. C’est l’occasion de signaler notre article sur le nationalisme non communiste au Viêt Nam paru initialement en 2009. L’article a été revu et corrigé pour cette version en ligne.

 

 

Penser le nationalisme révolutionnaire au Việt Nam : Identités politiques et itinéraires singuliers à la recherche d’une hypothétique « Troisième voie ».

Résumé

Principalement à partir des sources vietnamiennes, cet article se propose de présenter succinctement les différents courants politiques non communistes qui ont marqué le xxe siècle au Viêt-Nam. Plus particulièrement, il s’attache à rendre compte de la vigueur du courant nationaliste révolutionnaire incarné principalement par les mouvements nationalistes VNQDĐ, Đại Việt ou Cần Lao, d’en identifier les fondateurs (Trương Tử Anh, Lý Đông A, Ngô Đình Diệm) ou les acteurs et de les replacer dans le processus historique de la révolution vietnamienne. L’étude de ces personnages et mouvements oubliés de l’historiographie officielle est une des clés de compréhension majeure de l’histoire politique du Viêt-Nam au xxe siècle. L’article présente un volet historiographique, un volet identification (mouvements, doctrines, fondateurs, acteurs) et se termine par une mise en perspective sur un près d’un siècle de luttes des années vingt jusqu’à nos jours. Il apparaît ainsi nettement que les nouveaux mouvements politiques clandestins d’aujourd’hui s’inscrivent dans une certaine continuité historique. La conclusion interroge l’échec de cette élite révolutionnaire dans ses tentatives d’instauration d’une « Troisième voie » de type national progressiste qui plonge ses racines dans le nationalisme révolutionnaire de Phan Bội Châu.

* * *

Conceptualizing Vietnam’s Revolutionary Nationalism: Political Identities and Singular Itineraries in Search of a Hypothetical « Third Way »

Primarily from Vietnamese sources, this article aims to briefly introduce the various non-communist political movements that marked the 20th century in Vietnam. More particularly, it focuses on the vitality of revolutionary nationalist movements mainly embodied by nationalist groups such as VNQDD, Dai Viet or Can Lao to identify the founders (Truong Tu Anh, Ly Dong A, Ngo Dinh Diem) and actors, as well as to situate them in the historical process of the Vietnamese revolution. The study of these political figures and movements, forgotten by official historiography, is crucial to the understanding of Vietnam’s twentieth political history. The paper begins with a historiographical analysis followed by a section focusing on the movements, their ideologies, founders and actors and ends with an overview of a century of political struggles from the 1920s until today. Indeed, current clandestine political movements clearly belong within a historical continuity. The conclusion examines the reasons behind this revolutionary elite’s failure to promote a “Third Way”, i.e. a progressive nationalist regime deeply rooted in Phan Bôi Châu’s revolutionary nationalism.

Plan détaillé

Introduction
  • Des sources encore largement inexploitées
  • Questions de vocabulaire, définitions
Identification du nationalisme révolutionnaire
  • Identification des partis nationalistes révolutionnaires
  1. Dans le courant monarchiste, distinguons les partis et les groupements
  2. Dans le courant républicain nationaliste révolutionnaire
  3. Les autres types de groupements
  • Identification des doctrines politiques
  1. La doctrine de la Survivance du peuple du ĐVQDĐ
  2. La doctrine de la totalité Duy Dân
  3. Le personnalisme révolutionnaire (Nhân vi cách mạng)
  4. Les doctrines des républicains démocrates
Identification et parcours des acteurs
  • Les fondateurs
  1. Trương Tử Anh (1914-1946 ?)
  2. Lý Đông A (1920-1946 ?)
  3. Jean-Baptiste Ngô Đình Diệm (1901-1963)
  • Identification des parcours
  1. Nguyễn Tôn Hoàn (1917-2001)
  2. Nguyễn Ngọc Tân (1921-2001) alias Phạm Thái
  3. Phạm Văn Liễu (1927-2010)
Permanence et évolution du nationalisme révolutionnaire : l’impossible Troisième Voie
  • Un cœur unique, le nationalisme révolutionnaire de Phan Bội Châu
  • Le nationalisme se forge une identité nouvelle :Đại Việt ou Việt Nam ? (1930-1945)
  • Une révolution nationale et patriotique confisquée (1945-1946)
  • Un nationalisme difficile à promouvoir dans la guerre franco-Việt Minh (1946-1955)
  • Quand un nationalisme chasse l’autre (1955-1963)
  • La fragmentation des forces politiques et la multiplication des Fronts (1964-1975)
  • La résistance au communisme : fronts, alliances et mouvements armés (1975-1990)
  • Le temps du changement : les mouvements pro-démocratiques, filiales des partis (depuis 1990)
Conclusion

Lire la suite : Moussons

Référence électronique

François Guillemot, « Penser le nationalisme révolutionnaire au Việt Nam : Identités politiques et itinéraires singuliers à la recherche d’une hypothétique « Troisième voie » », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 27 octobre 2012. URL : http://moussons.revues.org/1043

Proclamation du parti nationaliste du Đại Việt [1939]

PROCLAMATION

« PARTI NATIONALISTE DU DAI VIÊT »

(Đại Việt Quốc Dân Đảng)

Etendard du Front QDD en 1945-46
(partis Dai Viet et VNQDD)

PREMIERE PARTIE

LE MANIFESTE.

