Archives par mot-clé : Révolution française

Colloque IHS : Quel héritage de la Révolution française aujourd’hui ?

[ndlr] Signalement d’un intéressant colloque sur Paris.

Les Journées Souvarine / Colloque de l’Institut d’Histoire Sociale (IHS) sous la présidence d’ Emmanuel Le Roy Ladurie.

En partenariat avec le Département des Hauts-de-Seine.

Bonnet_Phrygien

QUEL HÉRITAGE DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE AUJOURD’HUI ?

Mercredi 17 juin 2015
9h00 à 18h00

Maison de l’Europe
35, rue des Francs-Bourgeois 75004 Paris

La Révolution française est l’événement fondateur de la République française. C’est à elle que se réfèrent la plupart des discours politiques, chacun donnant un sens différent à cette référence commune.

Pour une partie de l’extrême gauche, elle est un appel à faire la révolution, un hommage à 1793 et à la Terreur. Pour le candidat de la gauche aux dernières élections présidentielles, « c’est pour l’égalité que la France a fait sa révolution. » Pour le porte-parole actuel de la droite, « la France est une république, pas seulement une démocratie. »

Pour d’autres, dont nous sommes, le mérite de la Révolution française est d’avoir fondé la démocratie moderne sur l’idée de liberté et sur les droits de l’homme de 1789.

Parce que, selon la formule de François Furet, « la Révolution française est terminée », il n’est plus nécessaire ni possible d’affirmer comme Clemenceau que « la Révolution est un bloc ». Elle est un héritage si complexe, si ambivalent, et souvent même si contradictoire que nous ne pouvons éviter de nous interroger sur le sens que nous voulons donner aujourd’hui à cet héritage et donc à notre identité commune.

Intervenants

Bernard Bruneteau, professeur à l’université Rennes I, historien des idées, auteur de Le Totalitarisme. Origines d’un concept, genèse d’un débat (Cerf, 2010).

  • « La Révolution française aux origines du totalitarisme ? Retour sur un débat récurrent »

Stéphane Courtois, spécialiste de l’histoire du communisme, coordinateur et coauteur du Livre noir du communisme (Robert Laffont, 2000).

  • « Républicains, bolcheviks et communistes français : du bon usage de la Révolution comme un bloc »

Gérard Grunberg, directeur de recherches émérite au CEE de Sciences-Po, auteur de La Loi et les Prophètes, Les socialistes français et les institutions politiques (CNRS, 2013).

  • « La Figure du Peuple dans le discours de gauche »

Patrice Gueniffey, directeur d’études à l’EHESS, auteur de La Politique de la Terreur. Essai sur la violence révolutionnaire (Gallimard, 2003) et de Bonaparte : 1769-1802 (Gallimard, 2013).

  • « Les justifications de la Terreur »

Lucien Jaume, agrégé de philosophie et directeur de recherches au CNRS (CEVIPOF), auteur de Le Religieux et le politique dans la Révolution française (PUF, 2015).

  • « La religion dans la Révolution française, une tradition embrouillée »

Michel Laval, avocat, essayiste, auteur de L’homme sans concessions : Arthur Koestler et son siècle (Calmann-Lévy, 2005) et de Tué à l’ennemi : la dernière guerre de Charles Péguy (Calmann-Lévy, 2013).

  • « Vous avez dit « Girondins » ? »

Philippe Raynaud, professeur à l’Université de Paris-Panthéon-Assas, spécialiste de l’histoire de la pensée politique, auteur de Trois révolutions de la liberté : Angleterre, Amérique, France (PUF, 2009).

  • « Pourquoi les libéraux n’ont jamais renié la Révolution française »

André Senik, agrégé de philosophie, auteur de Marx, les Juifs et les droits de l’homme (Denoël, 2011).

  • « Marx : l’héritage de 1793 contre celui de 1789 »

Entrée libre – – Réservation indispensable
Par téléphone : 01 46 14 09 30 ou 01 46 14 09 33
(sauf samedi et dimanche)Par courriel : activites@souvarine.fr

Institut d’Histoire sociale – 4, av. Benoît-Frachon – 92023 Nanterre Cedex

Source : Institut d’Histoire Sociale

Image « à la une » : Tableau de la Révolution française (E.R.L./SIPA)

Les années françaises des dirigeants khmers rouges : De Robespierre à l’ultramaoïsme – entretien avec Henri Locard

Bustes de Pol Pot au mémorial du génocide à Phnom Penh (C.Sokunthea/Reuters).

Interviewé par Arnaud Vaulerin, Henri Locard, historien, revient sur les années françaises des dirigeants khmers rouges.

Professeur invité à l’université royale de Phnom Penh, Henri Locard est un historien spécialiste des Khmers rouges. Il revient sur le passé des inculpés qu’il a eu l’occasion de rencontrer.

