Archives par mot-clé : Révolution d’Août

Interview en français avec Nguyen Thi Binh [1981]

“Interview with Nguyen Thi Binh, 1981.” , 02/16/1981, WGBH Media Library & Archives, (accessed 08 Nov 2012)

Madame Nguyen Thi Binh was the Foreign Minister of the National Liberation Front, and a repre­sen­ta­tive at the Paris peace talks. At the time of the inter­view, she was the Minister of Education of the Socialist Republic of Vietnam, and she later served for ten years as Vice President of the coun­try.

In the inter­view she des­cri­bes life in colo­nial Saigon, joi­ning the Viet Minh, and the three years spent in a French prison. Mme. Binh then des­cri­bes her poli­ti­cal invol­ve­ment in the Provisional Revolutionary Government and the peace nego­tia­tions in Paris.

* * *

Series Vietnam: A Television History
Barcode 301131
Duration 00:29:18:29
Standard NTSC
Physical format Digital betacam
Type Original footage
Place Covered Hanoi, Vietnam

Source : Open Vault WGBH Media Library and Archives

Jeunesses de première ligne 1945

On connaît peu de choses sur l’histoire des Jeunesses de Première ligne créée à Huê sous le gouvernement Tran Trong Kim et dirigée par Phan Anh, le ministre de la Jeunesse. Alors que le soixantième anniversaire de leur création a été célébré à Huê en 2005, l’écrivain francophone Huu Ngoc revient sur les grandes étapes de l’histoire de ce mouvement de jeunesse qui joua un rôle décisif lors de la prise du pouvoir du Viêt Minh à Huê au mois d’août 1945. Il se remémore l’action de trois d’entre eux.

Le lecteur pardonnera la rhétorique habituelle des intellectuels communistes de la RSVN lorsqu’ils évoquent cette période cruciale de l’histoire du Viêt Nam (« gouvernement fantoche », « d’obédience japonaise »), qui ne sert qu’à valoriser l’antagonisme développé et entretenu par la pensée communiste.

Jeunesse de première ligne 1945 (par Huu Ngoc)

L’Ecole de la jeunesse de première ligne a duré à peine deux mois, juillet – août 1945. Mais son mérite est d’avoir pu rassembler de jeunes intellectuels dynamiques et motivés par le désir d’œuvrer pour l’indépendance nationale, leur insuffler la confiance en eux-mêmes et en l’avenir du pays.

La Truong thanh niên tiên tuyên (TNTT = École de la jeunesse de Première ligne) a vécu à peine deux mois (juillet – août 1945), mais les exploits patriotiques de ses membres pèsent lourd dans l’histoire contemporaine du Vietnam. Le Comité populaire de Huê vient de consacrer ses locaux (dans l’enceinte de la Compagnie du parc de la ville) « vestige historique national ». Si étrange que cela puisse paraître, cette institution fut créée sous l’égide du gouvernement fantoche Bao Dai-Trân Trong Kim d’obédience japonaise… Et les Japonais qui avaient occupé le Vietnam depuis 1940, avaient comme ennemi irréductible le Viêt Minh, ligue luttant pour l’indépendance nationale dirigée par Hô Chi Minh. Un paradoxe politique à élucider.

En septembre 1939, éclate la Seconde Guerre mondiale. En juin 1940, les nazis occupent la France. Quelques mois après, les Japonais prennent le Vietnam, gardant à leur service l’administration coloniale française relevant de Vichy. Le 9 mars 1945, sentant la fin toute proche de l’empire, ils renversent le régime français pour le remplacer. Ils accordent une pseudo-indépendance nationale au Vietnam, faisant de Bao Dai un roi d’obédience japonaise.

C’est dans ces circonstances que le ministre de la jeunesse Phan Anh (du cabinet Trân Trong Kim créé par Bao Dai) a fondé l’Ecole TNTT qui rassemble des étudiants venus à Huê après la fermeture de l’Université de Hanoi. L’avocat Phan Anh a joui d’un grand prestige parmi l’élite intellectuelle à cause de ses activités sociales et culturelles. Il est secondé dans la TNTT par Ta Quang Buu, mathématicien et physicien célèbre pour son érudition et son leadership du scoutisme. Ces deux intellectuels patriotes sont assez perspicaces politiquement pour savoir que le gouvernement Bao Dai-Trân Trong Kim ne peut durer, puisque l’Empire japonais est à deux doigts de s’effondrer. Mais ils profitent de son ombrelle officielle pour se doter d’un atout dans l’attente de proches bouleversements nationaux et internationaux : la capitulation de Tokyo, le débarquement allié pour le désarmement des troupes nipponnes, la reconquête française probable du Vietnam. Il s’agit pour eux de former rapidement des cadres militaires prêts à parer à toute éventualité en affichant un programme de formation de la jeunesse en général. Pour ne pas éveiller les soupçons japonais, l’administration de la TNTT est confiée à Phan Tu Lang, commandant en chef des maigres forces armées royales Bao An binh du Trung Ky (Centre Vietnam), un ancien officier de formation française.