Citoyens du Đại Việt ! [1]

Depuis quatre millénaires d’histoire et de culture des lettres, le peuple vietnamien est toujours fier de sa puissance.

Un examen de notre histoire du passé montre que, parmi les nations de l’Est-Asiatique, seul notre pays jouit d’une glorieuse dignité nationale, du fait que notre peuple dispose d’une culture ancienne, d’une forte âme nationale, de belles pages d’histoire.

Les grands hommes et les héros existent de tout temps. La politique de la Dynastie des Trân, le régime économique de celle de Hô, l’écrivain de talent Nguyên Du, la doctrine de Chu An se perpétuent à la postérité.

Des hauts faits de guerre enregistrés dans l’histoire de l’homme ne l’emporteront jamais sur nos campagnes d’extermination des Minh, de pacification des Thanh, de domination des Nguyên.

Les Mongols, réputés comme des peuplades les plus féroces du monde, voulaient à deux reprises envahir notre pays « Đại Việt » et étaient complètement décimées.

Quelle gloire pour un petit peuple vivant sur un territoire étroit, qui a maintes fois vaincu d’autres nations plus puissantes, tels que la destruction du Champa, l’annexion du Chan Lap, le renversement du Cambodge et du Laos, le bouleversement du Siam, de la Birmanie, en vue de refouler nos frontières!

L’expansion de notre peuple est excessivement forte.

Au cours de notre indépendance aussi bien qu’au temps de domination par une autre race, nous continuons à progresser sans répit, n’étant retenus par aucune force.

Des alternatives de grandeur et de servitude déroulées sur notre sol nous ont formés, capables de résister à toute situation.

Nos brillantes performances enregistrées dans l’histoire en évolution de notre peuple ont attesté que celui-ci dispose suffisamment de qualités et d’énergie nécessaires pour devenir un des peuples les plus puissants du monde.

Mais, par malheur, sur le chemin du progrès, notre peuple doit traverser une période désastreuse.

Vers la fin du XIXe siècle, le flux de l’Occident roula avec impétuosité à l’Orient.

Les Occidentaux sollicitaient des échanges commerciaux, l’ouverture des ports, puis entreprenaient la conquête des territoires pour la prise des débouchées en matières premières.

L’Extrême-Orient qui était en paix se transforma en champ de bataille où se mesuraient les conquérants. La presque totalité des pays orientaux devenaient tour à tour conquis, car la forme humaine ne pouvait résister contre les armes ultra-modernes.

Notre pays comptait parmi ceux-là.

Pendant plus d’un demi siècle placé sous la domination de l’Empire Français, notre pays était considéré comme un dépôt de matières premières, un débouché et un centre de main d’œuvre à vil prix.

On s’empara de toutes nos sources de revenus, nos ressources, on confine notre peuple à l’arrière-garde de la civilisation industrielle. L’agriculture, base de notre système économique national, ne pouvait pas se développer.

Il s’ensuit que le standing de vie de notre peuple est proportionnellement très bas. Au surplus, on empoisonne notre mentalité, on corrompt nos mœurs, on sème des dissensions entre le Nord et le Sud pour favoriser l’administration. On paie les ambitieux pour espionner leurs compatriotes et y répandre la suspicion. Les gens de talent doués d’esprit chevaleresque sont supprimés ou déportés pour insoumission. Quant aux fripons, aux traîtres, usant de basse flagornerie et se créant une situation sur les cadavres des compatriotes, ils occupent les situations les plus élevées de l’échelle sociale.

L’Empire français se réserve le Monopole de l’éducation et le contrôle de tous les organes de presse dans le but de bloquer l’esprit populaire, il ne forme qu’une élite intellectuelle de servitude, apte à exécuter les ordres.

Perdant notre esprit d’indépendance, nous considérant esclaves des autres, nous somme habitués à supporter la honte. Résignés à notre sort de serviteurs, nous nous rivalisons d’importance.

La conséquence désastreuse de la Domination française est l’épuisement de nos ressources, la ruine de notre économie, la corruption de nos mœurs, l’asservissement de notre esprit.

En cet état des choses, notre peuple est acculé à l’impasse, tant au point de vue matériel que moral.

L’occasion venue, si nous ne cherchons pas à nous émanciper nous ne sommes pas très loin de l’abîme final.

Pour que notre Đại Việt devienne une nation puissante, occupe une situation digne de ses vertus innées, nous nous devons de résoudre d’urgence deux questions d’importance capitale.

1- Émancipation intégrale de notre nation.

2- Réforme sociale radicale.