 

 

 

Qui sont ces jeunes Cambodgiens qui arrivent à Paris après la Seconde Guerre mondiale?

Ils font partie d’un groupe de 250 étudiants qui arrivent dans la capitale au début de la guerre froide. Il n’y a pratiquement aucun prolétaire. Hormis quelques aristocrates, ils sont presque tous boursiers du gouvernement cambodgien. Saloth Sar (le vrai nom de Pol Pot, le futur leader des Khmers rouges) est arrivé en 1949, de même que Ieng Thirith, la future épouse de Ieng Sary, qui obtiendra une maîtrise d’anglais à la Sorbonne. Ce dernier arrive à Paris en 1950 pour s’inscrire à Sciences-Po. Khieu Samphân, lui, rejoint plus tard la France pour faire des études de droit et d’économie à Montpellier et à la Sorbonne, où il passera sa thèse en 1959. Ces étudiants ne se sont pas initiés au marxisme en France, ils étaient déjà politisés en quittant le Cambodge.

Quand ce groupe crée-t-il le Cercle marxiste-léniniste ?

C’est assez progressif. D’abord, il s’agit d’un groupe informel, fondé par des étudiants passionnés par la politique et surtout par la question de l’indépendance. A cette époque, toute l’élite cambodgienne, de l’étudiant révolutionnaire jusqu’à la famille royale, était en faveur de l’indépendance. Mais leur désaccord portait sur la manière de la conquérir. Très vite, elle se divise en deux branches : ceux qui étaient pour la négociation pacifique et la collaboration avec la France, et les plus radicaux. Ces derniers, influencés par la révolution de Mao en Chine et conscients que la moitié de l’Europe tombait dans l’escarcelle de l’Union soviétique, pensent que la libération passe par la révolution et la violence. Ce groupe s’organise notamment sous l’impulsion de Ieng Sary et Thiounn Mumm, le premier polytechnicien cambodgien.

A partir des années 1951-1952, il devient de plus en plus structuré, comme un parti clandestin, qui perdurera jusqu’en 1970. Saloth Sar est assez marginal. Ieng Sary, en revanche, est plus impliqué, c’est le leader des Cambodgiens à Paris. C’est un homme intelligent, très doctrinaire, ambitieux et jusqu’au-boutiste.

Quel est le rôle joué par Jacques Vergès ?

Fondamental. Métis, il était très proche du Vietnam. Egalement membre du Parti communiste français, il a joué un rôle très important, car il a attiré ces jeunes cambodgiens dans l’Union internationale des étudiants [une structure sous influence du bloc soviétique, ndlr].

Quand ce groupe de jeunes marxistes rejoint-il le Parti communiste français ?

La jonction se fait à l’été 1951 au Congrès mondial de la jeunesse révolutionnaire à Berlin. C’est à ce moment-là que les durs, emmenés par Thiounn Mumm et Ieng Sary, déclarent que l’indépendance est liée à la révolution communiste. Un certain nombre rejoignent alors le PCF puis se constituent en société secrète, avec un bureau politique. Khieu Samphân dirigera d’ailleurs cette organisation. Qui préfigure le Parti communiste cambodgien des Khmers rouges.

Le bureau politique se réunissait chaque semaine, mais le Cercle restait divisé en cellules, formées par trois ou cinq membres, qui ne communiquaient pas entre elles. Autrement dit, et c’est important pour comprendre comment fonctionnaient les Khmers rouges, la structure du pouvoir était toujours organisée du haut vers le bas.

Qu’est-ce que le Parti communiste français leur a apporté ?

De l’idéologie et des infrastructures. Ils ont adhéré au mouvement, souvent sous d’autres noms pour tenter de déjouer les services de renseignement français. Ils y apprennent les techniques de critique, d’autocritique et, surtout, l’idée que le parti se renforce en s’épurant. C’est extrêmement important pour la suite. Dans cette religion communiste, il y avait aussi des réunions de formations, sans oublier les écoles du parti qui fonctionnaient à plein régime.

Les Cambodgiens sont très influencés par l’Histoire de la révolution française d’Albert Soboul. Leur plus grand héros reste Robespierre. Très vite, s’impose chez eux l’idée que le but de leur lutte est si noble qu’elle peut tolérer l’exécution d’êtres humains. Mais cette dimension ultracriminelle – le Parti communiste cambodgien a exterminé le quart de la population du pays- les inculpés l’ont surtout apprise auprès du Vietminh (les communistes vietnamiens) et des maoïstes chinois. La formation acquise en Europe leur semblait trop humaniste.

Source : Libération, 27/06/2011

  • L’article est également disponible sur le blog Les carnets de Phnom Penh sous le titre : « En France, ils ont appris l’idée que le parti se renforce en s’épurant », 27/06/2011, l’entretien est suivi de quatre commentaires.