La TNTT a duré à peine deux mois, juillet – août 1945. Mais son mérite est d’avoir pu rassembler de jeunes intellectuels dynamiques et motivés par le désir d’œuvrer pour l’indépendance nationale, leur insuffler la confiance en eux-mêmes et en l’avenir du pays. Phan Anh et Ta Quang Buu, dès l’ouverture de l’école, leur ont affirmé qu’ils seront libres de choisir leur voie à la sortie, selon l’appel de leur conscience.

Tokyo accepte la reddition inconditionnelle en mai 1945. La Révolution populaire dirigée par le patriote de renom Nguyên Ai Quôc (Hô Chi Minh) éclate le 19 août 1945, à Hanoi. Son organisation Viêt Minh a conquis le consensus populaire depuis 1941 grâce à une lutte intransigeante contre les Japonais et les Français occupant le pays. Le 2 septembre 1945, Hô Chi Minh proclame l’indépendance du Vietnam.

Les jeunes révolutionnaires

L’occasion attendue par la TNTT est arrivée. Point étonnant que tous ses membres se rallient à la révolution dès la première heure.

Phan Anh et Ta Quang Buu sont devenus par la suite de brillants ministres du nouveau régime, le premier avec l’économie et le commerce, le second avec l’enseignement supérieur. Phan Tu Lang sera colonel de l’Armée populaire.

Le 23 août 1945, le Comité insurrectionnel de Huê se présente devant la population. Le service de sécurité est assuré par les étudiants de la TNTT qui, à cette occasion, se muent en forces armées révolutionnaires.

Le 23 août 1945, un groupe de la TNTT commandé par Nguyên Thê Luong, capture à temps un commando français dirigé par le commandant Castellan parachuté sur Hiên Si. Ce dernier est chargé par de Gaulle de contacter les éléments pro-français afin de préparer le retour de l’administration coloniale.

La TNTT est présente à la cérémonie d’abdication de Bao Dai en faveur du pouvoir révolutionnaire. Un TNTT, Hoàng Xuân Binh, est nommé officier d’ordonnance de Bao Dai pour l’accompagner à Hanoi où le souverain déchu participera au gouvernement Hô Chi Minh en tant que haut conseiller.

Les TNTT reçoivent la mission urgente de constituer vingt-cinq unités de la nouvelle Armée de Libération (section Thuân Hoa), placées sous leur commandement. Pour habiller mille combattants, ils ont recours à l’aide de petits commerçants de Huê. Quant aux armes et autre matériel, ils les prennent dans les dépôts japonais et français.

Des figures connues

Quand les troupes françaises débarquent au Sud, des centaines de ces combattants de Huê sont présents sur les fronts de Nha Trang et Saigon pour coopérer avec les forces armées locales. La guerre franco-vietnamienne se généralise. Les TNTT vont s’illustrer sur tous les fronts du Nord, du Sud au sein de l’Armée populaire devenue nationale. Huit TNTT portent les galons de général.

J’ai connu personnellement trois TNTT. Hoàng Xuân Binh, ancien étudiant en médecine, participait à la résistance dans le maquis du Sud. Il fut fait prisonnier par un lieutenant français. Homme de cœur, ce dernier avait de l’estime pour le jeune patriote et trouva un moyen pour le faire s’évader. Ils devaient se revoir après plusieurs décennies pour devenir de bons amis.

Dang Van Viêt, ancien étudiant en médecine aussi, ce fils d’une famille de grands mandarins et propriétaires fonciers a rejoint de bonne heure le Viêt Minh. Il a fait une centaine de combats et reçu sept blessures. Surnommé Tigre gris de la RC4 par les troupes français, il fut leur terreur à cause de ses attaques foudroyantes contre leurs garnisons et leurs convois. Dans le civil, ce colonel est devenu un brillant ingénieur.