Sur le plan international et parmi les nations, nous devons reconnaître que seul l’intérêt existe.

Compatriotes, comprenez à fond ceci :

Reconstruire la souveraineté de notre pays Đại Việt est le devoir sacré de chaque Vietnamien. Nous seuls, nous sommes sincères pour notre vie et notre bonheur. Compter sur les autres, c’est se conduire vers le chemin de la mort.

A l’heure présente, la puissance française n’est pas complètement annihilée.

Nous devons nous créer immédiatement une force effective pour détruire les plans de ceux qui nourrissent la mal-intention de conquête et pour servir de base à notre diplomatie.

Cette force est la clef de notre œuvre de libération nationale et constitue une forte assurance pour l’indépendance de notre Nation. Mais pour créer cette force, il convient de nous unir de former un seul parti politique capable de résoudre toute question importante.

L’œuvre d’émancipation totale terminée, les réformes sociales s’avèrent capitales.

Simultanément, nous devons d’une part éviter le mauvais côté du capitalisme, et d’autre part, entreprendre une reconstruction d’ordre économique et moral, en profitant de l’après-guerre où des désordres qui règnent encore dans d’autres pays. Quand les plaies de ceux-ci se referment, notre nation dispose déjà d’une position très solide et nul peuple ne peut envier de nous envahir. La réalisation d’un vaste programme dans un temps limité nous force à reconnaître que : « Il convient de nous doter d’un Gouvernement extrêmement puissant, capable de décider de ses actes avec rapidité et discrétion – de détruire tout antagonisme intérieur ou extérieur ».

C’est pour cette raison que nous devons tendre vers un Gouvernement particulièrement perspicace composé exclusivement d’éléments patriotes placés sous l’égide d’un seul parti « le Parti Nationaliste Révolutionnaire » d’éléments doués d’une vraie impartialité de notre peuple actuel.

En vue de réaliser l’œuvre de libération nationale et de réforme sociale, il nous convient de disposer d’un parti politique purement nationaliste pour unifier toutes les forces patriotiques réelles et pour être capable de diriger les concitoyens dans toutes les luttes.

Ce parti idéal a déjà fait son apparition.

En Septembre 1939, dès que les premiers coups de canons crépitèrent dans le ciel de l’Europe annonçant à l’Univers le prélude d’une guerre, en ce pays Đại Việt il se forma un parti purement nationaliste chargé d’assurer et de sauvegarder l’avenir de la Nation.

Ce parti se nomme  » Đại Việt Quốc Dân Đảng » (Parti Nationaliste du Đại Việt).

Les termes Đại Việt montrent l’esprit d’indépendance et la ferme volonté de voir la nation devenir de plus en plus puissante et prospère. Les 3 mots Quốc dân Đảng prouvent que ce parti n’est pas un bien particulier à n’importe quel milieu, mais qu’il constitue une propriété commune de notre peuple.

Le but poursuivi par le Parti Nationaliste du Đại Việt c’est rassembler tous les éléments distingués de divers milieux pour en constituer une force invincible. Cette force est prête à renverser toute influence ennemie tendant à l’invasion ; pour en réaliser l’Indépendance absolue et le bonheur général, pour en édifier une nation riche et puissante.

Au point de vue diplomatique, le Parti Nationaliste du Đại Việt coopère sincèrement avec toute nation manifestant sa franche collaboration pour mettre en œuvre le but susvisé et considère comme ennemie mortelle toute nation animée d’un idéal antagoniste.

– Compatriotes du Đại Việt !

– Ayons confiance en l’avenir radieux de notre Patrimoine.

– Unissons-nous pour exécuter un ordre unique.

– Rassemblons-nous sous le drapeau du Parti Nationaliste du Đại Việt.

– Un parti purement nationaliste.

– Doté d’un programme d’action politique.

– Dirigé par un leader perspicace.

– Disposant de bases stables sur tout le territoire de l’Indochine.

– Luttons jusqu’à l’obtention de l’Indépendance absolue.

– Renversons tout ennemi nourrissant la mal-intention de conquérir notre Patrie.

– Vive le Peuple du Đại Việt !

– Vive le Đại Việt !

– Vive le Parti Nationaliste du Đại Việt !

[1] Dai Viêt = Viêt Nam

Source : SHD, 10H 4199, dos. «  2e Bureau – Politique »  intitulé « DVQDD & VNQDD », ch. « VI – DVQDD », pièce : TFEO, Troupes Françaises en Indochine du Sud, État-Major – 2e Bureau, n° 1842/2S[?], « Traduction d’un Document du « Parti Nationaliste du Dai-Viêt » », 2 mai 1948. Le Gal de Brigade Latour, Commandant les Troupes Françaises en Indochine du Sud. PO Le Cl Méric, chef d’Etat-Major. Signé : PA Le Capitaine AM Savani, chef du 2e Bureau.

Le texte original en vietnamien est en ligne sur Tin Paris

DVQDD_Proclamation_1939 [pdf]