Cao Van Khanh, enseignait avec moi dans un lycée privé de Huê de 1942 à 1945. Homme de devoir et très désintéressé, ce général s’est fait un nom comme brillant stratège, bras droit de Vo Nguyên Giap lors de la campagne du Sud Vietnam mettant fin à la guerre.

Dans le civil, d’autres TNTT ont réalisé des exploits dans des branches d’activité scientifique et culturelle, dorant le blason de la TNTT.

Huu Ngoc / CVN

Publié le 05/05/2012 sur le site Le Courrier du Vietnam

Tôn Quang Phiệt : « J’ai participé à la Révolution d’Août à Huê »

La revue d’histoire Xua va Nay (Jadis et Aujourd’hui) vient de publier un extrait des mémoires de Ton Quang Phiet, révolutionnaire et homme d’État de la RDVN1. Figure intellectuelle connue de la ville de Huê, il participa dans ses jeunes années, aux deux organisations révolutionnaires Tan Viet (Nouveau Viêt Nam) et Viet Nam Thanh Nien Cach Mang (Jeunesse révolutionnaire du Viêt Nam).

Il fut emprisonné pour activisme politique à Ban Me Thuot. A sa sortie de prison en 1934, il fut assigné à résidence à Huê et ouvrit l’école privée Thuan Hoa tout en poursuivant ses activités indépendantistes pendant la période du Front populaire. Respecté à Huê pour son aura de « prisonnier politique », certains pensaient qu’il était communiste et s’adressaient à lui à chaque fois que la situation devenait effervescente. Ton Quang Phiet n’a jamais été directement lié aux activités du parti communiste indochinois mais de nombreux partisans communistes, en particulier les anciens prisonniers politiques, le considéraient comme un allié et échangeaient souvent avec lui des idées sur le plan politique.

Le révolutionnaire endurci de 1945 raconte la prise de Huê par le Viêt Minh et revient en détail sur la fin du gouvernement nationaliste Tran Trong Kim (17 avril 1945 – 20 août 1945). L’extrait de son récit débute après le coup de force japonais du 9 mars 1945 et la création sous son égide de l’Association du Nouveau Viet Nam (Hoi Tan Viet Nam), une association nationaliste regroupant des intellectuels patriotes2.

En déplacement à Vinh, il prend conscience de l’avancée rapide du mouvement indépendantiste Viêt Minh et réalise que des militants communistes jugent de prime abord la nouvelle organisation comme « pro-japonaise ». De retour à Huê, il décide de dissoudre cette dernière et attend prudemment. Le journal Co Giai Phong (Le journal de la libération) l’a déjà classé parmi les « traîtres pro-japonais » tout comme Tran Trong Kim ou Phan Anh même si l’attaque est moins virulente contre lui.

Néanmoins, peu de temps après il est contacté par le Viêt Minh, notamment Hoang Anh, secrétaire provincial du Viêt Minh et ancien prisonnier politique comme Phiet, car l’organisation veut rassembler autour d’elle des personnalités susceptibles de soutenir les forces révolutionnaires. Les manifestations de rues en soutien au Viêt Minh se multiplient et laissent de marbre les quelques 4.500 militaires japonais encore présents à Huê. Phiet qui reste en contact avec l’administration locale en particulier les chefs de districts (tri huyen) doit les convaincre de remettre le pouvoir aux représentants du Viêt Minh. Cette tâche est accomplie sans difficulté car il connaît les principaux concernés.

De son côté, le cabinet Tran Trong Kim entre dans une phase d’interrogation face à la nouvelle situation. Selon Phiet, seuls Tran Trong Kim, Phan Anh et Vu Van Hien veulent se maintenir, tous les autres ministres ont renoncé. La crise est profonde. Phan Anh propose à Phiet de prendre la place de Tran Dinh Nam au ministère de l’intérieur. Phiet refuse et pousse son ami de rejoindre le Viêt Minh car, dil-il, s’en est fini du gouvernement « pro-japonais ». Quelques jours plus tard, Phan Anh démissionne du cabinet comme tous les autres ministres. Ce fait est important car Phan Anh dispose d’une force les « Jeunesses de Première Ligne » susceptible d’appuyer la révolution.

Ton Quang Phiet est désigné par les cadres locaux du PCI pour une mission hautement délicate et politique : faire en sorte que l’empereur Bao Dai abdique au profit du mouvement indépendantiste et provoquer la démission du gouvernement Tran Trong Kim. Pour ce faire, il prend contact avec Pham Khac Hoe, l’homme lige du cabinet impérial. Ils évaluent la situation. Si la princesse Nam Phuong reste attachée au trône, Bao Dai est dans un tout autre état d’esprit: « il en a assez de son métier de roi » (p. 6). Pham Khac Hoe va pousser Bao Dai à abdiquer pour faire face à une situation insurrectionnelle qui ne tarde pas à toucher Huê après la province de Quang Ngai, Ha Tinh et Ha Noi le 17 août.

Phiet est désigné contre son gré pour présider le Comité populaire révolutionnaire provisoire mis en place par le Viêt Minh pour la prise du pouvoir. Le comité comprend les militants communistes Hoang Anh, Ho Tung Mau, Nguyen Duy Trinh et To Huu. Cette désignation décidée d’avance « l’enthousiasme tout autant qu’elle l’effraie » (p. 6). Le 23 août, le gouvernement Tran Trong Kim organise le meeting célébrant la rétrocession du Sud (Cochinchine) par les Japonais. Le comité Viêt Minh s’empresse de saisir l’occasion pour se saisir du pouvoir. Les forces de protection du gouvernement impérial, en particulier la Garde civile de Phan Tu Lang, ne sont pas négligeables mais une manifestation gigantesque est orchestrée par le Viêt Minh depuis les alentours de la ville. 150.000 personnes sont mobilisées « pour renverser le pouvoir fantoche » et mettre sur pied un gouvernement provisoire.

A partir de midi, des brigades véhiculées sont chargées d’arrêter les « traîtres pro-japonais ». Sont visés en particulier Ngo Dinh Khoi et son fils Ngo Dinh Huan, secrétaire particulier du conseiller Yokohama. Pham Quynh et son gendre Nguyen Tien Lang sont aussi arrêtés tout comme les quelques Vietnamiens encore favorables aux Japonais, surtout ceux possèdent des armes. Les ennemis potentiels neutralisés et enfermés dans la prison de Thua Phu, une missive officielle du Viêt Minh est portée à Bao Dai. Il lui est demandé expressément de faire désarmer la garde impériale et de rester serein afin de lui garantir la protection des forces révolutionnaires.

Les brigades armées sont également chargées de neutraliser les places fortes de Huê. La ville se couvre du pavillon rouge à l’étoile jaune et un rassemblement de dizaines de milliers de personnes est organisé pour signifier l’avènement du Comité populaire révolutionnaire et la victoire du Viêt Minh. To Huu, chef du Comité de l’insurrection se rend accompagné de Phiet auprès des responsables japonais et des français pour les intimer à rester calme face aux événements. Les fonctionnaires mandarinaux apeurés se rallient à la nouvelle cause sans difficulté. Les représentants des communautés catholiques et bouddhiques sont assurés de la liberté de croyance sous le nouveau gouvernement.

La résolution du cas de Bao Dai est transmise au Comité central qui envoie de Hanoi trois émissaires du Viêt Minh (Tran Huy Lieu, Nguyen Luong Bang et Cu Huy Can). Ils doivent recevoir des mains de l’empereur l’abdication officielle. Le 30 août 1945, l’acte d’abdication est lu par Bao Dai lors d’un grand rassemblement populaire et est enregistré par Tran Huy Lieu qui adresse la réplique à l’empereur. Ce jour là, la délégation Viêt Minh reçoit l’épée d’or et le sceau impérial. Les attributs du pouvoir impérial remis au Viêt Minh lui confère une nouvelle légitimité et ferme le mandat du ciel. Le drapeau jaune à l’hexagramme Ly de couleur rouge de l’Empire du Viêt Nam est remplacé par le drapeau du mouvement Viêt Minh. La longue page d’histoire des dynasties vietnamiennes est définitivement close.

 Le remise de l’épée et du sceau impérial le 30 août 1945.

L’article vise à rehausser le rôle de Tôn Quang Phiêt en mettant en avant son rôle d’intermédiaire indispensable entre l’administration impériale et les forces Viêt Minh. En ralliant à sa cause Phan Anh, Phiet fait en effet basculer les Jeunesses de Première Ligne du côté de la révolution. Un facteur décisif pour la réussite de la prise du pouvoir à Huê qui n’est pas explicitement mentionné. Le rôle de Bao Dai qui refuse l’intervention armée des Japonais pour le maintenir sur le trône est également minimisé.

FG, d’après Xua & Nay, n° 410.

MàJ 21/07/2017.

Annexe

Les principaux protagonistes :

Bao Dai (1913-1997) : le dernier empereur de la dynastie des Nguyen.

Cu Huy Can (1919-2005) : poète, un des trois représentants du Viêt Minh à recevoir l’abdication officielle de Bao Dai.

Ho Tung Mau (1896-1951) : vieux révolutionnaire communiste qui semble avoir été écarté de la prise du pouvoir par To Huu (p. 5).

Hoang Anh (1912-) : secrétaire du PCI au niveau de la province. Il joua sans doute un rôle prépondérant dans l’unification des forces Viêt Minh à Huê.

Nam Phuong (1914-1963) : l’épouse de Bao Dai, la dernière princesse impériale.

Ngo Dinh Khoi (1885-1945) : aîné de la famille des Ngo Dinh. Préfet de la province de Quang Nam, assassiné en 1945 par le Viêt Minh à la suite de la prise de Huê.

Ngo Dinh Huan ( ?-1945) : fils de Khoi, en contact avec les responsables japonais. Exécuté comme son père par le Viêt Minh à l’automne 1945.

Nguyen Duy Trinh (1910-1985) : ancien prisonnier politique communiste, un des dirigeants du Viêt Minh à Huê lors de la prise du pouvoir.

Nguyen Luong Bang (1904-1979) : membre du Comité national de libération, un des trois représentants du Viêt Minh à recevoir l’abdication officielle de Bao Dai.

Nguyen Tien Lang (1909-1976) : gendre de Pham Quynh. Fut emprisonné un temps après la prise du pouvoir par le Viêt Minh à Huê.

Pham Khac Hoe (1901 ou 1902-1995) : secrétaire particulier de Bao Dai. Rédacteur du texte d’abdication.

Pham Quynh (1892-1945) : intellectuel renommé, ministre de l’Intérieur du cabinet impérial avant le 9 mars 1945. Assassiné en septembre 1945 par le Viêt Minh.

Phan Anh (1912-1990) : ministre de la Jeunesse du cabinet Tran Trong Kim. Chef des Jeunesses de Première ligne.

Phan Tu Lang (?-?) : Chef de la Garde civile à Huê.

To Huu (1920-2002) : poète, révolutionnaire communiste, dirige le Comité insurrectionnel de la province de Thua Thien Hue en 1945.

Ton Quang Phiet (1900-1973) : révolutionnaire réputé, rejoint le Viêt Minh à Huê au mois d’août 1945.

Tran Dinh Nam (1896-1974) : médecin, ministre de l’Intérieur du Cabinet Tran Trong Kim.

Tran Huy Lieu (1901-1969) : révolutionnaire, transfuge du VNQDD, historien, un des trois représentants du Viêt Minh à recevoir l’abdication officielle de Bao Dai.

Tran Trong Kim (1883-1953) : historien renommé, Premier ministre de l’Empire du Viêt Nam (avril-août 1945).

Vu Van Hien (1911-1961) : avocat, ministre des finances du Cabinet Tran Trong Kim.

Réf. : Tôn Quang Phiệt, « Tôi tham gia Cách mạng tháng tám ở Huế » [J’ai participé à la révolution d’Août à Huê], Xưa & Nay, n° 410, 8-2012, pp. 3-8.

 

A lire en complément :

Le déroulement de révolution d’août à Huê dans l’ouvrage de David Marr : David G. Marr, Vietnam 1945: The quest for power, Berkeley, University of California Press, 1995, pp. 438-453.

Nguyen The Anh, « The formulation of the national discourse in 1940-45 Viêt-Nam », dans Nguyen The Anh, Parcours d’un historien du Viêt-Nam, Paris, Les Indes Savantes, 2008, pp. 476-495.


Notes

  1. Il n’est pas spécifié si le texte a déjà été publié auparavant où s’il s’agit d’une réédition []
  2. Voir aussi David G. Marr, Vietnam 1945: The quest for power, Berkeley, University of California Press, 1995, p. 149 et 215-216. La liaison de ce groupe avec celui du même nom à Hanoi n’est pas formellement établie selon Marr (p. 149, note 349) []